Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Décembre 1943 - Italie / Balkans
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, ... 29, 30, 31  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9985
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 21:37    Sujet du message: Répondre en citant

Heu, de fait, OTL, les Anglais ont eu du mal à "apprendre", dans des conditions de ce genre, que ce soit en Afrique, en Italie ou en France (Caen).
Par ailleurs, ils avancent un peu en plusieurs points, mais la seule fois où ça aurait pu donner quelque chose de concluant, ils se font contrer.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4556
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 21:53    Sujet du message: Répondre en citant

En l'occurrence, pas la seule fois, mais "les".
Et l'expérience française ne pourrait pas servir ?
Mais ce qui est le plus marquant, c'est que la supériorité navale et aérienne ne soit pas utilisée pour (essayer de) matraquer ces fortifications (c'est quand même pas le Mur de l'Atlantique hein)
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3271
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mar Fév 06, 2018 22:26    Sujet du message: Répondre en citant

delta force a écrit:
est ce que cette opération "bucephale" est le pendant de l'opération "olive" OTL ?


olive arrivera plus tard, même si la forme actuelle du front n'est pas sans quelques analogies

le brésiliens arrivent pour février en relève de la 4e DIB

pour l'appui naval :pas de cuirassés donc seule la 2 SA est sous couverture, on rappelle aussi que le bunker teuton standard est donné pour résister à du 203mm

la contre attaque n'a pas à aller trés loin, les teutons n'ont à reconquérir que qq milliers de metres. ils bougent se font taper par l'aviation, mais ils sont déjà arrivés et redeviennent invisibles Razz l'aviation a un tout petit créneau pour frapper lors de la contre attaque

sinon, l'analogie avec caen est pertinente Wink

sinon, ne pas oublier : les brits attaquent en plaine avec deux divisions et deux brigade blindées et ils se heurtent à 4 divisions dont une blindée et les deux DI installées sur des fortifs

otl, les alliés remontent au niveau de la gothic dans la foulée de la prise de rome... ils ne perceront pas avant le printemps suivant

ici, les brits en qq offensives les brits sont passé du sud de pescara au nord d'ancone par des bonds de 20 40 km à chaque fois. bucephale a un gain de zéro... ben oui les allemands se sont installé en pantoufles sur leur ligne et attendent les rosbeefs depuis 3 mois, d'ou l'impression de mains dans les poches

quant à l'aspect ré éedition je suis d'accord, et c'est pour ça qu'il n'y a pas beaucoup de jeux sur le front italien(pour simuler) : pas assez d'action, pas assez sexy, c'est toujours la meme chose
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 1785
Localisation: Kuala Lumpur

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 02:45    Sujet du message: Répondre en citant

Quand on regarde la carte de l’Italie, il y a deux choses qui frappent : la dorsale montagneuse, qui partage la péninsule en deux dans le sens de la longueur, et le fait qu’il s’agisse d’une très longue péninsule qui s’étire du nord-ouest au sud-est. Il est donc facile au défenseur d’établir des lignes perpendiculaires successives, et ainsi de ralentir au maximum la progression de l’envahisseur qui part du bas de la botte. Par contre, la configuration géographique donne a un envahisseur disposant de la maitrise navale la faculté de flanquer par la mer lesdites lignes de défenses, comme les Allies l’ont fait OTL a Salerne. Je suppose que c’est le manque de moyens amphibies qui fait que FTL ce genre d’opération ne se reproduit pas. Ce qui est sans doute dommage, parce que ça permettrait en théorie de contourner les lignes d’arrêt allemandes et de contraindre les Allemands à ne pas s’accrocher, sous peine de se voir pris à revers.
_________________
"Les grands orateurs qui dominent les assemblées par l'éclat de leur parole sont, en général, les hommes politiques les plus médiocres." Napoléon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
egdltp



Inscrit le: 07 Jan 2011
Messages: 314
Localisation: Cher

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 08:05    Sujet du message: Répondre en citant

Mais les moyens de débarquement sont peu disponibles pour le front italien : Dragon puis Overlord les sollicitent beaucoup.
Je ne crois pas qu'il y ai la possibilité d'en avoir plus pour contourner les lignes de résistance au moins avant l'été 1944 !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9985
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 11:22    Sujet du message: Répondre en citant

@ egdltp et JPBWeb : les Anglais se disent juste la même chose que vous. Mais eux ont peut-être les moyens de faire quelque chose.

@ Loïc : j'ai ajouté dans la première partie des indications sur l'appui naval (et ses limites - uniquement sur l'aile droite alliée bien sûr) et sur l'appui aérien (et ses difficultés sur ce terrain).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9985
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 11:28    Sujet du message: Répondre en citant

11 décembre
La campagne d’Italie
Remaniements
Naples
– Une réunion houleuse se tient aujourd’hui dans le grand port italien, avec la totalité des généraux du front jusqu’au niveau de la brigade.
L’emploi du corps blindé italien est au centre d’une véritable polémique. Ce corps, tout récemment déclaré opérationnel, comprend quatre unités. Toutes ont été rééquipées à l’américaine, quoiqu’avec du matériel le plus souvent de seconde main. Ce sont trois divisions blindées (corazzate), la 2e DB Emanuele Filiberto Testa di Ferro (général Boccacci-Mariani), la 10e DB Piave (général Roncaglia) et la 132e DB Ariete (général Infante), ainsi que la 102e Division Mécanisée (celere) Trento (général Masina). Ce corps a été déployé à l’ouest, en réserve de la 5e Armée US, face à la Herman Göring, afin de compenser les départs de la 1ère Armored Division US et de la 3e DB française. Les généraux italiens, prompts à s’enflammer, font valoir que leurs chars auraient été bien utiles pour percer dans la plaine des Marches, d’où ils se faisaient forts d’aller reprendre Bologne. Certains parmi les plus véhéments n’hésitent pas à sous-entendre que certains chez les Alliés feraient volontiers durer la guerre en Italie. Il faut tout le charisme et la diplomatie du général Frère pour signaler que les Allemands ont aussi leur mot à dire dans cette histoire.
L’ambiance se calme peu à peu. L’examen des rapports de pertes montre clairement qu’il faut retirer la 1ère South African Division du front et faire monter en ligne la 78e Infantry Division britannique. L’attrition des troupes sud-africaines est suffisante pour que cela devienne une affaire politique, les généraux sud-africains ayant fait remonter au Cap leurs motifs de désappointement : « Premiers sur la brèche mais derniers servis en matériel moderne ». Quelques jours plus tard, pour calmer le gouvernement de Pretoria, Londres décidera d’offrir le matériel d’une vraie division blindée à l’Afrique du Sud. La 1ère SA Infantry Division sera donc transformée en 6e South African Armoured Division. Cette mutation exigera cependant plusieurs mois
On évoque également la puissance de la contre-attaque allemande. Il est clair que pour forcer la ligne Gothic, il faudra des unités spécialisées du génie, voire un contournement par un débarquement. Quelques-unes des unités de génie blindées qui ont si bien réussi lors des débarquements en France vont être demandées à Londres, et les planificateurs de l’état-major se penchent sur les diverses hypothèses d’opération amphibie.


12 décembre
La campagne d’Italie
Satisfaction
Front italien
– Une réunion similaire à celle de la veille se tient à Milan, mais cette fois, entre généraux allemands. On est extrêmement satisfait. La Gottenstellung tient ses promesses, elle a raboté les pointes ennemies et une bonne contre-attaque blindée a effacé annihilé ce qu’il en restait.
Le général Kesselring a le sourire aux lèvres : il aura un beau succès à présenter à son Führer, et un succès obtenu à moindre coût. Il a respecté scrupuleusement les ordres de conserver l’Italie “utile”, du moins la plus grande partie – il était donc sans intérêt de poursuivre l’ennemi et de s’exposer aux coups en allant trop loin. Kesselring sait que le temps des vaches grasses est révolu, que l’ogre rouge approche des frontières du Reich et qu’il va savoir se contenter de moyens limités pour tenir les Alliés à bout de gaule en haut de la botte italienne.


13 décembre
Opération Walrus
Adriatique
– Après quelques jours de remise en condition, les missions Walrus reprennent. Les Beaufighter et les Beaumont des Sqn 89, 605 et 18, 55 mènent au lever du jour un raid à basse altitude contre le port de Trieste. Si deux appareils sont abattus par la Flak, les résultats sont malgré tout positifs puisque, entre autres, l’un des rares bâtiments de l’Axe survivants, le torpilleur d’escorte Spada, est gravement endommagé par un impact direct. La partie supérieure de la proue arrachée, le navire ne sera pas réparé avant la fin du conflit.


14 décembre
La campagne d’Italie
Front italien
– Journée sans incident, hormis quelques échanges de tirs.


15 décembre
La campagne d’Italie
Missions Strangle
Front italien
– Les missions Strangle, destinées à interdire les mouvements ferroviaires de l’ennemi pour gêner sa logistique, ont également repris. Ainsi, la région de Bologne fait l’objet d’un raid des P-47 ornés de l’éclair rouge du 324e FG, couverts par les Mustang du 57e FG.
A la suite d’un pari (ou d’une plaisanterie, les journaux de marche des escadrilles n’en ont pas gardé une trace précise), les pilotes du 57e ont promis de venir faire leur dégagement du soir avec ceux du 324e sur leur terrain de Grosseto. En fin d’après-midi, les mécanos du 324e voient apparaître un quadrimoteur qui cherche visiblement à se poser. Un B-17 égaré ? Non, le bruit n’est pas le même… L’appareil non identifié se pose et les rampants ont la surprise de voir débarquer une bande de pilotes braillant et chantant. Il s’agit d’un Piaggio P-108 capturé et conservé pour son usage personnel par le 57e. Le groupe s’est fait une spécialité de trimballer toute une collection de véhicules peu orthodoxes. Cette fois, le P-108, maintenu amoureusement en état de vol par les mécaniciens du groupe, a servi de transport pour emmener les pilotes du 57e FG, basés sur l’île d’Elbe, en visite chez leurs voisins du continent.


16 décembre
Discrimination
Rome
– Le colonel Benjamin O’ Davis, du 99e FS, s’envole pour Washington. Il aura à cœur là-bas de défendre ses hommes, les Tuskegee Airmen, seuls pilotes noirs de l’USAAF, devant une commission sénatoriale. Celle-ci doit décider de la viabilité de l’escadrille à la suite de la publication d’un rapport reprenant largement les récriminations du colonel Momyer, du 33e Fighter Group (avec lequel le 99e FS opérait au début).
Cet officier, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est partisan d’une stricte ségrégation raciale, a rassemblé dans un document à charge le moindre incident survenu en relation avec les hommes de couleur du 99e FS, ainsi que toute une série de statistiques interprétées de manière biaisée et partiale. Le colonel Davis se prépare donc à lutter pied à pied pour démonter les affirmations de ce rapport.


17 décembre
La campagne d’Italie
Missions Strangle
Front italien
– Nouvelle mission Strangle pour les hommes du 57e Fighter Group, mais cette fois en couverture des “Jugs” du 325e FG. Le capitaine Norman McDonald, membre des Checkertails, se distingue en remportant quatre victoires d’un coup, ce qui porte son total à douze. Cet ex-pilote du 52e FG terminera son tour d’opération au 325e les semaines suivantes, sans obtenir d’autres victoires.
Quelques années après la guerre, McDonald témoignera lors d’une interview, reprise dans le magazine Aérojournal, en comparant Mustang et Thunderbolt : « Le Mustang était une lady qui vous traitait bien tant que vous faisiez de même. A la première incartade, elle vous laissait tomber comme une vieille chaussette. Le Jug par contre était une vieille pute, vous pouviez la maltraiter mais elle ne vous en aimait que davantage et vous restait fidèle… ».


18 décembre
La campagne d’Italie
Diversion à l’italienne
Front italien
– En France, les Allemands viennent de déclencher l’opération Nordwind, dont les progrès inquiètent les états-majors alliés. C’est pourquoi il est demandé à Clark de lancer une attaque de diversion sur le front italien. Fidèles à leur habitude depuis la prise de Florence, les généraux italiens font justement le siège de l’état-major allié avec toutes sortes de plans d’offensive.
L’un d’eux est une opération dite “65” (Sessantacinque), destinée à déborder les défenses allemandes à travers les reliefs avec leur corps de montagne. La 1ère DI de Montagne Superga doit percer au nord de Pistoia, le long des Routes 64 et 66, à la jonction entre deux unités ennemies, les 112. et 356. ID. Le commandement allié donne cette fois son accord, mais les objectifs sont limités. Il faut seulement faire croire à l’ennemi que les Alliés préparent une nouvelle offensive d’importance sur ce front. Seule la Superga sera engagée, pas tout le corps de montagne (qui comprend aussi les divisions Acqui, Arezzo et Cuneense).


19 décembre
La campagne d’Italie
Opération Sessantacinque
Front italien
– En préliminaire à “65”, les fantassins du 92e Rgt de la Superga doivent prendre une colline au nord-ouest de Pistoia, sur laquelle se trouve une position avancée de la 112. ID, comprenant le hameau de Sarripoli. La prise de cet observatoire permettra de dominer les arrières et notamment la route de Cireglio, qui passe de l’autre côté du relief dans la vallée.
De l’autre côté, le 91e Rgt doit d’abord escalader une autre colline afin de pouvoir emprunter la Route 64, qui passe là. Cependant, les Italiens n’ont pas prévu qu’ils rencontreraient une densité aussi élevée de mines et d’armes automatiques. Leurs assauts sont repoussés, il faudra retenter le coup le lendemain, après une préparation adéquate.


20 décembre
La campagne d’Italie
Opération Sessantacinque
Front italien
– Avec l’appui des Airacobra du 4° Stormo, les fantassins du 91e Rgt ont débordé par la vallée et s’emparent de la ferme de la Cugna, sur la crête du même nom. Pendant ce temps, le 92e Rgt se bat toujours dans les collines. Le hameau de Sarripoli tombe en fin d’après-midi, mais une contre-attaque des Landsers de la 112. ID manque le reprendre. Elle échoue grâce à l’arrivée de quelques half-tracks équipés de mortiers et à la présence du 4° Stormo, qui couvre toute la journée les assauts de la Superga.
Bien que rééquipé avec des P-39 Airacobra d’origine belge ou américaine, le 4° Stormo entretient amoureusement, en sureffectifs, un certain nombre d’appareils nationaux : quelques Fiat CR.42 d’allure préhistorique pour la désignation des cibles, mais aussi quelques Macchi MC.202, que les Italiens engagent en « couverture haute rapprochée » de leurs raids. Les Italiens ont trouvé excellente l’idée de la désignation d’objectifs par des appareils lents spécifiques, mais ont étendu le concept à leur manière, avec une couverture de chasse autonome et intégrée aux missions de désignation d’objectifs. Le goût pour le pilotage “à l’italienne” n’est sans doute pas étranger au concept.
Avant la fin du conflit, des rencontres auront lieu entre ces Macchi du 4° Stormo et des Bf 109 ou des MC.202 de la RSI, sans qu’aucune victoire ne soit jamais obtenue par aucun des protagonistes, tous les pilotes étant affectés d’un soudain strabisme fort nuisible à la visée lors de ces passes d’armes.


21 décembre
La campagne d’Italie
Opération Sessantacinque
Front italien
– A l’ouest, le 92e Rgt, qui a débordé la première ligne allemande, continue son avance en direction de Cireglio. Cependant, les progrès les plus notables sont enregistrés vers le nord, où le groupement mécanisé de la Superga, qui dispose de blindés légers, s’est engagé dans la vallée en direction de Sammommé. Sur la via San Felice e Piteccio, ce groupement peut forcer les défenses allemandes, qui ne disposent plus depuis la veille des points d’appui sur les collines voisines. Mais si la résistance faiblit un peu dans ce secteur, c’est que les éléments avancés de la 356. ID autour de la Route 64 ont eu l’ordre de se replier quelques kilomètres au nord sur d’autres positions.


22 décembre
La campagne d’Italie
Opération Sessantacinque
Front italien
– Alors que le 92e Rgt attaque le village de Cireglio et passe la journée à se battre dans les rues de la bourgade, le groupement mécanisé de la Superga, comprenant le 6e Btn de reconnaissance et le 1er Btn antichar, s’avance dans la vallée vers Sammommé. Pitonnant sur la Route 64, le 91e Alpini progresse en direction du col Passo menant au village de Spedaletto. L’avance à flanc de colline est rendue difficile par les nombreux pièges et autres obstacles que les Allemands ont laissés derrière eux, sans parler des tireurs d’élite.
Plus au nord, la mission Strangle du jour est clairement en relation avec l’opération italienne, puisqu’elle a pour objectif le trafic ferroviaire autour de Modène. Le 324e FG, en charge de l’attaque, rentre sans pertes, mais il n’a rien eu d’autre à se mettre sous la dent qu’une locomotive déjà endommagée abandonnée sur une voie de garage.


23 décembre
La campagne d’Italie
Opération Sessantacinque
Front italien
– Cireglio est pris et Sammommé est atteinte. Cependant, les Alpini sentent le raidissement allemand. Ils sont arrivés au contact de nouvelles positions fortifiées et une forte artillerie contraint la division italienne à reculer son groupement mécanisé sur des positions moins exposées.
A l’est, le 91e Rgt se bat toute la journée pour prendre le col de Passo, à presque 1 000 mètres, sans y parvenir.


24 décembre
La campagne d’Italie
Opération Sessantacinque
Front italien
– Alors que le gros de la division passe la journée à nettoyer le secteur de Cireglio et Sammommé, le 91e Rgt voit à nouveau repoussées ses tentatives pour prendre le col Passo. En fin de journée, on décide d’arrêter les frais, d’autant que les objectifs sont atteints et que la situation en France est rétablie : cette diversion est devenue inutile. La progression a été d’environ trois km en tout, au prix d’une semaine de combat.
Dans les deux camps, on est peu satisfait. Les Italiens d’avoir été bridés, les Américains de ce qu’ils considèrent comme une victoire à la Pyrrhus, car la Superga a subi des pertes notables pour soulager le front français, et les Allemands d’avoir perdu du terrain, même si ils savent que dans de nombreux secteurs, les Italiens ne se sont emparés que de positions avancée de leur Gottenstellung.


25 décembre
Un Duce bon chrétien
Turin
– Benito Mussolini assiste en personne à la messe de minuit. Par ce geste, il veut signifier aux habitants qu’il compatit à la douleur d’une ville et d’une région déjà trop ensanglantées par les « terroristes » quelques mois plus tôt. C’est du moins ce qu’écriront le lendemain les journaux de la RSI, mais la plupart des Turinois ne sont pas dupes : ils savent bien quelles troupes ont perpétré les massacres.


26 décembre
La campagne d’Italie
Discrimination
Washington
– Le colonel O’ Davis passe aujourd’hui devant la commission du Sénat. Il n’hésite pas à reprendre toute l’histoire de la création du groupe, y compris par exemple les résultats de ses hommes au stage de combat aérien durant la formation initiale, à contrer certaines interprétations et à corriger les données biaisées avec de vrais chiffres. Depuis qu’il est sur le front, le 99e n’a reçu que 26 nouveaux pilotes, quand il en arrivait 35 dans les autres squadrons. La moyenne du nombre de missions atteint 40, quand un tour d’opérations pour les pilotes américains ne dépasse pas 25. Certains pilotes ont même parfois dû accomplir six missions dans la même journée. Le colonel donne aussi lecture de rapports d’opérations d’officiers d’autres squadrons du 27e FG, et même de l’Armée de l’Air – dont il rappelle qu’elle emploie depuis deux ans des pilotes de toutes origines, à sa grande satisfaction.
Sans le savoir, le colonel Davis a un allié de poids. Le rapporteur des débats auprès de la Maison Blanche, le colonel O’Donnell, inclura un mémo dans son compte rendu contredisant formellement les conclusions du rapport Momyer et pointant l’absurdité de la ségrégation – surtout en période de guerre… Il recommandera également un réexamen complet des chiffres par les G3 du Pentagone. Ces derniers ne tarderont pas à conclure que les résultats du 99e FS par rapport aux autres groupes opérant sur le même matériel sont sensiblement égaux, voire un peu meilleurs si l’on se réfère aussi aux types de missions.
La décision tombera rapidement, appuyée par le Bureau Ovale : les pilotes noirs qui rongent leur frein en école en Amérique partiront pour le front aussitôt que possible, permettant la constitution d’un group de chasse complet (l’équivalent d’une escadre française), le 332e Fighter Group. Celui-ci sera versé à la 8e Air Force pour l’escorte des bombardiers lourds opérant au-dessus de l’Allemagne à partir du sud de l’Europe. En apprenant la nouvelle, en Italie, les pilotes de couleur seront plus que satisfaits : outre l’approbation que constitue cette nouvelle, les missions d’escorte et de chasse pure sont bien plus glamour que celles d’appui au sol.


27 décembre
La campagne d’Italie
Front italien
– Rien de notable aujourd’hui. Un froid vif semble paralyser toutes les activités.


28 décembre
La campagne d’Italie
Front italien
– Si le calme, en cette période de fêtes de fin d’année, règne encore sur le front terrestre, il n’en est pas de même dans les airs. L’as allemand de la II/JG 77, le major Joachim Pichler, est l’auteur d’un doublé contre un B-17 endommagé du 99e BG, qui revenait d’un raid sur Munich, et un P-51 du 33e FG, qui lui servait d’escorte. Son total est maintenant de 63 victoires, dont six “grosses bagnoles”.


29 décembre
Opération Walrus
Adriatique
– La lagune vénitienne est témoin aujourd’hui d’une nouvelle attaque contre le trafic maritime allemand. Le chasseur de sous-marins UjI-1, ex-Colubrina, réussit à quitter le secteur indemne au nez et à la barbe des Banshee et des Beaufighter des Sqn 39 et 605. Mais la chance abandonne définitivement le petit navire lorsqu’il est torpillé par le HMS Taurus. Ce sous-marin de classe T est le dernier de son type opérant en mer Adriatique. Jugé trop grand pour les eaux claires et restreintes de ce secteur, il partira d’ici quelques semaines renforcer l’escadre de l’océan Indien à Trincomalee. C’est donc la dernière victoire de ce submersible sur ce front.


30 décembre
La campagne d’Italie
Front italien
– En couverture des Mitchell de la 23e EB, le commandant Papin Labazordière, du GC I/3, accomplit l’exploit du jour avec un doublé contre deux Bf 109G de la JG 77. Son total passe à neuf victoires sûres. L’as français espère bien voir son tableau de chasse s’enrichir encore sous peu, car il est encore bien loin des 100 points qui fixent la fin du tour d’opérations des pilotes de l’Armée de l’Air. En effet, lors de son transfert au GC I/3, nouvellement affecté au front, il a réussi à convaincre l’état-major de remettre son compteur à zéro.


31 décembre
La campagne d’Italie
La Spezia
– Un raid des Marauder du 322e BG vise la gare, mais de nombreuses bombes tombent sur le port, endommageant le sous-marin Murena. Les hommes du comte Borghese se voient ainsi privés d’une de leurs deux unités équipées pour le transport de maiale, mais au prix de nouvelles victimes parmi la population civile.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le roi louis



Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 192

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 11:55    Sujet du message: Répondre en citant

Au 12 décembre
Citation:
une bonne contre-attaque blindée a effacé annihilé ce qu’il en restait.

il manquerait un "et" ou une virgule entre ces deux participes passé, ou alors en supprimer un.

Au même jour
Citation:
les Alliés à bout de gaule en haut de la botte italienne.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9985
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 12:00    Sujet du message: Répondre en citant

@ Roi Louis = oui bien sûr, il y a un mot de trop.
Cependant, "à bout de gaule" (= à distance) est une expression que Pat aime bien et qui est, quoique régionale (je pense), tout à fait correcte !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3271
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 12:08    Sujet du message: Répondre en citant

deux petites erreurs sans doute de mon fait (désolé pour la relecture déficiente)

au 24/12 ...de positions avancée S...
au 26/12 ...en ftl, le 332 va etre affecté à la 15th AF et non à la 8th AF
merci de rectifier
Embarassed


quant à la gaule, ma foi, j'ai toujours entendu ça : la gaule étant un long baton servant à faire tomber les fruits des arbres ou une canne à pèche, mais surtout pas spécifiquement "sudiste", je pense que la métaphore est suffisamment claire ... Very Happy

ne pas confondre avec "avoir la gaule" qui signifie tout autre chose
ex : j'ai piqué un chié roupillon et je me suis levé avec la gaule Laughing
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org


Dernière édition par patzekiller le Mer Fév 07, 2018 12:12; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le roi louis



Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 192

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 12:08    Sujet du message: Répondre en citant

En effet je ne la connaissais pas, comme quoi on en apprend tout les jours.

Edit: Je connais bien la deuxième expression, mais on peut dire que je me suis fais gauler en délit d'ignorance, voilà qui n'est pas bien grave.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9985
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 12:36    Sujet du message: Répondre en citant

Zut, pour la 15th AF, j'y avais pensé et j'ai oublié de t'en parler !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3271
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 12:51    Sujet du message: Répondre en citant

pas grave

j'ai une question : quels sont les agra affecté au front grec?
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4556
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 13:04    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
@ Loïc : j'ai ajouté dans la première partie des indications sur l'appui naval (et ses limites - uniquement sur l'aile droite alliée bien sûr) et sur l'appui aérien (et ses difficultés sur ce terrain).

OK, je verrai ça à la mise en ligne. As-tu aussi pensé à remplacer Nashorn par Hornisse ?
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9985
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2018 13:17    Sujet du message: Répondre en citant

loic a écrit:
OK, je verrai ça à la mise en ligne.

Excellente chose, tu pourras alors, si besoin, proposer d'autres corrections concrètes.

loic a écrit:
OK, je verrai ça à la mise en ligne. As-tu aussi pensé à remplacer Nashorn par Hornisse ?


J'y ai pensé ! Cool
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, ... 29, 30, 31  Suivante
Page 2 sur 31

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com