Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Viva Mexico !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Avr 30, 2008 16:11    Sujet du message: Viva Mexico ! Répondre en citant

A partir de diverses données présentes dans la Chrono et de liens fort intéressants signalés par Loïc, voici un document encore non stabilisé (j'espère que Fantasque l'approuvera à son retour de vacances)

13 mars 1942
Approches ouest du port de Fort-de-France, Martinique
23h30 – Deux torpilles tirées par l’U-564 frappent le pétrolier mexicain Potrero del Llano (6 132 t.), dont la qualité de neutre était pourtant signalée par de vives lumières. Le navire se casse en deux et sombre rapidement. Le lendemain, les secours envoyés de Fort-de-France retrouveront environ la moitié de l’équipage, dont l’officier en second.
« Depuis 1940, le Mexique, qui reconnaissait toujours le gouvernement républicain espagnol, avait soutenu les Alliés et notamment la France, dont le courage dans l’adversité faisait l’admiration de beaucoup. Mais ce soutien s’était essentiellement manifesté par la signature d’accords prévoyant le ravitaillement à crédit des Antilles françaises en nourriture et en pétrole. L’Allemagne et l’Italie (celle-ci par l’intermédiaire des nombreux descendants d’immigrés italiens au Mexique) avaient continué à courtiser le président Avila Camacho et le puissant Parti Communiste mexicain était resté discret, comme Moscou le lui demandait, pour ne pas perturber la bonne entente germano-soviétique.
Néanmoins, après Pearl Harbor, le Mexique avait rompu ses relations diplomatiques avec le Japon et en avait fait autant avec l’Allemagne et l’Italie lorsque ces pays avaient déclaré la guerre aux Etats-Unis. C’est pourquoi le Mexique dut passer par l’intermédiaire de la Suède pour demander à l’Allemagne des explications et une indemnité pour le torpillage du Potrero del Llano.
Il faut reconnaître que le gouvernement mexicain ne s’en était pas tenu à une rupture diplomatique. Il possédait des indices montrant que l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne entretenaient sur son territoire de nombreux agents et y avaient introduit des équipes de saboteurs. Avec le concours des formations mexicaines d’extrême-droite et peut-être l’appui de la flotte japonaise, ces agents devaient prendre le contrôle de la ville d’Acapulco et lancer des attaques contre les usines d’aviation de la région de San Diego. Craignant qu’une telle action ne déclenche une invasion américaine et ne transforme le Mexique tout entier en champ de bataille, le président Camacho avait autorisé des agents américains à venir former les équipes mexicaines de contre-espionnage et aider à assurer la sécurité des côtes du pays contre de possibles incursions. De fait, des interventions préventives du contre-espionnage américano-mexicain tuèrent dans l’œuf plusieurs tentatives de sabotage, dirigées notamment contre les exploitations pétrolières.
Par ailleurs, un nombre inconnu de Mexicains, en particulier parmi ceux ayant des parents aux Etats-Unis, traversèrent la frontière pour s’engager dans les forces armées américaines. Combien le payèrent de leur vie, nous l’ignorons. Ceux qui le souhaitaient reçurent automatiquement le titre de citoyen américain mais, après la guerre, beaucoup retournèrent vivre au Mexique malgré leur nouvelle citoyenneté. » (d’après Antonina Hamilton, Mexico en la Segunda Guerra Mundial, Universidad Latina de Miami ed., 1981)

22 mars 1942
Au large des Keys de Floride
03h00 – L’Allemagne ne s’est pas donné la peine de répliquer par la voie diplomatique aux demandes du Mexique après le torpillage du Potrero del Llano. En pratique, la seule réponse vient de l’U-106, qui torpille un nouveau pétrolier mexicain, le Faja de Oro, en route pour Miami.
Dans l’après-midi du même jour, le Mexique déclare la guerre aux trois puissances de l’Axe.
« Le rôle proprement militaire des forces armées mexicaines fut minime, mais l’entrée en guerre du Mexique interdit définitivement aux sous-marins et aux corsaires de l’Axe de considérer les ports mexicains comme de possibles escales.
Par ailleurs, le pétrole mexicain irrigua en abondance la machine de guerre américaine (sans craindre le torpillage des pétroliers), tandis que des millions de travailleurs agricoles mexicains remplaçaient dans les champs les hommes qui se trouvaient au front et les femmes qui travaillaient en usine. Les liens économiques tissés entre les deux nations pendant près de quatre ans de guerre devaient être très durables, qu’il s’agisse de travailleurs immigrés, d’échanges commerciaux ou de coopération pour la sécurité commune.
Néanmoins, la participation du Mexique à une guerre mondiale entre grandes puissances industrielles ne fut pas appréciée d’emblée par toute la population. D’abord réticent, le PC bascula d’un coup dans le camp de la guerre au côté des Alliés dès le début de l’opération Barbarossa, mi-mai. La plus forte opposition vint du Mouvement Synarchique (Sinarquista), organisation catholique en principe culturelle étroitement liée à la Phalange espagnole. En 1940, la Synarchie comptait cinq cent mille membres. Un bon nombre d’entre eux, qui faisaient partie des “Chemises d’Or”, le service d’ordre de l’organisation, avaient reçu un entraînement paramilitaire. La Synarchie était soutenue dans son opposition à la guerre par la communauté d’origine italienne.
La réaction de la droite mexicaine fut si violente que quatre jours après la déclaration de guerre, le président Camacho dut réunir pour une démonstration d’unité nationale au balcon du palais présidentiel tous les anciens présidents vivants du Mexique. Cette démonstration permit non seulement de calmer le débat dans le pays, mais de convaincre les Etats-Unis que le Mexique était prêt à assumer ses responsabilités dans la guerre. C’est ainsi que le Mexique évita une intervention américaine sur son territoire en septembre 1942. En effet, à la suite du raid japonais sur Panama, le gouvernement américain s’aperçut avec horreur que la Synarchie avait établi une sorte de colonie dotée d’un port dans la baie de Magdalena, sur la côte de Basse Californie. La crainte de voir les Japonais utiliser ces installations pour y installer une base sous-marine faillit conduire l’US Army à intervenir ; par bonheur, les lieux purent être sécurisés par les forces mexicaines. » (d’après Antonina Hamilton, Mexico en la Segunda Guerra Mundial, Universidad Latina de Miami ed., 1981)
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
clausewitz



Inscrit le: 04 Fév 2007
Messages: 164
Localisation: Nantes

MessagePosté le: Jeu Mai 01, 2008 10:48    Sujet du message: Répondre en citant

En OTL, les américains ont connu en 1944/1945 des difficultés pour la relève des troupes car ils avaient fait une mobilisation générale à Minima. Peut être qu'en augmentant le contingent de travailleurs mexicains dans les champs et les usines (sans parler éventuellement des autres travailleurs des petits pays d'Amérique Centrale), les américains auront moins de difficultés ?
_________________
Ma nouvelle uchronie

http://clausuchronia.wordpress.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mai 05, 2008 11:14    Sujet du message: Répondre en citant

C'est très bon.

Des aviateurs mexicains vont combattre OTL aux Philippines en 45 sur P-47.

On peut penser que l'entraînement commencera un peu plus tôt en FTL.
Par ailleurs, il y a des réfugiés espagnols au Mexique et le PRI continue de soutenir le gouvernement républicain en exil.

La possibilité d'un corps expéditionnaire mexicain, même limité, me semble forte pour début 43 (en Italie sans doute).

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com