Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Veterans Day
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4385
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2018 19:17    Sujet du message: Répondre en citant



Pour détendre un peu l'atmosphère ... encore que !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1431

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2018 19:50    Sujet du message: Répondre en citant

houps a écrit:

Mais, pour ne pas gâcher le fête, on n'invita aucune "gueule cassée"...


Pour rester dans le domaine culturel, voir ou lire "la chambre des officiers". Excellent et ëmouvant rëcit d'un lieutenant défiguré aux premiers jours de la guerre par un éclat d'obus. Au final cette histoire véridique finit bien, après des années de soins et de multiples interventions chirurgicales le jeune homme retrouve figure humaine, rencontre une jeune fille et....vous imaginez la suite.
Le masque en platre pris au moment de l'arrivée du lieutenant au Val de Grace à été conservé, il y a un trou au milieu du visage...
_________________
“Que ce soit la révolution ou la paëlla, dis-toi bien que rien de ce qui est espagnol n'est simple »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1043
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2018 20:51    Sujet du message: Répondre en citant

Histoire de faire mon pédant :

Sur le défilé du 14 juillet 1919, des images :

http://www.rosalielebel75.franceserv.com/defile-de-la-victoire-14-juillet-1919.html

Sur le cénotaphe dont je parlais précédemment :

http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?t=11345
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 4876

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2018 21:33    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:


Pour détendre un peu l'atmosphère ... encore que !


J'y pensais très fort !!!!
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 2547
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 05:08    Sujet du message: Répondre en citant

14-18 fut le premier conflit entièrement industriel, avec notamment le corollaire que les services de santé ont bénéficié de grandes améliorations techniques. Celles-ci ont fait que des blessures qui dans les conflits précédents auraient entrainé la mort rapide, ont pu être traitées, notamment les blessures faciales, d’où le grand nombre de ‘Gueules Cassées’. La prise en charge psychologique de tels traumatismes, par contre, devra attendre bien plus tard.

Tout ceci ne peut que faire prendre conscience de l’aspect profondément inhumain des conflits modernes. Jadis, on allait à la guerre, et on y mourrait, plus ou moins proprement, mais rapidement. Avec la révolution industrielle, on est entre dans un nouveau modèle, dans lequel on se fait hacher menu dans sa chair, gazer, bruler, démembrer, et parfois on y survit.
_________________
"L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées"
Konrad Adenauer
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7658

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 11:29    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que le soin des blessures psychiques devra attendre, mais mais pour la première fois, on reconnu leur existence.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Toubib



Inscrit le: 15 Sep 2011
Messages: 71

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 12:17    Sujet du message: Répondre en citant

Le fait qu'une expérience de guerre puisse marquer durablement l'esprit est connu depuis très longtemps. La première occurrence se trouve dans la Baghavad-Ghita puis chez Hérodote (Aristodémos le tremblant et Epizelos l'aveugle). Mais, c'est mon hypothèse, il y avait quelque chose de "normal" à avoir des cauchemars d'évènements passés. C'est comme cela que j'interprète la tirade de Mercutio sur la reine Mab qui apporte des cauchemars aux vétérans dans Roméo et Juliette.
En fait la reconnaissance des traumas se fait à partir du milieu du XIXème dans les suites des premiers accidents de chemin de fer et cela par les médecins experts des assurances qui doivent examiner les victimes en vue d'indemnisations. Ils nomment d'ailleurs cette clinique le Railway Spine.
La guerre russo-japonaise voit l'invention du terme névrose de guerre et intéresse beaucoup les neuropsychiatres militaires car beaucoup pensent que les nouvelles armes auront des conséquences sur le psychisme des soldats comme l'ont montré la guerre civile américaine et la récente guerre des russes contre les japonais.
En 1915, devant l'afflux de blessés psychiques l'armée française est relativement prête et crée des hôpitaux neuro psychiatriques pour le traitement de ces blessés. les anglais préfèrent évacuer en Grande Bretagne leur blessés et dont l'un des plus connus et le poète Siegfried Sassoon. Les américains d'ailleurs s'inspireront des français et des anglais en 1917 et le Dr Thomas Salmon en tirera ses fameux 4 principes encore utilissé de nos jours : simplicité, proximité, expectative et immediateté.
Les traitements sont ceux de l'époque et avec beaucoup d'improvisation. Mention toute particulière pour le torpillage faradique de Clovis Vincent (mais utiliser partout en Europe) qui consiste à électrocuter le patient...
Le problème n'est pas tant le traitement en 1919 : on ne possède aucun psychotrope moderne dont les anti dépresseurs actifs sur le psycho trauma, mais la reconnaissance par le code des pensions car beaucoup sont considérés comme des simulateurs et qui n'interviendra qu'en 1991 !
Les psychiatres militaires se sont toujours intéressés aux problèmes du trauma psychique et ont toujours pris en charge ces patients. Mais malheureusement ils communiquaient peux sur le sujet et il n'intéressait pas grand monde à l'extérieur de la communauté psychiatrique.
Pour ceux que cela intéresse je conseillerais la lecture de la Folie au front sortie maintenant il y a quelques années et pour ceux qui lisent l'anglais A war of Nerves
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11227
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 12:53    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai jamais compris les discours sur le "syndrome du Golfe" qu'on a voulu attribuer à l'uranium appauvri des munitions, ou à d'autres causes plus bizarres encore, alors qu'il me semble n'être qu'une variante du syndrome de stress post-traumatique aujourd'hui classique.
Qu'en penses-tu, Toubib ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)


Dernière édition par Casus Frankie le Mer Nov 14, 2018 13:04; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Toubib



Inscrit le: 15 Sep 2011
Messages: 71

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 13:04    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai à mon modeste niveau participer à l'enquête sur la présence ou non de "syndrome de la guerre du golfe" et il n'y en a pas dans l'armée française.
Les syndromes décrits sont très curieux et ressemblent à rien de connus... sauf si on considère qu'il s'agit de manifestation psychosomatique.
Des chercheurs anglais avaient montré que le syndrome ressemblait à un tableau décrit durant la 1ère guerre mondiale. Le stress peut agit sur tous les tissus à un degré ou un autre. l'exemple le plus connu étant l'ulcère de stress mais on a décrit aussi des pertes de cheveux massives ou encore des diabètes insulino dépendant.
Alors si on ne peut exclure des tableaux étranges secondaires à des interactions entre différentes substances (au delà de trois médicaments différents pris en même temps il est impossible de prédire les interactions qu'il produiront), le consensus est qu'il s'agit de troubles psychosomatiques secondaires au stress.
De plus, et comme dans le cas du PTSD, il ne faut pas oublier que la reconnaissance du syndrome s'accompagne d'une reconnaissance d'indemnisation sous forme de pension.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11227
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 13:05    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de ta réponse !

J'apprends à l'instant qu'on parle à présent de "trouble de stress post-traumatique" (les beautés de la nosologie), et surtout qu'une étude sur le propranolol dans cette indication (le stress post-traumatique, pas le syndrome du Golfe) est en cours. Si elle est positive, cela pourrait être une petite révolution.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1431

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 13:19    Sujet du message: Répondre en citant

Toubib a écrit:
Le fait qu'une expérience de guerre puisse marquer durablement l'esprit est connu depuis très longtemps. La première occurrence se trouve dans la Baghavad-Ghita puis chez Hérodote (Aristodémos le tremblant et Epizelos l'aveugle). Mais, c'est mon hypothèse, il y avait quelque chose de "normal" à avoir des cauchemars d'évènements passés. C'est comme cela que j'interprète la tirade de Mercutio sur la reine Mab qui apporte des cauchemars aux vétérans dans Roméo et Juliette.
En fait la reconnaissance des traumas se fait à partir du milieu du XIXème dans les suites des premiers accidents de chemin de fer et cela par les médecins experts des assurances qui doivent examiner les victimes en vue d'indemnisations. Ils nomment d'ailleurs cette clinique le Railway Spine.
La guerre russo-japonaise voit l'invention du terme névrose de guerre et intéresse beaucoup les neuropsychiatres militaires car beaucoup pensent que les nouvelles armes auront des conséquences sur le psychisme des soldats comme l'ont montré la guerre civile américaine et la récente guerre des russes contre les japonais.
En 1915, devant l'afflux de blessés psychiques l'armée française est relativement prête et crée des hôpitaux neuro psychiatriques pour le traitement de ces blessés. les anglais préfèrent évacuer en Grande Bretagne leur blessés et dont l'un des plus connus et le poète Siegfried Sassoon. Les américains d'ailleurs s'inspireront des français et des anglais en 1917 et le Dr Thomas Salmon en tirera ses fameux 4 principes encore utilissé de nos jours : simplicité, proximité, expectative et immediateté.
Les traitements sont ceux de l'époque et avec beaucoup d'improvisation. Mention toute particulière pour le torpillage faradique de Clovis Vincent (mais utiliser partout en Europe) qui consiste à électrocuter le patient...
Le problème n'est pas tant le traitement en 1919 : on ne possède aucun psychotrope moderne dont les anti dépresseurs actifs sur le psycho trauma, mais la reconnaissance par le code des pensions car beaucoup sont considérés comme des simulateurs et qui n'interviendra qu'en 1991 !
Les psychiatres militaires se sont toujours intéressés aux problèmes du trauma psychique et ont toujours pris en charge ces patients. Mais malheureusement ils communiquaient peux sur le sujet et il n'intéressait pas grand monde à l'extérieur de la communauté psychiatrique.
Pour ceux que cela intéresse je conseillerais la lecture de la Folie au front sortie maintenant il y a quelques années et pour ceux qui lisent l'anglais A war of Nerves


Trés intéréssant commentaire, merci.
Un des rares points positifs des guerres est quelles permettent des avancées médicales ( assez contradictoire mais somme toute logique ). Je crois me souvenir que Michel Goya dans un de ses livres consacre quelques lignes à l'aspect médical de la 1º guerre, de mémoire il dit qu'en 14 une balle dans le genou signifie l'amputation, en 15 le membre est sauvé mais le patient boitera, en 17 il ne boite plus.
Sous l'empire Larrey fit évoluer la médecine de guerre, la 1º guerre vit naitre la chirurgie reconstructrice et la gestion psychologique des soldats, la guerre d'Espagne la banque du sang, la 2º guerre l'utilisation à grande échelle de la pénicilline.
Tout cela est dit sous le contrôle de la faculté...
Very Happy
_________________
“Que ce soit la révolution ou la paëlla, dis-toi bien que rien de ce qui est espagnol n'est simple »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Toubib



Inscrit le: 15 Sep 2011
Messages: 71

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 15:27    Sujet du message: Répondre en citant

La 1ère a été une période de progrès d'abord parce qu'elle a obligé à improviser devant l'afflux massif de blessés puis parce qu'il y a eu une communication et des échanges plus rapide entre les spécialistes. Le Dakin, solution antiseptique est adoptée très vite, comme l'usage des rayons X.
La 2ème guerre mondiale est par contre une période de moins grandes innovations à l'exception des antibiotiques mais dont dès avant la guerre on avait perçu l'utilité mais que les américains ont produit de façon industrielle.
Sur l'usage du terme syndrome de stress post traumatique nous entrons dans un domaine relativement polémique. C'est une traduction du terme américain Post Traumatic Stress Disorder. Mais beaucoup de psychiatres militaires rejettent ce terme (et j'en fais partie) parce qu'il ne distingue pas suffisement ce qui est de l'ordre du stress (dépassement des capacités d'adaptation de l'individu) du trauma qui est une confrontation à l'horreur d'une scène qui n'a pas de sens pour l'esprit (l'idée d'effraction mais concept propre à la psychanalyse).
De plus et historiquement le PTSD est une invention "politique" de l'association américaine de psychiatrie afin que les vétérans, qui ont fait un lobbying très important dans les années 80 aux USA pour faire entrée cette catégorie dans le manuel de classification des maladies mentales et ainsi obtenir réparation donc droit à pension.
C'est un sujet complexe car il mélange à la fois des domaines politiques, idéologiques, scientifique et sociaux.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 1178
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 15:41    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Je n'ai jamais compris les discours sur le "syndrome du Golfe" qu'on a voulu attribuer à l'uranium appauvri des munitions, ou à d'autres causes plus bizarres encore, alors qu'il me semble n'être qu'une variante du syndrome de stress post-traumatique aujourd'hui classique.
Qu'en penses-tu, Toubib ?

Pas tant le fait des munitions à l'uranium que les cachetons absorbés sensés lutter contre les armes chimiques détenues par le régime irakiens (on parle d'une dizaine de pilules par jour). Ces médocs produits en urgences par les firmes pharmaceutiques mais n'ayant pas passé le contrôle de la FDA.
Selon les dernières enquêtes, ce sont plus les effets secondaires de ces médicaments non-contrôlés qui seraient à l'origine du "syndrôme".
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11227
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 16:37    Sujet du message: Répondre en citant

Toubib a écrit:
De plus et historiquement le PTSD est une invention "politique" de l'association américaine de psychiatrie afin que les vétérans, qui ont fait un lobbying très important dans les années 80 aux USA pour faire entrée cette catégorie dans le manuel de classification des maladies mentales et ainsi obtenir réparation donc droit à pension.
C'est un sujet complexe car il mélange à la fois des domaines politiques, idéologiques, scientifique et sociaux.


C'est certain. Mais bien avant que le DSM (avec ses qualités… et ses défauts) n'intègre le PTSD, pour des raisons en effet sociales, les Américains connaissaient le shell shock et les Français avaient l'équivalent (le terme utilisé en 14-18 ne me revient pas).
Il me semble difficile de dire que ce syndrome (ou ce trouble) est une pure invention des psys américains. Je sais que l'école française de psychiatrie est souvent en désaccord avec l'APA, et personnellement, vu (en partie) de l'extérieur, je suis du côté français - mais comment étiqueter les troubles succédant à un traumatisme psychique, de type militaire ou non ? Trouble post-traumatique, tout court ? (en effet, stricto sensu, le stress, c'est autre chose)
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chevalier Dupin



Inscrit le: 07 Jan 2018
Messages: 161
Localisation: 93

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2018 16:41    Sujet du message: Répondre en citant

L'uranium appauvri utilisé dans les obus perforants des tanks et A-10 n'est pas sensé être à l'origine de malformations des enfants (pas de bras/jambes) que les soldats ont eu après ce conflit ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 6 sur 8

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com