Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Balkans, Juin 1944
Aller à la page 1, 2, 3 ... 18, 19, 20  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Sud
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 14:13    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, trêve de Noël passée, revenons aux choses sérieuses.
Là, si tout va bien, le début des 10 premiers jours de Juin 44 dans les Balkans (plus quelques notes diplomatiques).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 14:18    Sujet du message: Répondre en citant

1er juin
La campagne des Balkans
Guerre aérienne
Front yougoslave
– Retour d’un temps médiocre sur la grande plaine hongroise et le Danube, gênant bien sûr très fortement l’activité de la Balkans Air Force. Du coup, l’ensemble des appareils de la 1st Tactical Air Force de la RAF se rabattent vers la Slavonie et la Slovénie… sans rencontrer beaucoup d’opposition. Les rares appareils de la ZNDH encore en état de vol restent cachés sur les terrains autour de Zagreb, pour tenter de défendre leur capitale ! Et c’est une nouvelle journée de malheur de plus, pour tout ce qui roule, marche ou plus généralement emprunte les voies à découvert sur les terres supposément contrôlées par le NDH.

AVNOJ
La lutte s’est calmée
Entre Croatie et Bosnie
– Les combats ne reprennent décidément pas à l’ouest de Banja Luka. Les forces de l’AVNOJ, en infériorité tactique et fractionnées après l’intervention de la Prinz-Eugen, profitent du retour de la pluie pour achever de semer leurs poursuivants ou pour consolider ce qui leur tient lieu de positions dans la vallée de l’Ivaštanka. En face, la Waffen-SS ne pousse plus. Elle ne descend pas davantage vers Čađavica – dans les deux cas, faute d’effectifs.
C’est donc une nouvelle période intermédiaire qui s’ouvre dans la région – encore plus défavorable qu’auparavant pour l’Axe, au moins le temps que l’on règle en haut lieu les… questions croates et bosniaques. Si tant est que cela soit possible, évidemment.

18e Groupe d’Armées Allié
Cordiale proposition
Belgrade
– Comme c’était prévisible, la conférence anglo-soviétique avance bien – en effet, aucun des deux participants ne souhaite concéder plus que ce qu’il n’est strictement nécessaire, ce qui abrège d’autant les débats.
Sur le plan aérien, les Occidentaux acceptent de renoncer aux opérations vers la Slovaquie et le centre de la Hongrie – de toute manière, ce n’est pas sur le chemin tracé par Montgomery, et ce dernier n’a déjà plus autant d’avions qu’il le souhaiterait à sa disposition pour ces ambitieux projets. Mieux vaut céder ici pour se battre sur un sujet ayant plus de valeur. Au surplus, les Soviétiques garantissent eux aussi le respect « global » d’une ligne tracée dans l’azur de Budapest à Subotica… « Dans la mesure du possible et des contraintes techniques » bien évidemment : vous savez ce que c’est, la navigation aérienne en temps de guerre… Mais bon, vu qu’eux aussi ont leurs propres soucis plus à l’ouest, il n’est pas certain que les VVS aient spécialement envie, pour l’heure, d’aller faciliter la tâche d’autrui. Enfin – et surtout – cet accord au niveau des groupes d’armées, bien qu’évidemment validé plus haut, n’engage absolument pas les opérations stratégiques, qu’il s’agisse des bombardements ou des ravitaillements apportés, par exemple, à certaines insurrections en Europe centrale. Pour conclure, il est de toute façon acquis que tout cela devra être revu dans le détail une fois la barrière des Carpates définitivement forcée, quand les chars à l’étoile rouge déferleront dans la plaine et en fonction des mouvements de retraite – de fuite ! – des Allemands. Ainsi, tout le monde peut s’estimer globalement satisfait de cette solution transitoire.
A propos de revoir des accords… Il est probable que l’Armée Rouge sera bientôt tout près de la Voïvodine, face au 1er Corps yougoslave puis à l’ANZAC de J. Northcott – tous deux en positions de garde-flanc, voire d’attente. Le 18th AAG doit donc accepter l’arrivée dans ses quartiers d’officiers de liaison soviétiques, chargés de communiquer au 4e Front Ukrainien du maréchal Tolboukhine la position de ses troupes et aussi de coordonner les avancées des deux groupes d’armées. Mission d’autant plus importante que – c’est fort déplorable du point de vue de Moscou – le gouvernement royal refuse obstinément de signer le moindre accord autorisant l’entrée de troupes soviétiques sur son sol en dépit des efforts de Son Excellence Viktor Plotnikov, lequel ne manque jamais de rappeler à qui de droit que l’Union Soviétique vient de verser le jeune sang de ses combattants d’élite pour libérer la capitale de la Bosnie. Pourtant, l’Armée Rouge se serait bien vue étrangler les forces fascistes dans une pince dont une branche viendrait des lignes alliées… Tant pis.
Principe de réciprocité – mais surtout d’efficacité – difficilement admis oblige, Tolboukhine souffrira lui aussi la présence de deux officiers britanniques à Bucarest. Dans son QG et à portée de main, avec interdiction de se rendre sur le front – et encore plus de discuter avec les Roumains. Dans les faits, il s’agira de petits télégraphistes, point !
« Entre armées soviétiques, ils n’auraient pas fait tant d’affaires – ils se seraient tapé dessus et voilà tout ! » souffle en anglais à Arthur Tedder un John O’Connor exaspéré par la mine lugubrement marmoréenne des membres de la délégation soviétique. Dans ces conditions, et vu que chacun est déjà bien fatigué, le reste attendra le lendemain.
En résumé – et si on en croit les informations dues à la bonne volonté soviétique – il paraît donc décidé que les deux offensives alliées progresseront désormais plus ou moins en parallèle : qui de Belgrade vers l’ouest du lac Balaton puis (peut-être) jusqu’à Vienne, qui de la Transylvanie jusqu’à Budapest et Bratislava. Dans les deux cas, chacun promet de travailler en bonne intelligence, l’un assure l’autre de sa parfaite volonté de collaborer pour la victoire contre l’hydre fasciste… et on jure la main sur le cœur qu’en aucun pays, les positions de chacune des armées n’ont vocation à devenir une frontière politique. Qui oserait penser une chose pareille ?
Dans les faits, c’est donc – comme prévu – un accord minimal et technique qui commence à sortir de cette discussion. Et si tout le monde veut bien faire encore semblant – au moins jusqu’à demain – de faire un effort pour trouver un meilleur compromis, chacun sait déjà qu’en réalité, il n’en sera rien, même si l’inverse restera proclamé haut et fort.

Opération Blockbuster
Vallées de la Save, de la Drina et du Danube
– Bernard Law Montgomery est évidemment informé des tractations en cours dans son Leyland Retriever aménagé. Sans trop de détails, qu’il ne réclame nullement, d’ailleurs. Pour le maréchal, une seule chose compte : ses ennuis sont enfin terminés, ou en passe de l’être – sauf accident bien sûr. En conséquence, et quand bien même le temps n’est pas au beau fixe et les idées n’ont pas été révisées en profondeur depuis avril, le Britannique a pris sa décision : il lancera l’offensive sitôt le gouvernement d’union yougoslave formé. Enfin débarrassée des contingences indigènes, l’armée impériale sera libre de marcher vers Vienne !
C’est sans doute un peu présomptueux… Mais Monty a un mandat clair de Londres et enrage d’avoir déjà perdu un mois pour des vétilles yougoslaves. Au surplus, avec l’enchaînement de victoires en France, il se trouve peu de monde dans les hautes sphères alliées pour accorder encore quelque intérêt à ce qui se passe en Croatie ou en Hongrie – les Américains, en particulier, se lavent littéralement les mains de cette région. Montgomery a donc les coudées franches. De toute façon, l’armée allemande agonise : c’est une évidence. La guerre sera bientôt finie. Pas question pour Monty de rester sur le bas-côté de l’Histoire !
Blockbuster va donc succéder à Market et Garden. La suite sera-t-elle aussi bonne que les premiers épisodes ? Quoi qu’il en soit, un ordre parcourt bientôt la plaine du Danube, de ligne en ligne et de tranchée en tranchée : « Get ready ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 14:28    Sujet du message: Répondre en citant

Ce qui suit figure ici pour ne pas vous obliger à courir d'une rubrique à une autre.
Il s'agit de Diplomatie. Simplement, n'oubliez pas que si les Espagnols (Plus Ultra! les Républicains, Una Grande Libre les Franquistes) ont (pour l'instant) rangé les couteaux, en Yougoslavie, on envisage tout juste de les rengainer, et en Chine… on s'en sert joyeusement entre Alliés (mais nous ne le verrons pas tout de suite).




1er juin
Yougoslavie déchirée
Fin de partie ?
Palais Blanc (Belgrade)
– Comme c’était prévisible, les discussions entre le gouvernement royal et le Narodni Front sont à tout le moins tendues – pour rester poli. A tel point qu’en réalité, et n’en déplaise aux ambitions de certains, on n’a même pas dépassé le stade du principe d’un gouvernement d’union nationale.
Les deux parties continuent donc aujourd’hui de se faire face, et prévoient sans doute de lutter pied à pied « avec une férocité mortifère » (1), comme ils l’ont déjà fait toute la journée d’hier. Côté titiste (et associés), on exige une part substantielle du domaine régalien – et notamment les postes décisionnels, comme par exemple l’Economie et la Guerre. Quant au HSS, il aimerait beaucoup qu’on sorte Juraj Šutej (notamment…) de sa prison de Nis, autant pour donner un peu de poids à sa délégation que par pur esprit partisan en faveur de celui qui fut, après tout, l’un de ses principaux responsables. Plus généralement, l’ensemble du Front Populaire s’étonne beaucoup de l’absence du Roi à la table des négociations – ce à quoi Božidar Purić répond que Sa Majesté viendra une fois une position commune arrêtée et présentable à qui de droit (donc notamment à lui).
On en est loin. Et avant même de se répartir les postes, d’ailleurs, il faut déjà répondre à une question simple : qui pour le poste de Premier ministre ? Purić se propose, bien sûr, de garder la place – principe de légalité et de continuité oblige. En échange, il offre généreusement d’accepter un vice-premier ministre choisi parmi les membres du Front. Ce statut auxiliaire et flou ne satisfait évidemment pas les intéressés. Ceux-ci exigent au contraire que le poste leur revienne ! Bon, peut-être (ce qui ne vaut pas acquiescement)… Mais auquel des partis constituant le Front ? L’AVNOJ ? Il n’en est pas question ! Cependant, cela n’empêche pas Milovan Đilas de proposer quelques noms, tous immédiatement rejetés.
Le Jugoslavenska demokratska stranka, lui, n’a tout simplement plus l’assise et les effectifs pour prétendre prendre la main. Milan Grol en est le seul cadre majeur – dans l’état de fragmentation actuel de son parti, il en est désormais l’unique figure tout à la fois connue et crédible.
Reste le HSS… Mais remettre les clés du pays au Parti paysan croate apparaîtrait comme un compromis avec les soutiens de Pavelic ! D’aucuns se demanderaient si ça valait vraiment le coup de faire la guerre…
Et chez les titistes, on réagit bien sûr de la même façon à l’idée de reconduire demain un des serviteurs du régime monarchique.
En résumé, les discussions n’avancent guère – elles semblent même bloquées. Margerie, qui a pris sur lui de tenter d’arbitrer les débats avec délicatesse, glisse alors : « Chers amis, il semble au moins que nous soyons d’accord pour convenir que le poste de Premier ministre ne peut revenir à aucun membre des mouvements et partis représentés ici ? »
Un jugement déplorable, qui recueille pourtant la silencieuse approbation générale. Le Français se demande si, au train où vont les choses, il ne va pas devoir proposer sa candidature ! Mais alors qu’il se prépare plutôt à reprendre son rôle d’observateur, une porte s’ouvre soudainement derrière lui, comme frappée par un coup d’épaule. Il se retourne et sourit pour la première fois de la journée : « Monsieur Šubašić ! Quel bon vent vous amène ? »
De fait, derrière le Croate, en retard, les cheveux quelque peu en bataille mais le sourire épanoui, il fait jour – un jour bien plus lumineux que dans la salle de réunion.

On ne joue plus
Ministère de la Défense (Belgrade)
– Le général Bogoljub Ilić entame, selon sa bonne décision de la veille, une réorganisation en profondeur de la gendarmerie royale, couplée à une récupération des nombreux détachements généreusement expédiés depuis la libération de Belgrade aux quatre coins de la capitale – le plus souvent pour des tâches pas forcément bien définies, mais destinées à satisfaire une foule de responsables locaux divers.
A terme, Ilić compte bien panacher ses divisions avec ces nouveaux éléments – libérant ainsi de ces unités un volume substantiel de troupes expérimentées, dont il pressent qu’il risque d’avoir bien besoin quand il faudra s’occuper du cas des Corps-Francs… et de la répression en terre oustachie. Pour commencer ! Cette politique au long cours, pour évidemment avisée qu’elle soit, mettra cependant du temps pour apporter des résultats. On ne s’attend pas à un début de concrétisation avant une semaine au mieux, dix jours plus probablement – la faute à la complexité des plans en jeu. Ces démarches troubles donc, mais – faut-il le préciser – parfaitement connues du Palais à cette heure.

Mécontentement aggravé entre camarades
Mission militaire yougoslave en URSS (Moscou)
– Le général Velimir Terzić émet une note de protestation relative au cas des « incidents » attribués aux parachutistes soviétiques en Bosnie. Les chiffres sont modestes et peuvent paraitre triviaux – la réalité qu’ils recouvrent l’est un peu moins, par contre.
A cette heure, l’AVNOJ et son bras armé, l’OZNA, dénombrent au total – sur la base d’investigations toujours parcellaires et menées en seulement quatre jours sur un territoire partiellement libéré – 85 cas de viols (dont 74 accompagnés de la mort de la victime), 1 354 cas d’agression avec armes pour vol (et l’on ne parle pas ici de réquisitions, ce sont bien de Soviétiques déjà récupérés dont il est question) ainsi qu’au moins autant de bagarres avec le service d’ordre des titistes. C’est… regrettable. Et le mouvement Partisan, en toute camaraderie, de solliciter humblement du grand frère moscovite enquêtes et sanctions.
Cette note, pour modeste, constructive et se voulant confraternelle qu’elle soit, sera assez mal reçue par les services concernés. Et, comme tout ce qui est désagréable, elle finira aussi par remonter la chaîne du pouvoir politique.

Une grotte au nord de Višegrad (résidence du maréchal Tito) – Au même moment, et toujours dans une logique de transparence absolue et de coopération, les conclusions de ce même document sont présentées au général-major Nikolai Korneev par un Aleksandar Rankovic bien assuré de l’exactitude des faits cités.
La réponse du Soviétique n’est pas exactement celle espérée : Korneev explose de fureur et proteste vigoureusement contre « pareilles insinuations ». Tout le monde sait que le général-major est marqué par sa blessure, les événements du 7 mai et plus encore par les récentes décisions du Chef… Cependant, face au Yougoslave, il vitupère longuement contre les auteurs de la note, en dépit de toutes les évidences. Et quand Rankovic ose faire remarquer que « l’armée britannique, elle, ne s’est jamais laissé aller à de pareils excès », Nikolai Vasilevich se met carrément à hurler. Très fort : « Je proteste avec la plus grande vigueur contre à cette insulte qui est faite à l'Armée Rouge en la comparant aux armées des pays capitalistes ! »
Les choses en resteront là – sans le moindre résultat. A ceci près que Korneev, lui aussi, va envoyer un message à Moscou. Voire même plusieurs.

¡ Plus ultra !
Discorde
Mexico
– Diego Martinez-Barrio a tenté une seconde fois de réunir une assemblée préparatoire aux Cortès avec les députés espagnols en exil au Mexique, mais Indalecio Prieto a fait échouer cette tentative. Martinez-Barrio en tire les conséquences en démissionnant de la présidence de la JEL, la structure politique associant des mouvements allant des autonomistes catalans et basques aux prietistes… Le mariage de raison entre lui et Prieto a fait long feu, ce qui n’est guère rassurant au vu des échéances à venir. La volonté de faire primer les institutions de la Deuxième République chère à Martinez-Barrio s’oppose au désir de compromis de Prieto. Ce dernier considère même que la JEL est l’entité politique la plus représentative des Républicains en exil ! Il est vrai qu’il possède sur elle un certain ascendant… De plus, il n’entend pas renoncer à l’organisation d’un référendum national sur la forme à donner à la future Espagne post-Franco – référendum dont les termes seraient évidemment issus d’un compromis.

1- Roland de Margerie, Journal (1939-1944).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 14:31    Sujet du message: Répondre en citant

Dernier épisode du 1er Juin……

1er juin
De Sparte à Teutoburg (capitaine Pierre Percay)
Le mensonge
Un champ à l’ouest de Baranda (Voïvodine)
– « L’engin de chantier avance lourdement pour rejoindre le site désigné, dans un concert de grincements sinistres. L’atmosphère est lourde. Il pleut. La boue nous colle aux bottes. Et il me semble déjà que je vais passer une très, très mauvaise journée.
Tout à sa tâche, Rastolan guide et fait guider le chauffeur jusqu’à la zone délimitée la veille, faisant suivre aux chenilles un chemin prudemment déminé – on ne sait jamais. A ma droite, mon sergent déboule, avec sa gouaille et son esprit d’à-propos bien connus.
– Si c’est ce que je crois, j’espère que vous avez pas trop mangé ce matin, mon capitaine,
– Ça ira. Et vous, sergent ?
– Moi, je crois que Dieu a c…ié dans mon repas, une fois encore.
– Mmm… Allez, qu’on s’y mette.

Et l’engin s’y mit effectivement. Raclant la terre avec sa lame, par petites couches de dix à quinze centimètres au mieux, qu’il allait pousser au bord de la zone balisée par des piquets. Il passait, partait et revenait… C’était long. J’allai voir Rastolan.
– Si vous me demandez de le faire aller plus vite, mon capitaine, je ne sais pas ce…
– Je ne vous ai rien dit pour le moment, lieutenant. Mais quelle est la raison de ce manège ?
– Vous n’imaginez quand même pas qu’il va creuser pleine terre ? D’abord il n’a pas la puissance. Ensuite on fait de la fouille, pas du terrassement. Cette bécane est costaude, mon capitaine. Magnifique. Un Caterpillar D7 ! La qualité américaine. Mais il fait aussi 14 tonnes. Faudrait pas qu’il s’embourbe en poussant trop. Il racle donc jusqu’à atteindre la profondeur requise, en tassant le sol par chenillage. Voyez ? Il repasse sans cesse au même endroit.
– Je vois ça.

Le bruit du moteur, régulier, s’éloigne et revient vers nous sans varier tandis que le merlon sur le bord de la fouille grossit à vue d’œil… Finalement, un grand coup de klaxon et le moteur réduit.
– Je crois qu’on y est.
Un grondement sourd de contrebasse résonne à mes oreilles, en contrepoint du grincement du violon de mon conservatoire personnel. J’y vais avec eux. Evidemment…
Dans les romans policiers ou dans une vision romantique de la chose – si tant est que ce soit possible – on aurait décrit ici une main dramatiquement dressée vers le ciel, un enfant paisiblement couché à l’ombre de sa mère, à la peau blanchie mais à la beauté intacte sous le ciel bleu. Je ne le nie pas, cela aurait été beau, ou du moins théâtral. Marquant, spectaculaire. Symbolique.
En tout cas, cela aurait toujours été préférable à ce que j’ai vu, à hauteur de ce qui n’était pourtant jamais que la première couche d’un massacre.
– C’est moche, commente Augagneur.
– Et encore, ce n’est pas rendre justice à la chose, ajoute Bonhreil, le mouchoir à la bouche.
Baumann, lui, ne dit rien. Quant à Piveteau, son sang vendéen doit sans doute lui rappeler d’autres crimes infâmes, commis en d’autres temps, par d’autres gens aujourd’hui morts et pardonnés par la plupart – sauf par Dieu. L’amas de corps mélangés nous jugeait d’un air obscène ; la puanteur montait déjà, en dépit de la pluie. Et je croyais voir, au milieu de ce carnage, le visage de Gabriella… ou celui de Živojin Lazović, avec son fichu camion sur le bord du Danube.
– Il faudra vite couvrir ça avec des bâches ou remettre de la terre. Nous risquons de ramasser quelque chose : une maladie, un rat, une autre bestiole.
– Lieutenant, vous êtes décidément professionnel jusqu’au bout,
– Un de mes hommes a chopé la maladie du rat à cause d’un truc comme ça. Trois mois d’hosto, 35 kilos en moins et il est même pas certain d’en être sorti. Je ne souhaite ça à personne. Pas même à ceux qui ont fait ça… Quoique… A la réflexion… Salauds de Boches.
– Salauds de Hongrois !
résonne en écho.
Sans avoir besoin de tourner la tête, je devine qu’il s’agit d’un hypocrite péquin local. Tout le monde est criminel, donc, sauf les vrais coupables. Je soupire avant d’ordonner : « Voyez si votre gars peut dégager au moins une rangée sur toute la profondeur, qu’on ait une idée de l’étendue du… problème. Et trouvez-moi des gants et des masques à gaz. Ah, et puis, appelez aussi l’antenne médicale française à Belgrade, qu’ils envoient un légiste… Enfin, un médecin capable de faire ce genre de constatations. » »

Vous ne trouvez pas que c'est du vécu ?…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 5593
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 14:52    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Bon, trêve de Noël passée, revenons aux choses sérieuses

Youpi !
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9867

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 15:22    Sujet du message: Répondre en citant

https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Srebrenica ?
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9903
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 16:56    Sujet du message: Répondre en citant

Raah mais enfin Casus distille un peu ! Comment veut-tu que je suive ? Laughing

Bon ca bosse dur (oui tu verra ca, cher ami !). En attendant, les petits commentaires audios du réal :

Citation:
Mission d’autant plus importante que – c’est fort déplorable du point de vue de Moscou – le gouvernement royal refuse obstinément de signer le moindre accord autorisant l’entrée de troupes soviétiques sur son sol


OTL, Tito avait signé et c'était réglé.

Citation:
« Entre armées soviétiques, ils n’auraient pas fait tant d’affaires – ils se seraient tapé dessus et voilà tout ! »


On y reviendra assez vite ...

Citation:
on jure la main sur le cœur qu’en aucun pays, les positions de chacune des armées n’ont vocation à devenir une frontière politique. Qui oserait penser une chose pareille ?


Sujet pas encore tranché ... je maintiens avoir quelques arguments sur la partition de la Hongrie. L'un d'entre eux étant que, dans la défaite, les hongrois eux-même l'ont demandé !

Citation:
C’est sans doute un peu présomptueux… Mais Monty a un mandat clair de Londres et enrage d’avoir déjà perdu un mois pour des vétilles yougoslaves. Au surplus, avec l’enchaînement de victoires en France, il se trouve peu de monde dans les hautes sphères alliées pour accorder encore quelque intérêt à ce qui se passe en Croatie ou en Hongrie – les Américains, en particulier, se lavent littéralement les mains de cette région. Montgomery a donc les coudées franches. De toute façon, l’armée allemande agonise : c’est une évidence. La guerre sera bientôt finie. Pas question pour Monty de rester sur le bas-côté de l’Histoire !


Comme en France été 44, n'est-ce-pas ?

Citation:
« Monsieur Šubašić ! Quel bon vent vous amène ? »
De fait, derrière le Croate, en retard, les cheveux quelque peu en bataille mais le sourire épanoui, il fait jour – un jour bien plus lumineux que dans la salle de réunion.


Et la lumière fut. Ca parait facile, et pourtant OTL, ca a été pareil ... dans des circonstances plus simples et plus complexes à la fois.

Citation:
A cette heure, l’AVNOJ et son bras armé, l’OZNA, dénombrent au total – sur la base d’investigations toujours parcellaires et menées en seulement quatre jours sur un territoire partiellement libéré – 85 cas de viols (dont 74 accompagnés de la mort de la victime), 1 354 cas d’agression avec armes pour vol (et l’on ne parle pas ici de réquisitions, ce sont bien de Soviétiques déjà récupérés dont il est question) ainsi qu’au moins autant de bagarres avec le service d’ordre des titistes. C’est… regrettable. Et le mouvement Partisan, en toute camaraderie, de solliciter humblement du grand frère moscovite enquêtes et sanctions.


Parfaitement OTL, on avait 20000 crimes en Serbie durant le passage de l'armée rouge à Belgrade. Ici c'est moins ... évidemment.

Citation:
La réponse du Soviétique n’est pas exactement celle espérée : Korneev explose de fureur et proteste vigoureusement contre « pareilles insinuations ». Tout le monde sait que le général-major est marqué par sa blessure, les événements du 7 mai et plus encore par les récentes décisions du Chef… Cependant, face au Yougoslave, il vitupère longuement contre les auteurs de la note, en dépit de toutes les évidences. Et quand Rankovic ose faire remarquer que « l’armée britannique, elle, ne s’est jamais laissé aller à de pareils excès », Nikolai Vasilevich se met carrément à hurler. Très fort : « Je proteste avec la plus grande vigueur contre à cette insulte qui est faite à l'Armée Rouge en la comparant aux armées des pays capitalistes ! »
Les choses en resteront là – sans le moindre résultat. A ceci près que Korneev, lui aussi, va envoyer un message à Moscou. Voire même plusieurs.


Parfaitement OTL.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wings



Inscrit le: 11 Mar 2022
Messages: 513
Localisation: U.S.A

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 17:03    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Sujet pas encore tranché ... je maintiens avoir quelques arguments sur la partition de la Hongrie. L'un d'entre eux étant que, dans la défaite, les hongrois eux-même l'ont demandé !


Le plus logique voudrait une Hongrie partagée le long du Danube, avec un Budapest-Ouest et un Budapest-Est (ou un Buda et un Pest).

Et on aurait enfin une situation post-Guerre intéressante plutot que de garder les frontieres OTL (d'ailleurs je maintiens toujours qu'une Tchéquie "bleue" et une Slovaquie "rouge" aurait été tout aussi intéressant!).
_________________
"It takes the Navy three years to build a ship. It will take three hundred years to build a new tradition. The evacuation will continue." Sir Andrew Cunningham, Mai 1941
"Let me soar! [...] I need no great host, just [Tyene]" - Nymeria Sand, AFFC II
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9903
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 17:10    Sujet du message: Répondre en citant

Pierre mérite une rubrique de commentaires à part ...

Déjà, vous reconnaitrez l'homme de l'art - professionnalisme personnel oblige. A l'époque, on n'a pas de pelles hydrauliques - de simples engins mécaniques. Creuser pleine masse serait infect et ne donnerait pas de résultats satisfaisants. Sans parler de l'aspect ... gruesome que ca rendrait. N'en déplaise à Percay, il faut du temps pour bosser correctement !

Citation:
Moi, je crois que Dieu a c…ié dans mon repas, une fois encore.


Citation non répertoriée, mais prise au hasard de mes notes. Si quelqu'un me la retrouve ...

Un D7 au travail.



Existe aussi en version blindée pour le déminage ou le chariage d'épaves.



Citation:
Un grondement sourd de contrebasse résonne à mes oreilles, en contrepoint du grincement du violon de mon conservatoire personnel.


Bande son offerte par la maison :
https://www.youtube.com/watch?v=sLvSt79kuX8

Vous remarquerez que je prends soin de ne rien décrire. J'ai trouvé ca plus puissant. Mais si vous voulez un point de comparaison, vous imaginez un reste de barbaque enterré depuis 3 semaines dans de la boue vaseuse. Ah tiens, ca me fait penser à l'instant à un truc.

https://www.youtube.com/watch?v=ou4UjwKag7E

Citation:
– C’est moche, commente Augagneur.
– Et encore, ce n’est pas rendre justice à la chose, ajoute Bonhreil, le mouchoir à la bouche.


Pareil, me rappelle plus. Ca fait 6 ans que je prépare ces scènes.

Citation:
Baumann, lui, ne dit rien. Quant à Piveteau, son sang vendéen doit sans doute lui rappeler d’autres crimes infâmes, commis en d’autres temps, par d’autres gens aujourd’hui morts et pardonnés par la plupart – sauf par Dieu.


De Villiers, le puy du fou, tout ca ...

Citation:
Živojin Lazović, avec son fichu camion sur le bord du Danube.


Vous vous en rappelez, du camion plein de cadavres ? On l'a pas oublié, TKT comme disent les djeuns.

Citation:
– Un de mes hommes a chopé la maladie du rat à cause d’un truc comme ça. Trois mois d’hosto, 35 kilos en moins et il est même pas certain d’en être sorti. Je ne souhaite ça à personne. Pas même à ceux qui ont fait ça… Quoique… A la réflexion… Salauds de Boches.


Souvenir personnel professionnel ... Un entrepot de barbaque incendié à Corbas en aout 2012. Il y avait 4000 tonnes de viandes la-dedans. Et il fait chaud à Lyon en été. Le gars du lieutenant a eu de la chance - le résultat présenté est celui de la médecine moderne. Et non je n'étais pas le patient. Dieu merci !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 10334

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 17:13    Sujet du message: Répondre en citant

@ Wings :Ce serait certainement intéressant mais je ne sais pas si c'est faisable politiquement. Enfin, même si la fin de la guerre est proche je pense que c'est encore un peu trop tôt pour fixer les frontières d'après guerre. Je pense que la frontière pourrait bien être juste devant le canon du char le plsu avancé au moment de l'armistice.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 3336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 18:12    Sujet du message: Répondre en citant

Wings a écrit:
Citation:
Sujet pas encore tranché ... je maintiens avoir quelques arguments sur la partition de la Hongrie. L'un d'entre eux étant que, dans la défaite, les hongrois eux-même l'ont demandé !


Le plus logique voudrait une Hongrie partagée le long du Danube, avec un Budapest-Ouest et un Budapest-Est (ou un Buda et un Pest).

Et on aurait enfin une situation post-Guerre intéressante plutot que de garder les frontieres OTL (d'ailleurs je maintiens toujours qu'une Tchéquie "bleue" et une Slovaquie "rouge" aurait été tout aussi intéressant!).

Moi aussi je trouve cette solution intéressante. Elle serait plausible au vu des changements par rapport à OTL et donnerait une carte de l'Europe d'après-guerre visuellement plus différente.
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 18:42    Sujet du message: Répondre en citant

La "maladie du rat" : infection bactérienne transmise par l'urine de rat et officiellement dite "leptospirose ictéro-hémorragique de Inada et Ido" (les deux Japonais qui l'ont identifiée les premiers).
En France aujourd'hui, les égoutiers (et quelques autres professionnels) sont obligés d'être vaccinés.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9867

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 19:07    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Souvenir personnel professionnel ... Un entrepot de barbaque incendié à Corbas en aout 2012. Il y avait 4000 tonnes de viandes la-dedans. Et il fait chaud à Lyon en été. Le gars du lieutenant a eu de la chance - le résultat présenté est celui de la médecine moderne. Et non je n'étais pas le patient. Dieu merci !


Preuve s'il en fallait une que le saucisson de Lyon passe assez mal au BBQ, fut il king size. C'est des durs eux, ils mangent la saucisse sèche, pas cuite...

Un incendie pareil bon sang, ça a du sentir la cochonnaille grillée dans toute la vallée du Rhone.
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 19:14    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Raah mais enfin Casus distille un peu ! Comment veut-tu que je suive ? Laughing


Je n'ai passé qu'une et unique journée !!! Cool
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9903
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Déc 27, 2023 19:20    Sujet du message: Répondre en citant

Ah mais le problème Archibald, c'est que la viande avait pas cramé. Sécurité incendie oblige. Et 3 semaines plus tard en plein soleil ... c'est pas le barbecue que ca sent.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/info/au-lendemain-de-l-incendie-de-corbas---71745.html
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Sud Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 18, 19, 20  Suivante
Page 1 sur 20

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com