Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Juillet 43 sur le Front Russe
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15 ... 17, 18, 19  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10320
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Nov 24, 2019 15:41    Sujet du message: Répondre en citant

Au point où nous en sommes, on peut tenir compte de :

S-27 05.09.42 coulée accidentellement par une torpille de la S-72

S-102 08.07.43 coulée par une mine dans le détroit de Kertsch

Demo Dan pourra sous peu recycler le sort de la S-102 (ailleurs que dans le détroit de Kertsch bien sûr).

Quant à la S-27 (erreur de mon post précédent) nous avions déjà tenu compte de son "absence" sans en préciser la cause.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4857
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Nov 24, 2019 16:28    Sujet du message: Répondre en citant

Pas de souci, les vedettes ont besoin d'entretien.
Ceci dit, contrairement à OTL, elles n'ont pas de station avancée en Crimée et sont plus proches de leur base (NB : entretien lourd fait à Linz en Autriche).

On en retient combien au final ?
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10320
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Nov 24, 2019 16:56    Sujet du message: Répondre en citant

S-26, S-28, S-40 et S-102 (arrivées avant l’hiver 42-43) [La S-27 a été détruite accidentellement par une torpille de la S-72, et celle-ci a été perdue en combat en mars 1943.].
S-42 et S-45 (arrivées au printemps 1943).
S-46, S-47 et S-49 (arrivées récemment, en fin d’assemblage ou en essais).
Arrivée prévue à l’automne : S-51 et S-52.


Donc en juillet 43, 6 vedettes, moins celles qui pourraient être en entretien (1 ou 2 maxi).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4857
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Nov 24, 2019 19:17    Sujet du message: Répondre en citant

Les S-27 et S-40 arrivent en janvier (chrono 27 oct 42). Au 1er mars, elles sont toujours indiquées non opérationnelles.
Il semble que la navigation sur le Danube ait été problématique à cause de la glace entre janvier et mars 43.
Il faudrait donc modifier le fichier d'octobre pour indiquer que les S-27 et S-40 sont censées arriver en janvier. Au 1er mars, on peut indiquer qu'elles ont été retardées par la glace et viennent juste d'arriver à Galati pour assemblage. La S-72 étant perdue fin mars, il vaudrait mieux que ça soit une autre qui flingue la S-27 (en avril ?).
Pour le reste, OK.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3341
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Dim Déc 01, 2019 08:12    Sujet du message: Répondre en citant

pas de suite?
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 618
Localisation: Sébastopol

MessagePosté le: Dim Déc 01, 2019 09:54    Sujet du message: Répondre en citant

Ne vous attendez pas à du gros tirage, je n'ai pas les capacités de Demolitiondan. Confused
_________________
- Mister Graham, tell this man to fire at me !
- I beg your pardon ?

The Last Samurai
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3341
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Dim Déc 01, 2019 10:18    Sujet du message: Répondre en citant

je suis en train de travailler juillet 44 sur le front italien Wink

ps : je te rappelle pour ton orbat qu'en aout 44 j'ai retiré la Gross Deutschland d'italie pour aller jouer les pompier à l'est. verifier la date exacte dans la chrono
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10320
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Déc 01, 2019 10:34    Sujet du message: Répondre en citant

Pat, veux-tu dire Août 43, pour la Gross Deutschland ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3341
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Dim Déc 01, 2019 10:44    Sujet du message: Répondre en citant

ooops, effectivement, aout 43, et plus tard, la herman Goering en fevrier 44
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10320
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Déc 07, 2019 12:17    Sujet du message: Répondre en citant

On repart !
Merci Ciders.



21 juillet
Opération Zitadelle
L’Armée Rouge contre-attaque
Kiev
– Débarquant sous forte escorte dans une gare elle-même solidement gardée au milieu d’une ville densément patrouillée, les premiers personnels des 21e et 22e Corps Blindés ne s’attardent pas sur les quais. Des dizaines de convois suivent, chargés de chars, de véhicules de toutes sortes, de pièces d’artillerie et de matériels de soutien. Tanachichine et Volkov ont reçu leurs ordres : déployer au plus vite leurs troupes à l’ouest de la capitale ukrainienne pour en assurer la défense rapprochée. Trop occupés à décharger leur matériel et prudents par nature, les tankistes ne s’intéressent pas vraiment aux trains qui partent dans l’autre sens. Ceux-là sont remplis de blessés et d’épaves réparables – et tous comportent aussi plusieurs wagons de marchandises aux portes cadenassées, dont s’échappent de temps à autre des cris.
………
Secteur de la 3. PanzerArmee – Les cartes dessinées dans la nuit et fournies à von Langermann-Erlencamp lors du point de situation matinal de son état-major reflètent une situation tactique des plus embrouillées. Plusieurs portions du front ne sont pas représentées, d’autres voient se croiser ou s’emmêler les lignes et positions reconnues des deux camps. Sur le terrain, Landsers et Frontoviki se mélangent dans un salmigondis d’égarés plus ou moins déserteurs au milieu de retranchements débordés. Il n’est pas rare que les estafettes allemandes croisent des convois soviétiques, dans une pagaille indescriptible. Un gros travail de réflexion à partir d’hypothèses plus ou moins bien étayées laisse cependant filtrer deux choses, transmises à Model et à Kluge. Un, les Soviétiques semblent se replier vers le sud, plus vite à l’ouest qu’à l’est. Les officiers allemands envisagent un mouvement vers une ligne courant le long des rivières Norin et Ush [Ouj]. Deux, le gros des moyens soviétiques file vers Ovruch, sans doute pour se lier aux défenseurs qui tiennent encore Korosten. On sait qu’il y a à Ovruch au moins un corps blindé soviétique, mais celui-ci, s’il est sans doute en mesure de contrer les chars de Scheller, est déjà accroché par les autres forces de Model.
L’intensité des récriminations et exigences de Model ayant diminué avec la nuit, Langermann-Erlencamp peut décider de prendre un peu de temps pour réfléchir. Il lui apparaît que pour Scheller, renforcé par la 267. ID et couvert sur sa droite par la 81. ID, atteindre Ovruch est désormais possible – à condition de disperser tous les fuyards qui encombrent routes et sous-bois et d’obtenir un appui minimal de la Luftwaffe.
Le mouvement démarre dans la matinée. Trop occupées à s’évaporer proprement vers le sud, les unités de la 56e Armée ne se préoccupent pas de la progression allemande. Comme les Allemands l’ont estimé, Trofimenko a ordonné un rétablissement sur les deux rivières plus au sud [Il semble que Trofimenko ait pris cette décision de son propre chef, sans en aviser qui que ce soit. Il affirmera cependant dans ses Mémoires qu’il avait obtenu l’aval oral de Vatoutine.]. A présent presque dépourvu de moyens blindés, il s’est fait une raison. Ovruch tombera très certainement aujourd’hui ou demain. Son armée sera plus utile si on la masse sur la Ush, à l’est d’Ovruch. Les Allemands ne pourront pas laisser une masse soviétique sur leur flanc gauche, cela leur donnera à réfléchir. Et à Korosten, Vatoutine dispose certainement de réserves qu’il pourra engager contre les pointes allemandes. Bien tenu, le quartier général du Front ne peut pas tomber et servira de pivot à de futures contre-attaques. Dans ces conditions, le plus sage est de tenir près d’Ovruch, en attendant mieux.
Mais Trofimenko ignore que Vatoutine ne dispose d’aucune réserve à Korosten, et que le quartier général du Front est déjà en cours d’évacuation. Trop occupés à vider les lieux (un mémorialiste britannique parlera plus tard d’une « fuite désordonnée plus que d’un mouvement organisé ») et persuadés que la Stavka a déjà avisé la 56e Armée, aucun des officiers de l’état-major du 3e Front d’Ukraine ne songe à prévenir Trofimenko que Staline a décidé un repli sur Malin.
L’assaut sur Ovruch ne tarde pas. Défendue par des éléments de la 56e Armée et par le 6e Corps blindé, la ville est désormais assaillie par quatre divisions d’infanterie allemandes et par la 4. Panzer. A l’ouest, le village de Norinsk [Noryns’k] barre la route aux assaillants. Par cinq fois, les Allemands s’en emparent, pour en être chassés aussitôt par des défenseurs enragés. Une sixième charge, menée avec l’appui de quelques obusiers lourds, finit par emporter la décision et éliminer les ultimes fusiliers encore embusqués, au prix de pertes très élevées. Épuisés, les hommes de la 78. SD s’écroulent dans les ruines, à bout de fatigue. Au sud, les chars de von Saucken coupent la voie ferrée et les routes menant à Korosten. Seulement reliée aux restes de la 56e Armée, à l’est, par un mince cordon, la garnison d’Ovruch attend l’assaut final.
En revanche, du côté de Korosten, les éclaireurs allemands sont formels : les Soviétiques sont en train d’évacuer la ville. Kluge en tire d’emblée une conclusion simple : il faut attaquer tout de suite afin de perturber ce repli, pour empêcher la destruction des réserves et tuer le plus de défenseurs possibles. L’ordre est transmis directement aux chefs de corps – mais Model n’est pas informé (le responsable des communications du Heeresgruppe NordUkraine prétextera une panne de radio…). Kluge laisse la bride sur le cou aux chefs sur le terrain : prenez la ville aussi vite que possible, peu importe comment.
Devant Korosten, désemparés par les ordres pressants et inhabituels de Staline, harcelés par la Luftwaffe, les Soviétiques se battent comme de beaux diables mais de façon trop décousue pour être efficace. Coupé de ses forces sur le terrain par le déménagement trop rapide de son poste de commandement, Vatoutine ne peut guère peser sur la bataille. C’est à Alexeiev, Rybalko et Potapov, isolés dans la tempête, de diriger le sauvetage de ce qui peut être sauvé.
Progressant au milieu des explosions et de la fumée qui monte des dépôts en feu, les panzers atteignent les faubourgs de Korosten. Mais la prise de la ville ne sera pas chose faite avant la fin de la nuit du 21 au 22. Au nord-ouest, le quartier de la gare flambe d’un bout à l’autre, incendié par ses défenseurs. Avançant avec une prudence de loup en chasse, guettant les snipers tirant des soupiraux, des toits ou même des bouches d’égout, les Landsers s’efforcent de ne prendre aucun risque, ce qui ne leur évite pas de subir des pertes notables. Le nettoyage méthodique à la grenade des immeubles d’habitation provoque de nombreux morts dans ce qui reste de la population civile. Les quelques témoignages d’exactions sur les civils seront ignorés et noyés par les communiqués de victoire des équipes de Goebbels, proclamant la chute de Korosten.
………
Secteur de la 6. Armee – Trop occupé à conquérir Korosten et Ovruch, le XLVII. PanzerKorps ne se soucie guère de son flanc droit. Dans ces conditions, une attaque de la 4e Choc pourrait gravement perturber l’action allemande. Mais Maslennikov doit avant tout trouver une solution à ses propres problèmes.
En effet, après deux jours de calme relatif, le XLV. ArmeeKorps a repris l’offensive. Profitant de la panique qui a désorganisé l’aile droite de la 37e Armée et obligé la 4e Choc à y dépêcher des renforts, De Angelis joue son va-tout. A droite, la 302. ID donne la main à la 9. ID pour élargir le saillant de Iablonets. Au centre, l’assaut allemand se concentrait sur Krivotine.
Privé du soutien du 11e Corps Blindé, désormais tout entier engagé à Korosten, Maslennikov ne peut compter que sur ses propres forces. Et celles-ci s’amenuisent d’heure en heure : débordée au nord par Model et bientôt au sud par Jashke, la 4e Choc est sous pression d’un bout à l’autre de son front, ses blindés tentant d’éteindre les multiples incendies qui se déclaraient du nord au sud. Ultime avanie, Staline exige qu’elle lance une contre-offensive vers le nord afin de reprendre Korosten ou au moins d’en éloigner les Allemands !
Appelant Vassilievski, Maslennikov vide son sac. Contre-attaquer ? Avec quels moyens et dans quelles conditions ? Il est presque encerclé ! Et que fabrique l’état-major du 3e Front d’Ukraine, qu’il est impossible de joindre ? Vassilievski n’a que peu de réponses satisfaisantes à lui donner : il ne peut que confirmer que Staline a ordonné d’évacuer le QG du Front, et seulement promettre d’évoquer avec le Vojd la possibilité de replier la 4e Choc vers l’est. En attendant une réponse, Maslennikov n’a pas le choix : il doit tenir sur place.
Plus au sud, son aile droite mise en péril, Chuikov a décidé d'assurer lui-même la conduite des opérations à Iablonets, laissant le reste de la 37e Armée à ses subordonnés. De vigoureuses contre-attaques lui permettent de reprendre Usolusy et de réduire la tête de pont allemande à Iablonets, mais au prix de lourdes pertes – et la 37e Armée est loin d’être prioritaire dans l’allocation des renforts.
En face, rudement éprouvé, le LV. ArmeeKorps peut au moins compter sur les hommes de la 4. Luftwaffen-Feld-Division pour boucher les trous. Et Paulus n’a pas encore tout lâché.
La 36. PanzerGrenadier du général Gollnick a jusqu’ici été maintenue en réserve, pour s’opposer à une contre-attaque d’un corps blindé soviétique. Mais rien de tel ne s’est produit. Le FHO avait signalé la présence d’un tel corps (le 17e Corps Blindé) à l’est de Jitomir, mais celui-ci n’a pas encore bougé. Peut-on alors utiliser la centaine de Panzer III et de StuG III disponibles contre la 4e Choc ? Contre la 37e Armée ? Ou pour tenter de percer en profondeur afin d’isoler les deux formations ? Certes, ce serait beaucoup demander à Gollnick, mais la panique aidant, les Soviétiques pourraient ressentir le besoin urgent de se replier vers l’est. Cependant, Paulus n’est pas homme à prendre une initiative aussi aventurée. Dans la matinée, il décide de demander l’aval de von Kluge et d’informer l’un de ses protecteurs : Halder. En effet, celui-ci est toujours chef d’état-major de l’OKH, même s’il est progressivement mis sur la touche.
………
Bataille de Jitomir et secteur de la 8. Armee – Mais dans la partie sud de la gigantesque lutte qui se déroule, l’aube n’est pas encore levée que les Allemands sentent que la journée va être difficile.
De fait, il a fallu des jours à l’Armée Rouge pour tout mettre en place, mais cette fois, il n’est plus question de reculer. Maintenant que les Allemands sont bien entrés dans Jitomir, il est temps de reprendre l’initiative. Place à la contre-offensive ! Rokossovski a attendu de disposer de canaux sûrs et redondants pour communiquer avec Vlassov et Chernyakovski, qui sont eux-mêmes en mesure d’échanger entre eux sans passer par l’arrière, ce qui est très peu habituel dans l’Armée Rouge. Le chef du 1er Front d’Ukraine va orchestrer un contre-encerclement – une opération osée pour une Armée Rouge peu habituée à ce genre de manœuvres. Faute de temps et d’expérience, il a fallu se rabattre sur un plan moins ambitieux et moins délicat qu’envisagé au départ, mais sans doute plus fiable – l’influence de Joukov a sans doute joué. Quoi qu’il en soit, il n’y a plus une minute à perdre.
Tombant dans la nuit sur des Landsers fatigués et trop peu méfiants, la 5e Choc déboule sans crier gare sur la 332. ID. Surprise, la division du général Trowitz encaissait de lourdes pertes et se trouve forcée de desserrer son étreinte sur le nord-est de Jitomir. Dans le même temps, au sud de la ville, la 1ère Choc de Vlassov frappe fort d’entrée contre les 205. et 304. ID.
Dès la mi-journée, pour Manstein à la 8. Armee comme pour Paulus à la 6. Armee, l’étonnement fait place à l’effarement. Les Soviétiques essayent-ils d’enfermer les assaillants dans une vaste poche ? Les 147. et 223. ID sont déjà presque piégées dans Jitomir et le risque est grand de perdre en plus la 332. ID d’un côté, les 205. et 304. ID de l’autre. Soit pas moins de cinq divisions ! Une perspective insupportable pour Paulus comme pour Manstein.
L’offensive rouge a au moins pour effet de lever les interrogations de Paulus. Il ne va appeler ni Kluge ni Halder. Gollnick doit marcher au canon et frapper la 5e Choc pour dégager la 332. ID.

(la suite - 22 juillet - dès demain)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1709
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Sam Déc 07, 2019 12:56    Sujet du message: Répondre en citant

Dans le Secteur de la 3. PanzerArmee, il manque la fin du paragraphe…
"les panzers atteignent les …"?

edit: Ah bin, tu as corrigé entretemps! Laughing

Citation:
Surprise, la division du général Trowitz encaissait de lourdes pertes et se trouve forcée de desserrer son étreinte sur le nord-est de Jitomir.

_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 3311

MessagePosté le: Sam Déc 07, 2019 16:31    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
la division du général Trowitz encaissait de lourdes pertes


Avec un nom pareil... c'est pas étonnant que son unité fonde trop witz ! Arrow Arrow
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Charles Huntziger, 7 mai 1940.
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4857
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Déc 07, 2019 19:29    Sujet du message: Répondre en citant

C'est sans doute en demander beaucoup, mais avoir des cartes serait un plus !
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 618
Localisation: Sébastopol

MessagePosté le: Sam Déc 07, 2019 20:38    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne sais pas faire. Je peux vous donner des fichiers .kmz pour Google Earth ou les liens vers les trois ou quatre cartes utilisées.

Je rajoute que les noms entre [] sont ceux présents sur Google Earth. Ca peut aider à se repérer.
_________________
- Mister Graham, tell this man to fire at me !
- I beg your pardon ?

The Last Samurai
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2399
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Sam Déc 07, 2019 21:33    Sujet du message: Répondre en citant

Hé bien Ciders .... tu m envoie tes fichiers et moi je vois ce que je peut proposer ? Entre la poire et le fromage je veux dire !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15 ... 17, 18, 19  Suivante
Page 14 sur 19

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com