Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

l'èconomie allemande et le nazisme 1933-1939
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Merlock



Inscrit le: 19 Oct 2006
Messages: 1077

MessagePosté le: Ven Fév 08, 2019 23:10    Sujet du message: Répondre en citant

requesens a écrit:
delta force a écrit:
le salaire de la destruction
Adam Tooze
éditions les belles lettres


Bravo, vainqueur d'une courte tête...Laughing


Ayant lu ce livre je ne peux que vous recommander de le lire de toute urgence.

Achetez aussi un tube d'Aspro... si, comme moi, vos notions économiques sont lacunaires... mais cette somme est incontournable pour quiconque s'intéresse à l'èconomie allemande sous le nazisme...
_________________
"Le journalisme moderne... justifie son existence grâce au grand principe darwinien de la survivance du plus vulgaire." (Oscar Wilde).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 758

MessagePosté le: Sam Fév 09, 2019 11:55    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
J'étais arrivé à la même conclusion, l'Allemagne a BESOIN d'une guerre "victorieuse et brève" pour piller les régions conquises et compenser son endettement.
(…)
Mais l'Allemagne DOIT commencer la guerre vite... avant que l'escroquerie (comment appeler autrement les manipulations financières du régime ?) ne soit découvertes et détruisent le pays.

L'Allemagne nazie était coincée entre une paix impossible et une guerre ingagnable... Rolling Eyes


C'est une bonne visión des choses, l'Allemagne à besoin d'une guerre courte car elle n'a pas les ressources necessaires pour affronter les alliés sur une longue période. En 1940, les services économiques de la Wehrmacht s'empresseront de faire main basse sur les réserves francaises de métaux, en particulier celles de cuivre dont le Reich est à ce moment pratiquement dépourvu.
Le pillage ( il n'y a pas d'autre mot ) des pays occupés permit au Reich de tenir durant près de 5 ans. Un exemple, en sus des prélevements de matieres premières charbon-fer-bois-produits agricoles la France verse 400 millions par jour à l'Allemagne (somme ramenée plus tard à 300 millions/jour).
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1882
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Sam Fév 09, 2019 18:23    Sujet du message: Répondre en citant

Deux trois fautes de frappe mais c'est un bon début ! Pourquoi ne pas pousser sur 40-41 en évoquant les différences FTL-OTL ?
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4626
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Fév 09, 2019 18:54    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Mais le'Italie avait encore un "empire colonial" certes de dimension réduite qui pouvait lui procurer des biens agricoles et des ressources industrielles peu ou pas raffinées qui sont la base de l'économie d'un pays.

Sur le strict plan économique, l'Empire italien coûte plus qu'il ne rapporte.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...


Dernière édition par loic le Jeu Fév 14, 2019 10:27; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 587
Localisation: Sébastopol

MessagePosté le: Sam Fév 09, 2019 19:01    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Je connaissais le sujet, mais j'ignorais complètement le système de monnaie parallèle. de mémoire, les grandes tendances étaient proches de celles mises en avant par Mussolini, lors des réformes après son accession au pouvoir. Mais le'Italie avait encore un "empire colonial" certes de dimension réduite qui pouvait lui procurer des biens agricoles et des ressources industrielles peu ou pas raffinées qui sont la base de l'économie d'un pays.


Je plussoie Loic. A l'exception du pétrole libyen dont on connaît mal l'état des réserves à cette époque, il n'y a rien dans l'empire colonial italien qui ait une valeur immédiate pour l'économie ou les forces armées nationales. La Libye est une terre si désolée qu'après-guerre, on en viendra sérieusement à se demander à l'ONU si une indépendance serait viable d'un point de vue économique. L'Ethiopie est plus prometteuse mais il n'y a pas de ressources minières et il faut partir de presque zéro. Quant à la Somalie... c'est encore pire que la Libye. On y trouverait bien du poisson mais rien d'autre.
_________________
- Mister Graham, tell this man to fire at me !
- I beg your pardon ?

The Last Samurai
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 758

MessagePosté le: Sam Fév 09, 2019 20:41    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Deux trois fautes de frappe mais c'est un bon début ! Pourquoi ne pas pousser sur 40-41 en évoquant les différences FTL-OTL ?


En fait je travaille sur un clavier QWERTY avec un correcteur espagnol qui s'obstine à hispaniser mes propos, il en arrive à recorriger mes corrections.
Alors comme disait Mr Preskovitch ( tiens un serbe ! ) je vous presente mes confuses.
J'ai pensé à un tome 2 ( Very Happy ) conçernant la période de la 2º guerre, avec en guest star A. Speer.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Berliner68



Inscrit le: 05 Nov 2017
Messages: 82
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer Fév 13, 2019 22:26    Sujet du message: Re: l'èconomie allemande et le nazisme 1933-1939 Répondre en citant

requesens a écrit:

Le marché international des capitaux lui étant fermé, le Reich se tourne vers le marché intérieur en imposant une épargne forcé.

Article très intéressant mais qui oublie il me semble rôle des anglo-saxons dans le financement du régime nazi, à travers la Banque des règlements Internationaux (BRI ou BIS), basée à Bâle.
J'ai souvenir d'un documentaire Arte qui évoque il me semble la BRI. Le regime nazi aurait été quasi obligé d'entrer en guerre en 1939 afin d'honorer les emprunts contractés auprès de la BRI (si c'est bien de cette banque dont il s'agit).
Je trouve aussi sur internet que le stock d'or ex-tchèque détenu par la banque d'Angleterre est revendu au profit de la Reichbank, en mars 1939, grâce à la BRI.
Dans mes souvenirs, l'Allemagne nazie rembourse rubis sur l'ongle les anglo-saxons pendant toute la durée de la guerre. Bien sûr grâce au pillage des ressources des pays occupés et à l'or prélevé sur les malheureux juifs.
Hitler a donc indéniablement apporté une période de prospérité aux allemands, mais à crédit et avec pour prix la guerre.
Cela explique la grande réticence actuelle des allemands à faire vivre l'Etat à crédit.
Cordialement.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 758

MessagePosté le: Mer Fév 13, 2019 22:43    Sujet du message: Re: l'èconomie allemande et le nazisme 1933-1939 Répondre en citant

Berliner68 a écrit:
requesens a écrit:

Le marché international des capitaux lui étant fermé, le Reich se tourne vers le marché intérieur en imposant une épargne forcé.

Article très intéressant mais qui oublie il me semble rôle des anglo-saxons dans le financement du régime nazi, à travers la Banque des règlements Internationaux (BRI ou BIS), basée à Bâle.
J'ai souvenir d'un documentaire Arte qui évoque il me semble la BRI. Le regime nazi aurait été quasi obligé d'entrer en guerre en 1939 afin d'honorer les emprunts contractés auprès de la BRI (si c'est bien de cette banque dont il s'agit).
Je trouve aussi sur internet que le stock d'or ex-tchèque détenu par la banque d'Angleterre est revendu au profit de la Reichbank, en mars 1939, grâce à la BRI.
Dans mes souvenirs, l'Allemagne nazie rembourse rubis sur l'ongle les anglo-saxons pendant toute la durée de la guerre. Bien sûr grâce au pillage des ressources des pays occupés et à l'or prélevé sur les malheureux juifs.
Hitler a donc indéniablement apporté une période de prospérité aux allemands, mais à crédit et avec pour prix la guerre.
Cela explique la grande réticence actuelle des allemands à faire vivre l'Etat à crédit.
Cordialement.

Merci pour le compliment mais j'avoue que je n'ai pas osé trop rentrer dans le détail, j'ai simplement voulu montrer les mécanismes utilisés par le 3º Reich afin à la fois de résorber le chômage et de préparer une guerre inéluctable.
Il s'agit bien de la BRI dont le rôle est des plus troubles durant les années 30-40
Quant à la période de la guerre j'ai commencé à travailler sur le sujet et je pense bientôt mettre en ligne un papier sur l'économie allemande durant la guerre.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Berliner68



Inscrit le: 05 Nov 2017
Messages: 82
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer Fév 13, 2019 22:59    Sujet du message: Re: l'èconomie allemande et le nazisme 1933-1939 Répondre en citant

requesens a écrit:

Quant à la période de la guerre j'ai commencé à travailler sur le sujet et je pense bientôt mettre en ligne un papier sur l'économie allemande durant la guerre.

J'ai hâte de lire ça ! Encore bravo pour la première partie !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 1847
Localisation: Kuala Lumpur

MessagePosté le: Jeu Fév 14, 2019 03:50    Sujet du message: Re: l'èconomie allemande et le nazisme 1933-1939 Répondre en citant

requesens a écrit:

Il s'agit bien de la BRI dont le rôle est des plus troubles durant les années 30-40.


La BRI n’est que l’émanation des banques centrales de la plupart des pays du monde, qui en sont les actionnaires. De mémoire (j’y ai passé un entretien d’embauche, il y a longtemps), l’institution vivait (et peut-être vit encore, qui sait) dans un monde révolu, et tenait ses comptes en une monnaie qu’elle était seule à utiliser : le Franc Or.
_________________
"Les grands orateurs qui dominent les assemblées par l'éclat de leur parole sont, en général, les hommes politiques les plus médiocres." Napoléon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3520
Localisation: Tours

MessagePosté le: Jeu Fév 14, 2019 09:19    Sujet du message: Répondre en citant

La BRI existe toujours et à su s'adapter aux réalités mouvantes pour se perpétuer jusqu'à nos jours. Et il semble qu'elle utilise un instrument appelé Droits de Tirage Spéciaux pour ses opérations. Pendant la guerre elle est officiellement neutre mais continue à traiter avec les nazis, à la grande colère des alliés qui avaient demandé le contraire. Ce qui lui vaut d'échapper de peu à la disparition à la fin du conflit, mais elle arrive à rebondir grâce à Churchill et effectue un recentrage initial sur l'Europe avant de s'étendre au monde entier.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 758

MessagePosté le: Dim Fév 17, 2019 21:13    Sujet du message: l'èconomie allemande et le nazisme 1933-1939 Répondre en citant

L'économie allemande et le nazisme : 1939-1941

Pour l’économie allemande qui se débattait déjà dans une crise, la déclaration de guerre fut un double choc, humain et technique.
Depuis la fin de 1938, le 3º Reich connaît une situation financière fortement dégradée, la Reichbank allant jusqu’à évoquer un risque imminent de cessation de paiements. Que c’est il passé ? cette même année Hitler a exigé une accélération de la production militaire avec un triplement de la production, exigence que l'industrie ne peux honorer. Cet effort représente 30% du revenu national. Le financement est d’autant difficile plus que la situation internationale ( crise des Sudètes) n’encourage pas les investisseurs. Toutefois après Múnich, dans une poussée d’optimisme un emprunt intérieur sera couvert, encouragée par ce succès la Reichbank répéta l’operation mais cette fois ce fut un échec, un tiers des titres ne trouvant pas preneur. Au final l’état fit appel à la planche à billets accroissant ainsi encore plus la masse monétaire, celle ci avait davantage augmentée en un an ( janvier 38-janvier 39) que durant les 5 précédentes années.
H.Schacht ( qui après sa démission du poste de ministre de l’économie avait conservé son poste de directeur de la Reichbank ) et ses deux principaux collaborateurs informèrent directement Hitler de la situation et appelèrent de leurs voeux un changement de politique avec un strict respect des règles budgétaires. Cet appel se solda par l’éviction des 3 dirigeants ( dont Schacht ) et par l’adoption d’un nouveau plan financier, celui-ci faisait appel à des expédients jusqu’alors inconnus. Les fournisseurs de l'état devaient accepter d’être payés à hauteur de 40% en crédit d’impots, ceux-ci n’étaient bien sur pas escomptables mais venaient en déduction de futurs prélèvements. Au final, il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un prêt forcé payé par les entreprises au profit du Reich, mais cela ne suffit pas à résoudre le problème. Les exportations plongeaient par manque de biens exportables, ce déficit des ventes se traduisait par une baisse des rentrées de devises à un point tel que la Reichbank pu affirmer qu’elle n’avait “plus de réserves d’or ni de devises”. La politique de production massive d’armes était tout simplement incompatible avec le respect des règles traditionnelles de gestion d’un état.
Notons toutefois que de façon originale et imprévue l’entrée en guerre apporta à l’état une nouvelle source de revenus. L’instauration du rationnement en 1939 limita de nombre de biens de consommation en circulation, donc a revenus constants l’épargne des ménages s’en trouva renforcée, ce qui se traduisit par une hausse des dépôts bancaires. Les banques et caisses d’épargne durent prêter ce nouvel encours au Reich à hauteur de 8 milliards de Reichmarks en 1940 et près de 13 milliards en 1941
L’Allemagne intensifia ses efforts diplomatiques afin de sécuriser ses échanges commerciaux, bien sur avec les régimes idéologiquement proches ( Italie, Espagne, Hongrie ) mais aussi avec d’autres comme la Roumanie et son pétrole. Ceci nous amène à évoquer l’aspect économique du pacte germano-soviétique, En 1940, l’URSS couvre par ses exportations vers l’Allemagne 74% des besoins annuels de cette dernière en phosphate, 67% de l’amiante, 65% du chrome, 55% du manganèse 40% du nickel et 34% du pétrole et livre 1 million de tonnes de céréales. Moscou se transforme en un partenaire économique de premier plan.
Nous ne reviendrons pas sur le déclenchement du conflit bien que l’aspect économique l’éclaire d’un jour nouveau, l’Allemagne s’est engagée dans une course aux armements qui est devenue ingérable, elle est en constant manque de matières premières et de devises. Cette situation était sans issue et n'aurait pu se résoudre que par un changement radical de politique que les nazis ne pouvaient ni accepter ni envisager.
Une fois la guerre déclarée, l’économie se trouve donc dans une situation de choc humain et technique.
En 1939 le taux de chômage dans le Reich était de 0.5% de la population active, clairement le pays connaissait le plein emploi et manquait de bras, or la mobilisation de millions d’hommes risquait de poser d’insurmontables problèmes dans l’industrie et l’agriculture. Technique en second lieu car comme nous l’avons vu précédemment l’Allemagne a un besoin vital de matières premières, la déclaration de guerre va provoquer à la fois une réallocation des ressources et une raréfaction de celles-ci. Les alliés forts de leur supériorité navale bloque le commerce avec l’outre-mer et font pression sur les partenaires européens de l’Allemagne afin que ceux-ci réduisent leur exportations.
Voyons le problème inhérent au manque de main d’oeuvre,. Près de 4.000.000 d’hommes furent mobilisés en 1939 et 1 million de plus début 1940, comment faire pour les remplacer?. Un appel accru a la main d’oeuvre féminine était difficilement envisageable car l’economie allemande était déjà relativement féminisée, dans les mois précédant la guerre les femmes représentaient un tiers de la main d’oeuvre allemande, fin 1940 ce chiffre s’elevait à 41% et continua à s’elever légèrement durant le conflit.
En fait la solution adoptée fut la réallocation des ressources humaines en donnant la priorité aux industries d’armements sur celles de biens de consommations, en un an ( 1939/1940) la part de la main d’oeuvre travaillant pour la Wehrmacht passa de 20 à 50%. De plus, l’ètat pouvait de façon discrétionnaire affecter les travailleurs aux taches considérées comme prioritaires. En dépit de ces décisions, l’Allemagne de 1939 était confrontée a un dilemme, elle avait besoin de main d’oeuvre pour produire des armes, armes fabriquées au profit d’une armée qui avait besoin de soldats.
Une première solution fut le recours à la main d’oeuvre étrangère: 350.000 soldats polonais prisonniers furent mis au travail en contradiction avec le droit international et l’on accrut le nombre de travailleurs civils étrangers qui atteignit 800.000 personnes dont au moins 200.000 polonais. Cette politique se généralisera dans la deuxième phase de la guerre.
L’incroyable victoire à l’ouest fut pour les nazis la démonstration que leur stratégie était la bonne tant au niveau économique que militaire et n’incita pas à une analyse critique de la situation. Les faiblesses trop apparentes furent en partie compensées par le pillage des pays occupés.
La Reichsbahn souffrait depuis des années de sous capacité, afin d’améliorer la situation 4620 locomotives et 140.000 wagons furent confisqués aux chemins de fer français , belge et hollandais. Ces mêmes pays fournirent à leur corps défendant 81.000 de tonnes de cuivre, ainsi que d’importantes quantités de nickel, d’étain et de pétrole, sans parler des énormes quantités de matériels militaires dont ce saisira la Wehrmacht. Concernant plus précisément la France, en juin 1941 près de 10.000 machines outils et 188.000 tonnes de métaux non-ferreux avaient été saisies et expédiées en Allemagne.
Une fois ce stade de prédation passé, les autorités nazies imaginèrent une intégration économique plus poussée des pays occupés par le biais d’un système de compensation centralisé. L’idée était simple puisque déjà utilisée par la Reichbank, une entreprise exportatrice vers l´Allemagne était payée non pas par ses clients allemands mais par sa propre banque centrale dans sa devise ( une entreprise française était payée par la banque de France en francs ), celle-ci inscrivait alors ce paiement au passif du compte de compensation de la banque centrale allemande et normalement une compensation était réalisée mais ici le compte débiteur de l'Allemagne n'était jamais régularisé!. Fin 1944 la Reichbank devait 30 milliards de marks dont 8.5 à la France.
Mais tout cela n’était toujours pas suffisant pour financer l’effort de guerre allemand, il fut donc décidé que les pays occupés y participeraient par le biais de paiement de frais d’occupations. Ces états durent payer des sommes qui n’avaient que peu de rapport avec les coûts réels des militaires stationnés sur leur territoire, ainsi la France payait-elle 20 millions de marks par jour ! ( le Reich accepta comme paiement les actions de sociétés contrôlées par des capitaux français comme celle de la mine de cuivre de Bor en Yougoslavie ou d'autres liées au pétrole de Ploesti ). En fait, l´Allemagne se heurtait en dépit de ces succès aux limitations imposées par le blocus anglais, le cas le plus évident était le pétrole. La production européenne de l'époque se limitait essentiellement à celle de la Roumanie ( hors URSS ) or celle-ci etait limitée, la priorité fut donc accorder à l'Allemagne, la France par exemple ne recevant plus que 8% de sa consommation d'avant guerre, ce qui eu des conséquences désastreuses pour les économies des pays occupés. La situation était quasiment la même pour le charbon. La production ne couvrait pas les besoins et par manque de main d'oeuvre la productivité des mines y compris les allemandes baissait et ce en dépit des 70.000 travailleurs étrangers qui y avaient été affectés. Ces pénuries provoquaient des goulets 'd'étranglement qui nuisaient à la production industrielle de la zone dominée par l'Axe.
Seule l'économie allemande connut une croissance économique durant la période du conflit, les pays occupés connurent au mieux la stagnation mais plus souvent comme ce fut le cas de la France une récession continue. Les ressources de la périphérie étaient allouées au centre, seule une réorganisation drastique aurait pu améliorer la situation. Le Reich, en 1941 voit se dresser face à lui la puissance conjuguée des USA et de l'URSS alors que la gestión de ses capacités industrielles n'est pas optimale, l'Allemagne continue à produire autant de biens de consomations qu'avant-guerre et pour des raisons politiques accroit ses exportations vers ses alliés mais aussi vers certains neutres comme la Turquie ( l'Angleterre au contraire optera pour une politique inverse), alors qu'en parallèle sa production d'armes croit lentement au regard de celles de ses adversaires. Regardons quelques chiffes ( entre parenthèses les chiffres soviétiques et américains):
Avions :
1940 : 10200 ( ?)
1941 : 12400 (3.950 - 19.400)
1942 : 15400 ( 25.450 - 47.500)
Chars :
1940 : 2200 ( ? )
1941 : 5120 ( 4.750 - 4.000 )
1942 : 9400 ( 24.700 - 25.000)
L'échec de Barbarossa et la fin de l'espérance dans une victoire rapide obligea le Reich à des réformes drastiques à partir de 1942 et a basculer dans l'économie de guerre.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7183

MessagePosté le: Dim Fév 17, 2019 21:46    Sujet du message: Répondre en citant

Dans son livre, Albert Speer explique que l'Allemagne devait gagner la guerre avant 1946.
Pourquoi 1946 ? Parce qu'au rythme de son utilisation au cours de la guerre, l'Allemagne n'aurait plus un gramme de chrome en 1946.

Pas de chrome = pas d'acier inoxydable....
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 587
Localisation: Sébastopol

MessagePosté le: Lun Fév 18, 2019 18:27    Sujet du message: Répondre en citant

Il manquait aussi de manganèse, de nickel et de tungstène. La qualité des blindages des chars s'en est cruellement ressentie à partir de fin 1943. D'ailleurs FTL, il faudrait peut-être intégrer cette donnée aux combats sur le front russe : en conservant Nikopol et l'industrie sidérurgique ukrainienne, les Soviétiques disposent de chars nettement mieux blindés que durant l'année 1942 et la suivante.

Mais entre tous les problèmes, celui qui a coulé l'économie allemande en 1945 fut la destruction de son réseau de transports.
_________________
- Mister Graham, tell this man to fire at me !
- I beg your pardon ?

The Last Samurai
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 758

MessagePosté le: Lun Fév 18, 2019 18:42    Sujet du message: Répondre en citant

ciders a écrit:
Il manquait aussi de manganèse, de nickel et de tungstène. La qualité des blindages des chars s'en est cruellement ressentie à partir de fin 1943. D'ailleurs FTL, il faudrait peut-être intégrer cette donnée aux combats sur le front russe : en conservant Nikopol et l'industrie sidérurgique ukrainienne, les Soviétiques disposent de chars nettement mieux blindés que durant l'année 1942 et la suivante.

Mais entre tous les problèmes, celui qui a coulé l'économie allemande en 1945 fut la destruction de son réseau de transports.


Et de caoutchouc!.
En fait tout ceci est tellement exact que l'on doit se demander comme l'Allemagne a pu affronter durant plus de 5 ans les occidentaux et les soviétiques. Un élément de réponse apparait dans la partie qui será consacrée à la période 42-45.
Mais j'ai parfois l'impression que la partie européeenne de la 2º guerre aurait tout aussi bien pu être bouclée en quelques mois avec au final une raclée phénoménale infligée à l'Allemagne, cela c'est joué à tellement peu!.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 2 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com