Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les ambassadeurs français
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France en exil
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 577

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 22:18    Sujet du message: Répondre en citant

patrikev a écrit:
Tyler a écrit:
Bonjour à tous!
Dans le cadre de mon nouveau coloriage, je cherche une personnalité pouvant devenir ambassadeur en Afrique du Sud au printemps 1943.
Le profil recherché serait quelqu'un d'assez conservateur et qui ne s'opposerait donc en rien aux diverses politiques ségrégationnistes pratiquées en Afrique du Sud ( ce n'est pas encore l'apartheid mais c'est quand même pas la joie...).
Parlementaire de droite-droite? Diplomate tout aussi conservateur? Glorieux militaire retraité qu'on chercherait à recaser?

Avez vous des suggestions?


Si la question est toujours d'actualité: Gaston Henry-Haye, sénateur-maire de Versailles, nommé par Vichy ambassadeur aux États-Unis en 1940, ferait peut-être l'affaire.



Il s'agissait de trouver un ambassadeur pour l'Afrique du Sud, je m'étais servi de ta première suggestion (d'ailleurs merci pour le coup de main Smile ) : Pierre Boisson, comme il est noté dans un des épisodes de "1943-la relève politique". Mais Henri-Haye ( qui s'exila après-guerre en Afrique du Sud, ce qui serait un bon clin d'oeil à l'histoire OTL, encore que, il connait bien Roosevelt si l'on en croit sa fiche wiki, donc il pourrait etre ammené dans la valise de Daladier quand celui-ci devient ambassadeur aux States) ou Armand Barois qui a été ambassadeur au Venezuela de 34 à 40 puis ensuite à Cuba à partir de juin 40 sont des bons candidats aussi. Mais Pierre Boisson ne me semble pas être un choix totalement ubuesque...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1774

MessagePosté le: Lun Nov 05, 2012 19:57    Sujet du message: Répondre en citant

Henry-Haye en Afrique du Sud? C'est pourtant vrai, je n'avais pas repéré ce détail Idée Je ne sais plus qui faisait remarquer que l'OTL manquait totalement de vraisemblance...

http://www.senat.fr/senateur-3eme-republique/henry_haye_gaston1642r3.html
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 577

MessagePosté le: Jeu Sep 26, 2013 14:28    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,

Travaillant actuellement sur les conférences du Caire et de Téhéran, je voudrai avoir vos suggestions sur des noms pour les ambassadeurs français en Turquie et en Iran ?

Par avance, merci! Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1774

MessagePosté le: Jeu Sep 26, 2013 21:05    Sujet du message: Répondre en citant

patrikev a écrit:

En Iran, fin 1941, deux candidats possibles:

patrikev a écrit:
Si Labonne ne veut pas de Téhéran, qui est tout de même un poste un peu périphérique, deux candidats possibles, en espérant qu'ils ne soient pas déjà attribués:

Géraud Jouve, correspondant de Havas dans plusieurs pays dont l'Allemagne (dommage que Menon-Marec ne soit pas disponible). OTL, il publiera en 1941 "Mon séjour chez les Nazis" et sera représentant de la France libre en Turquie:

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/biographies/IVRepublique/jouve-geraud-henri-05071901.asp

Roger Garreau, consul général à Hambourg puis ambassadeur en Thaïlande (avis de Sting?), il devrait être disponible après avril 1941. OTL, représentant de la France libre à Moscou.

J.L. Crémieux-Brilhac, La France Libre, p.320 note.


Après réflexion, Géraud Jouve conviendrait mieux comme directeur régional de Havas pour le Moyen-Orient, avec déplacements fréquents entre Beyrouth, Téhéran et autres lieux. Ce qui laisserait l'ambassade à Garreau.


A moins qu'il n'y ait de meilleures propositions, ces deux a Téhéran et Massigli a Ankara me paraissent convenir.

Pour compléter le sac de nœuds de Téhéran, je vais essayer de retrouver les agents soviétiques, dont un archevêque arménien élevé en France.
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 577

MessagePosté le: Ven Sep 27, 2013 00:36    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de ta réponse!
Je parts donc sur Garreau en Iran et Massigli en Turquie pour le moment et on verra s'il faudra modifier ou non par la suite.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4656
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Sep 27, 2013 06:48    Sujet du message: Répondre en citant

Massigli est bien à Ankara, voir la chrono de 1941.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 577

MessagePosté le: Mer Nov 06, 2013 22:36    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,

M'intéressant un peu à la Chine , je voudrai savoir :

Qui voyez vous à la tête du consulat français à Shanghai en FTL après le Sursaut ?

OTL, c'est Roland de Margerie qui a occupé le poste tout au long de la guerre, mais FTL il occupe de hautes fonctions au moment du Sursaut (d'ailleurs fin 42-début 43 FTL ou en est-il?)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10124
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 01:27    Sujet du message: Répondre en citant

Tyler a écrit:
OTL, c'est Roland de Margerie qui a occupé le poste tout au long de la guerre, mais FTL il occupe de hautes fonctions au moment du Sursaut (d'ailleurs fin 42-début 43 FTL ou en est-il?)


Toujours au côté de Reynaud…
Par la suite, il peut soit être appelé à d'autres missions, soit rester avec Reynaud à la Présidence (mais plutôt le premier cas).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1093
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 07:22    Sujet du message: Répondre en citant

Tyler a écrit:
M'intéressant un peu à la Chine , je voudrai savoir :

Qui voyez vous à la tête du consulat français à Shanghai en FTL après le Sursaut ?

En attendant de me pencher plus avant sur la question, j'ai deux noms sous la main, que j'avais déjà suggérés auparavant mais qui restent à ma connaissance disponibles:

Un diplomate "classique", Jacques Fouques-Duparc (1897-1966), démis de ses fonctions par Vichy OTL;

Un sinologue de carrière, André d'Hormon (1881-1965) qui a également tâté de diplomatie.
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Collectionneur



Inscrit le: 17 Juin 2012
Messages: 1434
Localisation: Aude

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 13:22    Sujet du message: Répondre en citant

Petite question, la consession française de Shanghai est gérer comment ? C'est le consul qui fait office de "maire" des 500 000 résidents ou 1940, c'est le régime de collaboration chinois qui s'occupe de la gestion ?
_________________
"La défaite du fanatisme n'est qu'une question de temps"
"L'abus d'armes nucléaires est déconseillé pour la santé"
"La Démocratie est le pire des systèmes, à l'exception de tous les autres"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Gabriel



Inscrit le: 28 Oct 2013
Messages: 21
Localisation: Pau

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 14:48    Sujet du message: Répondre en citant

@Collectionneur: Il me semble que c'est consul général à Shanghai qui fait office de Maire dans le Concession Française, et qu'en 1943 Roland de Margerie a dû remettre les clés de la concession au Maire de Shanghai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1093
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 19:17    Sujet du message: Répondre en citant

Collectionneur a écrit:
Petite question, la consession française de Shanghai est gérer comment ? C'est le consul qui fait office de "maire" des 500 000 résidents ou 1940, c'est le régime de collaboration chinois qui s'occupe de la gestion ?

C'est effectivement le consul qui tient lieu de maire, notamment par le fait qu'il préside le conseil municipal. Le prédécesseur de Margerie à ce poste est Pierre Augé, ancien consul adjoint, nommé en 1939 et qui semble avoir laissé peu de traces; un certain Duval (je n'ai même pas réussi à retrouver son prénom) assure l'intérim du 6 septembre au 23 octobre 1940.

FTL, faute d'armistice et de régime de Vichy, le statut de la Concession française est sans doute identique à celui de la Concession internationale; c'est-à-dire qu'elle est placée sous occupation militaire japonaise en décembre 1941, et le consul contraint à la démission. L'autorité de fait est alors détenue par Kazuo Okazaki, jusqu'à la rétrocession de pure forme au régime fantoche de Wang Jingwei en juillet 1943 (elle-même en réaction à la promesse de rétrocession des concessions par les Alliés au régime nationaliste).

Pour plus d'informations sur la Concession française de Shanghai, je recommande l'excellent livre de Guy Brossolet Les Français de Shanghai 1849-1949.
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 1093
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 19:51    Sujet du message: Répondre en citant

Tyler a écrit:
Qui voyez vous à la tête du consulat français à Shanghai en FTL après le Sursaut ?

Après quelques recherches, je suis tombé sur un candidat prometteur: Louis Reynaud (aucun lien de parenté apparent avec Paul), OTL consul de France à Hong Kong et gaulliste de la première heure.

Citation:
En 1940, le ralliement à la France Libre de De Gaulle est loin d’être une évidence pour tous. Louis Reynaud, consul de France à Hong Kong est enthousiaste après l’appel du Général, mais doit rapidement faire face à sa hiérarchie. Avec la débâcle, les camps s’affichent clairement et le Consul, âgé et aux pouvoirs limités, se retrouve isolé.

Louis Reynaud est arrivé en Chine en 1907 comme élève interprète du ministère des Affaires Etrangères. Anglophile et sinophile, il est nommé à Hong Kong en 1938. Dans sa correspondance, c’est moins l’attachement administratif qui ressort qu’une véritable passion pour son lieu de résidence.

Alors que la France plie sous le joug allemand, il répond positivement à l’appel du 18 juin 1940 : «Groupée autour de moi, la colonie française de Hong Kong s’indigne contre toute idée d’armistice et de paix séparée et se révolte à la pensée d’une telle trahison vis-à-vis de nos alliés et de l’humanité». Après juillet 1940, il n’y a théoriquement plus aucun haut fonctionnaire français ouvertement partisan de la France Libre. Tous doivent prêter serment au Maréchal et accepter l’Occupation. C’est la condition pour rester en poste… Louis Reynaud est peut-être une des très rares exceptions. Si le Consul Général de France à Hong Kong n’a pas brillé par quelques faits d’armes ou actions éclatantes, il a eu le courage de prendre des positions claires et de les tenir.Après une vie entière vouée à la Carrière diplomatique, à la hiérarchie du ministère des Affaires Etrangères, aux politesses utiles et aux propos feutrés, Louis Reynaud renie son gouvernement et tombe en disgrâce. Replacé dans le contexte professionnel et dans la mentalité de son époque, c’est un bel acte de courage.

Rapidement, le ministère des Affaires Etrangères de Vichy s’étonne «de trouver sous la forme d’une empreinte à l’encre violette apposée près de l’en-tête l’insigne du parti de Gaulle». Des explications sont demandées d’extrême urgence sur cette habitude persistante. Reynaud répond qu’il s’agit «tout simplement du V de la Victoire». Le gouverneur général d’Indochine se dit choqué et lui demande de cesser immédiatement.

Ce rappel à l’ordre coïncide par ailleurs avec la démission inopinée du chancelier du consulat, Raoul Duval. L’ambassade de France à Pékin réclame des éclaircissements. Serait-il entré en dissidence ? Louis Reynaud couvre son subalterne et répond évasivement. Les avertissements soupçonneux se multiplient alors que d’autres sources confirment que Duval est parti pour San Francisco avec femme et enfants, non sans témoigner de son attachement à la France Libre.

Lorsque l’ambassadeur de France à Pékin, Cosme, rappelle une énième fois à Louis Reynaud qu’il doit cesser d’apposer le V de Victoire sur ses courriers, il précise que la France de Vichy est neutre dans le conflit qui se déroule. Reynaud explose et sort de sa réserve : «Votre Excellence n’ignore vraisemblablement pas que le V de la Victoire est le signe de ralliement de tous les peuples qui, aspirant à rester libres ou à secouer le joug odieux de l’oppresseur, luttent par tous les moyens en leur pouvoir contre l’Allemagne et ses satellites et leur plan de domination et d’esclavage du monde. Il me semble que la France ne saurait rester indifférente à ce mouvement, mais si le mot d’ordre est de considérer que la France est neutre dans un conflit qui déchire le monde, je serais reconnaissant à Votre Excellence de vouloir bien me faire savoir comment le Gouvernement Français peut autoriser et même encourager le recrutement de volontaires pour combattre avec l’Allemagne contre la Russie».

Le ton est sans appel et l’ambassadeur en tire les conclusions nécessaires : «Il en résulte clairement que cet agent est passé à la dissidence». La réflexion s’étend d’ailleurs à «la quasi-unanimité des Français de Hong-Kong» qui font preuve «de manifestations sinon de Gaullisme, du moins de pro-britannisme».

En septembre 1940, l’ambassade de France prend des mesures et l’isolement commence. Ordre est envoyé à tous les consulats de Chine de «suspendre toute correspondance avec le consulat de France à Hong Kong et notamment [de] cesser dès à présent d’envoyer des fonds à ce poste». Les tables de déchiffrement pour les messages codés sont modifiées et Reynaud ne peut donc plus lire les correspondances confidentielles. La Trésorerie n’alimente plus le consulat qui se trouve donc sans ressources. Il n’y a plus ni budget de fonctionnement, ni salaires.

L’ambassade de France à Pékin est ennuyée. Comment renverser ce Consul dissident? Cosme écrit au Ministre des Affaires Etrangères de Vichy, l’amiral Darlan : «Je suis dépourvu de tout moyen d’action contre M. Reynaud puisque celui-ci réside sur un territoire britannique où je ne peux envisager de procéder à une action d’autorité». Cosme demande d’abord sa destitution officielle, mais les préoccupations sont ailleurs et la réponse tarde; puis l’ambassadeur doute: «Notre intérêt est peut-être d’y conserver [à Hong Kong] un consulat, fut-il boîteux, plutôt que d’ouvrir dans une colonie britannique une crise qui nous ferait en définitive plus de mal que de bien».

De son côté, Louis Reynaud ne renie pas la France mais son gouvernement. Son sens du devoir et peut-être un certain orgueil le poussent à continuer envers et contre tout ses activités, même sur ses deniers personnels. Il maintient la correspondance avec tous les postes diplomatiques, donnant des nouvelles banales, mais jamais confidentielles. En 36 ans de carrière, les amitiés de Reynaud sont nombreuses et il reçoit de la part de certains hauts fonctionnaires, des demandes pressantes pour rentrer dans le rang. Reynaud rassure ses amis de manière laconique.

Lorsque les Japonais pénètrent dans Hong Kong en décembre 1941, Louis Reynaud envoie un message pour déclarer que les ressortissants sont sains et saufs. A la fin des combats, il annonce non sans fierté le nombre de Français volontaires qui se sont engagés aux côtés des Britanniques et le nombre de prisonniers et portés disparus. Il rend hommage au secrétaire annamite du consulat, James Dao, tué alors qu’il prenait son service au poste de défense contre les alertes aériennes. Il évoque enfin le groupe de marins qui a collaboré à la défense de l’usine centrale électrique.

Les télégrammes chiffrés vont bon train entre l’ambassade de France à Pékin et Hanoi, siège du gouvernement général de l’Indochine. Hong Kong est coincé entre les deux, mais il n’est pas possible d’intervenir. Les Japonais se plaignent de «la compromission active de plusieurs Français notables dans la direction de la propagande anglo-gaulliste à Hong Kong». Le consul figure sur la liste avec le Père Vircondelet, M. de Sercey de l’administration des Postes et le commandant Henrys, retraité de la marine. L’Amiral Decoux, gouverneur général de l’Indochine, ne veut pas froisser les autorités nipponnes: «Tenant compte de la personnalité des intéressés et des intérêts et groupes qu’ils représentent, je pourrais envisager de [les] convoquer moi-même en Indochine dans le but de les éloigner provisoirement de Hong Kong et d’élucider leur cas dans les meilleures conditions». Cosme réplique qu’il vaut mieux laisser les autorités locales aller au bout de leurs soupçons et les laisser prendre les mesures nécessaires, ce pour éviter d’étendre et d’augmenter les exigences japonaises que les deux Français savent pertinemment ne pas être en mesure de rejeter.

En mars 1942, l’occupant nippon ferme tous les consulats et déclare assurer les intérêts des puissances «neutres» ; les diplomates doivent quitter le territoire. Reynaud traîne des pieds et Cosme ne manque pas de remarquer son manque d’empressement pour débarrasser le plancher. «Il ne serait pas opportun que M. Reynaud demeurât à Hong Kong. Il y avait pris, en effet, au regard du gaullisme, une attitude déplaisante, et s’il a été, à l’époque et sur ma suggestion, l’objet de l’indulgence du Département, c’est exclusivement parce qu’il ne pouvait être question de demander au Gouvernement britannique l’exequatur en faveur d’un nouveau consul». Le consul de Hong Kong est dans une position délicate. Il s’en sort en faisant valoir ses droits à la retraite et il obtient des Japonais la permission de rester à Hong Kong en tant que simple particulier. Nouveau revers pour l’ambassade de Pékin qui espérait le voir débarquer en Indochine pour régler quelques comptes.

Toujours consciencieux, Louis Reynaud fait entreposer les archives du consulat dans la banque d’Indochine, pour sauvegarder toutes les informations conformément aux instructions de Pékin. Il donne également ses anciennes tables de chiffrement au consulat de Canton, de même que les timbres officiels et les cachets. Il réclame avec insistance une aide pour deux employés du consulat, un secrétaire annamite et une sténographe française ; ils ont chacun de nombreux enfants et se trouvent maintenant fort démunis. Pour éviter le pillage des locaux et de la résidence consulaire, il déménage et établit ses quartiers dans les deux lieux à la fois. «Il est indispensable que je reste sur place. Cette solution aurait le double avantage de me permettre de veiller moi-même à la conservation et à l’entretien des propriétés de l’Etat et de continuer à m’occuper officieusement des intérêts de nos nationaux et de nos protégés Annamites». Il prend également sous son aile 17 membres de la communauté française, majoritairement des femmes et des enfants, en leur assurant une petite pension.

Cette loyauté à la France et aux valeurs républicaines, et non au gouvernement de Vichy, autant que ce zèle pour maintenir une activité administrative et diplomatique, emmêlent l’image de ce consul dans les tourments trop souvent manichéens de l’Histoire. Louis Reynaud meurt le 6 juillet 1943 sans s’être jamais compromis avec le régime collaborationniste français, mais il n’a jamais été reconnu comme appartenant à la France Libre. Son engagement ferme et ses prises de position courageuses ont sombré dans l’oubli et les bourrasques des années suivantes.

_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 577

MessagePosté le: Jeu Nov 07, 2013 21:08    Sujet du message: Répondre en citant

En effet, Louis Reynaud semble un très bon candidat.

http://brianedgar.wordpress.com/2012/06/01/louis-reynaud/

J'essaie de réfléchir à comment les forces françaises en Chine réagiront FTL si on tient compte de l'évacuation britannique de tout les comptoirs et concessions d’août 40(hormis Hong Kong), du maintien de la France dans la guerre, des tensions déjà palpables avec le Japon en 40 et surtout début 41 avec l'incident thaïlandais et du fait que le territoire de Kouang Tchéou Wan ne soit pas un territoire étranger entouré de japonais au moment de Pearl Harbor.
Il y a peut être quelques possibilités de coloriage...
Rien de renversant mais 2-3 petites péripéties à raconter.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France en exil Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com