Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Décembre 1943 à l'Est
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 16, 17, 18  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11699
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mai 08, 2021 10:17    Sujet du message: Répondre en citant

26 décembre
Bataille de Roumanie
Remaniement pour les fêtes
QG du HG SudUkraine (château de Bran, Brașov)
– Gotthard Heinrici, pour sa part, a préféré attendre le lendemain de Noël pour convoquer Hans-Jürgen von Arnim – évitant peut-être ainsi de trop se gâcher une soirée de fête déjà fort sinistre et loin de sa famille en recevant de surcroît un visiteur désagréable. De fait, le chef de la 2. PanzerArmee (qui n’a d’ailleurs plus de Panzer que le nom…) est d’une rigidité toute prussienne et visiblement d’une irritation à fleur de peau qui en ferait presque vibrer sa moustache. A force, il commence à avoir sa réputation sur l’Ostfront… « Je n’ose pas penser à son humeur si un jour il fallait capituler… » songe Heinrici – pensée sacrilège !
On en vient donc très rapidement au cœur du sujet. Arnim est venu avec des nouvelles de Manstein – il est allé il y a quelques jours à Kovel lui présenter ses respects avant de prendre congé. Le redéploiement du HG NordUkraine vers le sud est en passe de s’achever : bientôt, la 2. Panzer pourra mettre à la disposition d’Heinrici ses deux corps d’armée pour assurer la défense des points de passage de Tchernivtsi jusqu’à… mettons, Gura Humorului.
– Deux corps d’armées seulement, Arnim ? Vous n’en avez pas trois ?
– Je vous croyais au courant, Herr General ! Je suppose que seul le général Manstein en a été informé… Devant la dégradation de la situation en Serbie et alors même que le cœur de la Hongrie paraît menacé par les forces ploutocrates de la City, l’OKH a jugé préférable de transférer le 4e et le 7e Corps d’Armée hongrois au HG E, pour défendre la route de Budapest. Transfert fait à la demande du général von Weichs comme du commandement hongrois. A la place, on m’a demandé de mobiliser ma réserve d’armée [une division d’infanterie amaigrie et deux StuG Abt]… et on m’a confié les trois divisions du III. Luftwaffen-Feld-Korps du général Odebrecht.

Ah… Heinrici comprend que von Arnim fasse la tête…
Evidemment, tout cela arrange sans doute beaucoup de gens, entre un commandement allemand qui ne fait plus confiance à ses supplétifs et des Hongrois pressés de rentrer chez eux… En vérité, ce choix arrange même presque tout le monde – sauf lui, Heinrici !… Et von Arnim, bien sûr. Et ce n’est pas non plus très rassurant pour l’année prochaine, si l’état-major en est à expédier des renforts sur ses arrières, au bénéfice d’un imbécile comme Weichs. Pourtant, il faudra faire avec. Evidemment, le chef du HG SudUkraine ne manquera pas d’adapter son dispositif en conséquence…

Mer Noire
En guise de revanche
Au large de Constantza
– Après avoir patrouillé au large de Poti et entre Tuapse et Gelendzhik, l’U-23 est revenu rôder devant le port d’où les navires allemands ont été chassés quelques jours plus tôt. Dans la nuit, il attaque et touche de trois torpilles le pétrolier roumain Oituz (2 686 GRT), qui coule à l’ancre – le navire sera totalement perdu.


27 décembre
Yougoslavie ravagée
Cordiales félicitations
Moscou
– Depuis 1941 et l’invasion allemande qui l’avait chassé de Belgrade, l’Union Soviétique n’a pas officiellement renvoyé son ambassadeur, Viktor Plotnikov, auprès du gouvernement royal yougoslave, en exil ou dans le territoire libéré du Royaume. Pourtant, à l’heure où les forces royales du général Brasic rentrent « triomphalement » dans une Belgrade ravagée, le maréchal Staline adresse – par l’intermédiaire du ministre Molotov – un chaleureux compliment à destination du roi Pierre II. Dans ce sympathique message (qui sera bien sûr transmis à la presse), Staline félicite évidemment le Roi pour « les importants succès de son armée » (sic…), tout en soulignant le rôle important qu’ont joué « les valeureux Partisans de toutes obédiences » !
Naturellement, par-delà le délicat et froid poison qui dégouline de ces mots, le plus important n’est pas tant dans le message que dans ce qu’il implique. Staline est agacé du retour à Belgrade de ce despote (au sens byzantin du terme !), alors qu’il espérait tant s’adjuger l’ensemble des Balkans sur la route de Berlin et gagner enfin ainsi un accès aux mers chaudes. Non qu’il ait jamais considéré cet accès comme un de ses objectifs principaux – établir un glacis défensif autour de la Rodina et contrôler la Baltique ont évidemment la priorité dans son esprit – mais tout de même… C’est contrariant. Certes, il n’est pas du tout certain que ce Tito si agité puisse un jour prendre le pouvoir – mais son mouvement représente une valeur d’échange, qui va en se dépréciant au fur et à mesure que le gouvernement “légal” reprend possession de son territoire. Et comme il n’est pas (encore) question de s’opposer frontalement aux Occidentaux – surtout pour la Yougoslavie…
Tout cela, évidemment, le Vojd ne risque pas de l’expliquer directement à Londres. Il choisit donc ce canal médiocre pour exprimer à qui de droit son mécontentement. Churchill, finaud renard de la politique, y verra la preuve que sa stratégie fonctionne : empêché de mettre la main sur la Yougoslavie, le tsar rouge gronde et grogne. Mais du côté du souverain Karađorđević – très mal renseigné par son ambassadeur à Moscou Stanoje Simić, en poste depuis 1941 et auquel il ne fait plus guère confiance – c’est plus qu’une insulte. C’est une menace – et elle devra être traitée en conséquence.
Décidément, l’entente radieuse entre les Nations-Unies parait battre de l’aile, au fur et à mesure que leurs armées marchent vers la Victoire. D’ailleurs, comme une mesquinerie supplémentaire de la part de Staline, c’est seulement aujourd’hui que leurs Excellences Averell Harriman, Sir Archibald Clerk Kerr et Charles Corbin (pour les Etats-Unis d’Amérique, le Commonwealth et la République française) sont invitées à venir parapher dans les bureaux du Commissariat aux Affaires Extérieures, avec, éventuellement, les représentants d’autres nations, l’acte officiel de capitulation du royaume de Roumanie.
Non pas que cela fasse, dans le fond, beaucoup de différence – pour le moment et du point de vue de Londres, l’important est que la stratégie churchillienne de barrage à l’influence soviétique fonctionne, au moins en partie. Pour le moment…


28 décembre
Front de l’Est
Retour au pays
Ukraine occupée
– Comme ordonné par l’OKH – et, sans aucun doute, selon les instructions directes du Führer – les 4e et 7e Corps d’Armée hongrois (major-généraux József Heszlényi et István Kiss) quittent leurs positions au nord de Tchernivtsi à la faveur d’une accalmie. Ils vont enfin regagner leur patrie.
Nul doute que la nouvelle fasse grand plaisir à ses soldats – mais elle agrée assurément au moins autant au général Maximilian von Weichs, du HG E. Celui-ci dispose enfin de troupes de flanc pour défendre la Hongrie – car après tout, la Voïvodine, c’est la Hongrie ! – alors qu’il a déjà un grand morceau de l’ex-Yougoslavie à gérer. Autant de soucis en moins…
Par contre, et comme l’a si bien pressenti Heinrici, le départ des Magyars ne fait ni ses affaires, ni celles de Manstein au HG NordUkraine. Car, n’en déplaise à Hitler, les Hongrois tenaient tout de même 100 kilomètres de lignes, et leur départ laisse comme un trou qu’il va bien falloir boucher, bon gré mal gré. Mais peu importe, cependant, pour le dictateur : après la suite de trahisons ininterrompues que Berlin a subi de Noël 42 à Noël 43, et au vu des récents événements de Bar, on préfère savoir l’armée hongroise loin du front ! Du front russe – celui qui compte, bien évidemment.

Comme les carabiniers
Front des Carpates
– La 19. Panzer de Gustav Schmidt arrive de Biélorussie dans les Carpates pour se mettre à disposition du HG SudUkraine. Disposant d’engins modernes (Panzer IV, Leopard, JagdPanzer IV), elle aurait sans nul doute pu jouer un rôle d’importance dans les combats pour la Roumanie, auprès de ses quatre consœurs désormais dans la région. Mais il est un peu tard pour cela…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11699
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 10:37    Sujet du message: Répondre en citant

29 décembre
Yougoslavie ravagée
Bouderie moscoutaire
Moscou
– Tandis que le roi Pierre II Karađorđević regagne sa capitale en ruines dans les circonstances que l’on connaît, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques annonce – contrairement à la quasi-totalité des autres puissances des Nations-Unies – qu’elle ne renverra pas pour le moment son ambassadeur Viktor Plotnikov dans Belgrade libérée. Officiellement, il s’agit ici que de « considérations de sécurité » et autres « préoccupations logistiques liées aux dommages subis par la capitale ».
Ces explications ne sont certes pas dénuées d’un certain fondement – de fait, il n’y a que 60 kilomètres entre la capitale libérée et la ligne de front ! Mais tout de même, cette notable absence d’efforts de la part de Soviétiques que l’on sait (même diplomates !) habitués à la frugalité fait désordre. Au moins autant que la discrète insinuation de Moscou que l’URSS va sans doute se contenter, pour l’heure, de maintenir une représentation provisoire à Skopje, voire à Athènes, dans l’attente d’une « évolution favorable de la situation ». Favorable pour qui ? De là à souffler que la capitale royale n’est plus Belgrade, et que Pierre II n’est pas le bienvenu dans la totalité du pays…
Evidemment, Pierre II ne répondra pas – il a bien d’autres préoccupations pour l’heure. Et de toute façon, il n’échappe à personne que le royaume de Yougoslavie s’est lui-même bien gardé de réclamer le retour de Plotnikov – lequel signerait de fait la normalisation de ses relations avec Moscou. Or, il est actuellement des signes à ne surtout pas donner en Serbie…


30 décembre
Armée Rouge
Remaniement
Teofipol’ (Ukraine)
– Sur les lieux des combats de l’automne dernier (quand la fine fleur de la Schutzstaffel a été défaite, non loin d’ici !), le général Ivan Petrov arrive au QG du 1er Front Ukrainien dans sa Jeep Emka de fonction, accompagné d’une escorte dont la légèreté contraste singulièrement avec son grade. Accueilli par Vassilievski avec une compréhension touchant l’empathie, Petrov se trouvera vite à l’aise à l’état-major de ce groupe d’armées. Un Front dont les effectifs atteignent presque le triple de sa précédente affectation ! Et le maréchal, de son côté, n’hésitera pas à lui déléguer très largement ses tâches de commandement quotidiennes pour mieux se concentrer sur la préparation des opérations de l’hiver prochain. En résumé, tant que les apparences sont sauves…

Roumanie disciplinée
Pour la forme
Moscou
– Une délégation roumaine restreinte, centrée autour du ministre communiste Lucrețiu Pătrășcanu et du ministre des Affaires étrangères Grigore Niculescu-Buzești, est de retour dans la capitale soviétique. Elle doit signer (à nouveau…) la capitulation officielle du royaume de Roumanie devant les nations occidentales. L’occasion pour le ministre Molotov de faire un peu de cinéma, sur la scène internationale et devant les caméras, tout en soulignant une fois de plus de façon visible qui est désormais le maître de cette région du globe. Et pour ceux qui se poseraient encore la question, il ne s’agit certainement pas des capitalistes, qui ont dû attendre trois semaines pour que l’on vienne demander formellement leur approbation !
Bien conscientes du rôle qu’on veut leur faire jouer – comme du peu d’enjeu de l’événement (pas davantage que le 20 décembre dernier, quand il s’agissait de la Bulgarie…) – ces puissances n’ont donc dépêché, outre leurs ambassadeurs, que des personnalités de second plan et des “techniciens” : le général John York (proche d’Harry Hopkins, en charge de la mission Prêt-Bail) pour les Etats-Unis, Richard O’Connor (8th Army britannique, la plus près de la Roumanie…) pour le Commonwealth et, pour la France, évidemment, le général Henri Dentz. Ou comment essayer de faire croire, malgré tout, que le 18e GAA est pour quelque chose dans le retournement roumain…

Mer Noire
Fin
Au large du port de Sile (Turquie)
– Après une ultime patrouille pour l’honneur au large de Sulina, l’U-20 se saborde à l’est d’Istanbul. Il est imité quelques minutes plus tard par l’U-23, qui l’a rejoint après sa victoire devant Constantza.
Les deux U-boots sombrent donc dans la nuit au large des côtes ottomanes – leurs équipages rejoindront ensuite la terre en canot pour y être internés jusqu’à l’armistice (1). Les Turcs, les voyant arriver, ne manqueront pas de pousser un soupir de dépit – ils auraient bien mis la main sur ces sous-marins et rendu les équipages à l’Allemagne… mais le Reich, en ce moment, n’a plus envie de leur faire des cadeaux.


31 décembre
Luftwaffe
Réorganisation
Berlin
– Bon gré mal gré, l’organisation de la Luftwaffe doit tenir compte de l’évolution de la situation sur le terrain. Le FliegerFührer Schwarzes Meer, dépendant de la LuftFlotte 4, chargée du secteur sud du Front de l’Est, n’a plus de raison de porter ce nom. Il devient le FliegerFührer Ungarn, basé en Hongrie.

Roumanie disciplinée
Formalisme
Kremlin (Moscou)
– Une neige froide tombe sur Moscou, décorant fort joliment la capitale alors que les dignitaires alliés, soviétiques et roumains (la distinction a son importance !) sont rassemblés dans une modeste salle de conférence pour procéder à la signature de l’armistice entre les puissances occidentales et Bucarest – armistice qui n’est évidemment rien d’autre qu’une capitulation sans conditions.
Le document, en termes purement juridiques, ne va pas bien loin en lui-même… Passées les contingences techniques, il renvoie la quasi-totalité des problèmes à plus tard, entre les mains d’une commission de contrôle interalliée quadripartite (URSS, Etats-Unis, Royaume-Uni et France) définie à l’article 18 et destinée à « superviser jusqu’à la conclusion définitive du traité de paix la régulation et le contrôle de l’exécution du présent armistice, sous la direction générale et selon les instructions du commandement soviétique, qui agira au nom des puissances alliées ».
Une formulation qui ne laisse déjà guère de doute sur la réalité de la puissance qui dirigera la commission en question. Celle-ci devra siéger à Bucarest… tout comme les deux tribunaux populaires qui seront bientôt mis sur pied afin de juger les « criminels de guerre », selon l’article 14 de l’armistice. En vérité, rien de tout cela n’a vraiment d’importance – Moscou a déjà imposé ses décisions, et ses partenaires occidentaux n’ont plus guère qu’à les parapher, une petite ligne en dessus de la signature des Roumains. Mais c’est sans doute à ce prix que Churchill pourra continuer à dire, selon son discours du 13 décembre, que le Royaume-Uni a été effectivement « représenté dans les discussions ». Quant au délai entre ce discours et la présente signature, il est évidemment lié à des contingences techniques complexes, ayant imposé des négociations délicates – rien de plus.
Quoiqu’il en soit, une fois le document rapidement paraphé dans une ambiance maussade – le général O’Connor, en particulier, est à peine plus disert que lors de la cérémonie du 23 décembre – la délégation roumaine se retire. Et c’est un ministre Molotov affichant un sourire absolument charmeur qui lance alors à l’assemblée : « Et maintenant, chers amis, que diriez-vous de porter tous ensemble un toast à l’année passée, qui s’est achevée sur cette si brillante réussite conjointe ? »
On s’en doute, tout le monde dans la salle ne partage pas complètement l’enthousiasme de leur hôte. O’Connor aurait aimé rentrer chez lui pour les fêtes, tandis que John York ne goûte guère l’alcool collectiviste – seul le général Ernest Petit a l’habitude de ces agapes. Ainsi que Leurs Excellences les ambassadeurs, évidemment. Mais de toute façon, des serveurs entrent déjà dans la pièce, présentant sur des plateaux d’argents des verres de vodka en délicat cristal.
Une fois que chacun est servi, Viatcheslav Molotov ne se fait pas prier pour prendre l’initiative. Levant son verre avec emphase, il lance un vigoureux « Za Pobedy, Tovarishchi ! » que tout le monde ne saura pas ou ne voudra pas reprendre correctement. Et c’est sur cette note enchantée que s’achève donc l’année 1943.

Des Roumains chez les Soviets
Le bal des maudits
« La mer Noire est belle, sombre sous la lune, alors que des nuages viennent du nord… et du front. Autour du feu de camp et de l’accordéon, notre section est réunie avec notre nouveau lieutenant. Lucian Hasdeu – un nom quelque peu aristocrate – nous est envoyé par la Horia, Cloșca și Crișan pour contribuer à l’élévation de notre niveau professionnel et politique. Nul doute que nous aurons l’occasion d’y revenir l’année prochaine – et aussi, assurément, d’éprouver en bien des occasions notre valeur, tout en risquant notre vie. Nous verrons bien – et tandis que Gabriele joue une Sîrba, nous formons un cercle d’hommes et nous tournons, le bras tendu et la main fermement posée sur l’épaule de notre voisin. La nuit paraît pour une fois interminable, et le lendemain repoussé à plus tard… »
(Adieu mon pays… encore une fois, Vasil Gravil, Gallimard 1957)


Notes
1- Les épaves des deux petits submersibles, littéralement oubliés par l’Histoire, ne seront découvertes qu’en 2019. La presse les baptisera alors du titre quelque peu racoleur de « flotte perdue d’Hitler ». Particulièrement bien conservées et situées en eaux peu profondes, elles constituent un site d’étude privilégié pour les plongeurs à la recherche de vestiges des conflits contemporains.
2- NdA – Il s’agit d’un patronyme de boyard.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3985
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 10:54    Sujet du message: Répondre en citant

Maintenant, vivement Bagration !
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3679
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

ben je dirai plutot maintenant que 43 est terminé, vive la ré édition complète de 44 au fur et à mesure des livraison du front de l'est par demo
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
borghese



Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 503

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

Imberator a écrit:
Maintenant, vivement Bagration !

Des sels des seeeeels, le petit raton laveur déjà tout essouflé de sa course de fond fait un malaise quand on lui a dit qu'il fallait repartir incontinent sur un marathon!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1695
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 11:37    Sujet du message: Répondre en citant

Alors ça y est, l'année 1943 est définitivement bouclée? ça s'arrose! Ivrogne
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 12:38    Sujet du message: Répondre en citant

Boh, ca démarre déjà ! Merci à tous en tout cas. On fait la fête puis on reprend ...



Mais bon - j'ai peur pour 44. Et pas que pour moi, du reste.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1476

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 12:43    Sujet du message: Répondre en citant

Dans la délégation de personnalités signant l'armistice en Roumanie, pour la France, c'est le général Henri Dentz ou le général Ernest Petit? Ou bien les deux?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
borghese



Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 503

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 13:00    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Boh, ca démarre déjà ! Merci à tous en tout cas. On fait la fête puis on reprend ...



Mais bon - j'ai peur pour 44. Et pas que pour moi, du reste.




https://m.youtube.com/watch?v=OnT58cIJSpw
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 13:43    Sujet du message: Répondre en citant

Les deux, Finen.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1556

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 13:45    Sujet du message: Répondre en citant

Belgrade

Tous mes hurra - stop - Raccoon bien connaitre ame slave - stop - vivement suite - stop -dan attendu peage corbeil-essones - stop -bouteille slivovitz pour combattre vent.

Signé - Preskovic
_________________
"- Tous les allemands ne sont pas nazis, monsieur !
- Oui, je connais cette théorie, oui."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1476

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 13:59    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Les deux, Finen.


Merci Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6352
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 14:45    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
cette notable absence d’efforts de la part de Soviétiques que l’on sait (même les diplomates !) habitués à la frugalité

Oubli ?

Citation:
pour la France, évidemment, le général Henri Dentz.

Et donc aussi Ernest Petit, si j'ai bien suivi. Mais d'ailleurs, pourquoi deux représentants français ?
Sinon, au 20 décembre, Audet représente seul les Alliés occidentaux pour la signature de la capitulation de la Bulgarie cette fois :
1) pourquoi pas de britannique lors de cette première capitulation ?
2) les combats en Roumanie étant achevés au 20, pourquoi Audet (et l'éventuel représentant britannique) ne resterait-il pas quelques jours de plus pour la capitulation roumaine ? Une certaine continuité ne peut pas nuire.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 16:38    Sujet du message: Répondre en citant

Simple Loic - les deux événements ne sont pas les mêmes. La capitulation Bulgare a lieu dans des circonstances improvisées et imprévues de tous, même des soviéts. Initialement, il n'aurait été question d'une remise en ordre suivie d'un changement de régime. Dans ce contexte d'urgence, le 18th GAA (j'insiste - Audet représente les deux nations au titre de commandant en second, les anglais ont autre chose à faire en plein Garden ...) est représenté. Pas davantage.
La Roumanie, c'est un autre morceau. Les soviétiques ont fait lanterné, prévu le coup et minutieusement préparé les affaires - comme les alliés qui ont pu dépêcher des représentants en conséquence. Quant à Petit, il connait bien les russes et est surement déjà à Moscou ... Aussi, avec Dentz de la 2nd armée française..
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6352
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2021 16:48    Sujet du message: Répondre en citant

Disons qu'il serait logique, du point de vue français, qu'Audet fasse la seconde capitulation étant donné qu'il connaît déjà les "usages" soviétiques en la matière. Ou alors Petit pour les deux ?
Quant aux Anglais, pas même un général à envoyer ? Ils n'en manquent pas, quand même !
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 16, 17, 18  Suivante
Page 17 sur 18

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com