Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Novembre 43 - Seconde Campagne de France
Aller à la page 1, 2, 3 ... 21, 22, 23  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 11:45    Sujet du message: Novembre 43 - Seconde Campagne de France Répondre en citant

Ce mois-ci, en plus du travail "de fond" de Patzekiller, nous aurons en guest-stars Tyler et Houps. Et bien sûr, nous verrons passer le fameux duo d'Outre-Quiévrain, Wil Coyote et Sa Sainteté B-XVII.


1er novembre
Opération Span
Languedoc
– C’est un véritable déluge qui s’abat sur la plaine de l’Hérault, limitant drastiquement les opérations. Cependant, plus au nord, le 7e RCT de la 3e DI-US est bousculé par une forte attaque de flanc dans le secteur de St Hippolyte du Fort, menée par les hommes du 866. Grenadier Rgt de la 355. ID, appuyés par les Sturmgeschutz de l’Abteilung 394. Canons d’assaut et grenadiers pénètrent le village où sont stationnés des GI’s du 7e RCTet des Sherman du 755e Tank Bn.
Le lieutenant George A. Allen, de la 3e DI-US, raconte : « Ils ont profité de l’orage pour nous attaquer. Surgissant de nulle part, ils ont rapidement pénétré nos défenses. Les rues du village ont vu des combats à courte portée entre leurs engins et nos Sherman. Il faut imaginer un duel de western dans un labyrinthe, où chacun court d’une rue à l’autre sans savoir si l’adversaire y est déjà et surtout d’où il va déboucher. Nous autres, de l’infanterie, on courait à droite ou à gauche dans les décombres, de trou en trou, comme des souris au milieu d’un duel de titans et sous un orage d’apocalypse. J’ai vu ainsi un Sherman et un de leurs Stug déboucher à moins de 20 mètres l’un de l’autre, se faire face et tirer simultanément. Le souffle des tirs passant tout près de nous a été terrible. Pourtant, les deux adversaires se sont mutuellement manqués – les nerfs, je pense ! – mais alors que je pensais que nos gars allaient y passer, le char allemand a explosé, touché par l’arrière. Quelque minutes après, des renforts sont arrivés et les Krauts ont décroché, poursuivis par notre artillerie. »
En effet, la mécanisation poussée de l’armée américaine a parlé. Elle a permis non seulement aux renforts d’arriver très vite, mais surtout au 6e Artillery Group de redéployer en moins de vingt minutes son 249e Armored Art Btn, sur M7, pour soutenir la défense puis la contre-attaque.

Opération Chambord
Provence
– L’offensive continue dans les Alpes Maritimes. Dans la vallée du Var, le 5e RTS ne pousse cependant que mollement. En effet, attaquant sur son flanc, il doit également parer à toute mauvaise surprise venant du nord, où sont positionnés des éléments de la 148. ID.
Sur les arrières du 725. Grenadier Rgt, le 4e RTS se bat toute la journée sur les pentes du mont Macaron. Au coucher du soleil, les Sénégalais sont parvenus à mi-hauteur du mont, mais le dispositif allemand tient toujours.


2 novembre
Opération Span
Languedoc
– Il pleut toujours sur l’Hérault, quoique de manière moins soutenue. Le ralentissement des opérations a permis aux Allemands de se réorganiser sur une nouvelle ligne le long de l’Orb, où la 344. ID occupe maintenant des positions bien préparées. Si, au sud de Béziers, le manque d’infanterie a conduit les panzergrenadiers à se replier derrière le cours du fleuve côtier gonflé par les pluies, au nord, la défense se fait en avant du cours d’eau. Le secteur est tenu par des éléments de la 11. Panzer, de la 344. ID et des restes de la 326. ID, couverts par le 503. sPz Abt.
Plus au nord, la 60. PzrGr, bien que très affaiblie, s’est bien reprise et a reconstitué sa ligne de défense entre le sud de Bédarieux et l’est de Lodève. Les trois DB-US vont mettre la journée pour retrouver le contact avec la ligne allemande. En effet, en plus de la pluie, le terrain est truffé de champs de mines couverts par des éléments retardateurs, tandis que le manque d’appui aérien rend les commandants d’unité beaucoup plus circonspects.
Le redéploiement de la 60. PzrGr a entraîné le roque du 867. Grenadier de la 355. ID, qui est venu boucher le trou au sud-est des positions de la division, profitant de l’abri que constitue le massif de la Séranne. La 355. ID est maintenant étirée sur une quarantaine de km, mais les Américains de la Rock of the Marne, rendus prudents par leur mésaventure de la veille, n’exploitent pas cet avantage. Ils profitent eux aussi de la pluie pour se réorganiser et renforcer leurs arrières, grâce à l’arrivée du 117th Cavalry Rgt. Ce renfort permet de demander au QG français de repositionner en réserve la brigade blindée Tancrémont au sud de Barjac, sur les arrières de la 45e DI-US.

Opération Chambord
Provence
– Le 715. Fusiliers Btn de la 715. ID est forcé de décrocher du mont Macaron, sous la pression des tirailleurs du 4e RTS, qui arrivent parfois au corps à corps. Le Kampfgruppe se retire sur de nouvelles positions, barrant la vallée entre Berre-les-Alpes et Contes. Pendant ce temps, le mont Chauve tient toujours, mais la menace sur ses arrières se précise.


3 novembre
Opération Span
Languedoc
– Le gros titre du jour, c’est la libération de Sète ! Les Rangers reçoivent la reddition des hommes des 752. et 753. Grenadier Rgt de la 326. ID, qui ont épuisé leurs munitions. Le nettoyage final de la ville sera cependant laissé aux bons soins du 1er Rgt de la 1ère SSF, arrivé en hâte, les Rangers étant appelés plus à l’ouest pour assister les divisions blindées, qui manquent d’infanterie d’accompagnement.
La 326. ID était la dernière des divisions qui défendaient originellement l’arc méditerranéen. L’état-major allemand a déjà prévu, lorsque la bataille en cours sera terminée, de faire passer de qui en reste à l’arrière, pour reconstitution ou pour démantèlement et répartition des survivants dans d’autres unités.
………
Dans la plaine de l’Hérault, les combats reprennent de plus belle. Les fantassins allemands résistent bien, mais le CCA de l’Old Ironside réussit à obtenir une tête de pont au sud de Sérignan. Les hommes du 1056. Grenadier Rgt, appuyés par quelques blindés, tentent une contre-attaque en pince contre les intrus, mais cette tentative est brutalement châtiée par l’appui aérien et surtout par l’artillerie navale.
Dans le secteur de Béziers, les fantassins du CCB de la Spearhead pénètrent dans la ville, mais la tentative de débordement à travers les restes de la 326. ID, au nord de la ville, se voit bloquée par les Tiger du 503 sPz Abt.
Enfin, la 2nd Armored ne peut obtenir qu’un match nul contre les positions du KG Stenkhoff et du 1058. Gr Rgt. En effet, l’unité américaine est quelque peu écartelée entre sa poussée sur la ligne de front, sa poursuite de la 60. PanzerGrenadier et l’appui qu’elle doit malgré tout fournir au 53e RCT (maintenant renforcé, après le 601e TD Btn, par des éléments de la 1ère SSF), qui couvre son flanc nord.
Plus au nord, les combats s’apaisent entre la 3e DI-US et la 355. ID, bien repliée sur les reliefs. La Rock of the Marne a malgré tout rempli son office ; elle ne pousse pas plus loin, d’autant que le 6e Artillery Group, qui opère sur ses arrières, commence à se redéployer vers le nord.
Dans les airs, le hauptman Egon Mayer, de la JG 2, signe l’exploit du jour. Après avoir intercepté une formation de la 15e Air Force, il abat quatre appareils américains dont deux B-17, ce qui fait monter son total à 63 victoires, dont 15 quadrimoteurs. Pour cet exploit, les épées seront ajoutées à sa croix de chevalier.

Opération Chambord
Provence
– Le 5e RTS prend position aux abords du sommet du mont Chauve, que les grenadiers de la 715. ID sont en train d’abandonner pour se repositionner sur le mont Férion. Sur les arrières, les légionnaires de la 4e BMLE viennent assurer le nettoyage dans le secteur du 4e RTS, pendant que ce dernier se réoriente.
En effet, la phase un de l’opération Chambord se termine. Dans ce secteur, la vallée est maintenant ouverte, permettant de parvenir sur les arrières du mont Agel, qui commande la défense du secteur de Monaco. Dans la phase deux, pendant que l’infanterie débordera à travers les collines, le 6e RCA mettra la pression le long de la côte et sur les Corniches, pendant qu’un groupement constitué du 3e RSM et du 3e Choc du colonel Malraux exploitera vers le nord.


4 novembre
Opération Span
Languedoc
– L’Old Ironside fait encore très fort. Non seulement elle réussit à élargir sa tête de pont, mais son CCB, lancé en exploitation, entame un mouvement tournant sur les arrières de Béziers, où la 3rd Armored, accompagnée des 1er et 3e Rangers Btn, qui ont rallié, est au contact. La 11. Panzer retraite en désordre, car elle est menacée d’enveloppement. Du coup, le 1056. Grenadier Rgt, de la 344. ID, décroche, et surtout le 503 sPz Abt doit venir au sud de sa position se positionner dans le trou créé, en face de l’Old Ironside.
Au nord de Béziers, ayant perdu son principal soutien, ce qui reste de la 326. ID est obligé de retraiter derrière l’Orb sous les coups de boutoirs du CCA de la Spearhead, en compagnie du 1058. Grenadier. Ce dernier est également soumis à une énorme pression, exercée par le CCA de la Hell on Wheels et par le 18e Artillery Group. Le KG Stenhoff de la 11. Panzer contre-attaque à de nombreuses reprises au cours de la journée pour couvrir le recul de ces unités, mais à ce régime, elle s’use peu à peu… En fin de journée, son Panzer Rgt 15 ne dispose plus que de trois blindés en état de marche.
Un peu au nord, la 7e DI-US se bat toute la journée autour du lac du Salagou, pressant rudement la Feldhernhalle. En revanche, le front est stable au niveau de la 3e DI-US, cette dernière limitant ses opérations. Mais il n’en est pas de même tout au nord du secteur américain.
En effet, dans cette zone, c’est au tour de la 45e DI-US, au centre, de mener la charge contre la 165. ID, tandis que, sur chaque aile, les 28e et 1ère DI-US s’activent pour fixer respectivement de manière agressive les 334. et 243. ID. Du côté de la 28e DI-US, les attaques contre le 754. Grenadier Rgt de la 334. ID, poussées mollement à partir d’Alès en direction de la Grand Combe, ne donnent pas grand-chose. Au contraire, celles contre le 755. Grenadier Rgt de cette même division sont un franc succès. L’attaque en pince du 10e RCT de la 28e DI-US et du 180e RCT de la 45e DI-US permet, en s’emparant du Petit Montézé, au-dessus de Saint-Ambiorix, de contrôler l’accès à la D51 et d’enfoncer un coin à l’aile de la 165. ID, entre celle-ci et la 334. ID.
Dans le même secteur, le 179e RCT, accompagné des chars des 191e Tank Btn et 645e TD Btn, réussit à percer les lignes du 260. Grenadier Rgt de la 165. ID au niveau de la trouée de St Sauveur de Cruzières. Cette percée a été rendue possible notamment grâce à l’appui aérien assuré par les 86e et 358e FG, qui portent quelques coups très durs à l’artillerie divisionnaire de la 165. ID.
………
Depuis quelques jours, le 86e FG étrenne ses nouveaux P-51 B-A Workhorse qui ont remplacé les A-36 qui l’équipaient auparavant.
Le lieutenant Forst, du 526e FS, témoigne : « Extérieurement, c’est le même appareil, en dehors de ces deux énormes canons dans les ailes – et d’une réserve de puissance supplémentaire, mais bien sûr, elle ne se voit pas tout de suite. Par contre, la manière de l’utiliser est totalement différente. D’habitude, lorsque nous travaillions avec les gars du 358e, ils se chargeaient d’arriver à basse altitude pour attirer la Flak pendant que nous piquions. A présent, c’est le contraire, la mission de neutraliser les 20 mm est pour nous pendant que les autres arrivent de plus haut, pour s’en prendre aux positions d’artillerie à la 500 livres. En fait, cela me convient tout à fait. Cela semble plus dangereux, mais le Workhorse a les moyens de se défendre, croyez-moi ! Avec ses 40, j’ai de quoi faire ravaler son sourire au premier Jerry qui me regardera de travers. S’il a le malheur d’ouvrir le feu, ce sera sa dernière connerie ! » [La dernière phrase a été supprimée lors de la publication de l’interview dans le Kansas City Star.]
………
La 165. ID se retrouve ainsi presque sans appui aux moments clefs de l’assaut. Dans le même temps, l’attaque du col de la Serre, tenu par le 215. Grenadier Rgt, par le 157e RCT de la 45e DI-US, se termine par un match nul.
Enfin, la Big Red One n’est pas en reste par rapport à la dernière venue qu’est la Thunderbird. Elle passe la journée à se battre dans les collines à l’est de Vallon Pont d’Arc, empêchant ainsi toute réaction contre sa voisine de gauche.

Opération Chambord
Provence
– Les combats pour le mont Agel commencent. Première étape : l’attaque de La Turbie. La progression est pénible, surtout le long de la côte. Les blindés du 6e RCA, qui ont l’ordre de limiter leurs pertes, font systématiquement appel aux Cormoran du GAN 2, mais également à la flotte, qui a détaché les torpilleurs MN Bombarde et Baliste pour faire du soutien rapproché. L’impression globale reste malgré tout que la défense adverse ne s’est pas encore raidie.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 11:51    Sujet du message: Répondre en citant

L’Union fait la Force

1er novembre


2 novembre

Avec les Américains
Bourg Saint-Andéol, PC de la Tancrémont
– Le calme règne à l’EM de la Brigade. En effet, depuis le 17 octobre, la brigade ne fait que des patrouilles. Les chars du 2e Lanciers sont tous passés à la maintenance ; ils sont de nouveau prêts au combat. Un sous-officier des Transmissions tend un message au Lt-Col. Baeyens.
– Il va falloir nous trouver des anglophones, commente le CEM en montrant le message au commandant de brigade.
– Nous devons nous diriger vers… Barjac…
– C’est là, montre Baeyens en pointant sur la carte.
– Nous devons nous mettre en réserve sur les arrières de la 45e DI américaine.
– Apparemment, nos alliés d’outre-Atlantique ont un problème d’effectifs !
– Faites passer les ordres, on bouge. On va installer notre PC à Barjac, que le 2 Cy s’y rende immédiatement pour voir de quoi il retourne.


3 novembre
On recherche anglophones
Barjac, PC de la Tancrémont
– Toute la brigade blindée s’est déplacée vers le sud et le PC s’est installé dans la salle des fêtes de Barjac, au grand étonnement des habitants, qui espéraient des Français mais s’attendaient à des Américains.
Réunion des commandants d’unité.
– Messieurs, nous sommes placés en réserve et nous allons passer, pour un laps de temps inconnu, sous commandement américain. Nous cherchons donc des officiers maniant l’anglais sans trop de difficultés.
– Pas facile, commente Dumont, mais il me semble que j’ai dans ma compagnie de voltigeurs un lieutenant qui, avant la mobilisation, travaillait aux Etats-Unis.
– Moi aussi, répond Poncelet, du 19 A Ch, un de mes officiers de tir était à New-York en 39.
– Parfait, ils ont donc l’insigne honneur d’être désignés volontaires pour devenir nos officiers de liaison, répond De Troyer.
– Dès à présent, nous ne sommes plus au repos : nous devons être prêts à n’importe quel moment, surtout les Lanciers et les Lignards, déclare le CEM. Notre artillerie peut garder ses pièces accrochées, mais elle doit se tenir prête à se déployer immédiatement. Jean, tes hommes et toi, vous assurez la sécurité de Barjac et de ses alentours par des patrouilles de liaisons et de sûreté. De plus, un peloton de M7F doit être en alerte, pour partir reconnaître un itinéraire le cas échéant.
– Où en sont nos moyens de franchissement ? demande De Troyer.
– Nous avons récupéré notre pleine dotation de travées de pont, répond l’officier du génie.
– Fort bien, car il y a encore pas mal de rivières dans le secteur et les Boches se font une joie de faire sauter les ponts derrière eux, quand ce n’est pas notre aviation qui les détruit devant eux !
– On faisait le même en 40, n’est-ce pas ?


4 novembre
Attente
Barjac, PC de la Tancrémont
– Toute la journée, les Belges entendent une canonnade soutenue, tandis que les avions d’appui au sol passent et repassent.
– Je pense que nos alliés piétinent quelque peu, commente Baeyens en suivant l’évolution des combats sur la carte.
– Oui, j’ai plusieurs rapports signalant de nombreux blessés descendant par la D196. Les Allemands s’accrochent bien au col de la Serre. Tant que l’infanterie n’a pas percé, nous devons attendre.
– Le col de la Serre… Les hommes du général Lambert seraient bien utiles ici !
– Oui, mais ils doivent rester sur leurs positions au nord, on ne peut pas dégarnir par là.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 1232
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 12:23    Sujet du message: Re: Novembre 43 - Seconde Campagne de France Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:

Opération Chambord
Provence
– Les combats pour le mont Agel commencent. Première étape : l’attaque de La Turbie. La progression est pénible, surtout le long de la côte. Les blindés du 6e RCA, qui ont l’ordre de limiter leurs pertes, font systématiquement appel aux Cormoran du GAN 2, mais également à la flotte, qui a détaché les torpilleurs MN Bombarde et Baliste pour faire du soutien rapproché. L’impression globale reste malgré tout que la défense adverse ne s’est pas encore raidie.


Les torpilleurs (type Melpomène) Baliste et Bombarde ont été coulés le 15 mars 1941 dans le golfe du Valinco. Il doit donc plutôt s'agir des destroyers d'escorte fournis par les USA et ayant repris les mêmes noms. Mieux vaut peut-être les classer comme "DE" et non "torpilleurs" pour éviter des confusions?
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 12:24    Sujet du message: Répondre en citant

Exact, distraction de ma part.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4668
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 13:53    Sujet du message: Répondre en citant

Il me semble qu'il y a incohérence :
Citation:
1er nov
Sur les arrières du 725. Grenadier Rgt, le 4e RTS se bat toute la journée sur les pentes du mont Macaron
2 nov
Le 715. Fusiliers Btn de la 715. ID est forcé de décrocher du mont Macaron


715 ou 725 ?
Et Fusiliers ne fait pas très allemand, plutôt Grenadier.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3299
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 14:34    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.lexikon-der-wehrmacht.de/Gliederungen/Infanteriedivisionen/715ID-R.htm

synthèse ftlesque à partir de wiki et de lexicon pour 43...pour certaine unités, il faut un peu broder à partir des dates et des sources
dans ce cas là je reconnais que je me rapproche plus d'une compo 45 que de la compo 41-42, d'un autre coté, la situation ftl correspond plus à la situation 44 (et bientôt 45)
autre argument (wargamistique) : si on prend la compo de 42 à 2 rgt, c'est un peu dur d'empêcher le français de rentrer en Italie directement, d'occasionner donc le décrochage du front dans ce secteur et d'arriver à la frontière autrichienne dans la foulée

bref avec cette compo, on tient les alpes maritimes sans trop dévier de l'otl et on évite les effets domino ou les cas extrêmes dans les simulations

ps : si j'ai bien compris la logique de la chose : quand il n'y a a pas assez de matos pour donner à une division d'ausfklarung ou de pzjg abt, on lui met un bataillon de fusillier
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org


Dernière édition par patzekiller le Ven Nov 03, 2017 14:41; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3299
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 14:39    Sujet du message: Re: Novembre 43 - Seconde Campagne de France Répondre en citant

FREGATON a écrit:
Casus Frankie a écrit:

Opération Chambord
Provence
– Les combats pour le mont Agel commencent. Première étape : l’attaque de La Turbie. La progression est pénible, surtout le long de la côte. Les blindés du 6e RCA, qui ont l’ordre de limiter leurs pertes, font systématiquement appel aux Cormoran du GAN 2, mais également à la flotte, qui a détaché les torpilleurs MN Bombarde et Baliste pour faire du soutien rapproché. L’impression globale reste malgré tout que la défense adverse ne s’est pas encore raidie.


Les torpilleurs (type Melpomène) Baliste et Bombarde ont été coulés le 15 mars 1941 dans le golfe du Valinco. Il doit donc plutôt s'agir des destroyers d'escorte fournis par les USA et ayant repris les mêmes noms. Mieux vaut peut-être les classer comme "DE" et non "torpilleurs" pour éviter des confusions?


dans le texte original j'avais parlé d'avisos
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 14:41    Sujet du message: Répondre en citant

Hé oui, il y a effectivement dans la 715. ID
- un 715. Fusiliers Btn
- ET un 725. Grendier Rgt.
Je vais apporter une précision.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2744
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 16:18    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L’état-major allemand a déjà prévu, lorsque la bataille en cours sera terminée, de faire passer ce qu'il en reste à l’arrière, pour reconstitution ou pour démantèlement et répartition des survivants dans d’autres unités.

Citation:
L’attaque en pince du 10e RCT de la 28e DI-US et du 180e RCT de la 45e DI-US permet, en s’emparant du Petit Montézé, au-dessus de Saint-Ambroix, de contrôler l’accès à la D51 et d’enfoncer un coin à l’aile de la 165. ID, entre celle-ci et la 334. ID.

_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 17:54    Sujet du message: Répondre en citant

La première est une erreur de ma part, la seconde non, mais j'aimais bien Saint Ambiorix.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2744
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 17:59    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
La première est une erreur de ma part, la seconde non, mais j'aimais bien Saint Ambiorix.

Çà, c'est un coup à faire bouder les Saint-Ambroisiens.

Et puis Ambriorix, ça ressemble à un village dans Asterix. Smile
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 18:05    Sujet du message: Répondre en citant

Imberator a écrit:
Et puis Ambriorix, ça ressemble à un village dans Asterix. Smile

C'est pour ça que ça me plaisait !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capu Rossu



Inscrit le: 22 Oct 2011
Messages: 1595
Localisation: Mittlemeerküstenfront

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 22:05    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

Baliste et Bombarde, 2 pièces de 5 in/38 chacun. C'est un peu short pour faire de l'appui feu. En OTL, lors des opérations de la Flank Force dans ce même secteur, on mettait en ligne un croiseur armé avec 9 pièces de 152 mm, deux torpilleurs de 1500 tonnes avec 3 pièces de 130 mm chacun ou, en remplacement de nos torpilleurs, deux destroyers US avec 4, 5 ou 8 pièces de 5 in.
Pour rester dans la convergence, il faudrait mettre en ligne un croiseur (Colbert, Duguay Trouin, ou un 7600 tonnes).

Problème plus grave : le lac du Salagou, n'a été construit qu'entre 1964 et 1969.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_du_Salagou#Histoire

Au 3 novembre :

Citation:
L’état-major allemand a déjà prévu, lorsque la bataille en cours sera terminée, de faire passer ce qui en reste à l’arrière, pour reconstitution ou pour démantèlement et répartition des survivants dans d’autres unités.


@+
Alain
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 22:17    Sujet du message: Répondre en citant

Ah, je pensais bien qu'il y aurait des observations sur l'appui-feu, j'y avais pensé et j'avais remis à plus tard…

Le problème du Salagou est plus embêtant ! Pat ??
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4668
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Nov 03, 2017 22:34    Sujet du message: Répondre en citant

Concernant le Fusiliers Btn, voir https://forum.axishistory.com//viewtopic.php?t=39501
C'est en fait de l'infanterie légère, souvent issue de la compagnie de reconnaissance et souvent à vélo.
Patz, il n'y a aucun problème à ce stade pour que l'armée allemande arrive à contenir les Français dans les Alpes, au pire on trouverait bien une division d'infanterie supplémentaire (même convalescence du front russe).

Pour remplacer le Lac du Salagou, juste au sud il y a le cirque dolmitique de Mourèze (magnifique au passage, pour ceux qui ont la possibilité de visiter - Casus, encore un truc pour toi). Les crêtes du cirque dominent la plaine qui deviendra la lac.

Au passage, dans le village de Mourèze, il y a la tombe d'un soldat anglais mort à la fin de la 2ème GM, je ne sais plus dans quel contexte.
On y trouve aussi une stèle dédiée au maquis Bir-Hakeim (qui portera un autre nom FTL)..
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 21, 22, 23  Suivante
Page 1 sur 23

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com