Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Décembre 1943 - Italie / Balkans
Aller à la page 1, 2, 3 ... 29, 30, 31  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10129
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 10:21    Sujet du message: Décembre 1943 - Italie / Balkans Répondre en citant

Par Patzekiller !


Décembre 1943
1 – La guerre en Méditerranée
Comment rompre la ligne Gothique ?

1er décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– Cela fait maintenant trois mois qu’il ne s’est rien passé en Italie, l’attention de l’état-major interallié s’étant reportée sur le front français, qui a absorbé tous les moyens disponibles. Entretemps, après un mois de novembre pluvieux, il a neigé sur les reliefs et la situation ressemble, 200 kilomètres plus au nord, à celle de l’hiver précédent : les armées alliées sont contenues en Italie par une Wehrmacht installée sur sa ligne de défense – cette fois la Gottenstellung, qui s’annonce bien plus solide que celles que les Alliés ont rompues une à une. Cependant, il faut reprendre l’offensive sur ce front, ne serait-ce que pour ne pas laisser la Wehrmacht l’utiliser comme une réserve de troupes. Ce sera l’opération Bucephale.
Malgré les précautions prises, l’état-major de Kesselring a su lire l’ordre de bataille de l’ennemi et en tirer des conclusions. Les Allemands ont noté la disparition de la 1ère Armored Division et savent donc que les Américains manqueront de punch pour tenter de forcer leurs lignes à l’ouest. Au centre, si les Français semblaient menaçants, ils les savent plus préoccupés par la libération de leur pays. La preuve : la 3e DB, placée en réserve d’exploitation, n’était visiblement là que pour faire du bruit ; elle est maintenant en train de se battre en France. Reste les Anglais, dont le schéma d’attaque est somme toute prévisible, qui n’ont pas été en pointe d’une offensive depuis un moment et qui restent les seuls, avec leurs brigades de chars, à disposer d’une force blindée autonome et organisée. La prochaine attaque sur le front italien ne pourra donc se produire que dans la plaine des Marches. Aussi le général Kesselring a-t-il ordonné que la 15. SS Panzergrenadier, qui s’était jusque-là consacrée à lutter contre les partisans italiens, vienne se ranger aux côtés de la 10. Panzer, au sud de Pesaro. Les Britanniques ont d’ailleurs décelé un trafic inhabituel depuis quelques jours en gare de Bologne, d’où le bombardement nocturne de la veille.
Ce matin, c’est un Kesselring radieux qui arrive à son QG en sifflotant : les nouvelles sont excellentes puisque, comme prévu, les Anglais attaquent à l’aile comme à chaque fois qu’ils ont attaqué en plaine, selon un schéma considéré maintenant comme habituel. Pensant laisser les Allemands dans l’expectative dans ce secteur, la 5e Division Indienne passe à l’offensive dans un mouvement de débordement à travers les reliefs enneigés en direction du monastère de Fonte Avellana. Mais les Gebirgsjägers de la 6. GbJ Division ont eu depuis trois mois largement le temps de se retrancher sur les hauteurs.
Dans le même temps, les Canadiens de la 1ère Division attaquent en pince le Monte Sant’Angelo, qui forme un coin enfoncé par la 52. ID au sein de leurs positions. Les 2e et 3e Brigades, menées par l’Edmonton Rgt et le Nova Scotia Rgt, commencent à escalader les pentes de cette grosse colline, qui sert d’observatoire sur toute la plaine. La brigade blindée de la division n’ose pour l’instant avancer et se contente de tenir le terrain. En effet, les dernières reconnaissances ont montré la présence active du 625. schw Pz Abt et de ses Nashorn, dont le 88, en défense, n’a aucune peine à museler les Ram dont disposent les Canadiens.


2 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– Après les tentatives de débordement, l’offensive attendue dans la plaine commence.
Au nord de Senigalia, la 2e South African Division tente de s’infiltrer le long de la côte, mais elle est rapidement bloquée par les points d’appui autour de Canneti et de Ronticelli. Les Sud-Africains s’engluent dans un véritable maillage défensif. En effet, au-delà des barbelés et autres fossés antichars s’étend une ligne de bunkers surmontés d’une tourelle de char déclassé (Panzer I ou II, mais aussi Pz 38(t) ou blindé italien) et dont les approches sont protégées par des lance-flamme automatiques. Viennent ensuite les positions de l’infanterie, couvertes par les PaK 41 de 75 mm de la 52. ID, les FlaK 18 de 88 mm de la 7. Luftwaffen Feld Division et d’autres positions antichars dotées d’une tourelle de Panzer III à canon de 50 mm. Les civils ont été évacués de force, leurs maisons détruites afin de dégager les champs de tir et les ruines reconverties en môles défensif ou en coupures. Les zones de débordement, hors des routes et chemins battus par l’artillerie, ont été soigneusement minées. Enfin, en troisième ligne, on trouve, outre les Nebelwerfers et les chasseurs de chars (généralement des Stug III G), des réserves d’infanterie capables de contrattaquer en cas de percée ennemie.
Un peu plus loin dans les terres, la 2e Brigade de la 1ère South African Division, renforcée des blindés de la 3e Armoured Brigade, tente de percer le long de la route principale. Malheureusement, le premier obstacle rencontré, le village de Passo Ripe, défendu par un Kampfgruppe de la 52. ID, est une noix bien dure à casser. Dans le secteur voisin, la 1ère Brigade rencontre les mêmes difficultés en direction d’Ostra Vetere, en dépit de l’appui de la 4e Armoured Brigade.
Ces attaques dans la plaine ne signifient cependant pas l’arrêt des opérations à l’aile. Au nord-est du Monte Sant’Angelo, la 1ère Brigade canadienne, emmenée par le 48e Highlander Rgt, ne peut trop s’avancer et se contente de fixer ses adversaires, en couverture des opérations sud-africaines. En effet, l’observatoire allemand n’est toujours pas tombé et dirige efficacement les tirs de l’artillerie de la 52. ID contre les poussées alliées.
Un peu à l’ouest, enfin, les Indiens piétinent eux aussi face aux chasseurs allemands opérant sur un terrain bien préparé.


3 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– Le long de la côte, la 2e South African n’arrive toujours pas à progresser. Lorsque les fantassins ne sont pas fixés le long des routes par les différents petits bunkers ou bloqués par des champs de mines, ils sont englués dans des combats urbains. En effet, les Allemands ont transformé en forteresse le moindre hameau, vidé de ses habitants, et les pertes s’accumulent sans même pouvoir prendre parfois un simple groupe de fermes transformées en tas de cailloux. Les Sud-Africains sont également surpris par la densité de l’artillerie : à celles des 52. ID et 7. LFD s’ajoutent celles de la 10. Panzer et de la 15. SS Panzergrenadier. La route de Roncitelli, après un deuxième jour d’assauts repoussés, se voit ainsi baptisée "Route de la Mort" par les fantassins de la 6e Brigade sud-africaine.
Dans le secteur voisin, les tankistes de la 3e Armoured Brigade ont vu toutes leurs tentatives de débordement de Passo Ripe repoussées par les 88 mm de la 7. LFD qui couvrent efficacement les couloirs d’approche non minés et sont appuyés par des bunkers dotés de tourelles de Pz III à canon de 50 mm. Dans ces zones opèrent aussi des équipes de “Panzerknackers” de la 52. ID, armées de Panzerfausts. Les pertes matérielles de la brigade s’élèvent déjà au quart des blindés engagés.
Un peu plus loin dans les terres, alors que la 1ère Brigade de la 1ère SA Division se bat toujours pour tenter d’encercler Ostra Vetere, la 4e Armoured Brigade réussit à percer et atteint la Route 12, à moins de 3 kilomètres du village de Castiglione di Suasa. Si ce village tombe, la brigade peut espérer s’emparer du point de passage sur la Cesano. C’est compter sans la contre-attaque de la 10. Panzer et en particulier des Tiger du 506. schw Pz Abteilung rattaché à cette division. C’est la première apparition sur ce front des chars lourds allemands ; l’attaque anglaise est brutalement repoussée, au point que les vétérans de ces combats le surnommeront le champ de tir du Moulin à huile (Mulino ad Olio).
Devant le peu de progrès dans la plaine des Marches, la 1ère Division canadienne reçoit l’ordre d’augmenter la pression. Le 48e Highlander tente de s’avancer, mais les Allemands tiennent toujours le Monte Sant’Angelo et son observatoire d’artillerie et le régiment canadien ne progresse guère.
Les hommes de la 52. ID se sentent d’autant plus sûrs d’eux qu’ils repoussent une nouvelle attaque frontale du régiment d’Edmonton de la 2e Brigade canadienne. Cette attaque avait en fait peu de chances d’aboutir, car la 3e Brigade a orienté ses efforts vers le nord pour tenter une infiltration sur les arrières du massif, vers la passe de Sterletto et le Monte di Rotondo. Elle se heurte malheureusement à des KG de la 15. SS PzGr, non repérés jusqu’alors, qui sont venus renforcer ce secteur. Pour soutenir cette poussée, les blindés de la division canadienne montent en ligne le long de la route principale vers Serra Sant’Abbondio. Cependant, ils avancent par groupes, tactique que les Allemands qualifient de simpliste et qui permet aux équipages des Nashorn d’obtenir une série de victoires. La brigade blindée canadienne se retire avec de lourdes pertes.
Plus à l’ouest, les Indiens sont toujours à la peine sur les pentes des Monte Strega, Catria et Acuto, le tout sans résultat notable.


4 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– On note peu de progrès le long de la côte, où le manque de blindés, tous engagés au centre, se fait sentir. La 2e South African est toujours engluée. Les fantassins restent canalisés sur les routes et les chemins par les nombreux champs de mines, bloqués par les nombreux obstacles, pilonnés par une artillerie puissante, et enfin pris à partie dans des tirs croisés, les plans de feu des Allemands quadrillant parfaitement le terrain.
La situation n’est guère meilleure pour la 1ère Division. Cependant, Passo Ripe est (enfin) tombée. La 1ère Brigade progresse donc en direction de la Route 12 et de Corinaldo. La leçon a été apprise la veille : les blindés attendent désormais l’infanterie pour tenter de progresser.
Chez les Canadiens, le 48e Highlander progresse au même rythme que la 1ère South African. Pour lui faciliter la tâche, un raid de bombardiers a été demandé sur le Monte Sant’Angelo. Les Wellington des Sqn 40, 70 et 104 se chargent de la besogne au petit matin, sans résultat notable : l’assaut lancé dans la foulée par l’Edmonton Rgt se casse une fois de plus les dents.
Plus à l’ouest, le général Simonds, de la division canadienne, bien qu’il maintienne la pression, a des doutes quant à la possibilité pour ses hommes de percer dans ce secteur. D’ailleurs, à sa gauche, la 5e Division Indienne a jusqu’ici échoué à déborder dans les collines face aux défenses de la 6. Gebirgsjäger Division.
Dans les airs, le capitaine Wykeham-Barnes, du Sqn 73, est l’auteur d’un doublé contre un Bf 109 G du II/JG 77 et un Fw 190 du I/SG 4, plus un probable. Il parvient au titre d’as dans une escadrille où tous les pilotes comptent au moins une victoire.


5 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– Si il y a toujours aussi peu de progrès dans le secteur de la 2e South African, la situation semble se débloquer dans celui de la 1ère SA. En effet, en dépit d’une puissante artillerie allemande, les blindés des 3e et 4e Armoured Brigades, progressant de manière systématique avec l’infanterie, arrivent dans les faubourgs du village de Corinaldo, à l’est, et dépassent la Route 12, à l’est du Moulin à huile, sur leur aile gauche.
Pas de changements sur le front des Canadiens. Le régiment d’Edmonton et le 48e Highlander font une pause pour se réorganiser ; quant au Nova Scotia et aux blindés divisionnaires, ils sont coincés dans l’étau des Monte Rotondo et Sant’angelo. Ces reliefs sont tenus fermement par les fantassins et panzergrenadiers des 52. ID et 15. SS PzGr, appuyés par les Sturmgeschutz dotés de 75 mm longs du 15. SS Panzerjäger Abt et les Nashorn du 625. schw Pz Abteilung.
La 5e Division Indienne échoue une nouvelle fois à percer. Ses pertes sont maintenant préoccupantes. A l’état-major britannique, on se demande maintenant si il ne va pas falloir arrêter les frais de ce côté, l’effet de surprise étant passé et la prise de flanc ayant visiblement échoué.


6 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– La situation reste inchangée le long de la côte, en dépit de l’engagement des réserves de la 2e South African, sa 4e Brigade.
A l’intérieur, la 10. Panzer, accompagnée des Panzergrenadiers de la 15. SS PzGr, contre-attaque la 1ère South African division. La 2e SA Brigade n’arrive à reculer que de justesse vers Passo Ripe, tenant la porte ouverte pour une 3e Armoured Brigade en déroute. La 4e Armoured Brigade et la 1ère SA Brigade reculent également en désordre et sont ramenées quasiment sur leurs positions de départ au niveau d’Ostra Vetere. Une partie de la 1ère Brigade est même maintenant enfermée dans Corinaldo.
Devant l’urgence de la situation, le 48e Highlander monte une contre-attaque à l’aile, repoussée par les Panzergrenadiers SS, tandis que la 1ère South African Division fait monter en ligne ses réserves pour boucher le trou qui s’est formé. La division ne tient que grâce à l’appui aérien assuré par la RAF, qui s’en prend au moindre mouvement mécanisé allemand. Les Tiger n’ont cependant pas besoin de s’exposer outre mesure, leur 88 mm faisant merveille à 2 000 mètres, y compris contre les derniers Churchill des brigades blindées britanniques.
La Luftwaffe, de son côté, a fait de son mieux pour soutenir cette contre-attaque. L’Oberleutnant Johannes “Macki” Steinhoff, de la I/JG 77, en profite pour augmenter son tableau de chasse avec ses 104e et 105e victoires, mais ces victoires sont l’arbre qui cache la forêt, car la maîtrise de l’air est bien passée du côté des Alliés. Non seulement ceux-ci sont supérieurs en nombre mais leurs machines ont aussi pris le dessus : Steinhoff note ainsi dans son journal au sujet du Spitfire IX, qui est devenu le chasseur standard de la RAF en Méditerranée : « Les nouveaux modèles, avec leur compresseur, jouent littéralement au chat et à la souris avec nous au-dessus de 8 000 mètres ».


7 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– Devant la quasi destruction de deux Armoured Brigades et l’encerclement d’une partie de la 1ère Brigade sud-africaine à Corinaldo, l’état-major du général Alexander ordonne l’arrêt des opérations sur le flanc ouest. La 5e Division Indienne doit se tenir prête à engager sans délai ses réserves en relais de la division canadienne, cette dernière devant se réorienter vers l’est pour contre-attaquer de ce côté en cas de percée allemande sur le front de la 1ère South African.
Devant la gravité de la situation, l’USAAF vient donner un coup de main au-dessus du front. Toute la journée, les soldats sud-africains voient de petits L5 Horsefly les survoler et communiquer avec eux pour la désignation d’objectifs. Ces appareils appartiennent au 57e FG et sont pilotés à tour de rôle par des pilotes chevronnés de ce groupe de chasse. Bien que rarement sous les feux de la presse, ces missions n’exigent pas moins de cran que les missions de chasse et ne sont pas moins essentielles.


8 décembre
La campagne d’Italie
Opération Bucephale
Front italien
– Les Allemands achèvent de raccompagner les Sud-Africains de la 1ère Division sur leurs positions de départ, à moins de trois kilomètres. Ce recul découvre le flanc gauche de la 2e Division et les panzergrenadiers SS en profitent pour lancer une attaque dans le secteur de Ronticelli, forçant la 2e SA à reculer.
A l’état-major anglais, on ne peut que constater les dégâts : au centre, les pertes ont été très lourdes, notamment pour les brigades blindées, mais surtout, en personnels, pour la 1ère South African. On estime toutefois que l’appui de la RAF a permis de contenir l’avance allemande. Il est vrai que les Allemands avaient l’ordre d’éviter de s’exposer au delà du strict nécessaire et de préserver leurs précieux Tiger.
Les titres de la presse alliée mettent cependant à l’honneur deux Sud-Africains. Un article célèbre un nouvel as, le major Hannes Faure, du Sqn 4 SAAF, et relate aussi (la photo montrant les deux hommes en train de se congratuler) la troisième victoire du capitaine Vivian Voss, âgé de 50 ans et qui a participé à l’Autre Guerre aux commandes d’un Bristol FE2B.


9 décembre
Opération Bucephale
Front italien
– Dès le petit matin, les unités du Commonwealth engagées dans la plaine des Marches ont reçu l’ordre d’arrêter les frais. L’opération Bucephale est un échec couteux. Elle devait permettre d’atteindre le Métaure, voire de libérer Pesaro, et s’achève finalement en eau de boudin. La première coupure, le Cesano, n’a même pas été atteinte, les divisions n’arrivant pas à franchir la ceinture défensive ennemie. La fameuse ligne Gothic semble aussi solide que l’affirme la propagande ennemie. C’est une très mauvaise surprise, il va falloir étudier sérieusement les rapports pour trouver la parade.


10 décembre
La campagne d’Italie
Front italien
– Les combats ont à peu près cessé. Les fantassins des 7. LFD et 52. ID réoccupent leurs positions initiales et se mettent aussitôt au travail pour remettre en état leurs fortifications, champs de mines et points d’appui. Du côté allié, les fantassins creusent également, avec d’autant plus de motivation que l’on peut encore craindre que les Allemands prolongent leur contre-offensive.


Dernière édition par Casus Frankie le Mer Déc 26, 2018 11:59; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2924

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 11:31    Sujet du message: Répondre en citant

et ben, la campagne d'italie, boucherie OTL, boucherie FTL.

Opération boucherfale aurait été plus approprié Arrow
_________________
"Au fond, comme chef de l'État, deux choses lui avaient manqué : qu'il fût un chef ; qu'il y eût un État" (De Gaulle à propos d'Albert Lebrun, 1944).
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.


Dernière édition par Archibald le Mar Fév 06, 2018 12:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 554
Localisation: France

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 11:38    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que les similitudes des choix britanniques OTL et FTL sont désespérants.

Au sujet des lance flammes automatiques, j'ignorais l'existence de ces engins, à quoi peuvent ils servir en défense? Leur capacité se compte en secondes.
Habituellement ils servent pour l'attaque de fortifications, le but premier n'étant pas de brûler vif l'adversaire (l'effet psychologique doit être terrifiant), mais de le priver d'oxygène et l'asphyxier ou l'obliger à sortir.
_________________
Cinq fruits et légumes par jour, ils me font marrer! Moi, à la troisième pastèque, je cale..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4674
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 13:52    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a un petit problème avec cette opération, c'est l'absence manifeste de l'artillerie britannique. Or, ces derniers en ont quand même pléthore (il y a au moins le 6th AGRA et historiquement il y a eu il me semble d'autres AGRA lors de l'assaut de la ligne Gothic) et, s'ils en font une utilisation assez basique (barrages roulants et tirs de contre-batterie), elle n'en reste pas moins meurtrière.

Concernant le Panzerfaust, c'est sauf erreur de ma part la toute première mention dans la chrono.
OTL, le premier modèle (Faustpatrone klein ou Faustpatrone 1 ou encore Panzerfaust 30 klein) dont la portée ne dépasse pas 30 mètres, arriva en unité à partir d'août 1943 ; quelques exemplaires furent capturés en Sicile par la 82nd Airborne qui les réutilisa.

Le successeur fut le Panzerfaust 30, dont les premiers exemplaires arrivent aussi en août 1943, mais surtout après Koursk (octobre). Même portée, mais plus puissant. Les modèles suivants, à portée + grande, arrivent à l'été 1944.

Inutile de dire qu'à 30 mètres, les pertes allemandes vont s'en ressentir !

Surtout que les chars britanniques seront très certainement (cf. ce qui précède) précédés par un tire de barrage, donc l'infanterie allemande, si elle veut utiliser ce joujou, va souffrir.

Au final, que les Allemands tiennent, oui, mais au prix de pertes assez élevées surtout dans l'infanterie et l'artillerie (et je ne parle même pas de la supériorité aérienne alliée).

Le texte devrait refléter cela. Là on a vraiment l'impression d'une défense trop facile.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 13:56    Sujet du message: Répondre en citant

il y a un osprey sur les defenses en Italie
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1161

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 14:01    Sujet du message: Répondre en citant

Le panzerfaust 30 a été conçu au départ pour être utilisé à partir de défenses enterrés. C'est ce que montre les films de propagande des début.

Le principe est de laisser le char cible passer près du trou et de tirer de flanc ou sur l'arrière.

Cet usage n'est compatible qu'à partir d'une ligne de défense solidement préparé et disposant de fortes capacités anti infanterie pour pousser les chars à opérer la rupture seul ou presque.

Cette opération italienne, si elle montre la validité du concept n'en montrera pas les défauts. Quand il faudra utiliser cette arme en plaine pour ralentir la marée rouge, ce sera une autre histoire!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 14:06    Sujet du message: Répondre en citant

c'est effectivement ce qui se passe concernant les équipes AT de la 52 ID Wink

quant à l'artillerie britannique, elle est là et même si ce n'est pas précisé, en plus de l'aviation, c'est elle qui fait que les teutons ne vont pas tenter le diable et ramasser de mauvais coups.et si l'on parle des effets lors de l'offensive... face à un ennemi enterré, il n'y a pour l'instant aucune raison qu'elle soit décisive.
il faut bien que les alliés fassent connaissance avec les fortifs de la gothic, qu'ils en tirent des enseignements etc etc ...on ne peut pas rester tout le temps dans un schéma/récit type artillerie-avance-combat- exploitation...
...sans parler otl des nombreuses fois où les anglais (en particulier) ont choisi d'attaquer sans préparation d'artillerie pour ne pas alerter l'adversaire
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org


Dernière édition par patzekiller le Mar Fév 06, 2018 14:15; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4674
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 14:10    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
une ligne de défense solidement préparée

Capable de résister à un matraque de l'artillerie anglaise ?
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 14:20    Sujet du message: Répondre en citant

c'est quand même pas la densité de l'armée rouge Very Happy
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4674
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 14:43    Sujet du message: Répondre en citant

patzekiller a écrit:
c'est quand même pas la densité de l'armée rouge Very Happy

Lors du débarquement en Sicile OTL, le 6e AGRA comporte :
24th Field Regiment
98th Field Regiment
111th Field Regiment
66th Medium Regiment
75th Medium Regiment
80th Medium Regiment

Il y avait OTL aussi en Italie les 1er, 2e, 7e et 10e AGRA (le 5e étant retourné en GB courant 1943 en vue d'Overlord).
Sans parler de l'artillerie divisionnaire bien sûr ...
Et sans compter aussi le 1st AGRA canadien qui commence à arriver à la fin 1943.

Par rapport à OTL, il faut évidemment retrancher ce qui se trouve en Grèce.

Donc je ne pense pas me tromper en affirmant que les Anglais sont tout à fait capables de masser un grand nombre de canons, surtout face à une positions dont ils savent qu'elle a été soigneusement fortifiée par les Allemands depuis des semaines (et toujours sans parler du matraquage de l'aviation).
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 15:08    Sujet du message: Répondre en citant

je ne conteste pas Very Happy
simplement que pour ce premier "fritage" avec la gothic, ça ne passe pas pour un tas de raisons qui mises bout à bout mènent à cet échec ...
on va considérér que l'agra canadien n'est pas encore en ligne, on le signalera dans l'ob plus tard.
je dispose pour l'instant de deux agra, un par corps (monty m'a tout piqué
Laughing ) et visiblement une des raisons peut etre la présence d'un seul agra réparti entre les 3 divisions dans la plaine
mais aussi : le manque de ravitaillement : ces salauds de français et de grecs me piquent tout! impossible d'attaquer sur toute la ligne ou par paquet de 2-3 corps comme auparavant Razz
les fortifs qui sont neuves
la présence de tigre, de nashorn et de nombreux 88 : si on regarde bien, l'avance anglaise se chiffre à peine en milliers de metres, tout ce monde étant sur des positions préparées n'a pas à faire grand chose pour aligner les blindés ennemis (attention, je n'ai pas dit que l'artillerie anglaise ne causait aucune de pertes à ceux là)
l'artillerie allemande, présente elle aussi
etc etc
bref, après une campagne lente mais mobile à cause de la remontée rome florence, (ftl, un mix entre la phase initiale otl et la remontée vers florence otl) les alliés, qui, comme otl, l'ont fait avec la ligne gustav, vont devoir faire connaissance avec la gothic et trouver leurs solutions
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10129
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 17:27    Sujet du message: Répondre en citant

L'ensemble me paraît parfaitement cohérent.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
delta force



Inscrit le: 07 Juin 2009
Messages: 515
Localisation: france Gironde

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 17:43    Sujet du message: Répondre en citant

est ce que cette opération "bucephale" est le pendant de l'opération "olive" OTL ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le roi louis



Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 193

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 18:18    Sujet du message: Répondre en citant

Je m'excuse, cela a sans doute été écrit plus en détail ailleurs, mais qu'en est il du corps d'armée brésilien? de sa composition? de ses effectifs ?...
Je sais qu'il doit finir en Italie mais j’étais curieux d'en avoir les détails.
Merci
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4674
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 21:19    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne conteste pas la progression lente voire nulle, c'est surtout la forme qui semble indiquer une défense allemande "les mains dans les poches". Si l'artillerie britannique a fait son travail, la contre-attaque allemande ne doit pas aller très loin. Quid de l'appui naval, au fait ?

En fait, on a l'impression de revivre un quasi remake de l'épisode du 30 août (opération Buffalo), à croire que les Anglais n'ont rien appris.

PS : l'appellation Nashorn n'arrive qu'en 1944, il vaut mieux conserver Hornisse (les différences entre les 2 sont minimes).
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 29, 30, 31  Suivante
Page 1 sur 31

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com