Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Coloriage vallée du Rhône et libération
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7368

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 17:26    Sujet du message: Coloriage vallée du Rhône et libération Répondre en citant

25 Avril
Alpes et vallée du Rhône

Sur la route N.75 avancent plusieurs centaines de F.F.I. formant le bataillon Bosq (Noël). Ils viennent de recevoir l'ordre du commandant de Lassus de se diriger vers Grenoble pour participer à sa libération. Pour l'heure, ils se trouvent près de Grimone. Ils font partie d'un vaste mouvement coordonné dans toute la Drôme pour remplir cet objectif. Outre le bataillon Bosq, y participent les compagnies Girard, Movan et Paris qui toutes font route en direction de la vallée du Rhône.
Mais les Résistants n'ont pas seulement pour ordre d'avancer... ils ont aussi pour mission de gêner les propres mouvements des Allemands.
Une colonne en retraite déjà bien trop souvent harcelée par les chasseurs et les bombardiers des alliés s'étire interminablement le long de la R.N.7.Les hommes sont démoralisés, épuisés. La plupart avance à pied, mais ici ou là des camions chargés de blessés, des motos avec side-car, et quelques semi-chenillés remontent lentement le serpent humain.
Ils l'ignorent encore, mais des hommes suivent leur progression avec des jumelles. Sur le plateau de Fiancey, près de l'Etoile, un dispositif s'échelonne sur près de 1 500 mètres. Les hommes n'ont pas d'uniformes et un armement hétéroclite : des fusils français, italiens, allemands, des mitraillettes Sten parachutés par les Anglais, mais tout de même six mitrailleuses, dix F.M. et même un bazooka.
En un instant, l'enfer se déclenche, les Résistants ouvrent un feu nourri. Quelques balles frappent, mais les Allemands ont déjà réagi, courant en direction du bas côté de la route pour se jeter dans le fossé.
Un SdKfz 8 tractant une pièce d'artillerie reçoiy une giclée de balles et s'immobilise pendant que les servants s'égayent. Les Résistants crient de joie devant se succès, hélas, les Allemands commencent à répliquer et le chef du groupe ordonne le repli en tiroir, chaque élément de sa compagnie reculant vers une position reconnue, pour s'immobiliser et reprendre le feu vers les Allemands tandis qu'un autre décroche.
Fortement intimidé spar l'ampleur de l'embuscade et la puissance de feu, les Allemands ne poursuivirent pas.
Les soldats Erich Hering, Hermann Huser, Benhard Lawrenz, Winrez Oberotner et Ludwig Spengel sontmis hors de combat.

Mais les Allemands ne se laissent pas toujours surprendre. À Pont-de-Claix (Isère), les soldats verts de gris attaquent un bouchon organisé par des résistants. Ces derniers, bien retranchés et armés contrèrent le premier assaut par un feu nourri, laissant douze morts sur le terrain. Les patriotes français en ayant quatre : Gaston Blay, Joseph Brun, André Rodillon et Barrat.

Au nord-ouest de Vaujany, une colonne allemande en retraite tombe dans une première embuscade au col de Sabot. Cette fois, cependant le contre-feu est plus efficace que l'attaque et les résistants se replièrent en emmenant le corps d'un des leurs.
Toutefois, les Allemands reprennent leur avance pour tomber dans un nouveau guet-apens au lieu-dit Grand-Maison... où les résistants perdent deux hommes de plus.

26 Avril
Alpes et vallée du Rhône

Une Kubelwagen avance sur la R.N. 7, près de Malataverne, au lieu-dit "Les Roches", escortée par un camion remplis de soldats allemands et précédée par un semi-chenillé portant un Flakvierling de 20 mm.
Presque invisible, un fil court sur le sol.
Au passage de la voiture couverte de peintures de camouflage, une main fait tourner une dynamo transmettant une impulsion électrique et... boum ! La Kubelwagen sort de route avant de se retourner en vomissant une fumée noire. Le chauffeur s'extirpe péniblement, le front en sang, tandis que le camion fait halte pour dégorger une vingtaine de soldats qui prennent position autour du site.
Les deux résistants se sont déjà enfuis et les Allemands battent les buissons en vain.
Quant au major Horst Weicke, il a vécu. Éjecté du véhicule et criblé d'éclats il est rapidement enterré au bord de la route.

Quelques heures plus tard, c'est une colonne allemande en retraite qui s'aventure dans ce même secteur. Une fois encore, les Résistants qui tiennent le secteur leur offrent une chaude réception. Devant le volume de feu qui se révèle soudain, les soldats sautent à terre pour se mettre à l'abri, sortant des mitrailleuses et des mortiers pour riposter. Mais dans ce paysage où alternent champs et bois, viser est ardu. Bloqués par les tirs, les combattants se retrouvent bientôt pris à partie par l'artillerie alliée. Les Allemands laissent sept hommes sur place, les Résistants un seul.

Toutefois, si ces attaques furent meurtrières, tout au long de la journée se poursuivent d'autres qui le furent moins. En fait, entre les Allemands bien équipés et les Résistants peu formés à utiliser des armes dépareillées et souvent ancienne, les combats tournent souvent à l'avantage des premiers. En fait, le rôle le plus efficace des Résistants est de guider les libérateurs et de leurs désigner des cibles.

Néanmoins, il y eut des cas où les Résistants réussirent à éviter l'intervention de troupes Alliées lourdement équipées, et les destructions qu'elles auraient pu causées.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.


Dernière édition par Anaxagore le Mer Nov 06, 2019 11:35; édité 4 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3032
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

Le tout début du texte est au présent. Le reste au passé, ce qui dénote par rapport à la tradition FTL.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2423
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 18:53    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Un SdKfz 8 tractant une pièce d'artillerie reçu une giclée de balles et s'immobilisa pendant que les servants s'égayent.


Alors, ils ont visé le chauffeur - je doute qu'il y a des MG lourdes dans le maquis.

C'est comme ca que je vois les choses : des actions courageuses, qui font perdre du temps et épuisent sans être décisives. La différence de feu est bien trop importante ... par contre, s'ils ont une radio, vive l'aviation alliée !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 3341

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 19:38    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Sur la route N.75 avance plusieurs centaines de F.F.I.


avancent

et musique obligatoire

https://m.youtube.com/watch?v=pTKNQC_xd_8

on a vraiment des super resistants dans ce texte !! comment ca quoi y a pas de troncs ?
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Charles Huntziger, 7 mai 1940.
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.


Dernière édition par Archibald le Lun Nov 04, 2019 19:47; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7368

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 19:46    Sujet du message: Répondre en citant

Pour info, il s'agit de la FTLisation de véritables faits d'armes survenus dans la région, dans une situation identique. Tous les personnages sont OTL.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bob Zoran



Inscrit le: 19 Nov 2017
Messages: 88

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 21:19    Sujet du message: Répondre en citant

Dans le 1er paragraphe, c'est "Pont-de-Claix" et non "Pont-de-Chaix" en Isère non? Dans le sud de Grenoble
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4873
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Lun Nov 04, 2019 22:10    Sujet du message: Répondre en citant

J'allais écrire la même chose. Et Malataverne, c'est lequel ?

Sinon, de Lassus est sans doute celui-ci ?
Son destin FTL est sans doute le même qu'OTL, si ce n'est qu'il ne rejoint pas l'armée de Vichy mais directement la Résistance. Il opère sous le pseudonyme de colonel Legrand.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7368

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 14:50    Sujet du message: Répondre en citant

27 Avril
Alpes et vallée du Rhône

Crémieu, ravissante cité médiévale de l'Isère avait servie de résidence aux dauphins du Viennois avant que le dernier d'entre eux (Hubert II) cède son trône au roi de France. La ville, endormie dans son histoire vieille de plus de mille ans, avait souvent connu la guerre.
Depuis plusieurs jours, les troupes allemandes en retraite remontaient vers le nord, longeant la ville à proximité des ruines de ses anciens remparts. Les bruits de canons se rapprochaient et - fréquemment- des chasseurs survolaient Crémieu pour bombarder les Allemands en route pour Lyon.
Pour le Feldgendarme en imperméable kaki, botté de cuir, casqué d'acier et portant le Ringkragen (hausse-col) qui garde une barrière rue du Four Banal, la journée se déroule jusque là de manière parfaitement ennuyeuse. Le flux des troupes en retraite commence à se tarir. Mitraillette en bandoulière, il guette d'éventuels véhicules. Son rôle est tout à la fois de guider les unités qui traversent encore Crémieu et de fouiller les véhicules civils qui surviennent parfois. Il faut retrouver les "terroristes" qui sévissent dans la région !
Pourtant, au fond de lui, le policier militaire a peur. Il sursaute parfois lorsqu'il entend le canon qui se rapproche. Il attend... il attend l'ordre d'évacuation. La Feldgendarmerie est toujours la dernière unité de la Wehrmacht à quitter une ville. Après eux ne reste que la S.S. chargée de semer la mort dans la retraite de l'armée du "glorieux Reich de mille ans"... en déroute après seulement dix ans d'existence.
Entendant le bruit de moteurs, venu du sud, le Feldgendarme se tourne dans cette direction. Deux tractions-avants Citroën noires se dirigent vers le barrage à vive allure. Découvrant les lettres F.F.I. peintes en bleu blanc rouge sur le capot du premier véhicule, il crie : " Alarm !" Mais déjà des coups de feu claquent. Le policier militaire frappé par une rafale danse sous les impacts avant de rouler au sol. La première Citroën enfonce le barrage dans le crissement des pneus et de la direction malmenée. Virant avec brutalité, elle se rue en avant vers un bâtiment pavoisé du haïssable drapeau rouge et blanc frappé d'une croix gammée noire.
Les deux sentinelles voient arriver le premier véhicule, piloté par le diable en personne. À chaque portière apparaît un homme armé d'un P.M. Sten, les rafales les clouent sur place. Le véhicule poursuit sa route. À la place du coffre un dernier homme arrose le bâtiment où règne la panique la plus totale.
La seconde traction-avant s'est immobilisée dans le rugissement des freins, les portières claquent jetant un second commando dans la course :
- Milou !
Le dénommé "Milou" (Antoine Cogitore pour l'état-civil) n'a que dix-sept ans (et deux mois), pourtant ses compagnons croient qu'il en a dix-huit. Grand et bien bâti pour son âge, il a pu s'engager dans les Francs-Tireurs et Partisans de la Drôme après avoir fui son lycée agricole... poursuivis par des S.S. qui le recherchaient pour avoir distribué un journal clandestin.
Le jeune homme amorce deux grenades anti-char Gammon. Comme sa Sten, elles viennent de parachutages anglais.
Elles sont ensuite lancées dans une pièce du rez-de-chaussée.
Les Résistants s'éparpillent... une explosion violente répond à leur attente. Alors que la fumée stagne encore, les hommes se ruent en avant armes au poing. Les Feldgendarmes, blessés, sonnés, épouvantés, ne résistent plus.
D'autres groupes de F.T.P. surgissent dans Crémieu. Bien renseignés, ils attaquent les autres positions ennemies et les réduisent rapidement.

Le ciel de l'Isère est envahi de nuages de fumée. Des explosions secouent le sol. Des oiseaux tournent dérangé par le fracas. Il ne s'agit pas de combats mais de sabotages, l'armée allemande en retraite vers Lyon fait sauter ses dépôts de carburants et de munitions.
Mais des avions tournent harcelant les longs serpents d'hommes et de machines qui évacuent un pays ouvertement hostile. Sur les flancs apparaissent de petits groupes légèrement armés, ils tirent, décrochent et remontent plus loin une autre embuscade. La Heer traverse l'enfer, même lorsque l'artillerie alliée ne se joint pas au jeu de massacre.

À Bourgoin Jallieu, toujours dans l'Isère, des hommes de 2e escadre de la Kriegmarine engagé comme simples fantassins depuis la destruction de leurs navires se trouvent pris dans une embuscade, rue d'Italie.
On les tire depuis les fenêtres et dans les ruelles adjacentes. Dix-huit marins allemands tombent dans le guet-apens. Les Résistants Louis Bourlet, Sébastiens Boyriven, Alphonse Bron, Théophile Jominet,, Marius Lachal, le lieutenant Paul Lositski (un survivant du Vercors), Paul Maître, Lucien Muret, Pierre Perret, Marius Ruffin, Constant Rinaudo et Claude Rochas trouvent la mort.
Au Péage de Rousillon, une deuxième embuscade simultanée coûte la vie à deux soldats allemands. Le lieutenant F.T.P Marcel Guigual qui courait vers l'engagement se trouve soudain au détour d'une rue en présence de deux soldats allemands tout aussi surpris que lui... qui lèvent immédiatement les mains au-dessus de la tête ! Néanmoins, alors qu'il s'occupe à les désarmer, l'un d'eux prend la fuite pour essayer de rejoindre ses camarades et les prévenir. Guigual saute sur le porte-bagage d'une bicyclette pilotée par un jeune forestier, Jean Capelli. La poursuite s'engage sur un petit chemin, lorsqu'ils sont dépassés par une Kubelwagen allemande dont les occupants déchargent sur eux leur mitraillette, les abattants sur le coup.
À Pont-au-champ les Allemands fusillent un inconnu pour "terrorisme", son corps jeté dans la rivière ne sera repêché que le lendemain et jamais identifié. Le même jour, à Voreppe, est exécuté René Blin.

Note : vous l'aurez compris "Milou" est mon grand-père.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.


Dernière édition par Anaxagore le Mer Nov 06, 2019 13:17; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7368

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 14:58    Sujet du message: Répondre en citant

loic a écrit:
J'allais écrire la même chose. Et Malataverne, c'est lequel ?

Sinon, de Lassus est sans doute celui-ci ?
Son destin FTL est sans doute le même qu'OTL, si ce n'est qu'il ne rejoint pas l'armée de Vichy mais directement la Résistance. Il opère sous le pseudonyme de colonel Legrand.


Malataverne, je suppose que ce n'est pas celle au sud de Montélimar, cela ne cadre pas avec le récit, mais pour le reste je ne sais pas.

Pour Lassus, je suppose que c'est bien celui-là.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 563
Localisation: France

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 17:44    Sujet du message: Répondre en citant

25 Avril
. a écrit:
Ils font partie d'un vaste mouvement


. a écrit:
les compagnies Girard, Movan et Paris qui toutes font route


. a écrit:
Mais les résistants n'ont pas seulement pour ordre d'avancer... ils ont aussi pour mission de gêner les propres mouvements des allemands.

ils ont aussi pour mission de gêner les mouvements des allemands

. a écrit:
Une colonne en retraite déjà bien trop souvent harcelée par les chasseurs et les bombardiers des alliés s'étire le long de la R.N.7. Les soldats en vert de gris s'étirent interminablement.

Une colonne en retraite déjà bien trop souvent harcelée par les chasseurs et les bombardiers des alliés s'étire interminablement le long de la R.N.7.

. a écrit:
mais les allemands ont déjà réagi



. a écrit:
Un SdKfz 8 tractant une pièce d'artillerie reçoit une giclée de balles et s'immobilise pendant que les servants s'égayent.


. a écrit:
chaque élément de sa compagnie reculant vers une position reconnue, pour s'immobiliser et reprendre le feu vers les allemands tandis qu'un autre décroche.

chaque élément de sa compagnie reculant vers une position reconnue, pour s'y poster et faire feu sur les allemands tandis qu'un autre décroche.


. a écrit:
Fortement intimidés par l'ampleur de l'embuscade et la puissance de feu, les allemands ne poursuivent pas.


. a écrit:
les soldats verts de gris attaquent un bouchon organisé par des résistants. Ces derniers, bien retranchés et armés contrent le premier assaut par un feu nourri, tuant douze allemands. Les patriotes français ayant quatre tués : Gaston Blay, Joseph Brun,, André Rodillon et Barrat.


. a écrit:
une colonne allemande en retraite tombe dans une première embuscade au col de Sabot. Cette fois, cependant la contre attaque est efficace, et les résistants se replient en emmenant le corps d'un des leurs. Toutefois, les allemands reprennent leur avance pour tomber dans un nouveau guet-apens au lieu-dit Grand-Maison... Où les résistants perdent deux hommes de plus.


. a écrit:
escortée par un camion rempli de soldats allemands et précédée


. a écrit:
Presque invisible, un fil court sur le sol.


. a écrit:
Quant au major Horst Weicke, il a vécu


. a écrit:
Quelques heures plus tard, c'est une colonne allemande en retraite qui s'aventure dans ce même secteur. Une fois encore, les résistants qui tiennent le secteur leur offrent une chaude réception. Devant le volume de feu qui se révèle soudain, les soldats sautent à terre pour se mettre à l'abri, sortant des mitrailleuses et des mortiers pour riposter. Mais dans ce paysage où alternent champs et bois, viser est ardu. Bloqués par les tirs, les combattants se retrouvent bientôt pris à partie par l'artillerie alliée. Les allemands laissent sept hommes sur place, les résistants un seul.


27 Avril

. a écrit:
Crémieu, ravissante cité médiévale de l'Isère avait servi de résidence


. a écrit:
avant que le dernier d'entre eux (Hubert II) ne cède son trône


. a écrit:
les troupes allemandes en retraite


. a écrit:
Après eux ne reste que la S.S. chargée de semer


. a écrit:
... En déroute après seulement dix ans d'existence.


. a écrit:
Entendant le bruit de moteurs, venu du sud, le Feldgendarme se tourne vers le sud.

Entendant des bruits de moteurs venus du sud, le Feldgendarme se tourne dans leur direction

. a écrit:
Mais déjà des coups de feu claquent.


. a écrit:
Grand et bien bâti


. a écrit:
après avoir fui son lycée agricole



. a écrit:
Le jeune homme dégoupille deux grenades anti-char Gammon. Comme sa Sten, elles viennent de parachutages anglais.
Dégoupillées, elles sont lancées dans une pièce du rez-de-chaussée.


La grenade Gammon (n°82) ne se dégoupille pas.
"Pour utiliser la grenade, il faut ôter le capuchon de protection puis la lancer vers la zone cible. Avec le frottement de l’air, le dispositif de mise de feu s’arme automatiquement. Le percuteur est déclenché à l’impact grâce à un système dénommé "Allways-fuze" (identique à celui de la grenade numéro 69) signifiant que le détonateur déclenche l’explosion quel que soit le point d’impact de la grenade. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grenade_gammon
http://www.lexpev.nl/grenades/europe/unitedkingdom/no82.html

. a écrit:
les hommes se ruent en avant l'arme au poing


. a écrit:
Des oiseaux tournent dérangés



. a écrit:
Les résistants Louis Bourlet, Sébastiens Boyriven, Alphonse Bron, Théophile Jominet,, Marius Lachal, le lieutenant Paul Lositski (un survivant du Vercors), Paul Maître, Lucien Muret, Pierre Perret, Marius Ruffin, Constant Rinaudo et Claude Rochas.
Il en manque un bout.
_________________
Cinq fruits et légumes par jour, ils me font marrer! Moi, à la troisième pastèque, je cale..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3032
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 18:23    Sujet du message: Répondre en citant

Toujours ce problème de concordance des temps. Ici le début du teste est au passé, le reste au présent.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7368

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 18:36    Sujet du message: Répondre en citant

Le début est au passé parce qu'il raconte ce qui s'est passé à Crémieu avant le 27 avril.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 3032
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 18:46    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Le début est au passé parce qu'il raconte ce qui s'est passé à Crémieu avant le 27 avril.

Ça c'est ce que tu réponds toujours. Mais ce n'est pas toujours le cas. Par exemple :

Citation:
Découvrant les lettres F.F.I. peintes en bleu blanc rouge sur le capot du premier véhicule, il crie [présent]: " Alarm !" Mais déjà des coups de feu claquaient [passé].



Et donc c'est de ton aïeul dont tu nous comptes les aventures ?
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !


Dernière édition par Imberator le Mar Nov 05, 2019 19:10; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7368

MessagePosté le: Mar Nov 05, 2019 19:09    Sujet du message: Répondre en citant

Mon grand-père, basé sur ses souvenirs, il a effectivement participé à la libération de Crémieu.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pendjari



Inscrit le: 06 Juin 2018
Messages: 279
Localisation: Nantes

MessagePosté le: Mer Nov 06, 2019 10:40    Sujet du message: Répondre en citant

Il a ensuite inspiré Hergé pour le personnage de Milou, le fidèle compagnon de Tintin Very Happy

En tout cas, le Pépé d'Anaxagore, faut pas le chercher... à 16 balais il te balance des grenades à la tronche... chatouilleux le Milou Razz
_________________
"J'ai glissé Chef !"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com