Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Avril 1944 - Balkans et Hongrie
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 12, 13, 14, 15  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2391
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 11:42    Sujet du message: Répondre en citant

@ Loic : OK, je comprend mieux ton raisonnement - il ne remet pas en cause la Chrono. La question est : quand la déclaration de guerre HONG-USA ? Peut-être pas en décembre 41 effectivement. Quoi que, au risque de me répéter, on a quand même une nation qui occupe un membre des NU. Si ca ne vient pas de Budapest, ca risque de venir de Washington, comme pour les bulgares (OTL le 12/12/41). L'argument selon laquelle la situation de l'Axe est """moins bonne""" à la fin 41 qu'OTL ne tient guère. A cette époque FTL, les panzers sont pas devant Moscou par contre ils sont victorieux de partout ...
Mais admettons que ca passe "à l'as" donc, il est impossible que ca tienne avec Barbarossa. Après le 16 mai 42, WDC va forcément le faire ... Je rappelle qu'USA et URSS ont alors des intérets communs et des collaborations militaires !
Et en parlant de coopération militaire ... je n'ai jamais écrit qu'il y avait Frantic en février 44. Tedder dit juste "que ca s'est fait" (sans plus de détails ...) et envisage la chose. Qui ne se fait pas.

@ Capitaine & Hendryk : la Hongrie, c'est le gamin maltraité qui s'est allié avec le gros de la classe pour récupérer des bonbons - au point de devenir à son tour sa victime. Il se fait choper par la maitresse et dit 'Mais je peut garder les bonbons ?'
Les bonbons étaient effectivement à lui y a 25 ans. C'est ca qui est triste ... une politique étrangère plus cohérente, en partenariat avec l'Italie et la Pologne aurait pu donner d'excellents résultats en 37. Pour l'Anschluss, Hitler avait peur d'une intervention italienne ne l'oublions pas.
Je ne porte pas de jugements sur les revendications hongroises - par contre, je maintiens que le traité du Trianon c'est ... J'ai un peu d'empathie pour la Hongrie de l'entre-deux-guerres (à ne pas confondre avec la compassion) mais cela ne m'empêche pas de constater que l'Histoire à jugé pour moi !
Capitaine, les hongrois sont coincés, comme un lapin qui sent le collet se serrer. Et dans ces circonstances, on fait souvent des choses stupides.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2391
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 12:05    Sujet du message: Répondre en citant

Ah oui les couvertures de Time ... Ce pauvre Draza a pas de chance, la sienne est assez moche. Je préfère celle avec Donitz à tout prendre ... le coup du périscope - monstre du Loch ness est génial !




_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 492
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 12:44    Sujet du message: Répondre en citant

Le seuls qui se sont allié (en quelque sorte)au nazi et qui s'en sont bien sortis, c'est la Finlande OTL, un pays démocratique...
_________________
Ne soyez pas trop sévère avec vos enfants, car c'est un peu de votre faute s'ils son c**

Citation facebook
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2391
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

Ah mais la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie - même la Youg théoriquement ... - sont des monarchies constitutionnelles !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
borghese



Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 82

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 17:30    Sujet du message: Avril 44 - Balkan et Hongrie Répondre en citant

48h d'ultimatum, avec des unités imbriquées dans le dispositif de défens7e de la wehrmacht, des officiers de l'armée Hongroise peu fiables...

C'est possible de faire autrement que de plier devant l'ultimatum?
Genre, prendre contact avec un Montgomery qui bouffe son béret devant l'impossibilité d'avancer à cause d'un temps pourri?
Ça paraît très TRÈS court, non?

Autre question que je me pose: un communisme teinté de patriotisme façon Tito est-il soluble dans la monarchie constitutionnelle fédérale d'un Pierre II? Ou l'inverse?
L'alliance de la carpe et du lapin, mais bon, dans les "balkans compliqués", tout semble possible.

Merci en tout cas de ce récit captivant!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2391
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 17:54    Sujet du message: Répondre en citant

Attendez ce soir !

N'anticipez ni sur les réactions (logiques d'Horthy, ni sur les évolutions politiques de la Yougoslavie - tout est affaire de passé, et de vécu des personnages. La suite va vous surprendre comme on dit sur le ternet. Ou pas d'ailleurs ...

Comme dirait l'autre : 'Tout est là !' Regardez le raton-laveur - il sait, c'est dans sa tête ... Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10311
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 18:54    Sujet du message: Répondre en citant

Heu… pour cause de migration ferroviaire, attendez demain !
Désolé.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2391
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 19:00    Sujet du message: Répondre en citant

Evidemment - mes excuses .
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4853
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 21:01    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
@ Loic : OK, je comprend mieux ton raisonnement - il ne remet pas en cause la Chrono. La question est : quand la déclaration de guerre HONG-USA ? Peut-être pas en décembre 41 effectivement. Quoi que, au risque de me répéter, on a quand même une nation qui occupe un membre des NU. Si ca ne vient pas de Budapest, ca risque de venir de Washington, comme pour les bulgares (OTL le 12/12/41). L'argument selon laquelle la situation de l'Axe est """moins bonne""" à la fin 41 qu'OTL ne tient guère. A cette époque FTL, les panzers sont pas devant Moscou par contre ils sont victorieux de partout ...
Mais admettons que ca passe "à l'as" donc, il est impossible que ca tienne avec Barbarossa. Après le 16 mai 42, WDC va forcément le faire ... Je rappelle qu'USA et URSS ont alors des intérets communs et des collaborations militaires !

OTL, les déclarations de guerre des USA envers Hongrie, Bulgarie et Roumanie sont datées du 5 juin 1942, cf. https://en.wikipedia.org/wiki/Declaration_of_war_by_the_United_States (elles ne figurent pas sur la page précédemment citée), en réponse à celles réciproques de décembre 1941. Pour être précis (https://fas.org/sgp/crs/natsec/RL31133.pdf), la déclaration américaine repose sur le fait que les 3 pays sont sous domination allemande, sont engagées dans des actions militaires actives (lesquelles ?) contre les USA et se sont déclarées en guerre contre les USA. L'état de guerre a été imposé aux USA.
Concernant la situation de l'Axe à fin 1941 FTL, il n'y a pas de quoi pavoiser, car l'Italie a perdu son empire colonial, l'Egée est disputée et l'AfN et la GB ont résisté. L'URSS se renforce et ça, les satellites allemands le savent fort bien. Il ne faut pas oublier que Barbarossa est ajournée plus ou moins au dernier moment devant la situation en Grèce. Rien que ça va semer le doute !
FTL, je ne vois pas du tout les satellites allemands déclarer la guerre aux USA en décembre 1941, seul Mussolini suivra, avec son habituelle attitude bravache. On peut imaginer que l'Allemagne les y contraindra après le début de Barbarossa FTL, mais ça reste à voir. D'autant plus qu'entre temps les Alliés ont repris pied début 42 sur le continent (en Grèce en plus, pas cool) et vont débarquer en Sicile en septembre.

demolitiondan a écrit:
Et en parlant de coopération militaire ... je n'ai jamais écrit qu'il y avait Frantic en février 44. Tedder dit juste "que ca s'est fait" (sans plus de détails ...) et envisage la chose. Qui ne se fait pas.

Pour Frantic, j'ouvre un sujet. Il faut peut-être gommer la mention du 8 février 1944 (Med).
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2391
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 21:20    Sujet du message: Répondre en citant

Euh Loic, en décembre 41, l'Axe tient toute l'Europe de l'Ouest, les Balkans et vient une fois (encore) de chasser les alliés de Grèce. La France a perdu la Corse, l'Italie a récupéré la Sardaigne. Que des défaites et des évacuations ... pardon , mais ce n'est pas la joie. Je dirai même - c'est mieux qu'OTL du point de vue extérieur : pas de guerre avec l'URSS, la situation pourrait tout aussi bien ne pas bouger et pousser les alliés à la négociation. Je crains donc d'être en désaccord sur ce point précis, qui n'influe toutefois que fort peu ... soit Washington fait une déclaration en bloc, soit l'Axe force la main en mai 42.

Citation:
L’Air-Marshal envisage même avec témérité une opération Frantic inversée : les Rouges descendraient en Grèce pour se ravitailler, au lieu que les Américains aillent faire la pause en Ukraine


On ne dit ni le quand, ni le pourquoi ni le commun. Franchement ca ne change rien à la chrono - à la limite on peut dire le 'projet' Frantic si tu veut et si ca se fait pas. Mais vu que les russes n'ont pas aidé en février 44, ca devrait de toute facon mal se passer pour la suite. D'ailleurs je te répond sur le sujet.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lbouveron44



Inscrit le: 19 Avr 2019
Messages: 166

MessagePosté le: Ven Oct 25, 2019 22:40    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Heu… pour cause de migration ferroviaire, attendez demain !
Désolé.


Hé zut. Moi qui pensais vous lire pendant ma migration ferroviaire... Chez les ritals Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4853
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Oct 26, 2019 09:39    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Euh Loic, en décembre 41, l'Axe tient toute l'Europe de l'Ouest, les Balkans et vient une fois (encore) de chasser les alliés de Grèce. La France a perdu la Corse, l'Italie a récupéré la Sardaigne. Que des défaites et des évacuations ... pardon , mais ce n'est pas la joie. Je dirai même - c'est mieux qu'OTL du point de vue extérieur : pas de guerre avec l'URSS, la situation pourrait tout aussi bien ne pas bouger et pousser les alliés à la négociation. Je crains donc d'être en désaccord sur ce point précis, qui n'influe toutefois que fort peu ... soit Washington fait une déclaration en bloc, soit l'Axe force la main en mai 42.

Oui, fin 1941, du point de vue occidental, l'URSS peut encore apparaître comme un neutre penchant vers l'Allemagne, mais ça c'est pour la façade. Staline sait qu'il a échappé de peu à une attaque en mai/juin 1941, grâce aux Occidentaux. Des pourparlers USA-URSS se tiennent dès janvier 1942 (voir la chrono). En tout cas, la guerre avec l'URSS n'étant pas encore déclarée et les USA pas encore impliqués en Europe, je ne vois pas pourquoi les satellites allemands (hors Italie) iraient déclarer la guerre.
Je suis assez d'accord avec l'idée que l'Allemagne leur force la main en mai 42 et les USA répliquent quelques mois plus tard au moment où ils arrivent sur le théâtre européen.
Le calendrier politique serait à revoir en fonction.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10311
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 26, 2019 09:53    Sujet du message: Répondre en citant

Je vais poster - en TROIS parties - le 12 avril.

Par ailleurs - Loïc, pourrais-tu préciser les points et dates précis (en dehors de la citation de Frantic, qu'il est facile de supprimer) qui te semblent à corriger ?
Si, en décembre 43, on évoque une déclaration de guerre de la Hongrie aux USA, la date n'est pas précisée. Il semble logique qu'à un moment ou à un autre, les pressions allemandes conduisent à une déclaration de guerre, sans doute après Barbarossa, au moment où la Hongrie, déjà plongée dans le conflit par son intervention en Yougoslavie, s'y engloutit totalement en participant à l'attaque de l'URSS.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10311
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 26, 2019 09:58    Sujet du message: Répondre en citant

12 avril
La campagne des Balkans
Salve d’éclairs humides
Balkans
– Comme prédit par le Meteorological Service, le domaine de Perun reste encore très humide aujourd’hui. Le temps est instable sur la Croatie, la Hongrie et la Slovénie. L’activité du jour s’en ressent, une fois de plus.
Néanmoins, quelques timides accalmies sur le centre de la Yougoslavie permettent encore aux Beaumont britanniques et aux Boston grecs de chasser un peu le SS – non sans mal, car les hommes en noir ont appris la prudence à la dure. Les Sqn 139 et 241 (sur Beaumont) poussent même jusqu’à Knin pour raser la gare locale – où se trouve d’ailleurs, par le plus grand des hasards, le dépôt de ravitaillement du 28. Waffen-Gebirgsjäger Rgt de la Handschar, qui vient à peine d’arriver. En dehors de ces épisodes, les cieux restent désespérément vides d’avions alliés ou ennemis. Les Mustang de la 9e EC Bohême-Moravie et les Spitfire du 244th Wing tournent en rond en attendant vainement un adversaire.
Sur le Danube, les Beaufighter du Sqn 39 ont pris la relève des Mosquito de la veille, et patrouillent entre deux strato-cumulus à la recherche de… de quoi d’ailleurs au juste ? L’Axe n’a plus coque qui flotte dans le secteur, la mission est une perte de temps. Pour tout le monde, il est évident qu’il ne se passera plus rien sous ses latitudes avant mai…
Comme pour le prouver, les Sqn 148 et 149 (sur Halifax) et le Sqn 104 (Wellington) montent dans la nuit vers Vienne pour attaquer les rives du grand fleuve bleu, espérant ainsi perturber encore un peu le trafic fluvial, voire détruire un pont sur un coup de chance. De fait, le Reichsbrücke est un peu secoué… mais l’ouvrage, qui date de 1876, en a vu d’autres. Deux Halifax et deux Wellington tombent sous les coups de la Flak et des Ju 88 du III/NGJ 1, qui perdent eux-mêmes deux des leurs, victimes des Beaufighter français.
Pour Tedder, cette mission est sans doute le dernier bombardement stratégique avant longtemps. En effet, le centre de gravité du conflit s’est bien déplacé vers le nord et les Alpes, faute d’un temps favorable sur les Balkans, et bientôt, les squadrons basés en Italie vont inévitablement être réorientés vers d’autres cibles. La Yougoslavie paraît s’endormir quelque peu sous les averses…

Légion Noire contre Partisans
Požega, nord de la Croatie
– Informée du risque qu’elle court de se faire tourner sur ses arrières, la Légion Noire évacue en catastrophe Požega, abandonnant tous les gains péniblement accumulés depuis deux jours pour se replier à Batrina. Elle y rejoint la 6e DI, qui a commencé à se décaler d’une manière plus ou moins ordonnée vers Gradiška – de l’autre côté de la Save, à portée des monitors. A terme, les Oustachis envisagent de monter une ligne de défense sécurisant l’axe Slavonski Brod – Banja Luka – Prijedor – Zagreb, évitant ainsi largement Okučani et Nova Gradiška.
Incapable de triompher avec la Légion Noire et la 6e DI des forces de Petar Drapšin, qui représentent moins de 5 000 hommes enrégimentés, le général Vjekoslav Servatzy se gratte la tête. Il envisage à présent de faire monter de Banja Luka sa brigade de cavalerie, voire de faire appel à la SS pour qu’elle envoie la Kama sitôt cette dernière opérationnelle…
Dans la nuit, la 28e DI “slavonne” reprend triomphalement pied dans Požega, hissant le drapeau yougoslave à six torches aussi haut que possible dans le ciel détrempé d’avril. L’AVNOJ exulte – il peut prétendre à la fois avoir libéré à lui seul une zone de Croatie et avoir repoussé ceux qui venaient l’en chasser. Les conséquences en termes de recrutement – et de désertion, dans les rangs Oustachis – ne tarderont pas à se faire sentir, surtout que pendant ce temps-là, la zone de Lika-Senj reste parfaitement sûre pour les Titistes…

Incertitudes
Kikinda (Voïvodine)
– Toujours moins assurée de ses troupes, de sa position et de l’attitude de sa hiérarchie, qui semble prise d’un embarras visible dès qu’il parvient à la joindre au téléphone, le général Guztáv Jány, commandant de la 2nd Armée hongroise, prend une décision irréversible. Il… Il prend sa voiture et s’en va vers Budapest, pour solliciter personnellement des instructions. Le convoi, légèrement escorté pour des raisons de discrétion et qui espère avaler très vite les 220 kilomètres jusqu’à la capitale, disparaît dans la nuit. Son départ n’a absolument pas échappé aux Allemands, aux aguets et de toute façon parfaitement renseignés par leurs sympathisants disséminés dans la Honvèd. Trop tard, général. Trop tard depuis… depuis trois ans, peut-être.
………
« La nuit tombait sur Budapest – mais ce soir, c’était pour longtemps. Le grand drame de la Hongrie – moins sanglant, certes, que celui de Yougoslavie, mais hélas pas moins triste – était bien commencé. D’aucuns diront qu’il avait même débuté dès le 16 mai 1942, voire depuis l’invasion de la Yougoslavie, en 1941…
Nous l’avons vu, le chaos des Balkans, passant le Danube, étendait son influence sur toute l’Europe centrale. Mais avant d’atteindre le point d’orgue, le sommet de cette symphonie de destruction, faisons le bilan de la situation telle que l’envisageaient les Alliés.
Pour eux, elle n’était pas mauvaise. Après tant d’efforts, sur le front comme en coulisse, les armées des Nations-Unies étaient enfin de nouveau en ordre de bataille, unies, ravitaillées et à même d’agir sans craindre le désordre sur leurs arrières. C’était en soi une sacrée performance ! Il n’y a qu’à comparer le contexte du 12 avril 1944 avec celui du 1er janvier précédent pour mesurer le chemin parcouru…
Est-ce à dire que tout était définitivement réglé, que les divisions entre les différentes nations participant au 18e GAA étaient effacées ? Non, bien sûr. Chaque capitale, qu’elle soit officielle (Londres, Athènes), provisoire (Marseille), contestée (Belgrade) ou même officieuse (Višegrad, Skopje) gardait en tête ses objectifs propres, souvent contradictoires avec ceux de son voisin. Toutefois, l’ensemble était désormais pour l’instant orienté vers la seule défaite de l’Axe – et ce grâce, notamment, à l’influence décisive de Winston Churchill, dont on ne louera jamais assez la tournée diplomatique de février 1944.
Toutefois, enivré par ce succès, le Bouledogue avait ici fait preuve d’hubris : il pensait avoir fixé les choses jusqu’à la fin de la guerre. Dans les faits, il avait gagné trois mois, ni plus ni moins. Trois mois critiques toutefois, pour lui et ses objectifs. Et comme ce n’était pas non plus lui qui paierait de sa Liberté les arrangements conclus…
Des arrangements qui engageaient d’ailleurs beaucoup l’avenir. Sans Churchill, il n’y aurait pas eu de participation grecque à la campagne de 1944. Sans les Grecs, il n’y aurait pas eu “Veritable”. Et sans “Veritable”, le maréchal Tito n’aurait pas atteint la position que l’Histoire lui a reconnue. On peut donc dire que Churchill a bel et bien sauvé Tito, et garanti son triomphe. Malgré ses préventions anticapitalistes, toujours aussi vives, ce dernier saura s’en souvenir, déclarant bien plus tard : « Churchill est un grand homme. C’est aussi bien sûr notre ennemi, car il a toujours été l’adversaire du communisme. Mais c’est un ennemi qu’on se doit de respecter, et un adversaire qu’on doit être heureux d’affronter. »
On ne saurait trouver plus bel hommage dans la bouche du futur dictateur. Toutefois, pour l’heure, le triomphe de Broz était encore loin – il semblait même s’éloigner, alors que ses forces pansaient leurs plaies aux confins de la Bosnie, du Monténégro et de la Serbie, et que la Yougoslavie se payait à présent le luxe d’avoir en même temps trois gouvernements. Et sans l’aviation alliée, il ne fait aucun doute que l’AVNOJ aurait été chassé de ses terres, rabattu vers la zone contrôlée par Pierre Karađorđević puis vraisemblablement anéanti.
“Perun”, effort considérable mais méconnu de l’histoire aéronautique militaire, avait coûté 164 avions (hors appareils soviétiques) détruits ou irréparables à la Balkans Air Force de l’Air-Marshall Tedder et du général Weiss. Un taux de pertes approchant les 20 % sur 39 jours, donc, et qui n’avait rien à envier à celui du Bomber Command lors de ses frappes sur la Ruhr.
Les aviateurs tués n’étaient toutefois pas tombés en vain, ou pour le bénéfice exclusif de l’AVNOJ. En effet, les armées alliées reprendraient bientôt leur avance, contre un adversaire vaillant mais affaiblie par leurs frappes. Et cette avance passerait inévitablement par la Hongrie, véritable porte sud du Reich, qu’on pensait verrouillée à double tour, mais dont on se rendrait compte un peu tard en la poussant qu’elle n’était même pas claquée ! »
(Robert Stan Pratsky, La Libération de la Grèce et des Balkans, Flammarion, 2005)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10311
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 26, 2019 10:00    Sujet du message: Répondre en citant

L’Esprit de la Guerre (Dennis Kolte)
Rencontre avec la Légende
XXII. GAK, Voïvodine
« Une fois de plus, j’étais incapable de dire où je me trouvais. Pourtant, un moment plus tôt, j’étais en patrouille au bord du canal, non loin de la frontière roumaine. La nuit était froide, calme… belle. Puis la Dame de Korinos m’était apparue au détour du sentier, pour me dire simplement « Dennis, je m’ennuie ! ». Et avant que j’aie eu le temps de répondre quoi que ce soit, elle m’avait attrapé le bras pour m’entraîner avec elle parmi les ombres.
Alors que je me sentais flotter dans le noir absolu, sa voix me parvint encore une fois : « Vous, les humains, vous n’êtes plus aussi amusants qu’autrefois. Il me faut trouver des… des appuis pour me distraire, et tu vas m’y aider, comme tu as su le faire en Illyrie. Tu t’en sortiras très bien, j’en suis sûr. Ranime de vieux souvenirs et surtout… amuse-toi bien ! » Suivit le rire de la lionne, que je commençais à bien connaître, sans pour autant m’y habituer. Puis je me retrouvai… ailleurs.
J’étais au pied d’une forteresse médiévale, perdue au fond d’une épaisse forêt, et en parfait état, me semblait-il. Une curiosité, véritablement – mais je n’allais pas rester dehors à l’admirer. Faute d’alternative, j’entrai donc, en passant sous une large herse restée ouverte, avant de traverser une cour enténébrée pour me diriger vers le donjon.
Ce dernier était totalement obscur – aucune torche, aucune lampe… aucune source de lumière. Une voix bizarrement déformée, et s’exprimant dans un allemand quelque peu désuet (c’est du moins ce qu’il me sembla), me parvint sitôt en haut du perron : « Entrez, je vous prie… » Un pas, deux pas… La porte se referma derrière moi. « Le voici » dit la voix.
Les ténèbres avaient fait place à une sorte d’épais brouillard. Je n’y voyais pas à plus de cinq mètres. Mais assez, toutefois, pour apercevoir une silhouette d’apparence humaine qui me considérait et paraissait m’attendre : « Découvrez-vous, vous êtes au château ! Et où est votre courtoisie ? Votre arme, je vous prie ! »
Effectivement, je découvris que si mon fusil était apparemment resté à la frontière hongroise, j’avais encore mon poignard à la ceinture. Tout en me demandant où le poser, je m’inclinai avec respect et découvris que le sol était fait d’un carrelage, lustré et poli par les ans, dans lequel se reflétait ma propre personne… mais pas mon hôte.
Je redressai la tête d’un coup, pour voir une paire d’yeux rouges s’allumer dans la silhouette qui me faisait face. Un cri – « Misérable ! » – et une ombre griffue se rua sur moi. J’eus à peine le temps de planter mon arme dans le bras qui allait me saisir – un hurlement bestial suivit alors que la silhouette disparaissait dans un tourbillon de fumée. « Apparemment, c’est bel et bien de l’argent ! » pensai-je à voix haute en considérant l’instrument qui venait (une fois de plus) de me sauver la vie.
D’autres formes et d’autres yeux apparurent alors dans la pièce, et même au-dessus de moi, où se devinait le plafond. « Ce n’est qu’un homme – réduisez-le en pièces ! » grinça la voix, furieuse cette fois.
Je m’apprêtai à vendre chèrement ma peau, quand une autre voix résonna dans la salle : « Silence ! » L’ordre était rugi plus que crié – on aurait cru entendre des crocs dans la bouche qui hurlait. Et pourtant cette gorge terrifiante était féminine.
Le silence se fit en effet dans l’instant. Puis une petite, une minuscule lumière apparut à la mi-volée d’un grand escalier. J’aperçus alors un chandelier dont une seule bougie était allumée, et que portait une dame élégamment vêtue d’une de ces antiques robes corsetées. La sienne était d’un rouge écarlate qui contrastait avec des dentelles blanches éblouissantes. « Vous avez mille fois raison, veuillez pardonner notre grossièreté ! » s’exclama-t-elle tout en embrasant les autres bougies d’un simple claquement de doigts – un geste charmant, mais le ton aimable était démenti par l’éclat glacé de ses yeux verts reptiliens.
Elle se tourna finalement vers moi, pour me considérer d’un regard féroce : « Bienvenue dans mon château, jeune homme. Je suis la comtesse Erszebet Bathory. » Puis elle me lança un sourire carnassier : « Dites-moi, de quoi votre maîtresse, si loin des sables de ses domaines, veut-elle traiter avec moi ? Cela aurait-il un rapport avec ce petit noble de la Grande-Plaine ? »
Je considérai mon hôtesse – mon instinct ne m’avais pas trompé, de sa bouche fine et délicatement fardée saillaient bien des crocs acérés. »

(Dennis Kolte, op. cit.)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 12, 13, 14, 15  Suivante
Page 13 sur 15

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com