Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Intégrale "Atlantique etc" Octobre 1942
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Les autres fronts
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10606
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 08:17    Sujet du message: Intégrale "Atlantique etc" Octobre 1942 Répondre en citant

Octobre 1942
4 – La bataille de l’Atlantique (et d’autres mers)
Le sacrifice des commandos Frankton

9 octobre
Sous dix drapeaux
Yokohama
– La seconde mission du Thor, au cours de laquelle une dizaine de navires ont été capturés ou coulés (pour environ 55 000 t), s'achève au Japon, après une étape à Batavia.


14 octobre
Sous dix drapeaux
Manche
– Après avoir été remis à neuf pendant une année, le corsaire Komet a quitté l’Allemagne une semaine auparavant et atteint Boulogne, puis Le Havre malgré une première embuscade au cours de laquelle deux vedettes britanniques ont été coulées, tandis que quatre chasseurs de mines allemands ont été perdus dans un champ de mines au large de Dunkerque. A ce moment, le capitaine Brocksien s’estimait heureux !
Le 13 au soir, le Komet a quitté Le Havre, escorté par la 3e Flottille de torpilleurs du Korvettenkapitän Wilke (T-4, T-10, T-14 et T-19). Mais deux groupes de navires britanniques veillent. Le premier compte cinq destroyers de classe Hunt, trois britanniques (HMS Albrighton, Cottesmore et Quorn) et deux norvégiens (KNM [Kongelige Norske Marinen] Eskdale et Glaisdale), plus huit MTB de type Vosper. Le second compte quatre destroyers, les HMS Brocklesby, Fernie, Garth et Tynedale.
02h00 – La flottille allemande, repérée par peu après minuit par un Swordfish, est attaquée au large de Cherbourg. Alors que Wilke, à bord du T-14, presse Brocksien de se réfugier à Cherbourg, ce dernier maintient son cap.
Une bataille confuse s’engage bientôt et le Komet disparaît dans une énorme explosion qui désintègre le navire, ne laissant aucun survivant. Certains des torpilleurs allemands et le destroyer Brocklesby sont endommagés - le capitaine Wilke est tué - avant que les deux camps ne rompent le combat, alors que des batteries côtières allemandes commencent à s’en mêler. Les Britanniques affirmeront que ce sont deux torpilles tirées par la MTB-236 qui ont coulé le corsaire, tandis que les officiers des torpilleurs allemands estimeront que le feu des destroyers a probablement touché une soute à munitions.


18 octobre
En eaux froides
Côtes de Norvège
– Le sous-marin norvégien KNM Uredd (CC R.Q. Røren) est l’ex-britannique P-41. Entré en service le 9 janvier 1942, il opère au sein de la 9e Flottille sous-marine (Dundee). Au sud de l’île d’Atløyna (comté de Sogn og Fjordane), il torpille le transport allemand Libau (ex-soviétique Kaganovitch, 3 663 GRT). Ce dernier parvient à s’échouer mais sera déclaré irréparable.


19 octobre
En eaux froides
Côtes de Norvège
– Entre deux missions spéciales, l’Orion (LV Rossignol) mène une patrouille offensive au-delà du cercle polaire, dans les parages de Bodø (comté de Nordland). Après avoir manqué successivement le cargo mixte norvégien Norge (793 GRT) le 16 puis le cargo allemand Dietrich Oldendorff (ex-finlandais Usko angarié en 1940, 1 822 GRT) le 18, il parvient à couler, dans le Saltenfjord, le cargo mixte norvégien Nordland (726 GRT).


22 octobre
Opération Frankton
Golfe de Gascogne, à 15 kilomètres au sud-ouest de la pointe de Grave
– Le sous-marin HMS Tuna émerge. La nuit est sombre. Il n’y a pas de nuage, mais dans le ciel la lune est réduite à un mince croissant. En fait, l’obscurité est telle qu’un chalutier allemand reconverti en patrouilleur côtier passe à 2 000 mètres du sous-marin sans repérer sa silhouette basse sur les flots.
Le sous-marin doit débarquer six cockles, des kayaks chargés d’attaquer les navires mouillés à Bordeaux grâce à des mines limpet. Mais la coque d’une des embarcations est déchirée sur plus d’un mètre lors de sa mise à l’eau. Il est impossible de la réparer avec les moyens du bord ; son équipage rentrera en Angleterre.
Cinq kayaks seulement participeront donc à l’opération :
Catfish (poisson-chat), major Hasler (chef de l’opération), matelot Spark
Coalfish (colin), sergent Wallace, matelot Edward
Conger (congre), caporal Sheard, matelot Moffat
Crayfish (écrevisse), caporal Laver, matelot Mills
Cuttlefish (seiche), lieutenant Mackinnon, matelot Convey.
………
Le premier problème survient au passage du banc des Olives, un banc de sable entouré par une zone de violents remous. Arrivés dans des eaux plus calmes, le major Hasler découvre que le Coalfish a disparu. Après guerre, on apprendra que le kayak a été drossé à la rive et que Wallace et Edward ont été faits prisonniers. Ils seront torturés, puis exécutés le 25 octobre, bien qu’ils portent l’uniforme anglais. Les Allemands appliquent en effet les consignes de « l’ordre sur les commandos » donné quelques jours plus tôt par Hitler en personne (ordre du Fürher n°003830/42 G CW/West, 18 octobre 1942).
………
Les quatre cockles survivants ne sont pas encore entré dans l’estuaire de la Gironde. Ils doivent affronter des vagues hautes de cinq brasses provoquées par l’entrée des eaux de la Gironde dans celles l’Atlantique. Le Conger chavire. Sheard et Moffat s’agrippent aux kayaks de leurs camarades, mais ils ne sont plus qu’un poids inutile. Bien qu’il lui en coûte, Hasler se décide à les abandonner avec consigne de gagner la berge. Les deux hommes y parviendront, mais seront cueillis par une patrouille allemande avant d’être torturés puis exécutés le même jour que Wallace et Edward.
………
Arrivés devant le Verdon, les trois derniers kayaks se retrouvent face à un barrage de petits bâtiments allemands. Des projecteurs balaient l’entrée de l’estuaire. Les embarcations, très basses sur l’eau, réussissent à échapper à la vigilance des Allemands, mais seuls deux des cockles se retrouvent de l’autre côté. Le Cuttlefish a disparu.
Comme le jour approche, les deux kayaks survivants se terrent à l’abri de la côte basse et semée de roseaux.


23 octobre
Opération Frankton
Gironde, Pointe aux Oiseaux
– Alors que les quatre survivants de l’expédition Frankton se relaient pour veiller, des voix se font entendre. Un groupe de pêcheurs français s’installe non loin. Hasler, seul à parler français, se risque à aller les voir. Il obtiendra d’eux la promesse de ne pas parler de leur présence et même quelques vivres.
………
A la nuit, le voyage reprend. Les kayaks croisent un convoi marchand, mais nul ne les remarque. Au petit jour, les deux cockles se rapprochent de la rive pour s’abriter. Sur la berge, un troupeau broute paisiblement. Un paysan survient, alerté par son chien. Mais l’homme ne signalera pas les commandos, qui auront même du mal à lui échapper, car il tient absolument à leur offrir un verre !


24 octobre
Opération Frankton
Gironde, île de Cazeau
– Les deux kayaks passent la journée près de cette île, qui abrite une batterie de Flak. Bien que Hasler et ses compagnons l’ignorent, le Cuttlefish se trouve non loin. Depuis leur séparation, deux jours plus tôt, Mackinonn et Convey ont pratiquement suivi le même chemin qu’eux. Malheureusement, dans la nuit, leur cockle s’éventre sur une souche immergée. Les deux hommes regagnent l’île de Cazeau, mais ils seront capturés par la garnison avant d’être torturés et mis à mort comme les autres prisonnuiers.
………
La nuit du 24 au 25 est aussi sombre que les précédentes et le temps reste sec. A 22h00, les deux embarcations survivantes arrivent devant Bassens et se séparent. Spark et Hasler se chargent de Bordeaux même, tandis que Laver et Mills s’occupent de Bassens. Chaque duo a huit limpets. Avec l’aide de Spark, Hasler pose trois mines sur un gros cargo, un escorteur a droit a deux ; puis un autre cargo accolé à un pétrolier reçoit les trois dernières. De son côté, le Crayfish pose ses mines sur deux cargos.


25 octobre
Opération Frankton
Ports de Bordeaux et Bassens
– Quelques heures après leur pose, les mines explosent. Deux des navires sont coulés et quatre autres gravement endommagés. Des milliers de tonnes de cargaison (notamment du pétrole) sont détruites. Hitler, furieux, demandera l’ouverture d’une enquête ! Il faudra un long moment pour que les Allemands comprennent ce qui s’était vraiment passé, après avoir cru que des avions avaient réussi à lâcher des mines magnétiques sans être repérés.
.………
Sitôt les mines posées, le Catfish et le Crayfish ont filé sans demander leur reste. Par hasard, ils se retrouveront sur le fleuve, mais les retrouvailles seront brèves. Chaque groupe va tenter sa chance de son côté pour tenter de gagner l’Espagne. Pour cela, ils doivent se rendre à Ruffec et contacter la Résistance dans un petit hôtel du centre ville. Seuls, ils n’ont guère de chance d’y parvenir !
Par bonheur, dès le 25 octobre, Mills et Laver sont repérés par la Résistance et mis à l’abri. Hastler et Sparks marcheront pendant une semaine. Arrivés à Saintes-Même-Les-Carrières, en Charente, ils seront enfin secourus par des F.F.I.
Le 5 novembre, les quatre hommes seront réunis à Ruffec. Leurs identités vérifiées, les membres du réseau d’évasion Marie-Claire les mettront en contact avec un passeur, mais il leur faudra des mois pour parvenir en territoire allié.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1451
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 09:34    Sujet du message: Répondre en citant

Question:

torture et fusille!

fusille je comprends, mais torture? Ne serait ce pas simplement interroge au 2 eme degre?

La nuance peut etre subtil pour un civile, mais est d'importance pour un militaire; torture est l'equivalent de deshonorer un uniforme; a contrario interroge un prisonier est une procedure normale, et un interrogatoire au 2 eme niveau (muscle si vous preferrez) est concevable dans des conditions particulieres (fortes presomptions que le prisonnier est au courant des modalites d'un attentat qui couterait la vie a d'autres soldats).

Pour mieux comprendre, visionner ou re visionner 'Pour l'honneur d'un capitaine'. Non, il n'etait pas un totionaire; Oui il a fait parler un prisonier et sauver la vie a des soldats francais. nuances, nuances.

Je ne crois pas , en dehors de la SS qui n'etait pas une arme reguliere, que la Werhmacht soit remplis de barbares sanguinaires et cruels. La toture etait utilisee par la Gestapo, le SD, la SS (principalement); de plus, en zone de guerre il est des actes choquants (pour les pekins de base comme nous) qui sont necessaires afin de reduire les pertes inutiles.

Sinon, du tres tres bon comme d'habitude.
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10606
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 10:57    Sujet du message: Répondre en citant

@ Sting (désolé, je suis civil et j'ai fait un service national civil)
si je comprends bien, brutalité "pour le plaisir" = torture, brutalité (en théorie) utile = interrogatoire au 2e degré
Dans ces conditions, un Barbie serait-il un soldat honorable ? !!!

Je tiens à dire que je ne pense pas que le débat soit facile à trancher, j'ai vu "L'Honneur d'un Capitaine" et c'est vrai que, comme le dit l'ancien sous-off à la veuve qui s'indigne qu'on ait pu "torturer" pour éviter un nouvel attentat : "Madame, est-ce que vous avez déjà ramassé des morceaux d'enfant sur les murs d'une école" ?

Enfin, concernant la Wehrmacht, il est hélas prouvé qu'elle a participé bien des fois à des massacres de civils que les SS n'auraient pas reniés.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pcfd



Inscrit le: 18 Juil 2012
Messages: 141
Localisation: castres

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 12:28    Sujet du message: Répondre en citant

je dirais plutôt que brutalité rationalisée,organisée,avec les instruments prêts à l'emploi dans la salle dédiée à l'interrogatoire = torture,brutalité "à chaud" juste après capture avec les moyens du bord = interrogatoire poussé
_________________
Respectez toutes les religions au combat; ne prenez aucun risque quant à votre destination si vous êtes tué.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jubilé



Inscrit le: 03 Jan 2013
Messages: 745

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 12:39    Sujet du message: Répondre en citant

La frontière entre les deux est toujours très floue.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7489

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 14:32    Sujet du message: Répondre en citant

Ayant écris le texte, je réponds, il ne s'agit pas d'un interrogatoire aux deuxième degré mais d'un ordre direct d'Hitler. le n° 003830/42G CW/West. Je ne vais pas le reproduire in-extenso. Mais quelques phrases devaient vous le faire comprendre.

Depuis longtemps, nos ennemis se servent de méthodes de guerre contraires aux Conventions internationales. Particulièrement (...) des dénommés "Commandos" qui, et cela est établi formellement, sont en parti recrutés dans les rangs d’anciens criminels (...). D'après les documents capturés, il ressort qu'ils reçoivent les ordres, non seulement d'enchaîner leurs prisonniers, mais en plus, de les massacrer sur-le champ, alors que ceux-ci sont sans défense, dès qu'ils jugent que ces prisonniers peuvent être une entrave (..) ou peuvent être (...) un objet de gêne. De plus, des ordres ont été trouvés qui prouvent que le massacre des prisonniers est admis et recommandé. Pour cette raison, il a été ordonné (...) que désormais l'Allemagne aurait recours au même traitement envers les troupes britanniques de sabotage et leurs complices, c'est à dire qu'ils seront massacrés sans pitié par les Allemands (...).
En conséquence, j'ordonne qu'à partir de cette date, tous les ennemis combattus par les troupes allemandes durant les expéditions dites Commando, tant en Europe qu'en Afrique, qu'ils soient en uniforme régulier de soldats ou qu'ils soient des saboteurs ou des agents, armés ou non, soient exterminés juqu'au dernier (...) même si ces gredins, une fois repérés, décidaient de se constituer prisonnier, toute pitié devrait leur être refusé par principe.
Si des individus faisant partie des commandos (...) tombaient entre les mains de la Wehrmacht (...) ils seront remis au Service de Sécurité ( le SD une section de la gestapo)...

Suit une interdiction de conserver ce genre de prisonniers dans les camps de prisonnier classique et des menaces (passage en Conseil de Guerre) pour tout officier qui n'appliquerait pas les règles.

L’équivalent FTL ne ferait pas mention de l'Afrique mais je ne vois rien d'autre à changer.

Récapitulons :

- Les commandos, même en uniforme sont des criminels de droit commun (on note au passage que Hitler les associe aux "terroristes" de la résistance)
- ils maltraitent leurs prisonniers
- ils les exécutant au plus mince prétexte
- leur hiérarchie leur a donné l'ordre d'exécuter les Allemands plutôt que de les faire prisonnier

Pour toutes ces raisons ces "gredins ne méritent aucune pitié" et vous avez le droit de vous conduire comme eux ! Quod erat demonstrandum !
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capu Rossu



Inscrit le: 22 Oct 2011
Messages: 1720
Localisation: Mittlemeerküstenfront

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 20:49    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,


Citation:
Ordre direct d'Hitler. le n° 003830/42G CW/West au sujet des commandos.


Un seul officier général allemand mit cet ordre au panier : Erwin Rommel.

@+
Alain
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
zipang1



Inscrit le: 25 Mai 2013
Messages: 303
Localisation: Vic-en-bigorre

MessagePosté le: Ven Mai 31, 2013 20:55    Sujet du message: Répondre en citant

('Very Happy')les 12 salopards ne sont pas qu'une fiction
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 5106
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 07:14    Sujet du message: Répondre en citant

Merci d'avoir inclus cet épisode.
Par contre, je pense que dans le contexte FTL les Français auraient été associés pour 1) leur connaissance de l'embouchure de la Gironde 2) leur volonté de participer et peut-être 3) la possibilité de s'assurer que les Britanniques ne font pas trop de conneries.

Avec en prime la possibilité d'impliquer la Résistance qui peut organiser une diversion, faciliter l'accès et l'évacuation.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10606
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 08:14    Sujet du message: Répondre en citant

Pas forcément. Hmm, voyons, la fin pourrait être ainsi complétée :


Sitôt les mines posées, le Catfish et le Crayfish ont filé sans demander leur reste. Par hasard, ils se retrouveront sur le fleuve, mais les retrouvailles seront brèves. Chaque groupe va tenter sa chance de son côté pour tenter de gagner l’Espagne. Pour cela, ils doivent se rendre à Ruffec et contacter la Résistance dans un petit hôtel du centre ville. Seuls, ils n’ont guère de chance d’y parvenir !
Ce n’est qu’à ce moment que Londres demande officiellement l’aide de la Résistance à Alger, où l’on s’indigne de l’avoir pas été mis au courant plus tôt, tout en alertant en urgence les réseaux du Bordelais. Dès le lendemain, Mills et Laver sont repérés par la Résistance et mis à l’abri. Hastler et Sparks marcheront pendant plusieurs jours avant d'être secourus par des F.F.I.
Début novembre, les quatre hommes seront réunis à Ruffec. Leurs identités vérifiées, les membres du réseau d’évasion Marie-Claire les mettront en contact avec un passeur, mais il leur faudra des mois pour parvenir en territoire allié.
Les six morts de Frankton auraient probablement perdu la vie même si les Français avaient éét associés dès le début à l’opération. Mais l’épisode fera cependant réfléchir les Britanniques – ils n’organiseront plus d’opération de ce genre en territoire occupé sans s’assurer au préalable du concours des nationaux du pays concerné.

_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capu Rossu



Inscrit le: 22 Oct 2011
Messages: 1720
Localisation: Mittlemeerküstenfront

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 08:36    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Franck,

Citation:
les Français avaient été associés dès


@+
Alain
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7489

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 10:37    Sujet du message: Répondre en citant

Ce ne serait pas la première fois (y compris pour des opérations de plus grandes importances) que les Anglais font leur petit frichtie de leur côté sans beaucoup se préoccuper de l'opinion des Français. Ou même qu'une opération conjointe avec des gens connaissant la région, parlant la langue et ayant des contacts avec la résistance auraient pu limiter sérieusement les problèmes... surtout quand il s'agit d'une opération de la Royal Navy ! Allez donc suggérez à l'amirauté qu'ils puissent avoir besoin de l'aide des Français pour conduire leurs bateaux. La fierté et la volonté de démontrer les qualités et les ressources des marins anglais sont des explications suffisantes pour qu'ils aient voulu monter leur opération seuls.

Par contre l'intervention de la résistance française après l'opération est prévue depuis le début. C'est à dire qu'une fois les marins à terre, on veut bien admettre que des civils français puissent mieux connaître le pays et la situation... avant... choking, god save the queen.. Mr. Green Bon, j'exagère un peu... mais les Anglais soutiendront que l'opération ne nécessite pas de connaître le français ou d'un guide français car les cartes sont assez précises. De plus l'équipe est déjà formée, entraînée à opérer ensemble. Un commando est une mécanique bien huilé chaque membre est testé et évalué... De plus ici on a des binômes qui fonctionnent comme un tout, le remplacement par un élément allogène serait désastreux. On peut imaginer que si Alger force la main des Anglais (pourquoi d'ailleurs ?) un Français puisse faire partie de l'expédition. Mais avec le problème du kayak déchiré, l'officier en chef pourrait décider de laisser en arrière le binôme le moins bien formé... donc celui ayant un Français.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1333
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 14:53    Sujet du message: Répondre en citant

L'un des marins de "Frankton" avait mis enceinte une jeune française (bien entendu de son plein grès). Elle ne voulait pas garder l'enfant (étant très active dans la résistance). Pour la faire avorter on eu recours à un résistant médecin qui vint (fin janvier ou début février) procédé à l'interruption de grossesse.
Ce médecin était mon père qui, quand il me raconta cela dans les années 60, ne décolérait toujours pas contre l'inconscience des deux tourtereaux et avait des mots bien sentis (en russe) sur l'absence de capote (anglaise...).

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
carthage



Inscrit le: 04 Jan 2009
Messages: 324
Localisation: bourgogne

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 17:30    Sujet du message: Répondre en citant

je vous trouve bien tolérant avec la torture du moins pour certains d'entre vous, on a pu tous servir comme appelés, réservistes, activés, engagés etc... mais il y a des choses que l'on ne fait pas, amitiés quand même!
_________________
cedant arma togae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10606
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Juin 01, 2013 18:04    Sujet du message: Répondre en citant

carthage a écrit:
je vous trouve bien tolérant avec la torture du moins pour certains d'entre vous, on a pu tous servir comme appelés, réservistes, activés, engagés etc... mais il y a des choses que l'on ne fait pas, amitiés quand même!


Tu as parfaitement raison, "Il y a des choses qu'on ne fait pas". C'est tout l'intérêt du film "L'Honneur d'un Capitaine", dont le héros est conduit à faire des choses qu'on ne fait pas. Il n'est pas indifférent qu'il se fasse tuer peu après, peut-être volontairement.

Les mots "torturés et fusillés" qui ont déclenché le message de Sting reflétaient une réalité historique. Hélas pour l'honneur de leur uniforme, les tortionnaires avaient suivi l'ordre hitlérien de tuer (ce qui était déjà une belle tache sur le dit uniforme) et en avaient rajouté, puisque l'ordre ne prescrivait pas la torture. Certes, c'était l'esprit de l'ordre, mais ça a fait des taches tenaces. Et je doute que les assassins des commandos Frankton se soient par la suite sacrifiés.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Les autres fronts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com