Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Front Russe, Mai 1944
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 7144

MessagePosté le: Lun Jan 23, 2023 19:34    Sujet du message: Répondre en citant

Pendjari a écrit:
Front Unitaire Katangais ? Wink


Et Congolais aussi. Forcément. Ils ont même congolais en justes noces.

Qui est assez proche idéologiquement du Partido Unitario de los Trabajadores Anarquistas..., espagnol comme il se doit... d'ailleurs quand ils ont traversé la frontière, fuyant le franquisme, en mars 1939, ils ont remplacés "anarchiste" par "espagnol" histoire de noyer le poisson.

Arrow Arrow Arrow
_________________
"I fight for you Albuquerque. Better call Saul !"

"Ya basta de negocios. TRAIGAN LAS CHICAS !!"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 7739
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 08:13    Sujet du message: Répondre en citant

Wings a écrit:
Précision coté AH.com:

Citation:
In fact, Krivoshein refused to march under a pretext of tiredness of his troops. They just stood there on the roadside , while German tanks went by.

Ça sent l'excuse a posteriori, non ?
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 7344
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 09:12    Sujet du message: Répondre en citant

J ai déjà répondu... avec les photos...
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 7739
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 09:13    Sujet du message: Répondre en citant

Quelles photos ? On parle bien d'un défilé commun entre Allemands et Soviétiques en Pologne en 1939 ?
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 7344
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 09:55    Sujet du message: Répondre en citant

Ben oui. Tu veut du BT7 sous la croix gammée ? Et du commissaire politique côte à côte avec l'officier allemand sur l'estrade ?
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 7739
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 09:56    Sujet du message: Répondre en citant

C'est juste que je ne sais plus où sont ces photos dont tu parles...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 7344
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 10:38    Sujet du message: Répondre en citant

Ah je ne les ai pas mis ici. C'est que le mec insistait tu comprends.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 12812
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Jan 24, 2023 23:49    Sujet du message: Répondre en citant

2 mai
Cluj-Debrecen
La Hongrie, coûte que coûte
Genchtab, rue Znamenka (Académie Frunze et STAVKA, Moscou)
– A présent que les invités sont partis et que le 1er Mai est passé, l’état-major central soviétique revient strictement à son lourd travail quotidien – lequel n’a bien sûr jamais cessé, ni même ralenti. Prochain (lourd) sujet sur la table des opérations : Cluj-Debrecen, l’offensive transcarpatique supposée éliminer tout le saillant de l’Axe qui va du Danube jusqu’en Roumanie. Ainsi, le flanc gauche de l’offensive de l’Armée Rouge sera sécurisé, en préalable à son inévitable futur assaut vers Berlin : l’opération Oder qui, elle, devra mettre à terre l’hydre fasciste une bonne fois pour toute.
Cluj-Debrecen est tout de même un cas un peu particulier pour les planificateurs soviétiques. Instruits de… disons, l’expérience peu satisfaisante de Vatra Dornei-Gheorgheni, ceux-ci n’envisagent pas de lancer des offensives en profondeur selon la doctrine habituelle. Ici, le terrain des plus défavorables comme la probable position centrale des réserves ennemies ne permettent pas de définir des axes de pénétration principaux. Ces axes seraient de toute façon trop évidents. Les vallées ne bougent pas, les cols non plus ! Et, si les efforts portaient sur un nombre limité de secteurs, l’Axe serait en mesure de faire roquer ses troupes pour parer les attaques l’une après l’autre.
Non… Il faut hélas faire le deuil d’un oudar (choc) contre le dispositif ennemi comme de la formation immédiate de Kottel (chaudrons) sur les pans susceptibles de tenir bons. Nous ne sommes pas en Ukraine ici, et pas davantage en Biélorussie ! Procéder différemment donc, mais de manière bien plus ambitieuse en réalité. Car sitôt percée la barrière des Carpates, la Hongrie est objectivement indéfendable. Et T-34 comme IS-1 pourraient alors manœuvrer avec grâce dans la plaine en s’appuyant un peu sur le saillant britannique en Yougoslavie (il faut bien que les capitalistes servent à quelque chose !) pour aller toucher le Danube au sud et Budapest à l’ouest, en enfermant au passage tous les défenseurs qui auraient été assez sots pour rester derrière.
Tout ceci, l’Armée Rouge l’a bien compris et assimilé. C'est pourquoi elle envisage de franchir la barrière des Carpates en attaquant… partout : de Przemyśl en Pologne jusqu’à Craiova en Roumanie, sur le plus large front possible (830 kilomètres – ça fera évidemment plaisir au Vojd !), tel un énorme bélier sur une porte, jusqu’à ce que quelque chose cède – un verrou, un gond… Il sera ensuite facile d’insérer à ce niveau un pied de biche – un gros, en forme de corps blindé – puis de forcer le passage pendant que partout ailleurs, les réserves ennemies resteront sollicitées.
Tout ceci manque peut-être un peu de subtilité. Mais les Soviétiques sont assez sagaces pour anticiper plusieurs points de rupture probables, près desquels positionner leurs troupes blindées.
Tout au nord d’abord, le 2e Front Ukrainien d’Ivan Bagramian peut par exemple espérer percer assez facilement les défenses du lamentable III. Luftwaffen-FeldKorps (Job Odebrecht), relevant de la 2. Armee. On pourrait alors remonter la Suceava et passer le col d’Izvor avant de déferler jusqu’à… Vatra Dornei, de sinistre mémoire, certes, mais cela forcerait sans aucun doute au repli tout le flanc gauche de la 17. Armee.
A moins que ce soit elle qui cède en premier, par exemple aux environs de Piatra Neamț – toujours de mauvais souvenirs… – et concède le col Bicaz, puis la route jusqu’à Gheorgheni. De fait, si Bagramian a des moyens en infanterie assez limités, il dispose de formations mécanisées assez nombreuses, dont la 5e Armée de Chars d’Andrei Kravchenko, laquelle constituera un outil précieux pour exploiter en coupant la retraite fasciste une fois les cols passés. Et quand on en sera là, il ne lui faudra pas grand-chose ! Comme quoi l’opération d’octobre dernier manquait sans doute seulement d’un peu de soutien…
Mais pas cette fois-ci : les camarades de ce secteur peuvent compter, à leur gauche, sur le puissant 4e Front Ukrainien du maréchal Fiodor Tolboukhine, lequel dispose de cinq armées soviétiques, pas moins, ainsi que de deux armées roumaines ! Certes, on n’attend pas grand-chose des Roumains, sinon faire acte de présence et attirer les tirs ennemis… mais elles existent, c’est déjà ça. Tolboukhine les utilisera au mieux, dans les durs combats à venir, qui devront permettre de passer des cols à 1 200 mètres d’altitude (Rucăr-Bran), ou encore des passes fortement défendues (Turnu Roșu : 354 mètres d’altitude seulement, mais d’une largeur ne dépassant pas les 250 mètres !).
Autant dire, sur pareil terrain, le 4e Front Ukrainien ne part pas gagnant en dépit de ses effectifs. Pourtant, c’est bien ici qu’il va falloir passer : plus à l’ouest, ce sont les Portes de Fer – un secteur pas moins difficile, et surtout sans bénéfice stratégique – puis la partie des Carpates qui débouche sur les monts Apuseni – et l’on n’a pas besoin d’enchainer deux reliefs d’affilée. Quant à frapper au centre, à partir de la Moldavie, cette manœuvre serait aussi coûteuse que sans perspective – les 9e, 59e et 62e Armées attaqueront, bien sûr, mais sans espoir immédiat de percée. De toute façon, l’Armée Rouge ne pourra pas vraiment courir tous les lièvres à la fois. Ici, ses moyens ne sont pas illimités, hélas – avec tout ce qui se prépare sur la Vistule, c’est normal !
Alors bien sûr, ce sera long, pénible et probablement sanglant. Mais à Moscou, ce n’est pas un souci, et la prise de la Hongrie est à ce prix. Avant que les capitalistes ne changent d’avis !

L’art d’utiliser les Slovaques
Dukla-Carpates
Secteur du 3e Front Ukrainien
– Mauvais vent sur l’offensive soviétique, qui connaît déjà retards et difficultés, sous la pluie printanière. Face à un XXVII. ArmeeKorps qui maîtrise toujours sa défense et dispose du temps comme de la place pour manœuvrer, l’Armée Rouge avance, pesamment, lourdement – tel un apéritif de ce qui se déroulera sans doute bientôt ailleurs sur le front.
Comme c’était prévisible, voire inévitable, la 61e Armée poursuit de Strzyżów vers Krosno. Pavel Belov sait que le terrain ici est… compliqué, au moins jusqu’au cœur du plateau intermédiaire de la Wislok et avant même d’attaquer les contreforts des Carpates. Il divise donc ses troupes en deux colonnes, destinées à prendre en tenaille leur objectif en passant par Frysztak et Domaradz, tout en évitant les reliefs de la région de Węglówka (où trônent d’ailleurs les ruines du château Kamieniec, signe évident de la configuration défensive de la région).
Cette décision, quoique logique, favorise évidemment le défenseur à court terme – devant déjà tout défendre, il peut escompter contenir plus facilement deux poussées, mais dont chacune sera moins forte que prévu. La 125. ID d’Helmut Friebe et les StuG du 911. StuG Abt continuent donc de gagner du temps… Du coup, les Rouges n’iront pas beaucoup plus loin que leurs objectifs intermédiaires pour la journée.
Du côté de la 1ère Armée de Choc d’Andrei Vlassov, les mêmes causes amènent les mêmes effets. Progressant sur une unique colonne d’assaut qu’il faut lourdement border en prenant les uns après les autres, reliefs, retranchements et positions d’artillerie – tous le plus souvent abandonnés quand on les atteint – la formation soviétique parvient à entrer dans Tyrawa Wołoska, avant que la défense ne se raidisse d’un coup. La 141. ID d’Heinz Hellmich vient de recevoir l’appui de la 132. ID d’Herbert Wagner et en a profité pour regrouper ses forces.
Paul Völckers s’accroche à Sanok pour des raisons très transitoires de redéploiement. Bientôt, il fera passer la grande majorité de ses forces vers Komańcza, pour aller ensuite fermer les cols de Dukla et de Radoszyce aux forces ennemies. Deux points de passage seulement (dont un à peine praticable !) à tenir avec trois divisions renforcées. Cela devrait être facile…

Östfront
Un nouveau hold-up de la Waffen-SS
Adlerhorst (Hesse)
– Nouvelle grande réorganisation symbolique du haut commandement allemand. Après la 2. SS-GebirgArmee de Lotahr Rendulic proclamée la veille dans les Balkans, voici que la 1. PanzerArmee devient officiellement la 1. SS-PanzerArmee. Elle reste bien sûr sous le commandement du SS-OberstGruppenführer Paul Hausser, ce dernier ayant le bon goût d’avoir déjà le bon grade et surtout de porter le bon uniforme (noir). Un simple changement de dénomination, donc, qui n’implique donc pas de modifications immédiates, sinon à des fins de propagande.
Dans l’esprit du régime nazi, ce nouveau nom est sans doute plus un titre de gloire offert à la troupe, dans le style de l’appellation “de la Garde” que les bolcheviques accordent parfois à l’une de leurs hordes.… Une récompense pour les éminents services rendus par cette formation lors de Friedericus II – à ce sujet, Wevelsburg ne manque jamais une occasion de rabattre les oreilles à tout un chacun (et notamment aux représentants de la Heer) que la 1. PanzerArmee comptait déjà une quasi-majorité de troupes Waffen-SS lors du démarrage de cette opération. D’ici à y voir la cause des brillants résultats qu’elle a obtenus (au démarrage du moins …), il n’y a qu’un pas.
Toutefois, le changement de nom de la 1. PzA n’est pas complètement neutre en ce qui concerne l’articulation du commandement allemand. Ainsi, après avoir fait main basse sur le flanc sud de l’Europe, Heinrich Himmler prend le contrôle de fait du centre du dispositif défensif allemand. Celui qui sera décisif, et qui devra tenir coûte que coûte pour défendre le Vaterland face à la déferlante de la vague rouge. Et pour ça, effectivement, il va falloir du fanatisme.


Etat revenant
Vibrations
Slovaquie insurgée
– Après les désastres de ces derniers jours, l’insurrection slovaque, près d’être scindée en deux, continue de se rallier pour pouvoir défendre, voire même, si possible, pour contre-attaquer. Dans cette optique, les récents renforts venus et à venir d’Union soviétique seront assurément très utiles. Hélas, aujourd’hui, il ne passe que peu de monde sur l’aérodrome de Rohozná.
Heureusement, du côté de l’Axe, on fait une pause. Les combats de ces dernières semaines ont coûté étonnamment chers, et l’offensive soviétique en cours depuis la Pologne soulève, non pas l’inquiétude, mais l’incertitude. Mieux vaut prendre ses précautions : une autre bonne raison pour les forces allemandes en Slovaquie de ralentir leurs opérations. La 178. PanzerGrenadier Tatra, toujours supposée absorber une bonne part des Kampfgruppen ad-hoc créés il y a deux semaines, se retire donc vers Malacky, sous le commandement provisoire du colonel Wilhelm Bleckwenn. Son chef, Friedrich-Wilhelm von Loeper, est en effet retourné à Brastislava chercher ce qui lui manque en termes de renforts et de ravitaillement – c’est-à-dire beaucoup de choses.
La seule unité encore véritablement à l’offensive en Slovaquie est désormais le KG Schäfer. Celui-ci, électrisé par ses récents succès, décide de pousser sans attendre vers Banská Bystrica depuis Ružomberok, espérant sans doute passer ainsi d’un seul viril coup de rein à travers les Basses-Tatras. Toutefois, à hauteur d’Ostré, il se heurte au 6e Groupement tactique slovaque, qui couvre fermement (et dos au mur) le cœur de la zone contrôlée par l’insurrection. Le tout sur un terrain pas franchement favorable à l’offensive…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
John92



Inscrit le: 27 Nov 2021
Messages: 658
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Mer Jan 25, 2023 11:54    Sujet du message: Répondre en citant

...
– A présent que les invités sont partis et que le 1er Mai est passé, l’état-major central soviétique revient strictement à son lourd travail quotidien – lequel n’a bien sûr jamais cessé, ni même ralenti. Prochain (lourd) (gros/important ? ) sujet sur la table des opérations : Cluj-Debrecen, l’offensive transcarpatique supposée éliminer tout le saillant de l’Axe qui va du Danube jusqu’en Roumanie. Ainsi, le flanc gauche de l’offensive de (à supprimer ?-tout simplement-opération étant déjà utilisée plus loin) l’Armée Rouge sera sécurisé, en préalable à son inévitable futur assaut vers Berlin : l’opération Oder qui, elle, devra mettre à terre l’hydre fasciste une bonne fois pour toute.
...
Il divise donc ses troupes en deux colonnes, destinées à prendre en tenaille leur objectif en passant par Frysztak et Domaradz, tout en évitant les reliefs de la région de Węglówka (où trônent d’ailleurs les ruines du château Kamieniec, signe évident de la configuration défensive de la région).
Cette décision, quoique logique, favorise évidemment le défenseur à court terme – devant déjà tout défendre , il peut escompter contenir plus facilement deux poussées, mais dont chacune sera moins forte que prévu.
...
La 141. ID d’Heinz Hellmich vient de recevoir l’appui de la 132. ID d’Herbert Wagner et en a profité pour regrouper ses forces .
Paul Völckers s’accroche à Sanok pour des raisons très transitoires de redéploiement. Bientôt, il fera passer la grande majorité de ses forces (effectifs/moyens ? ) vers Komańcza, pour aller ensuite fermer les cols de Dukla et de Radoszyce aux forces (troupes ??) ennemies.
...
Un simple changement de dénomination, donc , qui n’implique donc (l’un des deux est à supprimer) pas de modifications immédiates, sinon à des fins de propagande.
...
Toutefois, le changement de nom de la 1. PzA n’est pas complètement neutre en ce qui concerne l’articulation du commandement allemand . Ainsi, après avoir fait main basse sur le flanc sud de l’Europe, Heinrich Himmler prend le contrôle de fait du centre du dispositif défensif allemand (nazi ?).
...
_________________
Ne pas confondre facilité et simplicité
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1542
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Mer Jan 25, 2023 12:09    Sujet du message: Répondre en citant

L’art d’utiliser les Slovaques
Dukla-Carpates
Secteur du 3e Front Ukrainien


"... Certes, on n’attend pas grand-chose des Roumains, sinon faire acte de présence et attirer les tirs ennemis… mais elles existent, c’est déjà ça. Tolboukhine les utilisera au mieux, dans les durs combats à venir, qui devront permettre de passer (1) des cols à 1 200 mètres d’altitude (Rucăr-Bran), ou encore des passes (2) fortement défendues (Turnu Roșu : 354 mètres d’altitude seulement, mais d’une largeur ne dépassant(3) pas les 250 mètres !).
Autant dire, sur pareil terrain, le 4e Front Ukrainien ne part pas gagnant en dépit de ses effectifs. Pourtant, c’est bien ici qu’il va falloir passer (4) : plus à l’ouest, ce sont les Portes de Fer – un secteur pas moins difficile, et surtout sans bénéfice stratégique – puis la partie des Carpates qui débouche sur les monts Apuseni – et l’on n’a pas besoin d’enchainer deux reliefs d’affilée. .."

Bon, ça passe ou ça casse.

On n'est pas au rugby, et manquerait plus qu'un hôtel... Very Happy

Dans l'ordre, je propose :
1) franchir les cols / 2) rien, on laisse / 3) une largeur d'à peine plus de .../ y aller
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 12812
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Jan 26, 2023 00:12    Sujet du message: Répondre en citant

3 mai
L’art d’utiliser les Slovaques
Dukla-Carpates
Secteur du 3e Front Ukrainien
– Ivan Koniev est rentré de Moscou et son 3e Front Ukrainien pousse avec d’autant plus d’ardeur ! Même si le maréchal n’envisage pas de mettre davantage de moyens dans l’affaire, surtout avec ce qui se prépare sur la Vistule. Et comme, une fois encore, le temps n’est pas franchement de la partie, c’est une nouvelle journée bien pénible qui s’annonce pour les frontovikis.
A l’ouest, la 61e Armée de Pavel Belov tente de prendre Krosno en tenaille. La manœuvre réussit, assez logiquement au vu de la disproportion des forces. Cependant, la 125. ID n’est absolument pas menacée par cette action poussive, toujours retardée au surplus par plusieurs détachements mobiles positionnés en embuscade. La troupe d’Helmut Friebe se retire donc calmement vers Dukla – ou plus précisément, comme première étape, vers la barrière boisée entre Rogi et Wietrzno, scindée par la Jasiołka. L’Armée Rouge s’empare donc en fin de soirée d’une localité de quelque intérêt historique, sans doute [Le centre-ville est du XVe siècle.], mais surtout vide, ravagée par la guerre puis par les Einsatzgruppen (la SS avait aussi installé un camp de travail à Krono…), perdue sur le plateau intermédiaire de la Wislok et en somme sans grande valeur stratégique. Et avant le col de Dukla – que certains imaginent au loin dans la nuit – la route est encore longue.
La 1ère Armée de choc, pour sa part, progresse dans les mêmes conditions et s’empare de Sanok en traversant la San après un rude mais bref combat contre l’arrière-garde de la 141. ID.
Les deux divisions de Paul Völckers ont donc gagné encore un peu de temps pour leur retraite vers Komańcza. Par contre, demain, elles seront en place, sur les contreforts des Carpates, sur une (première) ligne un peu au sud de l’axe Nadolany - Wola Piotrowa - Szczawne. Là, il s’agira de tenir !

Östfront
Départ pour l’Italie
Máramarossziget (Sighetu Marmației, Transylvanie)
– La 24. Panzer de Maximilian von Edelsheim quitte les Carpates ! Pour être précis, elle part pour l’Italie, se refaire (peut-être) une santé dans la péninsule. De fait, l’OKH a estimé que la situation là-bas nécessitait le renfort urgent d’une division blindée – et à Berlin, on craint beaucoup l’éventualité d’une triple prise en tenaille de l’Italie “utile” entre la France, le sud de la Botte et les Balkans, éventuellement avec l’aide d’une ou plusieurs opérations amphibies d’ampleur à préciser.
Tant pis pour le HeeresGruppe B, qui perd là l’une des deux seules PanzerDivisions qui lui restaient après tout ce qui a déjà été dépêché vers le Danube. Mais ce n’est pas grave : après tout, la montagne est avant tout un terrain pour le combat d’infanterie, dans lequel le Slave a de tout temps montré son infériorité. Et encore notamment en avril, sans même parler de l’année dernière ! De toute façon, à présent que la Hongrie est tenue en laisse et le Rouge maté ici…


Etat revenant
Vibrations
Slovaquie insurgée
– Le temps n’est pas meilleur que la veille – sinon pire – sur la Slovaquie. Cela accentue naturellement le ralentissement des opérations déjà en cours, faisant bien sûr les affaires des troupes de Ján Golian, toujours occupées à fortifier ce qui leur reste de territoire, en attendant l’aide soviétique et en préparant leur contre-attaque sur Prievidza.
Du côté d’Ostré, cependant, le KG Schäfer continue de tenter de forcer le passage, sans succès – le 6e Groupement tactique slovaque tient ferme, envers et contre tout. Il est vrai que les conditions lui sont particulièrement favorables, que ce soit en termes de terrain ou de météo. Cela n’empêche pas Ernst Schäfer de s’acharner et de lancer vague d’assaut sur vague d’assaut en direction des reliefs. D’évidence, le SS ne parvient pas à admettre que les sous-humains slovaques puissent prétendre lui résister. Et ça se voit… du moins, ses subordonnés s’en aperçoivent.
En une seule journée, Schäfer ordonne pas moins de trois charges ! Toujours dans les mêmes conditions, toujours avec peu d’appui, et toujours (évidemment) sans succès. Les positions insurgées tiennent toujours – l’Autrichien en piétinerait sa casquette ! Il décide alors que demain, il mènera personnellement le prochain assaut…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 7739
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Jeu Jan 26, 2023 10:21    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
comme de la formation immédiate de kottel

(Pas de majuscule)

Citation:
coup de reins


Les Soviétiques veulent collaborer avec les Britanniques en Hongrie, vraiment ? Very Happy
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 4805
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Jeu Jan 26, 2023 10:34    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
En une seule journée, Schäfer ordonne pas moins de trois charges ! Toujours dans les mêmes conditions, toujours avec peu d’appui, et toujours (évidemment) sans succès. Les positions insurgées tiennent toujours – l’Autrichien en piétinerait sa casquette ! Il décide alors que demain, il mènera personnellement le prochain assaut…

J'ai l'impression que le bonhomme ne verra pas la fin de la guerre, du moi, de la semaine... Du moins cela ne me contrarierait pas plus que ça.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 8791

MessagePosté le: Jeu Jan 26, 2023 10:35    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:

En une seule journée, Schäfer ordonne pas moins de trois charges ! Toujours dans les mêmes conditions, toujours avec peu d’appui, et toujours (évidemment) sans succès. Les positions insurgées tiennent toujours – l’Autrichien en piétinerait sa casquette ! Il décide alors que demain, il mènera personnellement le prochain assaut…


** allume un cierge et prie pour un tir chanceux**
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 7344
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Jeu Jan 26, 2023 11:47    Sujet du message: Répondre en citant

Quelle collaboration Loic ? Simplement, on constate à Moscou que le Flanc droit est sécurisé, pas comme OTL. Alors...
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 2 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com