Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Décembre 1943 à l'Est
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, ... 16, 17, 18  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1695
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2021 16:43    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:

– Nous ne laisserons personne mettre en danger nos intérêts vitaux en mer Noire. Camarade-ministre Molotov !

On a été informé que Staline en rajoute un peu pour marquer le coup, mais je me demande s'il s'adresse normalement à Molotov de cette manière. Est-ce qu'il ne l'appelle pas Viatcheslav Mikhaïlovitch?
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11699
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2021 17:00    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, quand il est de bonne humeur !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1695
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2021 17:52    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Oui, quand il est de bonne humeur !

Insinuerais-tu que le débonnaire Staline, l'homme le plus gentil du monde, le guide affectueux de la classe ouvrière, l'ami des enfants, ne soit pas toujours d'excellente humeur?


_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6352
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2021 18:55    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
560. sPA.

Il est préférable de mettre la désignation habituelle.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2021 23:22    Sujet du message: Répondre en citant

@ Hendryk : Qu'est ce qu'il est sympa ce Staline ! Et il recoit même les valeureux ouvriers qui dépassent les quotas de production en taillant les pommiers du Kremlin tel un gentil papi ...




_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Volkmar



Inscrit le: 12 Oct 2017
Messages: 137

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2021 23:41    Sujet du message: Répondre en citant

L'offensive sur Suceava est déjà un succès ! Elle a traversé la Siret, la Suceava, et la Moldova. Ou alors c'est une offensive soviétique de l'ouest vers l'est ? (Oui, voilà, il semblerait qu'il y ait une erreur de rivière, normalement j'imagine qu'ils traversent la Siret)


Citation:
Enfin, à l’aile nord de Ploesti-Bucarest, la 47e Armée repart à l’attaque et traverse la Moldova à Hănțești et Bursuceni, visant encore une fois Suceava. Les mêmes causes appelant les mêmes effets (dans ce secteur, l’Axe a encaissé autant de pertes que l’Armée Rouge !) le LXVIII. AK (Walther von Seydlitz-Kurzbach) plie, ne rompt pas et appelle à l’aide les réserves d’armée. La vie est un éternel recommencement !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 00:07    Sujet du message: Répondre en citant

Un schéma ?


_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1476

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 06:25    Sujet du message: Répondre en citant

Hendryk a écrit:
Casus Frankie a écrit:
Oui, quand il est de bonne humeur !

Insinuerais-tu que le débonnaire Staline, l'homme le plus gentil du monde, le guide affectueux de la classe ouvrière, l'ami des enfants, ne soit pas toujours d'excellente humeur?



Bien sur qu'il est d'excellente humeur, n'est-ce pas une représentation du petit père des peuples déclarant que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée?
Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1695
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 08:14    Sujet du message: Répondre en citant

Finen a écrit:
Bien sur qu'il est d'excellente humeur, n'est-ce pas une représentation du petit père des peuples déclarant que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée?
Wink

A confirmer par quelqu'un qui lit la langue de Pouchkine, mais apparemment la légende dit "La gentillesse de Staline illumine l'avenir de nos enfants". Si c'est pas la preuve qu'il est sympa ça!
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11699
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 10:38    Sujet du message: Répondre en citant

6 décembre
Front du Danube
Embouteillage dans les transmissions
Bunker Zeppelin (près de Zossen, au sud de Berlin), 06h00
– Dans les entrailles surchauffées du robuste bunker Maybach 2 (1), les centraux téléphoniques et les installations de décryptage qui reçoivent et traduisent les messages en provenance de tous les fronts crépitent de jour comme de nuit. Parmi le flot des nouvelles qui partiront ensuite à la Chancellerie (le Führer a quitté Rastenburg, c’est l’hiver…), celles de France attirent le plus l’attention : on craint une attaque alliée en vallée du Rhône, un secteur hautement stratégique sur lequel l’OKW place bien des espoirs pour redresser la situation et démarrer 1944 sur de bonnes bases…
Dans ce contexte, et alors qu’il a déjà du mal à supporter la chaleur, le Hauptmann des Transmissions de garde est bien en peine de savoir quoi faire de cette communication en provenance de la 3e Armée roumaine, codée et transmise directement par le HG SudUkraine. Les Roumains sont-ils prioritaires ? S’agit-il de nouvelles demandes en parallèle du canal diplomatique ? Evidemment, juger de tout ceci n’est pas de son niveau – mais vu qu’il n’a aucune raison de presser la transmission de ce message et qu’il croule déjà (comme tout son service !) sous une énorme surcharge de travail, le câble passe finalement au milieu de la pile. Certainement pas oublié… mais pas non plus traité en urgence.
Il l’ignore, mais en agissant ainsi, cet officier vient de faire traîner la demande de renforts blindés du Conducator Antonescu pour le secteur de Tulcea, adressée hier soir à Wilhelm List – lequel, ne voulant décider de rien sur ce sujet (surtout qu’il a déjà les opérations sur la Siret à gérer !), a simplement transféré la requête à plus haut placé que lui. La requête attendra donc la conférence de milieu d’après-midi de l’OKH… Dommage, surtout pour les Roumains !

Ploesti-Bucarest – Un fleuve trop loin ?
Secteur du Front d’Odessa (Delta, Danube et Siret)
– Maussade le matin, le temps se dégage à nouveau dès midi – le Front d’Odessa peut donc appuyer à fond son offensive, en profitant de la curieuse réserve des blindés ennemis.
Tout à l’est du champ de bataille, la 18e Armée continue d’avancer, poussivement mais en usant progressivement les défenseurs qui lui font face. A Isaccea, la 14e DI ne peut guère que reculer, face à la marée qui bat toujours plus fort ses lignes. Stavrescu doit céder encore 3 kilomètres, pour se replier dans les collines vers Niculițel. Devant cette dégradation spectaculaire de la situation – surtout que, plus à gauche, la 9e Division de Cavalerie a elle aussi du mal à tenir sa ligne ! – Dumitru Dămăceanu, du 4e CA, sollicite dès midi de son chef d’armée Petre Dumitrescu une intervention de sa réserve. Ce dernier sent bien que ce corps est déjà déstabilisé – mieux vaut donc régler la situation au plus tôt, en engageant très vite la Division Blindée de la Garde. Surtout que, de son côté, Gheorghe Rozin (du Corps de Cavalerie) souhaite faire de même avec sa 1ère DB…
Seulement voilà : l’engagement de formations aussi stratégiques dépend entièrement du commandement suprême – Ion Antonescu lui-même. Lequel, entre deux crises de douleurs, attend le retour de Berlin pour envoyer autrui faire le travail à sa place. L’Axe perd ainsi un temps précieux… et pendant ce temps-là, Andrei Gretchko fait passer en hâte les blindés de son armée sur la rive sud : des modèles légers, anciens et même dépassés ; le front d’Odessa n’est pas riche ! Mais la 18e Armée dispose ainsi de toute une ménagerie d’engins pas forcément intégrés dans son ordre de bataille. Il s’agit notamment de BT-7, jamais envoyés à la ferraille et souvent très modifiés : OT-7 lance-flammes, SBT-7 poseurs de ponts, KBT-7 de commandement, BT-7M surblindés avec un obusier en tourelle… Evidemment inaptes face aux panzers, ils rendent néanmoins de précieux services contre les fortifications et l’infanterie. Et puis, ils font masse. Et le jeune conscrit roumain, sur sa rive sud, de s’interroger quant au risque d’être pris en étau, à terme, entre les monitors communistes et cet acier rouge dont il ne perçoit pas la fragilité.
La 6e Armée de la Garde, elle, continue à pousser à l’est de Brăila. Attaquant peu ou prou dans les mêmes secteurs que la veille, les frontovikis maintiennent la pression sur les défenseurs roumains, incapables de se redéployer ou même de manœuvrer, tandis que les chars allemands engagés en hâte la veille attendent toujours des instructions précises… La 5e Armée Aérienne pèse toujours plus lourd sur les épaules de l’Axe : bénéficiant d’une très large supériorité numérique – mais aussi d’un avantage qualitatif, grâce aux MiG-3U du 16 GvIAP, plus rapides que tous leurs adversaires, même les Bf 109 allemands. Matraquant toute la journée les lignes ennemies, au prix de 23 appareils contre 14 (les FARR ne restent pas inactives), elle permet à Pavel Batov de dégager enfin une large zone allant de Crângeni à Măxineni – où l’Armée Rouge peut espérer s’appuyer sur la Buzau pour faire face à une inévitable contre-attaque ennemie. Finalement, une belle performance face au 1er CA du général Corneliu Dragalina… Mais qui aura coûté cher !
Enfin, dans le secteur de Focșani, la 9e Armée continue à souffrir – ici, les forces allemandes et roumaines sont bien obligés de collaborer, pour des raisons tactiques évidentes. Incapable de percer, Vasily Glagolev est rejeté une fois encore sur sa rive, exception faite de quelques marais insignifiants entre Ciușlea et Rădulești. Mais – outre le fait qu’il cause des pertes notables à l’adversaire – il tient aussi occupées une bonne partie des réserves ennemies. Ce qui n’est déjà pas si mal.
………
Secteur du 4e Front Ukrainien (Siret et Moldova) – Autre région, autre diversion : le 4e Front Ukrainien poursuit son effort méritoire pour retenir l’attention de la Wehrmacht, pendant que le Front d’Odessa affronte, pour l’essentiel, l’armée roumaine.
Au sud de Bacău, la 62e Armée avance toujours pesamment vers le sud, enlevant ainsi peu à peu les positions de la région de Luizi-Călugăra à une 376. ID certes retranchée, mais aussi encore un peu verte pour les rigueurs du Front de l’Est. Le plateau de Petricica apparaît – et avec elle, la route d’Onești, encore à 9 kilomètres. Vers Faraoani, dans la vallée de la Siret, l’Armée Rouge pousse aussi : sur un terrain aussi défavorable, sans cesse mitraillée par l’artillerie et l’aviation rouges, la 330. ID n’a d’autres choix que de se replier en abandonnant 8 kilomètres à l’ennemi. Les Landsers de Georg Zwade font halte à Gheorghe Doja : ici, la berge se rétrécit en un couloir de moins de 3 kilomètres. Ils devraient donc pouvoir tenir… au moins un temps !
Pour ce qui concerne la 38e Armée, les choses continuent à se passer étrangement bien : l’Armée Rouge atteint Mărgineni et Bălănești, après avoir bataillé toute la journée dans les collines face à une 225. ID très mal soutenue par ses voisins, la 342. ID (Albrecht Baier), éloignée et affaiblie, et le KorpsAbteilung E (Herman Frenking), qui est ce qu’il est… Conscient qu’il serait pour le moins… inconvenant que les Rouges progressent davantage et reprennent les berges de la Cracău moins de deux mois après en avoir été chassé, Georg-Hans Reinhardt décide d’engager sans attendre sa 383. ID (Edmund Hoffmeister), avec la 20. Panzergrenadier et le 191. StuG Abt. Comme un air de déjà vu…. Mais la dernière fois, cela lui a bien réussi !
Enfin, pour conclure cette journée, la 47e Armée atteint Plopeni – le LXVIII. AK a une fois encore renoncé à défendre cette zone ingrate et se prépare désormais à tenir le verrou de Suceava avec le renfort de la 14. Panzergrenadier et du 190. StuG Abt. Demain, Fiodor Zhmachenko verra s’il est possible de faire quelque chose dans ce secteur.

Solidarité calculée
Aéroport de Tempelhof (Berlin), 16h00
– Hitler s’apprête à prendre l’avion pour la Wolfsschlucht II en France, où il désire se trouver pour suivre de près l’offensive – forcément triomphante – préparée par Rommel. Il espère pouvoir ensuite célébrer le Nouvel An au Berghof en comité restreint, comme il en a l’habitude.
C’est à ce moment qu’il prend connaissance – avec beaucoup de retard ! – de la demande du HG SudUkraine relative à l’engagement irréversible de réserves blindées au bénéfice de la 3e Armée roumaine. D’évidence, List – qui n’a déjà pas fait diligence pour transmettre cette requête – la juge suicidaire. Mieux vaut laisser le Russe piétiner les Roumains et attendre qu’il soit en plaine pour l’écraser. Et si besoin avec des renforts descendus du nord.
Cependant, Hitler n’est absolument pas d’accord avec cette solution, certes élégante, mais ne répondant nullement à son objectif de stabilisation à tout prix de la Roumanie. Tempêtant ouvertement face à ce qu’il appelle « un manque criant d’élan et d’esprit de responsabilité » (il oublie, comme souvent, le rôle auquel il a réduit ses généraux), le Führer retarde son avion pour ordonner personnellement l’engagement des panzers sur les berges du Danube. Et au plus tôt !

Des Roumains chez les Soviets
Le bal des maudits
« Je dois l’avouer ici : avant la guerre, je n’aimais déjà pas les bateaux. Et avec la guerre, cela ne risquait pas de s’arranger alors que nous étions tous là, serrés comme des sardines – des sardines valeureuses, mais néanmoins comprimées ! – sur le pont d’une barge inconfortable, tanguant fort sous les vagues… Nous avions froid, nous avions faim, nous étions déjà fatigués – plusieurs heures d’attente avaient précédé notre embarquement. Et pourtant, notre détermination restait intacte. Ce qui n’était pas forcément le cas de nos estomacs ! Un camarade, non loin de moi, incapable de s’approcher de la rambarde, vomit son repas sur le sol, éclaboussant les chaussures de ses voisins sans pour autant déclencher d’insultes. Solidarité. Stoïcisme. Certitude. Cette fois-ci serait la bonne. Au loin, sur la rive sud, Isaccea brillait déjà de mille feux. »
(Adieu mon pays… encore une fois, Vasil Gravil, Gallimard 1957)

La Roumanie s’inquiète… toujours plus
Un jour de perdu
Villa du Conducator (Băneasa, banlieue nord de Bucarest), 19h00
– Ion Antonescu prend note avec une lassitude déprimée de la réponse de l’état-major allemand du HG SudUkraine : leurs panzers agiront demain. Cette nouvelle lui fait une belle jambe ! Faute d’initiative allemande, il a lui-même été déjà contraint de mobiliser ses ultimes forces mécanisées pour intervenir demain à l’aube dans la région d’Isaccea et Grindu, face à une 18e Armée qui progresse bien trop vite. Les Teutons seraient-ils intervenus cet après-midi, qu’il aurait été possible d’arrêter les Rouges avant de lancer une contre-offensive. Las ! L’Axe a perdu une journée. La Roumanie a perdu une journée. Et une journée, à la guerre, surtout quand il est question de traverser un fleuve, cela peut vouloir dire beaucoup – les Français en savent quelque chose…

Au pied du mur
Bucarest
– Alors que la nouvelle de l’offensive soviétique fait monter l’angoisse dans tous les cercles dirigeants du Royaume, les membres du Bloc National Démocrate sentent bien que l’heure décisive approche.
Le roi Michel lui-même voit le nœud coulant se resserrer sur son cou : la Gestapo est venue ce matin interroger sa propre mère, Elena, à propos d’éventuelles menées anti-nationales ! La noble dame – qui était sur le point de partir à Sinaia pour une chasse très opportune – n’a évidemment rien dit. Mais qui peut affirmer que, demain, les Allemands se contenteront d’interrogatoires polis et de dénégations…
Décidément, il est temps d’agir. Au soir, quittant le palais royal dans une Lincoln qu’il tient à conduire lui-même, le souverain se rend lui aussi à une « partie de chasse » donnée à la Casa Nouă – une petite villa discrète située dans le parc derrière le palais. Pas de cuisine, peu de confort… mais une discrétion à toute épreuve. Là-bas, Michel – flanqué de son secrétaire particulier Mircea Ionniţiu, de son aide de camp Emilian Ionescu et bien sûr de son maréchal du palais, Constantin Sănătescu – retrouve des personnalités bien connues : le baron Mocsony-Styrcea, Grigore Niculescu-Buzești (l’agent servant de lien avec Iuliu Maniu), ainsi que le colonel Dumitru Dămăceanu, le chef de la garnison de Bucarest, acquis à la cause.
D’autres militaires les rejoindront plus tard dans la nuit. Des généraux notamment : Aurel Aldea (mis à la retraite en 1941 par Antonescu, suite à des très vifs échanges au sujet de la Légion de Fer) et Gheorghe Mihail, ancien conseiller militaire du roi Carol, “en réserve” depuis la prise de pouvoir du Conducator.
Et le Roi de lancer finalement : « Messieurs, c’est maintenant qu’il nous faut sauver notre Nation de la ruine, ou bien la regarder disparaître à jamais. Combien de temps pour rassembler les troupes nécessaires à contrôler les points stratégiques de Bucarest ? »
– Cinq jours,
répond Dămăceanu, tandis que Constantin Sănătescu approuve.
– Ce qui nous mène à la nuit du 11 au 12 décembre. Cela se passera ici-même. Messieurs, à dans cinq jours.
Et l’assemblée se disperse sans un mot.

Note
1- La toiture de l’installation, camouflée et affleurant à peine le sol, est multicouche : 2 mètres de sable, un mètre de Zerschellschicht (un produit conçu pour déclencher les détonateurs de projectiles perforants), une seconde couche de sable de 2,5 m d’épaisseur et enfin 3 mètres de béton. On calculera bien plus tard que le bunker aurait pu survivre à une explosion atomique ! Prix de la sécurité et des nombreuses installations techniques qui s’y trouvent : l’humidité dans le Zeppelin est très élevée, et la chaleur y est extrême (jusqu’à 38°C !).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1695
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 11:08    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Décidément, il est temps d’agir. Au soir, quittant le palais royal dans une Lincoln qu’il tient à conduire lui-même, le souverain se rend lui aussi à une « partie de chasse » donnée à la Casa Nouă – une petite villa discrète située dans le parc derrière le palais. Pas de cuisine, peu de confort… mais une discrétion à toute épreuve. Là-bas, Michel – flanqué de son secrétaire particulier Mircea Ionniţiu, de son aide de camp Emilian Ionescu et bien sûr de son maréchal du palais, Constantin Sănătescu – retrouve des personnalités bien connues : le baron Mocsony-Styrcea, Grigore Niculescu-Buzești (l’agent servant de lien avec Iuliu Maniu), ainsi que le colonel Dumitru Dămăceanu, le chef de la garnison de Bucarest, acquis à la cause.

C'est une habitude est-européenne, de fomenter des complots politiques en prétextant une partie de chasse?


_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 12:01    Sujet du message: Répondre en citant

Ah Hendryk ! Pour moi et pour tout un tas de bonnes raisons déjà soulevées, le vieux dans PDC c est Tito. Et le manoir, il est quelque part en Slovenie ...
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ChtiJef



Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 538
Localisation: Du côté de Clochemerle

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 12:16    Sujet du message: Répondre en citant

Hendryk a écrit:
Finen a écrit:
Bien sur qu'il est d'excellente humeur, n'est-ce pas une représentation du petit père des peuples déclarant que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée?
Wink

A confirmer par quelqu'un qui lit la langue de Pouchkine, mais apparemment la légende dit "La gentillesse de Staline illumine l'avenir de nos enfants". Si c'est pas la preuve qu'il est sympa ça!

Mon Larousse traduit laska par "caresses, attitude plein d'amabilités"...
Donc, "gentillesse", ça va.
_________________
la violence est le dernier refuge de l'incompétence. Isaac Asimov
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Volkmar



Inscrit le: 12 Oct 2017
Messages: 137

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 13:47    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Un schéma ?



Oui oui tout à fait !

Pardon pour l'ironie.
Il faudrait remplacer la Moldova qui est très à l'ouest par la Siret, non ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4995
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Avr 19, 2021 21:23    Sujet du message: Répondre en citant

Pas d'ironie et bonne remarque ! Wink
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, ... 16, 17, 18  Suivante
Page 2 sur 18

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com