Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mars 1943 - Aléoutiennes
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Asie-Pacifique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 22, 2015 11:14    Sujet du message: Mars 1943 - Aléoutiennes Répondre en citant

Le mois de février 43 étant bouclé... sauf ce qui n'a pas été rédigé (appel aux rédacteurs débordés ou aux candidats rédacteurs), passons à mars, avec la suite des Aléoutiennes.
Merci encore à Capu Rossu, Frégaton et Loïc pour leurs conseils et corrections.



1er mars
Campagne des Aléoutiennes
Pause, renforts et réparations
Aléoutiennes occidentales
– Les rares avions de reconnaissance américains qui se risquent sous les nuages font tous le même constat : les Japonais sont repartis. Une nouvelle journée de trêve aérienne va suivre.
Sur les terrains américains, d’Amchitka à Anchorage, comme sur les terrains japonais de Paramushiro, les hommes consultent sombrement les statistiques : dans la région, en mars, le ciel est « très couvert » près des trois-quarts du temps. Si le soleil brille (derrière les nuages) une douzaine d’heures par jour, la température moyenne est encore un peu plus basse qu’en février (+2°C à -5°C). Les précipitations, sous leurs diverses formes (neige, neige fondue, neige abondante, grésil, pluie, forte pluie, crachin…), ne cèdent la place à un ciel dégagé qu’à peine un jour sur cinq.
………
Dutch Harbor – Le Chester est entré au port vers 14h00. Avant la nuit, un bilan des dégâts montre que l’assistance d’un navire-atelier serait souhaitable. Dès le lendemain, l’USS Medusa quittera Pearl Harbor pour les Aléoutiennes.
En fin de journée, le général Buckner, apprenant que la flotte nippone a plié bagages, exige l’envoi immédiat sur Attu de « ces fameux Canadiens » de la 13e Canadian Infantry Brigade. Pour lui donner satisfaction, l’état-major local de la Navy, orphelin de Scott, décide d’envoyer en éclaireurs sur le Swasey une centaine d’hommes et du matériel du 1er Bataillon des Winnipeg Grenadiers. Le vieux four-piper sera escorté par le Charleston. Tous deux appareillent dans la nuit.
………
Entre Pearl Harbor et Washington – Les amiraux Nimitz et King ne s’attendaient pas à devoir se pencher avec anxiété sur les Aléoutiennes, ni à devoir remplacer Scott si tôt !
Il semble que King soit particulièrement irrité par le fait de devoir faire pour la presse l’éloge de Scott – tâche dont il s’acquittera pourtant fort bien, aidé par un bilan officiel gonflant quelque peu à la fois les forces japonaise et les pertes qui leur ont été infligées. Dès le lendemain, « le sacrifice de l’amiral Scott » donnera à la Navy un équivalent (à échelle réduite, certes) du « sacrifice de MacArthur ». Et quand le défunt sera proposé pour la Navy Cross, puis pour donner son nom à un destroyer de classe Fletcher, nul ne s’avisera de rappeler le déplaisant épisode de la destruction de l’Australia. Scott a donné sa vie pour libérer une parcelle de terre américaine envahie : une telle mort vaut absolution de bien des péchés !
Mais, de façon plus concrète, il faut songer à renforcer sérieusement la IXe Flotte, puisque les Japonais semblent s’acharner sur les Aléoutiennes. Les croiseurs modernes, lourds ou légers, commencent à manquer sérieusement, un porte-avions est hors de question (et d’ailleurs peu utile, étant donné les aérodromes déjà installés sur place)… Pourquoi pas des cuirassés ? De vieux cuirassés, bien sûr. Le New Mexico et le Mississippi viennent de donner satisfaction du côté de la Nouvelle-Guinée, un stage en Mer de Béring devrait les rafraîchir !
Pour ce qui est du commandement, Nimitz et King s’accordent pour confier la IXe Flotte au contre-amiral Robert C. Giffen. En attendant l’arrivée de celui-ci, l’intérim sera assuré par le contre-amiral Charles McMorris, qui commande les croiseurs légers.


2 mars
Campagne des Aléoutiennes
Du sang sur la neige
Attu
– Le colonel Yamasaki a reçu la veille sans grande surprise le message lui annonçant le départ de la flotte… « mission remplie » paraît-il ! A pas mal d’approvisionnements près tout de même, qui sont au fond de Massacre Bay avec le Sakito Maru. De plus, le colonel n’avait pas été informé que la 4e SNLF ne resterait pas à sa disposition. Bien entendu, il n’a pas réclamé de renforts, mais il a envoyé un message expliquant que, malgré le faible nombre d’hommes à sa disposition et le manque de ravitaillement, il va passer à l’attaque.
Le temps s’est éclairci, aujourd’hui. Bon présage ! songe le colonel avant de comprendre que, si un temps clair (enfin, moins couvert) va permettre aux G4M de la Marine, venant de Paramushiro, de bombarder Chichagof Harbor, il va surtout autoriser les Yankees à lancer contre lui plusieurs dizaines de bombardiers de divers types.
Après le premier raid (des B-26 du 77e BS), Yamasaki décide que, plus ses hommes seront près de l’ennemi, plus ils seront difficiles à bombarder. Donc, à l’attaque ! Et il lance ses deux bataillons à l’assaut des hauteurs dominant Massacre Valley.
………
Kiska – Le millier d’hommes des 3e et 4e SNLF qui forment la garnison de Kiska n’a pas la possibilité de se “réfugier” au contact de troupes ennemies et ils subissent de plein fouet les raids américains. Les dix “Rufe” font de leur mieux, mais ils sont débordés et au soir, il ne reste plus que six hydravions opérationnels ou réparables (trois “Rufe” et trois “Jake”). Le second mini-sous-marin a été repéré malgré son camouflage et détruit par une pluie de bombes.
………
Dutch Harbor – Dans la soirée, un convoi improvisé en hâte appareille vers Attu. Le gros des Winnipeg Grenadiers est emmené par les AVP Avocet et Casco et les DM Montgomery et Ramsay, escortés par le croiseur Richmond et les destroyers Buchanan, Conyngham, Duncan, Dunlap, Lansdowne et Lardner. Le C-A McMorris commande l’ensemble, sur le Richmond.

Nouvelle stratégie
Kure
– La Marine Impériale a bien conscience que les forces débarquées sur Attu vont avoir besoin de renforts, en hommes et en matériel. Mais la mobilisation d’une escadre importante semble excessive, d’autant plus qu’elle fait courir à ses navires des risques disproportionnés avec l’intérêt de la conquête d’un îlot désert : les malheurs du Zuiho et la perte du Nachi l’ont bien montré. C’est pourquoi il est décidé de changer de tactique.
Pour ravitailler Attu, on utilisera désormais des transports rapides faisant l’aller-retour avec Paramushiro. Les pétroliers Kenyo Maru et Teiyo Maru se relaieront dans les eaux du détroit séparant Paramushiro et Shumshu pour ravitailler les navires en question. Deux navires sont désignés pour le premier aller-retour (qui devrait être suivi d’un deuxième dans la foulée) : le croiseur léger Kashima et l’ex-croiseur auxiliaire Akagi Maru (rendu à son rôle primitif de cargo mixte). Ils seront escortés par les destroyers Inazuma et Yamagumo et transporteront des éléments du 302e Bataillon d’Infanterie indépendant et du matériel.
Pour maintenir le lien avec Kiska, il est décidé d’utiliser de grands sous-marins, convertis pour transporter une barge Daihatsu. L’I-6, déjà prêt, est sur le point d’appareiller. L’I-5 sera prêt le 9 mars et l’I-7 le 21 avril.


3 mars
Campagne des Aléoutiennes
Mauvaise surprise
Au large d’Attu
– A l’aube, le Swasey approche de Chichagof Harbor, escorté par le Charleston. Mais en vue du petit port, le four-piper est secoué par deux explosions très rapprochées. Il vient de heurter deux des mines posées par le Nisshin. Sur le Charleston, on croit d’abord à un torpillage, mais un autre des engins est repéré juste à temps et l’escorteur s’écarte des lieux du drame – en raison de la rapidité du naufrage et de la température glaciale de l’eau, il n’y aura aucun survivant parmi les marins du Swasey et la centaine d’hommes des Winnipeg Grenadiers.
A ce moment, la petite flotte de renfort partie de Dutch Harbor cingle vers l’ouest. Alerté, l’amiral McMorris décide de faire du surplace à l’est d’Adak, au grand dam de ses passagers, qui n’apprécient pas du tout la prolongation de cette croisière. Mais il est évidemment impossible d’aller plus loin sans être accompagnés de dragueurs de mines. Les DMS Chandler, Long et Elliot appareillent à la mi-journée de Dutch Harbor et se hâtent de rejoindre la flottille.

Attu – Le naufrage du Swasey et le retard pris pour acheminer des renforts tombent mal pour les hommes du 17e RI qui défendent les hauteurs attaquées par les Japonais. Le 301e Bataillon, notamment, progresse vers le col de Sarana malgré le froid et la neige.


4 mars
Campagne des Aléoutiennes
Du sang sur la neige
Attu
– Les combats au col de Sarana sont acharnés. Mieux équipés et nettement plus frais que leurs adversaires, épuisés par des semaines de séjour sur l’île dans de mauvaises conditions matérielles, les Japonais finissent par prendre l’avantage. Dans la soirée, une dernière charge leur permet de s’emparer du col de Sarana – mais ils sont presque aussi épuisés que les Américains.
………
Au large de Kiska – L’I-169 a repéré le convoi américain, qui a repris la route d’Attu. Mais en tentant de gagner une bonne position d’attaque, le sous-marin est lui-même repéré. Attaqué par l’escorte, il en réchappe de peu !


5 mars
Campagne des Aléoutiennes
La cavalerie…
Attu
– Les Japonais tentent de percer vers Chichagof Harbor, mais le 17e RI s’accroche au terrain et surtout, profitant de quelques pauvres éclaircies, l’aviation américaine réussit à peser sur la bataille. Malgré les rafales de vent qui risquent à tout moment de les fracasser sur le relief, les P-40 mitraillent et les A-24 bombardent toute la journée. Surpris par ces aviateurs risque-tout et dépourvus de la moindre DCA, les Japonais sont cloués sur place.
Le colonel Yamasaki, qui sent la victoire à portée de sa main, est furieux, mais finit par donner l’ordre à ses hommes de se mettre à l’abri et de se préparer pour une attaque nocturne qui devrait enfin leur permettre d’offrir l’île à l’Empereur !
………
Pendant ce temps, devant le petit port, les dragueurs américains se sont mis au travail. Fouettés par les messages de détresse qu’ils reçoivent d’Attu, les trois petits bâtiments prennent de gros risques pour dégager un chenal. Enfin, dans l’après-midi, le convoi peut aborder, un bâtiment après l’autre – le port a souffert du bombardement administré quelque temps plus tôt par le Musashi ! Les Canadiens débarquent en hâte et se dirigent aussitôt vers le front tout proche, pendant que le matériel est déchargé et que les blessés et malades sont embarqués. Puis, très vite, les navires regagnent le large, tant que la visibilité leur permet de suivre le chenal balisé par les dragueurs.

Kiska – Les B-25 et B-26, escortés par quelques P-38, profitent eux aussi de l’éclaircie. Cette fois, l’hydrobase japonaise est anéantie. Deux chasseurs japonais réussissent à décoller. L’un d’eux est abattu par les P-38, l’autre se jette sur un B-25 et parvient à l’aborder, l’entraînant dans la mort à peu de distance du rivage. C’est la seule perte américaine.

Dutch Harbor – Les Hulbert et Williamson, détournés de leur rôle habituel de ravitailleur d’hydravions pour embarquer des troupes, appareillent vers Attu. Escortés par le croiseur Detroit, les destroyers Caldwell, Case et Cummings et le dragueur Lamberton, ils emportent environ trois cents hommes du Régiment de Hull.

Attu – A la nuit faite, les Japonais, débarrassés du harcèlement des avions américains, lancent une attaque qui doit être décisive. Sur le flanc nord-ouest, le 301e Bataillon s’empare sans grande difficulté de l’embryon d’aérodrome, mais sur le flanc sud, le 303e, qui tente de s’ouvrir la route de Chichagof Harbor, est bloqué net. Peu avant minuit, Yamasaki a remporté une demi-victoire – mais il est convaincu que la fin de la nuit lui permettra de la compléter !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6476

MessagePosté le: Ven Mai 22, 2015 17:41    Sujet du message: Répondre en citant

2 mars :

"A pas mal d’approvisionnements près tout de même"
La phrase n'est pas très claire, je ne comprends pas ce qu'il veut dire.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 22, 2015 17:49    Sujet du message: Répondre en citant

La mission de la Marine a été remplie... à pas mal d'approvisionnements près, tout de même.
Est-ce plus clair ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6476

MessagePosté le: Ven Mai 22, 2015 17:50    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, c'est ce que je supposais, mais la phrase était assez maladroite.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mai 23, 2015 18:56    Sujet du message: Répondre en citant

6 mars
Campagne des Aléoutiennes
Les Canadiens sont là
Attu
– Vers minuit et demi, le 301e s’élance pour prendre en tenaille les éléments américains qui défendent Chichagof Harbor, mais ils sont contre-attaqués brutalement par des troupes fraîches – ce sont les Winnipeg Grenadiers, avides à la fois de venger leurs camarades morts dans le naufrage du Swasey et de montrer leurs qualités aux Américains. Durant plusieurs heures, les combats vont faire rage, les Canadiens ripostant par des contre-attaques à chaque ruée des Japonais. A l’aube, les deux adversaires sont épuisés, mais les Canadiens ont repris l’aérodrome…
Dans la journée, le temps se couvre à nouveau, sans empêcher les P-40 du 344e FS de venir mitrailler les Japonais pour leur ôter toute envie de repartir à l’attaque. Au sol, Canadiens et Américains en profitent pour prendre un peu de repos.
………
Pacifique Nord – Plusieurs B-24 sont partis d’Amchitka en reconnaissance malgré les épais nuages. Leur acharnement est récompensé quand, grâce à une déchirure entre deux gros stratocumulus, l’un d’eux repère la petite flottille japonaise qui file vers Attu. Il identifie un transport et trois destroyers. Alerté (et harcelé par le général Buckner), l’amiral McMorris décide de délaisser l’escorte du convoi qui rentre vers Dutch Harbor et d’aller avec le croiseur Richmond et les destroyers Conyngham, Duncan et Dunlap tenter d’intercepter les Japonais.


7 mars
Campagne des Aléoutiennes
D’autres Canadiens !
Attu
– La météo est de nouveau hostile à toute activité aérienne, mais les Japonais ne peuvent en profiter pour faire une nouvelle tentative. Ils ont été très éprouvés par les combats des jours précédents et le colonel Yamasaki, contraint et forcé, décide d’attendre l’arrivée des renforts qu’on lui annonce pour le lendemain.
Mais en face, l’arrivée des Hulbert et Williamson avec les premiers éléments du 1er Btn du Régiment de Hull permet aux Alliés de renforcer encore leurs lignes. C’est à ce moment que naît une légende qui aura la vie dure : celle de l’engagement de troupes françaises aux Aléoutiennes. Les blessés et malades du 17e RI américain qui sont évacués entendent en effet les hommes qui les relèvent parler français – c’est bien le cas, mais le Régiment de Hull est composé de Canadiens francophones et non de Français.


8 mars
Campagne des Aléoutiennes
Renforts et réparations
Attu
– Le croiseur léger Kashima et l’ex-croiseur auxiliaire Akagi Maru débarquent sur Massacre Beach la moitié environ du 302e Bataillon indépendant. Dans la soirée, ils reprennent la route des Kouriles, avec les destroyers Inazuma et Yamagumo.
………
Dutch Harbor – Le petit convoi qui fait la navette entre Dutch Harbor et Attu embarque le reste du 1er Btn du Régiment de Hull, la 24e Field Company des Royal Canadian Engineers et la Compagnie C (mitrailleuses) du 1er Btn des St-John Fusiliers. Il appareille dans l’après-midi.
Impatiemment attendu par le Chester, le navire-atelier Medusa arrive en fin de journée. Il lui suffira de trois jours pour mettre le croiseur en état de gagner sans problème la côte Ouest, pour de longues semaines de réparations. Le Chester profitera pour cela du retour d’un des convois acheminant la 13e Brigade canadienne.


9 mars
Campagne des Aléoutiennes
Les Canadiens résistent
Au large d’Attu
– Le Richmond et ses destroyers ont raté les quatre bâtiments japonais à l’aller, mais ils réussissent à les intercepter alors qu’ils se dirigent vers les Kouriles. Du moins, le radar du croiseur les détecte. Hélas, le vieux bâtiment souffre des erreurs liées à la conception de toute la classe Omaha : d’un déplacement trop élevé pour une coque trop légèrement échantillonnée (1), il ne peut donner toute sa vitesse sur les eaux agitées du Pacifique Nord. Pire encore, sa coque souffre tellement que de multiples fissures (2) apparaissent sur les bordés, en particulier à la hauteur des soutes à combustible, ce qui a pour effet de polluer le mazout avec de l’eau de mer. Les conséquences de ce mélange se font bientôt sentir : les brûleurs de plusieurs chaudières s’éteignent, privant le bâtiment d’une bonne partie de sa puissance. C’en est trop pour le vieux croiseur et le contre-amiral McMorris, frustré mais pas vraiment étonné, doit laisser filer les Japonais.
………
Attu – L’arrivée des éléments du 302e Bataillon permet au colonel Yamasaki de récupérer les deux compagnies laissées en arrière aux abords de Massacre Beach. Avec elles, il tente un nouvel effort, mais ses adversaires sont à présent un peu plus nombreux que ses hommes, et ils sont à la fois frais, accoutumés au climat local… et désireux de montrer à leurs alliés ce qu’ils savent faire. Malgré les charges japonaises, les lignes canadiennes ne bougent pas d’un pouce.
………
Dutch Harbor – A peine arrivés, les Hulbert et Williamson commencent à embarquer le 24e Field Regiment, Royal Canadian Artillery.


10 mars
Campagne des Aléoutiennes
Renforts
Attu
– Alors que Yamasaki s’efforce de réorganiser et de reposer un peu ses troupes, la petite flotte américaine débarque à Chichagof Harbor le reste du 1er Bataillon du Régiment de Hull et les compagnies de sapeurs et de mitrailleuses qui l’accompagnent. A son départ, elle emmène de nouveaux éléments du 17e RI-US (dont il ne reste plus sur Attu qu'un bataillon).
Galvanisé par ces nouveaux renforts, le Régiment de Hull lance une attaque brutale à l’extrémité sud-est du front. Pris par surprise, les Japonais lâchent pied et ne peuvent bloquer les Canadiens qu’au pied du col de Sarana.

Au nord-est d’Attu – Les sous-marins I-169 et I-171 repartent vers les Kouriles. Le relais est pris par les I-31 et I-35, qui ont reçu l’ordre « d’interdire aux navires ennemis de pénétrer dans Chichagof Harbor ».


Notes
1- Pour réduire le poids des superstructures, deux des douze canons de 6 pouces en barbette ont été enlevés avant la guerre, mais l’ajout depuis un an de nombreuses pièces anti-aériennes a de nouveau alourdi les hauts.
2- Ou plus exactement des disjonctions entre deux tôles dues à la perte de rivets, cisaillés par le travail imposé à la coque par la mauvaise mer quasi permanente dans le Pacifique Nord.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2102
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Sam Mai 23, 2015 20:42    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Pris par surprise, les Japonais lâchent pied et ne peuvent bloquer les Canadiens qu’au pied du col de Sarana.


Petite répétition éventuellement évitable avec quelque chose du genre :

"Pris par surprise, les Japonais décrochent et ne peuvent bloquer les Canadiens qu’au pied du col de Sarana."
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mai 23, 2015 20:55    Sujet du message: Répondre en citant

Merci, mais j'aime bien "lâchent pied" dans cette situation. Je vais donc changer l'autre partie !
"au bas des pentes menant au col".
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 09:55    Sujet du message: Répondre en citant

11 mars
Campagne des Aléoutiennes
Il neigeait…
Attu
– De fortes averses de neige fondue s’abattent toute la journée sur l’île. Les soldats canadiens en profitent pour montrer aux Américains à quel point eux sont acclimatés à ce temps. Comme le racontera Jacques Chapdelaine, du Régiment de Hull, « On avait rudement froid nous aussi, pas à cause de la température, sûr – bah, il faisait bien 25° [Fahrenheit ! soit -4°C], mais à cause de l’humidité. Mais devant les Yankees, hostie de tabernac’ ! C’est tout juste si on se s’rait pas mis torse nu pour montrer qu’à nous, la neige nous f’sait pas peur. ».
………
Kiska – Le sous-marin I-6 atteint l’île sans avoir fait de mauvaise rencontre. Malgré la neige, sa barge Daihatsu livre sans incident un ravitaillement impatiemment attendu par la garnison.


12 mars
Campagne des Aléoutiennes
Renforts
Paramushiro
– La petite flottille japonaise arrive d’Attu. Après un aller-retour à la vitesse maximum du Kashima et de l’Akagi Maru, et sur une mer qui a durement éprouvé les deux destroyers, ils ont bien besoin d’un peu de repos et de quelques réparations. Ils doivent aussi être ravitaillés par le pétrolier Kenyo Maru et embarquer la seconde moitié du 302e Bataillon Indépendant.
………
Au large de Chichagof Harbor – Le ciel s’est un peu dégagé depuis la veille. L’amélioration de la visibilité permet au sous-marin I-31 d’apercevoir le petit convoi qui transporte vers Attu l’artillerie de la 13e Brigade canadienne. Malheureusement pour lui, la météo plus clémente a aussi permis à un Catalina de décoller et d’accompagner le convoi. Repéré par l’hydravion, l’I-31 est pourchassé et coulé par les destroyers Case et Cummings.
Quelques heures plus tard, le 24e Field Rgt, RCA, débarque à Chichagof Harbor.
………
Dutch Harbor – La “navette” principale entre Dutch Harbor et Attu doit cette fois embarquer le 1er Bataillon des Rocky Mountains Rangers. Le temps de ravitailler les navires, le convoi devrait pouvoir repartir pour Attu le lendemain.


13 mars
Campagne des Aléoutiennes
They mean business
Dutch Harbor
– L’arrivée des cuirassés Mississippi et New Mexico, escortés par les destroyers Coghlan, Frazier, Gansevoort, Gillespie, Kalk et Edwards (II) et commandés par le contre-amiral Howard F. Kingman, est très remarquée. « At last, grogne le général Buckner, the Navy means business ! ».
En réalité, il n’est pas surpris. C’est évidemment de concert avec son état-major que celui de Nimitz a préparé ce qui portera le nom d’opération Landcrab. Pour celle-ci, la Navy a aussi fait en sorte que parviennent ce jour-là à Dutch Harbor quatre transports de bonne taille, les Barnett, McCawley, President Adams et President Hayes. Coïncidence, sans doute : tous quatre ont participé à l’opération Shoestring à Guadalcanal. C’est plus qu’il n’en faudra pour que les journalistes, puis certains historiens, surnomment la bataille d’Attu, avec pas mal d’exagération, « le Guadalcanal du Grand Nord ».
Peu après l’arrivée des cuirassés, les Avocet, Casco, Montgomery et Ramsay, chargés du transport des Rocky Mountains Rangers, appareillent, escortés par les croiseurs Detroit et Raleigh, les destroyers Caldwell, Buchanan, Lansdowne, Lardner, la canonnière Charleston et le dragueur Long. Le tout est commandé par le contre-amiral McMorris, sur le Raleigh.
Pendant ce temps, le contre-amiral Rockwell (1) organise un convoi nettement plus important. C’est en effet tout le 32e RI-US (colonel Frank R. Culin) qui doit embarquer sur les quatre gros transports. Ceux-ci seront escortés par le croiseur Richmond (que les équipes du Medusa sont en train de réparer sur place à la hâte), les destroyers Case, Cummings, Conyngham et Dunlap et les dragueurs Chandler, Lamberton et Elliot.
Pour lancer Landcrab, les amiraux Giffen (IXe Flotte), Kingman (cuirassés) et Rockwell (convoi) n’attendent plus qu’une seule chose : que la météo (avec l’aide des Rouges…) leur promette au moins 24 heures de beau temps – ou de ce qui en tient lieu en mars dans la région – dans le secteur d’Attu. L’attente n’est pas du goût de Simon Bolivar Buckner. Peut-être pour se calmer en prouvant que lui aussi means business, il exige et obtient de Washington la tête du général Brown, qu’il rend responsable de l’échec du 17e RI sur Attu. Brown est remplacé au commandement de la 7e DI par son adjoint, le brigadier-général Eugene Landrum.

Attu – Un calme précaire règne sur l’île. Les Canadiens réorganisent leurs lignes et les derniers éléments du 17e RI-US se préparent à évacuer, tandis qu’en face, le colonel Yamasaki espère l’arrivée de nouveaux renforts pour le 17.


14 mars
Campagne des Aléoutiennes
Eclaircie en vue
Dutch Harbor
– Dans l’après-midi, les dernières prévisions de la météo électrisent le commandement américain. Une éclaircie « relativement durable » (deux ou trois jours…) devrait s’installer sur les Aléoutiennes Occidentales à partir de la nuit du 17 au 18. L’appareillage de l’escadre Landcrab est aussitôt fixé à l’aube du 16.


15 mars
Campagne des Aléoutiennes
Renforts
Chichagof Harbor
– En fin de journée, le convoi transportant les Rocky Mountains Rangers débarque sans incident le bataillon. Il repart dans la nuit en emmenant les derniers éléments du 17e RI-US, qui emportent le corps de leur chef, le colonel Earle.


16 mars
Campagne des Aléoutiennes
Landcrab
Dutch Harbor
– A l’aube, comme prévu, le convoi Landcrab appareille. Les cuirassés de l’amiral Kingman, escortés par les destroyers Coghlan, Frazier, Gansevoort, Gillespie, Kalk et Edwards (II), le précèdent de quelques nautiques. Le temps est affreux. Un fort vent du nord apporte alternativement des averses de pluie et de neige. Les spécialistes de la météo sont dans leurs petits souliers. L’un d’eux, le LV Gator, embarqué sur le New Mexico, fait même le vœu, si l’éclaircie (prévue grâce aux données météo soviétiques) est exacte au rendez-vous, de s’inscrire au Parti Communiste américain !


17 mars
Campagne des Aléoutiennes
Landcrab… et autres
Kiska
– A son tour et malgré le mauvais temps, le sous-marin I-5 vient livrer une pleine barge Daihatsu de ravitaillement. Dans la nuit, il reprend la route du sud.

Attu – Le croiseur léger Kashima, le transport Akagi Maru et les destroyers Inazuma et Yamagumo arrivent aux abords de Massacre Bay au crépuscule. En fin de soirée, malgré l’obscurité, ils décident de pénétrer dans la baie pour débarquer sur Massacre Beach la seconde moitié du 302e Bataillon indépendant. En effet, le temps s’améliore à vue d’œil.

Entre Adak et Attu – Pendant ce temps, l’escadre Landcrab file vers Attu…

Note
1- Le même qui avait été évacué de Corregidor par les vedettes rapides qui auraient dû emmener aussi le général MacArthur.

(A suivre, demain)


Dernière édition par Casus Frankie le Mar Mai 26, 2015 10:37; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6476

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 10:43    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L’un d’eux, le LV Gator, embarqué sur le New Mexico, fait même le vœu, si l’éclaircie (prévue grâce aux données météo soviétiques) est exacte au rendez-vous, de s’inscrire au Parti Communiste américain !


En voilà un qui sait comment rendre heureux Edgar Hoover. Laughing
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3151
Localisation: Tours

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 11:02    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Citation:
L’un d’eux, le LV Gator, embarqué sur le New Mexico, fait même le vœu, si l’éclaircie (prévue grâce aux données météo soviétiques) est exacte au rendez-vous, de s’inscrire au Parti Communiste américain !


En voilà un qui sait comment rendre heureux Edgar Hoover. Laughing


Pas vraiment, le LV Gator est un militaire et le FBI n'a pas juridiction pour mettre son nez dans les affaires de l'US Navy. Son champ d'action est limité au monde civil. Le DOD risque de protester vigoureusement appuyé par le CNO et l'ONI.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 939
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 11:03    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Citation:
L’un d’eux, le LV Gator, embarqué sur le New Mexico, fait même le vœu, si l’éclaircie (prévue grâce aux données météo soviétiques) est exacte au rendez-vous, de s’inscrire au Parti Communiste américain !


En voilà un qui sait comment rendre heureux Edgar Hoover. Laughing


Le LV Gator? ce vieux Wally? originaire de Floride? Rolling Eyes
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6476

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 11:05    Sujet du message: Répondre en citant

Wally Gator... je ne sais pas pourquoi, ça m'est vaguement familier...
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 11:36    Sujet du message: Répondre en citant

Ah, on voit la culture... Le LV Gator a retenu votre attention plutôt que Jacques Chapdelaine... Rolling Eyes
(demain la suite des réflexions de notre météorologue)
(et d'autres choses moins gaies)
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Thomas27



Inscrit le: 13 Avr 2013
Messages: 641
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Lun Mai 25, 2015 11:36    Sujet du message: Répondre en citant

On à tous pensez au même gag ^^
_________________
Ma boutique : https://tictail.com/thomasdiana27
Mes livres: http://www.amazon.fr/-/e/B0191PGYUE?ref_=pe_1805951_64028601
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Mai 26, 2015 10:50    Sujet du message: Répondre en citant

18 mars
Campagne des Aléoutiennes
Sacrifice inutile
Entre Kiska et Attu, deux heures avant l’aube
– L’I-5 est en train de filer vers le sud sous un ciel enfin dégagé quand ses vigies repèrent les lames d’étrave de plusieurs bâtiments rapides. Il s’agit des cuirassés américains et de leur escorte – l’I-5, bien sûr, ne peut les identifier, mais il est évident qu’il s’agit de bâtiments de guerre. Le sous-marin plonge juste à temps pour échapper à deux des destroyers…
Par chance pour l’I-5, les destroyers n’ont pas le loisir de prolonger leur chasse. Au bout d’une heure, le sous-marin parvient à refaire surface pour envoyer un message d’alerte.
………
Attu – Devant Massacre Beach, les bâtiments japonais, alertés par l’I-5, expédient la fin du déchargement – une bonne partie des caisses sont même poussées à l’eau – et tentent de s’enfuir. Mais lorsqu’ils émergent de Massacre Bay, c’est pour découvrir, silhouettés par le soleil levant, deux cuirassés et leur escorte !
Curieusement, les quatre Japonais pourraient quand même s’enfuir – ils ont encore un peu d’avance, les cuirassés américains ne sont pas beaucoup plus rapides que le Kashima et l’Akagi Maru (ils ne dépassent pas 21 nœuds, contre 18 au Kashima et 19 à son compagnon) et leur mission n’est pas de faire la chasse à de petits bâtiments ennemis malchanceux. Mais le commandant du Kashima (1), le CF Takada Sakae, l’ignore – il semble avoir cru que les deux cuirassés étaient nettement plus rapides (2). Il ordonne donc aux trois autres bâtiments de fuir, pendant qu’il se sacrifie pour distraire l’ennemi…
Pour le New Mexico et le Mississippi, l’exécution du Kashima est une besogne de fort peu d’intérêt, qui ne fait que les retarder dans leur tâche principale. Quand, le malheureux croiseur envoyé par le fond, ils commencent à bombarder Massacre Beach, ils ont en effet plus d’une demi-heure de retard sur l’horaire prévu. Ce qui n’arrange pas vraiment les affaires des hommes du 302e Bataillon, qui n’ont nulle part où se cacher. Au bout d’une heure de bombardement par les 24 pièces de 14 pouces des deux cuirassés, les transports peuvent débarquer sans réelle opposition le 32e Rgt d’Infanterie. Tout se passe d’autant mieux que le temps est (relativement) beau (3).
Dans les montagnes dominant Chichagof Harbor, le colonel Yamasaki apprend que, s’il a bien reçu quelques renforts, la majeure partie du ravitaillement escompté est au fond de Massacre Bay ou a été détruite par les obus des cuirassés… Mais surtout, ses trois bataillons (ou ce qu’il en reste) sont à présent pris en sandwich au milieu d’une petite île glacée.
Des G4M venus de Paramushiro, profitant de l’éclaircie, tentent un bombardement, mais ils sont chassés par de nombreuses patrouilles de P-38 et de P-40. Du moins peuvent-ils rendre compte à Tokyo de la situation désespérée dans laquelle se trouve à présent la “Force d’Occupation d’Attu”. Commence alors entre les états-majors de l’Armée et de la Marine un échange de messages plus aigres que doux. Si, de chaque côté, on sait bien qui est responsable de l’échec qui semble inéluctable (l’autre partie, bien sûr !), on a plus de mal à formuler un plan pour s’en sortir.


19 mars
Campagne des Aléoutiennes
Landcrab
Attu
– Les troupes du colonel Culin progressent méthodiquement dans Massacre Valley, tandis que la 13e Brigade canadienne, sachant que « les maudits Yankees » sont en train de prendre les Japonais à revers, attaque sans se soucier de la pluie glacée qui s’est remise à tomber.
Entre les deux, le colonel Yamasaki a pris ses dispositions. Il a installé des bouchons sur les pistes montant de Chichagof Harbor vers les cols, avec mission de se faire tuer sur place. Pour lui, il réorganise tout le reste de ses hommes. Avec eux, il a l’intention de jeter les Américains à la mer – ou du moins, de percer jusqu’à leurs dépôts de ravitaillement et de les détruire, tout en tuant le plus possible d’ennemis. Il semble qu’il ait en quelques jours acquis un certain respect pour le professionnalisme des Canadiens et qu’il préfère s’attaquer aux Yankees !


20 mars
Campagne des Aléoutiennes
Landcrab
Tokyo
– Afin de ne pas sembler abandonner à leur sort les bataillons de l’Armée sur Attu, la Marine Impériale annonce la constitution d’une puissante escadre – deux porte-avions, deux cuirassés rapides, etc. Cette mobilisation a été décidée par l’amiral Nagano, chef d’état-major de la marine, malgré l’opposition acharnée de l’amiral Yamamoto.
………
Entre Attu et Kiska – Le sous-marin I-11 rejoint l’I-35, mais tous deux n’obtiendront pas plus de succès qu’auparavant.
………
Attu – Le colonel Yamasaki, considérant que les préparatifs de la Marine arriveront de toute façon trop tard, décide de se lancer à l’attaque. Peu après la tombée de la nuit, dans la meilleure tradition de l’Armée Impériale, lui et ses hommes, un peu réchauffés par la consommation de leurs dernières réserves de saké, se jettent sur les lignes ennemies, les officiers brandissant leur sabre et tous hurlant Banzai ! A ce moment, les Japonais sont à un contre deux ou trois.
Les Américains n’espéraient pas une reddition, cependant, l’attaque les prend un peu par surprise – ce qui ne les empêche pas d’ouvrir un feu meurtrier sur les assaillants. Il semble que Yamasaki soit parmi les morts dès le début des combats, mais cela ne tempère pas l’ardeur des survivants du premier choc, qui réussissent malgré tout à percer les lignes du 32e RI et tombent, toujours hurlants, sur les arrières américains. Dans la nuit glaciale, les hommes ont du mal à distinguer amis et ennemis, la lueur des coups de feu ne faisant en général que silhouetter les combattants en noir sur fond blanc…
Après un long moment de confusion sauvage, les Japonais ralentissent brièvement leur ruée – ils veulent apparemment réorganiser et réorienter leur attaque pour utiliser au mieux les dernières minutes de leur existence. Manquant d’officiers (la plupart ont déjà été tués), ils décident de se ruer sur un campement qui semble abriter de grandes quantités de matériel. C’est en effet le cas, mais il s’agit d’un camp du bataillon du génie divisionnaire de la 7e DI et, selon leur devise, « les sapeurs sont toujours prêts à tout » – alertés par le bruit des premiers combats, ils sont particulièrement prêts…
A l’aube du 21, tous les attaquants sont morts. Le froid a eu raison des quelques blessés graves qui auraient pu être capturés.


21 mars
Campagne des Aléoutiennes
Landcrab
Attu
– Dans la soirée, Canadiens et Américains font leur jonction au sommet des crêtes séparant Chichagof Harbor et Massacre Valley. Les combats s’achèvent. Les Alliés ont fait en tout et pour tout 29 prisonniers. Cependant, la reprise d’Attu ne sera officiellement annoncée que le lendemain.


Notes
1- Le Kashima est un navire de 6 300 tonnes appartenant à une classe de trois bâtiments conçus comme croiseurs-écoles. Ces navires ne donnent que 18 nœuds et sont faiblement armés (4 pièces de 140 mm en deux tourelles doubles, deux pièces de 127 mm AA, 4 pièces de 25 mm, 4 tubes lance-torpilles de 533 mm et un hydravion).
2- Juste avant de prendre le commandement du Kashima, le CF Sakae avait servi sur le cuirassé Mutsu, qui pouvait donner 27 nœuds.
3- Néanmoins, le LV Gator ne s’inscrira pas au PC des Etats-Unis, sous prétexte que, dans le fond, la météo et la politique n’ont rien à voir…


(Demain, 22 au 31 mars)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Asie-Pacifique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com