Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Avril 1944 - Balkans et Hongrie
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 25, 26, 27
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Sud
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2656
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Lun Juil 25, 2022 11:01    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
La suite - mes serpents se mordent à nouveau.

Opération Grenade – Diversion explosive
Voïvodine –
La 12.Armee d’Alexander Löhr contre-attaque ! La 19.PanzerGrenadierDivision Brandenburg, unique force motorisée de tout l’Axe dans ce secteur du front, a quitté hier soir ses positions de la région de Jarkovac, en laissant à ses deux autres pauvres camarades du XXII.GAK le soin de combler le vide derrière le canal Tisza-Danube. Cheminant toute la nuit avec la célérité et le goût pour l’infiltration qui ont fait la réputation de cette unité, elle frappe au cœur des ténèbres l’arrière de la 1er DI du général Krstic, laquelle appuyait elle-même la 1ère Brigade blindée yougoslave du colonel Milutin D.Stefanović dans sa traversée de la Tamiš à Farkaždin. Les Yougoslaves sont secoués – mais pas surpris. Car la route a été longue pour les Brandebourgeois, et l’on ne déplace pas une division comme un Kommando, surtout avec des blindés.
Les soldats de l’Axe font donc vite face à une opposition significative, renforcée au soleil levant par une foule d’avions menés par le commandant Miha Ostric – lequel ne dédaigne pas, une fois encore, descendre à ras de sol avec son P-38 pour aligner les semi-chenillés sitôt que les DB-73 dont il a la charge sont à l’abri. La Luftwaffe, une fois encore, est hélas absente ! A son grand regret, faut-il le préciser … Quoiqu’il en soit, ainsi qu’il le racontera plus tard, le Yougoslave se vengera bien – et notamment sur (comme il le racontera bien plus tard) répétition! ‘un paaaauvre petit caamiiiiiiion de rriiiiiiien du tout, qui m’énervait à serrrrrrpentailler entre les fossés ! Je n’ai pas avoir eu chance ce jour là : ma premiere passe trop haute ! La seconde trop basse ! Et la troisième … en plein sur la bâche, mais trois obus avant que je n’avais plus de munitions. Raaaah ! (Le vétéran tape du plat de la main sur son bureau) La bohémienne m’avoir pourtant dit que pas bon jour pour ennemi ce jour-là !’ De fait, ces Brandebourgeois ont sans doute eu beaucoup de chance ce jour-là, Ostric n’ayant pas l’habitude de lâcher comme cela ses proies ! Face à ce tableau, Josef Irkens a déjà ordonné la retraite. Les deux formations se sépareront avant que les renforts alliés de tout type ne coûtent trop chers (cher, ou alors: ne soient trop chers), après une succession d’accrochages hargneux n’ayant abouti à rien de significatif hormis des pertes dans la confusion et l’absence de véritable stratégie…
Et pourtant, la tentative de Löhr a marché. Une dizaine de kilomètres plus à l’Ouest, la 2nd DI yougoslave de Mihailovitch était à Perlez – carrefour significatif de la région, reliant Titel (derrière la Tisza, où le XXI.GAK s’est replié provisoirement) et Farkaždin. Trop loin pour peser immédiatement, elle pouvait se détourner mais ne serait arrivée que fort tard. Finalement, après une trop longue hésitation, et surtout après que le général Brasic lui ait bien confirmé que tout était sous contrôle, elle a donc plutôt poursuivi sa route vers l’Est, atteignant la Tisza en milieu d’après-midi. Le souvenir de Leskovac ! Trop tard pour rattraper la 42.Jäger-Division déjà au Nord (nord)de Žabalj. Quant aux 297. ID (Otto Gullmann) et 118. Jäger-Division (Josef Kübler), elles sont à Zrenjanin et Lazarevo, la 1. Gebirgs-Division d’Hubert Lanz faisant la liaison à Aradac. Une nouvelle ligne s’est donc déjà formée, 40 kilomètres plus au Nord à peine. Grenade a échoué : le flanc gauche allemand n’est pas disloqué. Monty le sait : dans la soirée, il ordonnera à la 6th Indian Division (major-général B.H. Chappel), tout juste arrivée à Belgrade, de se redéployer en direction de Novi Sad, afin de permettre à Freyberg de poursuivre sans craindre pour son flanc …

Dangereux symptômes
Voïvodine & vallée de la Save –
Pendant ce temps, sur les arrières de la ligne de front, les forces alliées vont de découvertes en découvertes. A Sremska Mitrovica – auparavant Hrvatska Mitrovica, la Mitrovica croate – les témoignages font état de la présence d’un ancien camp ‘d’internement’ vers lequel Juifs, Serbes et antifascistes étaient systématiquement internés. Un camp dont chacun ne peut guère désormais conjecturer sur la nature, depuis Lublin et Bubanj. Le même modèle qu’à Staro Sajmište, sur la rive Nord (nord) de la Save face à Belgrade, lequel aurait permis l’exécution par des moyens barbares de 83% des Juifs de la capitale (l’insurrection finissant le travail …).
Evidemment, avant, c’était ‘seulement’ les Juifs. Mais pour le gouvernement de Belgrade, toujours très très inquiet en ce qu’il constate au fur et à mesure de la libération de son territoire une véritable ‘disparition’ démographique (la tournure me fait bizarre...) c’est le signe que le pire est certain.
Il faut donc trouver des coupables à pendre. Oui mais lesquels ? Les Croates, bien sûr – et leur tour viendra. Mais les Allemands aussi. Par exemple les traîtres Volksdeutsche de Voïvodine, complices et duplices à un tel point que pendant l’occupation, ceux de Ruma ont carrément formé une compagnie de volontaires intégrés à la Wehrmacht. Evidemment, ils ont fui depuis. Mais il en reste encore à débusquer – les corps-francs du roi, ainsi que certains éléments irréguliers du 1er CA yougoslave, se dirigent vers la zone.

Operation Perun
Aide divine
Théatre des Balkans–
Inquiet de la possibilité d’une vaste contre-offensive mécanisée depuis l’Est, la Balkanic Air force envoie les A-20 du Gascogne frapper toutes les voies de communications sur le territoire hongrois jusqu’à Kisvárda dans le cadre d’une campagne d’harcélement des cibles d’opportunité. Une tâche risquée ! Car on se rapproche du front de l’Est et la Luftwaffe veille vers Debrecen : le II/JG.52 tente sa chance et prélève 2 havoc (plus un endommagé) avant que les NA-89 de la 9e EC Bohême-Moravie ne ramène tout ce petit monde à des sentiments plus raisonnables. Une formation un peu moins efficace qu’auparavant hélas, car les demandes de transferts vers les VVS (sic!) se succèdent désormais chez les Tchécoslovaques! Ceux-ci descendent toutefois 2 109, contre un seul des leurs.
Dans la nuit, Arthur Tedder envoie les Halifax des 15th, 148th et 149th Squadron bombarder pour les mêmes raisons la gare de Szászrégen, en Transylvanie. Soit dans les faits, les arrières du HG2 ! Celui-ci ne dispose que du II/NJG.2 pour se défendre – et en passant par la Roumanie, les quadrimoteurs esquivent le plus gros des défenses ennemies. Aucun appareil ne sera donc perdu sur cet objectif pas franchement prioritaire, même si les Britanniques feront état d’un avion endommagé par des tirs de DCA … probablement soviétiques, car au-dessus de Craiova !

_________________
"Arrêtez-les: Ils sont devenus fous!"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 6268
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Juil 27, 2022 21:54    Sujet du message: Répondre en citant

18 avril 1944
Opération Plunder – Vol à l’arraché
Vallées du Danube et de la Save –
La 6th Australian division d’Horace Stevenson achève de défaire la 264.ID, désormais ouverte en fuite vers l’Ouest. Il parait désormais évident que cette unité de garnison, raisonnablement compétente face à des partisans mais ayant subi moulte prélèvements sur son équipement perfectible et son effectif chancelant, n’avait pas la moindre chance de durer en bataille rangée face à des professionnels. Elle retraite donc vers Brčko (pas encore atteinte dans la soirée …), afin de tenter de rétablir la liaison avec la 117. Jäger-Division et aussi pour tâcher de couvrir – au moins un peu – la retraite derrière la Drina du plus gros de la 20.Armee. Durant cette pénible manœuvre, au sortir des marais vers Jamena , le général Albin Nake est blessé à la tête de ses hommes. Il est remplacé par le Generalleutnant Otto Lüdecke, ancien chef d’une défunte 56.ID autrefois détruite et qui arrivera bientôt … du moins chacun l’espère.
La 1st Australian Armored Division continue de son côté sa folle chevauchée vers l’Ouest, sans trouver plus rien ni personne qui puisse l’arrêter … hormis l’éloignement des ports et les tensions dans les flux de carburants ! Ainsi, aussi, la pluie qui se fait dense en fin d’après-midi. Tout cela n’empêche toutefois pas Sherman et Firefly de dépasser le carrefour d’Orolik durant la journée et de n’être plus qu’à une dizaine de kilomètres de Vinkovci dans la soirée. Si cette ville tombe (et elle tombera, le haut-commandement allemand en est déjà persuadé), les alliés seront alors libres de poursuivre vers Dakovo (donc potentiellement de menacer la région de Požega, où les titistes causent déjà tant de soucis …) ou bien de remonter vers Osijek puis Pécs, le lac Balaton et les champs pétrolifères de Nagykanizsa. Von Weichs n’a qu’une seule réserve à déployer : la 1.PanzerDivision de Walter Krüger. Evidemment, son choix est vite fait – quitte à chagriner encore un peu plus les ‘amis’ croates.
Au surplus, c’est la décision la plus logique. De l’autre côté du Danube, la 6th Armoured Division fend la plaine jusqu’à Odžaci, et approche à chaque heure davantage de Sombor. De là, elle pourrait sans doute franchir à nouveau le Danube vers Bezdan et rentrer en Hongrie (enfin, celle d’avant-guerre) sans rien rencontrer sinon la 199.ID de Walter Wißmath, pour atteindre Mohács – donc le QG du HG E. Autant de raisons de privilégier ce secteur Et aussi d’accélérer le rédeploiement du XV. Gebirgs-Armee-Korps comme de la 12.Armee. Les deux dernières divisions disponibles de Lüters pressent ainsi le pas … Les 277.ID (Albert Praun) et 114. Jäger-Division (Karl Eglseer) filent ainsi jusqu’à Srbobran et Vrbas, avant d’entreprendre de se décaler vers l’Ouest au fil de l’arrivée des renforts d’Alexander Löhr.
On le comprend, le chef du HG E a toutes les raisons d’être inquiet ici : il a identifié correctement l’axe principal de l’effort ennemi, mais ne dispose pas pour autant des moyens pour y faire face ! Ses unités, sans cesse plus isolées et étirées sur un front toujours plus large risquent bien à terme de se faire fragmenter, isoler puis anéantir les unes après les autres. Maximilian von Weichs ne peut donc que remonter une fois de plus des appels angoissés vers Berlin sollicitant des renforts. Il l’ignore, mais ses angoisses sont (un peu) exagérées. Les impériaux ont certes percé … mais à deux divisions seulement. C’est peu, pour conquérir la Hongrie ! Et d’ailleurs, comme pour illustrer ces difficultés à venir, la 2nd New Zealand Division de Robert Freyberg sort pour sa part à peine de la région de Novi Sad, pour avancer vers Zmajevo, face au Franz Channel. Il va sans doute falloir que Birks l’attende.
De l’autre côté de la Save, Plunder-Left aussi se révèle un succès ‘pas aussi brillant que prévu’. Grâce à la véritable ‘déroute sacrificielle’ de la 162.ID – qui a réussi au prix de mille morts à concentrer l’attention de la 10th Armoured - le plus gros du LXVIII. Armee-Korps et de la 117. Jäger-Division (Karl von Le Suire) a réussi à passer la Drina à Badovinci. Quitte à passer toute la nuit et à perdre sensiblement en cohésion dans l’affaire … Les deux unités d’Hellmuth Felmy, renforcés des débris de la 162.ID du pauvre Johann Fortner, se rédéploient donc dans le secteur pour défendre Bijeljina, tout en laissant à la 117. Jäger-Division le soin de remonter vers Batković et Brezovo Polje pour assurer le flanc tout en rétablissant la liaison avec son ArmeeKorps.
Le dispositif est pour le moins fragile, voire carrément chancelant. Et pourtant, aucune attaque véritable ne viendra aujourd’hui par-dessus la Drina. Les 4th Indian Division (Arthur Holworthy) et 32th Army Tank Brigade (A.C. William) avancent méthodiquement vers l’Ouest en occupant le terrain de Badovinci à Mačvanski Prnjavor. Quant à la 10th Armoured Division, furieuse d’avoir été jouée de la sorte, elle repousse la 181.ID d’Hermann Fischer par-delà Loznica et la Drina, jusqu’à la rive opposée et avec l’aide de la 51th Highland arrivée entre-temps. Une manœuvre, faut-il le dire, que l’Axe avait un peu vu venir … ce qui lui a permis d’anticiper et de limiter la casse avant l’inévitable retraite. Quoiqu’il en soit, les huns sont objectivement chassés de la rive Est de la Drina. La 1ere phase de l’offensive alliée dans cette région est terminée.

Opération Veritable – celle dont personne ne voulait
Bosnie orientale –
Le jour n’est pas bien plus agréable pour les forces de la 2nd armée française, toujours occupées à crapahuter entre monts et vallées. La 6e brigade de Montagne grecque du colonel Pafsanias Katsotas est désormais au contact de la 164.ID (Karl-Heinz Lungerhausen), dans le village de Ljubovija au Nord de la Drina. Peu inspiré à l’idée de risquer ses précieux montagnards dans un pénible combat péri-urbain pour un secteur de toute façon voué à tomber, le grec préfère donc atteindre son collègue Vasileios Vrachnos, dont la 1ère DI arrivera demain sur la rive Sud depuis Sikirić. Ensuite, il sera facile de coincer l’ennemi et de l’acculer à la retraite …
Plus au Sud, les choses ne sont hélas plus aussi apaisées dans les rangs de la 3e Brigade de Montagne. Celle-ci, confrontée à des conditions de progression et de ravitaillement un peu difficile jusqu’au village de Dobromerovići – où elle rentre alors en contact avec les premières lignes du 14. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Reinhard Heydrich, défendant Rogatica. Il y a belle lurette que la Prinz Eugen s’est déployée en arc de cercle autour de Goražde, en laissant au 8,SS-Panzer-Grenadier-Regiment de Walther Schimana la Garde de l’approche Nord de Sarajevo, depuis Olovo – en plus bien sûr de la ‘tenue’ de la ville en question. Friedrich-Wilhelm Krüger a d’ailleurs engagé une vaste réfection sur les positions de ses troupes : en l’espèce, il a commencé à intervertir les positions des 7.SS-Panzer-Grenadier-Regiment (Alfred Wünnenberg – SS Polizei) à Mostar et du 27. Waffen-Gebirgsjäger Rgt (Desiderius Hampel – Handschar) àFoča. Ceci afin bien sûr de rapprocher les régiments d’une même unité. La manœuvre est toutefois longue, faute de troupes d’interlignes aptes à prendre le relais – il faudra donc du temps pour qu’elle soit effective. A moins, bien sûr, que Wewelsburg envoie vite des renforts.
Mais tout cela n’est pas le problème des grecs. Eux, leurs préoccupations, ca serait plutôt – et dans cet ordre – la survie face à un combat dont ils ne perçoivent pas forcément l’enjeu pour eux mais bien celui pour Londres, l’approvisionnement en nourriture de leur famille, celle de leur unité et enfin l’avenir politique de la Grèce. Hélas, il faut bien convenir que la proximité du 3e corps bosniaque du Peko Dapcevic, ainsi que d’une foule d’autres unités AVNOJ parmi les plus ‘poltiquement fiables’ pour le maréchal n’aide pas à apaiser les esprits. Derrière les lignes, et à côté de la 192.ID, ce sont tout de même les 1er corps prolétarien et le 8e corps dalmate qui descendent à présent la Drina vers Međeđa, en chantant le fusil à l’épaule. C’est avec difficulté que les officiers royaux ou républicains rappelent à chacun leur engagement et (surtout) l’appui anglais dans la libération de la terre natale contre les criminels barbares allemands. La haine des nazis … Ceci peut encore tenir la troupe. Et d’ailleurs, comme pour illustrer leur accord avec cette position, dans la soirée, les tireurs d’élite de la troupe infligent une injure terrible à l’axe, en blessant au mortier le SS-Standartenführer August Schmidhuber, qui avait commis l’erreur de s’avancer un peu trop visiblement pour inspecter ses lignes. Il est vrai que le SS n’est pas habitué à ce que son adversaire ait les moyens de l’atteindre … évacué vers l’arrière, il cède le commandement de son 14. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Reinhard Heydrich à son QG régimentaire et à Ernst Deutsch – lequel cumule donc cette attribution avec celle du 13. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Artur Phleps.
Plus proche du Monténégro, les compatriotes du général Dimitrios Papadopoulos n’ont pas (encore) ce genre de souci. Et même si la 13e DI de Charalambos Katsimitros n’en fini pas de descendre de Pljevlja avec le 12e Corps “de Voïvodine” – ils atteindront Miljeno puis Rusanj aujourd’hui et ne sont donc plus qu’à une petite dizaine de kilomètres de Goražde, leur objectif - l’adversaire unique du 2nd corps grec reste encore et avant tout l’armée oustachie, dont la déroute visible fait suffisamment plaisir pour que, pour l’heure, on ne pense pas à autre chose ! La 1ère Brigade Blindée grecque (colonel Socrates Demaratos) et la 5e DI (general Georgios Stanotas) ont fini de dégager Bijelo Polje et ce secteur de la vallée de la Lim. Face à un Ier corps croate qui forme désormais bouchon sur la route de Babaići- Pape- Bajista, ces deux unités se préparent désormais à prendre la route de la vallée de la Tapa par Mojkovac, quitte à se coordonner (pourquoi pas ?) avec le 2e Corps de Choc de Peko Dapcevic, toujours occupé à solliciter la gauche oustachie.
Plus au Sud, vers Andrijevica, le 4e RST s’est un peu calmé. Ne prétendant tout de même pas enlever à lui seul Kolašin – surtout avec les premiers éléments de la 373e DI Tigar divizija (Nikolaus Boicetta) en face de lui, il attend calmement vers Trešnjevik la 1ère Division d’Infanterie tchécoslovaque d’Alois Liška. S’étant objectivement ouvert par son seul effort la route de l’Ouest, et dérouté une division d’infanterie réputée complète …

Opération Veritable – l’aigle et le damier
Monténégro –
L’atmosphère se tend notablement – et ici, l’on ne parle pas seulement du front, mais aussi et surtout de l’arrière ! De fait, l’arrivée de la ‘mission britannique’ mandatée par Athènes la veille ne fait rien pour motiver les polonais à aller de l’avant. Surtout que, si Bucknall et sa cohorte ont effectivement jugé utile de visiter le front, ils y sont partis sans prévenir personne et sans même daigner provoquer en préalable à Tirana une conférence avec leurs alliés ! Le splendide isolement, sans doute … Il n’en fallait bien sûr pas davantage pour mettre en fureur le général Anders et son état-major, dont le flegme n’est pas toujours insulaire.
De toute facon, qu’ils aillent faire les turystyczny si ca leur chante, ils ne donneront aucun ordre de plus à mes troupes !’ Et c’est vrai : la situation reste bloquée, sous la pluie et la mauvaise humeur. La 3e DI (Zygmunt Piotr Bohusz-Szyszko) n’avance presque plus, occupée qu’elle est à enlever les uns après les autres les nids de mitrailleuses croates de la Division du diable, qu’il faut réduire presqu’un par un sous les bombardements d’artillerie. On se bat toute la journée pour un médiocre coude obliquant au Nord ! Quant à la 5e DI de Bolesław Bronisław-Duch … elle progresse certes un peu pour entrer finalement dans la périphérie de Dobra Voda en profitant de l’appui des monitors qui tirent toujours au large – mais c’est objectivement une voie sans issue, la route de Bar restant soumise aux tirs tant que les monts la dominant ne sont pas sécurisés. Rien à faire, il faut prendre ces hauteurs et remonter par le canyon de Medjurec jusqu’au pied du Mont Rumija, au moins jusqu’au monastère de Saint-Nicolas !
Ainsi, les visiteurs n’auront pas grand-chose de significatif à observer aujourd’hui – et ils risquent hélas d’en tirer des conclusions erronées. Et pendant ce temps, depuis Tirana, Sylvestre Audet – qui n’ignore rien des drames en cours – fait remonter à son commandement de Marseille des rapports pour le moins anxieux sur la suite. Quelque chose va péter autour du lac Scutari … glisse-t’il à son ordonnance, sans qu’on sache très bien s’il parle d’un obus allemand ou d’une tête anglaise.
…….
Opération Grenade – Diversion explosive
Voïvodine –
Dans ce secteur désormais aussi humide que sans enjeu, le calme revient à grande vitesse, passée la petite bravade de la 19.PanzerGrenadierDivision de Josef Irkens. Le 1er corps yougoslave du général Illija Brasic – désormais objectivement insuffisant à une éventuelle nouvelle offensive face à une seconde ligne - occupe le terrain et se réorganise sans plus chercher à poursuivre un allemand en pleine retraite, quand il n’est pas déjà rétabli sur des coupures humides !
La 1er DI du général Krstic, rompant avec le plan établi par Athènes car désormais d’évidence obsolète (il n’y a plus rien à encercler à l’Ouest !) avance vers Orlovat et (un peu) Samoš, en profitant de ce qu’elle sait que la brigade blindée du colonel Milutin D.Stefanović est en train de repasser sur ses arrières à Kovačica. La 2nd DI de Mihailovitch, quant à elle, avance par-delà la Tisza jusqu’à Lok (pour maintenir la liaison avec la 2nd New Zealand de Robert Freyberg) tout en remontant elle aussi vers le Nord jusqu’à Ečka. A la recherche du nouvel axe de défense allemand, afin de délimiter au moins la zone libérée. Et justement, au même moment, le Brandenburg regagne les lignes de l’Axe, pour se positionner une fois encore derrière le Franz Channel, entre Botoš et Jarkovac. Avant, sans doute, de devoir s’étirer vers Lazarevo puis Zrenjanin au fil du dipositif allemand ...

Operation Perun
Aide divine
Théatre des Balkans–
Journée calme pour la Balkanic Air Force – le mauvais temps sur une bonne part de la Yougoslavie occupée et de la Hongrie interdisant de fait aux forces de l’Air Marshall Arthur Tedder toutes actions majeures. Hormis les traditionnelles missions d’appuis-feu – plus rares que d’habitude d’ailleurs, et confiées pour l’essentiel à la 81e EB Yougoslave Kosovo sous l’escorte de la 82e EC porteuses des mêmes cocardes, aucun événement n’est à signaler.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 7147
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mer Juil 27, 2022 22:37    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
La 6th Australian division d’Horace Stevenson achève de défaire la 264.ID, désormais ouvertement en fuite vers l’Ouest.

_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1415
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Ven Juil 29, 2022 10:14    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Dan !
Pas trop chaud ?
Je mêle ici corrections orthographiques, rajouts d'oublis, ponctuations et propositions de synonymes pour répétitions sous le couvert de l'azur, vu que le vert, je te l'accorde, passe mal... Et sans doute doublons de mes p'tits camarades...

demolitiondan a écrit:
18 avril 1944
Opération Plunder – Vol à l’arraché
Vallées du Danube et de la Save –
La 6th Australian division d’Horace Stevenson achève de défaire la 264.ID, désormais ouvertement en fuite vers l’Ouest. Il parait désormais évident que cette unité de garnison, raisonnablement compétente face à des partisans mais ayant subi moultprélèvements sur son équipement perfectible et son effectif chancelant, n’avait pas la moindre chance de durer en bataille rangée face à des professionnels. Elle retraite donc vers Brčko (pas encore atteinte dans la soirée …), afin de tenter de rétablir la liaison avec la 117. Jäger-Division et aussi pour tâcher de couvrir – au moins un peu – le repli derrière la Drina du plus gros de la 20.Armee. Durant cette pénible manœuvre, au sortir des marais vers Jamena , le général Albin Nake est blessé à la tête de ses hommes. Il est remplacé par le Generalleutnant Otto Lüdecke, ancien chef d’une défunte 56.ID autrefois détruite et qui arrivera bientôt … du moins chacun l’espère.
La 1st Australian Armored Division continue de son côté sa folle chevauchée vers l’ouest, sans trouver plus rien ni personne qui puisse l’arrêter … hormis l’éloignement des ports et les tensions dans les flux de carburants ! Ainsi, aussi, que la pluie qui se fait dense en fin d’après-midi. Tout cela n’empêche toutefois pas Sherman et Firefly de dépasser le carrefour d’Orolik durant la journée et de n’être plus qu’à une dizaine de kilomètres de Vinkovci dans la soirée. Si cette ville tombe (et elle tombera, le haut-commandement allemand en est déjà persuadé), les Alliés seront alors libres de poursuivre vers Dakovo (donc potentiellement de menacer la région de Požega, où les Titistes causent déjà tant de soucis …) ou bien de remonter vers Osijek puis Pécs, le lac Balaton et les champs pétrolifères de Nagykanizsa. Von Weichs n’a qu’une seule réserve à déployer : la 1.PanzerDivision de Walter Krüger. Evidemment, son choix est vite fait – quitte à chagriner encore un peu plus les ‘amis’ croates.
Au surplus, c’est la décision la plus logique. De l’autre côté du Danube, la 6th Armoured Division fend la plaine jusqu’à Odžaci, et approche à chaque heure davantage de Sombor. De là, elle pourrait sans doute franchir à nouveau le Danube vers Bezdan et rentrer en Hongrie (enfin, celle d’avant-guerre) sans rien rencontrer sinon la 199.ID de Walter Wißmath, pour atteindre Mohács – donc le QG du HG E. Autant de raisons de privilégier ce secteur Et aussi d’accélérer le rédeploiement du XV. Gebirgs-Armee-Korps comme de la 12.Armee. Les deux dernières divisions disponibles de Lüters pressent ainsi le pas … Les 277.ID (Albert Praun) et 114. Jäger-Division (Karl Eglseer) filent donc jusqu’à Srbobran et Vrbas, avant d’entreprendre de se décaler vers l’ouest au tempo de l’arrivée des renforts d’Alexander Löhr.
On le comprend, le chef du HG E a toutes les raisons d’être inquiet ici : il a identifié correctement l’axe principal de l’effort ennemi, mais ne dispose pas pour autant des moyens pour y faire face ! Ses unités, sans cesse plus isolées et étirées sur un front toujours plus large risquent bien à terme de se faire fragmenter, isoler puis anéantir les unes après les autres. Maximilian von Weichs ne peut donc que remonter une fois de plus des appels angoissés vers Berlin sollicitant des renforts. Il l’ignore, mais ses angoisses sont (un peu) exagérées. Les Impériaux ont certes percé … mais à deux divisions seulement. C’est peu, pour conquérir la Hongrie ! Et d’ailleurs, comme pour illustrer ces difficultés à venir, la 2nd New Zealand Division de Robert Freyberg sort pour sa part à peine de la région de Novi Sad, pour avancer vers Zmajevo, face au Franz Channel. Il va sans doute falloir que Birks l’attende.
De l’autre côté de la Save, Plunder-Left aussi se révèle un succès ‘pas aussi brillant que prévu’. Grâce à la véritable ‘déroute sacrificielle’ de la 162.ID – qui a réussi au prix de mille morts à concentrer l’attention de la 10th Armoured - le plus gros du LXVIII. Armee-Korps et de la 117. Jäger-Division (Karl von Le Suire) a franchi la Drina avec succès à Badovinci. Quitte à y passer toute la nuit et à perdre sensiblement en cohésion dans l’affaire … Les deux unités d’Hellmuth Felmy, renforcées des débris de la 162.ID du pauvre Johann Fortner, se rédéploient donc dans le secteur pour défendre Bijeljina, tout en laissant à la 117. Jäger-Division le soin de remonter vers Batković et Brezovo Polje pour assurer le flanc rétablissant ainsi la liaison avec son ArmeeKorps.
Le dispositif est pour le moins fragile, voire carrément chancelant. Et pourtant, aucune attaque véritable ne viendra aujourd’hui par-dessus la Drina. Les 4th Indian Division (Arthur Holworthy) et 32th Army Tank Brigade (A.C. William) avancent méthodiquement vers l’ouest en occupant le terrain de Badovinci à Mačvanski Prnjavor. Quant à la 10th Armoured Division, furieuse d’avoir été jouée de la sorte, elle repousse la 181.ID d’Hermann Fischer par-delà Loznica et la Drina, jusqu’à la rive opposée et avec l’aide de la 51th Highland arrivée entre-temps. Une manœuvre, faut-il le dire, que l’Axe avait un peu vu venir … ce qui lui a permis d’anticiper et de limiter la casse avant l’inévitable retraite. Quoiqu’il en soit, les Huns sont objectivement chassés de la rive Est de la Drina. La 1ere phase de l’offensive alliée dans cette région est terminée.

Opération Veritable – celle dont personne ne voulait
Bosnie orientale –
Le jour n’est pas bien plus agréable pour les forces de la 2nd armée française, toujours occupées à crapahuter entre monts et vallées. La 6e brigade de Montagne grecque du colonel Pafsanias Katsotas est désormais au contact de la 164.ID (Karl-Heinz Lungerhausen), dans le village de Ljubovija au Nord de la Drina. Peu inspiré à l’idée de risquer ses précieux montagnards dans un pénible combat péri-urbain pour un secteur de toute façon voué à tomber, le Grec préfère donc atteindre son collègue Vasileios Vrachnos, dont la 1ère DI arrivera demain sur la rive Sud depuis Sikirić. Ensuite, il sera facile de coincer l’ennemi et de l’acculer à la retraite …
Plus au sud, les choses ne sont hélas plus aussi apaisées dans les rangs de la 3e Brigade de Montagne. Celle-ci, confrontée à des conditions de progression et de ravitaillement un peu difficile jusqu’au village de Dobromerovići – entre alors en contact avec les premières lignes du 14. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Reinhard Heydrich, défendant Rogatica. Il y a belle lurette que la Prinz Eugen s’est déployée en arc de cercle autour de Goražde, en laissant au 8,SS-Panzer-Grenadier-Regiment de Walther Schimana la Garde de l’approche Nord de Sarajevo, depuis Olovo – en plus bien sûr de la ‘tenue’ de la ville en question. Friedrich-Wilhelm Krüger a d’ailleurs engagé une vaste réfection sur les positions de ses troupes : en l’espèce, il a commencé à intervertir les positions des 7.SS-Panzer-Grenadier-Regiment (Alfred Wünnenberg – SS Polizei) à Mostar et du 27. Waffen-Gebirgsjäger Rgt (Desiderius Hampel – Handschar) à Foča. Ceci afin bien sûr de rapprocher les régiments d’une même unité. La manœuvre est toutefois longue, faute de troupes d’interlignes aptes à prendre le relais – il faudra donc du temps pour qu’elle soit effective. A moins, bien sûr, que Wewelsburg envoie vite des renforts.
Mais tout cela n’est pas le problème des Grecs. Eux, leurs préoccupations, ça serait plutôt – et dans cet ordre – la survie face à un combat dont ils ne perçoivent pas forcément l’enjeu pour eux mais bien celui pour Londres, l’approvisionnement en nourriture de leur famille, celui de leur unité, et enfin, l’avenir politique de la Grèce. Hélas, il faut bien convenir que la proximité du 3e corps bosniaque du Peko Dapcevic, ainsi que d’une foule d’autres unités AVNOJ parmi les plus ‘poltiquement fiables’ pour le maréchal n’aide pas à apaiser les esprits. Derrière les lignes, et à côté de la 192.ID, ce sont tout de même les 1er corps prolétarien et le 8e corps dalmate qui descendent à présent la Drina vers Međeđa, en chantant, le fusil à l’épaule. C’est avec difficulté que les officiers royaux ou républicains rappelent à chacun leur engagement et (surtout) l’appui anglais dans la libération de la terre natale contre les criminels barbares allemands. La haine des Nazis … Ceci peut encore tenir les hommes. Et d’ailleurs, comme pour illustrer leur accord avec cette position, dans la soirée, les tireurs d’élite de la troupe infligent une injure terrible à l’Axe, en blessant au mortier le SS-Standartenführer August Schmidhuber, qui avait commis l’erreur de s’avancer un peu trop visiblement pour inspecter ses lignes. Il est vrai que le SS n’est pas habitué à ce que son adversaire ait les moyens de l’atteindre … évacué vers l’arrière, il cède le commandement de son 14. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Reinhard Heydrich à son QG régimentaire et à Ernst Deutsch – lequel cumule donc cette attribution avec celle du 13. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Artur Phleps.
Plus proche du Monténégro, les compatriotes du général Dimitrios Papadopoulos n’ont pas (encore) ce genre de souci. Et même si la 13e DI de Charalambos Katsimitros n’en fini pas de descendre de Pljevlja avec le 12e Corps “de Voïvodine” – ils atteindront Miljeno puis Rusanj aujourd’hui et ne sont donc plus qu’à une petite dizaine de kilomètres de Goražde, leur objectif - l’adversaire unique du 2nd corps grec reste encore et avant tout l’armée oustachie, dont la déroute visible fait suffisamment plaisir pour que, pour l’heure, on ne pense pas à autre chose ! La 1ère Brigade Blindée grecque (colonel Socrates Demaratos) et la 5e DI (general Georgios Stanotas) ont fini de dégager Bijelo Polje et ce secteur de la vallée de la Lim. Face à un Ier corps croate qui forme désormais bouchon sur la route de Babaići- Pape- Bajista, ces deux unités se préparent désormais à prendre la route de la vallée de la Tapa par Mojkovac, quitte à se coordonner (pourquoi pas ?) avec le 2e Corps de Choc de Peko Dapcevic, toujours occupé à solliciter la gauche oustachie.
Plus au sud, vers Andrijevica, le 4e RST s’est un peu calmé. Ne prétendant tout de même pas enlever à lui seul Kolašin – surtout avec les premiers éléments de la 373e DI Tigar divizija (Nikolaus Boicetta) en face de lui, il attend calmement vers Trešnjevik la 1ère Division d’Infanterie tchécoslovaque d’Alois Liška. S’étant objectivement ouvert par son seul effort la route de l’Ouest, et dérouté une division d’infanterie réputée complète …

Opération Veritable – l’aigle et le damier
Monténégro –
L’atmosphère se tend notablement – et ici, l’on ne parle pas seulement du front, mais aussi et surtout de l’arrière ! De fait, l’arrivée de la ‘mission britannique’ mandatée par Athènes la veille ne fait rien pour motiver les Polonais à aller de l’avant. Surtout que, si Bucknall et sa cohorte ont effectivement jugé utile de visiter le front, ils y sont partis sans prévenir personne et sans même daigner provoquer en préalable à Tirana une conférence avec leurs alliés ! Le splendide isolement, sans doute … Il n’en fallait bien sûr pas davantage pour mettre en fureur le général Anders et son état-major, dont le flegme n’est pas toujours insulaire.
De toute facon, qu’ils aillent faire les turystyczny si ca leur chante, ils ne donneront aucun ordre de plus à mes troupes !’ Et c’est vrai : la situation reste bloquée, sous la pluie et la mauvaise humeur. La 3e DI (Zygmunt Piotr Bohusz-Szyszko) n’avance presque plus, occupée qu’elle est à enlever les uns après les autres les nids de mitrailleuses croates de la Division du diable, qu’il faut réduire sous les bombardements d’artillerie. On se bat toute la journée pour un médiocre coude obliquant au Nord ! Quant à la 5e DI de Bolesław Bronisław-Duch … elle progresse certes un peu pour entrer finalement dans la périphérie de Dobra Voda en profitant de l’appui des monitors qui tirent toujours au large – mais c’est objectivement une voie sans issue, la route de Bar restant soumise aux tirs tant que les monts la dominant ne sont pas sécurisés. Rien à faire, il faut prendre ces hauteurs et remonter par le canyon de Medjurec jusqu’au pied du Mont Rumija, au moins jusqu’au monastère de Saint-Nicolas !
Ainsi, les visiteurs n’auront pas grand-chose de significatif à observer aujourd’hui – et ils risquent hélas d’en tirer des conclusions erronées. Et pendant ce temps, depuis Tirana, Sylvestre Audet – qui n’ignore rien des drames en cours – fait remonter à son commandement de Marseille des rapports pour le moins anxieux sur la suite. Quelque chose va péter autour du lac Scutari … glisse-t’il à son ordonnance, sans qu’on sache très bien s’il parle d’un obus allemand ou d’une tête anglaise.
…….
Opération Grenade – Diversion explosive
Voïvodine –
Dans ce secteur désormais aussi humide que sans enjeu, le calme revient à grande vitesse, passée la petite bravade de la 19.PanzerGrenadierDivision de Josef Irkens. Le 1er corps yougoslave du général Illija Brasic – désormais objectivement insuffisant à une éventuelle nouvelle offensive face à une seconde ligne - occupe le terrain et se réorganise sans plus chercher à poursuivre un Allemand en pleine retraite, quand il n’est pas déjà rétabli sur des coupures humides !
La 1er DI du général Krstic, rompant avec le plan établi par Athènes car désormais d’évidence obsolète (il n’y a plus rien à encercler à l’ouest !) avance vers Orlovat et (un peu) Samoš, en profitant de ce qu’elle sait : que la brigade blindée du colonel Milutin D.Stefanović est en train de repasser sur ses arrières à Kovačica. La 2nd DI de Mihailovitch, quant à elle, avance par-delà la Tisza jusqu’à Lok (pour maintenir la liaison avec la 2nd New Zealand de Robert Freyberg) tout en remontant elle aussi vers le nord jusqu’à Ečka, à la recherche du nouvel axe de défense teuton, afin de délimiter au moins la zone libérée. Et justement, au même moment, le Brandenburg regagne les lignes de l’Axe, pour se positionner une fois encore derrière le Franz Channel, entre Botoš et Jarkovac. Avant, sans doute, de devoir s’étirer vers Lazarevo puis Zrenjanin au fil du dispositif allemand ...

Operation Perun
Aide divine
Théatre des Balkans–
Journée calme pour la Balkanic Air Force – le mauvais temps sur une bonne part de la Yougoslavie occupée et de la Hongrie interdisant de fait aux forces de l’Air Marshall Arthur Tedder toute action majeure. Hormis les traditionnelles missions d’appui-feu – plus rares que d’habitude d’ailleurs, et confiées pour l’essentiel à la 81e EB Yougoslave Kosovo sous l’escorte de la 82e EC porteuses des mêmes cocardes, aucun événement n’est à signaler.

_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Sud Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 25, 26, 27
Page 27 sur 27

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com