Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Août 1943 - Méditerranée
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 46, 47, 48  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1842
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Lun Fév 29, 2016 13:17    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Je crois en effet que Pat exagère, surtout pour Cannes (rivalité régionale ?……).

Et à Nice, rien n'empêchera les Anglais de revenir sur la Promenade, une fois déminée.

A Deauville-Trouville, si le pont entre les deux ne s'appelait pas le Pont des Belges, rien ne rappellerait la guerre, et pourtant, quand les Belges l'ont traversé, c'était sous les obus et les balles. Il est vrai que la plupart des gens s'imaginent que le pont s'appelle comme ça à cause des touristes estivaux.

La seule chose qui laisse vraiment des traces, c'est une grosse catastrophe, genre Caen, St-Lô ou Le Havre. Mais il est peu probable, pour des raisons tactiques, stratégiques ou politiques, qu'une ville du Midi connaisse un sort pareil !
Saint-Tropez… là, c'était bien un village de pêcheurs. Mais tous les villages de pêcheurs de la Côte d'Azur ne vont pas être rayés de la carte ! Et de toute façon, un village de pêcheurs, ça se reconstruit sans trop de mal, si les pêcheurs sont toujours là bien sûr.

Monaco, c'est une autre affaire ! Là, les démolitions ne seront pas immobilières, mais politiques. Rainier aura beaucoup de mal à faire oublier le comportement de son père en 40, lors du Déménagement.



En parlant de cela, faudrait-il qu'il s'appel encore "Pont des Belges"....car je ne sais pas dans quel secteur le 1st BE Corps va être envoyé. Va t'il remplacer une CA Britannique qui à combattu OTL?
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nonoryan



Inscrit le: 03 Mai 2013
Messages: 78
Localisation: Moulins

MessagePosté le: Lun Fév 29, 2016 14:33    Sujet du message: Répondre en citant

rebaptiser un pont, rien de plus facile.
-Nom d'un soldat tué pour le prendre ou le défendre
-Nom de l'unité qui l'a pris ex fictif, pont des Irish Guards, Pont des Hussards, etc.....
-Date
-Nom de l'emblème de l'unité (ex Pegasus Bridge le plus connu, mais aussi Le pont du Taureau en Normandie, d'après l'emblème de la 11éme DB Britannique qui a lancé un raid pour le prendre)
_________________
John "Hannibal" Smith: "J'adore quand un plan se déroule sans accrocs"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11231
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 18:54    Sujet du message: Répondre en citant

11 août
Œuf de Dragon
Sud de la France
– Deux jours seulement après le raid précédent, Cannes sert à nouveau de cible, cette fois pour le 25e BG, accompagné du 31e FG. Visant la gare et le petit port de pêche sur un axe nord-sud pour minimiser les dégâts collatéraux, le bombardement détruit ses objectifs, mais aussi l’hôtel Carlton.
Vers l’embouchure du Rhône, les défenses du secteur d’Aigues-Mortes sont attaquées par les Mitchell de la 12e EB accompagnés de la 5e EC.
Enfin, tandis que le 340e BG, accompagné du 27th FG, s’en prend aux ouvrages autour de Sérignan, les B-17 du 99e BG, escorté par les P-38 du 14e FG, bombardent l’aérodrome de Lézignan. Le premier raid ne rencontre aucune opposition aérienne, mais le second se heurte à de nombreux Bf 109 ; contre trois P-38 et trois Forteresses sont détruits en échange de trois des Bf 109.
Ces 109 sont ceux d’une nouvelle unité récemment créée, dont c’est le premier engagement : le Jagdt Gruppe 200. Le JG 200 a été formé à partir d’anciens blessés des JG 27 et 53 (opérant en Grèce), de pilotes de bombardier sans emploi et d’instructeurs des écoles venus avec leurs élèves. C’était le seul renfort disponible pour la Luftflotte 2, qui doit couvrir l’Italie et le sud de la France et qui avait déjà dû céder certaines de ses escadrilles à la Luftflotte 4, opérant en Grèce, ou, plus récemment, à la Luftflotte 3, opérant sur le nord de la France, pour aider à lutter contre les raids venant d’Angleterre.

La campagne d’Italie
Front italien
– Les fantassins de la division Grossdeutschland commencent à faire leurs bagages (à regret) pour le front russe, où les récents déboires de la Heer lors de l'opération Zitadelle exigent l’envoi de cette division d’élite. L’OKW a promis d’envoyer très rapidement en Italie deux Felddivisionen de la Luftwaffe, qui devraient pouvoir tenir la Gottenstellung. A ce moment, la 10. Panzer Division, passant en retrait, devrait tenir le rôle de réserve mobile dans l’est du front italien.
………
Troisième série de missions Strangle en quelques jours pour le duo formé par le 324th FG et la 3e EC. Ces missions ont été préparées par des rencontres entre pilotes. Les Américains apprécient l’idée de faire intervenir les “Percheron” du GC III/3 pour museler la DCA de la gare de Ferrare juste avant l’intervention des P-47 venant d’un azimut différent, les deux autres groupes français assurant seules la couverture jusqu’à ce que les chasseurs-bombardiers remontent pour leur prêter main-forte.

La campagne de Grèce et des Balkans
Athènes
– Le général Montgomery, dans la capitale grecque fraîchement libérée, se livre à un de ses exercices préférés : discourir devant un parterre de correspondants de guerre avant de répondre à leurs questions. A la question (attendue) sur la suite des opérations, il répond : « Vous vous doutez que je ne vais pas livrer nos plans, mais sachez que l’Empire britannique, qui a assumé ses obligations envers nos alliés grecs, assumera aussi prochainement celles qu’il a contractées envers nos alliés yougoslave et russes ». A aucun moment il n’est fait allusion au rôle des Français dans les opérations en cours, ce dont on s’offusquera à Alger, du moins officiellement.

Macon II
Adriatique
– Les Banshee du Sqn 603 et les Spitfire du Sqn 92 reviennent sur les sites côtiers autour de Vir, qui n’avaient plus été visités depuis juillet. Mais cette fois, les Banshee sont
accompagnés de deux Beaufighter d’une unité d’évaluation des
armements. Les Beaufighter ajoutent aux obus de 20 mm des
Banshee (et aux leurs) des roquettes RP3 – outils bien 
pratiques pour ce genre de raid, elles font merveille pour 
traiter DCA et positions d’artillerie. Il est prévu, devant
 les bons résultats des tests, de doter de roquettes les
 Banshee (entre
 autres) (1).
[1- Utilisées depuis plusieurs mois en Mer du Nord et en Atlantique par le Coastal Command pour la chasse aux U-boats, les roquettes ont commencé à être expérimentés par la RAF contre des objectifs terrestres à la suite de bricolages fait par les Français en Grèce avec des armes antichars. Divers tests ont été entrepris sur Hurricane et Beaufighter, avec des résultats probants. Les roquettes viennent d’arriver en Méditerranée, au moment opportun pour l’offensive en cours.]
Les Beaumont du Sqn 69, escortés par le Sqn 145, pénètrent à l’intérieur des terres pour aller frapper les deux ponts au sud de Knin. La JG 27 se montre, mais l’escorte s’interpose efficacement, permettant aux bimoteurs Bristol de s’enfuir sans pertes tandis que deux Spitfire tombent, contre trois chasseurs allemands.
La journée s’achève par un double raid nocturne sur la ville de Zagreb. Vers 23h00, les Mosquito du Sqn 105 illuminent la cible, suivis moins de dix minutes plus tard par les Lancaster du Sqn 619. Moins d’une heure plus tard, se guidant sur les incendies, les Wellington des Sqn 37 et 38 vont frapper. Le dépôt et la gare sont durement touchés, mais la population civile paie une fois de plus le prix du sang.


12 août
Œuf de Dragon
Languedoc
– Jour noir dans l’histoire de la ville de Béziers. Les 98e et 322e BG et la 21e EB, escortés par la 6e EC et le 82e FG, s’efforcent de couper la liaison ferroviaire qui traverse la ville. Objectif atteint, mais au prix de nombreuses victimes civiles. La Luftwaffe réagit et perd huit appareils, contre deux bombardiers et cinq chasseurs abattus côté allié.
A quelques kilomètres de là, la ville de Narbonne subit elle aussi un bombardement des installations ferroviaires, effectué par le 17e BG escorté du 33e FG.

La campagne d’Italie
Front italien
– L’activité est des plus réduites.
Côté allié, la nouvelle la plus marquante est celle du rééquipement des Sqn 4 et 5 de la SAAF, qui échangent sans regrets leurs P-40E obsolètes contre des Spitfire V.
Côté allemand, devant la recrudescence des actes de résistance en Vénétie et en Istrie, l’officier SS Karl Wolff, conseiller du gouvernement du Duce pour la police, lance une grande opération de ratissage effectuée par le Feldgendarmerie abt. 541 et le Sicherpolizei Rgt 38, assistés par quelques formations de Chemises Noires et les membres du Parti fasciste local. Patrouilles, arrestations et tortures se multiplient, souvent à l’aveugle.

Macon II
Adriatique
– Deux raids notables seulement, en dehors des habituels “Rhubarb” de chasse libre.
Le pont de Dignano, sur le Tagliamento, est la cible des Sqn 55 et 149. En dépit des efforts des Spitfire du 149 qui mitraillent les positions de DCA, un Beaumont du Sqn 55, durement endommagé, devra se poser en mer. La 162. ID a en effet déployé près des ponts ses propres formations de Flak.
La deuxième attaque frappe les défenses côtières de l’ile Losinj. Elle est conduite par les Banshee du Sqn 39, couverts par le Sqn 119.


13 août
Œuf de Dragon
Sud de la France
– Les dépôts allemands au sud de Lyon sont aujourd’hui la cible des Liberator du 390e BG, accompagnés des Lightning du 1er FG. Au sol, les dégâts peuvent être qualifiés de “normaux”, mais le lieutenant Robert McIntosh abat deux Bf 109 – second doublé du mois pour le Group.
L’Aude et l’Hérault sont visés par les bombardiers moyens. Pendant que la 25e EB et la 7e EC attaquent les bunkers et positions d’artillerie dans le secteur de Vinassan, l’USAAF bombarde les secteurs des Saintes-Maries de la Mer (319e BG, escorté par la 4e EC) et de Frontignan (12e BG, escorté par le 52e FG).
L’embouchure du grand Rhône fait l’objet d’un double raid. Le GAN 2 s’en prend aux défenses de la zone de Fos sur Mer, puis juste à côté, l’aérodrome de Marignane est la cible des Havoc du 47e BG, arrivés dans le sillage des marins français. Sur le chemin du retour, les Corsair de la 2F et de la 4F ont ainsi l’occasion d’améliorer leur score : en protégeant des éclopés, ils abattent deux Fw 190.

La campagne d’Italie
Front italien
– Les “Sanglier” belges de la 53e EACCS, couverts par les Mustang de la 41e EC, mènent une mission Strangle dans la région de Vérone. Au-delà des résultats du raid, on remarquera surtout les engagements qui opposent les attaquants à une quarantaine de chasseurs allemands. Les Belges perdent trois appareils et les Allemands cinq – les P-47 dament le pion aux P-51 avec trois victoires à deux, dont une, la première sur sa nouvelle monture, pour le nouvel as, le lieutenant Charles Goffin. Les hommes de la 53e Escadre retiendront que si leur appareil est un peu lourd à basse altitude, il n’en est rien au-delà de 10 000 pieds – or ce combat s’est déroulé à 12 000 pieds. Ceux de la 41e attendent leurs nouveaux P-51 (NA-103 ou P-51C), qui doivent commencer à leur être livrés la semaine suivante.

Macon II
Adriatique
– Les aérodromes d’Udine et de l’île Osinj sont aujourd’hui attaqués par les Beaufighter et les Banshee des Sqn 605 et 248 d’une part, par les Beaumont du Sqn 18 couverts par les Spitfire du Sqn 73 d’autre part.
Le raid des Beaumont, arrivant à basse altitude contre une position avancée des Allemands, se déroule sans opposition aérienne. L’autre se heurte aux Bf 109 et aux Fw 190 de la JG 27, mais au niveau de la mer, les appareils de la Luftwaffe sont à peine plus performants que les aux Bristol Banshee – et ont moins de puissance de feu. Le résultat de cet affrontement est d’un Beaufighter et d’un Banshee perdus contre un Bf 109 et deux Fw 190.
Dans la nuit, Ljubljana est bombardée par les Wellington des Sqn 70, 214 et 221.


14 août
Œuf de Dragon
Sud de la France
– L’aérodrome de Nîmes Garons subit un puissant bombardement du 376e BG accompagné des Mustang du 81e FG. Si la précision est au rendez-vous (les reconnaissances montreront que 90 % des projectiles sont tombés dans un rayon de 500 m des pistes), une bombe explose quand même à quelques mètres du panneau indiquant l’entrée de Nîmes.
Le raid se passe relativement bien, l’escorte arrivant à repousser les quelques chasseurs présents. En effet, la chasse allemande intervient plus au sud contre d’autres attaques. Les défenses côtières près d’Agde et de Sète sont bombardées par les 320e et 321e BG, escortés par les 27e et 57e FG. Dans l’affaire, les Américains perdent deux bombardiers et trois chasseurs, contre six appareils à la Luftwaffe.
Un autre raid, mené par le 25e BG accompagné du 33e FG, frappe les ponts et tunnels ferroviaires de Vintimille.

La campagne d’Italie
Front italien
– Rien de notable, si ce n’est la première victoire sur Spitfire V du lieutenant Albert Sachs de la SAAF, qui porte son total à 6.

Pescara – Le général Leclerc de Hauteclocque vient assister dans le sud de la Botte à des manœuvres blindées de différentes formations françaises, dont le but est de « percer jusqu’à un centre de commandement ennemi » représenté par la ville de Pescara. Les quelques correspondants de guerre présents qui le connaissent pourront noter (et rapporter) que le bouillant général n’a rien perdu de sa véhémence : on le verra aux actualités se poster lui-même à un carrefour pour hâter la circulation des chars sous le regard éberlué d’un MP britannique, tout étonné de trouver dans son secteur des blindés et un général français.

Macon II
Adriatique
– Dans la journée, l’aérodrome et les défenses du secteur de Monfalcone sont pris pour cible par les Beaumont et Beaufighter des Sqn 69 et 89, couverts par les Spitfire IX des Sqn 126 et 145. La JG 27 déploie deux douzaines d’appareils mais se retrouve souvent en infériorité numérique. Deux Beaumont sont perdus face à la DCA, mais le Jagdgeschwader perd quatre chasseurs, contre trois pour la RAF.
La nuit voit le martyre de la ville de Rijeka, au fond du golfe de Fiume, qui reçoit les bombes des quadrimoteurs des Sqn 148 et 619 et des Wellington du Sqn 104.


15 août
Œuf de Dragon
Sud de la France
– Une fois n’est pas coutume, les Liberator du 392e BG, accompagnés du 79e FG, s’en prennent à des positions fortifiées en arrière de la cité de Sète, dans les collines près de Montbazin, où les reconnaissances ont signalé ce qui semble être des canons de fort calibre. Cette mission est complétée par un raid du 86e FG et des “Razorback” du 358e FG contre d’autres positions d’artillerie et de DCA dans le secteur de Gruissan.
Les ponts et autres objectifs fixes sont laissés aux bombardiers moyens. Ainsi, le 340e BG et le 31e FG s’en prennent au viaduc de Tarare, dans le Rhône. Plusieurs bombes touchent directement le tablier et plusieurs arches sont détruites, désorganisant un peu plus le trafic ferroviaire de la région. L’Armée de l’Air n’est pas en reste, puisque les ouvrages d’art du secteur de Saint-Gilles et les ponts sur le Var sont respectivement les cibles des 11e et 23e EB, escortées respectivement par les 5e et 2e EC.

La campagne d’Italie
Région d’Udine
– Quelques jours auparavant, le Ponte di Madrisio, sur le Tagliamento, a été endommagé par un raid aérien. Il est 22h00 et le chantier est calme et désert, car les ouvriers italiens (réquisitionnés) sont rentrés chez eux. Une paire de sentinelles discute en fumant une cigarette. Les deux hommes ne sauront jamais ce qui leur est arrivé. Le pont saute – l’explosion sera entendue jusque dans la banlieue d’Udine, à 20 kilomètres de là ! L’enquête déterminera que des Résistants s’étaient infiltrés parmi les ouvriers et avaient sans doute bénéficié du silence de ces derniers pour mener à bien leur sabotage.

Macon II
Adriatique
– Les Wellington du 205 Group ont été laissés à disposition de Macon I et la journée est peu intense pour les autres unités engagées en Adriatique.
Pendant que la campagne anti-ponts continue à la frontière de la Vénétie et de l’Istrie (le pont de Latisana est attaqué par les Beaumont et les Spitfire des Sqn 18 et 73), les défenses de l’île de Krk subissent les assauts des Banshee du Sqn 227, qui se passent fort bien de couverture.

La campagne des Balkans
Rome
– C’est un général Montgomery rayonnant qui débarque devant les caméras des actualités à l’aéroport de Rome pour une conférence avec son homologue du front italien, le général Alexander. Devant un journaliste français qui lui demande d’expliquer son oubli du 11 août, il convient avec amabilité (sic !) que les Français auront bientôt un très grand rôle à jouer dans les Balkans, « car eux aussi ont contracté vis-à-vis des Yougoslaves une dette d’honneur ».


16 août
Œuf de Dragon
Sud de la France et Riviera
– Les Belges de la 42e EB et leur escorte habituelle de la 41e EC mènent aujourd’hui une mission conjointe avec les Marauder du 322e BG contre le port de Gênes.
A l’autre bout de ce front aérien, le GAN 2 pilonne les défenses près de Perpignan, dans le secteur de Canet en Roussillon. Plus à l’intérieur, dans le même secteur, l’aérodrome de Pamiers-Pujol, où la Résistance a signalé l’arrivée d’un nouveau détachement aérien, est la cible des B-26 du 17e BG. L’escorte, constituée des P-51 du 52e FG, protège efficacement les bombardiers et revendique trois victoires pour un Mustang abattu.
Pendant que la 12e EB, escortée par la 6e EC, intervient dans le secteur de Vinassan contre diverses positions et bunkers, Agde qui est à nouveau l’objet des attentions de l’USAAF : les ponts sur l’Hérault qui sont la cible du 389e BG, escorté par le 350e FG. Le raid est très plus meurtrier pour la population – un Liberator atteint par un coup direct de la DCA au-dessus de la ville s’écrase sur une aile de l’hôpital.

La campagne d’Italie
Front italien
– Si tout est calme sur la ligne de front où chacun a ses raisons de ne pas prendre le moindre risque, il n’en est pas de même dans les airs. La Luftwaffe lance plusieurs raids contre les positions alliées, mais c’est un jeu dangereux. Les Allemands perdent dans la journée trois bombardiers et quatre chasseurs, contre cinq appareils aux Alliés. Dans la mêlée, deux pilotes se distinguent par un doublé : l’Oberst Reinert, du JG 77, et le lieutenant Robert Jay Overcash, du 57e FG, qui devient ainsi un as.

Macon II
Adriatique
– Les aérodromes de Zadar et de Gorizia sont les cibles des Sqn 55 et 603, protégés par les Sqn 92 et 249. Si au sud, près de la côte, le raid se passe sans autre opposition que celle de la Flak et rentre avec trois appareils endommagés seulement, au nord, les Anglais se heurtent une nouvelle fois à la chasse ennemie. Cependant, les attaquants ont choisi d’arriver à (très) basse altitude, où leurs bimoteurs sont favorisés. Ils perdent un Spitfire et un Banshee (ce dernier abattu par la DCA) alors que les Allemands perdent quatre chasseurs, dont un abattu par un Bristol.
Au cours de cette mission, le lieutenant J. H. Gasson, du Sqn 92, devient un as en abattant un 109. Il témoigne : « Nous traversons l’Adriatique à haute altitude mais une fois à portée de leurs radars, les Banshee descendent et nous prenons un peu d’avance. Les Huns n’ont alors pas trente-six solutions : ou ils viennent à notre rencontre en prenant le risque que le raid principal soit sur une autre route, ou vont le chercher et prennent alors le risque qu’on leur tombe dessus du haut du pigeonnier. Ils préfèrent généralement la première solution pour tenter ensuite de forcer le verrou de l’escorte. C’est là que j’ai décroché ma cinquième victoire. Neville, notre Squadron Leader, a eu la gentillesse de me le servir sur un plateau, et j’en ai profité. Je crois que je vais payer quelques tournées ce soir au mess ! »
Le soir venu, la ville d’Udine est bombardée par les Sqn 40 et 214.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 5902
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 19:48    Sujet du message: Répondre en citant

Il serait bien de s'intéresser au sort des pilotes alliés abattus au-dessus du sud de la France. Avis aux amateurs ...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3806
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 19:50    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L’aérodrome de Nîmes Garons subit un puissant bombardement du 376e BG accompagné des Mustang du 81e FG. Si la précision est au rendez-vous (les reconnaissances montreront que 90 % des projectiles sont tombés dans un rayon de 500 m des pistes), une bombe explose quand même à quelques mètres du panneau indiquant l’entrée de Nîmes.

De nos jours, l'aérodrome de Garons est encore à 6 km à vol d'oiseau de l'entrée de Nîmes. À l'époque, l'aire urbaine étant alors bien moins développée vers le sud, la distance devait faire dans les sept bons kilomètres.

Donc c'est plus probablement le panneau indiquant la direction et non l'entrée de Nîmes qui a du être bombardé. Ou bien une bombe est vraiment tombée très loin de sa cible.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11231
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 20:09    Sujet du message: Répondre en citant

Qu'une bombe tombe à 7 km de sa cible n'est pas complètement inimaginable…
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3806
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 20:24    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Qu'une bombe tombe à 7 km de sa cible n'est pas complètement inimaginable…

Certes dans l'absolue.

Mais une seule si à l'écart des autres lors d'un bombardement revendiqué comme précis et mené probablement de jour (ce n'est pas précisé) cela semble pour le moins étrange.


Surtout quand on sait qu'entre l'aérodrome et l'entrée de Nîmes, il n'y a à l'époque que des vignes et une poignée de mas.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11231
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 20:34    Sujet du message: Répondre en citant

Il suffit qu'un des avions se soit complètement loupé…

Pat ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3638
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Mar 04, 2016 21:40    Sujet du message: Répondre en citant

il reste 10% (environ 40 bombes), et finalement 6 km (les 500m d'écart+ les qq centaines de metres avant le panneau) c'est peu en rapport avec le raid de nice st roch qui a vu des projectiles atterrir sur le territoire monégasque...Laughing
plus sérieusement il s'agit effectivement d'un loupé complet de la part d'un bombardier
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le roi louis



Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 219

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 02:37    Sujet du message: Répondre en citant

le 16 aout
sud de la France
3ème paragraphe
Citation:
Le raid est très plus meurtrier pour la population

j'ai un peu de mal avec cette formulation. Soit c'est "très", soit c'est" plus" mais pas les deux! Ça fait un peut" la mort mortelle qui tue de mort". Razz
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3638
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 10:14    Sujet du message: Répondre en citant

c'est toujours le problème lorsque l'on se relit soit meme Embarassed
avant d'envoyer à franck, je me relis au moins 4 ou cinq fois sur papier, je ne parle meme pas du nombre de relecture à l'ecran, il me renvoie le texte final pour une derniere relecture, ou il a du trouver encore pas mal de truc... et parfois meme, plusieurs mois plus tard, j'en trouve d'autres Rolling Eyes
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11231
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 11:26    Sujet du message: Répondre en citant

Désolé pour les coquilles oubliées (attendez, je vérifie que j'ai bien mis le "q" à coquilles - vieille plaisanterie de secrétariat de rédaction)


17 août
La campagne d’Italie
Front italien
– Les missions Strangle continuent pour le couple franco-américain constitué du 324e FG et de la 3e EC. Tirant de nouvlles leçons des missions précédentes, les Français ont décidé d’équiper la moitié de leurs “Percheron” de Parafrags. Au sol, un train de matériel est détruit, avec plusieurs citernes d’essence. De plus, la nouvelle tactique d’attaque des positions de Flak semble donner satisfaction, puisque l’on comptera moins de trous que d’habitude sur les machines rentrées au bercail.

Vénétie – Dans la nuit, sans doute à la suite d’une dénonciation, un groupe de Résistants tombe dans une embuscade lors d’un parachutage de matériel mené par le Sqn 148. Le vallon où se déroule l’opération est encerclé par un bataillon de supplétifs tchèques, encadré par des éléments du 1/SS Polizei Rgt 15. Cependant, on ne se fait aucune illusion du côté allemand : le nombre de parachutages d’agents et de matériel est en forte augmentation et pour une opération avortée, il est probable que dix réussissent.

Œuf de Dragon
Sud de la France
– Bien avant l’aube, les installations du dépôt de Miramas (Bouches-du-Rhône) et l’aérodrome d’Istres sont survolés par des Mosquito venus d’Alger, puis pilonnés quelques minutes plus tard par les Lancaster du Sqn 619. Seuls certains appareils sont équipés de bombes Grand Slam, les autres opérant avec un chargement classique.
Au matin, escortés par le 27e FG, les 12e et 47e BG attaquent le viaduc ferroviaire et le terrain de Bédarieux, au nord de Béziers, où se sont réfugiés des appareils de la Luftwaffe. Avec de l’effet de surprise – ce secteur, à l’intérieur des terres, était jusque-là plutôt calme – le raid est une réussite. Le viaduc est fortement endommagé sans trop de pertes civiles, et l’aérodrome, outre les dommages causés à la piste et aux hangars, voit la destruction d’une bonne quinzaine d’appareils de tous types.
Le terrain de Montpellier-Fréjorgues est attaqué par la 21e EB, couverte par la 7e EC. La réception sera qualifiée de « très chaude » par les pilotes français, qui perdent quatre chasseurs et trois bombardiers, contre six chasseurs allemands abattus. Ces lourdes pertes étaient prévisibles en raison des puissantes défenses de l’aérodrome – à elle seule, la Flak a abattu deux bombardiers et en a endommagé plusieurs.
Plus au nord, les ponts d’Alès, à la sortie des Cévennes, reçoivent la visite du 319e BG, escorté par la 5e EC. Enfin, les installations de la SNCF de St Rambert d’Albon, au sud de Vienne, sont bombardées par les Forteresses du 2e BG escortées par les P-38 du 1er FG.

Macon II
Adriatique
– Les Beaufighter et les Banshee des Sqn 605 et 235 attaquent à la roquette l’avant-poste de l’ile de Dugi. Dans leur retraite sur de nouvelles positions défensives, les Allemands ont malgré tout décidé de conserver cette île et le secteur côtier correspondant, au niveau de Zadar, pour la soutenir.
Plus au nord, à l’embouchure du Tagliamento, c’est le pont de Bevazzana qui est la cible des Beaumont du Sqn 69, couverts par le Sqn 145.
Les deux raids rentrent sans pertes.
A la nuit tombée, le port de Trieste est bombardé par les Wellington des Sqn 38 et 70 qui touchent un stock de munitions. Toutes les vitres seront brisées dans un rayon de trois kilomètres !


18 août
Œuf de Dragon
Sud de la France –
Les Pyrénées Orientales ont aujourd’hui les faveurs de l’USAAF avec pas moins de trois raids programmés dans ce secteur. Le premier est l’œuvre du 97e BG, accompagné du 81e FG, contre l’aérodrome de Perpignan. Les deux autres attaques ont pour cibles les défenses côtières de Port la Nouvelle, bombardé par le 320e BG escorté du 354e FG, et de Cannet en Roussillon, bombardé par le 321e BG escorté par le 31e FG.
Plus à l’est, le secteur d’Agde est attaquée par la 25e EB, escortée par la 4e EC. Enfin, la presqu’île de Saint Mandrier, avec sa base de vedettes lance-torpilles, est attaquée par les Apache et “Workhorse” du 86e FG, appuyés par les Thunderbolt du 358e FG.

La campagne d’Italie
Front italien –
Missions Circus sur toute la largeur de la péninsule et au-dessus de l’Adriatique. Face à la supériorité alliée, la Luftwaffe refuse généralement le combat, ce qui ne l’empêche pas d’être victime de problèmes de coordination.
Ainsi, le 57e FG, au retour d’un ratissage qui l’a mené jusqu’aux environ de Vérone, tombe au nord de Bologne sur un convoi de 12 Ju 52 escorté, ou plutôt accompagné, par autant de Bf 109 qui ne s’attendaient visiblement à devoir livrer combat. Pris par surprise, les chasseurs allemands ne peuvent s’interposer efficacement, d’autant que le combat est à un contre trois. C’est un véritable massacre : les 12 transports vont au tapis ainsi que huit Bf 109, contre un seul appareil américain endommagé ! Dans l’engagement, les lieutenants Paul Carll et Alfred Froning se distinguent, avec respectivement un triplé et un doublé.
Le lieutenant Carll témoigne : « Nous revenions de notre Circus vers Vérone lorsqu’un gars du 64e a annoncé des cibles volant bas dans nos deux heures. Immédiatement, les leaders ont donné l’ordre de piquer. Notre squadron, qui était le mieux placé, a ouvert le bal et ça été le lâcher de volailles. Lorsque j’ai appuyé sur la détente de mes huit .50, j’ai immédiatement vu mon transport s’embraser, je pense qu’il devait transporter de l’essence. Immédiatement, leur formation s’est dispersée, mais dans ma ressource, je me suis retrouvé en position favorable pour courser un deuxième transport vers Bologne. J’ai vu des traçantes, leur mitrailleur se défendait. J’ai tiré une nouvelle fois et un de ses moteurs s’est mis à fumer. J’ai vu alors l’équipage évacuer l’appareil, qui s’est écrasé peu de temps après. Mais la bagarre continuait et nous sommes revenus avec Johnny, mon ailier. Les Krauts faisaient ce qu’ils pouvaient pour se défendre ou s’échapper, mais c’était mal engagé pour eux, bien que nos appareils souffrent un peu à cette altitude face aux 109. Nous avons vu un copain se faire allumer par un Messer ; Johnny a réglé le compte du 109, on n’a pas vu de parachute. Dans la bagarre qui a suivi, je me suis retrouvé en position favorable pour un tir en déflection face à un fuyard, j’ai tiré une longue rafale, au moins deux cent cartouches, et j’ai vu son appareil basculer et s’écraser. »
Ce massacre est une conséquence directe des campagnes anti-chemins de fer menées dans le cadre des opérations Strangle et Œuf de Dragon, ainsi que des attaques ou sabotages effectués par les Partisans dans le nord de l’Italie. En effet, les Allemands sont de plus en plus souvent contraints de recourir au transport aérien pour alimenter leurs troupes.
Dans un autre secteur du front, on notera le doublé du commandant Jean-Marie Accart, du GC II/2, qui porte son total à sept victoires.

Macon II
Adriatique
– Les Beaumont du Sqn 18, couverts par le Sqn 73, attaquent le radar du secteur d’Udine, que des renseignements de la Résistance ont permis de localiser. Plus au sud, la garnison de l’ile de Krk est matraquée à la roquette et au 20 mm par les Banshee du Sqn 39, couverts par les Spitfire du 119.
Dans la nuit, Ljubljana fait l’objet d’un nouveau raid, quelques jours seulement après le précédent, de la part des Sqn 148 et 104.


19 août
Œuf de Dragon
Sud de la France
– Le 340e BG, escorté par le 33e FG, s’en prend à l’aérodrome de Lézignan (Aude). Ce faisant, il ouvre la voie aux lourds du 99e BG dont l’escorte, constituée du 79e FG, n’hésite pas à se joindre à la bagarre. La chasse allemande du secteur, face aux deux Groups de chasse US déchaînés (et tous deux dotés de P-51 dotés d’un réservoir supplémentaire), perd neuf appareils, contre trois aux Américains. Les B-17 du 99e, qui ont pour objectif la gare et le dépôt de Carcassonne, ne subissent aucune perte.
Sur la Côte d’Azur, les défenses du tragique secteur de Saint-Tropez sont à nouveau prises pour cible par le 25e BG, accompagné du 52e FG.
Un peu plus loin, autour de Toulon, les Français qui mettent la pression en poursuivant la chasse aux sous-marins et aux vedettes rapides. La baie de la Seyne est ciblée par le GAN 2 tandis qu’à quelques kilomètres de là, la 23e EB, accompagnée de la 3e EC, s’en prend à l’aérodrome de Cuers. Les Allemands se retrouvent à nouveau en nette infériorité numérique. Le bilan est d’un Corsair et un P-51 perdus contre cinq chasseurs à croix noire.

La campagne d’Italie
Front italien
– Le II/StG 2 est (enfin) rééquipé avec le nouveau Fw 190F, spécialisé dans l’appui au sol. Le Stuka, qui a fait les beaux jours de la Luftwaffe à l’époque de la Blitzkrieg, n’est maintenant plus en service qu’en Grèce (pour peu de temps encore) et, dans sa version antichar, sur le front de l’est.

Milan – La naissance officielle de l’armée de la RSI est célébrée avec tout le faste fasciste : c’est la création de la 1ère Bersagliere Divizione Italia et de la 2e Alpini Divizione Monterosa. Après les habituelles remises de drapeaux, prestations de serment et autres rodomontades, les hommes de ces deux unités rejoindront leurs garnisons. Leur rôle sera surtout de veiller à la sécurité sur les arrières du front, notamment contre la racaille rouge des Partisans.

Macon II
Adriatique
– Les reconnaissances ont montré une reprise d’activité sur certains des ponts autour de Karlovac. Aussi les Beaumont du Sqn 55, escortés par le Sqn 249, sont-ils de retour dans ce secteur pour les fermer à nouveau à la circulation. Ils arrivent ainsi à placer plusieurs projectiles sur le tablier des ouvrages, les endommageant encore un peu plus. La JG 27 tente d’intervenir mais, mal positionnée, elle ne peut rattraper les véloces bimoteurs.
Près de la côte, l’aérodrome de Zadar est la cible des Sqn 89 et 126. Cependant, quatre des appareils n’attaquent pas l’aérodrome mais filent en direction d’une petite colline dominant le village de Policnic, une dizaine de kilomètres au nord, où le radar FuG couvrant la zone a été repéré. En dépit des postes de Flak déployés pour le protéger, l’installation est détruite, au prix, il est vrai d’un Beaufighter.
Après le coucher du soleil, la piste d’Otocac est attaquée par les Wellington des Sqn 37 et 214. Ce raid est une réussite grâce au marquage effectué par les Mosquito du Sqn 105 ; il laisse une piste à l’état de champ de labour et plusieurs carcasses fumantes. La chasse de nuit réussit à abattre un Wellington et à en endommager un autre. Dès le lendemain, les Allemands décideront de ne plus baser d’appareils à Otocac.


Dernière édition par Casus Frankie le Jeu Avr 28, 2016 13:49; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 981
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 14:01    Sujet du message: Répondre en citant

Juste une question : à la lecture des opérations "œuf de dragon", "strangle" et "macon" je crois deviner que l'odb de l'Ada est le suivant :

- En méditerranée occidentale : les 2/3/4/5/6/7/41/53 EC et E-ACCS ainsi que les 11/12/21/23/25/42 EB

- En méditerranée orientale : les 9/10/13/22/39/80 EC et E-ACCS ainsi que les 19/31/60/81 EB

Avec les groupes de chasse de nuit (EC Cool et de reco (ER 33) réparties entre les deux théâtres (disons 2 tiers/1 tiers).

Et pour l'organisation nous avons la 1ère Armée aérienne en Grèce, la 2e en Corse et la 3e en Italie.

J'ai bon ?
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3638
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 14:18    Sujet du message: Répondre en citant

c'est effectivement à (très) peu de chose prés le document que ladc m'a transmis, à noter toutefois que sur les unités de med occidentale qq unes sont/seront plutôt affectées à l'italie, meme si elle sont toutes basées en corse


spoiler : casus va poster un gros morceau pour le 20 Wink
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 981
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mar 05, 2016 14:59    Sujet du message: Répondre en citant

Yes !

Pour la Med occidentale je n'avais guère de doute car tout est décrit dans "Oeuf de Dragon". Mais pour la Med orientale, faute du texte de Macon I, j'ai procédé par élimination.

Et j'ai hâte pour le 20 août !
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 46, 47, 48  Suivante
Page 3 sur 48

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com