Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Janvier 44 - Balkans et Hongrie
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15, 16  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7251

MessagePosté le: Jeu Mai 09, 2019 21:09    Sujet du message: Répondre en citant

Et pourquoi pas des avions ?

Tu me rappelles ce général allemand dans " Un pont trop loin" qui regarde les avions qui survolent le front : " Ah si je pouvais avoir toute cette puissance... un seul jour, je ne demande qu'un seul jour".
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2051
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Jeu Mai 09, 2019 21:11    Sujet du message: Répondre en citant

Attend je regarde ... Ah oui c'est ca Laughing J'ai 30 ju 188 et 25 fw 190F qui se planquent en Hongrie en espérant que les P51 ne les voient pas trop vite. Enfin, ca va rendre les choses intéressantes Cool
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4673
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Jeu Mai 09, 2019 21:54    Sujet du message: Répondre en citant

Passage du 26 janvier :
Citation:
avant de faire payer un lourd tribut aux Yougoslaves

_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mai 09, 2019 21:55    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Après, si je pouvais avoir un jour une réserve blindée. La 1.Panzer me manque beaucoup vous savez ... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad


Ah oui mais là c'est pas de chance, fin janvier 44 les réserves blindées on a beaucoup trop besoin en [NO SPOILS] et on ne va pas tarder à en avoir tout autant besoin en [NO SPOILS AGAIN]...
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4673
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Jeu Mai 09, 2019 22:09    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
En conséquence, nous remettons sans délai à Sa Majesté notre démission de nos postes de ministre, et nous confions nos personnes à la Justice des Hommes et à la Justice de Dieu. Le monde sera témoin du sort qui nous sera fait, et verra un jour ou l’autre la Lumière de la Vérité balayer les Ténèbres pour renvoyer le Mensonge dans les tréfonds des Enfers.

Je suppose que les majuscules s'entendent à la radio ? Laughing
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...


Dernière édition par loic le Ven Mai 10, 2019 07:10; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mai 09, 2019 22:12    Sujet du message: Répondre en citant

Je te garantis qu'on peut prononcer ces mots en rendant les majuscules audibles !
(Bon, OK, faut être plus qu'un brin cabotin… mais dans la région, c'est de naissance)
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2745
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 04:43    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Après, si je pouvais avoir un jour une réserve blindée. La 1.Panzer me manque beaucoup vous savez ... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Un bataillon blindé autonome en plus ce serait pas mal. Pas assez pour bloquer le 18 GAA mais du solide pour mettre au pas la Hongrie.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 08:54    Sujet du message: Répondre en citant

Imberator a écrit:
demolitiondan a écrit:
Après, si je pouvais avoir un jour une réserve blindée. La 1.Panzer me manque beaucoup vous savez ... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Un bataillon blindé autonome en plus ce serait pas mal. Pas assez pour bloquer le 18 GAA mais du solide pour mettre au pas la Hongrie.


Ça par contre c'est de l'ordre du possible.
En ce début 44 les fronts yougoslave et hongrois voisinent fortement voire commencent à être intriqués.
Hors j'ai plusieurs StuG Abt prévus en renforts pour la Hongrie de fin 43 à la mi 44.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hardric62



Inscrit le: 20 Avr 2019
Messages: 49
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 09:09    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
– Dans ce cas, allons jusqu’au bout. Si je suis incompétent au point de mériter votre mépris, n’hésitez pas à m’humilier davantage en m’expliquant d’abord comment je dois procéder pour tenir un front de 350 kilomètres avec 17 divisions, toutes en plus ou moins mauvais état, et dont aucune n’est blindée ? J’ai calculé, cela fait moins de deux soldats par mètre.


Euh, pendant que cette tirade est amusante et rafraichissante à lire, est-ce qu'il n'y a pas un problème ici? Si je reprends le calcul de Von Weichs de moins de deux soldats par mètre, j'arrive à... disons 600000 hommes, et donc plus de 20000 soldats par division, voire 20000 si on compte des unités de corps de manière optimiste. Je ne pense pas que les divisions allemandes, en particulier en mauvais état, comptent autant d'hommes en hiver 1944 de la FTL, même en ajoutant des unités de corps d'armée et d'armées.

Edit: Et je me suis planté dans le calcul, on parlerait alors de 30000 hommes/division avec ces chiffres-là.


Dernière édition par Hardric62 le Ven Mai 10, 2019 09:48; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7251

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 09:38    Sujet du message: Répondre en citant

Un homme tous les deux kilomètres ?
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2051
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 09:43    Sujet du message: Répondre en citant

Alors ...

@ Le Poireau : Si je fais ca, ca marche ?



@Hardric et Anaxagore : en fait le calcul donne 1.1 de mémoire. Je ne voulais pas mettre 'à peine plus d'un ...'
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 09:48    Sujet du message: Répondre en citant

Disons que ça se discute...
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hardric62



Inscrit le: 20 Avr 2019
Messages: 49
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 09:50    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:

@Hardric et Anaxagore : en fait le calcul donne 1.1 de mémoire. Je ne voulais pas mettre 'à peine plus d'un ...'


Ah, d'accord. On passe alors à 385000 hommes... et on retombe sur 20000 hommes par division à peu ou prou.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 12:09    Sujet du message: Répondre en citant

28 janvier
La campagne des Balkans
Contrôler le chaos
Fushë-Çidhën
– Il pleut encore et toujours sur les Balkans, alors que le 4e RST arrive enfin en territoire contesté, toujours suivi des 155 mm du 107e RALCA. Le trajet depuis la Macédoine n’était pas très long… mais les spahis n’en ont pas moins trouvé le chemin pénible et hostile. Tout autant que l’accueil qui leur est fait à l’entrée de cette zone désormais administrée par le PC albanais. De fait, les partisans d’Enver Hoxha ne semblent pas avoir été prévenus de l’arrivée des Tunisiens, qui sont certes de pauvres esclaves des colonialistes – mais néanmoins et surtout des valets des capitalistes. Les guerriers du communisme n’ont toutefois pas la folie de tenter de s’opposer au colonel Roux, qui donne l’ordre de poursuivre vers Kukës.
………
GQG allié, Athènes – Après concertation préalable et arbitrage au sommet par le général Montgomery en personne, Antoine Béthouart donne quitus à Sylvestre Audet pour sa gestion de la crise dans le sud-ouest du Kosovo. Il précise toutefois que « cet arrangement, pleinement compréhensible mais qui pourrait entrainer des complications sérieuses auprès de certains de nos partenaires, doit toutefois rester absolument confidentiel. Vous voudrez bien vous en assurer. »
En effet, en négociant directement avec le Balli Kombëtar et en lui concédant (même provisoirement et sans réelle trace écrite) une partie du territoire d’un membre des Nations-Unies, Audet a pris un risque engageant la France. Et seulement cette dernière – Monty s’est bien gardé de formaliser quoi que ce soit à ce sujet.

Tempête de neige
Yougoslavie
– L’opération anti-partisans déclenchée il y a déjà quatre jours n’en finit plus de patiner alors que le 749. Rgt de Jägers et le SS Polizei-Selbstschutz-Rgt Sandjak sont toujours incapables de faire leur jonction à Plužine, en raison d’une série d’embuscades et de petits combats retardateurs, livrés sous le regard amusé des SS de la Prinz Eugen, qui patientent à Aprcovici. La nasse n’arrive décidément pas à être purgée – il n’est même pas sûr qu’elle puisse un jour être fermée.
A une vingtaine de kilomètres de là, le 737. Rgt de Jägers a renoncé à poursuivre et installe simplement un barrage à Meštrevac, espérant arrêter une ou deux colonnes de retardataires qui tenteraient leur chance vers le nord. Enfin, malgré tous leurs efforts, les miliciens de Pavle Đurišić ne sont qu’à Rasova, une localité située à plus de 10 kilomètres de Žabljak. La voie de l’évasion est donc toujours libre pour les partisans de la région de Plužine. Quant à ceux de Pljevlja, ils ont carrément arrêté les forces de l’Axe au nord de Potpeće et montent désormais une contre-attaque destinée à soulager leurs camarades moins chanceux.

Pèlerinage en terre païenne
Zagreb
– Sous une pluie torrentielle mais qui n’empêche pas les trains de rouler, Ante Pavelic quitte la capitale de l’Etat indépendant de Croatie, sous l’œil des caméras de la Hrvastsi Slikopis (la compagnie cinématographique du régime). « Le Poglavnik se rend à Berlin, pour discuter d’égal à égal et entre frères d’armes avec le chancelier Hitler sur la suite des opérations dans les Balkans. » C’est ce que dira la propagande.
Car dans la réalité, peu de monde dans la délégation pense véritablement que le Reich va les accueillir en camarades. Mais tous – et notamment le ministre des Affaires étrangères Mile Budak ou le ministre du Commerce Josip Cabas, qui sont du voyage – s’accordent néanmoins sur une chose : les Allemands ont besoin des Croates. Aujourd’hui plus encore qu’hier, alors que leurs armées sont toujours pressées de toutes parts et en recherche de soutien. Le voyage pourrait donc s’avérer productif – si toutefois ce damné Hermann Neubacher ou encore le général Glaise-Horstenau veulent bien cesser de répandre leur venin sur le NDH. A quelques banquettes de là, dans le même wagon, le général Vladimir Kren ne voit pas aussi loin – pour lui, si la Luftwaffe daignait enfin livrer les avions qu’il a commandés (et payés !) en 1942, ce serait déjà un succès formidable !

Crise de nerfs serbe
Palais Blanc (domaine royal de Dedinje, Belgrade)
– Depuis l’esclandre de la veille, le roi Pierre II est resté silencieux – nulle information ne sort plus de son palais. Tout juste la chancellerie a-t-elle précisé que « Sa Majesté a bien pris connaissance des déclarations de Monsieur Krnjević, qui l’ont attristé autant que surpris. Dans les circonstances tragiques que traverse actuellement le Royaume, Elle souhaite prendre le temps de la réflexion afin d’y apporter la meilleure des réponses – étant entendu que durant cet intervalle, les ministres démissionnaires ont été appelés à rester à leurs postes. » Vu de l’extérieur, tout est donc normal dans le gouvernement royal – ou pas plus tendu qu’à l’accoutumée. Circulez, il n’y a rien à voir !

Les Balkans compliqués…
Manœuvres croates, réflexions alliées
Marseille/Londres
– Une conversation téléphonique à trois réunit De Gaulle, Blum et Eden. Tous trois conviennent qu’il est beaucoup trop tôt pour envisager sereinement des négociations de paix, où même de capitulation, avec Zagreb. Le gouvernement de Belgrade (car il faut désormais définir de quel gouvernement on parle en Yougoslavie) montre des signes de nervosité, voire d’instabilité – en témoigne le curieux incident auquel le monde vient d’assister. Blum précise : « La veille déjà, la réaction du ministre Momčilo Ninčić à ma question a été plus qu’éloquente. On aurait dit que je venais de lui proposer de faire un pacte avec le Diable ! »
De sa lointaine Angleterre, Sir Anthony nuance un peu le propos… et en profite pour avancer ses pions : « Mister Ninčić aura mal compris notre démarche. Pourtant, il est clair que seule une résolution rapide du conflit permettra à la Yougoslavie de sauver son unité, si menacée et si chère à nos deux Nations. Il nous faut donc procéder autrement, par des entretiens au plus haut niveau. Vous n’ignorez pas, Monsieur le Président du Conseil, mon cher collègue, que le Prime Minister prévoit de se rendre à Athènes sous peu. Il va sans dire qu’il aura l’occasion d’y transmettre nos propositions directement au roi Pierre II. Venant de notre part, elles seront peut-être jugées plus… acceptable que si elles étaient formulées par la France. Les Serbes ont la rancune tenace ! Cependant, votre ambassadeur, Son Excellence François Maugras, sera bien sûr le bienvenu. Je vous propose de travailler encore davantage de concert sur ce sujet, pour ramener tout ce monde à la raison. »
La conversation s’achève sur les salutations d’usage – mais les propos du Britannique n’en ont pas moins fait tiquer De Gaulle. Il le fait savoir à son ministre : « Qu’a voulu dire Sir Anthony à propos d’une rancune des Serbes contre nous ? »
Face à lui, Léon Blum ne peut que répondre avec tristesse : « Je crains qu’il n’ait fait allusion aux difficiles négociations qui avaient suivi l’attentat de Marseille en 1934. Vous savez qu’il avait conduit à l’inculpation d’un certain nombre de terroristes macédoniens ou croates, dont une partie était détenue par notre pays. Or, les organisations en cause étaient notoirement soutenues par des pays tels que l’Italie, l’Autriche, voire la Bulgarie ou la Hongrie. Et je suis bien forcé de reconnaitre que, face à cette situation, le gouvernement de l’époque avait adopté une position plus qu’ambigüe, proposant à la SDN de mettre sur pied une cour pénale internationale destinée à juger en public les prisonniers et par contumace leurs responsables… mais en se gardant bien de dénoncer leurs protecteurs ! A cette époque, il s’agissait de s’accommoder à tout prix un certain nombre de pays. Et même si c’est finalement Sir Anthony lui-même qui a obtenu qu’aucune sanction ne soit prise contre Budapest – réalisme politique oblige – certains à Belgrade ont alors jugé que nous avions manqué là tout à la fois de grandeur et de loyauté envers nos amis. Il est possible que ce triste épisode fasse encore du tort à notre réputation, même dix ans plus tard. »
– Je vois. Rappelez-moi qui était à l’époque dans votre fauteuil, Monsieur le ministre.

Blum a un léger sourire – il se doute que De Gaulle sait parfaitement de qui il s’agit.
– Celui qui a prétendu s’asseoir dans le vôtre avec l’aide de l’ennemi, Monsieur le Président. Pierre Laval soi-même.
De Gaulle, avec une moue méprisante, extrait une Player d’un étui, l’allume et en tire une bouffée rageuse.
– Décidément, ce sinistre personnage continue à nous nuire alors même qu’il a été mis au rancart par plus féroce que lui ! Il nous faut retenir la leçon, Monsieur le ministre. La voie médiane peut sembler souhaitable car on imagine volontiers que c’est celle du compromis – Hélas ! Hélas ! Hélas ! c’est trop souvent celle de la compromission. Surtout en Yougoslavie. Je soupçonne que de nouvelles difficultés ne tarderont pas. Je compte sur vous pour me tenir informé – et pour trouver des informations sur cette étrange histoire de double démission ministérielle, je vous prie. Dans l’attente, il convient de continuer à donner le change à ces Messieurs de Zagreb – avec ou sans les Britanniques. Nous sommes bien d’accord ?
– Tout à fait d’accord, Monsieur le Président du Conseil !


Et pendant ce temps-là, sur les ondes
Balkans
Az Igazi Magyar est de nouveau sur la brèche pour encourager et informer les soldats hongrois des formidables progrès de l’Axe dans le conflit mondial. Ce soir, sur L’Onde du Danube, point de roulement de tambours ou de discussions viriles sur l’Europe. Mais en échange, une évocation très précise de la situation des armées japonaises en Asie du Sud-Est : « Les valeureux combattants du Mikado viendront prendre le mal rouge à revers sitôt morts et enterrés les pitoyables Chinois et les paysans indochinois qui tentent de leur résister ! » Les paysans en question semblent tout sauf enterrés – quant aux pitoyables Chinois, ils résistent tout de même depuis sept ans aux armées impériales !


29 janvier
La campagne des Balkans
Tempête de neige
Monténégro
– Sous une neige toujours tenace et entêtante, Jägers et SS du Sandjak font finalement leur jonction dans une ville de Plužine complètement déserte, en n’ayant plus croisé sur leurs routes que des morts ou des engins explosifs. Le 13e Rgt de la Prinz Eugen les rejoindra dans la soirée.
Les Partisans se sont donc bien échappés. Le 737. Rgt de Jägers ne signale de son côté aucune prise valant la peine d’être renseignée – ce qui doit être compris comme “aucun prisonnier valant la peine d’être longuement interrogé”. Dans ces conditions, et alors que les forces de Pavle Đurišić ne se sont toujours pas assurées de Žabljak, “Schneesturm” paraît bien proche de l’échec. Ordre est donc donné au chef de guerre serbe d’arrêter lui aussi les frais – ce qu’il fera avec joie, car il affronte une succession de contre-attaques des Partisans qui l’ont déjà fait reculer de presque 6 kilomètres, de Potpeće jusqu’à la plaine de Kosanica !

Migrations contraintes
Yougoslavie
– Les forces de l’Axe ne sont pas les seules à patauger dans la poudreuse. Le XIIIth Corps de Brian Horrocks vient à peine d’atteindre Prokuplje, passant donc sur le flanc gauche des forces de l’ANZAC. Son voyage a été long, compliqué et ralenti par une série d’incidents désagréables où la neige ne joue qu’un rôle mineur… Dans les rapports des responsables alliés, il sera notamment question de « fusillades régulières entre groupes non identifiés », de « routes et ponts endommagés, voire démolis » et même de « pièges explosifs sur les chemins » (on ne parlait pas encore d’engins explosifs improvisés).
Toutes ces données, dûment compilées par l’état-major d’Athènes, arrivent sur le bureau de Bernard Montgomery – lequel en tire la seule conclusion logique : le calme dans la région du Kosovo doit revenir au plus vite, quel qu’en soit le prix politique et afin que les forces alliées puissent poursuivre leur avancée. Une action du 2e CA grec, par exemple, vers le nord et Novi Pazar (qui ne semble pas défendue) pourrait permettre de déboucher dans la plaine de Sjenica. Une région infiniment plus favorable à la préparation de “Véritable”, et qui permettrait en outre aux troupes alliées de s’éloigner quelque peu des imbroglios albano-kosovars !

Reprise de contact
Région de Shkodër (Albanie)
– Les sections de reconnaissance de la 5e DI polonaise reprennent contact avec les forces de l’Axe dans l’isthme de Podhum et sur les contreforts de Krute, au sud du lac Scutari. Les éclaireurs sont formels : les seuls défenseurs qui leur font face semblent être des Croates en uniforme allemand – leurs drapeaux et insignes sont sans équivoque.
Fort de cette information, le général Bronisław-Duch décide d’interrompre son avance et de former une position défensive autour de deux points forts, à Mali Kolaj et à Shkodër. Le Polonais ne peut tout de même pas décemment envisager de tenir seul les 26 kilomètres de plaine séparant la capitale régionale des rives de l’Adriatique ! Et par ailleurs, il reste dans une totale incertitude quant à ses arrières : la région de Puka (et même, plus généralement, les montagnes du nord de l’Albanie) sont une sorte de terra incognita pour les armées alliées.
Les Polonais se préparent donc à une nouvelle longue pause sur les rebords du lac, parmi les pélicans.

Contrôler le chaos
Tirana
– Alors que le 4e RST et les 155 mm français viennent enfin d’arriver à Ujmisht et que le colonel Roux demande des instructions, Sylvestre Audet tente une nouvelle conciliation, toujours en présence du major David Smiley – mais cette fois-ci avec le Parti communiste albanais.
En effet, il parait désormais clair au commandement allié – que ce soit à Athènes ou à Tirana – que le 18e GAA n’a ni les moyens ni la volonté de surveiller constamment l’Albanie et la zone montagneuse allant jusqu’au Kosovo. Il lui faut donc procéder à des arbitrages, faute de disposer des troupes à même de garantir l’application totale de l’accord de Tirana… lequel date pourtant d’il y a moins de six mois !
De son côté, Enver Hoxha a dépêché pour négocier Spiro Theodori Moisiu – le commandant de l’Armée de Libération Nationale. L’homme se sait en position de force : les Alliés ont quelque chose à lui demander, sinon ils ne prendraient pas la peine de solliciter le camarade-commissaire Hoxha. Il pourrait donc se montrer intransigeant – et ce d’autant plus que l’homme de Mehmet Shehu rôde toujours à Tirana…
Toutefois, Moisiu est aussi un militaire de métier, un officier formé par les Italiens, exilé avec ses hommes en Yougoslavie lors de l’invasion de 1940, puis ayant refusé de combattre les Grecs après son retour au pays lors de la campagne de 1941, bien que lui-même commandant d’un bataillon enrôlé dans le Regio Esercito. On peut donc discuter technique avec lui – et sans craindre un coup de poignard dans le dos.
Globalement, la position du PCA est exigeante mais cohérente : une sécurisation du nord de l’Albanie et des régions de Puka ou de Shkodër passe par l’extension de la zone dévolue aux communistes. Sur cette base, ils s’engagent à faciliter les passages des convoi alliés (Audet jurerait que Moisiu a dit « autoriser »…) et à garantir le calme sur les arrières, pour peu qu’on admette, en cas de troubles civils, le caractère souverain de la Justice Populaire rendue par les hommes d’Hoxha.
Face à cette réflexion construite et préparée qui l’arrange, certes, mais signifie beaucoup, Audet décide de demander des instructions à Athènes. Ce que le général albanais, en bon militaire, comprend évidemment. On convient de se revoir demain, avec un sourire et une poignée de main.
Toutefois, si l’ambiance est respectueuse, elle n’est pas forcément cordiale. Le Partisan précise d’ailleurs : « Ne faites pas trop attendre mes camarades, Général. Les ballistes n’ont pas eu à patienter, eux… » Un message entendu fort et clair par le responsable français !

Jouer le mort
Yougoslavie
– Dans une grotte quelque part au nord de Sjenica, Josip Broz Tito fait un point satisfait sur l’état de ses forces. Ces dernières vont bien – elles ont pu recompléter leurs effectifs, sont désormais ravitaillées presque régulièrement (ou presque) par les différents intervenants alliés et disposent d’un armement léger, mais suffisant pour leurs missions.
Le NVOJ continue donc de grossir et de se préparer – il paraît même en voie de professionnalisation. Car même si les plus récents camarades ont évidemment besoin d’une instruction avant de servir la Révolution, la plupart des Partisans sont désormais des vétérans, aptes à encadrer fraternellement les jeunes recrues sans souci de leurs origines.
Pour un vrai communiste du PCY, il n’est qu’une nationalité : la yougoslave. Et une seule religion : le stalinisme. Les royalistes et autres capitalistes décadents peuvent s’écharper autant qu’ils le veulent et épuiser leurs énergies en vaines luttes, ce n’est pas le cas au sein de l’AVNOJ. Voilà pourquoi, dans sa confortable cabane plutôt bien chauffée par plusieurs braséros, le secrétaire général du Parti envisage sans peine des lendemains qui chantent, grâce à l’aide de l’URSS – qui n’est vraiment plus très loin – et face aux Allemands comme aux réactionnaires.
Evidemment, c’est un homme respectueux des statuts : le Conseil antifasciste de libération nationale de Yougoslavie devrait donc se réunir sous peu pour entériner ses décisions. Tito en profitera pour discuter de l’intérêt ou non d’aller rencontrer ce Churchill, puisqu’il a été informé du passage de ce dernier à Athènes et de son désir de s’entretenir avec lui. Personnellement, Tito y est favorable – pas pour s’acoquiner bien sûr, mais bien pour gagner du temps. Et sitôt mystifiée cette caricature d’exploiteur à cigare, il pourra tranquillement mettre en place ses pions pour la suite…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7251

MessagePosté le: Ven Mai 10, 2019 12:24    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
« Les valeureux combattants du Mikado viendront prendre le mal rouge à revers sitôt morts et enterrés les pitoyables Chinois et les paysans indochinois qui tentent de leur résister ! »


L'offensive du Têt qui est en train de s'achever, voit la moitié sud du Vietnam être libérée, et tout le Cambodge.
Les Vietnamiens creusent bien des tombes... mais surtout pour y ensevelir des Japonais.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15, 16  Suivante
Page 14 sur 16

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com