Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

URSS, pénuries
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
gaullien



Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 860
Localisation: l'Arbresle

MessagePosté le: Dim Avr 24, 2022 12:49    Sujet du message: Répondre en citant

ciders a écrit:
L'URSS présente une certaine analogie avec le système des rangs mis en place par Pierre le Grand. Tout ou presque obéit à une classification particulièrement stricte, de la taille des passeports à la titulature des artistes en passant par le commerce de détail. Et plus on y regarde de près, plus la classification s'affine et ouvre la porte à des distinctions subtiles pour le commun des mortels mais essentielles pour le citoyen soviétique ou le kremlinologue bien informé.

On parle de nomenklatura par exemple mais en réalité, il y a plusieurs nomenklatura, à tous les niveaux. La nomenklatura du Parti ne sera pas la même à Moscou ou à Tachkent. Un secrétaire régional ne sera pas aussi bien traité qu'un responsable d'un comité d'une ville et jusqu'à la distinction entre membre candidat et membre titulaire du Politburo. En fait, la connaissance de toutes ces distinctions et des gens qui en faisaient ou non partie était un atout fondamental pour faire carrière dans le PCUS par exemple et un Staline en a largement profité dans les années 1920 pour connaître les personnes utiles et se faire connaître.

On trouve aussi des catégorisations précises au sein des forces armées, du domaine scientifique, des arts, des sports, partout. Et tout cela offre un accès variable à des magasins spéciaux, à des services particuliers, à des possibilités d'exercer des droits ou d'obtenir des avantages inconnus du grand public. Et cela peut aller de la possibilité d'être servi dans son compartiment plutôt que dans un wagon-restaurant à l'assurance de toujours avoir une place dans un avion - même sans réservation - ou un billet pour assister à un match de hockey avec une équipe internationale. Sans parler de ce levier majeur que sont les autorisations de voyager à l'étranger.

Il y a donc plusieurs niveaux de magasins spéciaux avec le haut du panier à Moscou bien sûr mais également une graduation selon le niveau de celui qui est admis à y aller, tout comme il y a des centres de vacances destinés à telle ou telle catégorie sociale. Et que l'on soit à Moscou, dans une capitale de république autonome ou d'un oblast, il y a cette classification précise. Mais en gros, on peut identifier comme magasins spéciaux:

- ceux spécialisés dans la nourriture (notamment les fameuses "rations du Kremlin")
- ceux proposant la vente de produits d'importation à tarif réduit
- ceux tournés vers l'achat de vêtements spécifiques (notamment pour les officiers)
- les magasins accessibles à ceux ayant des devises étrangères (les Beriozka), c'est à dire les officiels autorisés à voyager mais aussi les personnels travaillant au contact des étrangers (notamment ceux de l'Intourist)


Joze Pirjevec dans son livre Tito, affirme que le principal magasins spéciaux spécial de Belgrade était le « magasin diplomatique », accèssible aux membres du gouvernement fédéral, aux membres du Comité central et aux diplomates et que les prix étaient très bas, presque symboliques.

Esy-ce que cella était pareil pour les autres , les prix étaient bas ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ChtiJef



Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 686
Localisation: Du côté de Clochemerle

MessagePosté le: Dim Avr 24, 2022 12:52    Sujet du message: Répondre en citant

Pour illustrer les propos de Ciders, une anecdote authentique.

Un Soviétique se rend à une réception. Il est vêtu de ses plus beaux habits, achetés par privilège dans un magasin du KGB.
Alors qu'il se sert copieusement au buffet, une voix souffle à son oreille : "Pas pour nous. Ce soir, on est de service..."
_________________
la violence est le dernier refuge de l'incompétence. Isaac Asimov
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 1021
Localisation: Sur un piton

MessagePosté le: Dim Avr 24, 2022 13:12    Sujet du message: Répondre en citant

En vrac.

Pour la prostitution, c'est à double tranchant. Il existe une prostitution organisée par les services de renseignement (notamment dans le cadre des honey trap... utilisés également à l'Ouest du reste, il me semble que le fils Brejnev avait été ciblé par une opération britannique lors d'un séjour en Suède) et la prostitution informelle et clandestine (le journaliste américain qui a écrit un livre sur les Russes à la fin des années 1970 s'en faisait l'écho et disait qu'il avait été sorti de là... par un agent du KGB qui s'était excusé qu'on l'ait fait assoir à la table des prostituées locales). Je ne suis cependant pas sûr que cela ait été très développé, la faute à la surveillance généralisée et au manque de clients.

@Gaullien

Les prix dans les magasins spéciaux sont effectivement plus bas. Mais ce qui surprend (et choque) les Soviétiques, c'est l'abondance et la diversité de biens offerts, notamment d'importation. Il existe une énorme demande pour tout ce qui vient de l'étranger et même le circuit officiel et légal y a parfois recours pour compléter son plan annuel. Cette demande est renforcée par le côté totalement aléatoire des ventes et le manque total d'informations sur telle ou telle arrivée de produits. D'où le recours proverbial des Soviétiques à l'avoska (l'espèce de sac de courses que l'on emporte partout parce qu'on ne sait jamais sur quoi on va tomber). Autre conséquence inattendue, le renforcement de l'absentéisme au travail car les files d'attente sont longues (et pas du tout organisées de façon rationnelles) et qu'il est de coutume pour le consommateur de faire la queue pour quelqu'un d'autre parti à la recherche d'une opportunité inattendue.

Mais pour en revenir aux magasins spéciaux, ceux ouverts au personnel politique ou diplomatique, aux hauts fonctionnaires, aux scientifiques et aux artistes de renom sont les mieux achalandés. Il y a aussi les magasins "classiques" mais proches des lieux du pouvoir, qui pouvaient parfois en récupérer les "restes" ou avoir les mêmes fournisseurs. Et du reste, l'un des leviers pour discuter avec des Soviétiques pour les étrangers de passage ou pour obtenir un bon contact avec quelqu'un d'utile dans la société de l'époque était de pouvoir lui apporter soit des biens introuvables soit de lui permettre de se ravitailler plus correctement qu'à l'ordinaire.

Je ne sais plus si l'anecdote est réelle mais il me semble qu'un jour, un diplomate français qui avait des documents sensibles dans sa voiture (peut-être liés à l'affaire Farewell, j'ai un doute) et qui avait laissé le véhicule sur un parking devant un bâtiment officiel où il était invité à une réception, et qui craignait bien sûr que les petites mains du KGB qui devaient pulluler sur place ne fouillent son coffre, avait fourni vodka et cognac d'importation au personnel civil de service. A la fin de la soirée, personne n'avait approché à moins de deux mètres du véhicule, la faute au dit personnel rendu particulièrement attentif par ces quelques bouteilles introuvables ailleurs.
_________________
- "I'm sorry. You're a hero... and you have to leave." (Fallout)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 5710

MessagePosté le: Dim Avr 24, 2022 14:04    Sujet du message: Répondre en citant

J'adore cette chanson de Bécaud (le bien nommé, même si ça s'écrit pas pareil).

La mention de l'Intourist et des honey pots me fait penser à un autre triste sire.

De 1987 a son election en 2017, l'histoire de Donald Trump avec les Soviétiques puis les Russes est à peine croyable, et se lit comme un roman.
ça commence par "the art of the deal" et Trump qui se fait fort (en 1986-87) de négocier mieux que Reagan avec les Soviétiques - que se soit à propos d'un hôtel à Moscou ou du désarmement nucléaire.

Il y aussi l'ambassadeur Soviétique a Washington, le père de la première femme de Trump et son emploi dans l'aéronautique Tchèque... et la saga continu après la fin de la guerre froide.

Un travail de sape de 30 ans, a travers la fin de l'URSS puis l'ère Yeltsine et Poutine finalement.

ça, et sa "formation" par l'avocat pourri de McCarthy, Roy Cohn...

En fait Trump, Cohn, et leurs connections, c'est le cauchemar de James Ellroy (tous les crimes sur 25 ans sont liés par Hoover et autres - du Dahlia noir au Watergate) devenu réalité.

Du McCarthysme à Trump en passant par le Watergate, Willie Horton, la Floride en 2000 etc. - tous les grand crimes contre la démocratie américaine sont liés par une seule âme pourrie: celle de Roy Cohn. Et d'une poignée de types qu'il a formés. Le seul vrai complot, c'est celui là (Roger Stone etc.).
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Le complot nécessite de l'intelligence, qui est rare; la bêtise est universelle. CQFD."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le Chat



Inscrit le: 12 Jan 2020
Messages: 91

MessagePosté le: Lun Avr 25, 2022 17:03    Sujet du message: Répondre en citant

JPBWEB a écrit:
Et on peut supposer que certaines "Nathalie"s arrondissaient leur pécule de devises étrangères dans des relations intimes et tarifées avec certains des touristes qui leur étaient confiés.

D'ailleurs, une prostitution supervisée existait dans les hotels pour touristes occidentaux. Chaque étage avait son gardien, il était en principe interdit d'aller de chambre a chambre, mais il arrivait qu'on vienne frapper a la porte des étrangers males et solitaires pour leur proposer les services d'une demoiselle, soit par simple vénalité, soit pour collecte de renseignement ou pour constitution d'un "piège a miel" pour chantage ultérieur.

Il n'y a avait pas que les Soviétiques qui employaient de telles méthodes. Dans Tempête Rouge (je crois), il est question du fils d'un membre de la Nomenklatura qui s'était compromis a avoir des relations intimes avec un agent américain lors d'un séjour aux USA. Quand son père balaie la chose en disant qu'on n'est pas si prude en URSS aujourd'hui, il est révélé qu'il s'agissait d'un agent masculin, ce qui évidemment change tout. La perspective de la prison, pour un jeune homme issu d'un milieu privilégié et identifié comme homosexuel, suffit pour "retourner" son père et le decider a coopérer.

C'est dans le Quatrième protocole de Frederick Forsyth. L'intrigue est d'ailleurs assez glaçante : craignant de perdre son poste face à l'échec global dans sa tentative de faire marcher le dinosaure soviétique, le secrétaire général du PCUS décide de tenter le diable en provoquant une crise majeure au sein de l'OTAN qu'il pourra exploiter par la suite... en faisant exploser un engin nucléaire miniaturisé en Grande Bretagne, à proximité d'une base militaire américaine, tout en s'arrangeant pour faire croire que l'explosion a été provoqué par un engin de la base en question, le tout afin de provoquer la sortie de la GB de l'OTAN. Toute ressemblance... etc, etc...
_________________
"Tout fout le camp, je vous dis : la preuve : Shakespeare a réussi à écrire Henri VIII. Stallone, lui, n'est pas allé au delà de Rocky VI". (Le Chat, P. Geluck)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 5710

MessagePosté le: Lun Avr 25, 2022 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Frederick Forsyth


Ce type là est une mine de "pitch" brillants pour technothriller. Y a celui avec Gerald Bull et le canon de Saddam Hussein, qui est assez incroyable.

Pas bête ce pitch là non plus, quand on voit le nombre d'accidents effarants impliquant des armes nucléaires perdues, crashées, etc.
Rien que le trio Goldsborough - Palomares - Thulé... misère.

Donc les Soviétiques en gros créent de toute pièce un "accident d'arme nucléaire" pour bien énerver l'opinion publique Britannique et faire sortir le pays de l'OTAN.

C'est... brillant comme idée. Imaginez, mélanger ça avec "Red Storm Rising" ou les Soviétiques tentent également de faire imploser l'OTAN (mais leur "pitch" est un peu moins futé et rate quelque peu).
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Le complot nécessite de l'intelligence, qui est rare; la bêtise est universelle. CQFD."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com