Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Octobre 43 - Vatra Dornei-Gheorgheni
Aller à la page 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11436
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Fév 15, 2021 11:24    Sujet du message: Octobre 43 - Vatra Dornei-Gheorgheni Répondre en citant

Désolé, il faut suivre… Je n'allais pas placer ce qui suit dans la rubrique Diplomatie, mais on y trouvera des notes sur la diplomatie et la politique roumaine. Une fois archivé, ce sera plus en ordre.

14 octobre 1943
Du sang dans les Carpates
“Vatra Dornei-Gheorgheni”
4e Front Ukrainien
– Comme plus de deux mois auparavant, l’artillerie soviétique ouvre le feu contre les lignes de l’Axe, sous la pluie et dans la boue. L’attaque russe n’est pas une surprise complète – depuis plusieurs nuits, les Rouges ont dépêché éclaireurs et patrouilles de reconnaissance au-delà de la Siret. Certains ont été tués et d’autres capturés, ce qui a permis à Wilhelm List et Karl-Adolf Hollidt d’appréhender quelque chose… Néanmoins, c’est une chose de prévoir l’assaut ennemi, mais c’en est une autre de pouvoir y faire quoi que ce soit. Et le HG SudUkraine va devoir faire face seul et, au surplus, sans les divisions qu’il a dépêchées vers le nord.
En parfaite logique avec sa dénomination, l’action soviétique suit deux axes coordonnés mais autonomes : au nord, Suceava-Gura Humorului-Pojorâta-Vatra Dornei (47e Armée, 2e Corps Blindé) et au sud, Roman-Piatra Neamț-Bicazu Ardelean-Gheorgheni (14e Armée, 62e Armée, 3e Corps Blindé de la Garde).
………
Secteur de Suceava (Vatra Dornei-Gheorgheni Nord) – Pour la 47e Armée de Filipp Zhmachenko, usée par les combats passés pour la Moldavie et très imparfaitement recomplétée, les choses démarrent étonnamment bien, malgré une supériorité numérique relativement limitée. De l’autre côté de la Siret, la 50. Infanterie-Division (Friedrich Sixt) fait face seule sur la berge, en plaine et sans aucune formation pour l’assister à moins de 15 kilomètres. Elle doit donc reculer de 5 bons kilomètres pour ne pas se faire écraser… mais avec méthode et sans le moindre début de panique.
Faute de soutien du LXVIII. ArmeeKorps sur sa gauche (on craint une action supplémentaire de la 38e Armée vers Tchernivtsi, qui frapperait les LFD avant de tourner par leur droite les forces combattant au sud de Bar), le LIV. ArmeeKorps doit très vite reconnaître qu’il n’a rien de disponible à proximité. Les réserves de la 17. Armee présentes il y a deux semaines encore sont parties vers d’autres horizons… Dans l’incertitude quant aux intentions ennemies, et ne voulant pas engager d’emblée la 17. Panzer (son unique division blindée dans la région !), Wilhelm List ordonne à Karl-Adolf Hollidt de se débrouiller seul pour le moment, quitte à céder un peu de terrain. Ce dernier obtient cependant l’autorisation de faire monter en ligne le 190. StuG Abt (Hauptmann Dieter Bender) pour assister Carl Hilpert dans sa « défense élastique ». Du moins peut-on encore manœuvrer comme on le souhaite en Roumanie, tant que Rastenburg a les yeux rivés sur Bar… La 50. ID se replie donc vers Salcea, abandonnant Siminicea, Dumbrăveni et Bursuceni à l’ennemi.
En face, on est tout surpris de ce succès soudain – heureusement surpris c’est vrai, mais surpris néanmoins. Pas dupe de la supposée « faiblesse » des Fascistes que proclame déjà la propagande, Tolboukhine ordonne à Zhmachenko de faire traverser le 2e Corps Blindé (I.G. Lazarev), bien que cela l’oblige à bousculer l’ordonnancement de ses forces et à dégarnir un peu les flancs que les blindés sont toujours supposés couvrir. Plus vite les T-34 seront dans la plaine, plus vite il sera possible de disloquer le dispositif adverse afin de prévenir tout rétablissement. Et au pire, s’il se trouve sur sa gauche des Fascistes assez stupides pour avancer entre Vatra Dornei-Gheorgheni Nord et VD-G Sud, vers… Flămânzi ? – ce sera toujours une bonne occasion à saisir !
………
Secteur de Roman à Bacău (Vatra Dornei-Gheorgheni Sud) – Dans une ville dévastée par les bombardements (elle se trouve sur la ligne de front depuis la fin de Molot !), les frontovikis de la 14e Armée quittent eux aussi leurs tranchées et abris pour traverser la Moldova et percer le front ennemi. Sans le savoir, Valerian Frolov frappe l’extrémité de l’aile gauche de la 11. Armee : la défense des bourgs d’Horia et de Cotu Vameș relève de la 225. ID (Ernst Riße), du XXX. AK (Philipp Kleffel). Une division sensiblement secouée lors des combats au nord de Chișinău, mais encore bien assez opérationnelle pour tenir son rang.
Cependant, comme pour la 50. ID, son problème réside avant tout en l’absence absolue de réserve dans les environs. La 20. Panzergrenadier (Georg Jauer) est à 40 kilomètres en arrière (il faut bien, pour prétendre pouvoir se porter partout), sa droite est tenue par le pauvre KorpsAbteilung E (Herman Frenking, hors d’état d’agir), quant à sa gauche, c’est le secteur de la 17. Armee… Tout cela n’est donc pas très encourageant.
Pire : au même moment, la 62e Armée de Vladimir Kolpakchi pousse franchement à travers la Siret, au sud de Bacău, contre la 215. ID (Bruno Frankewitz) – une autre formation ayant beaucoup donné. Pour la 11. Armee de Georg-Hans Reinhardt, une percée à Bacău aurait des conséquences catastrophiques. En effet, elle aurait pour résultat à très court terme (les Carpates sont seulement 7 kilomètres en arrière !) d’isoler presque entièrement le XXX. AK de sa formation de tutelle, tout en ouvrant aux Rouges la route de Piatra Neamț (où stationne justement la 20. PzGr), voire celle de Comănești. Et même si, dans le dernier cas, la réserve blindée du Groupe d’Armées (15. Panzer, 560 s.PzJ. Abt) pourrait toujours donner, mieux vaudrait éviter, tant cela ferait désordre vis-à-vis de Bucarest…
En résumé, Reinhardt se retrouve coincé. Il doit gérer ses priorités – lesquelles sont, dans l’ordre : maintenir la cohésion de son armée, défendre les routes d’accès aux Carpates, enfin tenir sa position. Vu sous cet angle, Roman peut bien attendre… Aussi, tout en laissant la 225. ID se replier lentement afin de gagner du temps, Reinhardt ordonne à la 376. ID (Alexander von Daniels), en garnison à Buhuși (près de de son QG), de se porter vers Bacău au secours de la 215. ID. Par contre, il laisse les panzergrenadiers de Georg Jauer là où ils se trouvent. Mieux vaut attendre un peu pour espérer comprendre l’objectif ennemi… qui, au passage, est loin d’être évident !
Ainsi donc, pendant que les Landsers de Riße se font violemment secouer à Horia et Cotu Vameș – reculant de 3 kilomètres sous le seul poids du nombre et se repliant déjà vers Trifești – une lutte sauvage se déroule au sud de Bacău, dont l’Armée Rouge va devoir s’emparer de vive force. La cité fondée par Pierre 1er de Moldavie est située sur un point stratégique, à la confluence de la Siret et de la Bistrița. Cette position, qui a autrefois fait sa richesse, lui cause hélas un grand tort aujourd’hui ! Au soir, on se bat déjà dans ses faubourgs sud, alors que la 215. ID tente désespérément de ne pas se faire tourner sur sa droite, en attendant l’arrivée de la 376. ID.
Plus au nord, aucun renfort ne se portant face à lui grâce au soutien de Kolpakchi, Frolov peut donc pousser librement son avantage – mais avec prudence, selon son caractère. Et il a sur ses arrières le 3e Corps Blindé de la Garde (Pavel Rotmistrov), qui piaffe évidemment d’impatience.

Fauconnerie
Brasov
– Il pleut sur le sud-est de la Roumanie aujourd’hui – mais le gros des nuages est coincé vers Bucarest, contre les Carpates, et l’averse n’empêche donc pas les VVS d’aller bombarder le plus grand centre industriel aéronautique du pays. Le QG du HG SudUkraine (situé logiquement, tout comme celui de la 11. Armee, à proximité de ce carrefour d’importance) a donc le pénible privilège d’observer les Tu-2 et Il-4 à l’étoile rouge frapper les principales usines d’aviation roumaines en dépit de l’opposition furieuse de la DCA locale, de la Flak (il y en a) et bien entendu des FAAR. Trois MiG-3U, 2 Yak-9D et 8 bombardiers (dont deux adjugés au lieutenant Vasile Gavriliu, qui rejoint ainsi le club des As) sont abattus, mais en échange de 2 Bf 109G et 4 IAR-80, dont un s’écrase à l’atterrissage, au milieu d’un grain.
De son côté, la Luftwaffe, absente car déployée plus au sud, ne réagit que tardivement. Le I/JG.4, basé vers Târgu Mureș, tente néanmoins d’intercepter le raid sur le chemin du retour – sans succès, du fait des conditions météo. Cet effort méritoire quoique tardif ne sera même pas observé par les Roumains.

Retour d’enrouleur
QG du HG SudUkraine, Brașov (Transylvanie), 16h00
– Alors que les bombardiers soviétiques s’éloignent, Wilhelm List constate avec un très vif regret que son groupe d’armée est à nouveau la cible des attentions soviétiques, alors même qu’il est amputé d’une partie de ses forces vives et n’a guère amélioré sa situation depuis l’été.
Evidemment, il a déjà appelé Rastenburg… qui lui a demandé s’il n’exagérait pas un peu. Non il n’exagère pas – il aimerait. Et le général de solliciter le retour d’urgence de l’AA Kissel, qui lutte plus au nord sans conviction sous l’autorité de Weiß, et qu’Hollidt a déjà informé de la situation. Etonnamment, von Freyend n’a pas balayé la supplique d’un revers de main. A ce qu’il semble, il y a eu comme… une discussion orageuse ce matin au HG NordUkraine. Mais les choses semblent désormais en train de se décanter, d’une façon ou d’une autre. « Il faut attendre demain, Herr General. Nous y verrons plus clair demain. »
Sans doute… il ne peut que l’espérer ! Dans l’attente, le HG s’adaptera au mieux de ses capacités – ce qui va sans dire, donc inutile de le préciser plus haut.

La Roumanie s’inquiète
Doutes
Villa du Conducator (Băneasa, banlieue nord de Bucarest)
– Nouvelle crise d’angoisse pour Ion Antonescu. Après avoir vu ses champs pétroliers ravagés par les bombes alliées et son armée martyrisée par les obus soviétiques, après avoir perdu ses conquêtes et même une partie de son territoire, après avoir été contraint à une piteuse retraite derrière le Danube, le Conducator voit à présent ses centres industriels martelés par l’aviation rouge. Et voici qu’une de ses régions – naguère offerte par son “protecteur” à son ennemi juré, alors qu’elle avait été récupérée jadis au prix des plus grands sacrifices – est désormais de toute évidence la prochaine cible des communistes.
Il y a de quoi réfléchir. Surtout que les officiers de liaison germains ne sont guère diserts à propos de l’actuelle offensive russe – laquelle ne regarde nullement Bucarest, s’il faut les écouter. Pourtant, beaucoup de choses dépendront de la capacité des Allemands à faire face : s’ils cèdent, il faudra vite faire la paix, à n’importe quel prix… décent. S’ils tiennent, ils auront gagné avec leur sang le temps nécessaire pour marchander – une idée qui n’est d’ailleurs pas pour déplaire au Conducator, qui goûte malgré tout l’ironie de la situation avec une forme inusitée de Schadenfreude.
………
Au même moment, dans leurs bureaux, maisons et caches, les membres du Bloc National Démocrate arrivent à des conclusions analogues. Wait and see
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 1008
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Fév 15, 2021 16:27    Sujet du message: Re: Octobre 43 - Vatra Dornei-Gheorgheni Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:

[b]Secteur de Roman à Bacău (Vatra Dornei-Gheorgheni Sud)...Et il a sur ses arrières le 3e Corps Blindé de la Garde (Pavel Rotmistrov), qui piaffe évidemment d’impatience


Une petite correction à faire : le commandant du 3e Corps blindé de la Garde est Mikhail Panov depuis le 22 août dernier, Rotmistrov a été muté à l'état-major.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4695
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Fév 15, 2021 21:31    Sujet du message: Répondre en citant

Tu as raison, merci beaucoup - mais faut vraiment qu'on fasse un point ODB, le dernier date de Zitadelle. Un ... certain nombre de choses se sont passés depuis ! Laughing
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 1008
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Fév 15, 2021 23:33    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Tu as raison, merci beaucoup - mais faut vraiment qu'on fasse un point ODB, le dernier date de Zitadelle. Un ... certain nombre de choses se sont passés depuis ! Laughing


On avait commencé à échanger à ce sujet, on peut finaliser à partir de ces premiers éléments.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4695
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 00:20    Sujet du message: Répondre en citant

Effectivement, on peut le caser à debut novembre puis à fin novembre après le grand ... chambardement soviétique.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4695
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 00:52    Sujet du message: Répondre en citant

Il faudra surement créer un ou deux AK voire KorpsAbteilung ... Cool
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6102
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 11:56    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Il faudra surement créer un ou deux AK voire KorpsAbteilung ... Cool

Si vous avez besoin d'un numéro d'AK disponible, demandez-moi.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11436
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 20:03    Sujet du message: Répondre en citant

15 octobre 1943
Du sang dans les Carpates
“Vatra Dornei-Gheorgheni”
Secteur de Suceava (Vatra Dornei-Gheorgheni Nord)
– La pluie se décale doucement vers l’Ukraine et la mer Noire alors que l’offensive soviétique – assez poussive pour l’heure, hormis dans les secteurs où l’ennemi choisit de céder du terrain – tente désormais d’accélérer grâce aux assauts de la 4e Armée Aérienne du général Verchinine.
Sur la route de Suceava, la 47e Armée continue donc de pousser pesamment, face à une 50. ID qui cède peu à peu du terrain, mais dispose maintenant du soutien du 190. StuG Abt, arrivé en renfort durant la nuit. Toutefois, malgré ce renfort plus que bienvenu, Friedrich Sixt reste en très nette infériorité numérique et doit donc constamment se retirer afin de ne pas se faire déborder. Du moins peut-il désormais compter, à sa droite, sur le soutien de la 339. ID (Martin Ronicke), sa partenaire au sein du LIV. AK, elle-même en train de se replier de la région de Liteni (il ne manquerait plus qu’il risque l’encerclement, si les Rouges remontaient de Roman !). Celle-ci va donc le soutenir plutôt qu’assister le XI. AK (Joachim von Kortzfleisch) – toujours occupé, pour sa part, à assurer la jonction avec la 11. Armee.
Face à cette opposition tenace, mais insuffisante, Filipp Zhmachenko gagne encore 5 Km jusqu’à Plopeni, ses forces se répandant dans la plaine moldave tout en tâchant, pour se couvrir à droite, de border la Suceava – la rivière cette fois, qui traverse la cité éponyme. Cette dernière gêne évidemment l’intervention de la 339. ID, qui doit la traverser pour venir se battre – au soir, le flanc droit de la 47e Armée n’est donc pas du tout menacé.
Plus important encore : sur les arrières, derrière Dumbrăveni, le 2e Corps Blindé a déjà fait passer une bonne centaine d’engins et peut désormais prétendre foncer vers l’Ouest. Direction Gura Humorului ! Oui… mais par où ? Ivan Lazarev, officier de très grande expérience malgré des débuts modestes (il était ouvrier tourneur dans les usines tsaristes, en 1914 !) a le choix entre contourner Suceava par le nord, via Adâncata, Pătrăuți (avant de s’engager dans la trouée de Pleșa, vers son objectif) ou par le sud, via Ipotești Drăgoiești (près de Ciprian Porumbescu) avant de suivre la Moldova jusqu’à Gura Humorului. Il a donc le choix entre le chemin le plus risqué (forêts, col facile à barrer…) et le chemin le plus facile… donc le plus évident. Et dans les deux cas, il faudra se glisser entre deux corps d’armée allemands. Le temps presse – à regret, Lazarev choisit la route du sud. Précisément le secteur que défend la 17. Panzer. Mais il fonce – et au soir, il est déjà à Tișăuți, cherchant un point de passage sur la Suceava tout en menaçant de couper le LIV. AK en deux.
………
Secteur de Roman (Vatra Dornei-Gheorgheni Sud) – La situation de la 17. Armee restant incertaine – son XI. ArmeeKorps se retire doucement vers la Moldova – la 11. Armee ne peut décidément que compter sur elle-même.
Au sud de Roman, la 225. ID, absolument esseulée et toujours davantage matraquée par les VVS comme par l’artillerie rouge, mène un combat sans issue qui menace à chaque instant de tourner à la débâcle. Ernst Riße et ses hommes sont clairement les grands sacrifiés de la défense mise en place par Georg-Hans Reinhardt. Face à une 14e Armée pourtant point trop flamboyante, ils doivent se replier en courant vers Făurei, ses collines et ses bois. La tête de pont de Roman, première marche de Vatra Dornei-Gheorgheni Sud, est donc enfin sécurisée. Dans la nuit, les frontovikis se rallient, puis entreprennent d’avancer vers l’ouest et le sud afin de menacer Bacău comme Piatra Neamț. Pendant ce temps, le 3e CB de la Garde (Mikhail Panov) fait déjà traverser ses chars.
………
Bacău (Vatra Dornei-Gheorgheni Sud) – Renforcé par la 376. ID d’Alexander Edler von Daniels, qui tient désormais sa droite et interdit un enveloppement par le sud et l’ouest, la 215. ID s’accroche désormais fermement au centre de la cité, farouchement défendu par les Landsers de Bruno Frankewitz contre les hommes de la 62e Armée. Pourtant, quel est l’intérêt de se battre pour cette malheureuse ville, qui date de la Dacie et a sûrement connu de meilleurs jours dans sa longue histoire ? Surtout avec la 17. Armee en plein repli tactique derrière elle et avec les Rouges qui percent à Roman…
Mais pour l’instant, Reinhardt a toujours les mains liées par List : le XXX. AK ne peut donc que subir – ce qui n’empêche pas son chef, Philipp Kleffel, de réclamer avec insistance qu’on l’autorise à manœuvrer, comme on a fini par le lui laisser faire face à Molot.

Décisions, décisions
QG du HG SudUkraine, région de Brașov (Transylvanie), 18h00
– Le hasard (aidé par les offensives communistes…) fait décidément bien les choses : les QG respectifs de la 11. Armee et du HG SudUkraine ne sont qu’à quelques dizaines de kilomètres. Celui de Reinhardt est situé en ville, dans la Casa Sfatului – une tour de guet devenue hôtel de ville par la grâce de la fortune de… la guilde des fourreurs locaux. Celui de List est évidemment plus en retrait, au château de Bran : un lieu facile à sécuriser, mais perdu dans les bois et d’ambiance sinistrement gothique (1).
C’est dans ce décor austère mais germanique – le premier ouvrage date des Teutoniques et la pierre actuelle est l’œuvre des Saxons de Kronstadt – que Reinhardt vient personnellement solliciter de son chef, Wilhelm List, l’activation des réserves blindées situées à Comănești. Celles-ci ne font pour l’heure rien d’utile, sinon compter les pins. Et en chemin, comme un sinistre présage, le chef de la 11. Armee est passé par l’hôpital militaire animé par la princesse Ileana (Bran est aussi une résidence royale !) – et qui, bien entendu, déborde de souffrances. Le vieux château en a vu d’autres, et pourtant…
– Herr General, je n’ai tout simplement plus aucune réserve à envoyer pour sauver mes forces de la destruction à Bacău. La 20. PanzerGrenadier est en route vers Făurei, afin d’assister la 225. ID pour barrer la route aux Rouges venant de Roman. Il me faut quelque chose pour fermer la voie du sud – sinon nous allons connaitre exactement la même catastrophe que celle qui vient de se dérouler au HG NordUkraine.
– Pour commencer, Reinhardt, gardez-vous bien de tout défaitisme !

L’intéressé rectifie instantanément la position – l’affaire von Sponeck, condamné à mort il y a moins d’un mois, a marqué les esprits… Mais heureusement pour Reinhardt, List n’est pas un nazi fanatique comme Schröner et consorts.
– Je vous comprends, bien sûr. Je sais que ce n’est pas votre petit KorpsAbteilung E qui va défendre seul l’approche nord de Bacău. Mais je refuse de dégarnir le flanc droit d’Hollidt – la 17. Armee est trop importante là où elle est, entre vous et Arnim. Surtout en ce moment !
Quelques instants de réflexion… Le chef du HG SudUkraine considère la carte d’un œil las, calé dans son fauteuil, les bras croisés.
– Il va falloir attendre le retour de Kissel. Je l’ai demandé – et obtenu ! – de Rastenburg. Il est déjà en chemin et devrait revenir bientôt. A ce moment, la 17. Armee pourra libérer un AK pour vous soutenir.
– Certes, Herr General. Mais dans l’intervalle ?
– Je vais activer la 15. Panzer et le 560. schw Pz Abt. Mais attention, vous n’en aurez pas le commandement direct ! C’est seulement sur l’autorisation expresse de Rastenburg –je me charge de l’obtenir avec l’aide de vos informations – que nous pourrons engager ces unités. C’est un ordre direct du Führer, sachez-le. Ce sera tout.

Georg-Hans Reinhardt salue et quitte la pièce, pour retourner à son QG. Il a donc obtenu ce qu’il était venu chercher… sans avoir le droit de l’utiliser. Décidément, la souplesse de commandement et la confiance ne sont plus ce qu’elles étaient, dans la Wehrmacht.

Fauconnerie
Reșița (Roumanie, près de l’ancienne frontière yougoslave)
– Les Uzinele de Fier și Domeniile Reșița sont les plus anciennes usines de Roumanie. Fondées au XVIIIe siècle sous les Habsbourg, elles forment aujourd’hui un immense complexe sidérurgique (avec cokerie, haut-fourneau, forges et usine d’engrenage) alimentant une foule d’ateliers implantés en périphérie : locomotives, armements, profilés métalliques, aiguillages, groupes électrogènes, pompes… tout sort de cette zone vitale pour l’effort de guerre roumain.
Intéressé par cet outil plutôt performant, le régime nazi a récupéré les 10 % d’actions qui appartenaient autrefois à la Československá Zbrojovka (2) afin de profiter d’une partie de sa production comme de la manne financière qu’elle fournit. Ainsi donc, la Roumanie verse des dividendes au Reich pour fabriquer son propre armement avec ses matières premières ! Les revenus en question finissent d’ailleurs le plus souvent dans la poche du maréchal Göring, via sa Reichswerke (3) qui a mis ici aussi sa grosse main sur les compétences techniques et commerciales – le tout au grand désespoir de feu le roi Carol II, qui essayait en son temps de conserver une industrie indépendante…
Evidemment, tous (et notamment le potentat nazi) peuvent se féliciter que cet ensemble stratégique soit si loin du front, perdu dans les montagnes de Valachie. Mais cela n’empêche pas les VVS de les frapper de nuit, avec environ 120 Pe-8 et Il-4 qui ont fait un large détour par le nord et la Transylvanie afin de contourner la région de Bucarest.
Détectés très tard par les défenseurs et attaquant comme en plein jour ces usines qui tournent 24 heures sur 24 (elles sont donc très éclairées), les bombardiers soviétiques alignent les installations comme lors d’un exercice… c’est-à-dire relativement mal. En ce qui concerne le bombardement stratégique, les Russes n’ont ni la coordination, ni la précision (pourtant déjà très perfectible !) de leurs partenaires occidentaux. L’attaque détruit néanmoins l’usine de locomotives (100 unités par an), ainsi que plusieurs forges. D’une façon générale, la production du site sera très perturbée pendant plusieurs semaines.
Les bombardiers repartent dans la nuit comme ils sont venus. Une DCA bien maigre prélève huit appareils. Informé, le FliegerFührer Schwarzes Meer Joachim Bauer – qui n’ignore rien de l’identité de l’un des propriétaires des usines – envoie en urgence tout ce qu’il a sous la main afin de pourchasser les importuns. C’est-à-dire… pas grand-chose : 4 Bf 110G du II/NJG.2 qui se trouvaient de garde sur la route du Heimat. Faute d’avoir été prévenus à temps, ceux-ci sont mal positionnés et seuls deux d’entre eux rattraperont quelques isolés vers Cluj-Napoca – ils en détruiront tout de même trois. Un bon score pour une intervention aussi improvisée, mais il est néanmoins très insuffisant pour espérer calmer la colère du chef.


Notes
1- Bien plus tard, le marketing touristique en fera (contre toute vraisemblance) le prétendu château de Dracula.
2- Cette entreprise tchécoslovaque saisie en 1939 possédait à Brno une usine fabriquant de l’armement et des tracteurs.
3- Conglomérat industriel consacré à l’extraction et au traitement du minerai de fer. Fondée par Göring en décembre 1936 grâce à la saisie de grands capitaux privés, la Reichswerke s’est ensuite étendue par des acquisitions extérieures agressives facilitées par l’intimidation, l’accaparement des fonds publics et les confiscations lors des annexions et occupations, tout en recourant largement au travail forcé pour atteindre ses objectifs. Dans le cas des entreprises roumaines, l’entrée au capital s’était faite sur la base d’un “arrangement amiable”, prévoyant une assistance technique contre une augmentation de capital. Cet arrangement permit notamment la construction des sous-marins roumains dans les chantiers de Galați et l’assemblage des S-boots de la KM qui devaient opérer en mer Noire, tout en livrant au Reich une grande partie de l’industrie roumaine.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3910
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 20:37    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
la 11. Armee ne peut décidément que compter que sur elle-même.

_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1111
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 22:07    Sujet du message: Répondre en citant

Tiens, sur la digestion vespérale :

Du sang dans les Carpates
“Vatra Dornei-Gheorgheni”
Secteur de Suceava (Vatra Dornei-Gheorgheni Nord)


"...l’offensive soviétique – assez poussive pour l’heure, hormis dans les secteurs où l’ennemi choisit de céder du terrain – tente désormais d’accélérer grâce aux assauts de la 4e Armée Aérienne du général Verchinine.
Sur la route de Suceava, la 47e Armée continue donc de pousser pesamment, face à une 50. ID qui cède peu à peu du terrain..."

Encore heureux que la dite 50.ID ne soit pas en métal, ça ferait des jeux de mots foireux...

"...Du moins peut-il désormais compter, à sa droite, sur le soutien de la 339. ID (Martin Ronicke), sa partenaire au sein du LIV. AK, elle-même en train de se replier de la région de Liteni (il ne manquerait plus qu’il risque l’encerclement, si les Rouges remontaient de Roman !). Celle-ci va donc le soutenir plutôt qu’assister le XI. AK..."

En voilà une armée de souteneurs... (épauler ?)
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6102
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 22:56    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Intéressé par cet outil plutôt performant, le régime nazi a récupéré les 10 % d’actions qui appartenaient autrefois à la Československá Zbrojovka (2) afin de profiter d’une partie de sa production comme de la manne financière qu’elle fournit. Ainsi donc, la Roumanie verse des dividendes au Reich pour fabriquer son propre armement avec ses matières premières ! Les revenus en question finissent d’ailleurs le plus souvent dans la poche du maréchal Göring, via sa Reichswerke (3) qui a mis ici aussi sa grosse main sur les compétences techniques et commerciales – le tout au grand désespoir de feu le roi Carol II, qui essayait en son temps de conserver une industrie indépendante…


Bravo ! Depuis le temps que je m'étais noté d'écrire quelque chose à propose de la Reichswerke ...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4695
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 23:02    Sujet du message: Répondre en citant

Nous avons eu un ... échange Casus et moi sur le sujet. Je crains d'être légèrement bavard ... Wink Wink Wink Wink Wink Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11436
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 23:12    Sujet du message: Répondre en citant

Bavard… uniquement dans le cadre de ce sujet. Dans un autre cadre, tu aurais pu t'étendre davantage Wink
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4695
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Fév 16, 2021 23:30    Sujet du message: Répondre en citant

Tu tiens vraiment à une nouvelle annexe sur le pillage européen du Reich ? Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11436
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 17, 2021 23:37    Sujet du message: Répondre en citant

16 octobre 1943
Du sang dans les Carpates
“Vatra Dornei-Gheorgheni”
Secteur de Suceava (Vatra Dornei-Gheorgheni Nord)
– Le beau temps revient peu à peu sur le champ de bataille. Dans la boue et les flaques d’eau, le 2e Corps Blindé poursuit son avance et atteint Bulai, menaçant effectivement d’enveloppement toute la région de Suceava – et surtout ses défenseurs, la 50. ID et le 190. StuG, qui reculent déjà pied à pied vers la ville.
Redoutant une catastrophe car il ignore à quel point Ivan Lazarev est isolé (son corps est la seule formation mécanisée soviétique de la région, et il a au moins 10 kilomètres d’avance sur la 47e Armée !), Carl Hilpert n’a d’autre choix que de solliciter de son chef Karl-Adolf Hollidt le repli immédiat de son LIV. ArmeeKorps sur une nouvelle ligne s’appuyant sur la Moldova et les monts de la région de Gura Humorului. Ce qui entrainera en cascade l’adaptation du dispositif de ses voisins, les LXVIII. AK et XI. AK – lesquels devront reculer respectivement de 35 et de 15 kilomètres du seul fait d’un manque criant de réserves.
A moins, bien sûr, que Wilhelm List ne décide enfin l’engagement de la 17. Panzer, qui continue avec application à ne rien faire à Gura Humorului, dans l’attente d’une nouvelle action communiste qui ne vient pas. Avec un peu d’acidité, Hollidt lâche carrément au téléphone : « A moins que vous ne préfériez que ce soit les chars russes qui viennent à Schilling ? » C’est l’évidence même – mais la crise de nerfs constante qui secoue Rastenburg depuis un mois, ainsi que la peur d’être accusé d’insubordination ou de défaitisme paralyse bel et bien la chaîne de commandement allemande. List n’a pas le caractère d’un Manstein, prompt à se passer des avis de ses supérieurs – il se donne jusqu’à ce soir pour réfléchir… mais autorise néanmoins d’emblée la 17. Armee à se redéployer comme il lui convient, pourvu qu’elle maintienne la liaison avec la 11. Armee au sud et avec Tchernivtsi au nord. Il met aussi la 17. Panzer en alerte, juste au cas où, tout en demandant à Hollidt de maintenir la pression sur le flanc gauche des Rouges à l’aide du reste du LIV. ArmeeKorps (321. et 339. ID). Pour ce faire, il lui offre aussi le 228. StuG Abt (Hauptmann Wilhelm von Malachowski), récemment arrivé et qui va enfin quitter Târgu Neamț pour aller appuyer la 339. ID (Martin Ronicke).
– La bataille aura lieu devant la Moldova – tenez Fălticeni et laissez les Rouges s’avancer. Nous les attirerons alors dans une bataille d’anéantissement avec les divisions revenues de Bar et la 17. Panzer, puis nous les écraserons.
Ce plan – aussi prussien qu’à l’accoutumée – en vaut bien un autre. Mieux, il fait gagner du temps et du sang contre du terrain… Mais il risque aussi de ne pas plaire en haut lieu, si l’OKH en a un jour connaissance.
Dans l’attente, la Wehrmacht déserte donc Suceava et la région de Dolhasca comme celle de Pașcani – un mouvement déjà bien amorcé la veille, en toute discrétion, afin de reculer en coordination avec l’aile gauche de la 11. Armee. Le HG SudUkraine abandonne ainsi la bande de terre plate intercalée entre les Russes et les Carpates. Rien de bien dramatique pour le Reich… Dans la soirée, la 47e Armée entre sans opposition dans Suceava, hissant une fois encore le drapeau rouge sur une ville roumaine, avant de poursuivre vers Ilișești. Avec une certaine réserve toutefois : Filipp Zhmachenko n’a à sa disposition que des ressources limitées (selon les standards de l’Armée Rouge !) et doit se border de tous les côtés face à un ennemi certes en retraite, mais dont on peut toujours redouter les soubresauts. Son infanterie ne dépasse donc pas Șcheia, en banlieue sud de Suceava. Quant aux blindés de Lazarev, ils sont déjà aux environs de Zaharești et foncent sans rencontrer d’opposition vers Gura Humorului…
………
Secteur de Roman (Vatra Dornei-Gheorgheni Sud) – Face à une poussée vers l’ouest toujours plus déterminée, et toujours plus renforcée par l’action des VVS, la 225. ID d’Ernst Riße craque complètement dans les collines de Făurei et déroute vers Piatra Neamț, couverte d’extrême justesse par la 20. PanzerGrenadier (Georg Jauer), laquelle s’oppose avec ses vieux Panzer III à l’infanterie soviétique et ses chars d’accompagnement.
Il y a un an, cela aurait peut-être marché… Mais pas avec le 3e Corps blindé de la Garde sur le flanc gauche, qui remonte depuis Hoisești pour prendre de flanc la soldatesque allemande en retraite. Qu’importe que les engins de Panov soient peu nombreux et dispersés avoir traversé la Moldova ! Pour la première fois depuis longtemps, ils sont qualitativement très supérieurs aux panzers, qui se font littéralement tailler des croupières en plaine, ne compensant leur infériorité en blindage comme en armement que par la qualité de leurs optiques ou par une meilleure coordination tactique (et encore, là aussi, l’écart tend à se réduire !).
En danger d’être défait en rase campagne et n’ayant de toute façon plus aucune raison de s’accrocher au terrain, Georg Jauer tâche de continuer à couvrir Riße tout en décrochant de sa propre initiative vers Piatra Neamț. Il envisage à présent d’y créer un bouchon : après tout, l’entrée de cette vallée, qui ouvre sur les Carpates, ne fait que 1 500 m de large. Le terrain est partiellement urbanisé et la Bistrița y coule. Les Rouges auront donc beaucoup de mal à le déborder ici ! Et puis, qui sait, cela pourrait réveiller la solidarité de la 17. Armee, ou attirer des réserves du HG… Au soir, la ligne de front se situe entre Dochia et Izvoare, mais évolue rapidement.
………
Bacău (Vatra Dornei-Gheorgheni Sud) – Au contraire de Suceava ou de Roman, l’Armée Rouge paraît ici s’embourber dans un combat de rues de peu d’intérêt, qui ruine la cité sans aucun gain. L’intervention de la 376. ID de von Daniels a été décisive. Désormais assurée de sa droite, qui recule légèrement mais sans plus vers Măgura et Dealu Mare afin de profiter des contre-pentes, la 215. ID s’accroche décidément à Bacău.
Certes, la 62e Armée tient à présent environ la moitié de cette ville de 40 000 habitants. Mais chaque pâté de maisons en ruines doit être arraché de haute lutte, sous une pluie d’obus – on ne voit guère les avions des VVS, requis plus au nord. Et le pauvre observatoire astronomique V. Anestin, bâti en 1911 afin de partir à la recherche des étoiles, sert désormais surtout de point d’appui pour l’artillerie… Il change d’ailleurs deux fois de main dans la journée, tout en résistant bravement aux explosions qui le secouent à intervalles irréguliers [Heureusement pour lui, sa structure de base est celle d’un château d’eau ! De là-haut, les soldats dominent toute la ville de 25 mètres et peuvent notamment voir flamber l’église Saint-Nicolas (XIXe siècle)…] .
En somme, Vatra Dornei-Gheorgheni Sud prend du retard, et pour pas grand-chose.

Décisions, décisions
QG du HG SudUkraine, Brașov (Transylvanie), 17h00
– Avec un infini regret, Wilhelm List constate qu’il n’a toujours pas l’autorisation de Rastenburg pour mobiliser la réserve blindée cantonnée à Comănești. L’OKH – c’est-à-dire Hitler – garde les yeux fixés sur les actions en cours dans la région de Ternopol (pour Bar, en revanche, il paraît qu’il y a un léger mieux…).
En conséquence, et bien qu’il ne soit pas allé jusqu’à contremander l’activation de la 15. Panzer et du 560. schw Pzr Abt, l’Oberst von Freyend a signifié une fois encore au chef du HG SudUkraine que ces formations mécanisées ne devaient être engagées « qu’en ultime recours, une fois toutes les autres possibilités épuisées et après validation expresse par l’OKH, eu égard aux conséquences politiques gravissimes que cette décision impliquerait ».
Bien compris… Et à propos d’ultime recours, qu’en est-il de la 17. Panzer, toujours à Gura Humorului ? Là, effectivement, von Freyend doit convenir que c’est plus compliqué… Mais l’idée d’attirer les Slaves dans une bataille d’anéantissement – que ce soit dans le corridor menant à Vatra Dornei ou dans une autre vallée insignifiante de Hongrie – a quelque chose qui plaira en haut-lieu. « J’en parle au General-FeldMarschall Keitel et je vous rappelle. » Evidemment…

Fauconnerie
Constanța
– Nouveau raid des VVS – cette fois-ci, c’est le grand port sur la mer Noire qui est visé, par environ 200 Tu-2 arrivant du large escortés par la chasse de la Flotte du Drapeau Rouge. Non point que le port ait désormais tant de valeur stratégique – avec la fermeture du Bosphore par les flottes alliées en Méditerranée et la supériorité navale soviétique en mer Noire, le trafic maritime n’est plus vraiment ce qu’il était. Mais les Russes espèrent provoquer une fois encore les FARR, bien contraintes de défendre la cité, ses installations portuaires (dont plusieurs entrepôts alimentaires !), ses chantiers navals et les navires en réparation.
Pari réussi : la force aérienne roumaine dépêche 17 IAR-80B et 32 Bf 109G (soit l’essentiel de la 3e Flottille de Chasse) pour harceler et faire renoncer les rouges. Ceux-ci ne renoncent pas – il leur en coûte 21 bombardiers et 8 chasseurs, pour des dommages somme toute limités infligés à leur objectif. Mais les FARR, elles, perdent 7 IAR-80 et 5 Bf 109, si précieux par les temps qui courent.
Afin de compenser ces pertes, il va falloir envisager de fusionner la 3e Flottille avec la Gruparea Aeriană de Luptă, la force autrefois déployée en Bessarabie. Plus expérimentée, elle compte de nombreux as dans ses rangs. La 25e victoire du capitaine Alexandru Serbanescu, chef du 9e Groupe de Chasse, légende vivante des FARR et respecté même des Allemands (!), n’est qu’une maigre consolation… D’autant plus que l’intéressé a été descendu en flammes. Même s’il a pu se parachuter, la propagande communiste ne tardera pas à annoncer sa mort, ainsi que la destruction complète de toute son unité. Assez pour le piquer au vif !

Manœuvres roumaines
Double jeu
Bucarest
– Décidément, les choses ne semblent pas aller très bien sur le front pour les Allemands ! Lucrețiu Pătrășcanu prend plaisir à jouer les Cassandre auprès de ses complices, que la perte brutale et tout juste annoncée de Suceava plonge pour le moins dans l’embarras. « Je vous l’avais bien dit, Messieurs. Si demain les Allemands sont battus et chassés de Roumanie [la Roumanie d’avant 1940, cela va sans dire…], comment pourrons nous convaincre les Russes de nous traiter en alliés et non en adversaires ? Il faut prendre les mesures qui s’imposent – dans nos négociations avec les alliés occidentaux, dans celles que nous allons mener avec Moscou via ces derniers (un discret soupir de Maniu se fait entendre) et dans la préparation du… retournement ! »
Au soir, les conspirateurs conviennent qu’il faut montrer plus de souplesse envers les exigences des Nations-Unies – quitte à s’appuyer par la suite sur les Français afin d’en moduler l’application. Des instructions seront adressées au Prince Blanc dans ce sens, via Ankara (c’est plus facile, maintenant que les Alliés font relais…) Quant aux francs-tireurs du PCR, pas toujours bien formés mais évidemment motivés, ils obtiennent la possibilité d’accéder aux arsenaux de l’armée, qui leur seront ouverts par le général Sanatescu. Ce qu’ils attendaient de longue date, à dire vrai…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivante
Page 1 sur 12

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com