Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Malgré-nous dans la FTL
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France occupée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1450
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Mar Nov 29, 2011 05:42    Sujet du message: Re: Alsace FTL 1940-1944 Répondre en citant

dak69 a écrit:
Bonjour
...
Bien amicalement


Citation raccourcie, car je tenais seulement a me faire l'echo de ce que tu as dit.

Mon granp pere maternelle (croix guerre 14/18, gaze a Verdun, croix guerre 39/45, medaille de la rsistance, Mort pour La France) a ete "rat de cave" (les agents des indirectes verifiant les bouilleurs de crues) en Alsace dans l'entre deux guerres. Ce qu'il a surtout rapporte a ma mere etait assez edifiant : une haine contre les francais de tout les instants (a rapprocher de la haine que nous franc comtois avons contre les parisiens; tant en proportion qu'en passage a l'acte).

Je rapproche la Comte de l'Elsass-Lotharingia; car ces deux provinces ont de nombreux points communs pour le sujet qui nous preoccupe :

1) ces provinces furent rattachees au milieu du XVIIeme; apres que la population locale ait ete "dispersee" (70% de morts en Franche Comte; 40% de la population alsacienne ayant emigree, et cela apres les ravages de la guere de 30 ans).

2) Alsace , comme Franche Comte; etaient traditionellement des provinces sans l'habituelle centralisme francais (decapole pour l'Alsace, le nom meme de la Franche Comte definissant les relations entre cette derniere et le Saint Empire Romain).

3)Ces trois regions ont non seulement des proximites culturelles et linguistiques (la moitie des patois villageois en fRanche Comme etait d'origine germanique, l'Arpitan n'etant jusqu'a periode recente (2eme GM) parle que par une certaine elite).

4) Le fait que les fonctionnairs francais dans une majorite,considerait un poste dans ces provinces comme equivalent a un poste en Algerie (etre poste a Schiltigheim ou etre poste a tisi Ouzzou!).

5) Le fait que le corps enseignant (francais de souche) pratiquais des methodes musclees pour apprendre le francais (tu parles teuton, donc tu vas mange du savon ...).

Donc la reaction du retour au Reich Allemand ne fut pas ressenti au debut comme un viol; mais simplement un retour a ce quifut durant pres de 700 ans. Si ce n'est que le 3eme n'etait pas le 2eme (Reich).

Pour memoire, Himmler avait dans les cartons un plan pour extraire la Bourgogne (Duche + Comte) et de la reserver pour la SS. Quid FTL de ce plan?
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merlock



Inscrit le: 19 Oct 2006
Messages: 1436

MessagePosté le: Mar Nov 29, 2011 09:49    Sujet du message: Répondre en citant

Holà on se calme.

Précision: J'ai 36 ans et je suis né (et vis toujours) à Strasbourg, même si me parents ne sont pas alsaciens (ma mère est née à Metz, mon arrière-grande-mère était allemande de la région se Stuttgart ).

Non, il n'y avait pas de "haine contre les francais de tout les instants" en Alsace*, mais en 1919 il y avait clairement une déception et des grincements de dents sur de nombreux points: fiscalité moins lourde, protection sociale plus généreuse et système juridique plus protecteur de l'individu à l'époque wilhelmienne.

Pour ces raisons, l'Alsace et la Moselle eurent droit à des "aménagements" en termes de lois qui génèrent à ce que l'on appelle toujours aujourd'hui le "régime local" où certains (et nombreux) point de droits applicables en Alsace-Moselle diffèrent sensiblement de ce qui se fait en France.

De fait il y avait une forte proportion d'Alsaciens "déçus" durant l'entre-deux-guerres et même de nostalgiques de l'époque wilhelmiennen laquelle avait passablement choyé la ville de Strasbourg enrtre 1871 et 1919 (il suffit de voir les aménagements de la "partie allemande" de la ville), mais parler de "haine de la France" me paraît sacrément exagéré.

Par contre, la "botte nazie" fut douloureusement ressentie entre 1940 et 1944, et d'une certaine manière c'est cette période qui, pour de bon, a dégoûté de l'Allemagne les Alsaciens-Mosellans.

Comme disait l'humoriste Roger Sieffert "la France devrait élever une statue à Hitler, car il a plus fait en 4 ans pour intégrer l'Alsace à la France, que la France n'en a fait en 250 ans.".



* mais peut-être y avait-il une haine des agents des indirectes vérifiant les bouilleurs de crues, quand on ne peut s'en prendre à une personne (surtout des impôts qui viennent vous prendre vos sous "durement gagnés", comme il se doit) on s'en prend à ses origines ou sa nationalité...
_________________
"Le journalisme moderne... justifie son existence grâce au grand principe darwinien de la survivance du plus vulgaire." (Oscar Wilde).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1775

MessagePosté le: Mar Nov 29, 2011 19:47    Sujet du message: Répondre en citant

Sans être du tout spécialiste de la question, je serais assez d'accord avec Merlock. Il y avait de sérieux tiraillements entre Alsaciens et Français de l'intérieur, mais c'est presque aussi vrai pour d'autres régions à fort particularisme (Bretons, Corses, etc), ce qui n'a pas empêché leurs jeunes de servir sous l'uniforme français en 39-40 de façon plus que satisfaisante. Et ceux qui sont passés par l'école française et ont écouté la radio française pendant vingt ans comprennent raisonnablement le français, même s'ils se sentent plus à l'aise en allemand (j'ai dû le signaler ailleurs: fin 1944 OTL, les résistants qui ont repris Radio-Strasbourg ont décidé de faire leurs bulletins d'information en allemand...).

Ce qui change FTL? L'existence d'un gouvernement français d'Alger en plutôt bons termes, à partir de Barbarossa, avec celui de Moscou. Du coup, Hitler devrait renoncer à envoyer les Malgré-nous sur le front russe, où les risques de désertion seraient vraiment trop élevés, et les affecter davantage à la lutte contre les maquis en Ukraine et Biélorussie. Ce qui veut dire otages fusillés et villages "zabralizés" (c'était le terme en usage à la LVF). Je crains qu'il n'y ait à la fin de la guerre quelques déchirements entre Alliés, quand le GPU réclamera la livraison des "criminels de guerre".
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3638
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Nov 29, 2011 20:23    Sujet du message: Répondre en citant

à l'appui de ces dire, en parlant des alsaciens engagés dans la royale, il ne m'est jamais revenu aux oreilles des histoires selon lesquelles certains auraient été pret à deserter pour rejoindre le reich
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1450
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Mer Nov 30, 2011 04:00    Sujet du message: Répondre en citant

Merlock a écrit:
Holà on se calme.

* mais peut-être y avait-il une haine des agents des indirectes vérifiant les bouilleurs de crues, quand on ne peut s'en prendre à une personne (surtout des impôts qui viennent vous prendre vos sous "durement gagnés", comme il se doit) on s'en prend à ses origines ou sa nationalité...


En fait , tu as manque la partie ou je disais que cette "haine" etait comparable a celle que nous franc-comtois avons pour les parisiens ... Si La Cuzon es toujours est hero, si Mandrin et les trompes-gabelous (je suis de Salins les bains pour tout expliquer) sont toujours chantes (Ange pour les connaisseurs); je n'ai pas de souvenir d'aggression physique contre les dits parsiens; tout comme mon grand pere n'a jamais ete aggresse , ni jamais rapporte une aggression sur un "francais".

Donc j'avais essaye de faire dans le 2eme degre, desole que tu te sois sentis aggresse.

Strassbourg est une metropole, cependant si tu vas dans la region situee entre Strassbourg et Sarrebourg (upcountry comme il dise ici); il etait plus facile en 1984 d'aborder une jeune femme en parlant allemand qu;en parlant francais (j'ai ete en garnison en la bone ville de Messieurs Erckman et Chatrian et il valais mieux crier 'GuttS" en rentrant chez le boulanger si on aimait les croissants aux amandes frais (un bonjour nous valait systematiquement ceux de la semaine precedente). Et si cela c'est pas de la haine ?!?!

Cela me fait penser a Patricia Kass, qui tournait regulierement dans les boites de la region a l'epoque ...
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merlock



Inscrit le: 19 Oct 2006
Messages: 1436

MessagePosté le: Mer Nov 30, 2011 11:15    Sujet du message: Répondre en citant

sting01 a écrit:
Donc j'avais essaye de faire dans le 2eme degre, desole que tu te sois sentis aggresse.


Je n'avais pas vu le 2ième degré, mais je ne me suis non plus senti agressé, rien de personnel. Je réagissait juste à des propos qui me semblaient être à la fois une sérieuse exagération et être globalement assez injustes: si les Alsacien (tous les Alsaciens!) ont un caractère, disons, "particulier", et pas toujours sympatique c'est un fait (en tant que Strasbourgeois, je suis le premier à reconnaître que le caractère alsacien est souvent sérieusement lourdingue), leur attachement EN GENERAL, à la France est réel et il l'ont assez prouvé au cours de leur histoire.

Certes, l'attitude envers la France est souvent emprunte d'une sérieuse dose de condescendance toute teutonne, mais les Alsaciens sont tout aussi prompt à railler la "lourdeur" allemande et ils estiment qu'entre la France et l'Allemagne ils ont choisi une bonne fois pour toute!


sting01 a écrit:
Strassbourg est une metropole, cependant si tu vas dans la region situee entre Strassbourg et Sarrebourg (upcountry comme il dise ici); il etait plus facile en 1984 d'aborder une jeune femme en parlant allemand qu;en parlant francais (j'ai ete en garnison en la bone ville de Messieurs Erckman et Chatrian et il valais mieux crier 'GuttS" en rentrant chez le boulanger si on aimait les croissants aux amandes frais (un bonjour nous valait systematiquement ceux de la semaine precedente). Et si cela c'est pas de la haine ?!?!


Non! Pardonne-moi l'expression, mais c'est juste de la connerie provincialiste. Je suppose que tu étais en garnison à Phalsbourg ? Mais tout comme Sarrebourg c'est en Moselle, pas en Alsace... Confused



Détail: Strasbourg s'écrit avec un seul "s", ou alors tu l'écris en allemand "Strassburg" ou avec le "ess-tzet" (ß) "Straßburg". Si j'insiste sur ce détail, c'est parce que sur certains forums j'ai souvent vu des gens m'écrire Strasbourg de la même façon que toi pour me signifier que Strasbourg est une "Ville boche" (vécu à titre perso, et pourtant la guerre est finie, quoi!!!). Je ne penses pas que c'était ta volontée, rassure-toi, mais je pense juste utile de le préciser...

Et pour Patricia Kass, je ne me prononcerai pas... Drapeau blanc
_________________
"Le journalisme moderne... justifie son existence grâce au grand principe darwinien de la survivance du plus vulgaire." (Oscar Wilde).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 5991
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mer Nov 30, 2011 12:40    Sujet du message: Répondre en citant

La connerie, ça existe partout. Quand j'habitais à Luxembourg, les autochtones passaient souvent du français au luxembourgeois quand approchait quelqu'un à portée d'oreille Rolling Eyes
Et pour l'Alsace, je confirme une certaine condescendance ("les Français de l'intérieur"). Ma mère m'en a pas mal raconté à ce sujet (ça vient en partie du fait que l'Alsace est une région plutôt riche, comparée à la Lorraine voisine). Mais il y a aussi des gens très ouverts.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bouhours Bernard



Inscrit le: 04 Mar 2008
Messages: 195
Localisation: Muret

MessagePosté le: Mer Nov 30, 2011 22:33    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir
"La connerie, ça existe partout. " Entièrement d'accord Loïc, mais j'ai parfois l'impression qu'elle abonde plus dans certains endroits. Finalement, en relisant ce qui a été écrit, j'ai le sentiment que les "malgré-nous" l'ont été plus ou moins à l'insu de leur plein gré. J'avais le doute à la lecture d'ouvrages sur la résistance dans ces régions là, où les jeunes qui ne voulaient pas partir, tout d'abord ne le proclamaient pas sur les toits, et se volatilisaient un beau jour. Ils partaient soit dans des maquis locaux, soit se débrouillaient par les filières d'évasion pour rejoindre la zone nono.Ca c'était en OTL. En FTL, les même filères doivent exister, elles peuvent conduire une personne, ou un groupe de personnes jusqu'en Espagne. (on ne parle pas assez des filères d'évasion dans la Résistance, et pourtant leur role fut immense, et les risques aussi élevés que dans les maquis combattants) La différence avec l'OTL réside dans le fait que le colonel Groussard devrait chapeauter ces circuits, et s'il est intelligent, laisser suffisament de liberté aux exécutants pour qu'ils puissent agir efficacement. Amitiés.Bernard
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1450
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 02:25    Sujet du message: Répondre en citant

Merlock a écrit:
sting01 a écrit:
Donc j'avais essaye de faire dans le 2eme degre, desole que tu te sois sentis aggresse.


Je n'avais pas vu le 2ième degré, mais je ne me suis non plus senti agressé, rien de personnel. Je réagissait juste à des propos qui me semblaient être à la fois une sérieuse exagération et être globalement assez injustes: si les Alsacien (tous les Alsaciens!) ont un caractère, disons, "particulier", et pas toujours sympatique c'est un fait (en tant que Strasbourgeois, je suis le premier à reconnaître que le caractère alsacien est souvent sérieusement lourdingue), leur attachement EN GENERAL, à la France est réel et il l'ont assez prouvé au cours de leur histoire.

Certes, l'attitude envers la France est souvent emprunte d'une sérieuse dose de condescendance toute teutonne, mais les Alsaciens sont tout aussi prompt à railler la "lourdeur" allemande et ils estiment qu'entre la France et l'Allemagne ils ont choisi une bonne fois pour toute!


sting01 a écrit:
Strassbourg est une metropole, cependant si tu vas dans la region situee entre Strassbourg et Sarrebourg (upcountry comme il dise ici); il etait plus facile en 1984 d'aborder une jeune femme en parlant allemand qu;en parlant francais (j'ai ete en garnison en la bone ville de Messieurs Erckman et Chatrian et il valais mieux crier 'GuttS" en rentrant chez le boulanger si on aimait les croissants aux amandes frais (un bonjour nous valait systematiquement ceux de la semaine precedente). Et si cela c'est pas de la haine ?!?!


Non! Pardonne-moi l'expression, mais c'est juste de la connerie provincialiste. Je suppose que tu étais en garnison à Phalsbourg ? Mais tout comme Sarrebourg c'est en Moselle, pas en Alsace... Confused



Détail: Strasbourg s'écrit avec un seul "s", ou alors tu l'écris en allemand "Strassburg" ou avec le "ess-tzet" (ß) "Straßburg". Si j'insiste sur ce détail, c'est parce que sur certains forums j'ai souvent vu des gens m'écrire Strasbourg de la même façon que toi pour me signifier que Strasbourg est une "Ville boche" (vécu à titre perso, et pourtant la guerre est finie, quoi!!!). Je ne penses pas que c'était ta volontée, rassure-toi, mais je pense juste utile de le préciser...

Et pour Patricia Kass, je ne me prononcerai pas... Drapeau blanc


le double ss est cause par mon clavier (en thai) et une certaine flemardise a ne pas me relire.

Tu es correcte pour Phalsbourg, si ce n'est que j'indiquais la region entre cette derniere et Stasbourg; et non pas la ville elle meme. Il se trouve que nous avons parcouru cette derniere en detail a pied, d'une maniere reguliere, et donc par necessite avions des contacts frequent avec les habitants du coin.

Mais oui, ce n'etait que du provincialiste, dans les deux sens car mes hommes etaient tres tres provinciaux.

En agrement avec Loic, je crois que la pire insulte que l'on puisse faire a un alsacien c'est de lui demande si il est lorrain ... Insulte similaire a demande a un vosgien si il prefere sa mere ou son pere. (2eme degre ici aussi!)
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1775

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 09:20    Sujet du message: Répondre en citant

Pour en rester aux douloureuses rectifications orthographiques, la chanteuse s'appelle Patricia Kaas et non Kass. Authentique Lorraine thioise de mère sarroise, et de langue maternelle plattdeutsch, c'est une artiste que j'aime bien et qui a beaucoup de succès en Europe centrale et orientale.

Par contre, Catherine Trautmann, maire de Strasbourg il y a une décennie, ne parlait ni l'allemand ni le dialecte. Les habitudes se perdent.
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dak69



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 345
Localisation: lyon

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 09:24    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous (et à toutes...)

Il s'est dit beaucoup de choses intéressantes ces jours-ci sur le sujet. J'ai déjà évoqué en partie mon histoire familiale (il y eut pire, par exemple cet exemple relativement proche d'un fils qui passa en Suisse puis revint dans l'armée de Juin, et dont le frère cadet s'engagea dans la WaffenSS, Le cadet ne revint pas, et on en fit porter la responsabilité à l’ainé... Docteur Freud, au secours ! mais il n'était pas d'usage de faire appel à lui, c'était même très mal vu), pour illustrer la variété des situations individuelles, poir lesquelles, 70 ans plus tard, nous n'avons pas tous les éléments pour comprendre, à défaut d'expliquer.

Comme je l'ai fait dire une fois à un de mes personnages , les Alsaciens, à l'époque, étaient Alsaciens avant tout ! (Et j'oserais même dire qu'ils le sont encore, certes dans une moindre mesure). Les traiter d'Allemands les vexera (pour ne pas dire plus), que ce soit dit par un francophone ou un germanophone. Et, pour compliquer la situation, les particularismes liés à l'Histoire, à l'intérieur même de l'Alsace, étaient bien vivants, au point que la crainte de "l'impérialisme strasbourgeois" subsiste encore aujourd'hui chez certains (l'exemple des réticences à la création d'une assemblée régionale unique en est une illustration).

D'un point de vue plus pratique, quid des évasions de l'Alsace occupée FTL ?

Tout d'abord, OTL, ces évasions n'étaient pas aussi faciles qu'on veut parfois le croire. Selon le canton suisse où on entrait, la situation n'était pas la même. Côté bâlois, on appliquait le règlement de manière stricte : on n'assimilait pas à un évadé celui qui voulait échapper à l'incorporation, et on le ramenait à la frontière (sauf s'il s'était enfoncé de plus de 10 km - distance qui . a varié avec le temps - à l'intérieur du territoire helvétique avant d'être "pris"). Il y avait des accommodements possibles, un certain responsable étant encore plus vénal que pro-nazi. Côté bernois (le canton du Jura n'existait pas à l'époque), l'assimilation était faite, et la filière normale était la remise aux représentants de Vichy en Suisse, avec un engagement dans l'armée d'armistice à la clé (il y avait un centre de regroupement à Annecy). . Mais ce dispositif s'arrêta bien évidemment en novembre 1942, date à laquelle les candidats à l'évasion commencèrent à affluer en raison de l'incorporation forcée (auparavant, le choix de s'évader dépendait exclusivement des situations individuelles), et bien entendu, les Allemands étaient au courant, et surveillaient les 20 km de frontière concernés de mieux en mieux au fur et à mesure que le temps passait, et donc surtout à partir de fin 1942. A ce moment-là, les jeunes Alsaciens qui réussissaient à passer en Suisse n'étaient plus pris en charge pour passer en zone non occupée, mais restaient en très grande majorité en territoire helvétique.

Dans la FTL, les motivations pour quitter l'Alsace seront les mêmes : individuelles au début, collectives ensuite. Mais une fois en Suisse, que peuvent-ils devenir ?
1. être remis aux représentants officiels français, qui ont déjà en charge le corps Daille passé en Suisse en juin 1940 et qui, FTL, y est resté
2. regroupés dans un "camp", où on leur demandera des travaux d'intérêt général, et où les Suisses fermeront de plus en plus les yeux avec le temps sur le côté pré-militaire (voire plus) de l'organisation mise en place par l'encadrement français originaire du corps Daille
3. être contactés par une "filière de sortie" vers l'Espagne, qui ne sera utilisée que par les plus motivés, attirés par exemple par l'aviation (pour la biffe, la formation de base se fera sur place, à l'exclusion de l'utilisation des armes à feu)
4. Pour les autres, ils suivront le corps Daille quand celui-ci retournera en France après le débarquement, quand la Suisse ne sera plus encerclée, et participeront à la libération.

Voilà pour aujourd'hui.

Bien amicalement

PS : Pour Sting, ma femme est comtoise de vieille souche, remontant au moins à l'époque de Charles Quint, et je confirme qu'il y a plus que des voisinages entre les habitants des deux provinces. Et comme on distillait tout autant de chaque côté, je confirme aussi que l'attitude face aux "indirectes" était la même. Même ceux qui travaillaient aux Impôts trichaient...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merlock



Inscrit le: 19 Oct 2006
Messages: 1436

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 09:44    Sujet du message: Répondre en citant

Bouhours Bernard a écrit:
Bonsoir
"La connerie, ça existe partout. " Entièrement d'accord Loïc, mais j'ai parfois l'impression qu'elle abonde plus dans certains endroits.


100% D'accord.

Bouhours Bernard a écrit:
Finalement, en relisant ce qui a été écrit, j'ai le sentiment que les "malgré-nous" l'ont été plus ou moins à l'insu de leur plein gré.


Disons que l'incorporation de force a été très largement subie et "esquivée" aussi souvent que possible. C'était rarement possible, en raison des représailles quasi systématiquement exercées contre les familles et qui pouvaient aller jusqu'à un internement en camp de concentration...

Il est vrai qu'en 1940des Alsaciens se sont volontairement engagés dans la Whermacht qui était alors auréolée de toute la gloire du monde. Quand on a 18 ans ça impressionne et l'uniforme teuton avec ses bottes en jetait auprès de filles!

A titre d'exemple: dans le patelin où nous avons une maison de campagne depuis 35 ans, il reste un "malgré-nous" de 91 ans à qui j'ai fait raconter son odyssée l'été dernier. En gros, sachant qu'ils allaient partir sur le front de l'Est, les Alsaciens-Lorrains ont flanqué un tel bordel dans le train qu'ils ont été expédiés... en Grèce! Où ils ont fait de l'ocupation et du ratissage anti-partisans. C'est grâce à la complicité d'un chef de la Résistance grecque qu'ils ont déserté à 12 d'un coup (l'un d'entre eux a disparu lors de leur fuite à travers un marais. On ne l'a jamais revu) et rejoint les partisans. Ils y ont été planqués plusieurs mois avant de se rendre aux Britanniques en 1945 et être rapatriés pour arriber à Marseille pratiquement le jour de l'a capitulation allemande.

Dans l'usine où travaillait mon père en tant que chef du personnel, il avait affaire à des syndicalistes. C'étaient des rudes! A l'ancienne! Pour l'essentiel ils avaient fait le front de l'Est, mais un jour où l"un deux était en veine de confidence il a avoué s'être engagé volontairement dans la SS à 17 ans en 1944. "Pourquoi ?" lui a-t-on demandé "Parce qu'ils m'avaient promis que je pourrai avoir une moto" a-t-il répondu...

Alors l'idéologie, hein ?

Autre chose: il y a eu un petit nombre d'Alsaciens à s'engager dans la Wehrmacht ou la SS par conviction. Ceux-là ont souvent été discrètement récupérés à la fin de la guerre avec l'étiquette "Malgré-nous" en échange de se faire oublier ensuite (genre : "tu te pointes pas aux commémorations et tu fermes ta gueule!"). Y'en avait aussi un dans mon patelin et pourtant c'était, en dehors de ça, un très brave type que tout le monde avait mis en quarantaine...

sting01 a écrit:
le double ss est cause par mon clavier (en thai) et une certaine flemardise a ne pas me relire.


J'avais oublié le clavier Thaï, toutes mes excuses... Embarassed
_________________
"Le journalisme moderne... justifie son existence grâce au grand principe darwinien de la survivance du plus vulgaire." (Oscar Wilde).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dak69



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 345
Localisation: lyon

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 13:35    Sujet du message: Répondre en citant

Alsaciens, Lorrains, Kriegsmarine et Luftwaffe.

Il faut savoir que les incorporés de force ne choisissaient pas leur destination.... Pour échapper à la waffenSS ou à la Heer, il fallait être volontaire pour la marine et l'aviation... avant d'avoir reçu sa feuille de route. Et, le plus souvent, la feuille de route arrivait non pas à domicile, mais chez le chef du service du travail quelque part au fin fond de l'Allemagne, et dont l'intéressé dépendait.

Pour la Luftwaffe, la plupart des volontaires ou des affectés étaient affectés à la DCA lourde (c'est moins risqué que le front russe...). Il n'y a que très peu de cas de pilotes alsaciens ou lorrains d'origine "non-allemande", c'est à dire nés en Alsace ou en Lorraine de parents prussiens ou bavarois. Le plus connu est René Darbois, qui fit cadeau de son 109 aux Américains avant de poursuivre sa carrière de pilote dans l'AA.

Pour la Kriegsmarine, l'incorporé de base, volontaire ou non, finissait dans les fusiliers marins, pas dans un sous-marin. Pour ceux-ci, les volontaires 100 % du Reich étaient déjà trop nombreux. Il y a eu de rares cas d'ex marins de la Royale, renvoyés dans leurs foyers par Vichy - n'oublions pas que la MN était vichyssoise à 95 % -, qui furent embarqués (car spécialistes...) sur des unités de la KM.

Avant l'époque de l'incorporation de force, les engagements volontaires étaient marginaux, contrairement à ce que la propagande allemande voulait faire croire, avec ses prospectus fallacieux. Et on ne pouvait pas s'engager où on voulait pour des questions administratives (dans la pratique, seule la waffenSS pouvait recruter à ce moment-là des "non Allemands de souche ou très fortement assimilables").
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 5991
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 20:06    Sujet du message: Répondre en citant

dak69 a écrit:
4. Pour les autres, ils suivront le corps Daille quand celui-ci retournera en France après le débarquement, quand la Suisse ne sera plus encerclée, et participeront à la libération.

Il faudra d'ailleurs ouvrir un sujet pour discuter de ça, car je ne sais pas comment ça s'est passé OTL.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dak69



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 345
Localisation: lyon

MessagePosté le: Jeu Déc 01, 2011 20:16    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Loïc

OTL, les soldats français internés en Suisse sont rentrés en France début 1941, suite à un accord avec Vichy et les Allemands, qui récupérèrent le matériel


Dernière édition par dak69 le Jeu Déc 01, 2011 22:45; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France occupée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 4 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com