Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Janvier 1943 - Méditerranée
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11155
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 12:23    Sujet du message: Répondre en citant

16 janvier
La campagne d’Italie
Front italien
– Après s’être arrêtés à Naples pour discuter de la situation avec le général Lee, les généraux Dawley et Koeltz sont de retour à leurs QG respectifs, où ils commencent à donner leurs ordres.
Côté américain, le plus urgent est de rééquiper la 1st Armored, notamment les CCA et CCB. Les unités de corps d’armée à proximité de Rome sont mises en alerte. Côté français, le génie divisionnaire de la 3e DB doit monter en ligne pour saturer le terrain de mines antichars et l’artillerie divisionnaire et de corps d’armée doit préparer des plans de feu avec le soin le plus extrême. Pour les deux alliés, les convois de munitions venant de Naples ont la priorité absolue, afin de reconstituer les stocks tout le long de la ligne de front.


17 janvier
La campagne d’Italie
Front italien
– Les dragons portés et les cuirassiers de la 3e DB ne chôment pas depuis la veille. Ils préparent deux lignes de repli pour chacun des secteurs vulnérables à une attaque allemande. Chaque batterie d’artillerie doit disposer d’au moins trois positions de tir déjà prêtes et reconnues pour pouvoir ouvrir le feu et dégager en évitant la contre-batterie ennemie. Le 1er Rgt de Cuirassiers et le 4e Rgt de Dragons Portés, renforcés par le génie divisionnaire, se sont positionnés entre Vasanello, au contact des Belges, et Vigne. Les 11e et 13e Rgt de Dragons Portés restent en réserve. Dans la vallée voisine, au sud de Vascigliano, le 6e RI de la 14e DI est en première ligne, renforcé par un bataillon du 5e Chasseurs d’Afrique. Le 6e Rgt de Chasseurs de la 3e DB est en réserve.
De leur côté, dans la plaine au sud de Civitavecchia, les Américains du 168th Régiment d’Infanterie de la 34th DI-US reçoivent le renfort bienvenu des M3 du 36th Reconnaissance Bataillon, ainsi que plusieurs sections de pièces antichars supplémentaires.


18 janvier
La campagne d’Italie
Front italien
– La chasse alliée rend la vie très difficile aux avions de reconnaissance de la Luftwaffe, aveuglant très largement le commandement allemand. En revanche, les F5A et les Mosquito utilisés par les unités de reconnaissance alliées, profitant de leur grande vitesse et de la médiocrité de la couverture radar allemande, rapportent de nombreuses photos des préparatifs ennemis. Elles montrent clairement des concentrations de troupes et de blindés en plusieurs points du front, face aux Américains et aux Français.


19 janvier
La campagne d’Italie
Front italien
– Des raids aériens sont organisés toute la journée contre les concentrations repérées la veille, mais sans grand succès.

Istres – Un raid de 96 B-24 de la 8th Air Force, escortés par plus d’une centaine de P-38, s’en prend au principal aérodrome d’où opèrent les bombardiers spécialisés dans l’attaque anti-navire à l’aide de bombes guidées. La Luftwaffe réagit énergiquement. Dix P-38 sont détruits, mais ils réussissent à couvrir efficacement les Liberator, qui ne perdent que six appareils (plus deux très endommagés et irréparables). Dix chasseurs allemands sont abattus. Au sol, les dégâts sont très lourds ; la base ne sera plus opérationnelle pendant plusieurs jours, d’autant qu’elle sera la cible d’autres raids, de moindre envergure, les jours suivants. Malheureusement, une partie des bombes s’égarent, faisant plusieurs dizaines de victimes dans la population civile.

Stratégie, diplomatie et politique
Alger
– Gaston Palewski, directeur de cabinet du ministre de la Défense nationale, regagne son bureau en soupirant… Il espère que le coup de téléphone qu’il doit passer sera plus commode que l’entretien précédent, pendant lequel son ministre l’a bombardé de remarques glaciales et lapidaires. Depuis deux ans et demi qu’il le fréquente quotidiennement, il n’a pas souvent vu le Général aussi furieux ! Enfin, commode ou pas, il doit passer ce coup de fil et essayer de trouver le juste dosage de fermeté et de diplomatie pour obtenir ce que son chef vient d’exiger. Palewski soupire derechef. Allons, plus que quelques semaines, quelques jours peut-être, Courcel va quitter ses fonctions à l’état-major, il redeviendra aide de camp du Général et François Coulet, qui occupe ce poste depuis fin 1941, le relaiera, lui, comme DirCab. Ce qui lui permettra de partir en vacances, tiens, en Italie par exemple. Sur le front bien sûr, mais après trente mois dans l’ombre du Général, quelle détente en perspective !
Le DirCab obtient vite le correspondant à qui il désirait parler, le téléphone fonctionne toujours aussi bien entre le ministère et le GQG : « Mes respects mon général, Palewski à l’appareil. Désolé de vous déranger, mais le ministre est furieux : Londres l’a appelé pour se plaindre après le dernier scandale de Giraud hier. Il faut admettre que la situation ne peut plus durer. Où en est votre proposition de nomination ? »
– (…)
– Mais bien sûr, mon général, les torts sont partagés, nous le savons tous ! Montgomery est un prétentieux, oui… Mais aussi, Giraud est un imbécile : céder ainsi à la provocation ! Nous avons besoin de calme et sérénité dans le commandement allié en Grèce, pas de combats de coqs… Le ministre ne veut plus attendre, il veut régler ce problème tout de suite : nous devons publier la nomination dès demain au Journal Officiel, il exige votre courrier pour cet après-midi… Oui, cet après-midi même. Désolé d’insister ainsi, mais je suis certain que vous comprendrez.
– (…)
– Merci mon général.

Comme il le prévoyait, Palewski n’a pas eu à dire au général Noguès de venir s’expliquer si son courrier n’était pas prêt à temps. Noguès a très bien compris ! Le courrier sera prêt.


20 janvier
La campagne d’Italie
Opération Romulus
Ouest et centre du front italien
– A 07h00, les premiers obus de l’opération Romulus (fameux personnage Aryen comme chacun sait…) s’abattent sur les lignes alliées. L’attaque allemande vise d’une part les lignes américano-italiennes, d’autre part les lignes françaises, donc les flancs ouest et est d’un vaste saillant formé par le front allié, de part et d’autre des lignes de la Brigade Tancrémont, qui occupe la pointe nord du saillant.
Dans la plaine au sud de Civitavecchia, près de la côte, les hommes du 168th Infantry Rgt et du 36th Reconnaissance Bn (34th DI-US) sont obligés de reculer vers Santa Severa sous la pression des blindés de la Division Hermann-Göring (1). En effet, le 37 mm AT utilisé par les Américains démontre une nouvelle fois son inefficacité face aux Panzers IV et V. Les insuffisances de ce canon avaient déjà été signalées lors de la campagne de Sicile, mais certains généraux avaient préféré les mettre sur le compte d’une mauvaise doctrine d’emploi ou, au pire, de l’utilisation d’obus inadaptés à la lutte antichar.
En revanche, plus à l’intérieur, dans les collines à l’est d’Allumiere, le 133th Infantry Rgt, efficacement soutenu par l’artillerie divisionnaire, résiste aux coups de boutoir du 314. IR de la 162. ID, malgré l’intervention des Sturmgeschutz du 136. Sturmartillerie Abt.
………
Plus au nord-est, au sud de Viterbe, le 82e Rgt de la Division Trento, renforcé par le 1er Bataillon du Régiment blindé Centauro II, plient devant les assauts furieux des 303. et 329. IR de la 162. ID, appuyés par le 236. Pionier Bn. Les Italiens sont obligés de reculer mais le front ne rompt pas, au prix il est vrai de la perte de nombreux blindés. Les vieux M14/41 sont défavorisés par le terrain et surtout par l’allonge supérieure du 75/L40 des Sturmgeschutz III allemands ; seuls les Semoventi da 75/18 tirent leur épingle du jeu.
………
A l’est des combats, sur le front français, la SS-Panzer Das Reich attaque en force de part et d’autre de Narmi (à l’ouest de Rieti), mais les fers de lance de l’offensive allemande, les 3. et 4. SS-Panzer Rgt, vont s’empêtrer dans les champs de mines posés récemment et dans le dispositif antichar français. Bien soutenue par l’aviation et l’artillerie, la 3e DB française tient bon. En fin de journée, non seulement les Allemands n’ont pas percé, mais ils sont obligés d’interrompre leur attaque et de revenir sur leurs positions de départ.
………
Toute la journée la Jagdwaffe est de sortie en force pour couvrir ses troupes, mais elle manque d’effectifs pour escorter les bombardiers et les Allemands ne peuvent lancer qu’un seul raid aérien. Une douzaine de Fw 190 Jabos s’infiltrent par la mer, mais ils sont interceptés par des P-40 du 324 FG positionnés en seconde ligne, qui en abattent deux et forcent les autres à se débarrasser de leurs bombes avant de riposter et de détruire deux P-40. Sur le front, le bilan de la journée se solde par un Mustang et trois P-38 abattus contre deux Bf 109 et un Fw 190.
………
Sur les arrières du front, le Combat Command A de la 1st DB-US, bien que son recomplètement ne soit pas achevé, est envoyé en urgence vers les positions de la 34th DI-US. Pendant ce temps, des unités de corps d’armée (2nd Ranger Bn, 601th Tank Destroyer Bn, 91th Cavalry Bn, 36th Engineer Rgt et des éléments d’artillerie) se déploient à l’ouest de Cerveteri pour couvrir la route de Rome. Le reste de la 1st Armored Division se place en réserve au sud du lac de Bracciano pour parer à toute éventualité.
Chez les Français, le 4e Spahis remonte en urgence vers le front se déployer au côté du génie divisionnaire de la 3e DB pour fortifier la coupure entre Magliano Sabina, Calvi Dell’Umbria et Tarano, en cas de percée allemande.


21 janvier
La campagne d’Italie
Opération Romulus
Ouest et centre du front italien
– Après une nuit striée de fusées éclairantes et hachée par des bombardements d’artillerie et des tirs de mitrailleuses, la Division Hermann-Göring se relance à l’assaut des positions du 168th Infantry Rgt de la 34th DI-US. Les grenadiers allemands arrivent jusque dans les faubourgs de Santa Severa, mais ils sont privés du soutien de leurs panzers et autres véhicules. En effet, ceux-ci sont violemment pris à parti non seulement par l’aviation, mais aussi par l’artillerie navale, car le croiseur Savannah et les destroyers Hambleton, Parker et Roe sont venus soutenir la défense le long de la côte. Dans le combat de rue qui suit, les grenadiers se heurtent à une résistance qu’ils n’attendaient pas et sont obligés de reculer dans l’après-midi.
Les Allemands avaient cependant prévu que les Alliés auraient recours à un appui naval et ils ont lancé vers midi un raid anti-navires avec des Ju 88 escortés par des Bf 109. Les radars les détectent cependant suffisamment tôt pour appeler à l’aide les P-38 du 27th FS chargés de la couverture de la flotte et idéalement placés en altitude. Encore cadet début 1940, le nouveau major William Leverette abat pas moins de 5 appareils allemands, devenant un as en une seule sortie. En plus de sa DFC, il sera proposé pour la Silver Star pour cette action.
Dans l’après-midi, le CCA de la 1st DB-US commence à se porter en renfort des troupes de la 34th DI-US.
………
Au nord-est, les Italiens se défendent avec acharnement et réussissent à tenir face aux Allemands de la 162. ID. En effet, les deux régiments engagés contre le 82e Rgt de la 102e Division motorisée Trento doivent subir d’intenses tirs d’artillerie italiens, alors que leur propre artillerie divisionnaire est en grande partie engagée plus au sud-ouest pour appuyer l’attaque contre le 133th Régiment américain, à l’est d’Allumiere. Mais les Américains résistent eux aussi et repoussent plusieurs assauts dans la journée.
………
Sur le front est, les Français continuent de tenir avec succès. C’est l’hiver, le terrain regorge de nombreuses petites coupures humides, et il a fait l’objet d’une préparation méticuleuse. Quant au feu défensif, en plus de l’artillerie divisionnaire, la 3e DB dispose du soutien de celle du IVe CA, et par endroits de quelques batteries de la 14e DI. Celle-ci, déployée dans la vallée au sud de Stroncone et jusque vers Rieti, n’a pour l’instant rien eu de plus à repousser que de timides coups de sondes de son opposante, la 112. ID, qui cherche à se positionner sur le flanc de la division blindée française.


22 janvier
La campagne d’Italie
Opération Romulus
Ouest et centre du front italien
– Dès le lever du jour, la division Hermann-Göring lance une nouvelle attaque contre Santa Severa. En dépit du renfort du 13th Tank Bn, les hommes du 168th Rgt sont obligés de se replier vers les collines au nord-est de Cerveteri pendant que les blindés américains se retirent vers les positions du 2e Ranger avec plus de trente pour cent de pertes.
Plus au nord-est, le 133th Infantry Rgt a reçu l’appoint du 11th Armored Infantry Bn de la 1st Armored Division, qui lui permet une fois de plus de repousser les assauts du 314. Rgt de la 162. ID.
Le reste de cette division s’acharne contre le 82e RI de la Division Trento et les survivants du 1er Bataillon du Régiment Blindé Centauro II. Les Italiens reculent mais toujours en bon ordre, soutenus en une occasion par l’artillerie de la Brigade Tancrémont.
………
A l’est de l’attaque allemande, les Français de la 3e DB résistent toujours aux assauts des Allemands, mais les pertes commencent à être sensibles au sein du 1er Cuirassier. Celui-ci recule en bon ordre avec le 4e RDP sur les positions défensives suivantes, préparées les jours précédents. En trois jours de combats, les Allemands n’ont avancé que de deux kilomètres, au prix de lourdes pertes.
………
Au niveau aérien, les formations des deux camps continuent de s’affronter sans que les uns ou les autres puissent prendre l’avantage et influencer les combats au sol de façon décisive.


23 janvier
La campagne d’Italie
Opération Romulus
Ouest et centre du front italien
– Dans la plaine côtière, pendant que le 1er Rgt de Panzergrenadiers de la Division Hermann-Göring tient en respect le 168th Infantry Rgt, réfugié dans les collines, les Panzers de la division, soutenus par les pionniers du génie d’assaut, parviennent en fin de journée devant Cerveteri, bien que les défenseurs bénéficient d’un puissant soutien d’artillerie et d’un appui aérien constant.
Plus à l’intérieur, afin d’élargir le couloir qui a commencé à s’ouvrir le long de la côte, le commandement allemand décide de faire porter ses efforts contre le 133th Rgt US. Aussi le 2e Rgt de Panzergrenadiers de la Hermann-Göring appuyé par l’Aufklarung Bn, d’une part, le 314. IR et les derniers engins du 136 Sturmartillerie Bn, d’autre part, engagent un mouvement de tenaille contre les Américains à l’est d’Allumiere. Cependant, le 133th Infantry Rgt a été renforcé depuis la veille par le 109th Engineer Bn et par le 11th Armored Infantry Bn. Les Américains tiennent une fois de plus le coup, mettant hors de combat de nombreux blindés allemands.
………
Les combats des jours précédents contre le 82e Régiment de la Trento ayant permis de le faire reculer, les 303. et 329 IR. de la 162. ID, avec l’appui cette fois de leur artillerie divisionnaire, sont en bonne position pour prendre de flanc le 7e Régiment de Bersaglieri et les chars du 2e Bn du Centauro II. Cependant, les Italiens disposent dans ce secteur, en plus de l’artillerie divisionnaire de la Trento, de celle du XXIe Corps d’Armée, ce qui leur procure un avantage d’autant plus net que les zones de déploiement de l’artillerie allemande sont connues et subissent donc des tirs de contre-batterie très efficaces. En fin de journée, à la surprise de beaucoup (sauf peut-être des bersaglieri), les Allemands n’ont pu avancer et la route au sud-est de Vetralla est toujours aux mains des hommes de la Trento.
………
Sur le front français, les Allemands décident de faire porter leurs efforts à l’est de Narni. Après les déboires subis de l’autre côté de cette petite ville, l’attaque commence par une tentative de déminage menée par le 2e Bataillon de Pionniers SS. Cependant, cette étroite zone est couverte par les régiments d’artillerie des deux divisions françaises et les pionniers subissent de lourdes pertes.
Comme les jours précédents, les Allemands ne trouvent pas la faille face au 6e Régiment d’Infanterie de la 14e DI, renforcé par les chasseurs de chars du 5e RCA et le 6e Régiment de Chasseurs de la 3e DB. Après avoir subi plusieurs raids de DB-73 et même un des Hurricane antichars du Sqn 605, les Allemands sont contraints de se replier. Le bataillon de pionniers, qui a subi depuis trois jours plus de cinquante pour cent de pertes, est virtuellement hors de combat.

La campagne de Grèce et des Balkans
Une promotion mal accueillie
Argos (Péloponnèse)
– La conférence d’état-major du matin s’achève à peine quand son ordonnance annonce au général Giraud l’arrivée du général Verneau, aide-major général de l’Armée, envoyé par le Grand Quartier Général.
Général Verneau, bienvenue au quartier général de l’Armée d’Orient ! l’accueille Giraud, qui ne semble toujours pas vouloir assimiler le nouveau nom de son armée. Excusez notre installation sommaire (je ne peux plus dire spartiate, ah ah !), nous sommes arrivés ici hier, la victoire a quelques inconvénients, il nous a fallu déménager. Que me vaut l’honneur d’une visite d’un envoyé du GQG ?
« J’espère qu’elle me sera plus utile que celle de ce messager à Noël ou celle de Besson il y a quinze jours »
se retient-il d’ajouter.
Mon général, je suis envoyé directement par le général Noguès, qui m’a demandé de vous remettre en main propre ces deux documents, répond Verneau en lui tendant deux enveloppes cachetées.
Giraud s’assied à son bureau, chausse ses lunettes et ouvre le premier pli.
« Décret de la République Française
Le général de division avec rang et appellation de général d’armée Henri Giraud est nommé Inspecteur Général de la Défense Nationale. Signé, etc… »

Raide et impassible, ne laissant rien paraître de ses émotions, Giraud repose le document et ouvre la seconde enveloppe.
« Grand Quartier Général.
Ordre n°43-5-016
Suite à la réorganisation du commandement allié en Méditerranée orientale et dans les Balkans, le général chef d’état-major et commandant en chef de l’armée française ordonne :
– Le général d’armée Henri Giraud, nommé Inspecteur Général de la Défense Nationale, est invité à se présenter au Grand Quartier Général pour se voir préciser ses missions prioritaires.
– Le général d’armée Henri Dentz assurera par intérim le commandement de la Deuxième Armée Française.
Signé : Général d’armée Antoine Besson »
.
Giraud pousse un grognement qui évoque le grondement des flammes du bûcher de Rouen : cette fois c’est fait, ces salauds d’Anglais ont eu sa peau !
Quand il relève le regard, Verneau est au garde-à-vous : « Le général Noguès m’a ordonné de vous délivrer le message oral suivant, après lecture de ces deux documents :
– Général Giraud, le gouvernement et l’armée ont besoin de vous dans vos nouvelles fonctions pour des missions de la plus haute importance. Regagnez Alger sans retard, l’avion du général Verneau vous attend. Votre départ doit rester discret, évitez toute déclaration au sujet de votre nomination. »

Un silence s’installe, lourd et pesant, qui semble durer une éternité.
– Et si je tarde ou si je parle, Noguès vous a-t-il demandé de me mettre aux arrêts ? explose Giraud, que le post-scriptum oral n’a pas rasséréné.
Après un nouveau silence, il soupire, songeant peut-être alors au vent qui balaye Sainte-Hélène, petite île… Puis il reprend, calme et glacial cette fois : « Très bien Verneau, je comprends. Je ne vais pas rendre votre mission plus pénible encore : vous pourrez dire à cet imbécile de Noguès… pardon, au chef d’état-major général de la Défense nationale… que je suis un soldat qui obéit aux ordres, quels qu’ils soient. Je vais vous suivre. »
Giraud se lève, appelle son ordonnance, lui ordonne de préparer sa valise en vue d’un départ immédiat, puis gagne la pièce voisine où une partie de son état-major continue de travailler.
Messieurs, votre attention je vous prie ! Comme vous le savez, notre Armée, notre Marine et notre Armée de l’Air sont engagées sur de multiples fronts en vue de la libération de notre cher pays. Les succès de l’Armée d’Orient ont été remarqués et on me demande de diffuser les secrets de notre réussite auprès de toutes nos forces armées. Je viens d’être promu à la fonction d’Inspecteur Général de la Défense Nationale et le gouvernement demande de façon pressante mon retour à Alger pour contribuer sans attendre à la préparation des prochaines opérations. Je vais donc vous quitter, à regret, mais fier du travail que nous avons accompli ensemble. Je compte sur vous pour couvrir de gloire nos drapeaux, libérer le territoire de nos alliés et porter la guerre chez nos ennemis. Je vous souhaite la victoire et la gloire et vous donne rendez-vous à Athènes, à Belgrade… et qui sait, à Berlin ! Quand vous y serez, j’y serai avec vous.
Dentz, vous assurerez le commandement de l’armée par intérim : vous connaissez la situation comme moi, vous êtes déjà opérationnel.
Messieurs, au revoir. »

Giraud prend le temps de saluer personnellement tous les membres de son état-major, serrant la main de chacun, avant de retourner s’enfermer dans ses quartiers. Moins d’une heure plus tard, la voiture de Verneau emporte Giraud et son ordonnance vers l’aéroport…


Note
1- La Brigade Hermann-Göring a été officiellement transformée en division au début de l’année, et renforcée en conséquence.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 14:28    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Deux remarques de forme à chaud :
- dans notre description des divisions françaises, de leur déploiement et de leur action, pourquoi ne pas citer le niveau organisationnel et opérationnel de référence qu'est (en 42-43 FTL) la brigade ? Pour la 14e DI, on a (par ordre croissant) les brigades Debeney, De Larminat, et Noiret ; pour la 3e DB, on a les brigades Rabanit et Touzet du Vigier. C'est en citant les brigades impliquées plutôt que les régiments qu'on a décrit les campagnes de Grèce de 42, de Sicile de 42 etc...
- il nous manque toujours la description des événements de décembre 42 - janvier 43 en Grèce, notamment la reconquête du Péloponnèse et l'arrivée de Montgomery (et ses "prises de bec" avec Giraud) : pas de volontaire ?

Amitiés,
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capu Rossu



Inscrit le: 22 Oct 2011
Messages: 1883
Localisation: Mittlemeerküstenfront

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 14:44    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

au 20 janvier

Citation:
Chez les Français, le 4e Spahis remonte en urgence vers le front pour se déployer au côté du génie divisionnaire de la 3e DB pour fortifier la coupure entre Magliano Sabina, Calvi Dell’Umbria et Tarano, en cas de percée allemande.


@+
Alain
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3805
Localisation: Tours

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 15:26    Sujet du message: Répondre en citant

La vache! Le denommé Henri Giraud a l'ait d'avoir été une sacré tête de pioche, plus buté que tous les anes du train d'un GTM. Il devait être du genre difficile à vivre OTL pour que la FTL en fasse un tel portrait.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11155
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 15:59    Sujet du message: Répondre en citant

ladc51 a écrit:
- dans notre description des divisions françaises, de leur déploiement et de leur action, pourquoi ne pas citer le niveau organisationnel et opérationnel de référence qu'est (en 42-43 FTL) la brigade ? Pour la 14e DI, on a (par ordre croissant) les brigades Debeney, De Larminat, et Noiret ; pour la 3e DB, on a les brigades Rabanit et Touzet du Vigier. C'est en citant les brigades impliquées plutôt que les régiments qu'on a décrit les campagnes de Grèce de 42, de Sicile de 42 etc...


Confused ...... Mmmm... Deux brigades seulement pour la 3e DB ?
Et que veux-tu dire par "par ordre croissant" pour la 14e DI ?


ladc51 a écrit:
il nous manque toujours la description des événements de décembre 42 - janvier 43 en Grèce, notamment la reconquête du Péloponnèse et l'arrivée de Montgomery (et ses "prises de bec" avec Giraud) : pas de volontaire ?


Comme je l'ai indiqué en commençant, Patrikev nous manque ! (la Vraie Vie...)
Si quelqu'un prend le relais en son absence, il ne se vexera pas je pense.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 16:18    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:


Confused ...... Mmmm... Deux brigades seulement pour la 3e DB ?
Et que veux-tu dire par "par ordre croissant" pour la 14e DI ?



Oui, deux brigades par division blindée française (au TOE-42), trois brigades par division d'infanterie... un de nous eux a besoin d'un peu de repos et de fortifiant pour la mémoire Wink mais lequel ? Confused

Par ordre croissant : 1ere brigade de la 14e DI (I/14e DI) commandée par Debeney, II/14e DI par De Larminat et III/14e DI par Noiret.

Pour les épisodes Giraud / Monty, si j'ai 3 minutes j'essaierai de faire un premier draft...
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dado



Inscrit le: 12 Nov 2013
Messages: 995
Localisation: Lille

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 16:38    Sujet du message: Répondre en citant

Moi qui croyait que la Tancrémont allait subir le gros de l'assaut, je me suis planté Laughing en même temps c'est logique, les allemands attaquent plutôt de part et d'autre du saillant que par sa point pour encercler la Tancrémont j'ai l'impression?

Et sinon, je reviens sur la 1ère DI canadienne:
Citation:
Je note que des RAM canadiens sont utilisés en première ligne, là où OTL ils étaient plutôt gardés pour l'entrainement des troupes canadiennes en Grande-Bretagne. Je suppose que c'est parce que les troupes canadiennes sont employées sur le front plus tôt qu'OTL, et donc doivent se battre avec ce qu'ils ont sous la main? D'ailleurs OTL, y a-t-il eu des troupes canadiennes qui ont combattu en Italie, ou ont-elles toutes été regroupées en Grande Bretagne pour entrainement et pour le D-day?

Quid des RAM canadiens alors, plus utilisés au front qu'OTL, au moins pour la 1ère DI?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3617
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 16:43    Sujet du message: Répondre en citant

ladc51 a écrit:
Bonjour,

Deux remarques de forme à chaud :
- dans notre description des divisions françaises, de leur déploiement et de leur action, pourquoi ne pas citer le niveau organisationnel et opérationnel de référence qu'est (en 42-43 FTL) la brigade ? Pour la 14e DI, on a (par ordre croissant) les brigades Debeney, De Larminat, et Noiret ; pour la 3e DB, on a les brigades Rabanit et Touzet du Vigier. C'est en citant les brigades impliquées plutôt que les régiments qu'on a décrit les campagnes de Grèce de 42, de Sicile de 42 etc...
- il nous manque toujours la description des événements de décembre 42 - janvier 43 en Grèce, notamment la reconquête du Péloponnèse et l'arrivée de Montgomery (et ses "prises de bec" avec Giraud) : pas de volontaire ?

Amitiés,


pendant qu'on y est aurais tu les commandants de brigade des 83e et 86e DIA
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org


Dernière édition par patzekiller le Mar Nov 11, 2014 17:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3617
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 16:47    Sujet du message: Répondre en citant

pour les ram, c'est pour l'instant le char majeur coté français, fabriqué au canada également, c'est le calendrier operationnel otl qui a fait qu'il n'a jamais été utilisé en opération (la div canadienne se fait ré équiper en Sherman moins de 2 mois avant overlord otl)
ftl, les canadiens ont un char, ils l'utilisent
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dado



Inscrit le: 12 Nov 2013
Messages: 995
Localisation: Lille

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 16:59    Sujet du message: Répondre en citant

Ok d'accord, c'est ce qu'il me semblait, par contre mea culpa j'avais oublié qu'il équipait aussi les français FTL.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 17:21    Sujet du message: Répondre en citant

patzekiller a écrit:

pendant qu'on y est aurais tu les commandants de brigade des 83e et 86e DIA


Bien sur :

I/83e DIA : Brosset
II/83e DIA : Magnan
III/83e DIA : Richard

I/86e DIA : ARNAULT DE LA MENARDIERE
II/86e DIA : GRANIER

NB : 86e DIA à deux brigades seulement car unité de type infanterie de montagne !

mp : je t'envoie le fichier complet des affectations des généraux français au 1/1/43 par email, ça peut te servir...
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabert



Inscrit le: 30 Aoû 2011
Messages: 323

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 17:24    Sujet du message: Répondre en citant

un lecteur de Blindés, le canon de 37 US...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3617
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 19:04    Sujet du message: Répondre en citant

article du mois dernier, je reconnais, qui est tombé pile poil pour fournir l'anecdote Wink
@laurent, merci, y'a du boulot, je tacherai d'y faire honneur Wink
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11155
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 11, 2014 19:09    Sujet du message: Répondre en citant

ladc51 a écrit:
Oui, deux brigades par division blindée française (au TOE-42), trois brigades par division d'infanterie... un de nous eux a besoin d'un peu de repos et de fortifiant pour la mémoire Wink mais lequel ? Confused


Moi, aucun doute. ça devrait aller mieux dans... 3 à 6 mois.

Bon, ça donne ça :
La Brigade Touzet du Vigier (1er Rgt de Cuirassiers et 4e Rgt de Dragons Portés), renforcée par le génie divisionnaire, s’est positionnée entre Vasanello, au contact des Belges, et Vigne. La Brigade Rabanit (13e Rgt de Dragons et 11e Rgt de Dragons Portés) reste en réserve. Dans la vallée voisine, au sud de Vascigliano, la Brigade Larminat de la 14e DI est en première ligne, renforcée par un bataillon du 5e Rgt de Chasseurs d’Afrique (chars d'infanterie). Le 6e Rgt de Chasseurs (reconnaissance) de la 3e DB est en réserve.

(les autres textes légèrement adaptés pour refléter ce qui précède)

ladc51 a écrit:
Par ordre croissant : 1ere brigade de la 14e DI (I/14e DI) commandée par Debeney, II/14e DI par De Larminat et III/14e DI par Noiret.


Ah, ordre croissant des numéros !

ladc51 a écrit:
Pour les épisodes Giraud / Monty, si j'ai 3 minutes j'essaierai de faire un premier draft...


Chouette ! Very Happy
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Nov 13, 2014 10:10    Sujet du message: Répondre en citant

Je trépigne d'impatience, je trépigne... Evil or Very Mad

La suite, la suite, la suite (au moins pour les événements en Italie)... Embarassed svp Wink
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivante
Page 3 sur 12

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com