Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Juin 43 - "Fabrice(s)" à Waterloo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Récits romancés
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10247
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 01, 2015 10:07    Sujet du message: Juin 43 - "Fabrice(s)" à Waterloo Répondre en citant

Merci à LADC pour Bertin, à Pat pour Jacques...

Juin 1943
10 – Fabrice(s) à Waterloo
Sous-officier et officier

1er au 5 juin


6 juin

Des lettres pour les Pyrénées
Dans la région d’Alger

Cher Papa, chère Maman,
Cette lettre vous rassurera, je l’espère, car je vais bien et je suis actuellement loin de tout combat.
Notre vie de soldats en garnison se poursuit en effet tranquillement, trop tranquillement, dans une routine et une monotonie qui deviennent aussi pesantes que la chaleur de l’été algérien. Il n’y a rien de neuf pour nous ici, on attend, on s’entraîne et on attend encore. Avec le retour des beaux jours, nous espérions tous une annonce, ou au moins des préparatifs en vue d’une opération majeure, en particulier de l’Opération tant attendue : le retour en France pour sa Libération. Mais voici juin, la météo devance le calendrier (comme chaque année en Algérie, bien sûr) et a déjà viré à l’été, hélas, toujours aucun débarquement (ni embarquement) en vue. Pour tous ceux, comme moi, qui vont bientôt fêter le troisième anniversaire de leur exil, cette attente devient insupportable. L’inaction nous pèse ; nous pensons à nos familles restées au pays, sous le joug de l’ennemi, et notre impatience redouble.
Nous n’avons désormais plus beaucoup de distractions. Les permissions à Alger ont été strictement limitées et encadrées. Il faut dire que depuis plusieurs mois, la ville est remplie de permissionnaires américains, qui viennent y dépenser une solde incroyablement supérieure à celle du soldat français. Bien entendu, les commerçants profitent de l’aubaine et tous les prix ont tellement augmenté que plus rien n’est abordable pour le pauvre troufion français. Cette situation augmente encore notre frustration et les bagarres se multiplient en ville, entre permissionnaires et civils, entre soldats français et américains… Enfin, on a l’impression qu’il y a chaque jour plus de cow-boys (comme on les appelle) en Afrique du Nord, il faudra bien qu’ils servent à quelque chose ! Et puis, eux aussi doivent avoir envie de rentrer chez eux et pour ça, le chemin passera par chez nous !
Pour le moment, il nous reste l’entraînement, encore et toujours l’entraînement, comme seul défoulement. Nous alternons les entraînements individuels, de section, et les exercices et manœuvres de plus grande ampleur. Fin avril, nous avons connu une alerte, mais pas “pour de vrai” : notre division au complet est allée au Maroc pour plusieurs semaines de grandes manœuvres. Ça s’est bien passé, c’était un dépaysement bienvenu (1). Nous avons pu vérifier la bonne intégration des dernières recrues et la cohésion des différentes composantes de la division. Mais un bon résultat n’est encore pas assez pour le général Leclerc. On dit qu’il a passé un savon à Dodart et aux officiers supérieurs de la brigade, leur interdisant de conduire leurs troupes rênes serrées comme en mai 40, et leur ordonnant de laisser plus d’initiative aux officiers sur le terrain, « même aux capitaines et aux lieutenants », paraît-il…
Nous sommes revenus depuis dix jours à notre camp dans l’Algérois. Nous redoutions de retomber dans la routine. Sans doute pour calmer un peu tout le monde, de nombreux détachements ont été envoyés en mission loin du camp, en Tunisie ou dans les montagnes algéroises, mais cela irrite encore plus ceux qui restent, car nous voyons dans cette dispersion de nos forces le signe que la division ne va pas être engagée de sitôt. Ma section est prête, presque surentraînée, il faut qu’on passe à autre chose ou nous allons craquer…
Nous avons donc accueilli avec soulagement l’annonce que nous (je veux dire, moi et ma section) étions désignés pour aller former les nouveaux à l’école de cavalerie de Médiouna. Le départ est prévu la semaine prochaine, ce devrait être une expérience intéressante.
J’espère que vous allez tous bien, que la petite Sylvie grandit bien, et que j’aurai bientôt de vos nouvelles.
Je vous embrasse,
Votre fils, Bertin.


7 au 29 juin


30 juin

Le journal de Jacques Lelong

Sous-lieutenant
Médiouna
– Ça y est je suis sous-lieutenant. Après un mois à apprendre à manœuvrer avec l’infanterie, l’artillerie et l’aviation, un mois à jouer les plastrons dans de vraies manœuvres, face à de vraies unités, nous avons passé nos examens finaux et nous avons choisi notre unité. J’ai été assez bien classé pour pouvoir choisir le 521e RCC, de la 2e Division Blindée, commandée par le fameux général Leclerc de Hautecloque. On dit qu’elle va bientôt partir se battre, quoique d’autres rumeurs disent qu’elle sera gardée au chaud pour le vrai moment de vérité, le Débarquement en France.
Nos dernières manœuvres se sont faites justement face à des gars du RCP – le Régiment de Chasseurs Portés – de cette division. Ils étaient avec nous lors du dégagement d’après la cérémonie de remise des galons. A ma grande honte, j’ai un peu abusé des alcools forts américains qui inondent le moindre troquet (en fait, j’ai été surpris par leur degré d’alcool) et je me suis retrouvé fin soûl, il paraît que j’ai tenu toutes sortes de propos sans queue ni tête (enfin, pour ceux qui les ont entendus). C’est un sergent-chef des Chasseurs avec qui j’avais sympathisé lors des manœuvres, Bertin Roure, qui m’a ramené et qui m’a bordé. Le lendemain, je l’ai revu et je me suis excusé, tout confus. Il m’a parlé de mes bavardages de la veille au soir, dans ceux qu’il avait retenus, il était question d’Elle. Il m’a montré une photo abîmée mais précieusement conservée de ses parents, au pays, et il m’a dit qu’il comprenait, qu’il serait sans doute autant rempli de rage et de tristesse que moi si jamais il apprenait que les Boches leur avaient fait quelque chose (heureusement, il n’avait rien compris d’autre). Nous nous sommes quittés très amis, nous promettant de nous revoir puisque nous allons faire partie de la même division.
En relisant ces notes, je m’aperçois que le train d’enfer des derniers mois ne m’avait pas laissé le temps de penser à Elle. C’est comme si c’était la vie de quelqu’un d’autre. Mais Son souvenir est toujours là, attendant que je baisse ma garde pour ressurgir. Je me souviens de la promesse que je lui avais faite : se souvenir que l’important c’est d’œuvrer pour la France et sa Libération. J’ai bien l’intention de la tenir, comme Elle l’a fait.


Note
1- NDE – Bertin, soit qu’il n’ait pas été au courant, soit pour ne pas inquiéter ses parents, jette un voile pudique sur le terrible bilan de ces manœuvres : 27 morts, dont cinq dans des accidents de la circulation et surtout dix-huit d’un coup à la suite d’une erreur de coordonnées dans le tir d’une batterie d’artillerie.


Dernière édition par Casus Frankie le Jeu Oct 01, 2015 17:16; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1711
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Jeu Oct 01, 2015 15:16    Sujet du message: Répondre en citant

C'est pas 501 RCC à la place de 521???

Sinon, superbe texte.
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10247
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 01, 2015 17:17    Sujet du message: Répondre en citant

Pat ? 501 ou 521 ? Question Question
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3327
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Jeu Oct 01, 2015 17:17    Sujet du message: Répondre en citant

on est en ftl Wink à la base j'avais choisi le 12e cuir
je confirme pour le 521e, cf les tableaux d'OB de LADC
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Récits romancés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com