Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La bataille "Navalo-terrestre" de Singapour (par F
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Le Pacifique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10007
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 11:05    Sujet du message: La bataille "Navalo-terrestre" de Singapour (par F Répondre en citant

Les plus anciens habitués de ce forum savent que notre ami australien Geoff Mowbray, auteur d'un magnifique travail sur la bataille de Malaisie et sur l'échec du premier siège de Singapour a (à ma connaissance) cessé d'écrire sans avoir terminé son récit.
Il a juste livré quelques indications et quelques passages dispersés, donnant entre autres la date du début de la seconde bataille de Singapour et la date de la fin de cette bataille.
Il est également mentionné que, pour mettre toutes les chances de son côté, Yamashita réclame et obtient l'aide de la Marine Impériale qui va venir bombarder les défenseurs de l'île.
Fregaton (qu'il en soit ici à nouveau remercié !!!), partant du cadre imposé et des ordres de bataille, a "rempli les blancs" en ce qui concerne la bataille "navalo-terrestre". Dans le texte qui suit, les passages en rouge sombre ne sont pas de lui, mais de Geoff (traduits par moi).
A présent, si un volontaire désire tenter de décrire, même succinctement, la bataille terrestre (ordres de bataille fournis)...



20 aout 1942
Singapour, 18h00
– La nuit vient de tomber mais, malgré quelques passages pluvieux dus à la mousson de sud, il fait encore chaud et humide.
Devant l’hôtel Raffles, un majordome indien aux cordons dorés ouvre la porte d’une Austin Seven à deux officiers de marine et les abrite d’un parapluie jusqu’au vaste hall. A l’intérieur, les rumeurs se font murmures et les odeurs de bois ciré le disputent aux effluves des ultimes cigares de quelques joueurs de bridge, riches Chinois ou Malais qui ont décidé de rester jusqu’au bout dans l’île – malgré la guerre, les affaires sont les affaires – et tentent d’échapper à la torpeur du crépuscule. Les pales des ventilateurs brassent l’air épais.
Les deux hommes se dirigent vers le “long bar” pour y commander deux des derniers “Singapore Sling” encore disponibles. Ce cocktail qui fait la réputation de l’établissement depuis 1915 sera bientôt remplacé à la carte du bar par du simple gin tonic car la Bénédictine, ingrédient majeur de cette douceur alcoolisée, fait désormais défaut.
Accoudés au bar, les deux compères jettent les écorces de leurs cacahuètes par terre, une tradition “so british” pour amplifier un peu plus les craquements du parquet verni sous les pas des clients.
– Au moins, le parquet rappelle le pont d’un navire ! lance, désabusé, le Lieutenant-Commander Hastings à son camarade Gready.
– Un navire ! Old chap, c’est une chose probablement étrangère à la majorité de cette noble assemblée, répond Gready en toisant les autres convives, parmi lesquels domine la “bush-jacket” kaki typique des troupes coloniales de Sa Gracieuse Majesté. La présence de la Navy sur l’île est en effet réduite à une poignée de vedettes Fairmile et les tenues blanches, naguère dominantes, sont devenues l’exception dans les lieux fréquentables de la ville.
Les deux hommes se connaissent depuis le Royal Naval College de Dartmouth. Tous deux sont spécialisés “canonnier” et ont été affectés comme officiers de liaison de la Navy auprès des 7th et 9th Coast Regiment, Royal Artillery, qui arment les batteries côtières de l’ile. La Navy se méfiant des artilleurs, nos deux capitaines de corvette ont reçu pour mission, peu avant l’opération Pedestal, d’aider à l’identification des silhouettes de bâtiments sur l’horizon dans le but de limiter les risques de tirs fratricides. La question ne s’est pas posée, mais les artilleurs, pensant qu’ils pourraient être très utiles dans l’éventualité d’une confrontation avec la flotte de l’Empereur du Japon, ont décidé de les garder. L’idée est idiote, estiment les deux marins : Horatio Nelson lui-même n’a-t-il pas tranché que « Tout marin qui s’attaque à un fort est un fol » !
D’ailleurs, depuis trois jours, c’est bien une offensive terrestre qui a été déclenchée contre le dernier point d’appui allié en Johore, le fort de Pengerang et ses canons de 6’’. Ces derniers ont brisé plusieurs attaques, mais ils ont utilisé toutes leurs munitions explosives (50 par pièce) – le fort ne tiendra plus bien longtemps.

Mer de Chine du sud – Deuxième Flotte de la Marine Impériale japonaise, 19h30 – Le vice-amiral Nobutake Kondo a invité à dîner ses principaux adjoints, le contre-amiral Sentaro Omori et le contre-amiral Kakuji Kakuta (4e Division de Porte-avions), dans le carré du croiseur amiral Atago. Il s’agit en fait d’organiser la seconde opération de bombardement naval de Singapour.
Kondo a appareillé de Kuching quelque temps plus tôt après avoir ravitaillé. La première opération contre Singapour, effectuée le mois précédent en utilisant essentiellement les bombardiers en piqué des porte-avions Junyo et Ryujo, s’est soldée à ses yeux par un maigre bilan : une douzaine de ses appareils ont été abattus par une DCA particulièrement mordante, et une fois le stock de bombes épuisé contre les postes de commandement et les batteries côtières, les reconnaissances aériennes n’ont pas montré de résultats décisifs. Comme il est hors de question que la Marine se montre incapable d’aider le général Yamashita à enlever aux Britanniques le joyau de leur couronne, Singapour, il va falloir faire donner les cuirassés et les croiseurs lourds.
La mission prioritaire de Kondo – en dehors de l’interdiction navale – est de neutraliser les plus grosses pièces de la défense ennemie, en particulier les cinq canons de 15” (381 mm) répartis entre les batteries Johore (3) et Buona Vista (2). Ces armes modernes et puissantes, dont le champ de tir s’étend sur 360°, sont en effet un cauchemar potentiel pour les troupes au sol qui, venant de la presqu’île malaise, vont se lancer à l’assaut de Singapour. Elles ont causé des pertes sévères aux assaillants lors du premier siège de l’île. Mais Kondo ignore que ces canons ne disposent plus que de quelques obus explosifs (HE) pour traiter des objectifs au sol. Avant le début des hostilités, ils n’avaient pas été approvisionnés, les planificateurs n’ayant pas envisagé que l’ennemi puisse s’enfoncer jusqu’en bas de la péninsule malaise. Les stocks laissés par le Malaya et le Ramilllies ont été presque épuisés lors des combats du mois d’avril. Seuls des obus perforants (AP), adaptés à l’attaque des navires cuirassés modernes, sont disponibles en nombre dans les casemates souterraines des batteries.
Kondo décide d’affecter la 2e Division de Cuirassés (Yamashiro et Hyuga) à la destruction des batteries les plus puissantes. D’abord, ils attaqueront la batterie Johore, avec le soutien de la 4e Division de Croiseurs (Atago et Chokai), qui bombardera de son côté les 9.2” de Tekong et les autres batteries à proximité, toutes susceptibles de gêner l’assaut programmé le lendemain. Les destroyers Akebono et Nenohi iront soutenir l’attaque en cours de la batterie de Pengerang. Les avions de la 4e Division de Porte-avions (Junyo et Ryujo) fourniront un appui tactique à l’offensive principale.


21 août
Bataille de Singapour – IV
Les Japonais repartent à l’attaque de Singapour !
04h00
– Les troupes de la division de la garde impériale (qui, malgré les renforts reçus, ne dépassent pas l’effectif d’une maigre brigade) débarquent sur les plages de l’île d’Ubin (Pulau Ubin), entre la côte nord-est de Singapour et la côte du Johore. Elle se heurte à une forte résistance, mais celle-ci ne pourra durer longtemps, les défenseurs sont trop peu nombreux. L’assaut final contre Singapour est lancé.
Quelques minutes après, cinq divisions japonaises débarquent sur les côtes nord, nord-ouest et ouest de l’île de Singapour elle-même. Le débarquement simultané des Japonais sur un front aussi large disperse les tirs de l’artillerie des défenseurs et limite leur aptitude à concentrer leurs réserves sur les points menacés. De plus, l’avance des attaquants sur plusieurs axes crée une certaine confusion et quelques unités risquent d’être prises de flanc.
Pour faire face plus efficacement et contrebalancer l’effet du contrôle total de l’espace aérien par les Japonais, ainsi que des tirs d’artillerie venant de l’arc des positions japonaises sur les collines bordant la rive sud du Johore, le Commandement de Malaisie décide de replier ses unités vers leurs sources de ravitaillement, d’abord au nord-ouest, puis à l’ouest. Cette stratégie est préférée à toute tentative d’envoyer des renforts en première ligne, car le Premier Siège a démontré l’extrême difficulté de déplacer renforts et ravitaillement vers l’avant sous les bombardements ennemis. De plus, les troupes s’installent ainsi sur un terrain ferme, n’ayant pas été ravagé par les combats d’avril et mai, et où les troupes disposent d’une couverture végétale. Enfin, la contraction du front permet à l’artillerie de mieux concentrer ses tirs défensifs, car les Alliés ont l’avantage de lignes intérieures de communication.
Selon les rapports de l’état-major du IIIe Corps Indien, « Dans la région nord, les Japonais ont utilisé pour la préparation d’artillerie des obusiers de 11 pouces et de 9 pouces, installés dans des positions creusées à contre-pente, ce qui rendait le tir de contre-batterie difficile. Obtenir le bon angle de chute pour les obus, dans la bonne direction et à la bonne portée, posait de gros problèmes. Peu de ces énormes obusiers ont donc été touchés par nos tirs, mais quelques résultats spectaculaires ont été observés sur ce qui devait être leurs dépôts de munitions avancés. Cependant, les obus de 9 et 11 pouces ont si gravement endommagé les fortifications et retranchements de la partie ouest du secteur de la Jetée qu’une défense efficace et économique dans cette zone est devenue impraticable.
A l’est de la Jetée, les troupes débarquées par l’ennemi ont subi de lourdes pertes et ont été repoussées.
A l’ouest, en revanche, l’aile gauche de la 9e Division Indienne s’est retirée sous la pression ennemie de la “ligne côtière” et de la “ligne des collines” des batailles d’avril sur les positions construites dans les collines couvertes de plantations d’hévéas, juste en arrière. Cette zone n’a pas été gravement touchée lors des combats d’avril-mai et permet aux défenseurs d’être à couvert des observations ennemies, tout en leur offrant de bons postes d’observation. Les plantations permettant à nos réserves de se dissimuler et d’intervenir sans être gênées par l’aviation, les Japonais tentant d’exploiter leur succès contre les défenses côtières pour progresser vers l’intérieur de l’île se sont heurtés à de violentes contre-attaques menées par l’infanterie de la 17e Division Indienne et par les blindés australiens. » (…)
« Dans la région ouest, la 11e Division Indienne s’est repliée en combattant, selon les plans, sur la ligne Krangi-Jurong. Malheureusement, une grande partie de l’artillerie de défense des plages (de vieux canons britanniques ou des canons japonais capturés) a dû être abandonnée après avoir très vite consommé toutes ses munitions en tirant sur les bateaux japonais et sur les cibles repérées en Johore. En dépit de tous les efforts et du soin pris en disposant les canons pour faciliter leur retraite, les artilleurs et leur infanterie d’appui ont constaté que, dans les conditions tactiques présentes et après les violents orages qui ont rendu la plupart des pistes impraticables, ils n’avaient pas d’autre choix que de détruire les canons. » (…)

………
07h00 – Dans son PC de la batterie Johore, le major Higgins observe l’horizon, où il s’attend à découvrir bientôt les premières matures de la flotte japonaise. Pengerang est sur le point de tomber et des bombardiers provenant vraisemblablement de porte-avions ont entamé des raids de soutien sur le nord-ouest de l’ile.
07h30 – Hasting, casquette blanche rivée sur la tête, barbe aux reflets roux taillée à la Georges V et pipe à la main, entre dans la salle de télémétrie et flatte avec précaution le flanc des deux dobermans du major, Apollon et Zeus, tranquillement couchés au fond de la pièce. Higgins, casque en acier “plat à barbe” légèrement incliné sur le coté droit, fine moustache travaillée à la manière de l’Armée des Indes et stick en bambou sous le bras, le salue cordialement, offrant aux quelques supplétifs chinois présents une scène caricaturale à la gloire de l’Empire.
09h00 – La microscopique aviation de Singapour entre en action ! Un Fairey Fulmar, qui a décollé de Sembawang un peu plus tôt escorté par deux Hurricane, identifie deux cuirassés anciens (classe Fuso ou Ise), accompagnés de deux croiseurs et deux destroyers. Ils sont à environ 35 000 yards de la pointe sud-est de l’ile et font route à l’ouest à travers les Singapore Straits.
10h00 – Au PC de la batterie Johore, les grains de la mousson de sud gênent l’observation, mais les cuirassés japonais devraient être bientôt visibles, si l’observateur du Fulmar a bien fait son travail.
10h15 – Sur le cuirassé Yamashiro, qui fait route au sud-ouest à 8 nœuds, les tourelles de 14” (356 mm), pointant à l’élévation maximum par le travers tribord, engagent la terre à une distance d’environ 25 000 yards.
10h17 – Huit colonnes de poussières et de fumée s’élèvent dans un bruit assourdissant autour de la route de Changi. La première bordée du Yamashiro vient de frapper.
10h30 – Les DD Akebono et Nenohi, qui se sont imprudemment engagés dans la passe est entre Johore et Singapour, sont pris à partie par les deux 6” de Pengerang qui jettent leurs derniers feux avant que les troupes japonaises ne prennent d’assaut la batterie. Vite encadrés, les destroyers s’éloignent vers le large.
11h00 – Au PC de Johore, les coups des obus de 356 mm sont durement ressentis, mais les dégâts immédiats ne concernent que la végétation et les voies d’accès, qui se parsèment peu à peu de cratères imposants. La visibilité s’est améliorée et les télémètres ont maintenant dans leurs réticules deux silhouettes bien identifiables. Les mâts-tours dignes d’un temple bouddhiste des Yamashiro et Hyuga sont parfaitement visibles sur l’horizon. Higgins et Hastings n’ont pas été formés à la même école, mais ils ont depuis peu mis en commun leurs expériences réciproques pour mettre au point une règle de visée tenant compte de leurs tables de tir respectives. La mesure par dépression chère aux artilleurs est ainsi agrémentée de la prise en compte de la hauteur de mâture du but chère aux marins. Les superstructures si typiques des cuirassés japonais vont faciliter l’application de cette technique.
11h30 – Premier tir simultané des trois pièces de la batterie Johore sur le Yamashiro. Les gerbes encadrent le cuirassé, mais seuls les coups trop courts sont observables. La vitesse des deux cuirassés ennemis est par contre bien prise en compte par la direction de tir, grâce au râteau mis en œuvre par Hastings.
13h00 – Les 9.2” (280 mm) de Tekong gênent la progression des troupes au sol sur Pulau Ubin. Les croiseurs Atago et Chokai attaquent alors la batterie en profitant de l’abri de la pointe de Pengerang, dont les 6’’ se sont tus.
Les duels se poursuivent plusieurs heures, les adversaires tirant à faible cadence et sans parvenir à régler leur tir. Le seul résultat tangible est un near-miss de Tekong sur l’Atago, qui occasionne quelques pertes humaines et des déchirures dans la cheminée avant.
16h00 – Les quatre derniers Swordfish de Sembawang décollent pour une attaque à la torpille de l’Atago et du Chokai au large de Pengerang. Aucune torpille ne fait but et un Swordfish est abattu, mais l’amiral Kondo lui-même, furieux, appelle Kakuta pour lui expliquer que l’aviation ennemie, qui était en théorie totalement anéantie, existe encore ! Si, par malheur, l’inattention scandaleuse des chasseurs de ses porte-avions permettait à un avion torpilleur anglais de toucher un bâtiment de Sa Majesté Impériale, il faudra que quelqu’un en paye le prix !
17h00 – Les grains de mousson revenant, le manque de visibilité met fin aux échanges de tir.
………
Toute la nuit, les Royal Engineers réparent les voies ferrées étroites d’approvisionnement en munitions des batteries, comblent les cratères les plus gênants et dégagent un peu les arbres abattus pour libérer le champ de battage des canons.


Dernière édition par Casus Frankie le Mar Avr 24, 2012 11:31; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10007
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

22 août
Bataille de Singapour – IV

Extrait des rapports de l’état-major du IIIe Corps Indien (région ouest) – « Après quelques combats menés avec une belle énergie, la 11e Division Indienne s’est retirée de ses positions avancées sur la ligne principale Krangi-Jurong, dotée d’excellents postes d’observation sur les crêtes et les collines. De ces postes, ils peuvent diriger des tirs plongeants sur l’infanterie japonaise qui tente de se mettre à couvert dans les positions abandonnées par les unités indiennes, comme sur celle qui cherche à poursuivre son attaque contre notre deuxième ligne défensive, bien plus forte. Mieux encore, l’ennemi a progressé si loin qu’il est maintenant hors de portée du soutien de son artillerie positionnée sur la rive nord du détroit de Johore. »
………
De leur côté, les artilleurs des batteries lourdes n’ont pas été inactifs, même si ce n’est pas là, en réalité, que se joue le sort de l’île.
06h30 – Le jour à peine levé sur un horizon dégagé, la batterie Johore ouvre le feu à 44 000 yards sur les BB Yamashiro et Hyuga bien avant que ces derniers ne rejoignent leurs positions de tir dans les Singapore Straits. Higgins et Hastings ont décidé d’utiliser la portée maximum des 15’’ pour éprouver l’adversaire. A cette distance, le tir est forcément imprécis et Kondo ne modifie pas ses ordres pour la journée.
07h00 – Le Fulmar et ses Hurricane d’escorte survolent les Straits. Le premier transmet de précieux renseignements sur la position des gerbes qui entourent les cuirassés nippons avant d’être pris en chasse par une patrouille de Zéro. Un Hurricane est abattu, les deux autres appareils sont sauvés par les consignes strictes des chasseurs : pas question de s’éloigner des navires escortés !
09h07 – Les deux cuirassés sont à bonne portée, le duel recommence vraiment. Les 356 mm labourent le sol autour de la batterie Johore, mais les casemates résistent bien.
11h00 – Les éléments de tir sont transmis à la batterie Buona Vista, où Gready officie auprès du major chef de batterie. Les deux 15” entrent dans la danse, avec l’avantage d’être hors de portée d’une réplique des cuirassés.
12h05 – Johore cesse le tir pour mettre ses servants à l’abri dans les casemates, tant le feu de l’ennemi se fait intense et plus précis. Mais Buona Vista continue et place au moins deux near-miss sur le Hyuga.
13h00 – Kongo pense en avoir fini avec Johore, qui reste silencieuse. Les croiseurs Atago et Chokai se rapprochent de la pointe est de l’île pour tirer avec plus de précision, tandis que les cuirassés se positionnent plus à l’ouest, pour attaquer Buona Vista.
13h33 – Higgins et Hastings profitent de l’éloignement des cuirassés pour reprendre le tir avec Johore, visant cette fois les croiseurs. Pendant ce temps, Gready occupe les cuirassés.
14h02 – Après quelques tirs de réglages, Johore place trois coups au but sur le Chokai. L’un touche le bunker, un autre la cheminée avant et le troisième allume un début d’incendie dans la descente de la chaufferie avant. Le bâtiment se retire vers l’est à 22 nœuds. L’Atago quant à lui rallie les deux cuirassés.
15h00 – Le Yamashiro, le Hyuga et l’Atago bombardent Buona Vista, mais se trouvent en position d’être la cible des deux batteries de 15”. Un coup au but sur le Hyuga met hors service sa tourelle A – profitant de l’arrivée d’un grain, Kondo se replie vers l’est au-delà des Straits et hors de portée des batteries britanniques.
17h30 – Au PC de la batterie Johore, l’ordonnance chinoise du major Higgins, le private Tchang, pénètre triomphalement dans la salle de télémétrie, une bouteille de Bénédictine à la main : « C’est la dernière, Sir ! Tchang la gardait pour grande occasion ! »
– Excellente idée, Tchang ! Nous allons la partager avec nos amis marins !
18h00 – Au long bar du Raffles, deux majors du Royal Artillery et deux capitaines de corvette de la Navy offrent une tournée de Singapore Sling jusqu’à épuisement de la bouteille de Bénédictine. A la santé de Sa Majesté Georges VI !
………
Dans la nuit, à Johore comme à Buona Vista, les équipes des Royal Engineers s’affairent à des terrassements de grande ampleur pour recréer comme ils peuvent les accès aux pièces de 15” au milieu de terrains rendus lunaires par le labourage des obus nippons. Quelques casemates sont endommagées et les bâtiments de servitude sont pratiquement tous détruits. La Royal Artillery déplore sept morts et une vingtaine de blessés. Mais les bunkers de direction de tir, les redoutes à munitions et les pièces sont intacts.
………
En Mer de Chine du Sud, le croiseur Chokai regagne Kuching à 18 nœuds sur deux lignes d’arbre au lieu de quatre, escorté par deux destroyers. Sa direction de tir principale est détruite, ainsi que deux chaudières. Il est en pratique hors de combat – nouvel exemple qu’un bateau est plus fragile qu’un fort…


23 août
Bataille de Singapour – IV
06h30
– Kondo précise ses ordres pour la journée : le Yamashiro et le Hyuga, ce dernier privé de sa tourelle A, renouvellent l’attaque sur Johore. L’Atago ira faire diversion à l’ouest pour occuper Buona Vista.
07h00 – Malgré un camouflage méticuleux, un Fulmar, les trois derniers Swordfish et quatre Hurricane sont détruits au sol par un raid de la 4e division de porte-avions. Trois D3A1 et un A6M2 sont abattus par la DCA lors de cette attaque.
08h32 – Le Fulmar survivant, accompagné par les derniers Hurricane, repère et positionne le Yamashiro et le Hyuga dans les Straits. L’Atago n’est pas repéré.
08h46 – Johore et Buona Vista ouvrent simultanément le feu sur les cuirassés qui manœuvrent pour se mettre en position de tir.
09h02 – Les cuirassés répliquent alors qu’ils ne sont pas encore à portée de tir. Les gerbes d’eau des impacts sont visibles à proximité de la plage de Changi.
09h32 – Un near-miss au niveau de la cheminée arrière du Yamashiro arrache une embarcation et fait cinq blessés.
09h58 – La pièce 2 de Johore cesse le feu pour mettre le personnel à l’abri. Un coup de 356 mm est tombé à proximité du bouclier, qui est en partie arraché. Il y à un mort et trois blessé parmi l’équipe de pièce.
10h08 - L’Atago a traversé les Straits d’est en ouest à vitesse maximum sans que Buona Vista puisse le prendre pour cible. Il se positionne face à la batterie Fort Siloso qu’il commence à bombarder à courte portée (pout ses canons de 8”), faisant jaillir des éclats de béton des blockhaus et détruisant d’un coup heureux un canon de 6” en encuvement. Les pourvoyeurs ont cinq morts et de nombreux blessés. La riposte de la batterie est inefficace
11h02 – Profitant d’une accalmie lors du changement de cap des cuirassés sur leur hippodrome de tir, Johore effectue une visée efficace qui permet de loger deux coups de 15” sur les superstructures du Yamashiro. L’imposante pagode du mât-tour est à moitié arrachée, la direction de tir déplore de nombreux morts et blessés et le commandant doit ordonner la poursuite du feu en mode décentralisé, tourelle par tourelle.
………
Jusqu’à 16h00, les bâtiments nippons continuent leurs tirs à un rythme plus ou moins régulier, labourant la terre, détruisant la végétation, écrasant toute construction non protégée, rendant les routes et voies ferrées impraticables, mais ne faisant que des dégâts mineurs aux abris souterrain et aux bouches à feu. C’est finalement Fort Siloso qui souffre le plus.
En fin de journée, une reconnaissance aérienne ordonnée par Kondo montre que les bombardements n’ont produit qu’une apparence de destruction. La noix est terriblement dure à briser ! A chaque bordée, les tirs furieux des navires semblent faire disparaitre les ouvrages fortifiés sous une avalanche de fer, de feu et de fumée. Pendant deux jours, du matin au soir, ses bâtiments ont cogné, pilonné, écrasé les batteries pour les faire taire. Mais, dès que l’on croit avoir définitivement réduit au silence un poste de tir et que l’on passe à un autre, le premier recommence à tirer. Il ne se taisait que pour mettre ses artilleurs à l’abri. Et ces damnés Anglais, dans la nuit, remettent en état le système d’approvisionnement de leurs canons…
………
23h00 – Le cuirassé Yamashiro, blessé, fait route vers Kuching, d’où il mettra le cap sur le Japon pour de longues semaines de réparations.


24 août
Bataille de Singapour – IV
09h00
– A bord du croiseur Atago, le vice-amiral Kondo annonce à son état-major la « suspension » des opérations de bombardement au canon des batteries anglaises. Les nouvelles du front terrestre sont bonnes : les divisions de l’Armée sont solidement installées sur l’île. Le général Yamashita, comme il l’a annoncé, va prendre tout son temps pour réduire la résistance ennemie, en évitant les attaques frénétiques qui ont coûté tant de monde pendant le premier siège.
Comme il semble fort peu probable que les batteries lourdes puissent changer le cours de la bataille (et qu’il ne dispose plus que d’un croiseur et d’un cuirassé), Kondo décide que son objectif est atteint ! Le soutien naval aux forces terrestres se limitera désormais aux avions de ses porte-avions, dont la précision des bombardements est unanimement louée !
– La décision de l’amiral est sage, observe un vieux capitaine de frégate à l’avenir incertain, car elle tient compte de l’histoire qui nous montre, comme le disait Horatio Nelson, qu’il est vain pour des navires de vouloir soumettre des forts à terre. Les Anglais eux-mêmes, ayant oublié ce principe, ont lourdement souffert aux Dardanelles lors de la guerre précédente. Je l’ai vu de mes yeux en février-mars 1915 : j’étais jeune enseigne et j’effectuais une formation dans la Royal Navy, à bord du Queen Elisabeth, face au fort de Tchanak.
De leur côté, contraintes et forcées par le manque de munitions adaptées, les batteries lourdes anglaises se tairont désormais, sauf pour tirer leurs ultimes obus explosifs, en dernier recours, dans les dernières heures du siège.
.………
Après la chute de Singapour, les capitaines de corvette Hastings et Gready seront internés avec le major Higgins et d’autres officiers au fort Siloso, transformé en camp de prisonniers par les Japonais. A leur libération, leur premier soin sera de mettre la main sur une bouteille de Bénédictine pour se rendre au long bar du Raffles et y déguster un Singapore Sling.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4586
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 12:27    Sujet du message: Répondre en citant

Excellent !

Pour bien visualiser la scène :


Question sans conséquence :
Citation:
Le seul résultat tangible est un near-miss de Tekong sur l’Atago, qui occasionne quelques pertes humaines et des déchirures dans la cheminée avant.

Ce ne veut-il pas dire que la coque voire le pont ont souffert également ?

Plus problématique :
Citation:
09h02 – Les cuirassés répliquent alors qu’ils ne sont pas encore à portée de tir.

Les navires viennent de l'est, on a donc grosso modo une ligne (d'ouest en est ) : Buona Vista - Johore - cuirassés. Les deux batteries sont séparées d'une vingtaine de km et la portée des 380 anglais doit être de l'ordre de 40 km, tandis que les 356 japonais peuvent atteindre 35 km.
Comment Buona Vista pourrait-il tirer si les Japonais ne le peuvent pas ?

Voir :
http://maps.google.fr/maps?q=Singapour&hl=fr&ll=1.171336,104.05426&spn=1.032485,1.234589&sll=46.75984,1.738281&sspn=11.322821,19.753418&hnear=Singapour&t=m&z=10
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 1151
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 17:51    Sujet du message: Répondre en citant

@ Loïc:

question n°1: probablement mais difficile à décrire précisément...

question n°2:
La portée des pièces brits prise en compte est celle de la version "artillerie côtière" qui dispose d'une élévation supérieure à celle installée sur les BB.
J'ai considéré 45000 yds maxi avec des AP.
La portée des 356 nippons prise en compte l'est avec des HE soit 30000 yds environ.
La ligne d'ouest en est ressemble plus à un triangle car les BB longent les straits le plus au sud possible. A la louche Buona Vista n'est peut-être pas tout à fait à portée mais pas très loin....
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
clausewitz



Inscrit le: 04 Fév 2007
Messages: 164
Localisation: Nantes

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 18:15    Sujet du message: Répondre en citant

Superbe récit bravo mon cher Very Happy
_________________
Ma nouvelle uchronie

http://clausuchronia.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3487
Localisation: Tours

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 18:23    Sujet du message: Répondre en citant

Il manque quelqu'un dans ce récit. Ou est l'officier américain et agent de liaison de l'ONI Thomas Magnum?
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1137

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 18:35    Sujet du message: Répondre en citant

il est trop jeune pour être mobilisable durant cette guerre Wink, par contre il est possible d'y voir son père ce qui expliquera la suite à hawai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raven 03



Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1073
Localisation: loire (42)

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 19:02    Sujet du message: Répondre en citant

bonsoir,
par contre ,Higgins etait officier de l'armée des Indes ,non???
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10007
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 19:11    Sujet du message: Répondre en citant

Bravo Messieurs, Fregaton sera content de votre perspicacité !
Laughing
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lebobouba



Inscrit le: 12 Juil 2008
Messages: 349
Localisation: Devant son écran

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 20:10    Sujet du message: Répondre en citant

Excellent !

Juste un détail concernant Zeus et Apollon: ont-ils eu la possibilité de planter leurs crocs dans un croupion de samouraï ?
Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4586
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 21:28    Sujet du message: Répondre en citant

FREGATON a écrit:
La portée des 356 nippons prise en compte l'est avec des HE soit 30000 yds environ.
La ligne d'ouest en est ressemble plus à un triangle car les BB longent les straits le plus au sud possible. A la louche Buona Vista n'est peut-être pas tout à fait à portée mais pas très loin....

Note : Cette page donne 38770 yards, sans préciser le type d'obus. Bon, restons sur 30000.

Voici ce que ça donne (merci Gimp !) ; selon votre navigateur, le rendu peut être légèrement différent (avec Safari, je peux agrandir de 0,5 cm chaque cercle pour être juste) :



Il vaut donc mieux indiquer que Buono ouvre le feu peu après Johore.

Par ailleurs :
Citation:
Ces armes modernes et puissantes, dont le champ de tir s’étend sur 360°

Pas tout à fait, plutôt 270°, voir cet excellent site sur les batteries de Singapour.
Je cite :
Citation:
Its arc of fire was insufficient to bring the invading Japanese under fire.


PS pour Casus : à l'emplacement d'un des canons de Buono Vista se trouve le "Mowbray Police Training Camp". Very Happy

PS pour Frégaton : il y avait des batteries de anti-MTB (cf. le site ci-dessus).
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10007
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 21:54    Sujet du message: Répondre en citant

Geoff a pris soin, quelque temps plus tôt, de décrire comment les Anglais, qui ont eu tout le temps de le faire, ont dégagé le champ de tir de leurs pièces sur 360°, dès avant le "premier siège" !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2012 22:01    Sujet du message: Répondre en citant

Très beau travail, en effet!

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4586
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mer Avr 25, 2012 07:02    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Geoff a pris soin, quelque temps plus tôt, de décrire comment les Anglais, qui ont eu tout le temps de le faire, ont dégagé le champ de tir de leurs pièces sur 360°, dès avant le "premier siège" !

Mmh, on ne trouve pas trace de cette info historiquement, mais on peut supposer qu'en FTL la laborieuse progression japonaise en Malaisie le permet. Par contre, n'oublie pas ma précision.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10007
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Avr 25, 2012 07:50    Sujet du message: Répondre en citant

loic a écrit:
Casus Frankie a écrit:
Geoff a pris soin, quelque temps plus tôt, de décrire comment les Anglais, qui ont eu tout le temps de le faire, ont dégagé le champ de tir de leurs pièces sur 360°, dès avant le "premier siège" !

Mmh, on ne trouve pas trace de cette info historiquement, mais on peut supposer qu'en FTL la laborieuse progression japonaise en Malaisie le permet. Par contre, n'oublie pas ma précision.


Evidemment, pas de trace de cette info historiquement, les Anglais ayant été pris de vitesse !
Par contre, je n'oublie pas ta précision.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Le Pacifique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com