Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Navires US pour marins français (et autes)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France en exil
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 10:22    Sujet du message: Navires US pour marins français (et autes) Répondre en citant

Cette annexe ancienne a été considérablement mise à jour avec l'aide, notamment, de Capu Rossu, mais aussi de Fregaton, Hendryk et j'en oublie sûrement ! Elle est aussi complétée d'un appendice sur les DD US anciens répartis sur la planète, élaboré notamment à partir de notes d'origine en partie australienne... Merci à tous !

Des Américains à pompon rouge
Navires et embarcations construits aux Etats-Unis et achetés ou acquis grâce à la loi Prêt-Bail par la Marine Nationale

Porte-avions d’escorte

Initialement, deux pétroliers d’escadre devaient être convertis en porte-avions pour remplacer le défunt Béarn (l’AO28 Esso Trenton devenant le Lafayette et l’AO29 Seakay le Bois-Belleau). Ces deux conversions, déjà approuvées pour le compte de l’US Navy sur demande de Roosevelt, devaient être accélérée pour une livraison fin 1941. L’ordre de transfert à la Marine Nationale fut annulé et les deux bâtiments remplacés par quatre navires marchands convertis par Sun et nommés Lafayette, Bois-Belleau, Quentin-Roosevelt et Dixmude.
Le rôle des navires américains fut ici moins important que celui de la Royal Navy car la Marine Nationale put obtenir de celle-ci deux porte-avions légers de classe Colossus/Majestic, capables de filer 25 nœuds, les Joffre (opérationnel début 1944) et Clemenceau (opérationnel fin 1945). Toutefois, hormis le cas du torpilleur/ASM Swordfish, l’Aéronavale restait très dépendante pour ses avions des équipements américains.

Destroyers
I
– Vers la fin de 1940, la location de quatre destroyers (relativement) modernes de classe Farragut, les Dewey, Dale, Aylwin et MacDonough, fut évoquée pour la première fois. Ils devaient être respectivement rebaptisés Le Corsaire, Le Flibustier, Le Téméraire et L’Aventurier. Ce projet fut annulé, car l’US Navy manquait cruellement de destroyers récents.

II – Finalement, huit destroyers de classe Benson furent achetés à la suite de négociations fastidieuses menées dès le printemps 1940 et portant sur une commande bien plus importante (24). Ils furent construits par le chantier naval Federal à Kearny (coques FDD1 à Cool, de novembre 1942 à avril 1943, car ils pouvaient être livrés avant les destroyers d’escorte. La plupart furent baptisés en mémoire de navires de classe Bourrasque perdus en action : Borée, Bourrasque, Mistral, Orage, Rafale, Tempête, Tornade et Trombe.

III – Quatre destroyers anciens de classe Wickes furent prêtés à la Marine Nationale, après conversion en destroyers d’escorte (DE). Le Corse (ex-DD 143, USS Yarnall), Le Breton (ex-DD 170, USS Kalk), L’Alsacien (ex-DD 168, USS Maddox) et Le Niçois (ex-DD 169, USS Foote) furent livrés en mai 1942.
Note – Au sujet des destroyers anciens cédés par l’US Navy à des pays alliés, voir l’appendice.

IV – Quatre destroyers anciens de classe Clemson furent convertis en transports rapides (APD) pour les opérations amphibies et également prêtés à la Marine Nationale. Les Goumier (ex-DD 190, USS Satterlee), Tabor (ex-DD 181, USS Mason), Tirailleur (ex-DD 193, USS Abel P. Upshur), Légionnaire (ex-DD 194, USS Hunt) furent livrés entre juillet et octobre 1942. Leur machinerie était réduite et leur armement se composait de deux 3 pouces/50 DP, quatre Bofors de 40 mm, quatre Œrlikon de 20 mm et un grenadeur de sillage. Chacun transportait quatre petits bateaux de débarquement (LCPL) et 144 soldats.

V – Deux destroyers anciens de classe Clemson furent prêtés à la Marine Nationale et convertis en chasseurs de mines rapides (DMS) par l’Arsenal de Madagascar. La conversion des Koh Chang (ex-DD 253, USS McCalla) et Tourane (ex-DD 256, USS Bancroft) fut achevée en septembre 1942, les navires rejoignant ensuite Nouméa. Leur armement se composait de trois 3 pouces/50 DP, deux Bofors de 40 mm, cinq Œrlikon de 20 mm et un équipement de dragage de mines.

VI – Huit destroyers d’escorte de type “DE modifié” (2 x 5 in/38, 4 x 40 mm Bofors, 8 x 20 mm), construits par le chantier naval de l’US Navy à Norfolk (précédemment désignés DE 153 à 160), avec des dates de lancement s’échelonnant de février à juillet 1943 et des dates d’achèvement allant de juin à décembre de la même année. Les noms furent choisis pour honorer des navires perdus en action, ainsi que les trois premiers torpilleurs de classe Fier sabordés avant leur achèvement en juillet 1940 : Le Fier, L’Agile, L’Entreprenant, Bombarde, Baliste, La Bayonnaise, La Cordelière, Aconit.
Ces huit navires furent partiellement financés par la loi Prêt-Bail et par des fonds français pour ce qui concerne les modifications de l’armement.
En effet, la Marine Nationale avait demandé deux canons de 5 pouces/38, comme sur le modèle TEV/WGT, à la place des trois de 3 pouces/50 sur le type DE standard.
De plus, à la place des deux torpilles de 21 pouces du type standard, l’Aconit fut le navire-test pour les torpilles anti-sous-marines de 550 mm non guidées conçues par l’Ingénieur Naval L. Kahn (torpilles courtes non guidées K1). Elle reçut deux affûts triples sur chaque bord, ainsi que des râteliers pour 12 torpilles de recharge et deux systèmes de sonars. Cet armement fut adopté et installé sur les Bombarde, Baliste et La Bayonnaise (les quatre autres bâtiments furent équipés d’un lance-grenades ASM de type Hedgehog).
Une fois le sous-marin détecté et sa profondeur établie grâce au second système de sonars, une salve de trois torpilles était tirée. La torpille courte K1 de 550 mm était l’équivalent français des armes lourdes lancées vers l’avant comme la “Limbo” de la Royal Navy. Elle utilisait le très efficace propulseur M26 de 400 mm à alcool refroidi par eau construit par Westinghouse-USA et avait les caractéristiques suivantes : longueur : 373,8 cm, diamètre : 55,0 cm, masse : 674 kg, vitesse maximale : 55 nœuds, portée : 900 m, charge explosive : 152 kg (torpex).

VII – Six grands destroyers dérivés de la classe Allen N. Sumner furent acquis auprès des chantiers Federal (Kearny), à la suite des huit navires de classe Benson déjà livrés. Ces navires étaient le résultat des spécifications “Le Hardi amélioré” esquissées en 1941, mais ils étaient considérés comme de grands contre-torpilleurs, du fait de leur taille impressionnante. Pour pouvoir accueillir l’armement prévu, la coque dut en effet être rallongée ; le concept était en fait plus proche de la classe Gearing que de la classe Sumner, même si les navires ressemblaient aux grands destroyers de la classe Fletcher.
L’état-major de la Marine Nationale avait une idée très précise de ce que devait être le meilleur armement pour un destroyer. Prévus initialement avec cinq tourelles doubles de 5 pouces/54 (recalibrés pour tirer l’obus français de 130 mm), les navires furent finalement lancés avec cinq affûts simples du modèle utilisé sur les porte-avions lourds américains (la tourelle double n’étant pas encore au point), mais 10 Bofors de 40 mm (2 affûts quadruples et 1 double), 10 (2 x 5) torpilles “longues” de 21 pouces, 6 (2 x 3) torpilles “courtes” de 550 mm ASM et 10 x 20 mm AA et un équipement électronique tout à fait important.
Les six navires furent nommés Kléber, Desaix, Marceau, Hoche, Bayard et Duguesclin.
Le premier fut mis en service en janvier 1945 et les trois suivants entre mars et mai 1945. Ils furent tous déployés dans le Pacifique. Les deux derniers (le Bayard et le Duguesclin) furent remorqués incomplets à Brest au début de l’automne 1945, où ils furent achevés au début de 1947 ; ces deux navires furent équipés de quatre canons de 130 mm à la place des 5 pouces.
Note – Le canon américain de 127/54 modifié devint le 130/53 Mle 44 dans l’inventaire français. L’obus perforant (SAP) standard français pesait 32,1 kg et possédait une vitesse initiale de 799,7 m/sec.

Porte-hydravions
Une coque de “Hog Islander” de la Commission Maritime américaine fut achetée par la Marine Nationale et convertie en porte-hydravions pour remplacer le Commandant-Teste, endommagé par des avions japonais et qui finit sa carrière aux îles Andaman. Ce navire fut mis en service au début de 1943 sous le nom de Berlaimont (honorant ainsi un lieu où de nombreux pilotes de l’Aéronavale trouvèrent la mort en tentant de stopper les colonnes blindées allemandes).
La marine française reçut également deux ravitailleurs d’hydravions de classe Barnegat, car ces navires étaient déjà partiellement considérés comme du surplus en 1943. L’AVP 21 Humboldt, rebaptisé Origny (autre objectif de la mission suicide de Berlaimont) et l’AVP 22 Matagorda, rebaptisé Narvik, furent tous deux mis en service au début de 1944. Les deux navires furent déployés dans le Pacifique, le Narvik étant finalement converti en navire de soutien pour vedettes rapides.

Patrouilleurs, dragueurs de mines et escorteurs ASM
I
– 24 patrouilleurs de 173 pieds furent achetés et livrés entre septembre 1941 et juin 1942. Huit autres exemplaires furent livrés entre décembre 1942 et mars 1943.
1er groupe : L’Ardent, L’Effronté, L’Emporté, L’Enjoué, L’Eveillé, L’Indiscret, Le Résolu, Le Rusé.
2e groupe : Cimeterre, Coutelas, Dague, Epée, Hache, Pertuisane, Pique, Yatagan.
3e groupe : Baïonnette, Epieu, Estoc, Glaive, Hallebarde, Javelot, Lance, Couteau (mis en service le 12 août 1942).
4e groupe : Arquebuse, Carabine, Couleuvrine, Fusil, Mousquet, Pistolet, Revolver, Serpentine. Pendant un certain temps, les 3ème et 4ème groupes opérèrent à partir de Fort-de-France.

II – Trois grands chasseurs de mines/patrouilleurs d’escorte de classe Raven (220 pieds) furent livrés au début de l’année 1942.
Sans Pareil, Sans Peur, Sans Reproche.

III – Douze chasseurs de mines ou patrouilleurs d’escorte de classe Admirable (180 pieds) furent livrés entre octobre 1942 et juillet 1943.
Six chasseurs de mines : Basalte, Granit (II), Lave, Mica, Porphyre, Pyrite.
Six patrouilleurs d’escorte : Bouquetin, Daim, Isard, Mouflon, Okapi, Oryx.

IV – Pas moins de 36 petits chasseurs de mines côtiers, nommés D-200 à D-235, acquis grâce à la loi Prêt-Bail entre fin 1942 et l’été 1943, furent principalement utilisés pour les grandes opérations amphibies de 1943.

V – 52 chasseurs de sous-marins de 110 pieds furent livrés entre janvier 1942 et mars 1943. Certains d’entre eux furent convertis en embarcations de soutien côtier, avec un ou deux mortiers de 81mm. Ils constituèrent la série des CH-100.

Vedettes rapides (MGB et MTB)
La Marine Nationale mit rapidement sur pied avec du matériel anglais une flottille combinée de MTB/MGB dans la Manche, où elle opérait aux côtés des unités similaires de la Royal Navy. En Méditerranée, il n’y avait pas d’autre option que de se procurer des vedettes rapides de fabrication américaine.

– Après la perte de la Corse et de la Sardaigne, la Marine Nationale obtint le prêt des dix embarcations Elco de 70 pieds du 2ème escadron de l’US Navy. Ces navires (précédemment numérotés PT-10 à PT-19) arrivèrent en mai 1941.

– Dans le même temps, la Marine Nationale avait acquis 24 vedettes (PT-boats, patrouilleurs-torpilleurs) auprès de Higgins Industries Inc. (principal concurrent d’Elco). Après avoir tenté de construire une embarcation conçue par Sparkman-Stephens sur le modèle du PT-6, Andrew Jackson Higgins avait conçu et construit lui-même un PT-boat de type “76 pieds” au début de 1941, avec la garantie que l’US Navy l’achèterait s’il lui convenait. Les officiers français trouvèrent la nouvelle embarcation très satisfaisante (elle était plus lente d’un nœud que le type Elco, mais plus manœuvrable) et, en mai 1941, lancèrent l’achat de 24 exemplaires avant même la commande américaine (ces exemplaires furent achetés sur fonds français et non pas grâce à la loi Prêt-Bail). La commande française aida considérablement Higgins Industries à développer sa gamme de vedettes rapides et leur production démarra bien plus tôt que sans cette commande, ce qui fut bénéfique à la fois pour l’US Navy et pour la Marine Nationale.
Le prototype Higgins fut testé de façon approfondie par l’US Navy et prit part aux compétitions surnommées “Plywood Derbys”, auxquelles participaient des navires d’Elco et de Huckins, en juillet et août 1941. Le modèle fut formellement accepté par l’US Navy, avec quelques modifications, dont un léger accroissement de la taille (Higgins type “78 pieds”).
Des 24 modèles “76 pieds”, 10 furent cédés à l’US Navy lorsque la Marine Nationale acquit formellement les dix embarcations Elco de 70 pieds qui lui avaient été prêtées. C’est ainsi que l’US Navy reçut ses premiers navires Higgins avant que ses “78 pieds” ne soient prêts. La Marine Nationale reçut ses 14 Higgins type “76 pieds” entre décembre 1941 et mai 1942.

– Une fois que l’US Navy eut adopté le type “78 pieds” (PT-71) comme son second modèle de vedette rapide, 36 exemplaires, dénommés Higgins Mk.2, furent acquis par la Marine Nationale de par la loi Prêt-Bail, en deux lots (le premier de 12 navires en mars 1942 et le second de 24 navires en septembre de la même année). Ils furent livrés de juillet 1942 jusqu’en août 1943.

– Un lot de 20 navires Elco de 80 pieds fut acquis via la loi Prêt-Bail en mars 1943, pour équiper une quatrième flottille de vedettes rapides et la déployer face aux Japonais (les Elco de 70 pieds et les Higgins de 76 et 78 pieds furent utilisés principalement en Méditerranée). Livrés entre janvier et octobre 1944, ils furent en majorité convertis en canonnières (avec deux Bofors de 40 mm). Celles-ci furent associées au ravitailleur La Pérouse (voir ci-dessus).

La Marine Nationale utilisa donc au total 80 vedettes rapides de fabrication américaine.

Navires de débarquement
La Marine Nationale reçut 12 LST (Landing Ship Tank) de fabrication américaine en 1942/43 et deux LSD (Landing Ship Dock) à la mi-1943.
Les LST furent numérotés dans un premier temps LST-21 à LST-32. Les LSD furent nommés Foudre et Orage (celui-ci en mémoire du 1 500 tonnes coulé en 1940).

Autres navires spécialisés
La Marine Nationale reçut plusieurs navires spécialisés issus des Besoins Conjoints Franco-britanniques (Joint British-French Requirements, JBFR) émis en direction de l’industrie américaine à la fin du printemps 1941 (voir Mai 41-9, Appendice).

I – Le “Destroyer de second rang” ou “Destroyer d’escorte” (DE) devait jouer le rôle d’escorteur ASM (pour la Royal Navy) ou d’escorteur ASM/AA (pour la Marine Nationale). L’état-major français souhaitait un navire aussi rapide que les destroyers d’escorte de classe Hunt, tandis que la Royal Navy se serait contenté d’un modèle plus lent.
Ce type de navire, malgré la résistance du BuShips, qui avançait le fait que des destroyers conventionnels pouvaient être construits plus rapidement, fut directement approuvé par Roosevelt et donna naissance aux séries bien connues des destroyers d’escorte de l’US Navy. Il faut toutefois noter que la Marine Nationale reçut ses 8 destroyers de classe Benson (voir ci-dessus) avant ses destroyers d’escorte, donnant ainsi raison d’une certaine manière au BuShips.

II – Le “Navire rapide pour attaque de commandos”, capable d’emporter jusqu’à 200 hommes et un peu d’équipement, résultait de l’expérience française et britannique en matière d’opérations en milieu insulaire (Corse et Mer Egée). Il donna naissance à l’EDI [Engin de Débarquement d’Infanterie ou LCI(L), Landing Craft Infantry (Large)], avec deux variantes spécifiques, l’une pour l’appui-feu et la défense anti-aérienne [EDI-Feu ou LCI(S) ou LCS(L), Landing Craft Support (Large)] et l’autre pour l’escorte anti-sous-marine locale EDI-ASM [ou LCE(L), Landing Craft Escort (Large)].

III – Le “Navire de transport de chars” devait être capable d’embarquer cinq chars moyens ou jusqu’à 160 tonnes d’équipement et d’opérer avec les modèles précédents. Il devint l’EDIC (Engin de Débarquement d’Infanterie et Chars, ou LCT-I).

IV – Un “Navire transporteur de chars à faible autonomie”, copie américaine du LCT britannique, devait seconder l’EDIC.

Les dates et rythmes de production étaient ambitieux. La production des destroyers d’escorte devait commencer avant la fin de 1942. Les modèles des EDI et EDIC devaient être arrêtés au 1er juillet 1941, avec des livraisons avant la fin de la même année.

Sous-marins
Les vieux sous-marins S-18 (SS 123) et S-19 (SS 124) devaient être transférés pour servir à l’entraînement. Le gouvernement français donna son accord pour que deux autres sous-marins qui l’intéressaient, les R-14 et R-15, soient transférés à l’Australie, dont le gouvernement voulait rebâtir une arme sous-marine et avait besoin de submersibles pour entraîner ses unités ASM.


Dernière édition par Casus Frankie le Jeu Oct 10, 2013 10:32; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 10:28    Sujet du message: Répondre en citant

Appendice
Destroyers “Four Pipers” transférés à des marines alliées autres que la Marine Nationale

Australie (4)

Bailey, Doran, Meade et Shubrick, devenus les Charlestown, Brighton, Salisbury et Columbia.
Convertis en escorteurs ASM en Australie (Mort’s Dock, Newcastle, Williamstown x 2). Armement : 3 x 3 pouces/50 DP, 2 x 40 mm, 5 x 20 mm, 1 grenadeur de sillage, 4 lance-grenades ASM. Disponibles : début 1943.

Belgique (1)
Rodgers, devenu la Princesse Charlotte.
Converti en Angleterre en navire de soutien aux vedettes rapides du Corps de Marine belge basé en Grande-Bretagne. Disponible : fin 1942.

Brésil (6)
Robinson, Fairfax, Williams, Twiggs, Hale et Crowninshield, devenus les Rio Huallaga, Rio Mantaro, Rio Negro, Rio Pachitea, Rio Parana et Rio Urubamba.
Convertis en escorteurs au Brésil (suppression de deux affûts triples lance-torpilles et de deux canons de 4 pouces, ajout de DCA et d’armement ASM). Disponibles : les deux premiers en octobre 1942 et les suivants (après suppression d’une chaudière pour embarquer plus de carburant) échelonnés en 1943.

Chine (2)
Wickes et Evans, devenus les Yung Chien et Yung Chi.
Convertis en escorteurs aux Etats-Unis (suppression de deux affûts triples lance-torpilles et de deux canons de 4 pouces, ajout de DCA et d’armement ASM). Disponibles : courant 1943.

Mexique (2)
Branch et Wellborne C. Wood, devenus les Guadalajara et Sonora.
Convertis en escorteurs au Mexique (suppression de deux affûts triples lance-torpilles et de deux canons de 4 pouces, ajout de DCA et d’armement ASM). Disponibles : fin 1942.

Norvège (3)
Aaron Ward, Buchanan et Tillman, devenus les Aeger, Eidsvold et Norge.
Convertis en escorteurs ASM en Grande-Bretagne (suppression d’un affût triple lance-torpilles et de deux canons de 4 pouces, ajout d’armement ASM). Disponibles : début 1942.

Nouvelle-Zélande (3)
Aulick, Edwards et Herndon, devenus les Burnham, Leamington et Churchill.
Convertis en escorteurs en Australie (suppression de deux affûts triples lance-torpilles et de deux canons de 4 pouces, ajout de DCA et d’armement ASM). Disponibles : courant 1943.

Pays-Bas (4)
McCook, Welles, Laub et McLanahan, devenus les Banckert, Kortenaer, Piet Hein et Evertsen.
Convertis en escorteurs aux Etats-Unis (suppression de deux affûts triples lance-torpilles et de deux canons de 4 pouces, ajout de DCA et d’armement ASM). Disponibles : courant 1943.

Union Soviétique (4)
Conway, Stockton, Philip et Sigourney, devenus les Dejatelnyj, Doblestnyj, Derzkyj et Dostojnyj.
Livrés tels que fin 1942 à Mourmansk, modifiés à Leningrad (après transfert par le canal de la Mer Blanche). Disponibles : avril 1943.

Total : 29 (39 avec les bateaux prêtés à la France)


Dernière édition par Casus Frankie le Jeu Oct 10, 2013 12:00; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raven 03



Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1085
Localisation: loire (42)

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 11:00    Sujet du message: Répondre en citant

bonjour,
Par curiosité ,une question qui peut paraitre bizarre

à partir d'ou et avec qui vont operer les 2 "four pipers" chinois ???

transferer du personnel de Chine au USA et l'entrainer ,n'est certainement pas un probleme...

ensuite..????
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 12:00    Sujet du message: Répondre en citant

Les 2 Chinois (merci à Hendryk pour leurs noms) sont des bateaux "publicitaires" avant tout. Ils vont opérer tout comme, disons, les Hollandais, qui n'ont pas non plus de port national à leur disposition.
Après avoir été abondamment filmés et photographiés, ils feront de l'escorte dans le Pacifique.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Collectionneur



Inscrit le: 17 Juin 2012
Messages: 1434
Localisation: Aude

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 13:37    Sujet du message: Répondre en citant

J'allais postait la même question Wink Pour l'équipage, 100 % chinois a partir des rescapé de la marine chinoise des années 30 et des marins de la diaspora travaillant dans les marines marchandes ?
_________________
"La défaite du fanatisme n'est qu'une question de temps"
"L'abus d'armes nucléaires est déconseillé pour la santé"
"La Démocratie est le pire des systèmes, à l'exception de tous les autres"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
mescal



Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 71
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 13:46    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Union Soviétique (4)
Conway, Stockton, Philip et Sigourney, devenus les Dejatelnyj, Doblestnyj, Derzkyj et Dostojnyj.
Livrés tels que fin 1942 à Mourmansk, modifiés à Leningrad (après transfert par le canal de la Mer Blanche). Disponibles : avril 1943.


Il y a peut-être un petit problème de timing : avec une arrivée hivernale à Mourmansk, il faut sans doute attendre la débâcle pour entrer en Mer Blanche, avant de rejoindre Leningrad.
Ce qui donnerait une disponibilité plutot pour l'été 43.
_________________
Olivier
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 14:07    Sujet du message: Répondre en citant

@Collectionneur : Heu... Hendryk a peut-être une préférence ?

@ Mescal : tu as sans doute raison.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1097
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 18:16    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
@Collectionneur : Heu... Hendryk a peut-être une préférence ?

Il faudrait que je vérifie ce que sont devenus les marins chinois après que l'essentiel de la flotte nationaliste a été coulée par les Japonais ou sabordée pour créer des barrages immergés en 1937-38. En attendant que je trouve la réponse, une solution provisoire pourrait être de recruter les matelots parmi les Chinois de la diaspora travaillant dans la marine marchande, comme le suggère Collectionneur, avec des officiers issus de la marine militaire chinoise--les pauvres se morfondent à ne commander que de vulgaires canonnières fluviales depuis quatre ans.

Cela dépend du temps nécessaire à transformer un marin civil en marin militaire. Il faut aussi tenir compte du fait que les Chinois de la diaspora parlent essentiellement des dialectes méridionaux--surtout le cantonais et le fujianais--alors que les officiers ont été formés en mandarin, quoiqu'on puisse résoudre ça en puisant parmi les officiers originaires du Guangdong. Je pense par exemple au vice-amiral Chan Chak, le "Nelson chinois".

De combiens d'hommes parlons-nous pour les équipages des deux navires?
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
raven 03



Inscrit le: 20 Mar 2009
Messages: 1085
Localisation: loire (42)

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 18:57    Sujet du message: Répondre en citant

je viens de regarder
un Wickes non modifié c'est 231 officiers et marins (USS Ward)

donc il doit falloir au moins 400 pax tout compris.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1097
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Oct 10, 2013 19:32    Sujet du message: Répondre en citant

raven 03 a écrit:
donc il doit falloir au moins 400 pax tout compris.

Ce n'est pas énorme. Il sera sans doute plus facile de transporter 400 marins depuis la Chine libre via Rangoon, avec leurs officiers, que de lancer une campagne de recrutement parmi des marins civils qui sont sûrement déjà très utiles à l'effort de guerre là où ils sont.
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France en exil Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com