Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Avril 1944, la 2e Campagne de France
Aller à la page 1, 2, 3 ... 24, 25, 26  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10097
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 12:04    Sujet du message: Avril 1944, la 2e Campagne de France Répondre en citant

(Toujours par Patzekiller)


1er avril
Kriegspiels
Paris
– Une réunion rassemble autour de von Rundstedt les différents responsables de la Wehrmacht en France jusqu’au niveau du corps d’armée, avec leurs adjoints. Il est fait état des derniers développements sur le front sud (appellation que la propagande allemande préfère à celle de front français), mais également des perspectives en relation avec la situation locale des corps et des derniers renseignements sur l’ennemi.
Tout le monde s’accorde pour dire que le grignotage par les reliefs mené durant l’hiver par les Franco-Américains ne saurait durer et que les grandes offensives blindées en plaine vont reprendre avec le retour de la belle saison. Mais si ces grignotages hivernaux ont étiré le front, ils ont aussi placé un certain nombre d’unités adverses en position favorable pour une manœuvre de flanquement de la plaine. Nombre de responsables sont également d’accord pour dire que les Français, qui tiennent la partie est du front, restent leurs adversaires les plus dangereux : en effet, les reconnaissances sur l’Angleterre montrent que des forces nombreuses y sont accumulées, avec au moins quatre divisions aéroportées, en pointe dans l’invasion à venir, et au moins autant d’armées. Or, les derniers Kriegspiels joués à l’état-major montrent bien qu’une percée en vallée du Rhône, associée à un débarquement dans le Pas-de-Calais, conduirait à un encerclement de la majorité des troupes stationnées en France.
Pour une fois, l’OKW a validé ces analyses et le Führer lui-même a promis de maintenir un Panzerkorps dans le sud de l’Allemagne, prêt à franchir la frontière à la moindre velléité des Français et de leurs supplétifs. Pour s’opposer à l’éventuel débarquement sur les côtes de la Manche, la 26. Panzer et la 36. Panzergrenadier sont maintenues dans le Pas-de-Calais et en Belgique, avec cette mission exclusive.
Certains résultats extrêmes des simulations de “l’hypothèse Rhône-Calais” sont tels qu’ils font quelque peu négliger tout autre cas de figure, comme une offensive américaine vers Toulouse, qui serait sans doute destinée à attirer des forces allemandes dans ce secteur, ou un débarquement dans un autre secteur, comme la Bretagne ou la Normandie, qui ne conduirait pas aux situations d’encerclement extrêmes appréhendées. Bref, il ne s’agirait sans doute que de diversions mais, pour parer à l’imprévu, il est malgré tout décidé de ne pas démunir la 1. Armee d’une seule de ses unités.


2 avril
Veuve Noire
Marseille
– Pour tenter de garder une certaine initiative et d’entraver la logistique alliée, un raid nocturne de He 177 du KG 100 s’en prend au port de la cité phocéenne. Les dégâts infligés sont modérés, mais l’un des Grief ne rentre pas à sa base. En effet, le GC II/8 testé cette nuit-là un nouvel appareil, dont un exemplaire a été mis à sa disposition par Northrop à fins d’évaluation : le P-61 Black Widow. Un bombardier allemand est abattu et s’écrase dans les collines de l’Arbois – sa carcasse restaurée peut toujours être admirée au Musée de l’Aviation de Marignane.
Au matin, pendant que l’équipage américain célèbre cette victoire, les mécanos s’activent sur le bimoteur noir. Le rapport des rampants du II/8 signalera à l’état-major une certaine fragilité mécanique.


3 avril
Accalmie
Sud de la France
– Le calme règne sur le front. Le redoux amène une recrudescence des patrouilles et des accrochages ; il n’y a cependant aucun fait notable à signaler.
………
Toulouse – Peu après Dragon, une partie de la jeunesse de la ville a rejoint les maquis de la région, notamment ceux de Saint-Lys, Fonsorbes, Nailloux et Rieumes. Au printemps 1944, la Résistance dans la région toulousaine est bien organisée et ses actions sont efficaces, plongeant l’Occupant dans un climat d’insécurité. L’objectif est de retarder l’acheminement des renforts et du ravitaillement vers le front du Languedoc. Néanmoins, en ce qui concerne Toulouse, les ordres d’Alger sont clairs : il faut éviter que les Allemands ne commettent un massacre ou ne se livrent à des destructions massives dans la ville. Le précédent du Vercors étant dans toutes les mémoires, l’insurrection ne doit être déclenchée qu’au dernier moment, en liaison avec les troupes américaines.


4 avril
Guerre aérienne
Massif Central
– Si, au sol, on continue à s’observer en chiens de faïence, il n’en est pas de même dans les airs, où les raids quotidiens de la 15th AF donnent souvent lieu à de furieux combats, parfois observables depuis le sol. En fin d’après-midi, les troupes américaines positionnées sur les collines autour de Florac, au sud de Mende, sont témoins des sarabandes de nombreux chasseurs, dont certains vont percuter la planète dans leur secteur.
Une des victimes n’est autre que le Hauptmann Lemke, du II/JG 2, qui est abattu peu après sa 53e victoire par un P-38 du 1st FG. Trop bas pour abandonner l’appareil, il n’a d’autre solution que de vautrer son avion dans un pré dans le secteur de la 88th DI. Très rapidement, alors qu’il reprend ses esprits et essaye de détacher son harnais, il entend des cris en anglais. Ne voyant personne, il se dit que la réciproque est sans doute vraie et décide de faire le mort dans son cockpit. Cela fait à peine une poignée de secondes qu’il a fermé les yeux et s’est immobilisé qu’il sent que des mains débloquent la verrière et commencent à le fouiller, s’emparant de son Lüger, de sa dague et de divers autres petits objets. Quelques minutes plus tard, le bruit diminue progressivement, la patrouille semble s’éloigner. Cependant, un rapide coup d’œil lui montre deux sentinelles à une vingtaine de mètres de là en train de bavarder en fumant une cigarette, ne portant semble-t-il aucune attention à la carcasse de l’appareil et au cadavre qui l’occupe. Le temps passe, le soir va tomber et la patrouille ne semble pas pressée de revenir, alors que les deux factionnaires se sont éloignés un peu plus pour profiter du point de vue. La limite du sous-bois n’est qu’à une dizaine de mètres, le coup est faisable.
Lentement et précautionneusement, il se désangle et s’extrait de la carlingue. Il arrive ainsi à fausser compagnie à ses gardiens (qui, il est vrai, croyaient ne surveiller qu’un mort). Il rejoindra les lignes de la 334. ID deux jours plus tard.


5 avril
Guerre aérienne
Sud de la France
– L’actualité reste dans le domaine aérien avec l’entrée au club des As du lieutenant Félix Brunet, du GC II/6, qui s’offre un Fw 190 dans le secteur de Romans.
Les Allemands, se sachant en infériorité, ont adopté une tactique qui consiste à patrouiller en force une trentaine de kilomètres en arrière de la ligne de front. Ils essaient ainsi de contrer les raids de quadrimoteurs américains passant par là, mais aussi de harceler les troupes alliées. Subitement, un ou deux appareils se détachent du groupe et franchissent la ligne de front “en radada” pour un rapide raid de nuisance. Les patrouilles alliées n’ont que très peu de temps pour agir et sont parfois attirées dans des traquenards. De plus, l’effet sur le moral des troupes au sol, qui doivent subitement s’abriter des projectiles d’un avion que l’on n’a pas vu arriver, est notable. Au sein de la piétaille qui commence à subir l’inaction, certains vont jusqu’à évoquer Quarante, lorsque l’Armée de l’Air était absente au-dessus de leurs têtes. Pour contrer ce phénomène, les journaux et les radios ont pour instruction de monter en épingle les victoires comme celle du lieutenant Brunet, montrant que les aviateurs veillent malgré tout.


6 avril
En haute montagne
Alpes françaises
– Le général von Hössling n’a pas du tout apprécié le récent recul de ses troupes et en particulier celui du 904. Regiment, qui n’est plus maintenant qu’à une dizaine de kilomètres de la frontière italienne. Une nouvelle percée française ouvrirait la route de Coni, au sud de Turin, à moins de cinquante kilomètres de là. Il lui faut retrouver une certaine profondeur stratégique – de plus, il a reçu de l’OKW l’ordre de lancer une attaque dans ce secteur (à la demande, selon la rumeur, de Mussolini en personne). Aussi le chef de la 188. GbJg Division a-t-il décidé de contre-attaquer en pince avec une partie du 903. Rgt en appui. La victime est le 6e BCA, qui s’est avancé dans la vallée de l’Ubaye et autour de Jausiers.
Après une approche nocturne, l’attaque est déclenchée de front le long de la D900, au nord, et depuis les Grandes Côtes sur la route de Lans. Dans le même temps, une compagnie avec ses soutiens a débordé la Pointe Fine et la crête de Costebelle, à 2 500 mètres, au pied du Grand Bérard, pour s’emparer de l’avant-poste de la Maison Forestière. Tout au sud, le second bataillon du 903. GbJg Rgt mène une action de fixation en direction du Sauze, tandis qu’une compagnie a mené un débordement et débouche à l’aile sur le Villard de Faucon.
Les combats durent toute la journée. Si le BCA tient bien autour de Barcelonnette et sur son flanc sud, deux sections se sont maintenant repliées dans Jausiers, où elles sont coupées du reste du bataillon. Par chance, la radio fonctionne correctement, ce qui permet de guider quelques frappes aériennes, empêchant les Allemands de déboucher. La nuit va être longue et la division alpine rameute en urgence dans ce secteur de l’artillerie et des éléments du 4e Chasseurs.


7 avril
En haute montagne
Alpes
– Les Français préparent à leur tour une contre-attaque. Pas tant pour reconquérir le terrain perdu que pour se donner de l’air, dans cette vallée qui semble de plus en plus étroite. Il faut aussi essayer de dégager les sections piégées dans Jausiers, qui est maintenant pratiquement détruit. Heureusement, les Alpins disposent à présent d’un solide appui d’artillerie, dont une section de mortiers de 160 et une batterie de 155, appui auquel s’ajoute l’intervention régulière des chasseurs-bombardiers de la 2e EC.
Les gebirgsjägers tentent néanmoins de poursuivre leur avance, mais ils piétinent toute la journée, sous les tirs de mortiers lourds et de roquettes, dont l’efficacité augmente avec la fonte des neiges. A la nuit, les éléments avancés du 4e Chasseurs recueillent la moitié des hommes qui étaient encerclés dans Jausiers : ils ont réussi à rejoindre les lignes amies en abandonnant les blessés à la mansuétude de l’ennemi.


8 avril
En haute montagne
Alpes
– La solidarité des montagnards n’est pas un vain mot ! Les chefs des deux divisions de montagne françaises se sont concertés pour contre-attaquer. Ainsi, au sud, le 7e RTM monte à l’assaut des positions du 903. GbJg Rgt. Les chasseurs autrichiens, déjà fort peu à l’aise pour manœuvrer entre les deux unités françaises, cèdent du terrain devant les « tueurs en robe de chambre » et sont obligés de stopper leur action au nord, soulageant ainsi les positions du 6e BCA entre le Sauze et le Villard de Faucon. Cet allègement de la pression à l’aile des Alpins leur permet de manœuvrer pour reprendre les avant-postes de la Maison Forestière et de la Pointe Fine, ce qui permettra dès le lendemain de guider plus efficacement l’artillerie.


9 avril
En haute montagne
Alpes
– Alors que les combats continuent sur le flanc sud, les Alpins du 6e BCA repassent à l’offensive. Leurs adversaires du 904. Rgt, s’ils disposent encore de la supériorité numérique, sont maintenant dans une situation de choc frontal où les appuis des Français jouent à plein, surtout dans la vallée. L’attaque, appuyée par les M-7 du 4e Chasseurs, permet de reprendre Jausiers en fin d’après-midi. On ne retrouve que quelques-uns des blessés français laissés là deux jours auparavant ; mais il y a dans l’église, transformée en hôpital de fortune, de nombreux blessés allemands, pour qui la guerre est maintenant finie.


10 avril
En haute montagne
Alpe
s – Les Allemands reculent sur leurs anciennes positions sur les hauteurs. Les anciens réservistes autrichiens ont subi des pertes douloureuses, pour un motif en grande partie politique. Les ordres de la division sont à présent de maintenir une posture défensive ferme. Il s’agit, tant que la frontière n’est pas atteinte, de préserver le sang allemand.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kirishima



Inscrit le: 10 Nov 2013
Messages: 143

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 13:47    Sujet du message: Re: Avril 1944, la 2e Campagne de France Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
2 avril
Veuve Noire
En effet, le GC II/8 testé cette nuit-là un nouvel appareil, dont un exemplaire a été mis à sa disposition par Northrop à fins d’évaluation : le P-61 Black Widow. Un bombardier allemand est abattu et s’écrase dans les collines de l’Arbois – sa carcasse restaurée peut toujours être admirée au Musée de l’Aviation de Marignane.
Au matin, pendant que l’équipage américain célèbre cette victoire, les mécanos s’activent sur le bimoteur noir.

L’évaluation se faisant dans une unité française ne peut-on envisager un membre d’équipage tricolore ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10097
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 13:53    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, au début en tant qu'observateur.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1891
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 14:07    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vraiment regrettable que nous n'ayons personne pour faire des profils d'avion. Un P61 français ! Wink
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10097
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 14:29    Sujet du message: Répondre en citant

Comment ça, personne ? Tu n'as pas été voir notre galerie d'avions ??
Tu vas faire de la peine à Fregaton (notamment).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3290
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 14:46    Sujet du message: Répondre en citant

les finances n'étant pas extensibles, le black widows ne volera finalement pas sous les cocardes Wink
cet épisode "pour meubler" d'un point de vue rédactionnel est juste là car se classant dans les évènements atypiques : la seule victoire du II/8 sur p61, et en plus la carcasse existe encore dans un musée
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 403
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 14:52    Sujet du message: Re: Avril 1944, la 2e Campagne de France Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
[b](Toujours par Patzekiller)


[b]6 avril

Après une approche nocturne, l’attaque est déclenchée de front le long de la D900, au nord, et depuis les Grandes Côtes sur la route de Lans.


Ce ne serait pas plutôt la N100, si je ne me trompe?
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1891
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 15:13    Sujet du message: Répondre en citant

Je reformule ... plus personne (pour l'instant). Et c'est justement parce que son travail est très apprécié ! Je pense vraiment qu'il faut faire une planche de décals FTL. Pendant la guerre,certainement Patz. Mais après ? Plutot que de dynamiter tout ca sur place OTL ... Crying or Very sad
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3290
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

oui, à l'époque, mais je garde les appellations de route actuelles pour que lecteur puisse s'y retrouver sur la carte…
à cet endroit la N100 a été déclassée en D900 dans les années 70.
s'y j'avais parlé de N100 j'aurais eu la remarque inverse Wink plus celle qu'on ne retrouve pas cette route dans ce secteur. je fais donc le choix volontaire, que j'estime plus pratique, de garder les numérotations routières actuelles
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 572

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 15:39    Sujet du message: Répondre en citant

Concernant la veuve, il me semble avoir lu quelque part - oui, je sais, ce n'est pas très précis - que l'appareil étant considéré comme "sensible" par ses concepteurs, les spécimens opérant sur le territoire français fin 44 étaient gardés jour et nuit.
Dans ces conditions, admettre un "observateur" étranger, fût-il français, dans l'habitacle en opération, est-ce envisageable ?
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10097
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 15:49    Sujet du message: Répondre en citant

L'observateur n'est pas là pour espionner, mais pour faire un rapport qui peut déboucher sur une commande !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1556
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 16:35    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Je pense vraiment qu'il faut faire une planche de décals FTL.


C'est prévu dans ma tête, mais je manque de courage pour le moment. Rolling Eyes
_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3290
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 16:37    Sujet du message: Répondre en citant

...et il s'agit d'une demonstration ayant lieu de nuit et dans le plus grand secret.
l'appareil arrive, pfuit, l'appareil repart...il ne reste pas sur le territoire
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 1196
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 16:43    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
C'est vraiment regrettable que nous n'ayons personne pour faire des profils d'avion. Un P61 français ! Wink


Hmmm... Bon à supposer (mais cela reste une supposition) que l'appareil de test ait été mis aux couleurs du GC II/8 pour l'occasion (histoire de flatter un possible futur client) et que l'évaluation ait duré quelque temps quand même, cela aurait pu donner éventuellement quelque chose comme ça, peut-être:

http://1940lafrancecontinue.org/images/?q=image/635-1944-northrop-p-61-ftl
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1891
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Sam Nov 10, 2018 16:50    Sujet du message: Répondre en citant

Excellent ! Cool Cool Cool Cool Cool Cool Magnifique !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 24, 25, 26  Suivante
Page 1 sur 26

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com