Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Novembre 1943, Italie / Balkans
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 14, 15, 16, 17  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7253

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 15:31    Sujet du message: Répondre en citant

Je trouve suprêmement ironique que laKeitel dise à un général sur le front de se comporter en militaire et non en politique... je crois qu'une bonne partie de la Herr se convulserait de rire... ou se mettrais à pleurer en entendant ça !
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2057
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 16:54    Sujet du message: Répondre en citant

@ Imberator : merveilleux !

@ Anaxagore : on en est pas une contradiction près. L'important c'est qu'on entende pas parler des Balkans !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 554
Localisation: France

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 17:01    Sujet du message: Répondre en citant

Les Balkans sont rester un épouvantable sac de nœuds!

Vu une ou deux fois aussi => "Mitraillette Bren", non, le Bren est un fusil mitrailleur, la différence entre une mobylette et une moto, quoi.

Pour éviter les confusions il n'est peut être pas toujours utile de nommer précisément les armements individuels.
j'en profit pour dire que Wikipedia n'est PAS une source fiable quand il s'agit d'arme à feu.
_________________
Cinq fruits et légumes par jour, ils me font marrer! Moi, à la troisième pastèque, je cale..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4675
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 17:33    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Londres (Whitehall)

Whitehall est un terme générique pour le centre du pouvoir politique britannique, ce n'est pas un lieu en soi, si ce n'est le nom de la rue où se trouvent la plupart des administrations en question. Il faudrait peut-être être plus précis, en remplaçant tout simplement par War Office, étant donné que c'est une réunion entre responsables des armées.
Même chose en au 1er septembre 41 Diplo/éco : dans ce cas, on peut sans doute parler du 10 Downing Street

Citation:
ex-Gruppenführer Richard Juncglaus

Attention à l'inversion du 'g' et du 'c' => Richard Jungclaus
Par contre, OTL, il est dégradé par Himmler en 16 septembre 1944 après avoir fait libérer des prisonniers et otages devant être transférés en Allemagne alors que les Alliés sont aux portes de Bruxelles (privilégiant en fait l'évacuation de blessés allemands).
FTL, il faut qu'il ait commis une sacrée faute pour subir la même chose alors que les Alliés sont encore très loin de sa zone d'affectation ! Ce type n'était pas un tendre ...
Enfin, en novembre 43, il n'est que SS-Brigadeführer et Generalmajor der Polizei.

Pour Paul Bader, étant donné qu'il ne va commander la 3ème ID(mot) au combat, il me paraît peu probable qu'il ajout deux barrettes à sa Croix de fer en occupant ce poste. Mais je peux me tromper.

Enfin, concernant les Croates, aurons-nous la version FTL du complot Lorković–Vokić ?
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2057
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 18:16    Sujet du message: Répondre en citant

Cher Loic, dans l'ordre comme à l'accoutumée Wink
En réalité, il est à l'avenue des Horses Guards - on peut préciser.
Sur Jungclaus, Je ne fais qu'appliquer le texte d'Anaxagore, lequel précise qu'il a fait effectivement une grosse bêtise,
Pour Paul Bader - écoute c'est OTL. Je soupçonne qu'il ait quand même collaboré à Barbarossa ...
Enfin ... pour les croates ... pour l'instant les alliés sont encore loin. Mais ne t'inquiète pas, il va se passer des choses !

@Dronne : noté mais je n'utilise pas que Wikipedia Cool
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
delta force



Inscrit le: 07 Juin 2009
Messages: 515
Localisation: france Gironde

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 18:58    Sujet du message: Répondre en citant

Puisqu’il y a un Ivan les bons tuyaux il n’y aurait un starstky quelque part ?
Je sais je sais Arrow
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4675
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 19:08    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Sur Jungclaus, Je ne fais qu'appliquer le texte d'Anaxagore, lequel précise qu'il a fait effectivement une grosse bêtise,

Question Je ne me souviens pas avoir lu ça. Mais c'est mineur.
demolitiondan a écrit:
SPour Paul Bader - écoute c'est OTL. Je soupçonne qu'il ait quand même collaboré à Barbarossa ...

OTL, oui, car il est remplacé le 1er juillet 41 et envoyé en Yougoslavie.
FTL, ben, le report de Barbarossa laisse pas mal de possibilités. Il y a quand même des chances qu'il doive céder la place avant le début des hostilités .
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 579

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 19:09    Sujet du message: Répondre en citant

delta force a écrit:
Puisqu’il y a un Ivan les bons tuyaux il n’y aurait un starstky quelque part ?
Je sais je sais Arrow


Fopaenthendrh ?
_________________
Timeo danaos et dona ferentes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2057
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 19:49    Sujet du message: Répondre en citant

Faut décider pour Bader - la 3ème Mot n'a rien fait de 40 à 41 ?
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4675
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 21:20    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Faut décider pour Bader - la 3ème Mot n'a rien fait de 40 à 41 ?

OTL, elle est engagée à partir de juillet 41, après avoir été motorisée en Allemagne, autrement dit, n'a pas été engagée dans la conquête des Balkans.
FTL, la campagne des Balkans s'étale un peu, elle pourrait donc participer, mais en réalité ce n'est pas le monde qui manque côté allemand.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10131
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Déc 16, 2018 21:51    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, on prive Bader de ses barrettes, pas grave.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10131
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 11:52    Sujet du message: Répondre en citant

28 novembre
La campagne des Balkans
Météo
– Hélas, la pluie n’a pas cessé de tomber durant la nuit – les camions alliés font désormais face à de véritables mares en formation. Les travaux de réfection des voies ferrés sont donc suspendus – on craint un tassement des ballasts et de la terre sous-jacente. Bien sûr, tout cela n’empêche pas le maintien d’un minimum d’activité sur le front comme à l’arrière.

Avance timide
Macédoine
– Les forces yougoslaves, toujours accompagnés de la 6th Armoured Division, atteignent les villages de Rajince et Samoljica sans avoir rencontré la moindre résistance – hormis évidemment l’état déplorable des routes, qui ralentit un ravitaillement déjà insuffisant. La 10th Armoured Division demeure à Čukarka, 10 kilomètres en arrière, prête à intervenir en cas de coup dur.
Le 1er CA du général Brasic stoppe donc de nouveau sur ses propres terres, et alors même qu’il semble évident qu’aucun adversaire sérieux ne lui fait face. La frustration et la grogne montent derechef dans ses rangs – mais les responsables ne peuvent que constater que l’intendance ne suit vraiment pas. En effet, tant que la liaison ferroviaire en Skopje et Salonique n’est pas rétablie, ce sont 235 kilomètres, pas moins, que doivent parcourir les camions alliés, sur des routes souvent défoncées et parfois de montagne, le tout par un temps décidément épouvantable. L’arrêt est donc légitime, mais il n’en reste pas moins incompris.
La mine sévère, les officiers serbes se rappellent la promesse faite par Monty le 11 octobre à Athènes et qui semble avoir du plomb dans l’aile. Les huit semaines évoquées seront bientôt passées – vont-ils être contraints d’hiverner sur le seuil de leurs propres demeures ? En vérité, Montgomery n’est pas coupable : il leur a juste fait miroiter quelque chose dont “on” lui avait assuré qu’il disposerait, mais qu’il n’a pas obtenu. Une triste situation dont les généraux Brasic, Krstic, Mihailovitch et Stefanović se moquent éperdument !

Pause opérationnelle
Salonique
– Le port accueille plusieurs transports supplémentaires en provenance du Caire. Il semble que Winston Churchill ait réussi à pousser quelques leviers… mais il est regrettable que ces manœuvres atteignent leur but aussi tard. De surcroît, tant que la ligne de chemin de fer vers Skopje n’est pas réparée, les livraisons s’accumulent sur les quais, à la merci des éléments en l’absence d’entrepôts disponibles… Les responsables du Supply Services sont donc contraints de conserver à bord des bâtiments les biens les plus périssables – entravant ainsi le déchargement sur des quais déjà bien encombrés par la livraison de denrées alimentaires pour la population. Ces dernières sont évidemment prioritaires aux yeux des Grecs.
En résumé, d’un bout à l’autre de la chaîne, la logistique alliée montre de graves signes de thrombose.

Réorganisation allemande
Bulgarie
– Le XXII. GAK est désormais regroupé à Kyoustendil. Les hommes se résignent à faire une pause humide sous la pluie, les sols gorgés d’eau empêchant tout retranchement. Saisissant l’occasion, Gustav Fehn quitte un moment sa troupe et se rend à Sofia pour conférer avec les responsables du secteur.
………
Nis – Le général Hans-Gustav Felber arrive dans la forteresse ottomane afin de prendre le commandement du XXI. GAK après une brève cérémonie de passation de pouvoir avec Paul Bader, laquelle s’effectue sans cordialité, et surtout sans véritable point sur la situation. Sitôt le vieux général parti, l’officier hessois passe un long moment avec ses aides de camp à jauger de la situation et des contraintes du secteur.
En homme compétent, Felber arrive évidemment aux mêmes conclusions que Bader : le déséquilibre des forces en présence, combiné à la géographie étirée de la vallée de la Morava, impose la constitution urgente d’une forte réserve sur les arrières du front, entre Leskovac et Bujanovac. D’où la nécessité absolue de confier la sécurisation des lignes de communications à… quelqu’un.
Or, Felber n’a pas le bagage de son prédécesseur en ce qui concerne les subtils rapports de force ethniques de Yougoslavie – pour lui, peu importe, pourvu qu’on ait la tranquillité. Il n’est donc pas inquiet outre mesure quand son supérieur Alexander Löhr lui annonce : « une solution a été trouvée au plus haut niveau afin que les alliés du Reich vous déchargent du souci de maintenir l’ordre sur vos arrières ». Felber en déduit que Croates, Russes et Tchetniks assureront ensemble, sinon main dans la main, la lutte anti-partisans. De son côté, il va donc pouvoir tranquillement ordonner à la 297. ID (Moritz von Drebber) de descendre le rejoindre…

Ames noires
Place Ban Jelačić, Zagreb
– De la large fenêtre de son bureau, Ante Pavelic observe une colonne de la 1ère Division du colonel Mirko Zgaga remonter la large place pavoisée de drapeaux croates – une idée de son ministre de l’Intérieur Mladen Lorković destinée à démontrer la puissance (et la mobilisation !) de l’Etat indépendant dans la lutte qui s’annonce. Nul doute que, devant tant de si beaux combattants, le bon catholique comprendra où est son devoir… et quelle est sa place. Car cette unité du 1er CA doit rester dans la région, afin d’étouffer dans l’œuf tout soulèvement. Quant aux minorités indésirables… « Nous allons bientôt nous débarrasser de toute cette racaille ! » gronde le Poglavnik, le regard sombre. Dans un coin de la pièce, on pourrait presque imaginer le portrait d’Ante Starčević opiner du menton…

Yaourt bulgare
Inquiétude et comédie
Sofia (ambassade du Reich)
– Ce matin, comme d’habitude il faut le dire, Adolf Beckerle est de mauvaise humeur. La faute au départ de la 4. SS-Polizei-PanzerGrenadier, qui s’en va vers Belgrade. A présent, l’Obergruppenführer se sent un peu seul dans la capitale bulgare…
Aussi, il fait contre toute attente bon accueil au général Gustav Fehn – lequel est venu lui présenter ses respects. Un soldat de la Heer, certes, mais un Aryen néanmoins. Et ses troupes ne sont qu’à 70 kilomètres de la capitale. En conséquence, après une légère hésitation, Beckerle a finalement choisi de convier le général Marinov à les rejoindre dans son bureau afin que les deux généraux puissent coordonner leurs actions. Mais aussi pour servir d’avertissement à ce Bulgare, à toutes fins utiles.
Mais c’est naturellement superflu : l’entrevue se passe à merveille, le Slave donnant la patte comme il convient à ses maitres – même s’il doit admettre à nouveau qu’il ne dispose pas pour l’instant d’unités à même de renforcer le XXII. Gebirgs-Armee-Korps. Une occasion de plus pour Adolf Beckerle d’humilier son obligé, et en public s’il vous plait, sans que Fehn semble goûter la chose ou qu’il s’en émeuve outre mesure. De son côté, Marinov s’avère étonnamment curieux des forces dont le général dispose, mais il n’apprendra rien de significatif – le chef du XXII. GAK pratique depuis assez longtemps les Balkans pour savoir que les indiscrétions coûtent cher en sang allemand, gouvernement-croupion ou pas.


29 novembre
La campagne des Balkans
Météo
– La pluie s’éloigne enfin des Balkans, autorisant la reprise des travaux, quoique dans des conditions particulièrement difficiles. Et même si les camions peuvent à nouveau rouler dans la boue, l’aviation alliée reste collée au sol par un plafond nuageux particulièrement bas, qui ne permet pas les bombardements et gêne beaucoup les reconnaissances.

Stagnation
Macédoine
– Après le saut de puce de ces derniers jours, le front allié revient à une forme d’inactivité qui ne satisfait personne parmi les troupes alliées de la vallée de la Morava. Si le major-général Charles Gairdner (6th Armoured Division) n’est évidemment pas aussi entreprenant que ses camarades yougoslaves, il semble lui aussi s’interroger dans son dernier rapport sur la position actuelle de l’ennemi. Il conviendrait, selon lui, d’aller au moins au contact de ce dernier afin de pouvoir jauger ses capacités – ce qui est pour l’instant impossible par d’autres moyens. Mais à Salonique, le haut commandement reste intransigeant : aucun mouvement offensif tant que le ravitaillement n’est pas revenu à un niveau décent.
………
Salonique – Irrité et inquiet à la lecture des derniers rapports du colonel Canterbry, Montgomery appelle de nouveau personnellement le Premier ministre afin de s’enquérir de l’arrivée des approvisionnements promis. Obtenant finalement la liaison après une attente un peu plus lente qu’à l’accoutumée, le chef du 18e Groupe d’Armées Alliées s’en prend à un bulldog qui manque quelque peu de mordant. Gavé de réponses vagues et de formules creuses, Monty lâche finalement : « Sir, avec tout le respect que je vous dois, je dois adapter mon dispositif aux opérations à venir. S’il ne m’est pas possible de prévoir d’avancer en Serbie, dois-je continuer à prendre le risque d’exposer inconsidérément mes troupes ? » Winston Churchill promet de revenir vers Montgomery avec des dates précises et une réponse claire. « Un minimum, en vérité ! » souffle le général en jetant un regard noir au combiné qu’il vient de raccrocher.

Maladie incurable
Albanie
– Le départ des troupes alliées du Sud de l’Albanie, ainsi peut-être que la fin de la lutte fratricide dans la région de Kukës, entraine une recrudescence de petits incidents entre Legaliteli et Partisans du Mouvement de Libération National, sur la côte et aux environs de Divjakë. Intervenant avec promptitude et professionnalisme, les légionnaires de la 3e BMLE évitent que la situation ne dégénère en une véritable reprise de la guerre civile – et comme les participants à ces fusillades évitent de se faire reconnaître des autorités alliées, leur simple apparition suffit le plus souvent éteindre les flammes du conflit.
Ces accrochages, pour insignifiants qu’ils soient, sont un avertissement pris très au sérieux par l’état-major de la 2e Armée française, à Tirana, qui constate que la situation est figée… mais pas gelée. La 3e Division d’Infanterie polonaise dépêche en conséquence un régiment à Kuçovë, en guise de précaution.

Réorganisation allemande
Serbie
– Le KG Braun a achevé son transfert vers la Serbie et se déploie dans la région de Lebane, afin de faire face aux éventuelles infiltrations ennemies depuis le Kosovo – que celles-ci soient ballistes, serbes ou anglo-saxonnes bien évidemment. L’unité de Julius Braun reste usée par sa déroute de Macédoine. En conséquence, et dans un geste de compréhension rare sur ce théâtre, le général Felber ne prévoit pas de l’utiliser en première ligne pour l’instant.

Ames noires
Croatie et Bosnie
– Dans les principales villes de la région, comme Karlovac, Gospić, Cazin, Prijedor, Požega (et d’autres), les services de police oustachis, renforcés par les troupes des 1er, 3e et 4e CA croates, se jettent sur les réserves alimentaires soigneusement accumulées pour l’hiver. Les biens découverts – et ils sont nombreux – sont impitoyablement rassemblés, inventoriés et mis sous séquestre sous prétexte de « rationalisation de l’approvisionnement ».
Le système de rationnement, déjà particulièrement sévère, devient draconien – la contrebande et le marché noir sont passibles de mort. Mais les catholiques croates et les membres de quelques minorités choisies (slovènes et bosniaques) seront vite rassurés : ils sont prioritaires dans la distribution de nourriture. Pour les autres par contre, il ne reste systématiquement plus rien. Dans les jours qui suivront, les Oustachis étendront petit à petit ce dispositif à la campagne environnante, leurs effectifs relativement faibles ne permettant pas une mise en coupe réglée de tout le pays. Les paysans réussiront à dissimuler le plus gros de leurs réserves… Néanmoins, l’hiver s’annonce terrible.

Yaourt bulgare
Inquiétude et comédie
Sofia (ambassade du Reich)
– Adolf Beckerle a enfin une véritable raison de se réjouir : il connait la date d’arrivée de cette fameuse et si attendue brigade blindée bulgare, ce sera le 8 décembre. Un peu tard certes, mais mieux vaut tard que jamais. Et avec cette unité, commandée par le major-général Stoyan Konstantinov Trendafilov, le SS est enfin assuré de tenir le pays en laisse. Tout à sa joie, il en oublie de considérer le fait qu’en Bulgarie, et surtout à ses frontières, bien d’autres forces sont en action – et bien plus puissantes que ce qui reste des insurgés du 6 septembre.

Grèce
Sortie (difficile) de crise
Londres/Athènes
– Informé des… accrocs dans les discussions entre l’état-major grec et les représentants britanniques, Sir Anthony trouve le moment d’appeler Georges Papandreou afin d’arrondir légèrement les angles de la boîte dans laquelle il entend caser le royaume de Grèce. Sans doute est-on allé un peu loin, des mots ont été mal compris, des démarches interprétées de manière inopportune… Eden conclut finalement : « Le gouvernement de Sa Majesté, par ma voix, tient à vous rassurer sur son plein et entier soutien dans la lutte en cours, lutte dans laquelle les forces armées grecques jouent – et continueront à jouer – un rôle majeur. Cet hiver, ces forces, comme vous nous l’avez demandé, seront cantonnées à un rôle de… remise en ordre du pays et notamment des régions indûment annexées par la Bulgarie. Mais je vous assure qu’à partir du printemps prochain, les troupes du général Liosis retrouveront évidemment leur place à la pointe des offensives du 18e Groupe d’Armées Alliées, et leurs chefs de corps seront associés à la planification de ces offensives. Et je vous confirme par ailleurs le démarrage du rééquipement des forces aériennes grecques pour le début du mois prochain. »
Papandreou ne demandait pas tant d’amabilités ! Il remercie donc courtoisement son interlocuteur – qui, dans le fond, ne lui a rien annoncé que ce qui était déjà convenu…


30 novembre
La campagne des Balkans
Météo
– Sous les nuages menaçants de l’automne, le front des Balkans connait un calme généralisé : aucune action armée significative n’est à signaler, que ce soit au Kosovo, en Bulgarie, en Albanie ou en Serbie.

Ames noires
Osijek
– Non loin de la frontière hongroise, Maximilian von Weichs prépare avec Alexander Löhr (12. Armee), Lothar Rendulic (20. Armee) et Franz Neuhausen (gouverneur militaire de Serbie) le désarmement des milices tchetniks et la “sous-traitance” aux Croates de toute la sécurité sur les arrières de la Heer en ex-Yougoslavie. Dans cette réunion entre militaires purs (Siegfried Kasche et Edmund Glaise von Horstenau n’y ont pas été conviés), on remarque l’absence du SS-Gruppenführer Konstantin Kammerhofer, en charge de la sécurité en Croatie et en Bosnie – sa présence n’a pas été souhaitée. Les généraux de la Heer (voir l’appendice 3 sur l’ordre de bataille du Heeresgruppe E à ce moment) sont bien entre eux, afin de préparer l’après-Oustachis.
Et les contingences sont nombreuses ! Comment réagira la population ? De quels moyens dispose Franz Neuhausen afin de garantir la sécurité à Belgrade, où se situent certains dépôts de ravitaillement particulièrement critiques ? Qu’en est-il de la situation en Bosnie et aux environs de Sarejevo ? L’approvisionnement des forces en Albanie sera-t-il menacé ? Et sera-t-il possible de conserver l’appui des forces de Pavle Đurišić et Konstantin “Kosta” Mušicki après pareil désaveu ? Il convient d’ailleurs de noter que le gouverneur militaire de Serbie négocie avec énergie avec les autorités politiques pour que les forces de ces deux chefs tchetniks soient exclus du périmètre du désarmement à venir. Il souhaite en effet continuer à s’appuyer sur des hommes de confiance afin de suppléer à la faiblesse de ses propres moyens.
Globalement, et tout en s’exprimant, même entre eux, avec une prudence de bon aloi, les quatre généraux ne peuvent qu'exprimer leur grande réserve quant au désarmement des Tchetniks. On pourrait même parler d’angoisse, à observer de Franz Neuhausen, qui transpire abondamment dans son bel uniforme. Hermann Neubacher lui-même, qui avait émis un rapport très défavorable sur les Oustachis il y a quelques mois à peine, n’a-t-il pas qualifié l’initiative de « goutte d’eau qui met le feu aux poudres » ? Monsieur Prud'homme n'aurait pas dit mieux…
Mais à toutes ces objections, von Weichs ne peut que répondre que l’arbitrage a été fait au sommet – et donner des instructions afin de limiter les dégâts. Aussi, il demande à Löhr et Neuhausen de bien vouloir, respectivement, retarder le départ de la 297. ID jusqu’au déploiement à Belgrade de la 4. SS-Polizei-PzrGr, et de coordonner dès à présent leurs actions avec le SS-Oberführer Friedrich-Wilhelm Bock – quitte à aller à sa rencontre lors de sa venue de Sofia. Enfin, il leur faudra préparer une éventuelle intervention conjointe entre la 1. Panzer, la 4. SS-Polizei-PzrGr, le 1er CA croate d’Ivan Brozović et – bien sûr – la Légion Noire (appelée à faire mouvement vers Kragujevac). Evidemment, dans le seul cas où quelque chose devrait déraper ! Quant à Rendulic, il conviendra qu’il mette ses forces en alerte, prenne contact avec les Oustachis déployés sur son secteur… puis qu’il fasse au mieux.
Mais après tout, conclut von Weichs, l’hiver est déjà là. Les Anglais (et même les Russes !) sont encore loin et ne devraient pas attaquer en décembre. Sinon, ils auraient certainement profité, qui de la déroute de Macédoine, qui de la retraite d’Ukraine. Mieux vaut régler cette désagréable affaire durant les périodes de calme, n’est-ce pas ?
On ne saurait mieux dire, mais l’idée d’un partenariat exclusif avec les Croates n’en déplait pas moins au plus haut point à tous autour de la table.
Finalement, vient la dernière question, la plus importante en vérité : c’est Franz Neuhausen qui la pose, lui qui a tant à perdre dans ce désordre. Lui qui s’est copieusement enrichi sur le dos de la Grèce et de la Serbie via la société minière Bor et la banque Bankverein für Serbien, dont il est le président. Une corruption avérée qui agace d’ailleurs notoirement le chef du Groupe d’Armées E – mais le gouverneur bénéficie de la protection du ReichsMarschall Göring… « Et que se passera-t-il si les Anglais ou les Serbes sont informés de nos projets ?"
Von Weichs affiche un sourire cruel en répondant : « Cher ami, je vous fais confiance pour que nul se soit au fait dans cette opération. Vous avez toute ma confiance à ce sujet !" Le gouverneur est donc bel et bien renvoyé à ses responsabilités. Et il ne sait que trop que le général saxon n’a confiance en absolument personne. S’il se produit une fuite, Neuhausen en sera tenu pour responsable !

Soucis de charité
Londres
– Le gouvernement yougoslave de Pierre II émet une sollicitation en forme de supplique quant à la situation humanitaire en Serbie, en Bosnie et (accessoirement) en Macédoine. En effet, après les violents combats provoqués par Market et l’insurrection de la Morava, le peuple yougoslave se trouve dans une situation de dénuement et de famine proprement dramatique – pire encore que celle de la Grèce, fait remarquer le ministre des Affaires étrangères Momčilo Ninčić, dans un propos non dénué de jalousie.
La faute à des combats prolongés sur son sol, aux représailles sanglantes déclenchées par les actions lancées par la Résistance sans le soutien des armées alliées… et à un conflit ethnique qui ne dit pas (encore) son nom. De plus, un mot remonte de plus en plus souvent dans les rapports du SOE, des Résistants royalistes et des Partisans de Tito : Brzo. Qui sait quelles horreurs cache le nom de l’opération préparée par l’Etat croate ?
Attiré par la perspective de maintenir dans l’orbite occidentale une Yougoslavie tentée par le collectivisme, alors que les armées soviétiques approchent (« Qui contrôle décide ! » a dit Molotov), Winston Churchill réagit avec enthousiasme à l’appel yougoslave ; il jouera volontiers le rôle du bon samaritain. Cependant, il est rapidement refroidi par sir Andrew Rae Duncan, ministre aux Approvisionnements, qui lui rappelle tout à la fois que le peuple britannique a lui aussi besoin de sustenter et que les rares excédents sont déjà envoyés à Salonique et Athènes.
Pas découragé pour autant, le Prime minister choisit de mobiliser l’opinion publique plutôt que son gouvernement, lançant une série de galas de charité “For Greece and Yugoslavia”. Une occasion de plus, au passage, de faire parler du théâtre balkanique, sans que cela lui coûte grand-chose. Churchill fera le tour des villes importantes dans son Lockheed Lodestar ; la tournée se prolongera tout le mois de décembre et rencontrera un important succès – même s’il reste évidemment un léger problème à régler : comment acheminer l’aide aux populations concernées ?
………
« Hier soir, au Grosvenor House Hotel, a été donné un grand dîner de charité. Les bénéfices seront reversés aux gouvernements des Royaumes de Grèce et de Yougoslavie, dont les populations ont souffert ou souffrent encore terriblement sous la botte nazie. De nombreuses personnalités étaient présentes et désireuses de témoigner leur solidarité à ces pays, en compagnie du Premier ministre Winston Churchill, dont l’allocution a été chaudement applaudie. Signe de la gratitude qu’inspire cette démarche, Sa Majesté Pierre II de Serbie était venue en personne, accompagnée de la princesse Alexandra de Grèce, dans un symbole émouvant de la concorde entre ces deux nations. Nous pouvons citer parmi les autres participants Son Excellence l’ambassadeur de Grèce Charalambos John Simopoulos, mais aussi le richissime John Davison Rockefeller Jr. et la grande Pandora Groovesnore, dont le charme a une fois de plus illuminé la soirée. L’armatrice de Sydney s’est longuement entretenue avec le major-général John Charles Campbell, dont la casquette d’artilleur lui rappelait, a-t-elle dit, un souvenir de jeunesse… » (The Times, éditions du 18 décembre 1943)

Yaourt bulgare
Nouvel ingrédient
Szeged
– A la Panzertruppenschule, c’est le jour de la libération pour la 1ère Brigade blindée, première formation mécanisée de l’histoire de l’Armée bulgare – si l’on oublie toutefois les quelques courageux équipages mutins massacrés en septembre précédent. Pour l’occasion, le major-général Stoyan Konstantinov Trendafilov se fend d’un court discours, destiné à motiver ses hommes alors qu’ils vont rentrer dans un pays qu’on dit désormais hostile au Reich et qu’ils ont pour la plupart quitté depuis presque six mois. « N’écoutez pas les défaitistes, pleutres et traîtres qui aimeraient nous voir nous coucher devant les Bolcheviques ! Croyez en la Victoire ! Croyez en nos alliés ! Croyez en vous et en la nation bulgare ! » Ce qui déclenche, comme il se doit, un tonnerre d’acclamations de la part des équipages rassemblés devant leurs engins.
Trendafilov observe la troupe d’un œil neuf – et même blasé. Oui, ce sont là de biens beaux jeunes gens, ardents et prêts à donner leurs vies pour la Bulgarie. Mais ce serait bien que ce soit seulement pour la Bulgarie ! Et puisqu’on parle de croire en la Victoire… Le major-général n’est ni aveugle ni idiot. Les Allemands ne leur ont fourni que des reliques ou des rogatons de seconde main : Panzer III, Panzer 38t et automitrailleuses. Autant d’engins inutiles ou dépassés, qui ne feront pas plus le poids face aux Russes ou aux Anglais que leurs cousins face aux Allemands à Batanovtsi. Au total, il n’y a guère que les canons d’assaut qui vaillent le coup : des Sturmgeschütz III et IV, eux aussi d’occasion. Le regard déterminé mais perdu dans le vague, le major-général Trendafilov songe qu’il aura matière à réflexion dans le train qui le ramènera à Sofia.


Dernière édition par Casus Frankie le Lun Déc 17, 2018 15:34; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10131
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 11:59    Sujet du message: Répondre en citant

Ordre de bataille du Groupe d’Armées E (Heeresgruppe E)
fin novembre 1943

Colonel-général Maximilian von Weichs
QG à Sarajevo – Chef d’état-major : August Winter

Troupes dépendant du Heeresgruppe E
- 4. SS-Polizei-Panzergrenadier-Division (Friedrich-Wilhelm Bock) [à Belgrade – elle fait partie du GA E, mais ne répond en pratique qu’aux ordres de la Waffen-SS à Berlin]
- SS-Polizei-Regiment 14 (Bernhard Griese) [stationné à Sarajevo pour contrôler la Bosnie]

12. Armee [Serbie (sauf Kosovo)] (Alexander Löhr)
QG à Belgrade – Chef d’état-major : Hermann Foertsch

Réserve d’Armée
- 1. Panzer Division (Walter Krüger)

XXII. Gebirgs-Armee-Korps (Gustav Fehn) [frontière Macédoine-Serbie-Bulgarie]
- 19. PanzerGrenadier Division (Josef Irkens) :
Panzer Abteilung [17 Panzer IV G1/G2 et 9 Panzer III J] ;
201. PanzerJäger Abt [8 JagdPanzer IV, 8 StuG IV, 13 StuG III] ;
242. PanzerJäger Abt [9 JagdPanzer IV, 6 StuG IV, 9 StuG III]
1. Brandenburger Rgt (55 % de ses effectifs nominaux) ;
2. Brandenburger Rgt (60 % de ses effectifs nominaux).
- 104. Jäger-Division (Hartwig von Ludwiger) (90 % de ses effectifs nominaux)
- 1. Gebirgsjäger-Division (Hubert Lanz) (70 % de ses effectifs nominaux)

XXI. Gebirgs-Armee-Korps (Hans Felber) [Serbie]
- 187. ID (Josef Brauner von Haydringen)
- 297. ID (Moritz von Drebber)
- 118. Jäger-Division (Josef Kübler)
- Kampfgruppe Braun (regroupement de la 4. Gebirgsjäger-Division de Julius Braun [40 % de ses forces] et du 92. Grenadier Rgt du colonel Werner von Hillebrandt [50 %]
- 93. schw Panzerjäger Abt [réduit à 28 Hornisse/Nashorn] (Hauptmann Schwartz)

- Corps de volontaires serbes (Dimitrije Ljotić)
- Forces de Sécurité russes (Boris Chteïfon)


20. Gebirgs-Armee [Bosnie (et Croatie), Albanie, Monténégro, Kosovo] (Lothar Rendulic) – QG à Zagreb

LXVIII. Armee-Korps (Hellmuth Felmy) [Albanie, Kosovo, Monténégro]
- 173. ID (Heinrich von Behr)
- 100. Jäger-Division (Willibald Utz) [moins deux Rgt, plus un Rgt de la 369. ID]
- 162. ID (Theodor Oberländer) [moins un Rgt, remplacé par un Rgt de la 100. Jäger]
- 369. ID ou Vražja divizija (Division du Diable) [division croate sous commandement croate] (Marko Mesić) : moins un régiment.
- Kampfgruppe Weller : un régiment de la 100. Jäger + le 914. StuG Abt
- 907. StuG Abt
- 373. ID ou Tigar divizija (Division du Tigre) [division croate sous commandement allemand] (Emil Zellner) – au Kosovo
- Kampfgruppe Lungerhausen [164. ID (Carl-Hans Lungerhausen), réduite à 40 % de ses effectifs nominaux et réorganisée] – au Kosovo

XV. Gebirgs-Armee-Korps (Rudolf Lüters)
[Croatie-Bosnie]
- 264. ID (Albin Nake)
- 277. ID (Helmuth Huffmann) [formée d’une majorité d’Osttruppen]
- 114. Jäger-Division (Karl Eglseer)
- 117. Jäger-Division (Karl von Le Suire)
- 7. SS-Gebirgs-Division Prinz Eugen (Artur Phleps)
- 11. SS-Gebirgs-Division Handschar [constituée de Croates, de musulmans bosniaques ou albanais, mais surtout de Volksdeutsche de Yougoslavie]
- 1. SS-StuG Abteilung

Division croate intégrée à la Wehrmacht (réserve d’armée)
- 392. ID ou Plava divizija (Division Bleue) [division croate sous commandement allemand, à l’entraînement] (Johann Mickl)

* Oberbefehlshaber du littoral adriatique nord-est [Trentin et Haut-Adige, Frioul, Istrie, partie italienne de la Slovénie] (Ludwig Kübler)
Commissaire du Reich: SS-Obergruppenführer Friedrich Rainer
- 181. ID (Hermann Fischer)

* Division dépendant du Groupe d’Armées d’Italie, en Istrie et Vénétie
- 292. ID
Disponible pour le GA E en cas d’attaque amphibie ennemie sur le littoral adriatique nord-est.


Armée de l’Etat indépendant de Croatie
A part les trois divisions croates sous uniforme allemand intégrées à la Wehrmacht (369e, 373e et 392e) et les unités SS recrutées en tout ou partie dans l’ancienne Yougoslavie (Divisions Prinz-Eugen et Handschar), les forces croates sont en théorie sous l’autorité du gouvernement de Zagreb. En pratique, elles répondent aux ordres du chef du Heeresgruppe E.

Chef de l’Etat et de l’armée (Poglavnik) : Ante Pavelic
Vice-ministre de la Guerre : Vilko Begić – Commandant en chef : Slavko Štancer

– Garde du Poglavnik (Ante Moškov)
– Légion Noire oustachie (Rafael Boban) [en Serbie]

– Ier Corps [Zagreb] (Ivan Brozovic)
1ère Division de Montagne (Matija Čanić), 3e DI (Emil Radl)

– IIe Corps [Slavonski Brod] (Franjo Pacak)
1ère DI, 2e DI

– IIIe Corps [Sarajevo] (Ivan Markulj)
2e Division de Montagne, 5e DI

– Brigades indépendantes, régiments territoriaux, gardes de camps de concentration etc.


Appendice 3bis
Ordre de bataille du 18e Groupe d’Armées allié
Fin novembre 1943

Général Bernard Montgomery (QG à Athènes)
Premier adjoint : général Sylvestre Audet, second adjoint : général Panagiotis Spiliotopoulos.

8th Army britannique (général Richard O’Connor)
– XIIIe Army Corps (Lt-général Brian Horrocks) :
- 4th Indian Division (Messervy),
- 51st Infantry Division (Wimberley)
- 32nd Army Tank Brigade (A.C. Williams) ;

– Australian New-Zealand Army Corps (ANZAC) (Lt-général John D. Lavarack) :
- 2nd New-Zealand Division (général Freyberg),
- 6th Australian Division (Vasey),
- 1st Australian Armoured Division (Robertson) ;

– 1er Corps d’Armée yougoslave (général Brašić) :
- 1ère DI (Krstić),
- 2e DI (Mihailović),
- 1ère Brigade blindée (Stefanović) ;

– 2e Corps d’Armée grec (Lt-général Giorgios Tsolakoglou) :
- 5e DI (Demetrios Papadopoulos),
- 13e DI (Léonidas Stergiopoulos),
- 1ère Brigade Blindée (Stanotas),

– Réserve d’armée :
- 6th Armoured Division (major-général Charles Gairdner),
- 10th Armoured Division (major-général Alexander H. Gatehouse),
- 5th AGRA.

2e Armée française (général Henri Dentz)
– 2e Corps d’Armée polonais (général Anders) :
- 3e DI (Bohusk-Szusko),
- 5e DI (général Bolesław Bronisław-Duch),
- 1ère Brigade blindée (Maczek) ;

– 1er Corps d’Armée grec (Lt-général Giorgios Kosmas) :
- 1ère DI (Batas),
- 3e Brigade de Montagne (colonel Tsakalotos) ;
- 6e Brigade de Montagne (colonel Katsotas) ;

– Réserve d’armée (général Paul Beynet) :
- 192e DIA (Jouffrault),
- 1ère Division d’Infanterie tchécoslovaque (Alois Liška),
- 3e BMLE (Le Couteulx de Caumont) [doit quitter les Balkans début décembre],
- 4e RST (colonel Roux),
- 107e RALCA.
Note – 192e DIA, 4e RST et 107e RALCA doivent embarquer pour la France au second trimestre 1944.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1587
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 12:12    Sujet du message: Répondre en citant

Des manques?

Citation:
Albanie – Le départ des troupes alliées du Sud de l’Albanie, ainsi peut-être que la fin de la lutte fratricide d....
comme les participants à ces fusillades évitent de se faire reconnaître des autorités alliées, leur simple apparition suffit le plus souvent pour éteindre les flammes du conflit.


Citation:
Cependant, il est rapidement refroidi par sir Andrew Rae Duncan, ministre aux Approvisionnements, qui lui rappelle tout à la fois que le peuple britannique a lui aussi besoin de se sustenter et que les rares excédents sont déjà envoyés à Salonique et Athènes

_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10131
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Déc 17, 2018 12:18    Sujet du message: Répondre en citant

Merci !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 14, 15, 16, 17  Suivante
Page 15 sur 17

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com