Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Festung Saint-Nazaire 1944
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 165

MessagePosté le: Jeu Oct 31, 2019 20:11    Sujet du message: Festung Saint-Nazaire 1944 Répondre en citant

Bonjour à tous

Comme seuls les modérateurs peuvent poster dans le forum 1944, et que je souhaite tout de même apporter ma pierre sur un front - certes secondaire - en France, je relance le sujet ici.

Je souhaite donc faire l'historique des deux poches (Festung) de St Nazaire et de Lorient d'avril 1944 à la reddition générale, en s'appuyant principalement sur des événements OTL mais pas que, d'autant que la France du nord-ouest est libérée plus vite, la résistance plus forte et probablement plus efficace. Tout peu changer : OTL il s'en est fallu de peu pour qu'une partie non négligeable de la Poche (de St Nazaire) soit rapidement libérée, et le front n'a pas du tout été fixe (j'en sais quelque chose. Il y a des éclats d'obus dans toute la maison).

PS : rappel de la trame ici, en page 2 du sujet, à partir du moment où les choses sérieuses commencent. http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=3185&postdays=0&postorder=asc&highlight=festung&start=15


Dernière édition par lbouveron44 le Jeu Oct 31, 2019 20:44; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 165

MessagePosté le: Jeu Oct 31, 2019 20:12    Sujet du message: Répondre en citant

23 avril.


Festung Saint Nazaire. Les ordres ont été reçus et le commandement s'adapte. La base U-boot est terminée et la plupart des positions aussi. Pour les tranchées abri et les abris divers, ordre est donné d'économiser fers et béton, à réserver au renforcement des positions et à la mise en place d'affuts de tir fortifiés (tobrouks Vc52) un peu partout, notamment aux abords des positions déjà réalisées et sur le port de Saint Nazaire, mais aussi sur les principaux ponts ferroviaires.

Pour finir les abris, la méthode est simple et efficace - creuser un trou, faire deux murettes en blocs de pierre au fond de la souille, poser dessus des tôles en arc de cercle à ondes larges, dites tôles métro, recouvrir le tout d'un bon mètre de terre sinon deux - ça c'est un wellblech et ça sert à toutes les tâches secondaires - stock, écurie, cacher l'entrée d'une tranchée abri.... Par endroits les abris seront en briques et même en bois, dûment recouverts de rondins entrecroisés - quand ce n'est sont pas des poutres arrachées à une maison voisine évacuée sur ordre, de paille et de terre - on appelle cela des Sonderkonstruktionnen (Sk sur les cartes).

La main d'oeuvre ne manque pas : la Festung dispose de deux bataillons de supplétifs géorgiens, jugés peu fiables sur l'Ostfront et affectés à la garde du Mur. Ils sont envoyés illico au sud de la Loire où les travaux ont pris du retard : pour ainsi dire, Pornic est toujours ouvert à tous les vents.

Pour parer à l'envahissement de la Festung par l'intérieur plusieurs positions ont été construites, notamment à l'est de Donges, au nord et à l'est de Montoir, à l'est de St Brevin, tout autour de Guerande.

Ordre est donné de compléter cette protection intérieure sur la seule réelle coupure naturelle protégeant Saint-Nazaire : au raz des marais au nord de la Loire (marais de Loire, Briere, traict de Pen Be, marais du Mes) et au sud (marais du Tenu, de l'acheneau et de la Haute Perche). Cette enceinte devra être Sk pour l'essentiel : bunkers enterrés boisés, abris wellblech divers, fossés en eau, asperges de Rommel sur les drop zones possibles, positions reliées par des tranchées couvertes et articulées autour du bâti existant. En avant, au milieu du marais, le village de St Lyphard pourrait être fortifié et servir de sentinelle, fait remarquer un officier. Un autre mentionne des iles entre Loire et Briere : Rohars ( Roch arz, le rocher de l'ours ) en Bouée, Sem et Maca sur l'etier reliant la Loire et la Briere entre Donges et Prinqiau, le manoir de Mareil tout en bas de la Chapelle Launay... Au sud, Chauvé et la Sicaudais attirent l'attention des gradés, ainsi que la ville - ile de Paimboeuf.

Dans les gares ordre est donné d'installer aux entrées et près des postes d'aiguillage des cloches en béton* dotées de meurtrières d'observation - elles permettent au personnel et/ou aux soldats qui les surveillent de se mettre à l'abri lors des bombardements voire de riposter en cas de combats au sol.

Très rapidement elles seront grutees en gares de Savenay, Redon, Pontchateau, La Baule, Saint Nazaire - ce qu'il en reste, Le Croisic, Ste Pazanne, Pornic, et celles du noeud ferroviaire nantais. Il est aussi ordonné de renforcer les défenses de Redon, Pontchateau, La Roche Bernard.

A Redon c'est carrément un poste carré pour mitrailleuse** qui est construit au sud des voies, près de deux imposants Luftschutz (abris DCA). A Pontchateau deux petits blockhaus rudimentaires couvrent la sortie nord du tunnel ferroviaire. Idem à la Roche Bernard à l'entrée ouest du pont*** où ils sont plus creusés dans la roche que réellement bétonnés.

Les fortifications des plages sont achevées et un mur de béton bati tout le long du Remblai baulois. Le système de guet aérien et de Flak est aussi achevé. Depuis fin 43 les alliés surnomment Saint Nazaire Flak City et évitent de s'en approcher de près. Dommage que la ville ait été presque entièrement rasée auparavant.

Enfin le commandement donne l'ordre de constituer un état des stocks et de les recompleter, autant que cela est possible. Des draps aux torpilles - stockées dans plusieurs installations à Saint Nazaire, Pornichet et Trignac - en passant par les balles et l'essence.

* elles étaient fabriquées en série selon 2 à 3 modèles différents. Certaines datent d'avant guerre (une de 1938 à la batterie de Villes Martin à St Nazaire) mais sont moins épaisses. De nos jours subsistent plusieurs au dépôt du Grand Blottereau à Nantes, une sur le pont de la Joneliere (idem), une à l'entrée est de Savenay.

**existait OTL, a été rasé il y a quelques années

*** de l'ancien pont maintenant
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 165

MessagePosté le: Jeu Oct 31, 2019 20:40    Sujet du message: Répondre en citant

27 avril


C'est officiel. Le commandement allemand transmet l'ordre d'évacuer Saint-Lyphard. Les locaux doivent partir, le village sera occupé et fortifié par l'armée allemande.
Pierre Litoux, personnalité centrale de la commune (il sera maire de 1929 à 1977 !) obtient le maintien de 350 des 1430 lyphardais, et de deux élus du Conseil avec lui. Beaucoup partent avec soulagement - ils ont où aller à Nantes ou dans la campagne plus à l'est, tandis qu'à Saint-Lyphard même, isolé au milieu de la Brière, le ravitaillement passe mal et la terre est pauvre. Une partie des lyphardais s'exile à Quéhillac (Campbon) et Coislin (Bouvron) qui accueillent depuis 1940 des réfugiés divers, principalement nantais.
Le prétexte par lequel Pierre Litoux obtient le maintien d'une partie des civils est curieux, mais efficace : depuis 1450 les briérons ont seuls le droit d'exploiter la tourbe - un privilège hérité du duc François II de Bretagne, et les environs manquent de carburant et de bois. L'électricité se fait rare, les briérons (et pas que!) s'éclairent à la lampe à huile, et se chauffent à la tourbe.De même, les allemands verront plutôt d'un bon oeil les vieilles et les vieux remplacés par des jeunes extérieurs à la commune, mais vigoureux.
Pourtant, ils ont tort. Pierre Litoux fait partie d'un réseau de renseignement (1) de la Résistance, et un noyau dur va se former rapidement dans ce qui est appelé à être un noeud de résistance allemand dans le secteur.

Plus au sud, Sem, Maca (entre Donges et Prinquiau) et la Sicaudais (Arthon) sont évacués sans guère de résistance; les locaux enterrent tout de même tout ce qu'ils ne peuvent évacuer, sans tromper la soldatesque qui retrouvera et fera rapidement un sort aux réserves de cidre et de piquette. Un fermier se maintient à Sem, quelques dizaines de personnes à la Sicaudais.


28 avril


Les troupes allemandes aidées de leurs supplétifs géorgiens et même estoniens - tous appelés "russes" par les locaux qui les craignent pour leurs débordements courants du reste - creusent des tranchées autour de Saint-Lyphard et minent toutes les routes - dont le chemin de traverse qui rejoint Saint-Guillaume (Pontchâteau) plus à l'est. Une batterie DCA est déployée au Nezin, près de la route.

Une garnison s'installe au château de Mareil (la Chapelle-Launay, mais situé dans le lit majeur de la Loire entre Donges et Lavau). Les propriétaires se maintiennent, mais sont exilés dans les communs.

Un groupe d'une cinquantaine de soldats allemands s'installe aussi à Blanche-Couronne, dans les solides bâtiments de l'ex-abbaye située à 1.5 km de la bifurcation des lignes Saint-Nazaire - Nantes - Redon.

29 avril


Le plan de fortification externe de Saint-Nazaire est approuvé par le commandement allemand.
Il s'agit, outre les positions existantes qui s'étirent sur un arc de Corsept à Préfailles au sud et de Donges-est à Assérac et Piriac au nord, de constituer deux nouvelles enceintes de protection, s'appuyant sur les coupures naturelles offertes par les marais.

- Au sud, elle s'étendra le long des marais de la Haute Perche de Pornic à la Sicaudais - comme poste avancé, via Chauvé, puis coupera vers la Loire via Saint-Viaud et Paimboeuf. Une batterie supplémentaire sera élevée entre Saint-Brévin - Mindin et Corsept, l'ile de Paimboeuf sera fortifiée au moyen de tranchées, barbelés, champs de mines et en s'appuyant sur le bâti au sud de la ville. La voie ferrée vers Saint-Hilaire de Chaléons sera minée.

- au nord, elle s'étendra de Mareil entre Lavau et Donges - avec Rohars en poste avancé 4 km plus à l'est, à Maca entre Donges et Prinquiau, Pontchateau, et la Roche Bernard - au nord, la Vilaine sert de coupure naturelle.

Au nord de la Loire, une seconde ligne plus à l'est est prévue entre Redon, Blain - suivant le cours de l'Isac, puis la forêt du Gâvre au nord de la ville, le val entre Bouvron et Fay de Bretagne, puis une ligne de Malville à Cordemais. Les ponts sur le cours canalisé de l'Isac (Canal de Nantes à Brest) seront minés, les écluses ouvertes, les alentours dans la plaine fortifiés, un noeud de défense important prévu autour de Savenay,avec des positions à Blanche Couronne (ouest), sur la colline du Matz où la vue porte par beau temps jusque Saint-Nazaire (nord), au Goust et à Bouée (sud et sud-est) et à la Croix Morzel (est).

Au sujet de la gare, la Festung dispose d'artillerie montée sur rail. Un abri a déjà été construit à Ponchâteau, au fond de la carrière. Il est décidé de transformer la demi-rotonde de Savenay, ruinée par un précédent bombardement, en abri. La construction épaisse sera construite en toute discrétion, à l'abri de la pente rocheuse - en breton Savenay signifie la pente, la montée (Savenneg), et elle y est prononcée, de 9 à 81 mètres en 3 km en certains endroits de la commune - impressionnant quand on sait que la Loire-Atlantique culmine à 115 mètres.

A Blain et aux alentours les allemands ont déjà installé une forte garnison au château, ont récupéré les dépôts anglais et français de 1939-40 à la Groulais, au bois de Beaumont et en forêt du Gâvre - ce dernier, tout proche de la voie ferrée Hendaye - St Malo - dispose de nombreux abris et de quelques bunkers.

30 avril.

Le commandement allemand lance un inventaire des points d'observation dans un rayon de 50 km autour de Saint-Nazaire. Clochers, moulins, points hauts, tout y passe. Chacun aura droit à un croquis et à des études sur sa solidité, y compris en cas de bombardement (2).
Ces préparatifs hâtifs ne sont pas oubliés par la Résistance, dont les membres lèvent croquis et font preuve d'attention.

Gouverner, c'est prévoir. Donc les travaux de fortification sont lancés dès que possible. Dans nombre d'endroits, les allemands dépecent les maisons abandonnées et recourent massivement à la corvée. Poutres, lambris, planches, dalles, tout y passe. Partout, la fortification se fait, avec les moyens du bord. Bunkers boisés et enterrés, tranchées couvertes elles-mêmes boisées avec des piquets de clôture, tôles métro là où c'est possible, barbelés, mines. Et même mines marines (3) suspendues ça et là dans les haies touffues.

La perte probable de toute la partie sud de la France sur une ligne Dax - Genève, qui parvient au commandement dans la soirée, accélère les préparatifs.

A Nantes, les allemands constatent une attrition accélérée ces derniers jours des effectifs des divers organes du NEF, déjà bien diminués depuis début 1944. Les allemands n'en ont cure - c'est même le dernier de leurs (nombreux) soucis, tandis que les résistants s'activent : outre divers fonctionnaires dans leur poche, ils disposent aussi d'appui dans les milieux ouvriers, cheminots... Et dans les nombreux massifs forestiers du département.


Notes

(1) http://www.archivesethistoire-st-lyphard.org/1939-1945/Litoux.html
(2) Véridique OTL. C'est ainsi qu'on sait qu'à Campbon, ce n'est pas le clocher - inachevé et donc relativement bas - mais un château d'eau qui a servi de point d'observation allemand.
(3) Véridique aussi. Plus à l'est, les fermiers qui évacuent plusieurs hameaux de Blain à travers les lignes en novembre 1944 expliquent avoir envoyé les vaches devant eux au cas où ça saute et n'avoir guère rencontré que des barbelés et des mines marines accrochées dans les arbres. Retirées en août 1945 par les prisonniers de guerre allemands, elles sont pour l'essentiel inopérantes à cause de la forte humidité du secteur.


Dernière édition par lbouveron44 le Ven Nov 01, 2019 17:08; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3341
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Jeu Oct 31, 2019 21:10    Sujet du message: Répondre en citant

je reprécise la situation de cette festung au 1/06/44

des éléments de la 275 ID se s'y sont réfugiés, qui comprennent :

-le 983 grenadier regiment avec des bn affaiblis
- un KG comprenant :
de l'artillerie (ce qui a pu etre sauvé de l'artillerie regiment 275 : je ne vais pas plus loin dans l'état des pertes pour laisser à un 'éventuel auteur le soin de broder)
un mix du bataillon de fusilliers et de pionniers
le panzerjager abteilung avec de lourdes pertes et peu de ravitailement (ici aussi sans plus de précisions)
l'état major et divers services

le tout représentant à la louche l'équivalent de deux régiments à effectifs pleins

coté alliés
- le 1er régiment de la nouvelle 1ere division d'infanterie : composé en urgence de conscrits et de FFI du massif central, encore en cours (au début en fait) d'instruction
cette division n'a pas encore de régiments d'artillerie (qui ne seront jamais à dotation complete) et ne disposera que d'un bataillon d'éclairage sur matériel ancien ou de prise
-encadré (heureusement) par les cavaliers démontés des 3 et 4 BMLE ayant fusionné suite aux pertes de cobra et étant devenu de fait une DBLE (et ayant perdu en plus de nombreux spécialistes reversés au DB françaises en ligne)
comme le tout est quand même léger pour affronter ce morceau de division ennemie aguerrie, les américains ont prété le 70th tank bataillon

brest tombe le 1/2 juin et la festung de lorient va etre prise dans la 1ere quinzaine de juin par la 45 DI US renforcée de bn blindés et d'un art group
comme les ricains vont vouloir récupérer ce groupe (18 art group, 36,45, 88 DI + des Tk et TD Bn) qui constitue quand même l'équivalent d'un CA, il n'y aura pas de renforts de ce coté là pour les poches. il reste juste pour fin juin le 110 RI encore en cours de constitution dans la région de Clermont ferrand. la logique voudra qu'il soit dirigé vers les poches de royan ou la rochelle. pour faire des choses, il faudra attendre l'arrivée des renforts venant des front grecs et italiens (septembre)
bref, il faudra laisser pourrir la situation jusque là
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 165

MessagePosté le: Jeu Oct 31, 2019 22:01    Sujet du message: Répondre en citant

Merci beaucoup pour ces précisions !

Quand les troupes alliées sont censées déboucher sur Nantes et redon ?

En outre il y aura jusqu'à 6 bataillons d'empochés levés en juin-juillet par la Résistance et corsetés par de bons éléments.

Ça ne suffira pas pour aller jusque Saint-Nazaire, non.

Du 1 au 16 mai je me concentre sur les préparatifs allemands.

PS il va falloir que j'adapte la trame.


Dernière édition par lbouveron44 le Ven Nov 01, 2019 02:16; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1197

MessagePosté le: Jeu Oct 31, 2019 23:26    Sujet du message: Répondre en citant

Il se trouve que j'ai très bien connu Redon et ses abords.

Il est évident que le centre ville peut paraître comme étant une forteresse évidente, et elle l'a été au moyen âge.
Cependant, les gens du coin savent que si toutes les routes importantes passent par la ville, la Vilaine est une rivière qui peut être rapidement franchis avec un soutient adéquat du génie. Les berges sont stables et de niveau sur presque tout le cours et le courant généralement modéré. pour franchir cette rivière, une compagnie du génie pose une ou plusieurs passerelles en 1 à 2 heures, un pont bailey léger (limité aux camions) en 6 heures et 6 heures de plus pour un pont lourd (par renforcement du pont type léger sans interrompre le trafic)

Donc si une offensive est prévu dans le coin et qu'il y a moyen d'y amener les éléments d'un pont, le commandant local débordera la ville par le nord avant de l'isoler puis de la réduire.

Il n'est pas sur que le commandement allemand local sache anticiper un franchissement aussi rapide d'une coupure humide aussi importante.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 165

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 00:36    Sujet du message: Répondre en citant

OTL les allemands n'ont pas essayé de défendre Redon mais ça me donne une idée 😊
Merci beaucoup 😊
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3341
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 08:10    Sujet du message: Répondre en citant

lbouveron44 a écrit:
Merci beaucoup pour ces précisions !

Quand les troupes alliées sont censées déboucher sur Nantes et redon ?

En outre il y aura jusqu'à 6 bataillons d'empochés levés en juin-juillet par la Résistance et corsetés par de bons éléments.

Ça ne suffira pas pour aller jusque Saint-Nazaire, non.

Du 1 au 16 mai je me concentre sur les préparatifs allemands.

PS il va falloir que j'adapte la trame.


le texte initial, qui sera sans doute modifié donne une arrivée des alliés à nantes le 19-20 mai (les ponts ont sauté)

le américains de la big red one (1st infantry) et de la hell on wheels (2nd armored) ont cependant d'autres priorités dans ce secteur que de tenter de réduire (à quel cout?) une festung avec des divisions bien érodées par un mois de combats de haute intensité.
ces priorité à ce moment là sont :
-terminer de verrouiller la bretagne et prendre brest
-faire la jonction avec Overlord et pivoter vers l'est

si l'equivalent d'un CA reste pour brest et lorient voisins, st naziare est confié aux français qui auront juste un role de sécurisation en attendant mieux
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 3308

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 08:55    Sujet du message: Répondre en citant

les filles de redon ne sont point vilaines quand elle tapent du pied et sautent en rond comme des grenouilles dans un ruisseau...

On dirait une phrase code de radio londres pour lancer une operation.

il faut vraiment qu'on case des refs a Tri-yan ici ou la... Arrow
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Charles Huntziger, 7 mai 1940.
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 623

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 09:02    Sujet du message: Répondre en citant

Hé, Archibald, je te propose celle-ci (c'est pas Tri-Yan) :
"Grand-mère lavait nos chemises...) : trois fois : signal d'alerte aux groupes locaux, = "tenez vous prêts"

"... au lavoir près de la remise..." : trois fois : c'est partiiiii !!!
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10307
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 15:36    Sujet du message: Répondre en citant

@ lbouveron
"des mines marines accrochées dans les arbres. Retirées en août 1945 par les prisonniers de guerre allemands, elles sont pour l'essentiel inopérantes à cause de la forte humidité du secteur."

Des mines marines inopérantes à cause de l'humidité ??? !!!
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1147
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 15:44    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Des mines marines inopérantes à cause de l'humidité ??? !!!

Dame, c'est que ça craint l'eau ces choses-là.
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 165

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 16:58    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
@ lbouveron
"des mines marines accrochées dans les arbres. Retirées en août 1945 par les prisonniers de guerre allemands, elles sont pour l'essentiel inopérantes à cause de la forte humidité du secteur."

Des mines marines inopérantes à cause de l'humidité ??? !!!


J'ai pris le témoignage tel quel (d'un fermier qui a vécu toute sa vie sur le front de poche OTL, sauf de 11/44 à fin 5/45 quand il a évacué à travers les lignes avec ses parents et voisins). Je maintiens en l'état pour l'instant.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2386
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 18:46    Sujet du message: Répondre en citant

Question au passage - ca intéresserait des gens, une chronique du Mont-Saint-Michel sous l'occupation ? J'ai la matière ...
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 3308

MessagePosté le: Ven Nov 01, 2019 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

pas tres sur de la frequentation touristique du lieu a cette epoque troublee...
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Charles Huntziger, 7 mai 1940.
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com