Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mars 1943 - Corsair, etc
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Préparer l'avenir
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10593
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 09:19    Sujet du message: Mars 1943 - Corsair, etc Répondre en citant

L'essentiel est de Raven (avec une petite participation de ma part).


Mars 1943
9 – Préparer l’avenir
La nouvelle Aéronavale grandit

1er mars
Livraison officielle
Stratford
– Lagadec : « Les 10 F4U1 et 6 Corsair Mk.I alignés depuis vendredi dernier devant notre hangar nous sont officiellement remis. Un “stratif” de chez Vought accompagné d’un officier de l’US Navy remet officiellement à notre Off’ méca les carnets de vol et les documents cellules, moteurs, armements… dûment signés, contresignés, tamponnés… en échange de récépissés signés… etc ! Même pas le temps de faire une réception officielle avec jus d’orange (amélioré bien sûr), petits fours… et jolies dames.
Les biroutiers décollent, nous suivons ! »

.........
Quonset Point – Pendant ce temps, sur la nouvelle base, une douzaine de semi-remorques livrent un lot de moteurs, pièces de rechange et outillage destinés aux F4U-1. Les mécanos passent le reste de la journée à vider les camions et à ranger le matériel dans les deux hangars destinés à la 1F et à la 3F.

2 mars
Déménagement
Stratford-Quonset Point
– Lagadec : « Accompagnés ou plutôt précédés par les deux Beech (les futures Bichettes de l’après-guerre), nous redéployons en deux rotations F4U1 et Corsair Mk.I sur notre nouvel home, où une partie de nos mécanos, anglais et français, se sont déjà installés hier.
En fin de journée, un des Beech fait d’urgence une troisième rotation pour amener à QP un de nos cuistots et un peu de ravitaillement, pour éviter le déclenchement d’une mutinerie de nos “cambouis”. « Faut les comprendre, Commandant, c’est pas humain ce que les Amerloques nous donnent à becqueter ! Et pour boire, que de l’eau chaude teintée, ou leur espèce de truc marron avec des bulles, même nos mécanos anglais font la gueule ! » m’explique le maître principal qui commande le détachement.
Bon, de toute façon nous quittons Stratford demain, avec à peine quelques jours de retard. Nos cantines sont déjà prêtes !
En marge, nous apprenons que l’état-major de l’USMC, bureau du personnel, a donné un avis favorable à la demande d’Andy Miklin de rester dans son affectation actuelle, c’est à dire avec les Frenchies. Demande qu’Andy ne reconnaîtra jamais avoir faite ! Seul Alphonse sait vraiment ce qu’il en est. »



3 mars
Emménagement
Stratford-Quonset Point
– Lagadec : « Et voilà. Nous quittons à 11h00 l’usine Vought pour notre nouvelle base provisoire, là-haut à Quonset Point (dit QP, ou plutôt Kiou Pie…).
Rassemblés en bout de piste, nos dix Corsair attendent le feu vert du contrôle. Au top, c’est la ruée, nous décollons deux par deux. Rassemblement en patrouille au-dessus du détroit de Long Island tout en prenant de l’altitude : 1 000, 2 000… 5 000, 6 000 pieds… Un demi-tour rapide nous ramène face à l’axe de la piste. Bizarrement, pas un seul autre avion ne traîne dans le circuit. Prudence du contrôle, qui se méfie toujours de ce que ces fichus pilotes lui réservent ?
Stratford, Corsair Leader calling. Request permission for a low pass.
– Permission granted. C’mon, Corsair Leader.

On s’attendait au refus habituel, mais eux avaient prévu notre demande, d’où le circuit vide. Ne gâchons pas notre plaisir !
Roger. Corsairs, break right !
L’un après l’autre nous basculons à droite en léger piqué… L’extrémité du parking dans le collimateur… Prise de vitesse… Pas trop… 280 nœuds quand même… 2 000 pieds… 1 000… 500… 100, 50, 30 ! Devant, le Pacha redresse. A l’imitation, nous le suivons dans une remontée du parking à moins de 10 mètres/sol, près de 300 nœuds affichés… Au bout, ressource sur la vitesse acquise, ailes à plat. Arrivés à 2 000 pieds, nous stabilisons et nous rassemblons sur le Pacha face à l’ouest.
It was a very low pass !, ironise la radio. Bye bye, guys.
Virage à droite, prise de cap : nord-ouest, direction QP. L’aventure continue ! »

………
Port de New York – En fin de journée, le paquebot Ile-de-France débarque le GAE 1 au complet et le complément de la BOM 2, soit près de 500 hommes (et quelques femmes). Une noria de bus et de camions emmène personnels et matériels à Pennsylvania Station, d’où un train spécial de l’AmTrak les transporte dans la nuit à Boston. Ils rejoindront Quonset Point le lendemain matin.
Ne manque désormais aux effectifs de QP que la vingtaine de jeunes pilotes brevetés aux Etats-Unis qui viennent de terminer leur qualification de spécialité. Eux rejoindront en fin de semaine.


4 mars
Emménagement
Quonset Point
– Le personnel s’installe au fur et à mesure de son arrivée sur la base, pris en compte par les précurseurs de chaque flottille ou de la BOM 2.
Lagadec : « Demain fin des vacances, les choses sérieuses commencent. Pour le moment, c’est la météo qui fait parler : les personnels originaires d’AFN ou des régions tropicales de l’Empire sont surpris par le temps plus que frisquet de la côte nord-est des States en mars. Ici c’est encore l’hiver ! Nos Bretons, par contre, à commencer par moi, se croiraient presque à la maison, il manque juste le chouchen. Mais ceux qui l’ignorent encore auront vite fait de découvrir qu’il y a non loin de la base certains établissements tenus par des immigrés irlandais qui sont tout à fait fréquentables, et que le Rye Whisky est une boisson tout à fait buvable. »


5 mars
Emménagements
Bethpage
– La majorité des personnels détachés chez Grumman part vers QP en autocar. Les derniers rejoindront lundi en Beech. A leur place s’installe l’équipe de la BOM 2, chargée des prochaines perceptions d’avions Grumman pour l’Aéronavale (elles seront nombreuses dans les mois à venir...).
.......
Quonset Point – Une douzaine de SNJ se posent. Une fois parqués par les mécanos devant les hangars, leurs pilotes (dont trois dames) sont installés au BOQ de la base américaine.


6 mars
Détente
Quonset Point
– Lagadec : « Avant l’inauguration officielle de la base, soirée de détente à New York ! Je suis invité au raout organisé par le consulat français à l’occasion de l’installation de notre nouveau gouvernement, dirigé par celui que tout le monde appelle aujourd’hui le Général. Petit miracle : nos services ont réussi à me trouver une tenue de gala règlementaire ! Le grand spencer, avec gilet blanc, pantalon blanc à bandes dorées et gants blancs. Je n’arrive pas à décider si j’ai une allure folle avec ça, ou si je suis juste ridicule. En tout cas, je regrette qu’Anne-Marie ne soit pas à mon bras. »


7 mars
Récupération
Quonset Point
– Le journal d’Yvon Lagadec est muet sur la journée, comme d’ailleurs sur la soirée de la veille. D’après les souvenirs de ses équipiers, le CC Lagadec est revenu en fin de journée de New York, dans un état que certains ont attribué à l’influence de l’alcool, d’autres à celles du beau sexe, d’autres enfin à un mélange des deux.
D’après les souvenirs du planton de l’emprise française de la base, une voiture d’Air France aurait déposé dans l’après-midi devant les quartiers des officiers un Lagadec encore en tenue de gala (à peine débraillée). Il aurait été accompagné par une jeune femme en uniforme de pilote d’Air France (qui conduisait). Toujours selon les souvenirs du planton, amateur de cinéma, « Quand elle est repartie, on aurait dit Humphrey Bogart et Ingrid Bergman à la fin de Bangkok, et le film était même pas sorti ! Sauf que, en remontant dans la voiture, elle lui a dit qu’il avait intérêt à tenir sa promesse de ne pas se faire tuer avant de lui avoir fait essayer le Corsair ! »
Mais le planton n’a raconté ces souvenirs qu’à deux ou trois intimes. Et, même à eux, il a toujours affirmé ne pas se rappeler combien de temps s’était écoulé entre l’arrivée et le départ de la voiture. En revanche, bien des années après, il montrait encore avec fierté deux photos de célébrités de l’aviation française, toutes deux dédicacées de façon très chaleureuse « en souvenir du 7 mars 43 ».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10593
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 09:23    Sujet du message: Répondre en citant

1) Rappelons aux distraits qui n'auraient pas en mémoire l'intégralité de la FTL Wink que "Bangkok" est l'équivalent FTL du film OTL "Casablanca".

2) Scoop ! Des recherches dans la partie "Correspondance privée" du fonds Pierre Mendès-France, remis aux Archives Nationales par les héritiers de PMF, ont permis d'élucider en grande partie le déroulement de la nuit du 6 au 7 mars.
Le résultats de ces travaux sera publié ici même... demain ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 1401
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 14:36    Sujet du message: Répondre en citant

Par soucis extrême du détail:
...Le grand spencer avec veste bleue, gilet blanc, pantalon bleu à bandes dorées...

En tout cas Raven a eu le neurone actif Cool pendant sa parenthèse.. Applause
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jubilé



Inscrit le: 03 Jan 2013
Messages: 745

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 15:33    Sujet du message: Répondre en citant

J'adore le personnage de Lagadec. Je le verrais bien héros d'une BD genre Tanguy ou Buck Danny, mais FTL.

Et j'aime aussi tous les détails de la vie de pilote, qui rendent le tout si vivant et en même temps chargé d'informations.

Merci aux auteurs Applause
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3722
Localisation: Tours

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 15:46    Sujet du message: Répondre en citant

D'ici à ce qu'en date du 6/7 Décembre 1943 FTL, un être braillard et tout rose pousse son premier cri et que dix-huit ans plus tard un(e) grand(e) imbécile débarque sur le pas de la porte de la famille Lagadec en demandant à l'ami Yvon s'il se rapelle une nuit de Mars 1943....! Laughing
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1746
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 18:18    Sujet du message: Répondre en citant

Comme il s'agit d'une membre d'Air France, et que l'on parle de tester le Corsair, cela c'est peut etre passé en tout bien tout honneur...de plus notre Breton à été envouté en polynésie... Razz Razz
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raven 03



Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1118
Localisation: loire (42)

MessagePosté le: Jeu Juil 24, 2014 18:31    Sujet du message: Répondre en citant

Frank l'a ecrit...la reponse demain Laughing Laughing

si vous etes sages..... Boo hoo! Rolling Eyes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10593
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 08:53    Sujet du message: Répondre en citant

Il faut savoir assumer sa frivolité : celui-ci est 100% Casus Frankie.



6 mars 1943
Une vieille connaissance
New York
– Ce samedi, grande réception au consulat de France à l’occasion du changement de gouvernement français. Une lettre (datée du lendemain) d’un écrivain-aviateur à un ministre-aviateur nous révèle un épisode privé qui s’est déroulé ce soir-là entre deux autres célébrités de l’aviation française.

« Mon cher Mendès
Je vous ai déjà félicité par télégramme pour votre confirmation gouvernementale (même si je vous souhaite bien du courage pour vous accorder avec notre nouveau Président du Conseil). Je me suis dit que j’allais aujourd’hui vous entretenir d’un sujet plus léger.
Ayant certainement pas mal voyagé au titre de vos fonctions ministérielles, vous avez peut-être eu la chance que l’un des avions d’Air France que vous avez empruntés fût piloté par Mademoiselle Marianne Sullivan. Malgré son jeune âge, elle est commandant de bord – une femme commandant de bord sur Air France ! Il a bien fallu cette guerre, notre exode et le manque flagrant d’hommes pour notre Armée de l’Air pour permettre pareil miracle ! Elle pilote aujourd’hui un superbe Boeing 307 Stratoliner qui vient régulièrement se poser à La Guardia. Connaissant mon intérêt pour le transport aérien… et la gent féminine, vous vous doutez que je n’ai pas tardé à faire sa connaissance lors d’une de ses escales.
Ah, mon cher Mendès, j’ai été bien déçu. Non par le Stratoliner – fort bel avion. Ni par Marianne Sullivan – ravissante rouquine coiffée à la garçonne. Elle s’est montrée enchantée de faire la connaissance de votre serviteur et a foncé à la librairie française de New York pour que je lui dédicace tous mes ouvrages ! Y compris le dernier, pour enfants, avec des petits dessins… Hélas, j’ai pu constater que j’étais pour elle une sorte d’ancêtre vénérable (et même vénéré) mais qu’il n’était pas question d’autre chose. J’ai alors réalisé que j’avais vingt ans de plus qu’elle et que, si ses roses étaient encore bien loin d’être fanées, mon front, lui, commençait à se rider…
Je n’en ai pas moins invité la charmante enfant à la réception organisée hier par le consul de France à New York à l’occasion de l’intronisation de notre nouveau gouvernement. Elle est arrivée, encore plus délicieuse en robe de soirée qu’en uniforme d’Air France. J’ai alors songé que, faute de mieux, j’allais jouer les marieurs ! J’ai donc expliqué à la belle qu’il y avait ici, entre autres personnalités remarquables, une célébrité de l’aviation française : le capitaine de corvette Lagadec, l’as de l’Aéronautique Navale, dont j’avais fait la connaissance au Nouvel An précédent. « Quoi, dit-elle, Yvon ? Mais je le connais très bien ! Depuis juin 40, en fait ! » Et ce disant, elle arborait un sourire narquois particulièrement séduisant qui pouvait laisser entendre bien des choses.
Stupéfait, j’ai tenté d’en savoir plus, mais je crains qu’elle n’en ait appris davantage que moi sur les aventures de notre corvettard. Je n’avais pas eu le temps de me remettre de ma surprise lorsque parut le nommé Yvon, tout raide dans son spencer bleu et blanc réglementaire (quelqu’un à l’ambassade avait trouvé l’argent pour lui faire tailler un habit de cérémonie !). Le pauvre garçon dut affronter sans avertissement un cyclone roux. Miss Sullivan se jeta dans ses bras tout en lui reprochant de ne pas lui avoir donné de nouvelles, mais que par bonheur elle en avait par la presse, et combien il était méchant d’être parti à l’autre bout du monde sans prévenir, mais combien elle était quand même heureuse de le revoir et qu’il devait être le plus jeune capitaine de corvette de la Marine et toutes ces décorations, déjà, comme elle était fière de lui – et tout en débitant ce discours sans reprendre haleine, elle parvenait à l’embrasser comme du bon pain, laissant un peu partout des traces d’un rouge à lèvres d’excellente qualité (donc difficile à enlever).
J’avoue, cher Mendès : poussé par la curiosité, je les ai suivis discrètement. C’est ainsi que j’ai pu entendre notre as de la chasse tenter une contre-attaque timide : « Oui, j’étais dans le Pacifique, mais Jean-Pierre était toujours en Méditerranée, n’est-ce pas ? D’ailleurs comment va-t-il ? »
La riposte fut foudroyante : « Jean-Pierre, ce maladroit ! Tu ne sais pas que pendant que tu t’amusais à prendre des bains de soleil avec les Japonais, il a réussi à se faire descendre au-dessus de la Corse par un Italien ? Il a fallu lui envoyer un sous-marin pour le récupérer ! Toi, c’était un Catalina, si j’ai bien compris ? Ah, heureusement que Monsieur Tillon [oui, cher Mendès, ton collègue ministre de l’Air] va autoriser les filles à devenir pilotes de chasse, parce qu’on ne peut pas faire confiance aux hommes pour nous débarrasser de la Luftwaffe ! »
Le pauvre Lagadec eut alors un mauvais réflexe : dire que la place des femmes, si elle pouvait sans doute être aux commandes d’un avion, ne lui semblait pas être dans une unité de combat. Le cyclone roux se fit iceberg et la voix tranchante : « Capitaine de corvette Lagadec ! Comment peux-tu dire une chose pareille ? Toi en particulier ! Veux-tu que je raconte à tout le monde dans quelles conditions tu as fait Paris-Toulon, en juin 40 ? Comment tu n’étais qu’un sac de sable à l’arrière d’un Tiger Moth ? Et comment tu n’as pu arriver à destination que grâce au pilotage d’une faible femme ? »
Et comme Lagadec ne semblait pas tout à fait maté : « Un mot de plus et je dis aussi de quelle couleur était le Tiger Moth ! »
Notre corvettard parut sur le point de répondre, mais son instinct de conservation, qui lui a sans doute bien souvent sauvé la vie entre ciel et terre, intervint une fois encore et il referma la bouche sans avoir émis un son. Elle hocha la tête pour clore ce débat avant de poursuivre, d’une voix à nouveau douce et charmeuse : « Au fait, mon petit Yvon, il faudrait que tu fasses preuve d’un peu plus d’imagination, pour ta prochaine conquête. Quand même, Marianne et Anne-Marie, on pourrait jaser ! A moins que ce soit calculé, Marianne dans l’hémisphère nord, Anne-Marie dans l’hémisphère sud ? » Le malheureux la regarda comme si elle s’était transformée en bohémienne extra-lucide, avec boule de cristal et jeu de tarots. Bon, à l’heure qu’il est, il a dû comprendre que c’était moi qui avais vendu la mèche, puisque je m’étais occupé de l’envoi du cadeau qu’il destinait à sa tendre amie de Nouméa. Marianne porta alors le coup de grâce : « Allons, je te pardonne. Mais à condition que tu m’invites à ton mariage ! »
Solidarité masculine : je raflai un double bourbon sur un plateau qui passait et le lui tendis. Il le siffla d’un trait ! Mais c’est elle qui répondit : « Merci, Monsieur de Saint-Exupéry. Il en avait besoin. » Puis, se tournant vers lui : « Viens, mon chéri, il y a des tas de gens épatants par ici et j’en ai transporté beaucoup, je vais te présenter ! »
Ah, Mendès, j’aurais bien échangé les gros tirages de mes livres pour les vingt-trois ans de ces deux magnifiques oiseaux. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7486

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 11:16    Sujet du message: Répondre en citant

Voila pourquoi il faudrait laisser a guerre aux hommes ! Les femmes sont beaucoup trop impitoyables Anxious
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capu Rossu



Inscrit le: 22 Oct 2011
Messages: 1719
Localisation: Mittlemeerküstenfront

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 11:45    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

J'espère qu'ils avaient trouvé un terrain pour refaire les pleins car sinon ils avaient fini le voyage en camion-stop ou à pied.

@+
Alain
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10593
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 11:52    Sujet du message: Répondre en citant

Capu Rossu a écrit:
J'espère qu'ils avaient trouvé un terrain pour refaire les pleins car sinon ils avaient fini le voyage en camion-stop ou à pied.


M'enfin, Alain ! Qui a dit qu'ils avaient fait le trajet en une étape ?
D'une part (Scoop, Spoiler...), ce voyage sera raconté dans le 1er tome de la BD.
D'autre part, pour un Tigre Mou, une cour de ferme suffit... Bon, allez, une grande cour.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1746
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 12:37    Sujet du message: Répondre en citant

sabord de sabord...notre GO en remet une couche avec la BD.....on va bientôt avoir une mutinerie et Fregatton pourra sortir la planche...si ils ont toujours un planche à bord bien sur...

Je parierais pour un Tiger Moth rose bonbon...
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 1401
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 12:51    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le" tigre mou" je vote aussi pour un rose bonbon du plus bel effet... genre hello kitty
Quand aux planches, elles font toujours partie de l'inventaire réglementaire et sont censées servir à réaliser un épontillage ou un batardeau en cas de voies d'eau.... Confused
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raven 03



Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1118
Localisation: loire (42)

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 13:10    Sujet du message: Répondre en citant

Une chose vient de me taper dans l'oeil..
le "sac de sable " (comme l'eleve) ne devrait-il pas etre en place avant et la vraie pilote à l'arriere comme en cas de vol d'entrainement ????

quant au "tigre mou "; il est .....oups Embarassed j'ai oublié Confused Twisted Evil

bon ,la planche ??? c'est par Arrow Arrow Question Question ...
zut !!! il y a un requin dans l'eau Crying or Very sad .... Mad
tat pis ...pour lui !!! Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10593
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Juil 25, 2014 13:32    Sujet du message: Répondre en citant

raven 03 a écrit:
Une chose vient de me taper dans l'oeil..
le "sac de sable " (comme l'eleve) ne devrait-il pas etre en place avant et la vraie pilote à l'arriere comme en cas de vol d'entrainement ????


Question technique !
Marianne n'a pas fait monter Yvon à bord comme élève, mais comme passager. Elle a donc préféré être en place avant.
Fais-je erreur ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Préparer l'avenir Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com