Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

TORCHE (feuilleton)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1334
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mai 26, 2008 08:21    Sujet du message: Bataille de Randazzo et fin des opérations... Répondre en citant

OCTOBER 20th

In the Northern sector, French and US troops advanced along the coast past San Fratello benefiting from a slightly less broken ground. The pushed back what was left of the PAVIA division. The rate of advance was however slow as the road was poor (the railway line was used as a solid track for tanks) and Italian sappers had planted a lot of mines.

In the Eastern sector the British XVth Corps advanced too at quite a low pace. From Etna mount slopes, Italian troops would pin down for some time British units before being silenced by the British Artillery. All in an the fighting was never so intense that at Arcireale or Gerbini, but advance was much too slow to Sir Bernard Law Motgomery’s opinion.

In the Central sector, Belgian and French troops began to manoeuvre to attack Randazzo. Italian defenders had grouped what has been left of Gen. Gioda’s command, that is the seriously depleted LIVORNO division (Gen. Domenico Chirielieson) and remnants of the RAVENNA division (Gen. E. Nebbia). Italian units were short of artillery and particularly of anti-tank artillery. The geographical situation however favoured them to some point as Randazzo was in the middle of a very hilly ground.
Both sides appreciated the importance of this very small town. From Randazzo the road was going either toward the north coast or the eastern one. Belgian and French troops could then encircle Italian defenders on either (and may be both) coastal sectors.

The strategic relevance of Randazzo for defence of Eastern Sicily an to cover Messina approaches could not be hidden. Gen Gioda has asked for reinforcements but Guzzoni had nothing to spare. The only advantage lying in Italian hands was the hilly ground and so what was left of the LIVORNO and RAVENNA divisions dug-in the best their exhausted soldiers could. At dawn the Belgian 1st “Chasseur Ardennais” Regiment began to probe Italian positions left to the main axis. Belgian troops were soon stopped by a combination of machine-gun and 75/27 fire. The Italian reaction had however the result to draw on defender heads the 121st RAL fire as well as bombing and strafing by Belgian P-39D and Hawk-87. Soon after, Belgian troops got the support of Moroccan 2nd Tabor Group whose 81-mm mortars began to plaster Italian defensive positions. Right to the main axis, the 3rd DIA (Algerian Infantry Division) began to move by 0745, supported by divisional and regimental artillery. In the difficult conditions around Randazzo, the 120-mm Brandt mortar rendered even greater services to infantrymen than 105-mm howitzers. Soon, Italian troops were forced back into Randazzo itself. By noon, Algerian troops began to enter the town, but a savage close-range fighting erupted and Gen. Dody, the 3rd DIA commander had to call in tanks of the 4th BMLE (Foreign Legion Mobile Brigade), whose M3F light tanks and SAV-42 “Belier” (RAM medium tanks) had to fire point blank into old Randazzo houses to expel defenders. By 15h30 only one-third of the town were in French hands.

The very violence of the fight attracted however into Randazzo most of Italian troops and the probe on the left axis side, which initially had been intended to fix Italian troops before the attack against Randazzo, evolved into a turning movement. By 16h00 Gen. de Montsabert and Bastin conferred. Bastin supported the idea of engaging one regiment of the 4th Belgian Infantry Division in support to “Chasseurs Ardennais” and Tabors. Troops however could not move fast and the attack was unable to develop its full strength before night-fall. Bastin and Montsabert conferred once more by 21h15 and the French general ordered Moroccan troops to begin an infiltration move under cover of the night.

During the night, Gen. Guzzoni signalled to Gen. Ambrosio in Roma that the battle of Randazzo was the last hope for stabilization in North-Eastern Sicily. Would Randazzo fell, Guzzoni prevented he would have no mean to prevent enemy forces to reach Messina. Even if Guzzoni knew by advance what Ambrosio answer would be he felt committed to ask for reinforcements. Ambrosio sternly refused.
Just before midnight, Gen. Ambrosio called Marshal Badoglio to warn him that the situation in Sicily could deteriorate fast. The two men agreed to met the next day.

OCTOBER 21st

Fighting had nearly not stopped around Randazzo and the night was partly lighted by burning houses and artillery fire, Algerian and Italian soldiers still battling house after house. However by 02h50 one company of the 2nd Moroccan Tabor reached the Strada Statale (National road) 116 linking Randazzo to Brolo on the Northern coast. A violent night bayonet charge panicked Italian defenders (actually half a company of the RAVENNA division service troops), which left their position. By 04h40 Italian troops were flowing toward Randazzo, leaving their position north of the town. General-Major Bastin ordered then the “Chasseur Ardennais” regiment to move without waiting for day-light. Confusion was by then reigning in the local Italian command with phone communications broken because of the strong artillery bombardment. Gen. E. Nebbia commanding the RAVENNA division was wounded by artillery fire toward 06h00 trying to restore order and discipline among the division rear echelon troops. At the same time Montsabert ordered Gen Dody (the 3rd DIA commander) to resume the attack in Randazzo and to use one regiment to cut the road going toward the Eastern coast.
To Italian XIII Corps commander, Gen. Benvenuto Gioda, the situation looked critical. He asked the LIVORNO division, whose some units were holding crests north to Randazzo to retake the road and re-open it. Orders were delayed however and Gen. Chirielison’s troops were not to move before 08h45. By then the Belgian 4th Infantry Division has already relieved exhausted Tabors and Allied aviation was pounding mercilessly Italian troops caught in the open. In some Italian units cohesion began to vanish. If some small units, company-sized were still to fight among Randazzo ruins, other fled. By 11h45 French tanks of the 4th BMLE had reached the road going from Randazzo to the Eastern Coast. Gioda then had no option but to order his troops to retire to hills north-east of the town. Some units however could not be reached and were to fight surrounded in Randazzo till the end of the day. However, by 15h15 de Montsabert could announce to Marshal Alexander that Randazzo was in Allied hands.

This news had been eagerly waited for. Gen Delestraint soon called Alexander to ask authorization to launch a sweeping move on the Northern coast. French and US troops had advanced slowly all the day past of San Fratello toward Brolo. Delestraint wanted the US 1st Armoured Division CC-A to make a landing at Brolo with the support of the 10th DBLE “Kumanovo”. Delestraint hoped to trap defending Italian forces West of Capo d’Orlando and then quickly open the Road to Messina. Alexander was himself concerned by O’Connors slow rate of advance along the Eastern coastal road toward Giardini-Naxos and Taormina. He would probably have preferred to have French and Belgian troops turning East from Randazzo. He however had to admit that the floating reserve under Delestraint’s command was better fitted to such a move. By 17h45 Delestraint and Patton got the green light to launch a combined amphibious operation against Brolo and Tyndaria.

Sicily events reverberated strongly in Roma. Early in the morning Mussolini to Palazzo Venezia summoned Gen. Ambrosio. The Italian dictator ordered Ambrosio to send new troops to Sicily to help “the magnificent defence Gioda is showing at Randazzo”. It is not sure if Ambrosio already knew how far the situation had deteriorated but he opposed at once under the pretext of compete enemy naval superiority. Actually, Ambrosio before all wanted to keep the Armata di Levante as powerful as possible. Ambrosio promised to improve the supply of ammunition and equipment through Messina Straits but was adamant that fresh troops could not be quickly transferred to Sicily. Mussolini reluctantly approved but pressed Ambrosio to display initiative and to show Germany that Italy was standing fast. “Italy has to gain its place in the New Europe” added Mussolini, “and to do that we have to stay as close as Germany as possible”.
Soon after this meeting, Ambrosio went back to his office. He got a signal from Gioda that enemy tanks were now surrounding Randazzo. To Ambrosio it was then obvious that Randazzo would fell before the end of the day.

Armed with this knowledge, the Italian Army Chief of Staff met Marshal Badoglio at 13h00. Badoglio listened attentively and then said: “If the enemy reach Messina, it could jump quickly to Calabria or to Naples. We have to stop the war quickly”.
Badoglio then asked Ambrosio if Mussolini has acknowledged the state of the situation. Ambrosio could only answer what “Il Duce” had told him some ours ago. Both men decided to have another meeting in the evening to review the situation.
Back to his office, Ambrosio called the Armata di Levante Commander in Chief, General Messe and instructed him to move the “Mobile Corps” toward Napoli and to send the XXI Corps in Calabria.
By 22h00 Ambrosio was back meeting Badoglio, this time in company of Gen. Castellano and Duke Acquarone, the King’s confident. Once again Ambrosio painted a gloomy but lucid picture of the military situation in Sicily. By then he knew that Radazzo was lost and that enemy troops were penetrating deep in the Central sector defence.
The four men agreed that if Mussolini could not be persuaded to convince Germany to let Italy walk out of the war, he would have to be replaced. Gen. Castellano described in details his plan to arrest Mussolini, he had designed with Gen. Carboni.
Acquarone agreed to present this option to the King by the next day.

OCTOBER 22nd

During the night both Montsabert and Delestraint had reorganized their forces. Undeterred by Italian intermittent fire de Montsabert had come to the front line with Bastin to push forward troops with the double aim of closing the trap in Randazzo and pushing remnants of the LIVORNO division along SS-116. To this task de Montsabert had chosen the 6th RSA and one regiment of Gen Sevez 4th DIMM (Moroccan Mountain Troops) he though well adapted to a hot pursuit move in the broken ground north-east of Randazzo.
Delestraint had asked Blanc and Patton to prepare an all-out move toward Brolo. By night fall the Naval special reconnaissance group, led by French Navy APDs MN Goumier and Tabor (ex USN old DD converted) and with 6 MN manned LCI(L) has lifted men of the 3rd and 4th Ranger battalions on a beach not far from San Fratello and Transport Division ships carrying the floating reserve had left Palermo and Cefalù. The 1st Inshore Fire Support Squadron has also left Palermo and by dawn it was joined by Adm. Michellier’s support group, which has shelled San Fratello some days before.

French planes from Biscari-based 21st, 25th and 30th (Belgian) Bomber wings began to pound Brolo and Tyndiria from 07h00 on, with Aeronavale SBD-3 concentrating on possible coastal defences. USAAF and French medium bombers (B-25 and B-26) attacked simultaneously Reggia Aeronautica airfields in Calabria under a strong fighter escort. Italian planes were not to operate over Sicily this day. Again, Allied planes flewover Sicily in conditions of total air superiority and ground attack planes were at the forefront, flying up to 3 missions a day.

French and US artillery units began to lay an impressive artillery barrage by 08h15 and US and French mechanized units attacked at 0945. The Italian XII Corps commander, Gen. Mario Arisio had no doubt that the enemy was trying to break through along the SS-113 and he was confident on tactics he had used previously to slow down the attack. The landing of US Rangers at Brolo at 11h00 took him completely by surprise. Repeated attacks by French light bombers on his troops and command posts were dangerously straining down his command structure. Nevertheless he ordered the AOSTA 171st ‘Blackshirt’ battalion to repulse the attack. Italian troops had however no chance to reach the beach as Allied ships were putting down a murderous bombardment. By 12h05 Col. Water M3A1 tanks of the 1st Battalion, 1st Armoured Regiment of the 1st Armoured Division CC-A were rolling on the Sicilian sand and stone beachhead supported by some 75-mm half-track mounted M3. At 12h45 Company B (Capt. William Tuck) was engaged by survivors of the Italian Mobile Group “C” (4 M13/40 and 5 L3 tankettes). A lucky shot disabled tank n°3 of the company 2nd platoon, but soon M3A1 37-mm guns tore Italian tanks up. The Italian infantry was quickly pinned down first by GMC mounted 75-mm guns and then by tank 37-mm guns firing canister rounds.

Arisio ordered the Port Defence Group in charge of Brolo defence to “fight to the last” hoping then to gain time enough to extricate his troops. However by 14h30 an exhausted despatch-rider brought to him the news of the 10th DBLE (Foreign-Legion Half Brigade) landing in Tyndaria. Arisio was shocked by those news coming in the wake of a dive-bomber attack on his HQ. This landing has been nearly unopposed and the Foreign Legion had suffered only token losses during the operation. By 16h45 Canadian Valentine tanks of the 10th DBLE has reached the SS-113 as well as the coastal railway line, cutting the coast to Italian troops. Col. Gaucher, the 10th DBLE commander expanded fast the beachhead and by dusk was in control of Falcone on the railway line. Foreign Legion troops had so far been only very weakly counter-attacked and only from their right. Gaucher signalled to Delestraint that enemy forces between Falcone and Messina looked very weak.

Arisio ordered his troops to move past Brolo or to reach the SS-116. It is not clear if he hoped to join the LIVORNO division to create a stronghold in Caronies mountains North to Randazzo. Without access to the coast, such a stronghold could not be supplied for long. May be was he hoping to reach through mountain paths Francavilla and from there avoid French troops deployed in the Tyndara-Falcone region to be able get to connect again with Messina.
Whatever Arisio’s plan, is orders, combined with rumours of enemy landings “everywhere” began to spread an element of panic in the XII Corps.
By the way, the 6th RSA was advancing along the S-116 and by dusk had reached the crossing between roads going to Brolo and to Tyndara from Randazzo. This move effectively prevented Italian forces to reconstitute any coherent defence between Randazzo and Brolo.

On the Eastern Coast, O’Connors was still slowly – but surely – advancing. By night fall his leading elements were in view the road going to the coast from Linguaglossa.

The situation in the Central sector and on the Northern Coast looked so confused that Gen. Guzzoni came personally to Francavilla to meet Gioda and Ariso. He found the latter so pessimistic that he relieved him immediately and gave Gioda, whose stand at Randazzo had been highly praised by Radio-Roma the command of all troops in the Central and Northern srctor. Gioda actually was in no less a pessimistic mood than Arisio.
Gioda soon dispelled any belief about a possible defence of the Northern Caronies. But for some “static” troops there was nothing between Tyndaria and Messina. Only the poor state of Sicilian roads could now delay the enemy.
This was not to surprise Guzzoni. He asked Gioda to do his best to delay the enemy and then went by car to Taormina to meet the XVI Corps commander, Gen. Carlo Rossi. By mid-night, after having conferred with Gen. Rossi, Guzzoni signalled to Gen. Ambrosio in Roma that at best a new defensive line could be erected from eats to Falcone on the Northern Coast to Taormina on the Eastern one with Francavilla as an anchor in the Central sector but that even this line would not held for long. Guzzoni expected to be pushed back to Messina before the end of October.

In Roma, the day opened by a vibrant Mussolini’s speech aired by Radio Roma. The triumphant voice of “Il Duce” was not enough to make Naples population to forget that the city had been bombed during the night by RAF Wellington bombers (N° 37, 38, 104 and 148 Sqdn) and Roma itself was again under Air-Raid alert as US B-24 were back bombing Fiumicino and the large railway station under a large P-38 escort. This time, USAAF planes were intercepted by the “Sezione Intercettori HV” fielding 4 MC-202 and 1 MC-205 (actually the 2nd prototype) as well as by 12 Bf-109G belonging to the 9° Gruppo, 4° Stormo CT, which had been reequipped on German fighters after losses it suffered during TORCH opening phase. Italian fighters claimed 5 P-38 and 2 B-24, but lost 3 MC-202 and 4 Bf-109.
Soon after the raid the Duke Acquarone met with Dino Grandi and explained him that the situation in Sicily was hopeless. Grandi then proposed to call for a “High Council” of the Fascist party, where Mussolini could have to face his responsibility. Acquarone answered that would a motion of non-confidence be voted, the King would have the constitutional right to dismiss Mussolini and appoint a new leader, who would then have to extricate Italy from the War. Grandi, who looked for himself to Mussolini’s seat proposed to show Acquarone a proposal he would write with Bottai and other Fascist leaders ready to get rid of Mussolini.
Ambrosio learnt from Guzzoni the replacement of Ariso by Gioda in the evening. Guzzoni explained how he would try to re-establish a line of defence, but he didn’t hide the fact times was running out.

OCTOBER 23rd

In the Central sector, men of the 6th RSA and the 4th DIMM advanced relatively fast against a weak defence put by what remained of the LIVORNO division. By the end of the day, leading 6th RSA elements had advanced well on the mountain road going toward Falcone, with Moroccan Mountain troops “cleaning up” on their both wings. By noon Italian General Nebbia, who had been wounded the day before, was captured by Moroccan troops.

In the Northern coastal sector, French and US troops moved forward, only slowed down by the poor state of roads and mines. By the end of the day, the US 70th Independent Tank Battalion connected with the US 1st Armoured Division (CC-A) at Brolo. (The picture of an US tanker blasting an old Sicilian house with the pintle-mounted 0.30-mg of his tank on Brolo outskirt is well known for two reasons. The first reason was because this picture has been widely syndicated in the US newspapers and the second one because it was the first picture of a M5 light tank “in action”).
Italian troops trapped between Brolo and the Tyndaria-Falcone beachhead tried to slip between Gaucher’s troops, now actively expanding their defence perimeter and the advancing 6th RSA. Gaucher asked several times to be allowed to move toward Messina, but Delestraint refrained him, as he was wary the 10th DBLE could run into more powerful Italian forces. Delestraint insisted that Gaucher’s men had first to close the encirclement of Italian forces.

On the Eastern coast, O’Connors men reached the Giardini-Naxos to Linguaglossa road. The very possibility for Italian troops to implement Guzzoni’s defence last plan was now clearly in doubt.

Allied planes were once again very active, with ground-attack planes supporting advancing forces, light bombers attacking Francavilla, Barcellona and Messina, and medium bombers maintaining their pressure over Calabria. Reggio was attacked twice and during the night Naples received another visit from RAF Wellington bombers.
By noon Grandi was back meeting Acquarone to whom he gave a copy of a motion of non-confidence he has written with Bottai. Acquarone was very pleased and he gave Grandi all his support assuring him of “the King’s sympathy”. Grandi went back home to meet Bottai, Albini and Federzoni. These four men then began to improve the text and to contact other high-ranking fascist leaders.
Unknown to Grandi was the fact Ambrosio and Acquarone has agreed to the fact that only Badoglio could be Mussolini’s successor. However the two men then parted apart. Ambrosio would have liked a “National Union” government, including people coming from anti-fascist movements and even representatives of the Socialist party (PSI). Acquarone, speaking on the King’s behalf opposed this idea. The King he told Ambrosio, wants a “non-political” government. He wants to get rid of Mussolini but not to immediately confront the fascist movement.
Ambrosio submitted to King’s will.

OCTOBER 24th

The main event of the day on the Allied side was the junction between the 6th RSA and Col. Gaucher 10th DBLE south of Falcone by end of the morning. Encirclement of Italian troops was however not to be air-tight before the end of the day and some isolated groups, never bigger than a platoon size still succeeded to reach forces regrouping around Francavilla (which was regularly bombed all the day) and north.
On the coastal road, Gen. Patton moved forward to push faster his troops from Brolo toward Tyndaria. Col. Water’s light tanks, better suited to Sicilian roads than M3(Medium) made their junction too with French troops by night fall. It was however too late to move toward Barcellona. Taking place on a French MTB 2nd squadron Elco boat, Gen. Delestraint moved at dusk to Tyndaria, where he met before mid-night Gen. Patton, Gen. Amédée Blanc and Col. Gaucher to organize the pursuit phase of operations.
On the Eastern coast, Gen. Rossi had concentrated most of what was left of his command (part of the SFORZESCA Division and the Regimente Corazzata “Centauro-II) behind the river covering Taormina. After a heavy fight he succeeded stalling for a while the British advance. However, the situation looked so bad on the Northern Coast that he had to surrender the 54° Infantry Regiment from the SFORZESCA division to Gioda, who was desperately trying to rebuild a defence around Barcellona.
Surprised by the staunch Italian defence, O’Connors asked for reinforcements and naval support before breaking through.

Naples was again bombed by USAAF B-24, this time without opposition. USAAF and French B-26 attacking Reggio di Calabria were this time intercepted by 24 MC-200 and 12 MC-202 from the 1° and 2° Stormo CT. Italian fighters were soon jumped by USAAF and AdA Mustang and an unequal fight developed where 9 MC-200 and 4 MC-202 went down for 4 USAAF and 2 AdA Mustang.

Ambrosio had been warned by Guzzoni that the end was in sight. He decided to organise another meeting with Gen. Castellano, Carboni and Sorice who were the most anti-German in the Italian Army general Staff. The meeting went on till the first hours of Sunday 25th. Ambrosio presented his view of what would happen if Mussolini had to be replaced. He insisted to the fact a war between Italy and Germany could be unavoidable. The question of Italian troops operating in Greece and in the Balkans was then raised. The four generals decided to meet Badoglio to convince him to act decisively.

OCTOBER 25th

The weather began again to worsen and the day was to know heavy rains in the Eastern and Central sectors. Allied planes were not able to deliver the ground attack punch they had provided in previous days. However, Messina was raided twice by medium bombers and several barges sunk in the harbour.

In the Central sector Gen. de Montsabert ordered his forces to close to Francavilla and probe enemy defences. A large-scale attack was however not possible before replenishment as Belgian and French troops had exhausted their ammunition reserves during the fight for Randazzo and the exploitation phase.

In the Northern sector nobody was then in the mood to wait. The 1st US Armoured Division (CC-A) joined forces with the 10th DBLE to attack toward Barcellona. Allied troops ran into a strong defence, but Italian troops lacked anti-tank weapons. US and French light tanks were able then to be used as direct support. By the end of the day, the Italian 54° Regiment had been pushed out its positions.

In the Eastern sector heavy rains prevented the British XV Corps to move effectively. The day was used to replenish units and Montgomery ordered the 5th British division to be transferred from the XIII to the XV Corps.

OCTOBER 26th

On the Northern coast, a scrap task-force constituted with US 1st Armoured Division tankers and 10th DBLE motorized infantry raced along the coastal road and cut the Milazzo peninsula by the end of the day, rolling back Italian forces toward Messina.

On the Eastern Coast, O’Connors launched a major attack with the support of his artillery and Adm. Rawlings ships. By noon, the river was crossed and drenched British troops entered Taormina at dusk.

As defence on both coasts was obviously collapsing, Gen. Guzzoni ordered troops still in the central sector to evacuate Linguaglossa and Francavilla and move toward Forza d’Agro and Savoca. The mix of rain and fog spared retreating Italian troops bombing and strafing by Allied planes.

In Roma, Dino Grandi met Mussolini. The two men knew each other for very long. Grandi asked for a meeting of the Fascist “High Council” to review the situation after the latest events in Sicily.
Reluctantly Mussolini, who looked badly ill and suffered terrible stomach aches, agreed. He announced that the “High Council” would convene on Sunday, November 1st .
By the end of the day, Grandi met Ambrosio and confirmed him that the “High Council” would convene. Ambrosio then went to meet Badoglio.
The meeting was officially called to review the situation in Sicily but both men knew it was hopeless. Badoglio assured Ambrosio he would do his best to save Italy.
More or less at the same time Gen. Castellano met with Ciano and presented him his plan to arrest Mussolini. Ciano confirmed he would support this option.

OCTOBER 27th

As weather slightly improved the combined American-French task-force pushed toward Messina. Remnants of the SFORZESCA division put a last show at 8km from Messina in the afternoon, stopping Allied advance till dusk. However, by night-fall Italian troops began to leave their position to retire into Messina. During the night, some 10th DBLE platoons began to probe the city outskirts and found them without defenders.

In the Central sector men of the Belgian 4th Infantry Division found Francavilla without defenders. Just before noon, the 4th Infantry Division spearhead captured a field hospital filled with hundreds of wounded from the RAVENNA and LIVORNO divisions. General-Major Bastin after visiting what he called later “a place of despair and desolation” called Gen. de Montsabert to have medicines and doctors hurried up forward. Having got the strong feeling that the Italian defence was collapsing, Bastin launched forward the Belgian 1st Armoured Brigade reconnaissance elements. By dusk Belgian armoured-cars entered Forza d’Agro.

On the Eastern coastal road, the British XV Corps moved out of Taormina and reached Ali Terme without notable a fight but a skirmish between a squadron of Crusader tanks and a mixed group of 5 M13/40 and 14/41, which ended with the loss of two British tanks and the complete destruction of Italian ones.

In Roma Badoglio and Acquarone met the King. Vittorio-Emmanuel announced both that he had decided to dismiss Mussolini “would a constitutional opportunity would present itself”. All knew that if a non-confidence motion would be voted at the Fascist “High Council” Mussolini would no more be the leader of the party and then the King would have had the right to choose another Prime-Minister.

OCTOBER 28th

At 00h45 a small MAS boat carried Gen. Guzzoni and his staff from Messina to Reggio di Calabria. Soon after another boat carried Gen. Rossi. General Benvenuto Gioda was the last of Italian top commanders to leave Sicily, crossing Messina Straits at 0215.
Undercover of the night, tens of small boats, self-propelled barges and the two railway Ferry-boats, made several crossing. But they did not carry to Calabria more than 15,000 men. The large majority of what had been left of the Italian Army in Sicily was trapped.
It is to be noted that Allied ships did not try to interfere with this last minute evacuation, as Italian warships had not interfered with the two Allied assault landings on the Northern coast. This was to raise German suspicions in forthcoming weeks.

By dawn an exhausted but elated Delestraint conferred with Gen. Patton. Allied reconnaissance squads were already penetrating Messina. Both men climbed on a Jeep and, following a column mixing Col. Water’s light tanks (Coy. A, 1st Battalion, 1st Armoured Regiment) and Col. Gaucher 10th DBLE mechanized units (the 11 Valentine tanks of his independent tank Coy. And one dragoon squadron with motorcycles, side-cars and light trucks) left for Messina. They entered the city at 10h50 after several stops to check the possible presence of mines or snipers. The column then split into several combat groups, but no resistance was to be encountered. The city streets were quiet and empty. After checking the harbour (empty), Allied vehicles converged to Messina cathedral square, where the city archbishop was waiting.
The jeep carrying Delestraint and Patton arrived soon and both generals paid their salute to the archbishop as both flags, American and French were hoisted on the top of the cathedral. It was 11h54 and Sicily has fallen into Allied hands.
Both generals entered then the Cathedral for a short prayer and, slowly, seeing that Allied troops arrival has not been followed by any act of violence, Messina population began to walk out from houses. American and French soldiers were soon to find that, if not starving, the population has been under-fed for several days. In many places Allied soldiers began to share their food with the population, for the greatest joy of war-correspondents and Psy-op officers.

Much latter in the movie “Patton” the arrival of British troops is described in a comic way, with British soldiers entering the city on a war footing just to find US and French troops parading. Actually, Delestraint and Patton met Motgomery and O’Connors at Messina gate on the Taormina road by mid-afternoon, and the four men entered soon in a trattoria to have lunch and write a declaration, which was to be aired by the end of the day on the Allied radio-channel but also on Italian ones, to call all Italian units still in Sicily to surrender.
So ended the Campaign of Sicily, with a whisper more than a bang.
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4662
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Lun Mai 26, 2008 10:39    Sujet du message: Répondre en citant

La fin ressemble à une course de vitesse entre Patton/Gaucher et Monty. Ce dernier a du manger sa casquette Smile
Posté sur le forum FFO et le NFB.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...


Dernière édition par loic le Lun Mai 26, 2008 18:12; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10126
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mai 26, 2008 14:30    Sujet du message: (un petit bout de suite traduite) Répondre en citant

20 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+15 (Torche, J+31)
Lents progrès le long des côtes
Dans le secteur Nord, Français et Américains avancent le long de la côte au delà de San Fratello, profitant d’un terrain un peu moins accidenté pour repousser ce qui reste de la division Pavia. Le rythme de progression reste cependant médiocre : la route est si impraticable que les chars préfèrent utiliser la voie ferrée et il faut encore se frayer un chemin au milieu de quantités considérables de mines.
Dans le secteur Est, le XVe Corps britannique avance lui aussi lentement. Embusquées sur les pentes de l’Etna, les troupes italiennes accrochent les attaquants avant d’être réduits au silence par l’artillerie, mais le scénario se reproduit à de nombreuses reprises. Les combats ne sont cependant jamais aussi intenses que pour Acireale ou Gerbini, mais Sir Bernard Law Montgomery trépigne d’impatience… il veut être le premier à Messine !

Randazzo, clef de Messine
Dans le secteur Centre, Français et Belges ont bien préparé l’attaque de Randazzo. Il s’agit d’une très petite ville, mais les deux camps apprécient pleinement son importance stratégique. De là, en effet, les Alliés pourraient déboucher vers Messine par un terrain moins difficile, mais surtout piquer vers les côtes et encercler les troupes italiennes qui défendent ces secteurs.
Les défenseurs de Randazzo sont les survivants des forces commandées par le général Gioda : la division Livorno, sérieusement amoindrie (général Domenico Chirieleison), et les restes de la division Ravenna (général E. Nebbia). Ces unités manquent d’artillerie et plus encore d’armes antichars. Cependant, la situation géographique les avantage jusqu’à un certain point, car Randazzo est au milieu d’une région de collines escarpées. Comprenant l’importance de sa position, Gioda a demandé des renforts, mais Guzzoni n’a plus rien à lui donner. Les hommes de Gioda se sont donc retranchés de leur mieux, malgré leur épuisement.
A l’aube, les Chasseurs Ardennais commencent à sonder les positions italiennes à gauche de l’axe principal de progression, mais ils sont vite bloqués les tirs combinés de mitrailleuses et de canons de 75/27. Cette réaction des Italiens leur attire aussitôt les obus du 121e RAL et les bombes des P-39D et des Hawk-87 belges. Peu après, les Chasseurs reçoivent l’appui du 2e Groupe de Tabors Marocains, dont les mortiers de 81 mm commencent à marteler les positions ennemies.
A 0745, la 3e Division d’Infanterie Algérienne commence à avancer à droite de l’axe principal, soutenue par l’artillerie de la division et du régiment. Sur le terrain difficile qui entoure Randazzo, les mortiers Brandt de 120 mm rendent à l’infanterie des services encore plus grands que les obusiers de 105. Bientôt, les Italiens sont rejetés dans la ville de Randazzo elle-même.
A midi, les Algériens pénètrent dans la ville, mais au prix de sauvages combats au contact. Le général Dody, qui commande la 3e DIA, doit réclamer l’appui des chars de la 4e BMLE. Les chars légers M3F et les chars moyens SAV-42 “Bélier” des légionnaires doivent tirer à bout portant dans les vieilles maisons de Randazzo pour en chasser les défenseurs.
Vers 15h30, les Français ne contrôlent encore qu’un tiers de la ville.
Mais la violence même du combat a attiré dans Randazzo le plus grande partie des troupes italiennes du secteur et le coup de sonde des Belges sur la gauche, prévu au départ pour fixer des troupes italiennes avant l’attaque principale, devient un mouvement. A 16h00, le général Bastin propose à Monsabert d’engager un régiment de la 4e DI belge pour soutenir les Chasseurs Ardennais et les Tabors. Néanmoins, ces mouvements prennent du temps et l’offensive ne peut développer toute sa puissance avant la tombée de la nuit.
A 21h15, Bastin et Monsabert se revoient. Le général français décide de demander aux troupes marocaines de commencer à s’infiltrer dans les lignes ennemies sous le couvert de l’obscurité.
Pendant la nuit, le général Guzzoni signale au général Ambrosio, à Rome, que la bataille de Randazzo est le dernier espoir de stabilisation du front sicilien. « Si la ville tombe, prévient Guzzoni, je n’aurais aucun moyen d’empêcher les forces ennemies d’atteindre Messine. » Bien qu’il connaisse d’avance la réponse d’Ambrosio, Guzzoni se sent obligé de demander des renforts. De fait, Ambrosio refuse carrément.
Juste avant minuit, c’est au tour d’Ambrosio d’appeler Badoglio : « La situation en Sicile risque de se détériorer brutalement, Monsieur le Maréchal ! » Les deux hommes conviennent de se retrouver le jour suivant.

Iles Salomon
Un convoi de quatre caboteurs de 830 GRT dépose sur Guadalcanal, à Kanimbobo, 2 200 tonnes de ravitaillement.
Au large de Kavieng, un convoi de trois grands transports et deux escorteurs est attaqué par un sous-marin allié. Le cargo Sumiyoshi Maru (2 100 GRT) est coulé et le Choko Maru (6 783GRT) est gravement endommagé. Le Ch-22 et l’escorteur ASM tout neuf Ishigaki contre-attaquent et signalent avoir coulé l’agresseur. Ils ont probablement détruit le sous-marin américain S-44.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3298
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Lun Mai 26, 2008 20:05    Sujet du message: Répondre en citant

en lisant ces ligne et en repensant à la campagne de grece je me suis fait la reflexion suivante. compte tenu des leçons de la campagne de france ( et contrairement à otl) ne va t'il pas se creer une culture française de "close air support" qui ferait par exemple que le futur tornado devienne un programme franco britannique, peut etre meme à la place du jaguar (celui ci restant dans un cahier de charge franco français et reste un avion d'entrainement... ce qui voudrait dire alors que l'alpha jet n'existerait pas)
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10126
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Mai 28, 2008 16:27    Sujet du message: 21 au 25 octobre Répondre en citant

Désolé, je traduis aussi vite que possible... Je continue à poster les épisodes des autres fronts en même temps, cela assure une mise à jour et resitue l'ensemble. Dans les jours ci-dessous, un peu de romantisme, loin de la Sicile...

21 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+16 (Torche, J+32)
La chute de Randazzo
Les combats se poursuivent la plus grande partie de la nuit dans et autour de Randazzo. Tirs d’artillerie et incendies rougissent le ciel pendant qu’Algériens et Italiens se disputent maison par maison les ruines de la ville.
Vers 02h50, au nord de la ville, une compagnie du 2e Tabors Marocains atteint la Strada Statale 116, la route nationale qui relie Randazzo à Capo d’Orlando, sur la côte nord, entre Santa Agata à l’ouest et Brolo à l’est. Dans l’obscurité, une féroce charge à la baïonnette culbute les défenseurs de la route (une demi-compagnie de personnel de service de la division Ravenna). A 04h40, les troupes italiennes stationnées au nord de la ville quittent leurs positions et courent vers Randazzo. Le général-major Bastin ordonne alors aux Chasseurs Ardennais d’avancer sans attendre le lever du jour.
La confusion règne dans le commandement italien, dont les lignes téléphoniques ont été coupées par le bombardement d’artillerie. Vers 06h00, le général Nebbia, qui commande de la Ravenna, est blessé par un éclat d’obus en essayant de rétablir l’ordre et la discipline parmi les troupes des échelons arrière de sa division.
A 06h15, Monsabert ordonne au général Dody (3e DIA) de repartir à l’attaque dans Randazzo, tout en envoyant un régiment couper la route de la côte est.
Le général Benvenuto Gioda, commandant du XIIIe Corps, comprend que sa situation est critique. Il demande à des unités de la division Livorno, qui tiennent des crêtes au nord de Randazzo, de reprendre et de rouvrir la route du nord. Cependant, la transmission des ordres est lente et les troupes du général Chirieleison ne bougent pas avant 08h45. A ce moment, la 4e DI belge a déjà relevé les Tabors épuisés par une nuit de combats et l’aviation alliée s’acharne sans merci sur les troupes italiennes prises à découvert, qui commencent à perdre leur cohésion. Si quelques unités de la taille d’une compagnie continuent à se battre dans les ruines de Randazzo, d’autres s’enfuient.
A 11h45, les chars de la 4e BMLE atteignent la route reliant Randazzo à la côte est. Gioda n’a plus le choix : il ordonne à ses hommes de se replier dans les collines au nord-est de la ville. Mais certaines unités ne peuvent être jointes et continueront à se battre, encerclées dans Randazzo, jusqu’en fin de journée. Néanmoins, à 15h15, Monsabert peut annoncer au maréchal Alexander que Randazzo est aux mains des Alliés.
La nouvelle était attendue avec impatience. Informé, le général Delestraint demande aussitôt à Alexander l’autorisation de lancer un large encerclement sur la côte nord. Américains et Français ont avancé lentement toute la journée sur la route côtière et n’ont atteint que Santa Agata. Delestraint veut débarquer le CC-A de la 1ère Armoured Division à Brolo, soutenu par un débarquement de la 10e DBLE Kumanovo encore un peu plus à l’est, à Tyndaria (aujourd’hui Tindari), pendant que les forces du secteur Centre monteront vers le nord par la route 116. Delestraint espère ainsi piéger toutes les forces italiennes à l’ouest du Capo d’Orlando et s’ouvrir d’un coup la route de Messine. Cependant, Alexander est préoccupé par la lenteur de l’avance d’O’Connor sur la côte est en direction de Giardini-Naxos et Taormine. Il préférerait sans doute que Belges et Français descendent de Randazzo lui prêter main-forte, mais il doit admettre que la réserve flottante commandée par Delestraint donne à l’option nord les meilleures chances de succès. A 17h45, Delestraint et Patton ont le feu vert pour lancer une opération amphibie sur Brolo.

Pendant ce temps-là, à Rome…
Les événements de Sicile ont un grand retentissement dans la capitale italienne. Très tôt, Mussolini convoque au Palazzo Venezia le général Ambrosio. « J’exige, clame le dictateur, qu’on envoie des renforts en Sicile ! Il faut soutenir Gioda, qui accomplit à Randazzo de magnifiques exploits ! » Il n’est pas certain qu’Ambrosio sache déjà à quel point la situation s’est détériorée dans la nuit, mais il refuse tout net : « Duce, l’ennemi possède une supériorité navale et aérienne complète ! Tenter de faire traverser le détroit de Messine à des troupes serait les envoyer à la mort! » En réalité, Ambrosio veut préserver autant que possible les forces de l’Armata di Levante. Pour calmer le Duce, il promet d’améliorer le ravitaillement des hommes de Gioda en munitions et en matériel, mais s’oppose à tout envoi de troupes. Mussolini approuve avec réticence, mais presse Ambrosio de prendre des initiatives : « Il faut montrer aux Allemands que nous sommes solides au poste ! Comprenez donc, Ambrosio, l’Italie doit gagner sa place dans la Nouvelle Europe ! Mais pour y arriver, il faut que nous restions aussi près de l’Allemagne que possible. »
Peu après ce pénible entretien, Ambrosio rejoint son bureau. Il y trouve un message de Gioda signalant que les blindés ennemis encerclent à présent Randazzo. Il prévoit alors que la ville tombera avant la fin de la journée.
Ainsi informé, le chef d’état-major italien rencontre à 13h00 le maréchal Badoglio. Le ministre l’écoute attentivement et déclare : « Si l’ennemi atteint Messine, il pourra très vite se jeter sur la Calabre, ou même sur Naples. Il nous faut arrêter cette guerre, et vite ! Ambrosio, pensez-vous que le Duce a bien pris la mesure de la situation ? » Ambrosio ne peut que raconter ce que Mussolini lui a dit quelques heures plus tôt… Atterrés, les deux hommes décident de prendre de nouveaux contacts puis de se retrouver dans la soirée pour réévaluer la situation.
De retour à l’état-major, Ambrosio appelle le commandant en chef de l’Armata di Levante, le général Messe. Il lui donne pour instructions de déployer le Corps Mobile près de Naples et le XXIe Corps en Calabre.
A 22h00, Ambrosio et Badoglio se revoient, cette fois en compagnie du général Castellano et du duc Acquarone, le confident du Roi. Une fois de plus, Ambrosio – qui sait à ce moment que Randazzo est tombée et que les forces ennemies s’enfoncent profondément dans les lignes italiennes – dresse un tableau sombre mais réaliste de la situation militaire en Sicile. Après une brève discussion, Badoglio résume : « Je crois que nous sommes bien d’accord – si Mussolini ne peut être persuadé d’obtenir que l’Allemagne laisse l’Italie sortir du conflit, il doit être remplacé. » Castellano décrit alors en détails le plan qu’il a mis au point avec le général Carboni pour arrêter le Duce. Acquarone accepte de proposer cette décision au Roi dès le lendemain.

Fremantle
L’Escadre Française du Pacifique et les Task-Forces 34.1 et 34.2 partent pour Sydney, de l’autre côté de l’Australie.

Guadalcanal
02h40 – Alertées par des reconnaissances, deux vedettes américaines patrouillent sur la côte près de Pointe Cruz. Elles interceptent et coulent une barge, avant d’être contre-attaquées par deux des vedettes d’Iishi, les G-352 et G-353. Inférieures en puissance de feu, les MTB américaines souffrent. La PT-46 est très gravement endommagée par des obus de 40 mm et de 25 mm avant que les deux vedettes ne puissent se dégager, grâce à leur vitesse supérieure. La PT-46 est irréparable, elle sera cannibalisée pour entretenir les autres.
Constatant que les petits bâtiments japonais sont très bien armés, les Américains décident d’enlever les grenades ASM et deux des quatre tubes lance-torpilles de leurs trois autres MTB. Ils peuvent ainsi les équiper d’un 20 mm et de deux 0.50 supplémentaires, ce qui fait plus que doubler leur “artillerie”. Les armes nécessaires, récupérées sur des navires coulés, foisonnent à Tulagi.


22 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+17 (Torche, J+33)
Lente avance sur la côte est, poursuite dans les montagnes
Les Alliés ont réorganisé leurs forces dans la nuit.
Sur la côte est, O’Connor avance toujours, lentement mais sûrement. A la nuit, ses premiers éléments sont en vue de la route qui va de la côte à Randazzo par Linguaglossa.
Dans le secteur Centre, malgré des tirs italiens sporadiques, Monsabert et Bastin sont allés en première ligne pousser leurs hommes en avant avec un double but : fermer la poche de Randazzo et repousser le reste des éléments de la division Livorno vers le nord. Pour cette tâche, Monsabert a choisi le 6e RSA et un régiment de la 4e DIMM du général Sevez – il estime que les spahis et les montagnards marocains seront à leur aise sur le terrain accidenté au nord-est de Randazzo.

Attaque générale sur la côte nord
Sur la côte nord, Delestraint a demandé à Blanc et Patton de préparer une attaque générale de Santa Agata vers Brolo. La veille, à la tombée de la nuit, les APD MN Goumier et Tabor (de vieux destroyers de l’US Navy convertis en transports rapides) et six LCI(L) français ont enlevé les hommes des 3e et 4e bataillons d’US Rangers sur une plage près de San Fratello. Au même moment, les navires de la Division de Transport qui portent la réserve flottante ont quitté Palerme et Cefalù. Le 1er Escadron d’Appui-feu Côtier a lui aussi quitté Palerme ; à l’aube, il rejoint le reste du groupe d’appui de l’amiral Michellier, qui a bombardé San Fratello quelques jours plus tôt.
Dès 07h00, les bombardiers français (21e et 25e EB) et belges (30e EB) basés à Biscari attaquent Brolo et Tyndaria, tandis que les SBD-3 de l’Aéronavale se concentrent sur les possibles défenses côtières. Pendant ce temps, les bombardiers moyens B-25 et B-26 américains et français attaquent les terrains de la Regia Aeronautica en Calabre, couverts par une forte escorte de chasse. Les avions italiens ne doivent pas opérer sur la Sicile aujourd’hui. Les Alliés bénéficieront d’une nouvelle journée de supériorité aérienne totale et leurs avions d’appui au sol vont en profiter, effectuant jusqu’à trois missions.
A 08h15, l’artillerie franco-américaine déclenche un impressionnant barrage d’artillerie.
A 09h45, les unités mécanisées se lancent à l’attaque. Celle-ci ne surprend pas le chef du XIIe Corps italien, le général Mario Arisio. Persuadé que les Alliés allaient de nouveau tenter de percer sur la route côtière, il espérait bien que les tactiques qu’il utilisait depuis plusieurs jours pour ralentir leur avance allaient à nouveau se montrer efficaces.
Mais à 11h00, le débarquement des US Rangers à Brolo le prend complètement par surprise, alors que les attaques aériennes répétées de ses forces et de ses postes de commandement mettent dangereusement à l’épreuve ses communications. Il ordonne néanmoins au 171e bataillon de Chemises Noires de la division Aosta de repousser le débarquement. Mais cette unité n’a aucune chance d’atteindre la plage où débarquent les Rangers, car les navires Alliés l’encagent d’un bombardement d’artillerie meurtrier.
A 12h05, les chars M3A1 du colonel Water (1er bataillon, 1er Régiment Blindé, CC-A de la 1ère Armoured Division) roulent sur le sable et les cailloux des plages siciliennes, soutenus par des half-tracks armés de 75 mm. A 12h45, la compagnie B (Capt. William Tuck) est engagée par les survivants du Groupe Mobile “C” italien (4 x M13/40 et 5 x tankettes L3). Un coup heureux met hors service le char 3 du 2e peloton de la Compagnie, mais très vite les 37 mm des M3A1 commencent à déchiqueter les maigres blindages adverses et l’infanterie italienne est clouée au sol par les tirs des 75 mm sur half-tracks, qui arrosent le terrain d’obus à mitraille.
Devant l’effondrement de ses défenses, Arisio ordonne au Groupe de Défense de Port de Brolo de « lutter jusqu’au dernier homme », espérant que cela lui laissera le temps d’évacuer ses troupes situées plus à l’ouest.
Mais à 14h30, alors qu’une attaque de bombardiers en piqué vient de secouer sérieusement son QG, un messager épuisé annonce à Arisio, stupéfait, que la Légion Etrangère (c’est la 10e DBLE) a débarqué à Tyndaria. Le débarquement s’est effectué presque sans opposition et les pertes françaises sont à peu près nulles. A 16h45, les chars Valentine de la 10e DBLE ont atteint la route côtière et la voie ferrée, coupant la retraite des forces italiennes. Le colonel Gaucher, qui commande la demi-brigade, étend rapidement sa tête de pont et au crépuscule, il contrôle le village de Falcone, sur la voie ferrée. Les Légionnaires n’ont eu à faire face qu’à de très faibles contre-attaques, et seulement sur leur droite (à l’ouest). Gaucher signale donc à Delestraint que les forces ennemies entre Falcone et Messine semblent très réduites.

Confusion italienne
Dans l’après-midi, Arisio a ordonné à ses troupes de se replier à l’est de Brolo et de se diriger vers la route 116. Il est difficile de dire s’il espérait qu’elles pourraient rejoindre la division Livorno pour créer une zone de résistance dans les monts Caronies au nord de Randazzo – coupées de la côte, ces troupes n’auraient pu être ravitaillées bien longtemps. Il pensait peut-être qu’elles pourraient suivre les chemins montagnards pour éviter les troupes françaises débarquées à Tyndaria, parvenir ainsi jusqu’à Francavilla et rejoindre Messine. Quoi qu’il en fût, venant de Randazzo, le 6e Spahis remonte rapidement la route 116 ; son action interdirait aux forces italiennes de se regrouper entre Randazzo et Brolo.
Quel qu’ait été le plan d’Arisio, ses ordres confus, s’ajoutant aux rumeurs d’ennemis débarquant “partout”, commencent à semer la panique dans le XIIe Corps.
Dans la soirée, voulant se rendre compte personnellement de la situation au centre et sur la côte nord, le général Guzzoni se rend à Francavilla pour rencontrer Gioda et Arisio. Il trouve ce dernier si déprimé qu’il le relève immédiatement de son commandement et donne à Gioda, dont la résistance à Randazzo a été hautement louée par Radio Roma, le commandement de toutes les troupes des secteurs Centre et Nord.
En fait, Gioda n’est pas moins pessimiste qu’Arisio. Il écarte très vite toute idée de défense des Caronies du nord. En dehors de quelques troupes “statiques”, il n’y a plus rien entre Tyndaria et Messine. Seul le mauvais état des routes siciliennes peut maintenant retarder l’ennemi…
Cela ne surprend pas Guzzoni. Il demande à Gioda de faire de son mieux et se rend en hâte à Taormine pour y rencontrer le chef du XVIe Corps, le général Carlo Rossi. A minuit, après ce nouvel entretien, Guzzoni informe ainsi de la situation le général Ambrosio, à Rome : « Une nouvelle ligne de défense peut être tracée de Barcellona, sur la côte nord, à Taormine, sur la côte sud, en passant par Francavilla, dans le secteur Centre. Cependant, cette ligne ne pourra tenir très longtemps. Il faut s’attendre à ce que nos troupes soient repoussées jusqu’à Messine dans moins d’une semaine. »

Pendant ce temps-là, à Rome…
Sur le continent, la journée s’ouvre sur un vibrant discours de Mussolini diffusé par Radio Roma. La voix triomphante du Duce ne suffit cependant pas à faire oublier aux Napolitains que leur cité a été bombardée dans la nuit par des Wellington de la RAF (Sqn 37, 38, 104 et 148). Rome même, à l’heure où Mussolini se déchaîne sur les ondes, est en alerte aérienne : les B-24 américains sont de retour, pour bombarder Fiumicino et la gare principale de la ville. Cette fois, les quadrimoteurs et leur escorte de P-38 sont interceptés par les “Sezione Intercettori HV” (quatre MC-202 et un MC-205 – le deuxième prototype de l’appareil) et par 12 Bf-109G du 9° Gruppo, 4° Stormo CT, qui a été rééquipé en chasseurs allemands après les pertes subies au début de Torche. Les défenseurs abattent cinq P-38 et deux B-24, mais, débordés par le nombre, perdent trois 3 MC-202 et quatre Bf-109.
Peu après le raid, le duc Acquarone rencontre Dino Grandi et lui explique que la situation en Sicile est sans espoir. Grandi propose alors de convoquer le Grand Conseil du Parti Fasciste, devant lequel Mussolini serait mis face à ses responsabilités. « C’est une bonne idée, approuve Acquarone, si une motion de défiance était votée par le Grand Conseil, le Roi aurait constitutionnellement le droit de renvoyer Mussolini et de nommer un nouveau chef, qui aurait pour mission d’extirper l’Italie de cette guerre. » Grandi, qui espère s’installer lui-même dans le fauteuil du Duce, offre alors à Acquarone de rédiger avec Bottai et d’autres responsables fascistes une motion de défiance pour se débarrasser de Mussolini et de lui montrer ce texte dès le lendemain.

Iles Salomon
Au large de Rabaul, le grand cargo Onoe Maru reçoit deux torpilles, dont une n’explose pas. Sur le point de couler, il réussit cependant à gagner le port, pendant que les escorteurs pourchassent le sous-marin responsable, sans succès. C’est le Français Le Glorieux, qui rentre à Nouméa avec de légères avaries.

23 octobre
Paris
Journal de Jacques Lelong – C’est drôle, mais c’est quand on croit que la destinée vous a oublié qu’elle vous retombe dessus. Vers deux heures, je distribuais aux Tuileries mon torchon habituel – et Isabelle était là, juste devant moi, à une dizaine de mètres. Elle s’est avancée et je me suis retrouvé tout penaud, complètement écartelé entre des sentiments contradictoires quand elle m’a dit : « Bonjour Jacques, marchons un peu, tu veux bien. » Je l’ai suivie, incapable d’articuler un mot. C’est elle qui a rompu le silence.
– Je ne cherche pas à me justifier. La France, la liberté et tout ce que mon père m’a appris à aimer sont en danger, le pire danger de notre Histoire. Beaucoup ont déjà sacrifié leur vie. J’ai décidé moi aussi de faire un sacrifice, un sacrifice bien moindre, parce que je pense, parce que je suis sûre que ce sacrifice en vaut la peine. Après la guerre, si nous… si je… (elle a toussé, puis elle a repris Smile Après la guerre, si tu comprends, si tu veux toujours de moi, je serai là pour toi.
Elle a pris ma main tachée de l’encre de cette saleté de JSP. J’ai bredouillé je ne sais quoi d’idiot et j’ai porté sa main à mes lèvres, ce qui était une bien meilleure réponse, avant de lui tenir un discours d’une stupidité sans nom, mais qui sembla lui plaire, puisqu’elle se mit à sourire.
– Jacques, dit-elle alors avec calme en me regardant dans les yeux, je dois partir ce soir. Je prends le train. Une histoire importante. Très importante. Ces sous-marins japonais dont ta feuille de chou a parlé, il y a quelque temps (En effet, JSP avait fait en septembre ses choux gras d’une histoire complètement folle de sous-marins japonais : “New York sous le feu de la Marine Impériale du Japon – L’US Navy ridiculisée”). Je reviendrai dans quelques jours ou quelques semaines. Mais… je vais devoir prendre des risques. Tu comprends ?
Devant son ton froid, décidé, chirurgical, je restai muet. Au bout d’un moment, avec une note d’ironie dans la voix : « Eh bien, puisque tu n’as rien à dire, je suppose que tu as compris. » Elle déposa alors un rapide baiser au coin de mes lèvres et me chuchota : « Rappelle-toi que c’est toi que j’aime. » Lorsque qu’elle recula, je la retins et l’embrassais vraiment. Sa bouche était douce, son odeur enivrante, elle se laissait aller, et lorsqu’enfin nos lèvres se séparèrent elle me chuchota au creux de l’oreille : « J’ai jusqu’à huit heures, allons chez toi. » Nous avons fait l’amour avec fougue, avec passion, avec délices, avec bonheur… Dans la torpeur de “l’après”, elle me dit d’une voix claire et très calme : « Jacques, il faut que tu me promettes, au cas où çà tournerait mal pour moi, de continuer à vivre et surtout à lutter pour la Libération, notre Libération à tous : jusqu’à la Victoire, il n’y a que ça qui compte vraiment ! D’ici là, je sais que tu m’aimes, souviens-toi que moi aussi, je t’aime. » Je n’ai rien répondu, rien, qu’aurais-je pu ajouter, elle a toujours été la plus forte. Au moment de nous quitter, je la serrais à nouveau contre moi, très fort, et lui dit de faire attention à elle. Elle me sourit et disparut, ne me laissant que son parfum.

Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+18 (Torche, J+34)
Avancer sans prendre de risques
– Américains et Français avancent sur la route côtière nord à partir de Santa Agata, ralentis seulement par le mauvais état de la voie et les nombreuses mines. En fin de journée, le 70e Independent Tank Battalion rejoint le CC-A de la 1ère Armoured Division débarqué à Brolo. La fameuse photo d’un tankiste américain mitraillant une vielle maison sicilienne des abords de Brolo avec la mitrailleuse de .30 sur tourillon de son blindé est connue pour deux raisons. Elle a été très largement diffusée dans la presse américaine, mais c’est aussi la première photo d’un char léger M5 en action.
Les troupes italiennes piégées entre Brolo et la tête de pont de Tyndaria-Falcone tentent d’échapper aux hommes de Gaucher, qui étendent rapidement leur tête de pont, ainsi qu’aux unités de pointe du 6e Spahis, qui arrivent du sud-ouest. Gaucher demande à plusieurs reprises l’autorisation d’avancer vers Barcellona et Messine, mais Delestraint le retient, car il craint que la 10e DBLE ne se heurte à de plus puissantes forces italiennes : « Commencez par assurer l’encerclement des forces ennemies entre Brolo et vos positions » ordonne-t-il.
– Dans le secteur Centre, les hommes du 6e Spahis et de la 4e DIMM avancent assez vite contre la faible opposition de ce qui reste de la division Livorno. En fin de journée, les premiers éléments du 6e RSA ont bien avancé sur les chemins de montagne menant vers le nord-est et Falcone, pendant que les Marocains assurent le nettoyage sur les deux flancs. Vers midi, le général Nebbia, blessé la veille, est capturé par des hommes de la 4e DIMM.
– Sur la côte est, les troupes d’O’Connors atteignent la route Fiumefreddo-Linguaglossa. La possibilité, même théorique, de mettre en œuvre le dernier plan de défense de Guzzoni est à présent très réduite.
– Dans les airs, les avions alliés sont encore très actifs : les avions d’appui au sol soutiennent les troupes qui avancent, les bombardiers légers attaquent Francavilla, Barcellona et Messine et les bombardiers moyens maintiennent la pression sur les terrains de Calabre. Reggio est attaqué à deux reprises et dans la nuit, Naples reçoit une nouvelle visite des Wellington de la RAF.

Pendant ce temps-là, à Rome…
Peu avant midi, Grandi rencontre à nouveau Acquarone, à qui il remet une copie d’un projet de motion de défiance qu’il a rédigé avec Bottai. Acquarone, très satisfait, assure Grandi de son complet soutien et de « la sympathie du Roi ». Enchanté, Grandi retourne aussitôt voir Bottai, Albini et Federzoni. Tous quatre s’efforcent d’améliorer encore le texte et surtout de gagner à leur cause d’autres responsables fascistes.
Grandi serait moins joyeux s’il savait qu’à son insu, Acquarone s’est mis d’accord avec le général Ambrosio sur un point capital : seul Badoglio peut succéder à Mussolini. Néanmoins, les deux hommes sont moins d’accord sur le reste. Ambrosio souhaiterait un gouvernement d’union nationale, comprenant des hommes venant de mouvements anti-fascistes et même des représentants du Parti Socialiste (PSI). Acquarone, parlant au nom du Roi, s’oppose à cette idée : « Le Roi veut un gouvernement non politique, Général. Il désire se débarrasser de Mussolini, mais non affronter d’emblée le Parti Fasciste. » Déçu, Ambrosio se soumet pourtant à la volonté du souverain.

Guadalcanal
Peu après minuit, l’escadre de Tanaka (le croiseur léger Jintsu et six destroyers) effectue un bombardement de harcèlement sur les positions alliées, faute de trouver un gibier plus intéressant en mer. Cette nuit-là, le sous-marin américain S-30 patrouille dans la zone. Alerté par la canonnade, il intervient et lance quatre torpilles, dont l’une frappe le destroyer Fubuki. Pendant que le Jintsu assiste le blessé, les autres destroyers pourchassent le S-30. Au bout d’une heure et demie, le petit sous-marin est forcé de faire surface et aussitôt achevé au canon. Deux survivants réussissent à quitter l’épave et seront recueillis le lendemain sur une plage par les Marines.
De son côté, Tanaka est obligé de faire couler au canon le Fubuki, trop gravement touché pour être sauvé.


24 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+19 (Torche, J+35)
Dernier baroud devant Taormine
– Pour les Alliés, le fait du jour est la jonction entre les hommes du 6e Spahis et ceux de la 10e DBLE au sud-ouest de Falcone en fin de matinée. L’encerclement des troupes italiennes n’est cependant pas tout à fait étanche avant la nuit et quelques petits groupes (jamais plus forts qu’une escouade) réussissent à rejoindre les forces regroupées au nord, près de Barcellona, et au centre, autour de Francavilla, qui est régulièrement bombardée toute la journée.
De son côté, le général Patton pousse ses hommes sur la route côtière de Brolo vers Tyndaria. Les chars légers du colonel Water, mieux adaptés que le M3(Medium) aux routes siciliennes, font la jonction avec la 10e DBLE à la tombée de la nuit, mais il est trop tard pour continuer en direction de Barcellona.
Dans la soirée, une vedette rapide de la 2e Escadrille dépose le général Delestraint sur la plage de Tyndaria, où, vers 23h30, il rencontre le général Patton, le général Blanc et le colonel Gaucher pour organiser la poursuite.
– Sur la côte est, le général Rossi a été obligé de céder à Gioda le 54° Rgt d’infanterie de la Division Sforzesca pour permettre de reconstituer un semblant de ligne de défense autour de Barcellona. Affaibli, il a cependant concentré le gros de ce qu’il possède encore de troupes – le reste de la Sforzesca et le Régiment blindé Centauro II – derrière le petit fleuve Zavianni, qui barre la route de Giardini-Naxos et Taormine. Après un violent combat, il parvient à interrompre un moment l’avance britannique. Surpris par l’énergie de la défense italienne, O’Connor demande des renforts et un appui naval avant de repartir à l’attaque.
– Dans la journée, Naples est à nouveau bombardée, cette fois par des B-24 de l’USAAF, sans opposition. Pendant ce temps, Reggio de Calabre est assailli par des B-26 français et américains, qui sont cette fois interceptés par 24 MC-200 et 12 MC-202 des 1° et 2° Stormo CT. Mais les Italiens sont vite coiffés par les Mustang de l’escorte et au terme d’un combat inégal, neuf MC-200 et quatre MC-202 tombent, en échange de quatre Mustang américains et deux Français.

Pendant ce temps-là, à Rome…
Sachant par Guzzoni que la fin est en vue, Ambrosio décide de réunir les généraux Castellano, Carboni et Sorice, qui sont les plus anti-allemands de l’état-major italien. Cette réunion se prolonge jusqu’aux petites heures du dimanche 25. Ambrosio décrit à ses collègues la façon dont il voit la suite des événements si Mussolini doit être remplacé : « Nous devons avoir conscience que, dans ces conditions, il pourrait être impossible d’éviter une guerre contre l’Allemagne. » Carboni s’inquiète aussitôt : « Mais dans ces conditions, que vont devenir nos hommes stationnés en Grèce et en Albanie ? » Après avoir débattu la question avec inquiétude, les quatre généraux décident de rencontrer Badoglio pour le convaincre d’agir de façon décisive.


25 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+20 (Torche, J+36)
Compte à rebours
La météo commence à nouveau à se détériorer sur la Sicile. De fortes pluies sont prévues dans les secteurs Centre et Nord et les avions alliés d’appui au sol n’ont pas la puissance de frappe des jours précédents. Cependant, Messine est attaquée deux fois par les bombardiers moyens et plusieurs barges sont coulées dans le port.
Dans le secteur Nord, malgré la pluie, personne n’est d’humeur à patienter. Le CC-A de la 1ère US Armoured Division et la 10e DBLE combinent leurs forces pour attaquer vers Barcellona. Les troupes alliées se heurtent à une solide défense, mais les Italiens manquent d’armes antichars ; c’est pourquoi les chars légers alliés peuvent être utilisés pour l’appui-feu en tir direct. En fin de journée, le 54e régiment de la Sforzesca, arrivé la nuit précédente, a été rejeté de ses positions.
Dans le secteur Centre, Monsabert ordonne à ses forces de se rapprocher de Francavilla et d’évaluer les défenses ennemies. Cependant, une attaque générale est impossible avant que les troupes ne soient ravitaillées, car elles ont épuisé leurs réserves de munitions lors du combat pour Randazzo et la phase d’exploitation qui a suivi.
Dans le secteur Est, les fortes pluies empêchent le XVe Corps de faire mouvement avec efficacité. La journée est donc utilisée pour ravitailler les unités et Montgomery en profite pour demander de transférer une partie de la 5e Division britannique du XIIIe au XVe Corps.

Chine – Campagne de Chekiang et Kiangsi
Les combats s’achèvent peu à peu. A l’est, les forces chinoises ont réussi à repousser la 13e Armée jusqu’à Chao-Hsein et à contenir les unités débarquées à Wenchow dans une poche autour de ce port. Au nord, les divisions du Général Yueh ayant dû retourner dans la région de Changsha pour éviter une attaque japonaise venue du Wuhan, les Chinois reculent de 50 km jusqu’à Chi-Jin, région de lacs et de marais facile à défendre.
Au total, l’offensive japonaise Chekiang-Kiangsi a tourné à la catastrophe pour les attaquants. Les restes de la 11e Armée (35 000 hommes sur près de 100 000 deux mois plus tôt) ont été sauvés de justesse. C’est une grande victoire pour les Chinois, qui conforte considérablement le gouvernement de Tchang Kaï-Chek.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10126
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mai 29, 2008 00:33    Sujet du message: Torche, la fin (merci Fantasque !) Répondre en citant

26 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+21 (Torche, J+37)
La fin est proche…
Sur la côte nord, une force improvisée constituée de chars de la 1ère Armoured Division et d’infanterie mécanisée de la 10e DBLE file sur la route côtière. Dans la journée, elle coupe la péninsule de Milazzo à la base et repousse les forces italiennes jusqu’à Spadafora puis Villafranca Tirrena. Messine est toute proche, juste de l’autre côté de la pointe nord-est de la Sicile.
Sur la côte est, O’Connor a lancé une puissante attaque avec le soutien de son artillerie et des navires de l’amiral Rawlings. A midi, le Zavianni est passé et au crépuscule, les soldats britanniques, trempés mais victorieux, entrent dans Taormine.
Voyant s’effondrer ses défenses sur les côtes, le général Guzzoni ordonne aux forces qui lui restent dans le secteur Centre d’évacuer Linguaglossa et Francavilla et de se replier sur Forza d’Agro et Savoca, sur la côte est, puis de se diriger vers Messine. La pluie et le brouillard épargnent à ces troupes les attaques des avions alliés.

Et pendant ce temps-là, à Rome…
Dino Grandi rencontre Mussolini, qu’il connaît depuis longtemps. Le Duce paraît très malade ; il souffre de violentes douleurs d’estomac. Grandi lui réclame une réunion du Grand Conseil fasciste : « Il faut absolument étudier la situation après les derniers événements de Sicile, le Grand Conseil ne peut être laissé à l’écart ! » Avec réticence, Mussolini accepte. Le Grand Conseil se réunira le dimanche suivant, 1er novembre.
En fin de journée, Grandi, qui se voit déjà à la place du Duce, rencontre Ambrosio et lui confirme la réunion du Grand Conseil.
Le chef d’état-major court alors voir Badoglio. La rencontre est officiellement destinée à réfléchir aux opérations militaires en Sicile, mais les deux hommes savent déjà qu’il n’y a plus rien à faire là-bas. « Soyez prêt, Monsieur le maréchal ! » demande Ambrosio. « Je ferai de mon mieux pour sauver l’Italie » répond Badoglio. Au même moment, le général Castellano rencontre Ciano et lui présente son plan pour l’arrestation de Mussolini. Ciano lui confirme qu’il appuiera cette action.

Chine
A la stupéfaction des Japonais, 12 B-25 et 9 P-40 de la China Air Task Force (CATF) attaquent Hong Kong . Des Ki-43 de l’aviation de l’Armée Impériale abattent un B-25 et un P-40, perdant eux-mêmes trois appareils. Le radar japonais installé à Hong Kong a bien détecté le raid, mais tardivement, et personne n’a envisagé que les appareils en question puissent être ennemis. Le bombardement touche la zone des quais, provoquant de gros dommages. Dans la nuit, neuf B-25 et trois B-17 tout juste arrivés en Chine attaquent à leur tour, visant les incendies allumés par le raid diurne.
Cette attaque, premier effort de la CATF contre les ports chinois, provoque une grande consternation dans l’Armée Impériale, qui s’empresse de déployer des Ki-44 sur les points les plus sensibles et de renforcer l’entraînement des radaristes.
Ce qui inquiète le plus l’état-major japonais est qu’il se rend compte que des bombardiers lourds américains basés en Chine pourraient visiblement bombarder le Japon, quoiqu’avec une charge de bombes réduite. Comment défendre l’Archipel contre de tels raids ? La construction d’un réseau radar pour détecter les raids et guider les intercepteurs est accélérée. La question des intercepteurs eux-mêmes est une autre affaire.


27 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+22 (Torche, J+3Cool
Derniers combats
– Sous un ciel qui s’éclaircit un peu, les Franco-Américains foncent vers Messine. Dans l’après-midi, les restes de la division Sforzesca offrent une dernière résistance à 8 km de la ville, interrompant l’avance alliée jusqu’à la nuit. A ce moment, les Italiens commencent à quitter leurs positions et se replient. Dans l’obscurité, les légionnaires commencent à reconnaître les abords de Messine et s’aperçoivent qu’ils ne sont pas défendus.
– Dans le secteur Centre, les hommes de la 4e DI belge trouvent Francavilla désertée par ses défenseurs. Peu avant midi, leurs éclaireurs capturent un hôpital de campagne avec des centaines de blessés des divisions Ravenna et Livorno. Après avoir visité ce qu’il appellera plus tard « un lieu de désespoir et de désolation », le général-major Bastin appelle le général de Monsabert et lui demande d’envoyer sur place des médecins et des médicaments. Sentant bien que les défenses italiennes sont en train de s’effondrer, Bastin lance en avant les éléments de reconnaissance de la 1ère Brigade blindée. Au crépuscule, les automitrailleuses belges arrivent à Forza d’Agro, où sont déjà passés les Britanniques.
– En effet, sur la côte est, le XVe Corps britannique a progressé de Taormine jusqu’à Ali Terme sans combat notable, en dehors d’un choc entre un escadron de chars Crusader et un groupe de cinq chars italiens (deux M13/40 et trois M14/41). Deux Crusader sont détruits et les chars italiens sont anéantis.

Et pendant ce temps-là, à Rome…
Badoglio et Acquarone sont reçus par le Roi. Victor-Emmanuel leur annonce qu’il a décidé de démettre Mussolini « si une opportunité constitutionnelle se présente. » Tous trois savent que si une motion de défiance est votée par le Grand Conseil fasciste, Mussolini ne sera plus le chef du Parti et le Roi aura le droit de choisir un autre Premier ministre.

Sydney
Les renforts franco-américains pour le Pacifique sont à pied-d’œuvre. Il s’agit de l’Escadre Française du Pacifique (BB Dunkerque et Strasbourg, CA Tourville, DD Le Hardi, Le Foudroyant, L’Adroit, Casque), de la Task-Force 34.1 (BB Indiana et Massachusetts, CL Columbia, DD Beatty, Cowie, Doran, Fitch, Forrest, Knight, Mervine, Quick) et de la Task-Force 34.2 (CVE-26 Sangamon , CVE-29 Santee , CVE-12 Copahee et leur écran : CL Cleveland et DD Bailey, Bancroft, McCalla, Meade, Murphy, Rodman, Fletcher, Jenkins, Nicholas, O’Bannon et Saufley) – soit quatre cuirassés, trois porte-avions d’escorte, deux croiseurs légers et vingt-trois destroyers.

Guadalcanal
Bien ravitaillées en munitions, les troupes alliées poursuivent leur grignotage. L’AMF assure ses positions autour de Bloody Ridge et les Marines éliminent quelques positions japonaises particulièrement nocives près de la Lunga. La résistance japonaise est aussi obstinée que d’habitude.


28 octobre
Opération Trident (Torche, phase 2)
Jour J+23 (Torche, J+39)
Dernier acte
A 00h45, une vedette MAS emporte le général Guzzoni et son état-major de Messine à Reggio de Calabre. Peu après, une autre vedette évacue le général Rossi. Le général Gioda est le dernier des chefs de corps italiens à quitter la Sicile, traversant le détroit de Messine à 02h15. Pendant ce temps, sous le couvert de la nuit, des dizaines de petits bateaux et de barges motorisées, ainsi que les deux ferry-boats de chemin de fer, font la navette. Mais ils ne peuvent évacuer en Calabre plus de 15 000 hommes. La grande majorité de ce qui reste de l’armée italienne en Sicile est piégée.
Il faut remarquer que les navires alliés ne tentent pas d’interférer avec cette évacuation, tout comme les navires de guerre italiens n’ont pas essayé de gêner les deux débarquements alliés sur la côte nord. Ces observations soulèveront les semaines suivantes de nombreux soupçons chez les Allemands.
A l’aube, c’est un Delestraint épuisé mais ravi qui rencontre le général Patton. Les équipes de reconnaissance alliées entrent déjà dans Messine. Les deux hommes grimpent dans une jeep et partent pour Messine en suivant une colonne composée de chars M5(light) du colonel Water (Coy. A, 1er bataillon, 1er Rgt blindé) et de troupes du colonel Gaucher (les 11 chars Valentine de la compagnie blindée indépendante de la 10e DBLE et un escadron de dragons portés avec des motocyclistes, des side-cars et des camions légers). A 10h50, ils entrent dans la cité après plusieurs arrêts pour détecter la présence possible de mines ou de tireurs isolés. La colonne se divise alors en plusieurs groupes de combat, mais ceux-ci ne rencontrent aucune résistance. Les rues de la ville sont calmes et désertes. Après avoir visité le port (vide), les groupes de combat convergent sur la place de la cathédrale, où l’archevêque de la cité les attend.
La jeep portant Delestraint et Patton arrive bientôt et les deux généraux saluent l’archevêque, pendant que les drapeaux français et américain sont hissés sur les flèches de la cathédrale. Il est 11h54, ce 29 octobre. Trente-neuf jours après le débarquement, la Sicile est aux mains des Alliés.
Delestraint et Patton entent dans la cathédrale pour une courte prière. Peu à peu, voyant que l’entrée des troupes alliées dans la ville n’a été suivie par aucun acte de violence, la population de Messine commence à sortir des maisons. Les soldats alliés constatent bien vite que, si les habitants ne sont pas vraiment affamés, ils n’ont guère mangé depuis plusieurs jours. Un peu partout, les soldats partagent spontanément leurs rations avec la population, pour la plus grande joie des correspondants de guerre et des officiers d’action psychologique (Psy-op).
Bien plus tard, le film “Patton” décrira l’arrivée des troupes britanniques à Messine de façon comique, montrant les soldats anglais entrant dans la ville en formation de combat pour y trouver les troupes américaines et françaises en pleine prise d’armes. En réalité, Delestraint et Patton accueillent en début d’après-midi Montgomery et O’Connor à l’entrée de Messine par la route de Taormine. Les quatre hommes s’installent alors dans une trattoria pour y déjeuner et y rédiger une déclaration qui sera diffusée en fin de journée par les radios alliées, appelant à se rendre tous les soldats italiens encore en liberté en Sicile.
Ainsi s’achève la campagne de Sicile, dans un soupir plus que dans le fracas.

Guadalcanal
Deux MTB américaines interceptent un petit convoi au large de la côte nord. Une attaque “selon le manuel” leur permet d’envoyer par le fond, en ne dépensant que deux torpilles, un ex-chalutier de 250 GRT et de s’échapper sans être vues.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Palantir



Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 45
Localisation: Colmar

MessagePosté le: Jeu Aoû 19, 2010 21:20    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Je viens de relire les annexes concernant Torch(e) et le corps de bataille de l'armée française en 42. (Ah la relecture de l'été Cool ) Et je crois avoir trouvé une incohérence entre les deux. Embarassed

Dans celle de Torche (daté de Septembre 42), on parle des 83 et 84ème DI Algériennes qui n'existent pas dans celle du corps de bataille (daté de Juin 42). D'ailleurs dans l'annexe sur les forces françaises au 1er Janvier 41, on parle de "14 Divisions d’Infanterie (dont 6 « coloniales », d’Afrique du Nord et d’Afrique Noire)" et en 42, on se retrouve avec 5 DI et 2 divisions de Montagne (+ la DP)

Je sais que ces deux divisions font partie de l'Armée d'Afrique en 40 avec la 3e DM et les 81, 85, 88, 180, 181, 182 et 183e DIA, sans compter la 86e DIA et les 191 et 192e DI au Levant. Ces 13 divisions d'infanterie (10 DIA, 1 DM et 2 DI) ont servit de cadre au renouveau de l'Arme de l'Infanterie après le Grand Déménagement. Je suppose que certaines on changé de nom, d'autres ont été amalgamées et qu'une autre division au moins a été crée. Mais il serait peut-être possible de préciser la transformation. Par exemple, on parle en 42 de 2e Division Marocaine, mais en 40, elle est dissoute (bien que les unitées qui la composait n'aient pas quitté le Maroc) et la 3e Division Marocaine est au Maroc.

Amicalement,
Palantir
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Aoû 19, 2010 21:58    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

le travail que je mène sur la reorg de l'armée doit permettre, entre autres, de répondre a ces questions pertinentes... D'abord pour 41 puis 42...

Un peu de patience (hélas...)
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
Page 12 sur 12

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com