Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Intégrale Euro-Nord Mars 1944
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Nord
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2567
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Ven Nov 26, 2021 15:37    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
« Les sirènes commencèrent à hurler vers neuf heures et demie, je venais de m’endormir. Il a fallu que ma mère me secoue pour me réveiller et me dire de m’habiller, il fallait aller aux abris. Un grand mot pour désigner les caves du moulin d’en face. En maugréant, je m’habille complètement. Un ordre de mon père : En cas d’alerte, tu mets le plus possible d’habits, des fois que la maison serait détruite, c’est tout ce qu’il te restera. En sortant, je vois la lune en face, qui me paraît sourire. Tu parles, je n’ai pas le cœur à ça. On entend le bruit des moteurs au loin, des canons, puis des explosions. À peine entrée dans l’escalier qui mène aux caves du moulin, un bruit énorme, une déflagration qui fait tout trembler. Je descends encore plus vite, et trébuche sur la dernière marche. Le fils du meunier me rattrape avant que je ne tombe, mais ce malandrin en profite pour me caresser rapidement les fesses. Je le foudroie du regard, son sourire béat et benêt s’efface aussitôt, mais quand même, le salopiot ! Mes parents sont là, dans la cave sud. Je ne dis rien du geste déplacé du meunier, car malgré sa petite taille, mon père serait bien capable d’aller lui en coller une, ça ferait désordre en ce moment. Comme à chaque fois, on attend. Tout comme si on s’abritait sous un arbre pendant une drache.
Soudain un grand bruit, et à nouveau tout tremble, mais pas de la même façon, beaucoup plus violemment. Des cris dans la cave nord, d’où de la poussière ressort. Des voisins ressortent aussi, couverts de poussière, voire de terre ou de morceaux de brique. Que s’est -il passé ? On ne le saura vraiment qu’en remontant à la fin de l’alerte : une bombe est tombée non loin, provoquant un énorme cratère qui empiète sur la rue. Incroyable, on arrive même à voir la paroi de la cave nord sur un flanc. Tu parles d’un abri ! A quelques mètres près, nous étions tous morts, pulvérisés ou ensevelis. Les Anglais sont fous… Qu’avions-nous à voir là-dedans ? » (Chroniques d’une famille Nordinaire, op. cit.).


Euh, je viens de m'apercevoir d'un problème... En 44, le père ne peut pas être là, puisqu'il véhicule le général Leclerc...
J'avais oublié ce passage! Faut dire qu'il a été écrit il y a quelque temps, et depuis j'ai retrouvé des archives.
_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6591
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Nov 26, 2021 17:02    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Ma mère est dans la cave sud. Je ne dis rien du geste déplacé du meunier, car malgré sa petite taille, elle serait bien capable d’aller lui en coller une, ça ferait désordre en ce moment.

C'est encore mieux si on parle de la mère Razz Grrrr
(à supposer qu'elle ait une petite taille bien sûr)
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2567
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Ven Nov 26, 2021 17:25    Sujet du message: Répondre en citant

ça oui, elle disait que je pouvais manger la soupe sur sa tête et je ne suis pas grand moi-même... Laughing
_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11950
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 26, 2021 17:31    Sujet du message: Répondre en citant

Noté ! Wink
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capu Rossu



Inscrit le: 22 Oct 2011
Messages: 2072
Localisation: Mittlemeerküstenfront

MessagePosté le: Ven Nov 26, 2021 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

Etienne a loupé celle là aussi en début du paragraphe :

Citation:
Il a fallu que ma mère me secoue pour me réveiller et me dire de m’habiller, il fallait aller aux abris. Un grand mot pour désigner les caves du moulin d’en face. En maugréant, je m’habille complètement. Un ordre de mon père : En cas d’alerte, tu mets le plus possible d’habits, des fois que la maison serait détruite, c’est tout ce qu’il te restera.


@+
Alain
_________________
Aux Postes de Propreté - Mouillé, c'est lavé ! Lavé, c'est propre ! - Rompre des Postes de Propreté
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11950
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 26, 2021 23:20    Sujet du message: Répondre en citant

Un ajout pertinent (merci à ceux qui ont signalé son intérêt et à Demo Dan qui l'a écrit) !


20 mars
Plus dure est la chute…
RLM (Detlev-Rohwedder Haus, Berlin)
– Dans l’agitation frénétique d’une force aérienne aux abois – car sollicitée de toutes parts, alors qu’elle est déjà en infériorité numérique – le maréchal Hermann Göring prend pourtant quelques précieux instants pour régler le cas de son Inspecteur à la Chasse, le Generalleutnant Adolf Galland.
Disons-le clairement : Göring ne supporte plus ce talentueux chasseur, tant il lui parait chaque jour plus gonflé d’orgueil (même si en la matière, comme souvent, l’hôpital se moque de la charité…). Depuis ses insolences passées – quand il avait osé réclamer des Spitfire pour s’en prendre à la RAF ! – jusqu’aux remontées de ses dernières tournées sur le front, en passant par son refus obstiné d’armer les Zerstörers avec un canon de 50 mm, il parait désormais évident que Galland et son chef n’ont jamais été en phase. Quand on pense qu’avant-hier encore, il a osé défendre Priller et ses pilotes, toujours prompts à invoquer la météo pour ne rien faire, alors que lui, Göring, survolait la Marne par tous les temps dans son Fokker en bois et toile ! La cour martiale serait trop bonne pour ces lâches ! Les pilotes de la Luftwaffe doivent intercepter systématiquement tous les raids, peu importe les conditions météo ou la puissance de l’escorte ! Jusqu’à éperonner l’ennemi, jusqu’au sacrifice ultime !
Il est vrai que ce n’est pas forcément le point de vue de Galland… Au contraire, ce dernier a toujours estimé préférable de mener un nombre limité d’interceptions choisies (des größere Schläge, des plus gros coups) afin de saigner les forces alliées en préservant la chasse allemande. Une position sans doute tactiquement juste, mais intolérable pour Göring, alors qu’il voit sa faveur auprès d’Hitler fondre à chaque bombe tombant sur le sol allemand. D’ailleurs, personne ne s’y trompe : témoin de leurs très vifs échanges, Erhard Milch devait ainsi déclarer que « Göring ne pouvait tout simplement pas comprendre ».
Bref – donnant ordre sur ordre pour « interdire le survol du Reich aux avions ennemis », le maréchal niait encore, en décembre 1943, la présence de chasseurs d’escorte autour des bombardiers alliés, allant jusqu’à affirmer que les épaves de chasseurs tombés sur le sol allemand qui lui étaient présentées n’étaient rien d’autre que « des carcasses d’avions abandonnés à haute altitude au-dessus de la France » (sic !). Aucune raison, donc, de ménager l’Inspecteur général de la Chasse… Quant à Hitler, il n’a jamais cru à la tactique des « gros coups », n’y voyant qu’un artifice destiné à ménager des forces paresseuses.
De plus, au-delà de ces divergences tactiques déjà substantielles, « l’insubordination » du général a atteint un nouveau sommet : sa très vive opposition au projet Volksjäger, le Chasseur du Peuple. Selon Galland, le Heinkel 162 serait tout juste bon à disperser les efforts de production… Pour se battre, il veut d’autres moyens, et quand on lui en donne, ils ne sont pas assez bons ! Quand Göring pense qu’il s’est excusé devant lui, à plusieurs reprises, simplement pour le ménager et le garder en poste !
Non, rien à faire – décidément, ce pilote aurait mieux fait de rester dans son cockpit. Surtout quand on voit les résultats de son arme… La décision est prise : Galland est débarqué de son poste d’Inspecteur de la Chasse. Ce défaitiste n’ayant pas l’élégance de se suicider, tel Udet, il devra se retirer loin, dans sa résidence des montagnes du Harz. On s’assurera qu’il y reste.
Son poste sera attribué à son adjoint Gordon Gollob – lequel est notoirement aussi en froid avec Galland qu’il est réputé proche du ReichsFührer-SS. Ce choix n’est pas franchement l’idéal pour le ReichsMarshall – par contre, c’est sans aucun doute un marqueur de l’influence sans cesse croissante de Himmler dans un Reich en déliquescence. L’esprit de la Nuit des Longs Couteaux n’est pas mort… Depuis le 15 mars, il est même très présent ! Comme de juste, l’une des premières préoccupations de Gollob sera de monter un dossier contre son prédécesseur…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6591
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Nov 27, 2021 12:09    Sujet du message: Répondre en citant

OTL, Galland est débarqué en janvier 45 ; le faire en mars 44 FTL est peut-être un peu tôt ? Par ailleurs, cette mise à l'écart est l'aboutissement d'un événement peu connu, une sorte de révolte des haut-gradés de la chasse allemande. Voir https://en.wikipedia.org/wiki/Fighter_Pilots%27_Revolt_incident et je donne ici la traduction Deepl de la version allemande :
Citation:
Une réunion qui s'est tenue le 19 janvier 1945 à l'invitation du Reichsmarschall Hermann Göring pour discuter avec des officiers supérieurs de la Luftwaffe est considérée comme une mutinerie des pilotes de chasse. Elle s'est terminée par une dispute massive, extrêmement rare sous le Troisième Reich dans sa forme directe.

En amont de cette rencontre, une réunion d'officiers de la Luftwaffe s'est tenue à Berlin-Gatow du 6 au 12 novembre 1944. Göring y fut personnellement critiqué, également en ce qui concerne la supériorité aérienne des Alliés et les divergences d'opinion sur les questions stratégiques. Après le fiasco de l'entreprise Bodenplatte [1er janvier 1945], les divergences sont devenues encore plus évidentes et l'on a exigé la destitution du maréchal du Reich au profit de Ritter von Greim. Göring invita alors des aviateurs comme Adolf Galland et Günther Lützow à une discussion à la Haus der Flieger, qui se termina également par une dispute. Göring menaça Lützow de l'abattre et quitta la pièce. Les personnes encore présentes s'attendaient à être arrêtées ou punies. Les deux ne se produisirent pas. Cependant, le général de l'aviation de chasse Adolf Galland fut démis de ses fonctions et remplacé par Gordon M. Gollob.

Galland est d'ailleurs placé en résidence surveillée après sa mise à l'écart. Mais, en mars 45, il est réadmis au service actif et forme le Jagdverband 44, qui comptera une cinquantaine d'Experten disposant de 25 avions environ (Me 262, Fw 190D). Il est blessé au combat fin avril.

Je propose qu'un enrichisse un peu l'épisode de Demo Dan et aussi qu'on le décale disons vers le courant de l'été ? FTL, le fiasco de Bodenplatte, qui précède la révolte des pilotes, n'a pas encore eu lieu.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 5251
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Sam Nov 27, 2021 12:13    Sujet du message: Répondre en citant

Il n'est pas du tout certain qu'il y ait un Boddenplaten FTL. Par contre, il y a sans problème une usure encore plus prématurée qui conduit à la mise à l'écart - ceci étant, si tu veux une fighterpilot Revolt (je connais cet épisode, je l'imagine simplement pas aussi déterminant que toi. D'ailleurs selon les versions, il aurait pu avoir lieu avant Boddenplaten ..), on peut en caler une.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6591
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Nov 27, 2021 12:43    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Il n'est pas du tout certain qu'il y ait un Boddenplaten FTL. Par contre, il y a sans problème une usure encore plus prématurée qui conduit à la mise à l'écart - ceci étant, si tu veux une fighterpilot Revolt (je connais cet épisode, je l'imagine simplement pas aussi déterminant que toi. D'ailleurs selon les versions, il aurait pu avoir lieu avant Boddenplaten ..), on peut en caler une.

La révolte des pilotes est logique, que ce soit OTL ou FTL. La stratégie de Galland (engagement massif uniquement quand on peut obtenir la supériorité sinon harcèlement) était évidemment la seule possible, mais Göring, qui bataillait au niveau politique contre Himmler, ne pouvait pas le comprendre. Par ailleurs, le pilote allemand (sachant que la LW a été assez peu imprégnée du fanatisme des SS, probablement grâce aux efforts de son boss !) ne pouvait pas approuver une logique de suicide personnel au profit de son pays.
Bodenplatte devait appuyer l'offensive des Ardennes, donc à voir s'il y a un équivalent FTL (allô le poireau ?). Une opération de cette ampleur ne peut avoir lieu qu'à partir d'Allemagne, où la plupart des groupes aériens sont repliés. À moins qu'on ne case une opération Bodenplatte réduite au moment de Nordwind FTL, qui finirait par l'épisode ci-dessus ? Ou alors sur le front de l'est ?
Galland, outre ses griefs avec Göring, est le bouc émissaire de cette révolte. À noter qu'il semble à l'initiative de la réunion de novembre, mais ne fut peut-être pas présent personnellement.

La mise sur pied du Jagdverband 44 se fait à l'initiative de Galland (vraiment un patriote !) à partir de février et est approuvée par Hitler.

Je vais séparer ces échanges.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 2907
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Sam Nov 27, 2021 17:05    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:

Ce choix n’est pas franchement l’idéal pour le Reichsmarschall

_________________
"L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées"
Konrad Adenauer
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11950
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Déc 16, 2021 20:20    Sujet du message: Ein Volk, ein Reich, ein Jäger! Répondre en citant

Ce qui suit est un correctif de certains passages précédents, rédigé par Etienne et (un peu) moi, sur des conseils de Loïc.
Le correctif se prolongera en avril et mai.


10 janvier 44
Ein Volk, ein Reich, ein Jäger!
Berlin, Wilhelmstraße
– Publication par le RLM du programme “Chasseur d’urgence” décidé par Göring. Celui-ci veut à tout prix stopper le survol du Reich par les bombardiers alliés, ce qui le discrédite auprès d’Hitler et lui vaut (à voix basse) le surnom de “Herr Meyer” (comme il l’avait lui-même demandé, au cas – invraisemblable ! – où l’aviation ennemie bombarderait Berlin…). Sous la férule d’Albert Speer et Erhard Milch, le général Keller, chef du NSFK (Corps aérien du Parti nazi), a élaboré une demande pour un chasseur à réaction utilisant un seul BMW Jumo 003. L’avion doit être simple à piloter (Keller pensait le confier aux jeunes pilotes de planeur du NSFK !), composé d’un maximum de matériaux non stratégiques et simple à produire par des fabricants pas forcément spécialisés en aéronautique. L’appellation en sera “Volksjäger”, le chasseur du peuple, un terme bien ancré dans la terminologie idéologique nazie.
Quatre constructeurs reçoivent le programme, auquel ils doivent répondre… dans les cinq jours (!) : Arado, Blohm & Voss, Focke-Wulf et Heinkel, Messerschmitt ne voulant pas s’impliquer outre mesure, étant déjà fort pris par le bimoteur 262, qui existe et vole, lui.

15 janvier 44
Ein Volk, ein Reich, ein Jäger!
Berlin, Wilhelmstraße
– Trois projets de “Chasseur du Peuple” sont présentés au ministère. Tous sont, disons, plus ou moins aboutis, vu le délai imparti. Celui de Blohm & Voss retient l’attention des techniciens, sous la direction du général Lucht, car basé sur une précédente étude déjà fouillée d’un avion tout métal à voilure en flèche à corde constante. La nouvelle formule fait appel au bois pour les ailes devenues droites et pour l’empennage. Mais Ernst Heinkel proteste, arguant que les formules de calcul de performance sont différentes des siennes. En fait, son projet est basé sur une première esquisse ne datant que de… deux mois ! Quatre jours plus tard, une nouvelle réunion avec les mêmes formules de calcul pour tous donne toujours l’avantage au projet P 211 de Blohm & Voss…

23 janvier 44
Ein Volk, ein Reich, ein Jäger! (und ein Führer…)
Warnemünde
– Invité chez Heinkel, le général Lucht inspecte une maquette du He P 1073, voit les études réalisées et discute avec des aérodynamiciens de l’AVA (Aerodynamische Versuchs Anstalt), qui émettent des avis favorables. Impressionné, le général téléphone au GQG de Hitler, parvient à joindre le Führer et le convainc du bien-fondé du choix du Heinkel, que le dictateur entérine. La compétition s’achève donc sur ce fait du prince, au grand dam de B&V !

12 février 44
Les états d’âme de la Luftwaffe
Berlin-Gatow
– Une réunion d’officiers supérieurs de la Chasse allemande est l’occasion de critiquer énergiquement Göring et sa stratégie, face à la supériorité arienne alliée. Les pilotes se sentent « envoyés à l’abattoir » sur le Front Ouest, notamment lors des opérations importantes comme Nordwind. Ils sont soutenus par Mölders, qui s’est refait une santé après son évasion et après… de nombreux interrogatoires par la Gestapo. Tous les pilotes sont d’accord pour désigner Göring comme le principal responsable du problème. Sous l’impulsion, notamment, de Günther Lützow, ilsvont jusqu’à réclamer la destitution de Göring au profit de von Greim.

5 mars 44
Ein Volk, ein Reich, ein Jäger!
Berlin, Wilhelmstraße
– Les plans du He 162 Volksjäger (Spatz chez Heinkel) sont présentés au RLM… en présence de Himmler, qui se mêle décidément de tout ! Si celui-ci et le général Keller sont plutôt enthousiastes, ce n’est pas le cas du General der Jagdflieger Adolf Galland, qui ne mâche pas ses mots, à son habitude. Outre son scepticisme à l’encontre d’une machine étudiée en si peu de temps, le pilote parle de « dispersion des moyens de production », alors qu’il faudrait pousser la production du Messerschmitt 262 en le faisant revenir dans le créneau pour lequel il a été conçu : la chasse, où on en a besoin maintenant…
Le ReichsFührer SS – qui s’y connaît bien mieux que Galland en aviation, bien sûr ! – impose néanmoins la poursuite du projet. Et le ReichsMarschall Göring ne soutient pas son général… En 1944, on ne contrarie pas Himmler !

19 mars 44
Les états d’âme de la Luftwaffe
Wilhelmstraße (Berlin)
– Rentré tardivement la veille de son voyage-éclair à Lille pour rencontrer l’Oberst Priller de la JG.26, Galland est convoqué par Göring. Comme à son habitude, celui-ci vitupère contre les lâches qui refusent le combat mais qui réclament des moyens toujours plus importants. Comme à son habitude, Galland mâchonne tranquillement son cigare en laissant passer l’orage. Mais l’entretien va tourner à l’aigre.
– Tenez, hier par exemple. Priller a refusé d’envoyer ses avions contre les bombardiers qui attaquaient Saint-Quentin !
– Exact, Herr Reichsmarschall. J’étais sur place, et je peux vous dire qu’il a eu raison.
– Comment ça, Galland ? Vous ne l’avez pas sanctionné ? Ce qu’il a fait est d’une lâcheté intolérable !
– Une lâcheté ? L’Oberst Priller est un pilote expérimenté qui a déjà fait plus que la preuve de son courage. Mais il n’est pas responsable des trombes d’eau que le ciel fait tomber. Personnellement, j’ai dû venir en voiture depuis Valenciennes, nous avions été obligés de nous poser là-bas, il n’y avait plus de plafond ! A Lille, c’était pire : moins de 50 mètres de visibilité horizontale, et toujours un plafond de quelques dizaines de mètres, au mieux.
– Mais enfin, Galland ! Il a refusé de combattre ! C’est inadmissible ! Même sous prétexte qu’il pleut ! On décollait par tous les temps dans nos Fokker !
– Herr Reichsmarschall, je vous garantis qu’hier, vous seriez resté au mess ! J’ai rarement vu ça. Quand je suis reparti, c’était pareil. Voiture jusqu’à Valenciennes, et décollage sans visibilité. Ça aurait pu aller pour un avion seul, s’il n’y avait pas de danger aux alentours et en sachant que le temps était clair à l’arrivée, mais rien à faire pour une escadrille allant au combat.
– Dans ces conditions, nous décollions un par un, pas en formation ! Ils n’avaient qu’à en faire autant, au lieu de rester dans les jupes de leurs mères !
– Dans les jupes… ! Herr Reichsmarschall, vos Fokker étaient nettement moins rapides que des Focke-Wulf. Vous aviez le temps de réagir. Pas nos pilotes d’aujourd’hui. La moindre fraction de seconde d’inattention dans cette purée, le moindre mouvement intempestif sur une commande, et vous percutez le sol. Et si décoller dans ces conditions relève de bonnes aptitudes, atterrir, c’est impossible ! Ils auraient dû aller se poser ailleurs, or la météo des autres terrains de la région n’était pas meilleure.
– Vous soutenez Priller ! Comment est-ce possible ! Un homme comme vous !
– Oui, Herr Reichsmarschall, un homme comme moi, un pilote comme moi ! Je soutiens Priller, d’autant plus que j’ai vu l’état de fatigue de ses pilotes, dont plusieurs auraient dû être mis au repos, même par beau temps ! Et hier, j’aurais fait exactement comme lui. Ces hommes ont besoin de repos et de matériel neuf, pas d’être envoyés au suicide !
– Encore cette histoire de matériel, décidément ! Vous avez des Focke-Wulf 190 à la place de vos vieux 109 Emil, vous n’êtes toujours pas content ?
– Les avions que nous combattons ne sont pas non plus ceux de 1940, Herr Reichsmarschall ! Et l’ennemi en a toujours davantage !
– Et la supériorité du pilote allemand, qu’en faites-vous !
– Vous appelez pilotes les gamins qu’on nous envoie des écoles ? Ils sont tout juste bons à piloter un planeur ! Ou peut-être un D-VII ?
– Un… Un… Sortez, Galland !
– A vos ordres, Herr Reichsmarschall !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 5081

MessagePosté le: Jeu Déc 16, 2021 20:44    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
– Mais enfin, Galland ! Il a refusé de combattre ! C’est inadmissible ! Même sous prétexte qu’il pleut ! On décollait par tous les temps dans nos Fokker !
– Herr Reichsmarschall, je vous garantis qu’hier, vous seriez resté au mess ! J’ai rarement vu ça. Quand je suis reparti, c’était pareil. Voiture jusqu’à Valenciennes, et décollage sans visibilité. Ça aurait pu aller pour un avion seul, s’il n’y avait pas de danger aux alentours et en sachant que le temps était clair à l’arrivée, mais rien à faire pour une escadrille allant au combat.
– Dans ces conditions, nous décollions un par un, pas en formation ! Ils n’avaient qu’à en faire autant, au lieu de rester dans les jupes de leurs mères !
– Dans les jupes… ! Herr Reichsmarschall, vos Fokker étaient nettement moins rapides que des Focke-Wulf. Vous aviez le temps de réagir. Pas nos pilotes d’aujourd’hui.


Citation:
Ils sont tout juste bons à piloter un planeur ! Ou peut-être un D-VII ?


Outch ! Galland appuie la ou ça fait mal... "Hermann, t'est dépassé ! On est plus en 1918, avec des biplans !"

Tu m'étonnes que le cocainomane obèse le prenne mal...!
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier)


Dernière édition par Archibald le Jeu Déc 16, 2021 20:55; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 5251
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Jeu Déc 16, 2021 20:45    Sujet du message: Répondre en citant

Ah ben tiens !

Citation:
L’avion doit être simple à piloter (Keller pensait le confier aux jeunes pilotes de planeur du NSFK !)


Tout au présent ?
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1242
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Jeu Déc 16, 2021 21:49    Sujet du message: Répondre en citant

Ben... non. Il pensait le confier : on est dans la génèse du projet. L'avion doit : c'est la feuille de route
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Nord Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Page 5 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com