Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les célébrités françaises et le Grand Déménagement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1940 - Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1668
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 13:22    Sujet du message: Les célébrités françaises et le Grand Déménagement Répondre en citant

A-t-on recensé quelque part les chanteurs, acteurs et autres célébrités des médias qui participent au Grand Déménagement? On sait que Maurice Chevalier, notamment, reste en métropole, mais qu'en est-il par exemple de Charles Trenet et Tino Rossi? Tous les deux ont été mobilisés en 1940, il est donc tout à fait possible qu'ils traversent la Méditerranée en tant que soldats.

Je m'interroge aussi sur les futures célébrités d'après-guerre, comme Georges Brassens, Yves Montand, etc...
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 772

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 14:14    Sujet du message: Répondre en citant

Un très bon lien (je trouve) qui peut permettre de répondre à certaines de tes questions :
http://atf40.forumculture.net/t2343-celebrites-dans-l-atf40

Fernandel est déménagé aussi : il assure la promotion du Trans-Maghreb de par le monde.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fhaessig



Inscrit le: 15 Jan 2013
Messages: 198
Localisation: leiden (NL)

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 14:23    Sujet du message: Re: Les célébrités françaises et le Grand Déménagement Répondre en citant

Hendryk a écrit:
A-t-on recensé quelque part les chanteurs, acteurs et autres célébrités des médias qui participent au Grand Déménagement? On sait que Maurice Chevalier, notamment, reste en métropole, mais qu'en est-il par exemple de Charles Trenet et Tino Rossi? Tous les deux ont été mobilisés en 1940, il est donc tout à fait possible qu'ils traversent la Méditerranée en tant que soldats.

Je m'interroge aussi sur les futures célébrités d'après-guerre, comme Georges Brassens, Yves Montand, etc...


Pour autant que je sache Brassens n'etait pas mobilise et est monte a Paris en Fevrier 40 ou il est reste jusqu'a mi Juin 40 OTL. Il a travaille comme ouvrier a Renault billancourt vers la fin, puis a suivi l'exode jusqu'a sete puis est remonte a Paris en automne 40(source wiki).

Je ne vois pas vraiment de raison de changer son destin en FTL.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 4883

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 16:40    Sujet du message: Répondre en citant

Pourquoi pas Brassens a Radio Alger au coté de Pierre Dac ? Quelle rencontre cela ferait...
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11656
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 18:04    Sujet du message: Répondre en citant

Désolé Archibald, mais Brassens, en 40-44, s'il déménageait, ce serait pour s'engager - à l'époque, c'est juste un jeune homme un peu poète, un peu musicien, beaucoup ouvrier, et 100 % inconnu.

Pierre Dac, c'est une célébrité nationale majeure.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1668
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 19:54    Sujet du message: Répondre en citant

Tyler a écrit:
Un très bon lien (je trouve) qui peut permettre de répondre à certaines de tes questions :
http://atf40.forumculture.net/t2343-celebrites-dans-l-atf40

En effet, cette liste comporte plusieurs candidats potentiels au déménagement.

Citation:
Musiciens/compositeurs

- Jehan Alain (1911-1940) : ce compositeur et organiste, mobilisé comme simple soldat est incorporé dans le 1er groupe franc de cavalerie du capitaine de Neuchèze. Il participe à la bataille des cadets de Saumur et tombe au champ d'honneur en résistant seul face à un peloton ennemi.

- Léo Ferré (1916-1993): mobilisé en 1939, le futur poète et chanteur monégasque dirige un groupe de tirailleurs algériens.

- Charles Trenet (1913-2001): mobilisé à Salon-de-Provence, le "fou chantant" y reste toute la drôle de guerre. Paris-Soir annonce officiellement sa mort dans son édition du 30 juillet 1940, ce qui provoque cette réponse de l'artiste : " c'est la troisième fois qu'on me tue. Je n'arrive pas à comprendre les raisons pour lesquelles on veut me tuer avec tant de persuasion".

Acteurs/présentateur TV

- Bernard Blier (1916-1989): L'acteur est incorporé comme 2ème classe dans un régiment d'infanterie à Mayenne (130ème RI ?). Il est fait prisonnier et interné au stalag XVII A. Il perd 27 kg, ce qui lui permet de se faire rapatrier comme sanitaire.

- Jean Gabin (1904-1976): Mobilisé dans les fusiliers-marins à Cherbourg, il obtient une permission exceptionnelle pour terminer "Remorques" avec Michèle Morgan. Son parcours de combattant dans la seconde guerre mondiale reste cependant plus célèbre en tant que chef de char du 2ème escadron du régiment blindé de fusiliers-marins de la 2ème DB.

- Fernand Contandin dit Fernandel (1903-1971) : mobilisé à Marseille au 15ème train, il crée un attroupement lors de son premier tour de garde du à son immense popularité. Il est donc par la suite détaché au service cinématographique des armées au côtés de Pagnol. Les deux hommes sont chargés de tourner un film suseptible de participer au rapprochement franco-italien, ce sera "la fille du puisatier", achevé après la défaite.

-Léon Zitrone (1914-1995): mobilisé en 1940, le futur présentateur TV intègre les rangs de la 14ème division d'infanterie et il s'illustre à Rethel. Il sera décoré de la médaille militaire pour sa bravoure lors de la bataille. Il est fait prisonnier à Braine-l'Alleud mais réussit à s'évader peu après.

Humanitaire

-Henri Grouès dit l'Abbé Pierre (1912-2007): le jeune prêtre est affecté en tant que sous-officier au 28ème groupe sanitaire divisionnaire. Victime d'une pleurésie, il est hospitalisé au moment de la défaite. Il rejoint la résistance deux ans plus tard.


Citation:
Jean Marais 26 ans
guetteur à Roye dans la Somme, Coco Channel était la marraine de sa compagnie (-->Compagnie de Guet 1/II ?)

Bourvil 22 ans
dans la musique du 24e RI de Paris depuis 1937

Louis de Funés 25 ans
le cas le moins clair, déclaré inapte suite à une erreur de dossier il se serait retrouvé dans le théâtre aux armées au camp de Mailly (unité ??)

_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7732

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 20:22    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Bourvil 22 ans
dans la musique du 24e RI de Paris depuis 1937


Il le dit dans une chanson : http://users.skynet.be/bourvil/Chansons/Ducotealsace.htm
Une autre chanson qui parle dee la guerre,, ou plutôt de l'après guerre :
http://users.skynet.be/bourvil/Chansons/Cetaitbi.htm
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1774

MessagePosté le: Jeu Avr 11, 2013 20:56    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a déjà quelques pistes. Jacques Tati:

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=672&highlight=

Une brochette de vedettes (dont Louis de Funès):

patrikev a écrit:
Les années 1940 sont une époque faste pour le cinéma français. La chrono contient déjà quelques données sur la création FTL des studios de Tipasa près d'Alger, et sur certains artistes restés en France, dont une très belle page sur le tournage des Visiteurs du Soir. Mais quelqu'un a-t-il eu la curiosité de commencer l'inventaire des artistes "déménagés" en 1940, de ceux partis plus tard et par d'autres voies, et de ceux restés en France occupée?

Parmi les acteurs mobilisés en 1940, plusieurs appartiennent à de bonnes unités combattantes et devraient faire partie du déménagement: les aviateurs Henri Decoin et Maurice Dorléac, le sous-marinier Jean Gabin, le tirailleur Max Ophüls, le zouave Pierre Fresnay Very Happy , le dragon Jacques Tatischeff http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?p=13324#13324

Liste non limitative. Je n'ai pas pu savoir dans quelle unité servait Gilbert Gil, par exemple.

Les biffins de base, comme Louis de Funès, devraient être laissés en arrière et faits prisonniers pour la plupart. D'ailleurs, De Funès, 1,64 m et des problèmes de poumons, devrait être libéré assez vite.

Ensuite, c'est plus compliqué. OTL, par exemple, la troupe de Louis Jouvet a pu partir en tournée en Amérique Latine avec l'accord des autorités de Vichy et se trouver du bon côté de l'Atlantique quand les Américains ont débarqué en AFN. En FTL, je ne suis pas sûr que ce genre d'éventualité soit possible.

Il faudra voir si le commandement accorde facilement des permisions de tournage. Comme Jean Zay est très soucieux de l'image de la France dans le monde, ce devrait être faisable.

Pour les rôles féminins, il faudra beaucoup recruter sur place. L'Algérie française avait une vie théâtrale assez active. En tout cas, j'ai trouvé une jeune candidate déjà présente en AFN...


Un projet de film à tourner à Tipasa, "La Rose d'Or" (scénar et distribution déjà ébauchés, je m'y remettrai plus tard): Neuneu

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=620

En fait, dans la FTL, Louis Jouvet et d'autres acteurs ont pu quitter la France occupée par des voies un peu différentes. Je ne me souviens plus à quelle date ils sont mentionnés.

Et une discussion commencée mais jamais finie:

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=961&highlight=
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 4883

MessagePosté le: Ven Mar 02, 2018 11:32    Sujet du message: Répondre en citant

Deux écrivains liés à Saint-Exupéry

- René Chambe (on en a déja parlé FTL)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Chambe

- Léon Werth
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Werth
https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/leon-werth-1878-1955-un-ecrivain-7488
http://www.viviane-hamy.fr/les-auteurs/article/leon-werth

Je pense que Werth va être rattrapé par les combats sur la route du Jura et probablement "exfiltré" à Alger avec sa famille.
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11656
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mai 28, 2018 15:10    Sujet du message: Répondre en citant

Ce petit ajout a été rédigé par Tyler et relu (et légèrement amendé) par Fantasque.
Les "amabilités" à l'égard de Drieu la Rochelle sont OTL…


28 juillet 1940
A contre-courant
Madrid
– Cette fois, sa décision est prise. Le jeu auquel il va jouer est très risqué, il ne le sait que trop. S’il fait le mauvais choix, son nom et son empire industriel seront couverts d’opprobre. Mais, au fond de lui, Louis Renault est persuadé que c’est la chose la plus raisonnable à faire. Depuis près d’un mois, dans la capitale d’une Espagne réunifiée dans le sang, il pèse le pour et le contre. Le choix est cornélien, mais avec les événements en cours, il ne peut plus conserver la neutralité politique qu’il affiche depuis des années, et qui lui a valu de se voir accusé de favoriser tant les menées du Front Populaire que celles de l’extrême-droite.
Rentré fin juin de Washington en Europe, Louis Renault n’a pu que constater les bouleversements qui se sont produits depuis son départ pour l’Amérique au début du mois, envoyé spécial de Reynaud pour coordonner la production de chars outre-Atlantique et gagner une course contre la montre désespérée. « Un char maintenant vaut mieux que dix chars demain » a-t-il dit aux officiels de Washington, alors qu’au même moment, ses usines de Billancourt étaient évacuées devant l’inexorable avance allemande… Les nouvelles parcellaires qui traversaient l’Atlantique n’étaient pas bonnes – ville après ville tombaient aux mains de l’ennemi. Poussant le dévouement jusqu’au bout, il s’est rendu au Canada voir ce qu’il était possible de faire dans l’urgence. Y aurait-il un Miracle de la Loire ? De plus en plus, le capitaine d’industrie en doutait. Le 22 juin, il avait pris un avion pour l’Espagne. De là, il pourrait sans mal se rendre en France… ou plus exactement en Algérie.
Car le gouvernement, après la pire défaite de l’histoire moderne, avait décidé l’abandon de la Métropole ! Et pendant ce temps, les Américains louvoyaient et ses usines de Billancourt, le cœur de son empire industriel, là ou tout avait commencé, étaient aux mains des Allemands. La rumeur de Madrid disait qu’un Gauleiter allait être nommé pour diriger la France occupée et aurait toute autorité pour décider ce que deviendraient ses usines. Un Gauleiter qui s’emparerait de l’œuvre de sa vie ! Que devait-il faire ? S’enfuir comme les autres, ou retourner à Paris pour faire valoir ses droits ?
Dès son arrivée, fin juin, dans la capitale espagnole (il aurait préféré se réfugier dans le sud-ouest, chez son ami le marquis de Fayolle, mais il est clair que les lieux seront sous peu au centre des combats), Renault a multiplié les contacts des deux côtés de la Méditerranée. Les membres de l’équipe qui l’ont accompagné à Washington sont partis pour l’Algérie, mais lui s’est fait porter malade : il serait cloué au lit à Madrid et ne pourrait prendre l’avion. René de Peyrecave, un de ses principaux collaborateurs, qui a suivi ce qu’on commence à appeler le Grand Déménagement en ce qui concerne les ouvriers spécialisés et les machines-outils, a pu lui faire parvenir un rapport disant qu’un retour à Paris ne semblait pas convenable, du fait de la continuation de la lutte par l’appareil politique et militaire français. Mais les Espagnols lui ont relayé les rumeurs selon lesquelles une révolte communiste couverait en France. Pas étonnant, avec ce gouvernement désespéré qui arme les anciens Républicains espagnols pour couvrir la débandade de l’armée française…
En juillet Louis Renault a donc continué à sonder amis et connaissances, autres industriels, hommes politiques divers… Au Quai d’Orsay, qui n’est plus au quai d’Orsay bien sûr, on commence à trouver la situation quelque peu étrange, d’autant plus que les services de l’ambassadeur Renom de la Baume, eux, n’ont pas réussi à entrer en contact avec lui.
Renault a toujours pensé qu’une certaine neutralité permettait d’apaiser les tensions et que les coups de force, les choix brutaux, ne pourraient mener qu’au désordre. La preuve, la dernière grande grève dans ses usines avait provoqué des tensions insupportables. Il faut dire que c’était ce petit opportuniste de Lehideux, le mari de sa nièce, qui était aux manettes… Dire qu’il fait maintenant partie de l’équipe du ministre de l’Armement, Raoul Dautry ! Tant mieux pour Renault, songe l’industriel, qui doute que Dautry y ait gagné quelque chose.
Un profond sentiment de gâchis et de lassitude habite ce soir Louis Renault. Si seulement les nations européennes avaient été plus raisonnables ces dernières années… Fallait-il mourir pour Dantzig ? Si seulement les Américains n’avaient pas tant hésité… Si seulement la France avait pu mieux se préparer… Si seulement il avait pu avoir un lien suivi avec un ministre qui ne soit pas débarqué au bout d’un an, le remplaçant ayant parfois des objectifs aux antipodes de son prédécesseur. Si seulement… Si seulement sa femme, sa chère “Beloukia”, restée à Paris, pouvait lui donner signe de vie. Lui serait-il arrivé malheur ? Ou l’aurait-elle tout à fait oublié dans les bras de son amant, ce salopard de Drieu La Rochelle ? Parce que cet écrivain raté, ce… ce petit sauteur est lui aussi resté à Paris ! Mais ça, il ne veut pas y penser.
Alors, ce soir, informé que décidément l’armée française agonise et que les Allemands occuperont sous peu toute la France, Louis Renault se décide, à contre-courant des avis de certains qui n’ont pas laissé à Paris tout ce qui donne un sens à leur vie, à contre-courant de ce gouvernement déraisonnable dont il anticipe la déconfiture dans les sables africains, il prend la décision de retourner à Paris. Ainsi, l’œuvre de sa vie, ses usines ne seront pas jetées en pâture aux Allemands. Ainsi, dans le chaos général de cette France malade, Renault continuera d’être un modèle de progrès industriel. Ainsi il se rapprochera de sa silencieuse femme… Et quand l’Europe retrouvera la raison, les automobiles Renault seront de nouveau à la pointe de l’industrie française !
« Louis Renault arriva à Paris dans les premiers jours du mois d’août 1940, bien décidé à négocier avec le futur Gauleiter en charge de la France Occupée. Quelle ne fut pas sa surprise en voyant se constituer le gouvernement dirigé par Pierre Laval ! Mais ce grand capitaine d’industrie avait toujours affirmé qu’il fallait s’adapter aux circonstances. C’est pourquoi il s’efforça de relancer les activités de ses usines, en théorie au profit du NEF, en pratique, bien sûr, à l’avantage des Allemands.
Pourtant, il devait maintenir des contacts avec les équipes du ministère de l’Armement d’Alger (où son neveu par alliance, François Lehideux, continuait de travailler) grâce à René de Peyrecave, qui avait suivi le Grand Déménagement et continuait à lui transmettre – très discrètement – des informations.
Mais pour la Résistance, Louis Renault était devenu un symbole et un homme à abattre. En 1942, il fut grièvement blessé au volant de sa voiture par un homme armé d’un pistolet, dont l’identité reste discutée. Il mourut quelques semaines plus tard des suites de ses blessures. La marque portant son nom, qu’il avait vainement tenté de préserver en retournant en territoire occupée sera nationalisée à la Libération. Sous l’influence du Parti communiste, on lui donna le nom de Régie Nationale des Automobiles de Billancourt, bientôt abrégé en Régie Nationale de l’Automobile… Aujourd’hui, parmi les millions d’automobilistes roulant en Réna, combien connaissent la signification de cet acronyme ? Sans doute une minorité – et très peu, assurément, ont entendu parler de Renault, qui n’est plus connu à présent que des amateurs d’histoire de l’automobile. »

(D’après Alex Tyler, L’industrie française sous l’Occupation, Economica, 1992)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 4894
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Mai 28, 2018 17:04    Sujet du message: Répondre en citant

Ca me fait penser que je gratterai bien un truc sur Guitry Cool Cool
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1940 - Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com