Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Entre ici, Jean Moulin...
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10127
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mar 31, 2008 22:18    Sujet du message: Répondre en citant

Bravo, tu devances mes requêtes !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 01, 2008 08:53    Sujet du message: Répondre en citant

Tout ceci me semble excellent.
L'hésitation de Darnand est probable, mais de courte durée. Il avait été lui-même "cagoulard" en 37/38.

Par ailleurs, je viens de tomber sur une biographie de Robert Benoist qui mentionne plusieurs anciens (et futurs) coureurs automobiles engagés dans la résistance OTL.

Benoist était officier d'aviation de reserve, mais considéré comme trop agé pour être autorsé de vol (je rappelle qu'il a gagné l'équivalent du Championnat du Monde de Grand-Prix en 1927 sur la Delage L8 1,5l - une magnifique voiture s'il en est - et qu'il s'est retiré de la compétition après sa victoire au 24h du mans en 1937 (avec J.P. Wimille)).
Benoist quitte le Bourget où il était stationné quelques heures avant l'arrivée des allemands, après avoir fait évacuer tout ce qu'il pouvait.
Il prend la route vers la loire puis vers Dijon. Il sera fait prisonnier au sud de Dijon par un officier allemand plus interessé d'ailleurs par la Bugatti 57 de Benoist que par Benoist lui-même. Ce dernier réussira à s'échapper (avec la Bugatti qu'il cachera dans le midi) et remontera vers Paris.

Il commencera à réunir des amis dès septembre 40 et montera durant l'hiver un réseau en liaison avec les britanniques et dont l'officier traitant était William Grover, plus connu avant-guerre sous le pseudonyme de "Williams" quand il courrait sur Bugatti et qui avait été équipier de Benoist quand ce dernier avait rejoint Bugatti en 36/37.
Grover sera arrété par la Gestapo en 42 et Benoist reprendra alors la tête du réseau.
Il sera arrété fin 43 après des parachutages d'armes trop voyants, torturé pendant 15 jours par la Gestapo puis envoyé en Allemagne où il sera exécuté en 44.

Grover a été exécuté en 43.

Plus chanceux, Raymond Sommer (2 fois vainqueur au Mans sur Alfa-Romeo) montera un réseau en Bourgogne et survivra à la guerre. Sommer se tuera en septembre 1950 à Cadours dans une épreuve mineure où il avait accepté de s'aligner "pour faire venir le public" car il était très conu et avait un style très spectaculaire. Ferrari, qui l'avait dirigé quand il était "team-manager" chez Alfa disait de lui qu'il était un des rares à pouvoir être comparé à Nuvolari. Les gains de la billeterie étaient destinés à une oeuvre sociale au profit des familles de résistants déportés. Mon père a connu Sommer en 44/45/46 et l'a soigné à plusieurs reprises et m'a toujours soutenu que l'accident de Cadours était du à une crise d'Asthme du pilote qui aurait reconnu dans le public un ancien Milicien.
L'explication officielle est une rupture de la suspension arrière de la Cooper-Jap de Sommer.
Mais Sommer avait cassé bien des choses sur ses voitures (y compris un train avant sur Talbot 4,5l sur le dangereux circuit de Berne) et il s'en était toujours sorti sans gros dommages....

Enfin, le jeune Jean Guichet a fait ses premières armes automobilistiques (et premières armes tout court) dans le maquis en 43/44. On lui confiait la conduite des tractions, dont il tirait la quintessence à 17 ans...Guichet a fait une belle carrière de pilote semi-pro (il gérait l'entreprise familliale) et a gagné Le Mans en 64 avec Nino Vacarella sur Ferrari. Sa dernière apparition en Sport-Proto date de juin 69 au Mans où il retrouvait Vacarella mais cette fois sur Matra 630 (j'ai assisté à la course). Ils ont fini 5ème.

Amitiés

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10127
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Avr 02, 2008 11:00    Sujet du message: J'ai enterré Pétain Répondre en citant

Nouveau petit coloriage. Je vais bien sûr insérer ça dans la Chrono, en faisant les petits ajustements nécessaires. Quant à Moulin, promis, il va bientôt prendre un sous-marin pour Alger.

2 octobre 1940
Paris
Après d’intenses tractations entre les hommes du PPF (Doriot), ceux du RNP (Déat), les anciens de la Cagoule et ceux de l’Action Française, la liste des membres de l’Assemblée des Forces Vives de la Nation est enfin publiée. Cette Assemblée doit entériner (il n’est pas question de débattre…) la Charte Fondamentale. Sa composition comprend notamment, dans des proportions qui ont été âprement débattues, des représentants des nouvellement créées Corporations Industrielles et Agricoles, des Anciens Combattants, des Mères de Famille et des « Artistes Authentiquement Français ».
Louis Renault sera l’un des vice-présidents de cette assemblée. A ce titre, il proteste vigoureusement contre la nomination, au titre d’Artiste, de « ce petit sauteur de Drieu la Rochelle ».
« La nomination de Drieu comme l’un des représentants des Artistes Authentiquement Français ne devait rien au hasard. Drieu avait été proche du PPF de Doriot de 1936 à 1939 et avait continué de se radicaliser ensuite. S’il avait quitté Paris fin mai, c’était moins pour fuir l’avance des troupes allemandes que par crainte d’une arrestation par « la police de ce Juif de Mandel ». À sa maîtresse Beloukia (identifiée par la suite comme Christiane Renault, l’épouse de Louis Renault), il avait déclaré fin mai : « Ils profiteront du chaos pour m’exécuter au coin d’un bois ! » Mais Mandel avait des chats plus sérieux à fouetter.
Dès le 6 août, Drieu, qui avait été témoin des derniers combats de l’armée française sur la Dordogne, était rentré à Paris dans l’espoir de participer à la naissance de ce grand parti fasciste français qu’il appelait de ses vœux. Pour cela, il avait renoué avec Doriot par l’intermédiaire d’amis communs de la banque Worms. En effet, s’il avait d’abord pensé prendre la direction de la NRF, « cet amas de Juifs, de pédérastes, de surréalistes timides… », il avait aussi des ambitions politiques, se voyant bien à la tête de la diplomatie du Nouvel Etat Français, aux côtés puis, pourquoi pas, à la place de son vieil ami Bergery. Pourtant, son autre vieil ami, Otto Abetz, nommé le 15 août ambassadeur auprès du GPEF, l’avait mis en garde contre les risques d’un engagement collaborationniste trop précoce et l’avait encouragé à voir plus loin.
Le vide qui régnait autour du GPEF offrait cependant des opportunités trop tentantes pour Drieu. Comme il méprisait Laval et se méfiait de Déat, le retour vers Doriot, que pourtant il n’aimait pas, était dès lors inévitable. » (P. Andreu et F. Grover, Drieu la Rochelle, Hachette, 1979).

3 octobre
Paris
Une dizaine de jeunes du PPF se ruent sauvagement sur des membres de l’OSEJ (Organisation de Secours des Enfants Juifs) et les rouent de coups. Accourue, la police parisienne arrête les agresseurs et les emprisonne au commissariat du IVe arrondissement. En fin d’après-midi, une délégation musclée du Comité constitutif du PRF, conduite par Xavier Valat, vient sortir de prison ces jeunes braves et les conduit à la salle de la Mutualité, où se déroule un meeting organisé par leur Comité. Là, ils sont ovationnés par le public.

4 octobre
Paris
Le préfet de Police de Paris proteste officiellement auprès de Pierre Laval contre l’action de Vallat, la veille. Laval et Doriot ripostent en conférant « le statut d’agents assermentés » aux membres du service d’ordre du PRF. Du futur PRF, plutôt : ce dernier, dont la presse parisienne autorisée parle comme s’il existait déjà, n’a toujours pas été officiellement créé en raison des dissensions entre Doriot et Déat sur la composition du Conseil National. De ce fait, il n’existe que des Comités Constitutifs locaux, où se déroule une lutte d’influence acharnée entre les hommes de Déat et Doriot.

6 octobre
Paris
Dans une allocution radio-diffusée, Pierre Laval salue « les héroïques aviateurs allemands qui décollent nuit et jour de la Terre française pour attaquer la Grande-Bretagne. » Le texte initial de son allocution mentionnait en conclusion : « Je crois en la victoire des forces allemandes. » Joseph Darnand lui faisant remarquer que cette « croyance » en une victoire militaire était de peu de poids, surtout venant d’un civil, Laval corrige la formule et conclut par : « Je souhaite la victoire de l’Allemagne, qui mettra fin à cette guerre insensée et nous préservera du danger du bolchevisme. »

9 octobre
Paris
Nouveaux décrets sur l’organisation économique du pays.
Doriot ajoute à son titre de ministre de l’Intérieur celui de ministre de la Reconstruction Nationale, titre flou qui lui permet de se mêler de tout, au cas où les attributions de l’Intérieur n’y suffiraient pas. De son côté, Déat prend la tête du Conseil national des Corporations Industrielles et Agricoles Françaises.
Le GPEF reconnaît le PPF, le RNP et le Mouvement Franciste de Marcel Bucard (qui a renoncé à l’appellation Mouvement Social Révolutionnaire) comme « forces légitimes de la constitution du futur Parti du Renouveau Français ». Protestations de l’Action Française, qui sera reconnue le 14 octobre au même titre. Ce rattrapage ne suffira pas au vieux Maurras, qui grogne que « Décidément, Laval et consorts sont consternants. Ils n’ont vraiment qu’une qualité : nous avoir débarrassés de la Gueuse ! »
En revanche, le colonel de La Rocque déclare que les Croix-de-Feu resteront à l’écart de la formation du PRF. Son mouvement est aussitôt interdit. C’est pour De La Rocque le début d’une évolution qui le conduira finalement au ralliement à la Résistance – puis à l’arrestation, la déportation et la mort dans une prison allemande.
Certains membres de l’Action Française finiront eux aussi par rejoindre la Résistance, voire par passer en Afrique pour s’engager, par fidélité à l’Armée ou à la Marine.

10 octobre
Paris
Drieu la Rochelle prend officiellement la direction de la NRF. Mais cela ne lui suffit pas et il enrage, comme il l’écrit dans ses carnets : « Laval, ce ramollo rescapé de la démocrassouille, ce débris fait par un gitan à une juive au coin d’une roulotte, bref, Laval a refusé de me nommer secrétaire au Quai d’Orsay ! »

14 octobre
Versailles
Ouverture en grande pompe de la première session de l’Assemblée des Forces Vives de la Nation. Pierre Laval, entouré à la tribune de Déat, Doriot et Bergery, présente la Charte Fondamentale dans un long discours. Puis, il se proclame « chef du Nouvel Etat Français ». Aucun vote ne couronne cette inauguration, « pour marquer la différence avec les assemblées démocratiques corrompues », comme l’écrira Déat dans L’Œuvre.

15 octobre
Paris
Pour fêter la réunion de l’Assemblée des Forces Vives à Versailles et sa propre promotion au poste de chef de l’Etat, Pierre Laval signe l’ordre de libération de 200 hauts fonctionnaires internés. Cependant, ces derniers ne récupèrent pas leurs postes, puisqu’ils sont tous suspendus, voire radiés.
La liste des fonctionnaires à libérer a été établie par un jeune sous-préfet de première classe rapatrié du Liban pour raison de santé au début de l’année : Maurice Papon. S’est-il souvenu qu’il avait naguère soutenu le Front Populaire ? Toujours est-il qu’il a placé l’ancien préfet d’Eure-et-Loir, Jean Moulin, dans la catégorie “A radier et à libérer”. On sait que Papon sera par la suite jugé « trop mou » par Joseph Darnand et envoyé à Bordeaux comme préfet. Cette supposée mollesse et la libération de Jean Moulin lui serviront d’arguments pour sa défense lors de son procès, bien des années plus tard…

16 octobre
Paris
En marge de la réunion du jour du GPEF, Joseph Darnand est nommé « délégué à la sécurité du GPEF, sous l’autorité du chef de l’État Français » par Pierre Laval. Darnand devient ainsi pour un temps un ministre de l’Intérieur bis, qui ne répond qu’à Pierre Laval de ses agissements.

17 octobre
Paris
Jean Moulin se retrouve donc libre. Ses fonctions préfectorales puis ces quelques semaines de prison, avec d’autres administrateurs jugés peu sûrs par les hommes de Darnand, lui ont permis d’assister à l’émergence de mouvements de résistance nombreux, y compris dans la haute administration. Il décide de se rendre dans le Midi, où il a des attaches, bien décidé à passer en Algérie pour faire profiter le gouvernement légal de son expérience et de ses contacts. Il a compris qu’une génération va acquérir son expérience politique dans des conditions très particulières et qu’il est important qu’elle le fasse dans des cadres structurés, grâce à de hauts fonctionnaires tels que lui !

18 octobre
Reims
Doriot rencontre secrètement Himmler. En échange de son soutien face à Déat et Laval, il accepte le principe de son adhésion et, potentiellement, de l’adhésion des membres de son PPF à la SS (rappelons en effet que si la Wehrmacht a l’interdiction de recruter des “non racialement Allemands”, la Waffen-SS en a le droit et ne s’en prive pas !).

30 octobre
Paris
Au sein du ministère de l’Intérieur, Jacques Doriot crée le secrétariat d’Etat aux Affaires Juives, confié à Xavier Valat.



6 novembre
Paris
Pierre Laval décide de transformer les Groupes de Défense du Gouvernement Provisoire en Service d’Ordre Légionnaire de l’Etat Français (SOLEF). Il confie le commandement du SOLEF.
Pour célébrer dignement l’événement, les militants du SOLEF se livrent à des actions brutales contre les adversaires réels ou supposés du régime, n’épargnant aucun milieu – politique, religieux, culturel et militaire. Cependant, si dans les grandes cités, où se trouvent des garnisons allemandes importantes, les hommes de Darnand ne rencontrent aucune opposition, dans les petites villes, plusieurs détachements du Solef en quête d’une victime sont contre-attaqués et mis en fuite par de véritables mini-soulèvements populaires (souvent animés par des cellules communistes agissant spontanément, sans aucun ordre de la direction du PCF).

11 novembre
Douaumont
Hitler a volontiers accepté la demande conjointe de Pierre Laval et Otto Abetz : transférer le cercueil du maréchal Pétain des Invalides à Douaumont. Le transfert de Paris à Verdun se fait sous bonne escorte, assurée conjointement par le SOLEF et les troupes d’occupation.
L’affaire a été tenue secrète jusqu’au dernier moment. La population française est surprise et, il faut le dire, accueille l’opération assez favorablement. Quant au gouvernement Reynaud, prévenu quelques jours plus tôt, il a donné l’ordre de ne rien faire « ni pour saluer le transfert, ni pour le gêner. » De fait, les cendres de Pétain reposent toujours aujourd’hui au milieu de celles des hommes tombés à Verdun en 1916.
Pour Hitler, c’est un geste de bonne volonté qui ne lui coûte rien. Mais Laval, dans un discours interminable prononcé au milieu de l’Ossuaire par un froid glacial, voit dans cette cérémonie « la fin de la querelle imbécile entre la France et l’Allemagne » et, mieux encore, « le retour de la France, du Nouvel Etat Français, dans le concert des nations de l’Europe, de la Nouvelle Europe ! »

13 novembre
Paris
Marcel Déat, ministre de l’Economie et du Travail, obtient l’accord du GPEF pour la création de la Garde Française de Sécurité Économique (GFSE). Ce corps amalgame les douanes, les impôts et les éléments de la police destinés à la lutte contre le marché noir. En réalité, les “Gardes Economiques” (comme on ne va pas tarder à les surnommer) forment d’abord une milice aux ordres du directeur de L’Œuvre et des chefs du RNP. Malgré la perspective de revêtir un bel uniforme gris, les fonctionnaires du ministère des Finances montrent peu d’enthousiasme pour participer à la GFSE. Déat devra avoir recours à des volontaires venus des milieux les plus interlopes (et souvent familiers des méfaits qu’ils sont censés réprimer – contrebande, fraude en tout genre, marché noir – pour les pratiquer eux-mêmes volontiers).

19 novembre
Paris
Devant le développement de polices parallèles aux ordres de Darnand (SOLEF) et Déat (GFSE), Doriot (ministre de l’Intérieur et de la Reconstruction Nationale) met en place les Sections Spéciales de Lutte contre les Activités Anti-Nationales, qu’il préfère baptiser du nom plus poétique de Croisés de la Reconstruction. Ces hommes, recrutés essentiellement parmi les membres les plus “sûrs” du PPF, seront chargés de faire appliquer les mesures les plus brutales prises par Doriot, au nom (en théorie) du gouvernement Laval, contre ses divers adversaires, politiques et autres. Le noir ayant été préempté par le SOLEF et le gris par la GFSE, ils devront se contenter d’un uniforme brun.

21 novembre
Paris
La GESTAPO installe officiellement une antenne de liaison auprès du ministère de l’Intérieur, rue Lauriston.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4668
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mer Avr 02, 2008 11:51    Sujet du message: Répondre en citant

Parfait, il faudrait juste expliciter l'abréviation NRF.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10127
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Avr 02, 2008 16:38    Sujet du message: Répondre en citant

Ben, c'est la Nouvelle Revue Française de chez Gallimard...

Mais il me semble que ce sigle est devenu son nom, comme pour RATP ou SNCF...
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3299
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Mer Avr 02, 2008 19:54    Sujet du message: Répondre en citant

c'est bien de rajouter des coloriages mais il faudrait faire attention au "liant" de la sauce...
le 11/11 il se passe d'autres événements et il y a eu il me semble d'autre coloriage à cette date...l'extrait du discours me semble un peut deconnecté compte tenu de la richesse de l'actualité à cette date
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10127
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Avr 02, 2008 22:55    Sujet du message: Répondre en citant

Exact, cher Pat...
Je ne l'ai point oublié.
Mais comme je l'ai indiqué, je vais insérer tout ça dans la Chrono... Je vous tiens au courant.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benoit XVII



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 465
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Sam Avr 05, 2008 19:34    Sujet du message: Situation alimentaire en Europe occupée Répondre en citant

En travaillant sur la collaboration économique en Belgique occupée, je me suis rendu compte qu'il fallait tenir compte d'une possible divergence importante par rapport à OTL du point-de-vue de la situation alimentaire des régions occupées. En effet, la prolongation des combats en France jusqu'à début août va avoir un impact énorme sur la production céréalière. Non seulement les combats seront plus durs dans les grandes régions productrices de Picardie, Champagne, Loire ou Bourgogne, mais en plus, le retour des réfugiés et de la main d'oeuvre ne pourra se faire au mieux que vers la fin septembre, voire même, de façon plus réaliste étant données les grandes destructions qui affecteront l'infrastructure de transport française, en octobre ou novembre. C'est le cas bien sur également pour la Belgique, dont près de 30% de la population est réfugiée en France éalement. Il devrait donc y avoir un déficit de production beaucoup plus marqué qu'historiquement, avec des conséquences potentiellement dramatiques pour la population.

La situation en Belgique étant effectivement déjà très préoccupante historiquement, le gouvernement belge avait cherché à réactiver le Commission for Relief in Belgium, qui, sous la présidence de Hoover, avait pu fournir une aide alimentaire efficace aux populations occupées cours de la Première Guerre Mondiale. Les Britanniques s'étaient opposés fermement cependant à toute dérogation au blocus lors de la Seconde Guerre, et le Gouvernement belge n'avait pu fournir qu'une aide très limitée via des achats au Portugal - derrière le dos des Britanniques d'ailleurs.

Dans FFO, le Gouvernement français sera confronté au même problème, et pèsera d'un poids autrement plus lourd que les Belges ou les Hollandais historiquement. A votre avis, pourriez-vous imaginer que le Gouvernement français soutienne une forme d'aide alimentaire aux populations des pays occupés à partir des Amériques? Il pourrait y être d'autant plus incité que les Laval et consorts pourraient utiliser la situation alimentaire comme arme de propagande contre les Alliés.

Pour la Belgique, la nécessité de pouvoir effectuer des achats de nourriture avait été un des arguments qui avait justifié aux yeux des dirigeants économiques la reprise de la production industrielle sous l'occupation. Une forme de réactivation du Comité Hoover pourrait donc indirectement avoir un effet sur le degré de collaboration économique.

Bref, quelle est votre perspective à ce sujet?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1161

MessagePosté le: Sam Avr 05, 2008 21:45    Sujet du message: Répondre en citant

Dans cette optique, franco pourrais en profiter pour entamer son jeu d'équilibriste entre dictature et démocratie en devenant la route d'entrée "sure" de l'aide alimentaire à destination de l'europe occupée.

L'intérêt du passage par l'espagne est que les convois serons de bons vecteurs d'entrée et de sortie pour les services spéciaux et de plus ils devront subir l'action des résistant et des spécialistes du marché noir sur toute la profondeur du territoire français et pas par les voies ferrées les plus rapides.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benoit XVII



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 465
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Dim Avr 06, 2008 15:59    Sujet du message: Répondre en citant

L'Espagne ne serait pas illogique effectivement. Après l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1917, c'est elle qui avait - avec les Pays-Bas - pris la direction des opérations de secours alimentaires vers la Belgique et le nord de la France occupés.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 07, 2008 09:09    Sujet du message: Répondre en citant

La remarque de Sa Sainteté est importante.
Les problèmes de ravitaillement vont être graves en belgique mais aussi probablement dans le nord de la France.

Par ailleurs pour Drieu il s'agit du poste de Secrétaire DU Quai d'Orsay et nom AU Quai d'Orsay.

Le poste de Secrétaire DU ministère des affaires étrangères est l'équivalent du n°2 dans la hiérarchie du Quai d'Orsay.

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benoit XVII



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 465
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Lun Avr 07, 2008 11:01    Sujet du message: Répondre en citant

Est-ce que le Père Fantasque aurait un point-de-vue sur l'opportunité pour les Alliés de permettre un secours alimentaire vers les régions occupées?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 07, 2008 11:31    Sujet du message: Répondre en citant

Cette question est importate du point politique autant qu'humain.
Le seul pays qui puisse fournir de l'aide est les Etats-Unis.
Il peutr le faire à la demande des autorités Belges, avec l'appui des français et des britanniques.
L'Espagne peut jouer le rôle d'intermédiaire (peut-être avec le Portugal) ce qui permettrait aux Alliés d'accroître leur influence localement.
Le transit de l'aide par l'Espagne implique des transferts de fonds et des mouvements logistiques qui seront gérés par des bateaux espagnols dans la Manche. Tout ceci implique de l'activité économique dont l'Espagne en 1940 a désepérément besoin.

On peut alors imaginer un "modus vivendi" avec l'Espagne.
Cette dernière applique une position de réelle neutralité (et pas seulement de non-belligerence) dans le conflit, en échange d'une reprise des relations économiques avec les etats-Unis (qui étaient gelées de fait depuis la victoire de Franco) et une garantie américaine que les autorités françaises ne bloqueront pas la vente des phosphates du Maroc dont l'agriculture espagnole a besoin.
Franco ferme les yeux sur le role des Républicains dans l'armée française.

Tout ceci pourrait être négocié durant août 40.

Amitiés

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4668
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Lun Avr 07, 2008 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

Fantasque a écrit:
[...] des bateaux espagnols dans la Manche.

Avec la bataille d'Angleterre, ça risque de conduire à quelques bavures ...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10127
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Avr 08, 2008 15:52    Sujet du message: Répondre en citant

Le problème principal se pose aux gouvernements alliés : comment faire pour que cette aide alimentaire ne soit pas accaparée par Laval, qui s'en servirait pour crédibiliser son équipe ?
Et même, ne pourrait-on redouter que l'aide soit carrément détournée par l'Allemagne (pas directement, mais indirectement, en en profitant pour piller encore plus le pays) ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com