Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Octobre 43 - Méditerranée
Aller à la page 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 11:21    Sujet du message: Octobre 43 - Méditerranée Répondre en citant

Ce qui suit concerne essentiellement l'Italie (Merci Patzekiller).

Ayant décidé de vous apporter tout ce que j'avais sur Octobre 43, je n'allais pas le "retenir" en attendant Dragon et Cie.



1er octobre
La campagne d’Italie
Milan
– Des rapports issus de différentes sources montrent clairement que les Allemands ont détourné à leurs fins la production des usines Fiat à Milan. Pour les Alliés, il n’est pas question de tolérer un tel état de fait, aussi l’USAAF lance-t-elle un raid contre la capitale lombarde. Pour l’occasion, la 8e Air Force ajoute aux P-38 du 1er FG les P-47 du 362th FG, tout récemment arrivés sur le front méditerranéen.
Lors de la bataille aérienne qui s’ensuit, le Thunderbolt a l’occasion de montrer toutes ses qualités à haute altitude : quatre appareils de l’Axe sont descendus par les P-47 contre un seul par les “double-queue”. Deux B-24 et deux P-38 sont abattus. Au retour au sol, les équipages des bombardiers, tout en revendiquant un nombre considérable de victoires, signalent avoir détruit un Bf 109 qui, en plus de ses croix noires, portait sur le flanc un grand drapeau italien rectangulaire (sans les armes royales, bien sûr). En effet, au sein de la RSI, la crise de commandement a été réglée et les Allemands ont repris leurs livraisons de chasseurs. L’Italie fasciste dispose donc maintenant d’une (petite) force aérienne autonome.


2 octobre
La campagne d’Italie
Naples
– Les derniers éléments de la 1st Armored Division embarquent pour la France. L’Old Ironside doit prendre le relai des forces blindées américaines débarquées les premières. La division n’a pas exactement été recomplétée dans les règles de l’art selon le manuel de l’US Army, mais le général Lee a réussi à négocier avec son homologue de Marseille que les derniers GMC manquants soient prélevés sur ses stocks en provenance d’Algérie.


3 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Nouvelle mission Strangle pour le 324e FG, qui s’en prend aux ponts et aux installations ferroviaires (postes d’aiguillage notamment) de Savona, à l’ouest de Gênes. L’objectif n’est pas tant de détruire des locomotives que de mettre hors service l’infrastructure, afin de bloquer un peu plus les éventuels transferts de troupes “horizontaux” pour empêcher les forces allemandes en Italie de renforcer le flanc est du front français.


4 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Si tout est calme sur le front italien, il n’en est pas de même sur les arrières allemands. En effet, la 15. SS Panzergrenadier Division Reichsführer SS, renforcée par le 12. SS Polizei Rgt (sinistrement connu depuis les événements de Turin), se déploie entre Vérone et Trente afin d’éradiquer toute activité de partisans dans la région. Cette vallée qui remonte jusqu’au col du Brenner est vitale pour les Allemands, car la quasi-totalité du ravitaillement du front d’Italie passe par là. Il n’est donc pas question de laisser se développer le moindre embryon de résistance dans ce secteur.
Méthodiquement, les Allemands remontent la vallée et explorent les rives du lac de Garde. Ils effectuent de nombreuses fouilles parmi les fermes et dans les différents villages de la région. Le régiment de police opère dans le secteur de Vérone.


5 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Les hommes de la Reichsführer SS continuent leurs opérations de ratissage en remontant la vallée en direction de Trente. Des arrestations se succèdent, souvent arbitraires, pour « interrogatoire ». Pendant ce temps, à Vérone, les hommes du SS Polizei Führer Karl Wolff font de même. Profitant de nombreuses délations, ils mettant à jour au passage de nombreux réseaux de petits trafics.


6 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Le centre de gravité des opérations de la division SS se déplace peu à peu vers le nord. Elle ratisse maintenant le Haut Trentin pendant que le 15. SS Polizei Rgt vient compléter le dispositif en s’installant à Trente.
Les occupants ajoutent le cynisme à la cruauté. En effet, ils tentent d’imputer le massacre de plusieurs familles de fermiers à des actions anti-RSI de la Résistance, mais les enquêteurs retrouveront après la guerre des témoins directs qui permettront de juger pour de crime de guerre des SS de la 15. Pzgr.


7 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Les SS achèvent de remonter la vallée vers le col du Brenner et atteignent les environs de Bolzano. Le bilan officiel de l’opération est de… deux (!) terroristes tués et 200 arrestations. Les Allemands n’ont cependant découvert que quelques caches d’armes, et encore : celles-ci ne renfermaient généralement que quelques fusils ou des bâtons de dynamite.
Cette maigre récolte s’explique. Les événements de Turin ont été une douche froide pour la Résistance, qui a adopté un profil bas. Certains jeunes éléments rebelles au STO ont préféré se cacher dans leurs familles ou même accepter de partir travailler en Allemagne.


8 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Si le calme revient sur l’Italie du Nord, les opérations aériennes se poursuivent. La 86e DIA, pensent avoir localisé par des écoutes le QG de la 65. ID, a demandé la veille un raid de la 23e EB. Les Mitchell français, escorté par la 3e EC, s’en vont donc bombarder des positions au nord de San Piero in Bagno, lorsque la Luftwaffe réagit.
L’as borgne du GC II/3, le capitaine Henri Jeandet, témoigne. « Les “Michel” venaient de larguer leurs œufs et faisaient demi-tour. On n’était pas trop haut, car pour ménager les Italiens, on avait promis de soigner la visée. Quand la radio a craché « Bandits, 11 heures en haut », notre objectif a été de couvrir les bombardiers, mais les Frisés avaient l’avantage de l’altitude. La section Bleue est restée au plus près des B-25 pendant que le reste montait à la rencontre des 109. A partir de ce moment, tout est allé très vite, même si au cœur du combat cela semblait durer des heures. On s’est enroulés avec le gros de leur force, mais certains ont réussi à passer et nous ont endommagé deux bombardiers dans l’élan. La section Bleue a quand même fait un boulot extra en s’interposant efficacement : les Boches n’ont pu faire qu’une passe, et les culs de plomb ont pu rentrer sans autre dommage. Sinon, au décompte, c’est deux partout pour les sûrs et deux ou trois autres probables, dont le mien. On a perdu un petit nouveau, François, je crois, qui sortait de l’école d’Oran, et le lieutenant de la section Bleue, mais lui a sauté au-dessus de nos lignes et il a été récupéré par les Algériens, il devrait rentrer sous peu. »


9 octobre
La campagne d’Italie
Rome-Fiumicino
– L’ambiance est festive sur l’aéroport de la capitale italienne. En effet, non loin des quadrimoteurs de la 15e Air Force et des avions de transport américains, appareils et équipages des nouveaux 4° et 5° Stormo sont alignés pour leur première parade. Après plusieurs mois de négociations et d’entraînement, ces deux groupes de l’Aviation Cobelligérante Italienne vont être déclarés opérationnels, en présence du Roi et d’un parterre de généraux de toutes nationalités. Tout n’est cependant pas rose, malgré la bonne humeur non feinte des aviateurs italiens.
Le 4° Stormo a récupéré des P-39, pour la plupart belges (et quelques américains). Neufs ou révisés, ce sont clairement aujourd’hui des chasseurs de second rang, mais on s’en contente en se disant que la vocation de ce groupe sera surtout (et enfin) de faire de l’appui au sol pour les troupes du futur corps de montagne italien.
Pour le 5° Stormo, la situation est plus difficile. Les Anglais, qui avaient promis des Spitfire V, n’ont pas pu tenir leurs engagements. Les appareils en question sont allés aux Sud-Africains et les Italiens ont dû se contenter de récupérer et de remettre en état leurs Macchi 202. Les Anglais, après avoir proposé des Hurricane épuisés, offre qui a été déclinée, ont cependant promis qu’ils livreraient bien des Spitfire… plus tard.
Si la livrée des Cobra est d’un vert olive américain classiquement uni, les 202 ont conservé leur camouflage en “ronds de fumée” verts sur fond beige. Quant aux insignes de nationalité, des cocardes vert-blanc-rouge, ils ont été repris sur ceux de la guerre précédente.
Quelques heures après la cérémonie, appareils, pilotes et mécanos partiront pour l’aérodrome de San Rocco, au sud-ouest de Sienne.


10 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Le général Bastin, de la 4e DI belge, observe à la jumelle les reliefs au nord–est de Stia, qui culminent à 1 100 mètres. Il s’agit du Poggio Mazza – la colline aux chauves-souris. Depuis la fin de l’offensive alliée, les Allemands de la 263. ID se sont installés là, un peu trop près à son goût. Les rapports montrent clairement que cette hauteur fortifiée sert d’observatoire d’artillerie, mais aussi que sa proximité permet aux tireurs d’élite ennemis de venir faire des cartons sur ses hommes. Le moral des troupes en première ligne dans ce secteur commence à s’en ressentir. Il a fallu négocier avec l’état-major, mais Bastin a finalement obtenu de pouvoir lancer un assaut contre cette hauteur assassine.
Compte tenu du relief (et de l’inutilité de la Route 310, enclavée), c’est une attaque d’infanterie. Dans la nuit, les hommes de la 1ère Brigade se sont infiltrés, bénéficiant de plusieurs jours de reconnaissance minutieuse des champs de mines ennemis. Dans l’air léger du matin, les premières détonations se font entendre et rapidement les combats s’intensifient. On se bat toute la matinée pour un résultat… nul. A la mi-journée, écœurés, les Belges retournent sur leurs positions de départ.
Vers 15h00 commence un bombardement d’artillerie qui va se poursuivre de façon sporadique jusque dans la nuit. Un raid de la 42e EB est demandé pour le lendemain aux aurores.


11 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Quand le bruit des moteurs des bombardiers s’estompe, les combats reprennent pour le mont aux chauves-souris. Peu à peu, les grenadiers avancent, de trou en trou, d’abri en abri, qu’il faut réduire un à un. Un petit incendie de forêt s’est allumé, mais le vent entraîne le feu dans la direction des Allemands. Il fournit ainsi un écran de fumée naturel, qui protège les hommes, mais gêne l’artillerie et l’aviation. La journée s’achève alors que les Belges sont à mi-hauteur. Il faudra terminer le travail le lendemain.


12 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– En fin de matinée, les hommes de la 1ère Brigade, aidés par l’artillerie divisionnaire et par les “Sanglier” de l’Aéronautique Militaire terminent sans mal de prendre la colline aux chauves-souris. En effet, les fantassins ennemis se sont repliés à la faveur de la nuit, ne laissant que ça et là des éléments retardateurs. Les pertes de ces trois jours de combat sont néanmoins assez importantes pour que le 1er Bataillon du 2e Grenadiers rajoute à son écusson une chauve-souris.


13 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Alors que l’été indien se prolonge, le calme est revenu sur tout le front.


14 octobre
La campagne d’Italie
Naples
– Le 804e Tank Destroyer Btn, qui remplace le 601e, débarque. Arrivant directement des Etats-Unis, cette unité profitera du calme actuel (et prévisible) sur le front italien pour parfaire son entraînement et s’aguerrir. Selon ses journaux de marche, elle va tirer en deux mois autant de munitions qu’en un an, c’est à dire depuis sa formation.


15 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Alors que le 325e FG est en mission Strangle au nord de La Spezia, l’Aviation Nationale Républicaine tente de s’interposer en s’en prenant aux P-40 des 318e et 319e FS. Mais c’est compter sans les Thunderbolt qui commencent à équiper le 325e Group.
Les Italiens perdent quatre appareils contre un seul aux Américains (un P-40 sera perdu en mer). Les “Jug” descendent deux Mussoliniens et le Captain Harry Parker, du 318e FS, en abat deux autres. Il devient ainsi un as – le dernier sur Warhawk de son squadron. Dans son rapport, il déclarera avoir abattu deux Bf 109, mais il s’agit de deux Fiat G-55, dont l’entrée en service a été hâtée par les services de la RSI ; les usines de Turin ne pourront en produire qu’un petit nombre avant la fin de la guerre.


16 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Calme plat, que ne troublent guère les patrouilles et reconnaissances diverses.


17 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Les hommes de la 356. ID ont un bon moral : ils savent qu’ils font face à des Italiens, qui, s’ils se sont jusque là montrés accrocheurs, ne sont que des partenaires mineurs de leurs ennemis principaux. Aussi les Allemands sont-ils très surpris lorsque leurs positions de la cote 520, près de la Route 65 au nord de Florence, sont violemment attaquées. Ce coup inattendu vient des Alpini du 1er Rgt de la 4e Division Cuneense. Les combats vont durer la journée, donnant aux hommes de la Cuneense l’occasion d’améliorer leur technique de guidage de l’aviation par radio – le tout en italien, car ce sont les premières vraies missions de guerre pour le 4° Stormo ! Les P-39, qui volent très bas pour bien montrer leurs cocardes avant d’aller attaquer leurs objectifs, sont salués par de tonitruants « Italia ! ».
Dans la vallée, le gros village de Vaglia est en vue.


18 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– L’attaque de la Cuneense, la veille, a surpris tout le monde… y compris l’état-major de Clark, car les Italiens ont attaqué sur leurs stocks propres. Les Italiens présentent l’affaire comme « une escarmouche de patrouille qui a dégénéré ». Pas dupe mais placé devant le fait accompli, l’état-major exige que les combats s’arrêtent dès la prise de Vaglia, qui n’est qu’à moins d’un kilomètre des premiers éléments italiens.
Sur le terrain, le deuxième bataillon du régiment alpin attaque à l’ouest, le long de la Route 103. Il atteint les premières maisons du village en fin d’après-midi.


19 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Pendant que des combats de rue commencent dans la cuvette de Vaglia, le 1er Bataillon Alpin italien escalade les pentes du Monte Morello, juste à l’est de la ville, appuyé par l’artillerie divisionnaire et par les Airacobra du 4° Stormo. Son objectif est la cote 600. En effet, il n’est pas question pour le commandement italien de laisser le village sous le feu des Tedeschi positionnés sur cette hauteur. Peu à peu, la résistance faiblit et les Allemands se replient dans sur la cote 650, un peu plus au nord, sur de nouvelles positions déjà aménagées.


20 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Alors que le calme revient en Toscane, le Sqn 2 de la SAAF reçoit enfin ses Spitfire V. La transformation sur cet appareil va se faire les jours suivants. Avant la fin du mois, ce sera au tour du Sqn 7 SAAF d’échanger ses P-40 contre des Spitfire V.


21 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Si au sol tout est calme, il n’en est pas de même dans les airs, où dans chaque camp on salue les exploits de ses champions. Dans le camp allié, le captain Roy Thomas, du 57e FG, s’offre un doublé contre un Do 217 et un Fw 190, portant son total à 9. Pour les Allemands, le major Armin Kohler, du I/JG 77, abat au-dessus de l’Adriatique un Beaufighter du Sqn 605 et un Spitfire du Sqn 119.
Dans ce dernier secteur, si l’opération Macon est terminée depuis six semaines, la RAF continue à déployer une activité anti-navires soutenue, contre le trafic côtier ennemi et contre les bâtiments légers, encore assez nombreux, qui opèrent pour la marine de la RSI ou la Kriegsmarine.


22 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– La 47e DI Bari se retire du front, passant le relai à la 33e DI de Montagne Acqui. Cette division rescapée des Balkans après le basculement italien a été progressivement ramenée en Italie et soigneusement dépolitisée. Dans sa reconstruction, elle a adopté le nouveau schéma à trois régiments (17e, 18e et 317e Rgt de montagne) mais a conservé son 27e bataillon de Patrioti (bien que presque tous les cadres aient été changés). En plus d’un vrai régiment d’artillerie, elle possède des unités d’appui : un bataillon de mortiers et un autre de mitrailleuses lourdes.
Pour compléter le nouveau corps de montagne, la 1ère DI de Montagne Superga, qui a participé à la libération de l’île d’Elbe, rejoindra les divisions Cuneense, Acqui et Arezzo sur le front dans les semaines à venir.


23 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– L’attaque de la division Cuneense a quelque peu secoué l’état-major allemand, qui a fait un lien avec des sabotages qui ont eu lieu juste au nord de cette zone, contre les voies ferrées venant de Bologne. C’est pourquoi la 15. SS Panzergrenadier Reichsführer SS se déploie en arrière de la Gotenstellung pour une opération de ratissage similaire à celle du début du mois.
Les SS commencent à fouiller les fermes et les villages au sud de Bologne. Alors que le 15. SS Aufklärung abteilung vient de quitter le village de Vado en direction de Monzuno, sur la Route 325, des coups de feu éclatent. Aussitôt les grenadiers sautent de leurs véhicules et répondent aux tirs en commençant à escalader les pentes du Monte Sole. Les partisans décrochent, en abandonnant sur le terrain quelques morts et blessés graves. Les SS retournent alors à Vado et reprennent leurs « perquisitions » ; ils rassemblent tous les hommes adultes du village et les emmènent vers une destination inconnue… Leur rapport dira que 77 prisonniers ont été abattus alors qu’ils tentaient de s’échapper.


24 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Les opérations au sud de Bologne reprennent dans la région du Monte Sole. Elles sont menées par l’ensemble de la division SS, avec une violence extrême. Quelques escarmouches ont lieu et cette fois, Vado et Monzuno sont incendiés. Dans les forêts le long de la Route 325, les combats continuent. En fin de journée, les SS affirment avoir relevé les corps de 270 “rebelles” et ont capturé 353 “suspects” (essentiellement des femmes, des enfants et des vieillards).


25 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord
– Les combats s’achèvent entre Bologne et Florence, autour du Monte Sole. Les bilans des historiens dénombreront dans la population 718 morts dont 497 partisans, plus 456 déportés dont beaucoup ne reverront pas l’Italie. Les SS ont eu 7 tués et 29 blessés. Tout cela se paiera… après la guerre.


26 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Le 318e FS du 325e FG reçoit enfin ses P-47. Les mécanos s’empressent de peindre sur les queues le damier jaune et noir caractéristique des Checkertails. Au sein du groupe, seul le 319th FS continue à voler sur P-40. C’est d’ailleurs le dernier squadron de l’USAAF en Méditerranée à voler sur cet appareil. Il attend son nouveau matériel dans les prochaines semaines.


27 octobre
La campagne d’Italie
Naples
– Le 760e Tank Btn débarque. L’arrivée de cette unité va permettre au IVe Corps US de mieux se réorganiser pour enfin compenser le départ de la 1st Armored. Chacune des deux divisions d’infanterie va se voir adjoindre un Tank Destroyer Btn et un bataillon de reconnaissance mécanisé sur M3/M5. En réserve du corps, les 751e, 752e et 760e Tank Btn et le 2e Ranger Btn formeront un poing blindé au moins équivalent à un Combat Command de division blindée. Devant le nouveau tableau de dotation et d’effectifs, le général Dawley, chef du IIe Corps US, comprend mieux le proverbe français qu’avait un jour cité Kœltz : « Faute de grives, on mange des merles ».


28 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Comme prévu, c’est au tour du Sqn 7 de la SAAF de recevoir ses Spitfire V. La Couronne a fini par tenir sa promesse, en se faisant un peu tirer l’oreille… En quelque mois, les Sud-Africains ont renouvelé tout leur matériel, troquant leurs Hurricane IIc dépassés et leurs P-40E fatigués contre de véloces Banshee et des Spitfire neufs, moins performants que les Mk VIII, IX ou XII, mais encore compétitifs.


29 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Le lieutenant Albert Sachs, du Sqn 7 SAAF, fête son Spitfire tout neuf de la plus éclatante des manières en ajoutant une huitième victoire à son tableau de chasse. Parti avec son ailier pour aligner quelques heures de vol, il reçoit un appel du contrôle au sol pour intercepter un “bandit” non loin de leur position. Après avoir grimpé au plafond, ils finissent par apercevoir au-dessus de la mer un Bf 110, sans doute en mission de reconnaissance. Arrivant dans les 8 heures de sa cible et d’en haut, Sachs ouvre le feu et voit immédiatement des morceaux d’aile se détacher, puis un moteur prendre feu. La victoire sera confirmée par la FAA, qui repêchera les deux aviateurs allemands.


30 octobre
La campagne d’Italie
Front italien
– Rien à signaler. Seuls quelques nuages semblent menacer le calme qui règne.


31 octobre
La campagne d’Italie
Mer Tyrrhénienne
– Un B-24 du 480e Ant-Submarine Group repère un sillage de périscope au sud de l’île d’Elbe. Le sous-marin semble se diriger vers le sud. Le B-24 effectue alors deux passes croisées, larguant des charges réglées pour des profondeurs différentes. Quelques minutes plus tard, l’U-409, qui venait de La Spezia, fait surface pendant quelques minutes avant de sombrer ; seuls une dizaine d’hommes ont le temps d’évacuer l’U-Boot en perdition. Le Liberator effectue un dernier passage, lâchant un canot de sauvetage aux survivants, qui seront repêchés plus tard par un chasseur de sous-marins de la Marine Nationale.
Pour cet exploit, l’équipage du Surprise Attack, qui n’a jamais si bien porté son nom, se verra décerner la Distinguished Service Medal.


(A partir de demain, Asie-Pacifique - et cette fois, promis, texte intégral - il se passe beaucoup de choses !)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Collectionneur



Inscrit le: 17 Juin 2012
Messages: 1434
Localisation: Aude

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 12:19    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le 12 octobre : les “Sanglier(s)” de l’Aéronautique Militaire

Front devenu secondaire, on n'y meurt pas... Embarassed
_________________
"La défaite du fanatisme n'est qu'une question de temps"
"L'abus d'armes nucléaires est déconseillé pour la santé"
"La Démocratie est le pire des systèmes, à l'exception de tous les autres"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 12:25    Sujet du message: Répondre en citant

Le pluriel des noms propres est un piège affreux en français.
Considérant que les noms d'avion pouvaient suivre la règle qui s'applique aux membres d'une famille non illustre (les Martin sont partis en vacances, mais Les Capétiens ont régné sur la France), je ne les mets pas au pluriel.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1681
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 12:42    Sujet du message: Répondre en citant

Je fournis dès que possible la partie belge Cool Laughing
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 416
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 16:31    Sujet du message: Répondre en citant

Si je me permets de dire pour les usines auto, à Milan, ce sont majoritairement les usines Alfa Roméo qui priment! Si vraiment c'est Fiat, il me semble que ce soit à Turin... Non ?
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 17:01    Sujet du message: Répondre en citant

sur wikipedia on a ça :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Usines_Fiat_Group_Automobiles_S.p.A.
on voit qu'il s'agit effectivement d'alpha romeo et innocenti qui font partie visiblement du groupe fiat (on peut le préciser)
noter que ces usines sont données détruites, les bombardement étant otl, ainsi que les causes, on voit que mêmes cause mêmes effets en ftl
ces bombardements ont été mis en en exergue car il y a un auteur qui voulait faire un petit coloriage là dessus il me semble Wink
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 416
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 17:51    Sujet du message: Répondre en citant

Sans sortir du sujet, mais Fiat n'a pas mis la main sur les usines de Milan avant '86
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 18:02    Sujet du message: Répondre en citant

bon, je veux bien, on a qu'à parler d'usines automobiles sans préciser.
je n'ai pas retrouvé le site mais il y en avait un qui parlait de fiat il me semble...errare humanum est

ok, je viens de relire mes texte et de m'apercevoir (dragon oblige en ce moment) que dans ma réponse j'ai mélangé les bombardements de Bologne et Milan
donc début novembre il faudra aussi modifier le texte puis qu'à cet endroit là je parle aussi de fiat
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7259

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 22:00    Sujet du message: Répondre en citant

7 octobre
La campagne d’Italie
Italie du nord – Les SS achèvent de remonter la vallée vers le col du Brenner et atteignent les environs de Bolzano. Le bilan officiel de l’opération est de… deux (!) terroristes tués et 200 arrestations. Les Allemands n’ont cependant découvert que quelques caches d’armes, et encore : celles-ci ne renfermaient généralement que quelques fusils ou des bâtons de dynamite.
Cette maigre récolte s’explique. Les événements de Turin ont été une douche froide pour la Résistance, qui a adopté un profil bas. Certains jeunes éléments rebelles au STO ont préféré se cacher dans leurs familles ou même accepter de partir travailler en Allemagne.

Répétition de "quelques " remplacer par

Les Allemands n’ont cependant découvert que quelques caches d’armes, et encore : celles-ci ne renfermaient généralement qu'une poignée de fusils ou des bâtons de dynamite.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4679
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Aoû 12, 2016 23:00    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le Fiat G.55 (on met un point et non un tiret), cela semble un peu tardif.

L'annexe C Y4 indique une production débutant historiquement en février 43.

OTL, le proto du G.55 vole le 30 avril 42, mais des retards dans la production font que les premiers avions de pré-série (16 appareils) sont mis en service à partir d'avril 43 et la série à partir de juin 43. À noter qu'il y a des différences au niveau de l'armement.
Le 8 septembre 43, au moment du retournement italien, 35 avions, y compris les 3 prototypes, ont été livrés. L'ANR (aviation de la République de Salo) va récupérer une partie des avions (le reste étant saboté et un avion s'enfuit au sud) et former une première unité en novembre 43. La production reprend en novembre également.
(source : Wikipedia)

FTL, la production s'organise à peine au moment du retournement de l'Italie. L'inévitable désorganisation au pire moment sera compensée par l'absence de délai dans la formation des unités. On peut globalement que le calendrier ci-dessus sera maintenu.

=> premiers avions au combat en juin/juillet 43.

OTL, un bombardement massif des usines Fiat (Fiat Aviazione) à Turin à lieu le 25 avril 44, la production du G.55 est alors dispersée dans de petites villes (avec assemblage final à Turin). Mais elle décline inévitablement et est arrêtée par les Allemands en septembre.

À noter que les Allemands montreront un intérêt certain pour l'avion (celui est équipé du DB-605A) qui surclasse leurs meilleurs appareils, au point de vouloir le produire en Allemagne. Mais finalement, le projet est abandonné, car il faut beaucoup plus d'heures pour en produire un par rapport à un Bf 109.

Par ailleurs, l'avion est au niveau des Spitfire et Mustang et il est douteux qu'un P-40, même aux mains d'un bon pilote, puisse en abattre deux.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Aoû 13, 2016 00:10    Sujet du message: Répondre en citant

Zut, j'ai loupé le G-55 qui est un G.55.
En fait, l'apparition tardive des Centauro sur le front peut s'expliquer par des raisons non techniques, mais politiques. Il faut du temps à la RSI pour constituer une force aérienne et la faire accepter par les Allemands (qui ont des raisons de redouter des désertions). On peut le préciser.

Quant à la performance du pilote de P-40… Je crois que Pat s'est inspiré d'exploits réels, mais c'est à lui de répondre !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Aoû 13, 2016 06:08    Sujet du message: Répondre en citant

pour le G-55, ne pas oublier cette crise de commandement qui a duré un certain temps, ce qui nous ramène seulement un ou deux mois aprés la date otl.
pour le lt parker, ok, effectivement je propose donc deux modifications de texte

completer au 1er octobre la dernière phrase :

L’Italie fasciste dispose donc maintenant d’une (petite) force aérienne autonome, comprenant un nouvel appareil : le Fiat G.55, qui ne sera produit qu'à un petit nombre d'exemplaire avant la fin du conflit.

au 15 octobre : on peut remplacer au choix les deux Fiat G.55 par deux Mc 202, ou par un G.55 et un Mc202, ce qui replacera le texte/l'exploit comme remarquable car étant le premier pilote allié à en abattre un par ex ; et enlever la dernière partie de la phrase (qu'on a reprise au 1er octobre)
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4679
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Aoû 13, 2016 07:43    Sujet du message: Répondre en citant

La crise du commandement est similaire à OTL, juste avancée dans le temps. La différence, c'est qu'elle survient FTL (décembre 42) au moment où la production du G.55 débute. Donc, quand l'avion commence à sortir des chaînes (février/mars 43), la crise FTL est réglée ou en passe de l'être. Je ne sais plus si la chrono parle de l'arrivée sur le front des premières unités de l'ASR, mais au pire ça sera dans la période avril-juin.

Décembre 42 - octobre 43 pour monter une force aérienne, c'est beaucoup trop long. OTL, le trou a duré 2 mois (septembre - novembre 43). Même si le retournement italien est plus violent en FTL, on peut imaginer un trou de 3-4 mois, mais pas 10 !

Je pense qu'une petite étude de l'ASR s'impose.

Il faudra aussi modifier à la marge l'annexe pour évoquer les chasseurs de série 5 (MC.205, Re.2005, G.55). Je peux m'en charger.

Voir aussi quand on place l'équivalent du raid d'avril 44 qui stoppe la production à Turin.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Sam Aoû 13, 2016 08:25    Sujet du message: Répondre en citant

loic a écrit:
La crise du commandement est similaire à OTL, juste avancée dans le temps. La différence, c'est qu'elle survient FTL (décembre 42) au moment où la production du G.55 débute. Donc, quand l'avion commence à sortir des chaînes (février/mars 43), la crise FTL est réglée ou en passe de l'être. Je ne sais plus si la chrono parle de l'arrivée sur le front des premières unités de l'ASR, mais au pire ça sera dans la période avril-juin.

Décembre 42 - octobre 43 pour monter une force aérienne, c'est beaucoup trop long. OTL, le trou a duré 2 mois (septembre - novembre 43). Même si le retournement italien est plus violent en FTL, on peut imaginer un trou de 3-4 mois, mais pas 10 !

Je pense qu'une petite étude de l'ASR s'impose.

Il faudra aussi modifier à la marge l'annexe pour évoquer les chasseurs de série 5 (MC.205, Re.2005, G.55). Je peux m'en charger.

Voir aussi quand on place l'équivalent du raid d'avril 44 qui stoppe la production à Turin.


je ne situe pas la crise de commandement en décembre 42 (dés le débarquement ftl?) mais début 3e trimestre si je me souviens bien

concernant la création de l'arme aérienne, je parle d'appareils italiens abattus par les mitrailleurs de bombardiers assez tot il me semble, avant la crise de commandement en tout cas.

le schéma adopté après les recherches où j'ai acheté qq bouquins dont certains en Italie

1er trimestre, les vol de la RSI sur leur propre matos sont anecdotiques, il y a un tas de problèmes (pieces détachées, réorg., mais aussi peur des désertions....)
2e trimestre, les allemands trainent des pieds pour fournir des 109 d'autant que la bataille de la Ruhr fait rage, le G.55 est mis au point
3e trimestre : crise du commandement, personne ne vole dont les G.55
4e trimestre : les italiens volent à nouveau, on en est là

la vision globale que j'ai est quand même qu'au final les 2 ada italiennes vont voler à peu prés en même temps, aux missions anecdotiques prés dans les deux camps

concernant le raid sur turin, plus tard, éventuellement dés décembre, pour l'instant je n'ai pas voulu charger la barque pour turin après les émeutes. les raids sur milan et Bologne sont à la base surtout signalés car patrikev avait prévu un coloriage pour milan
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3577
Localisation: Tours

MessagePosté le: Sam Aoû 13, 2016 08:55    Sujet du message: Répondre en citant

Dans cette affaire de bombardement d'usines, je me rappelle avoir entendu parler pendant mes cours d'histoire contemporaine à la Fac qu'une grande firme industrielle italienne de l'époque (existant toujours de nos jours mais dont j'ai oublié le nom) s'était livré à un espionnage massif à l'encontre des allemands et de la RSI. En échange, elle avait obtenu des alliés que ses usines ne soient pas bombardés. Ce ne serait-pas FIAT justement?
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivante
Page 1 sur 13

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com