Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Discours de Fréjus
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 05:15    Sujet du message: Le Discours de Fréjus Répondre en citant

« Nous sommes tous émus en nous retrouvant ensemble, dans l'une des premières villes libérées de la France métropolitaine, mais ce n'est pas le moment de parler d'émotion. Ce que le pays attend de vous, à l'arrière du front, c'est que vous continuiez le combat aujourd'hui, comme vous ne l'avez jamais cessé depuis le début de cette guerre et depuis les heures sombres de 1940. Notre cri maintenant, comme toujours, est un cri de combat, parce que le chemin du combat est aussi le chemin de la liberté et le chemin de l'honneur.

C'est la voix de la mère patrie.

Nous continuerons à faire la guerre avec nos forces de terre, de mer et de l'air. Cela partout où cela s'avèrera nécessaire, comme en Afrique, en Italie, en Grèce et en Indochine, sur tous ces fronts où nos soldats se sont couverts et se couvrent encore de gloire. Et nous continuerons à faire la guerre comme nous le faisons désormais en France métropolitaine même. Notre empire, entièrement rassemblé autour de nous, depuis la première heure a fourni et fournira aussi longtemps qu'il le faudra, une aide énorme à la cause commune. Nous combattrons pour la France avec passion, mais aussi avec raison.


Vous qui avez été sous la botte de l'ennemi et avez fait partie des groupes de Résistance, vous savez ce qu'est cette guerre. C'est une guerre particulièrement dure, une guerre double. Celle des soldats réguliers rescapées du Grand Déménagement qui ont résisté depuis sur tous les fronts à l'ennemi, et celle clandestine, celle sans armes des résistants de l'intérieur. À ces deux assemblées de héros guerriers, au peuple français et aux peuples de l'empire je promets que nous continuerons la guerre jusqu'à ce que la souveraineté de chaque pouce de territoire français soit rétablie en métropole et ailleurs. Personne ne nous empêchera de la faire.

Nous combattrons aux côtés des Alliés, avec les Alliés, tel l'allié fidèle et indéfectible que nous n'avons jamais cessé d'être. Et la victoire que nous remporterons sera la victoire de la liberté, la victoire de l'Alliance, mais aussi et pleinement la victoire de la France.

Je vais vous demander de chanter avec moi notre hymne national, la Marseillaise. »


Charles de Gaulle, discours de Fréjus, ## septembre 1943.

(Sont présentées en rouge les propositions de modifications à apporter au texte original.)


Comme on peut le constater, il s'agit ici d'offrir un premier jet pratiquement conforme au véritable discours du 14 juin 1944.


Pour la date, OTL, tenu à l’écart du jour convenu du débarquement puis parvenu à rejoindre finalement le continent malgré le manque d’enthousiaste criant des Américains, de Gaulle prononce son discours 6 jours après le D Day.

FTL, si aucune raison ne s’oppose à l’arrivée du Général en Provence dès que possible, il faudra voir si la progression sur le terrain permet une arrivée aussi prompte à Fréjus même ou dans une localité du même ordre d'importance (quitte à rebaptiser le texte). Ou bien si on peut envisager une arrivée plus précoce, ou au contraire s'il faudra augmenter un peu l’intervalle entre le début des opérations et le discours. De plus, il serait utile de connaitre la date précise de déclenchement d’Overlord sud pour caser tout ça fermement chronologiquement.


Ce qu’il me serait primordial de savoir parallèlement c’est si, en fonction de l’expérience gouvernementale acquise par le Général à Alger et de l’ampleur du personnel politique dont il aura pu s’adjoindre les talents, il aura déjà su développer plus avant le style éloquent qui le caractérisera plus tard ou si le substrat militaire étouffera encore à cette date son lyrisme ultérieurement si distinctif.

Dans le premier cas on peut imaginer une mouture quelque peu plus riche au niveau du langage. Dans le cas contraire, le texte final, un peu comme proposé plus haut, ne devrait guère s’en trouvé plus emphatique ni plus esthétique.


Et puis, membre de droit des conseils interalliés, de Gaulle, connaitra les dates prévues d’Overlord sud, et aura, si nous le décidons, tout le temps de préparer quelques chose de plus fleurie que le discours original. En effet ce dernier, quelque part, respire tout de même un peu l’improvisation sinon l’impréparation et tout au moins un certain niveau d’inexpérience.


Il serait intéressant aussi de déterminer si, assuré politiquement différemment FTL, le Général pourrait ou non profiter de l’occasion pour, au-delà des formules consensuelles, essayer de pousser son avantage afin de promouvoir plus ou moins subtilement ses aspirations politiques propres (réforme de l’empire, renforcement supplémentaire des pouvoirs de l’exécutif, endiguement du « régime des partis »,…). Dans cette dernière éventualité, il se pourrait que certains éléments du second discours de Bayeux, celui du 16 juin 1946, s’immiscent déjà dans celui de Fréjus.


Opinions ?
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7182

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

Opinion :

Le texte est très bien. Ne connaissant pas l'original (oh je l'ai entendu... mais je ne l'ai pas appris par cœur) je ne sais pas ce que tu as exactement remplacé. Mais vu les lignes en rouges tu sembles juste avoir FTLisé les parties qui évoquent le déroulement du conflit. Je pense que c'est bon.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
solarien



Inscrit le: 13 Mai 2014
Messages: 1505
Localisation: Picardie

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 12:18    Sujet du message: Répondre en citant

Il est pas mal, le coté militaire tiens car, le pays est encore en guerre et beaucoup de gens vont encore souffrir. C'est un discours violent dans un contexte de violence.

Peut être ajouter une petite ligne pour expliquer que les membres du NEF seront pourchassés , retrouvés, jugés et punis.
Et que certains français, qui ont trouvé dans la trahison et le déshonneur, une richesse rouge du sang des innocents et patriotes, seront aussi jugés par le gouvernement et des représentants du peuple.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pcfd



Inscrit le: 18 Juil 2012
Messages: 136
Localisation: castres

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 12:25    Sujet du message: Répondre en citant

pourquoi attendre de libérer une ville ? Je verrai bien le général piaffer d'impatience dans un navire de commandement , débarquer sur une plage qui vient juste d'être sécurisée et faire un premier discours radiophonique sur "la première parcelle du sol de France" délivrée
_________________
Respectez toutes les religions au combat; ne prenez aucun risque quant à votre destination si vous êtes tué.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 15:55    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le texte original :

http://www.histoire.comze.com/dg14juin1944.pdf


solairien a écrit:
Peut être ajouter une petite ligne pour expliquer que les membres du NEF seront pourchassés , retrouvés, jugés et punis. Et que certains français, qui ont trouvé dans la trahison et le déshonneur, une richesse rouge du sang des innocents et patriotes, seront aussi jugés par le gouvernement et des représentants du peuple.


Oui ça se défendrait. Mais OTL cela n'a pas été fait peut-être pour éviter d'attiser une épuration sauvage déjà prévisible comme pour rassembler le plus possible, y compris parmi ceux qui ont fauté à des niveaux "excusables", autour de l'incarnation vivante de la ligne juste. Et FTL, les traitres auront été moins nombreux, et donc les blessures moins profondes.


pcfd a écrit:
pourquoi attendre de libérer une ville ? Je verrai bien le général piaffer d'impatience dans un navire de commandement , débarquer sur une plage qui vient juste d'être sécurisée et faire un premier discours radiophonique sur "la première parcelle du sol de France" délivrée


C'est envisageable, mais sans un auditoire populaire, même modeste, et une mise en scène institutionnelle, devant une mairie, une sous-préfecture ou un monument aux morts par exemple, le message de restauration des institutions légitimes de la république s'en trouverait atténué.

On pourrait néanmoins il est vrai imaginer sur la plage une déclaration magistrale mais presque laconique (à peine une phrase ou deux), construites à la mode de Churchill, prononcée par le Général aux reporters militaires, et si possible effectivement radiodiffusée. Cette déclaration inévitablement se verrait promettre une postérité populaire durable que n'a pas connu le discours du 14 juin 1944.

Mais là, j'attendrais de voir si les grands pontes de la FTL apprécient le concept avant de m'avancer.


Sur le fond les quelques modifications apportées s'expliquent par la situation FTL :

- Pas de rappel de juin, c'est à dire du 18, puisque la république, initialement vaincue ("les heures sombres"), n'a jamais failli, surtout grâce à l'empire.

- Nécessité de mentionner l'ensemble des théâtres d'opération où la France combattante s'est illustrée pour réaffirmer sa stature de grande puissance.

- Évolutions de l'empire tendant à relever le caractère collectif de l'entreprise ("la cause commune").

- Obligation de ne pas honorer les seuls résistants de l'intérieurs ("les deux assemblées de héros guerriers").

- Besoin de souligner que malgré la défaite de 40, la France n'a nullement manqué à ses obligations et engagements ("l'allié fidèle et indéfectible").

- Et accentuation de ce qui pourtant est une évidence FTL à savoir que la France est bien une nation victorieuse malgré ses défaites initiales ("La victoire de l'Alliance MAIS AUSSI ET PLEINEMENT la victoire de la France").


Surtout politiquement, au lieu de relever comme OTL que personne n'empêchera la France de recouvrer l'intégralité de sa souveraineté métropolitaine, ce que bien peu lui conteste il vrai historiquement à l'époque de Bayeux (sauf plus ou moins les Américains et leur aspiration première à redessiner les cartes de l'Europe à leur convenance) et qu'aucun n'oserait lui contester FTL, j'ai estimé opportun de réorienter le sens du texte en précisant en "métropole et ailleurs".

Ainsi, appuyé sur des bases autrement solides qu'OTL, le Général peut affirmer publiquement la volonté de la France de replacer son drapeau partout où il flottait avant la guerre (à l'exception notoire mais prévisible de la Syrie et du Liban), et pas uniquement en Europe. Cela ne fusse que le temps pour elle de décoloniser en bon ordre et à sa convenance.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 16:14    Sujet du message: Répondre en citant

Petite question au passage :


OTL il est devenu usuel depuis Londres et après de ne désigner de Gaulle que par le titre de Général. On peut penser que suite au 18 juin, ce grade constituait par lui-même sa seule forme de légitimité (et encore légalement discutable), à ses yeux, à ceux de ceux qui le suivirent comme à ceux des Britanniques.

Peu à peu c'est devenu une "marque" politique, excellente sur le plan de la communication, qui a contribué à donner une stature vertueuse, intemporelle et faussement modeste au personnage. Ainsi, même lorsqu'il sera temps pour lui d'occuper les fonctions les plus hautes, nul n'osera néanmoins s'adresser à lui autrement que par ce fameux grade, accordé pourtant initialement à titre provisoire, avec toujours une majuscule tout de même.


Est-ce que FTL les circonstances seront réunies pour que la marque "Général" puisse s'imposer aussi efficacement qu'OTL alors qu'elle ne constitue à aucun moment une nécessité politique (besoin de légitimité inexistant) ?

Ou au contraire, de Gaulle et ses assistants comprendront-ils rapidement l'intérêt en terme d'image qu'il peut y avoir à ne servir qu'un "simple Général" ?


Et puis FTL, au contraire de ce qui se fit à Londres OTL, le protocole républicain aura suivi le Grand Déménagement. Devenu président du conseil, le Général aura-t'il eu à se familiariser avec son titre officiel ou bien aura-t'il résisté à la pression protocolaire ?
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
solarien



Inscrit le: 13 Mai 2014
Messages: 1505
Localisation: Picardie

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 16:30    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ta question, je ne peux pas y répondre .

Par contre, pour l'épuration, je suis pas expert et psychologie mais pour moi, ne pas punir 100 traitres parmi 1000 personnes parce que ses 100 traitres ont plus ou moins agis avec l'autorité, du moins l'autorisation du gouvernement est compréhensible.

Mais si sur 1000 personnes, il y a 10 traitres qui ont usés et abusés de pouvoir et d'autorité, qu'un faux gouvernement leur a accordés, pour blessés des innocents ou des vrais citoyens alors ces 10 traitres mérite la morts.

Tu dis que la blessure est moins profonde, tu n'as pas tort, c'est une défaite militaire et non politique mais d'un autre coté, la blessure est plus douloureuse, plus large et le traitement plus intense.

Les petits collabos seront "pardonnés" mais devront quand même subir quelques mois de prisons ou très lourdes amendes.

Par contre, tout les hauts fonctionnaires, responsables politiques, militaires, économiques, culturels qui ont choisi le NEF plutôt qu'Alger, c'est déchéance, bannissement, emprisonnement ou la mort.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1080
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 16:32    Sujet du message: Répondre en citant

Imberator a écrit:
On pourrait néanmoins il est vrai imaginer sur la plage une déclaration magistrale mais presque laconique (à peine une phrase ou deux), construites à la mode de Churchill, prononcée par le Général aux reporters militaires, et si possible effectivement radiodiffusée. Cette déclaration inévitablement se verrait promettre une postérité populaire durable que n'a pas connu le discours du 14 juin 1944.

McArthur étant mort prématurément FTL, pourrait-on imaginer que De Gaulle mette en scène son retour en métropole comme Mac l'a fait OTL aux Philippines, marchant dans les vagues sous l'oeil des photographes?
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 16:36    Sujet du message: Répondre en citant

solairien a écrit:
Les petits collabos seront "pardonnés" mais devront quand même subir quelques mois de prisons ou très lourdes amendes.

Par contre, tout les hauts fonctionnaires, responsables politiques, militaires, économiques, culturels qui ont choisi le NEF plutôt qu'Alger, c'est déchéance, bannissement, emprisonnement ou la mort.


Je ne dis pas qu'il n'y aura pas d'épuration, juste que la question n'est peut-être pas abordée, tant OTL que FTL, pour éviter au possible les représailles incontrôlées et pourquoi pas rallier aux libérateurs ceux qui ne se sont que modérément compromis avec les occupants et leurs vassaux autochtones.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 16:43    Sujet du message: Répondre en citant

Hendryk a écrit:
McArthur étant mort prématurément FTL, pourrait-on imaginer que De Gaulle mette en scène son retour en métropole comme Mac l'a fait OTL aux Philippines, marchant dans les vagues sous l'oeil des photographes?


Difficile d'imaginer le service de presse des armées faire l'impasse d'une démonstration de ce genre en effet, tant elle aura de valeur en tant qu'élément propagande à court terme et matériaux précieux pour l'élaboration d'une iconographie nationale de la victoire destinée à la postérité.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10095
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 16:59    Sujet du message: Répondre en citant

Je reprends le post d'Imberator, qui me semble très bien globalement.

Deux points de détail d'abord :
Plutôt que "les soldats réguliers rescapés du Grand Déménagement", je dirais "les soldats de notre Armée régulière, provisoirement contraints à l'exil".
Puis "A tous ces héros guerriers" (plutôt que "A ces deux assemblées de héros guerriers").

Plus généralement, et pour répondre aux questions d'Imberator, on peut en effet penser que l'éloquence du Général a mûri un peu plus vite qu'OTL et que son discours peut, c'est vrai, être plus fleuri, d'autant plus qu'il aura pu le prévoir avec plus de précision, connaissant à l'avance la date de Dragon (on ne parle plus d'Overlord Sud à partir de début 43).

Mais ma réponse à la dernière question est aussi la correction principale : comme il est dit dans le discours d'investiture du 26 février 43 :

[Le passage qui suit a été biffé par le Général sur l’avant-dernière version de son discours (qui n’en compte pas moins de sept). Ce n’était que reculer pour mieux sauter, il figurera dans le premier discours prononcé par De Gaulle sur le sol de la Métropole libérée : « La France veut faire en sorte que demain, la souveraineté nationale puisse s’exercer entièrement, sans les déformations de l’intrigue et sans les pressions corruptrices d’aucune coalition d’intérêts particuliers. Elle veut que les hommes qu’elle chargera de la gouverner aient les moyens de le faire avec assez de force et de continuité pour imposer à tous au dedans la puissance suprême de l’Etat et poursuivre au dehors des desseins dignes d’elle. ».]

Au total, le "discours de Fréjus" peut donc être aussi un discours-programme.

Tout ce qui précède peut donc conduire à quelques remaniements sur le stylet sur le fond.
C'est du moins l'avis de Casus Frankie, Pontifex Secundus (Imberator m'a bombardé Grand Ponte, alors j'y vais carrément, en précisant que Secundus ne se réfère qu'à ma position sur la couverture des bouquins et ne me donne aucune autorité par rapport aux autres Pontifes).

PS - On peut imaginer, en plus, une phrase ou deux prononcées "les pieds dans les vagues" pour les journalistes, à l'instant même où De Gaulle marche à nouveau sur "la Terre de France". Pour ça, chacun peut se lancer !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 17:09    Sujet du message: Répondre en citant

Ok je vais essayer d'intégrer tout ça au mieux.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2672
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 18:12    Sujet du message: Répondre en citant

Donc voici une première révision excluant encore pour l'instant une amélioration stylistique du texte originel, que je développerai plus tard. Cette dernière modification semble toute fois à court terme incontournable tant le style est différent entre le texte de 44, laconique sinon martial, et celui de 46, nettement plus littéraire.



« Nous sommes tous émus en nous retrouvant ensemble, dans l'une des premières villes libérées de la France métropolitaine, mais ce n'est pas le moment de parler d'émotion. Ce que le pays attend de vous, à l'arrière du front, c'est que vous continuiez le combat aujourd'hui, comme vous ne l'avez jamais cessé depuis le début de cette guerre et depuis les heures sombres de 1940. Notre cri maintenant, comme toujours, est un cri de combat, parce que le chemin du combat est aussi le chemin de la liberté et le chemin de l'honneur.

C'est la voix de la mère patrie.

Nous continuerons à faire la guerre avec nos forces de terre, de mer et de l'air. Cela partout où cela s'avèrera nécessaire, comme en Afrique, en Italie, en Grèce et en Indochine, sur tous ces fronts où nos soldats se sont couverts et se couvrent encore de gloire. Et nous continuerons à faire la guerre comme nous le faisons désormais en France métropolitaine même. Notre empire, entièrement rassemblé autour de nous, depuis la première heure a fourni et fournira aussi longtemps qu'il le faudra, une aide énorme à la cause commune. Nous combattrons pour la France avec passion, mais aussi avec raison.


Vous qui avez été sous la botte de l'ennemi et avez fait partie des groupes de Résistance, vous savez ce qu'est cette guerre. C'est une guerre particulièrement dure, une guerre double. Celle des soldats de notre Armée régulière, provisoirement contraints à l'exil, qui ont résisté depuis sur tous les fronts à l'ennemi, et celle clandestine, celle sans armes des résistants de l'intérieur. À tous ces héros guerriers, au peuple français et aux peuples de l'empire je promets que nous continuerons la guerre jusqu'à ce que la souveraineté de chaque pouce de territoire français soit rétablie en métropole et ailleurs. Personne ne nous empêchera de la faire.


Et ce faisant nous combattrons sans relâche l'ennemi de l'intérieur, cette assemblée perfide et servile qui s'est prestement placée au service de l'envahisseur aux premiers revers rencontrés par nos armées, révélant par là même au monde et à la nation choqués l'ignominie de ses ambitions criminelles jusque là inavouées.

Car la clique honteuse des fantoches du simulacre de gouvernement inféodé à l'occupant qui ont prétendue régner par la peur sur la France métropolitaine ne pourra drapper sa trahison du fard d'une quelconque légalité institutionnelle.

Ce quarteron de félons a, cependant, échoué dans son entreprise néfaste car privé
de l'assentiment de l'immense masse française. Celle-ci, en effet, dans sa volonté instinctive de survivre et de triompher, n'avait jamais vu dans le désastre de 1940 qu'une péripétie de la guerre mondiale où la France servait d'avant-garde. Si beaucoup se plièrent, par force, aux circonstances, le nombre de ceux qui les acceptèrent dans leur esprit et dans leur coeur fut littéralement infime. Jamais la France ne crut que l'ennemi ne fût point l'ennemi et que le salut fût ailleurs que du côté des armes de la liberté. À mesure que se déchiraient les voiles, le sentiment profond du pays se faisait jour dans sa réalité. Partout où s'exposait la bassesse des vassaux de Berlin, là s'écroulait l'échafaudage d'une autorité qui n'était que fictive et dénuée de toute consistance constitutionnellement fondée. Tant il est vrai que les pouvoirs publics ne valent, en fait et en droit, que s'ils s'accordent avec l'intérêt supérieur du pays, s'ils reposent sur l'adhésion confiante des citoyens. En matière d'institutions, bâtir sur autre chose, ce serait bâtir sur du sable. Ce serait risquer de voir l'édifice crouler une fois de plus à l'occasion d'une de ces crises auxquelles, par la nature des choses, notre pays se trouvait si souvent exposé.

C'est pour remédier à cette faiblaisse structurelle castratrice qu'un considérable travail de restauration de l'autorité et des instituions publiques a été conduit depuis le pénible exil qui nous fut imposé voilà trois ans.

Car désormais,
la France veut faire en sorte que demain, la souveraineté nationale puisse s’exercer entièrement, sans les déformations de l’intrigue et sans les pressions corruptrices d’aucune coalition d’intérêts particuliers. Elle veut que les hommes qu’elle chargera de la gouverner aient les moyens de le faire avec assez de force et de continuité pour imposer à tous au dedans la puissance suprême de l’État et poursuivre au dehors des desseins dignes d’elle.

C'est pourquoi il nous incombe d’œuvrer sans répit ni hésitation à pousser plus avant le travail déjà réalisé afin de le mener à terme et de reconstruire l'édifice national sur les fondations inébranlables qui lui seront indispensable pour affronter les défis de demain.


En attendant nous combattrons aux côtés des Alliés, avec les Alliés, tel l'allié fidèle et indéfectible que nous n'avons jamais cessé d'être. Et la victoire que nous remporterons sera la victoire de la liberté, la victoire de l'Alliance, mais aussi et pleinement la victoire de la France.

Je vais vous demander de chanter avec moi notre hymne national, la Marseillaise. »


Charles de Gaulle, discours de Fréjus, ## septembre 1943.

(Sont présentées en rouge les propositions de modifications à apporter au textes originaux de juin 44 et 46. En bleu le paragraphe proposé pour insertion par Casus Frankie, qu'il m'a fallu introduire en intégrant et reformulant des passages du discours de 46. Sont soulignées les corrections suggérées par Casus.)
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !


Dernière édition par Imberator le Mer Mai 27, 2015 18:17; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abraham



Inscrit le: 26 Avr 2015
Messages: 526
Localisation: Tel Aviv

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 18:17    Sujet du message: Répondre en citant

Très bon discours,bravo!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10095
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Mai 27, 2015 18:23    Sujet du message: Répondre en citant

En effet, la différence entre les textes de 44 et de 46 est frappante ! C'est très intéressant.
Et il est évidemment nécessaire d'unifier, mais le travail est très bien commencé.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com