Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Espagne
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 39, 40, 41 ... 43, 44, 45  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Les pays neutres
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1015

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 11:00    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Tiens c'est un sujet. Pas sûr que la légalité étouffe les allemands ... ne peuvent-ils être tenté de faire plaisir à Franco en le débarrassant de gêneurs ?


Si tu penses aux familles des militaires engagés dans la légion, elles sont françaises bien que probablement la NEF puisse annuler ces naturalisations.
OTL Vichy en annula plus de 15000.
Par contre la masse des réfugiés sont apatrides, les allemands peuvent les deporter, faire plaisir à Franco et ne pas ouvrir un conflit légal avec Alger.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2384
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 11:05    Sujet du message: Répondre en citant

La présence massive de républicains dans l'armée française risque hélas d'attirer l'attention sur le sujet ...
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7361

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 12:37    Sujet du message: Répondre en citant

On peut toujours en discuter, effectivement. mais il y a un parallèle OTL, le traitement des FFL. Considérant qu'il ne s'agissait pas d'une véritable armée, ni la France Libre comme un état belligérant mais de simples rebelles à Vichy (seule France reconnue par Hitler), le dictateur nazi menaça d'envoyer les prisonniers FFL dans les camps de concentration. La réplique de de Gaulle fut claire. Tout ce qu'Hitler ferait aux combattants français aurait des répercussions dans le traitement des prisonniers allemands.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1015

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 14:18    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
La présence massive de républicains dans l'armée française risque hélas d'attirer l'attention sur le sujet ...


Je me suis souvent posé la question. Dans la mesure ou existent 3 unités de legion "espagnoles" et que nous sommes en periode de guerre, de combien d'hommes parlons-nous?
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2384
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 20:24    Sujet du message: Répondre en citant

Si je ne m'abuse, c'est de l'ordre de 40 000 personnes, mais je parle sous couvert de ceux qui étaient là avant moi.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1015

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 21:04    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Si je ne m'abuse, c'est de l'ordre de 40 000 personnes, mais je parle sous couvert de ceux qui étaient là avant moi.


C’est beaucoup non pour 3 unités du type DBLE et BMLE?. Pour info la 13eme DBLE aujourd’hui c’est 1300 hommes.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10301
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Aoû 14, 2019 21:09    Sujet du message: Répondre en citant

Les trois grandes unités "espagnoles" ne résument pas toute la participation des Républicains. De plus, pour maintenir une unité en ligne, il faut un solide volant de remplacements / renforts.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2933
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Jeu Aoû 15, 2019 04:27    Sujet du message: Répondre en citant

Sans compter que la taille des unités s'est réduite comme peau de chagrin depuis cette époque.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7361

MessagePosté le: Jeu Aoû 15, 2019 08:54    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a aussi des Espagnols dans l'aviation et probablement dans la marine. Je pense en particulier aux équipages des unités espagnoles qui s'étaient réfugiés dans des ports français après la capitulation républicaine. Les navires furent "rendus" à Franco, mais au moins une partie des hommes sont restés en France jusqu'au Grand Déménagement.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1015

MessagePosté le: Jeu Aoû 15, 2019 09:39    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Il y a aussi des Espagnols dans l'aviation et probablement dans la marine. Je pense en particulier aux équipages des unités espagnoles qui s'étaient réfugiés dans des ports français après la capitulation républicaine. Les navires furent "rendus" à Franco, mais au moins une partie des hommes sont restés en France jusqu'au Grand Déménagement.


D’apres la”la Revue historique des armées”, 6000 républicains s'engagèrent dans la légion en 39-40. Ils furent présents dans pratiquement toutes les unités du corps : 1, 2, 3, 6,11, 12 REI et 4, 13 DBLE.
Pour info, à Narvik, la 13 DBLE ce n’est même pas 2000 hommes dont 900 espagnols.
Malheureusement l’auteur de l'étude n’a pu recouper ceux qui combattront après l’armistice avec les noms des premiers engagés. Il évalue à 1500 hommes ceux qui combattront avec les FFL.
J’ai appris à l’occasion de cette lecture, que des républicains engagés dans la légion et regroupés en Angleterre après Narvik, refuseront de rejoindre l’AFN (crainte d’être débarques au Maroc espagnol) et pour certains s’engageront dans l'armée anglaise !.
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chasseur Corse
Invité





MessagePosté le: Lun Aoû 19, 2019 16:13    Sujet du message: L'espagne Répondre en citant

je me permet de donnée un renseignement au personne qui parle de se sujet.
c'est que lors de la libération de Paris par la 2e DB de leclerc c'est une compagnie espagnole qui permis la rédition des allemands et qui défilla sur les champs elysée cette compagnie avait pour nom "La Nuéve" ce qui en francais pourait se traduire par la 9e.
amitié
Chasseur corse
Revenir en haut de page
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 1015

MessagePosté le: Mer Aoû 21, 2019 12:53    Sujet du message: Re: L'espagne Répondre en citant

Chasseur Corse a écrit:
je me permet de donnée un renseignement au personne qui parle de se sujet.
c'est que lors de la libération de Paris par la 2e DB de leclerc c'est une compagnie espagnole qui permis la rédition des allemands et qui défilla sur les champs elysée cette compagnie avait pour nom "La Nuéve" ce qui en francais pourait se traduire par la 9e.
amitié
Chasseur corse


Merci chasseur, il existe une BD qui relate les aventures de ces hommes. le titre est très original : "La nueve"

Scénario :Roca, Paco
Dessin :Roca, Paco
Couleurs :Roca, Paco
Dépot légal : 04/2014 (Parution le 23/04/2014)
Achev. impr. : 03/2014
Editeur : Delcourt
Collection : Mirages

je dois reconnaitre, un peu piteusement je l'avoue, ne pas l'avoir lu....shame on me Crying or Very sad
_________________
“On va faire le trou normand. Le calva dissout les graisses, l'estomac se creuse, et y a plus qu'à continuer. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10301
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Sep 22, 2019 10:19    Sujet du message: Azul, clap de fin Répondre en citant

Un petit ajout (merci TYLER) sur l'Espagne.

1er mars
Una, grande, libre
La Légion Azul rentre à la maison
Madrid
– Cette fois, c’en est trop. Alors que les Alliés ont lancé une “seconde guerre du wolfram” en reprenant un embargo qui ne saurait manquer de produire des effets néfastes sur son peuple, Francisco Franco apprend que la Légion Azul (l’ex-division du même nom, reconstituée avec des effectifs amoindris par rapport à 1942) a subi de lourdes pertes lors des dernières opérations en Ukraine. Des pertes catastrophiques même si, encore une fois, les fantassins espagnols ont brillé face aux hordes rouges. Enfin, selon le rapport envoyé du front par l’état-major du colonel Garcia Navarro. Mais si les Espagnols brillent douloureusement pour le compte des Allemands en URSS, le front français avance petit à petit vers l’ouest, et la frontière pyrénéenne risque de bientôt passer entièrement sous le contrôle des Alliés !
C’est pourquoi Franco demande officiellement au Führer et à l’OKH que la Légion Azul soit retirée du front et rentre en Espagne, prétendument pour reconstitution… tant qu’elle le peut encore ! A la fin de mars, plusieurs convois ferroviaires ramèneront en Espagne un peu plus de deux mille hommes…
A peu près autant d’Espagnols ont décidé de rester combattre le “péril rouge”. Ils seront éparpillés dans plusieurs unités, sur le front russe ou dans des unités de lutte anti-partisans, et ce jusqu’à la fin de la guerre en Europe. La plupart combattront sous l’uniforme de la Waffen SS. Une compagnie, puis une seconde dans les derniers mois de la guerre, seront affectées en même temps que le “bataillon” wallon au sein de la Division Charlemagne dans une bien curieuse union des peuples !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10301
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Nov 10, 2019 18:57    Sujet du message: Répondre en citant

Grâce à TYLER, sous le contrôle et avec les conseils avisés de REQUESENS, voici enfin la suite… et plus… de notre histoire espagnole.

10 mai 1944
Plus ultra !
La difficile résurrection des Cortès
“Club français”, Mexico
– Dans la plus tradition parlementaire de la plupart des pays plus ou moins démocratiques, il ne s’agissait que d’une réunion destinée à préparer une véritable assemblée. Mais c’était la première réunion des Cortès espagnols depuis cinq ans ! Martinez-Barrio avait tenu à ce qu’elle soit organisée avant l’assemblée prévue pour l’été suivant, pour le symbole et pour sonder “ses” députés. Mais le président du Parlement vient de subir une déconvenue vexante : arguant que le quorum de 100 députés n’était pas atteint, Prieto et ses partisans ont nié la constitutionnalité de cette réunion, qui ne pouvait être qualifié de “parlementaire”.
Les 72 députés présents sont donc rassemblés dans une ambiance solennelle mais pour une réunion vide de sens. Le Secrétaire à la Chambre, Eduardo Frapolli, lit néanmoins avec émotion les noms des 127 députés des Cortès qui sont morts depuis juillet 1939. Et Martinez-Barrio conclut par un discours teinté d’inquiétude sur ce que pourrait apporter l’assemblée “véritablement” parlementaire de l’été.
Hélas, quelques heures plus tard, Prieto se répand dans la presse pour affirmer que si les communistes ou leurs alliés (comprendre Negrin et ses socialistes, du point de vue de Prieto) participaient à la réunion des Cortès en exil, celle-ci n’aurait plus rien de légal ni de légitime !


1er juin 1944
Plus ultra !
Discorde
Mexico
– Diego Martinez-Barrio a tenté une seconde fois de réunir une assemblée préparatoire aux Cortès avec les députés espagnols en exil au Mexique, mais Indalecio Prieto a fait échouer cette tentative. Martinez-Barrio en tire les conséquences en démissionnant de la présidence de la JEL, la structure politique associant des mouvements allant des autonomistes catalans et basques aux prietistes… Le mariage de raison entre lui et Prieto a fait long feu, ce qui n’est guère rassurant au vu des échéances à venir. La volonté de faire primer les institutions de la Deuxième République chère à Martinez-Barrio s’oppose au désir de compromis de Prieto. Ce dernier considère même que la JEL est l’entité politique la plus représentative des Républicains en exil ! Il est vrai qu’il possède sur elle un certain ascendant… De plus, il n’entend pas renoncer à l’organisation d’un référendum national sur la forme à donner à la future Espagne post-Franco – référendum dont les termes seraient évidemment issus d’un compromis.


14 juin 1944
Plus ultra !… ou Una, grande, libre ?
Un prétendant très couru
Estoril (Portugal)
– S’apprêtant à embarquer pour le Mexique, où il doit participer à la réunion des Cortès en compagnie d’une petite poignée de députés cedistes, José-Maria Gil-Roblès, “ministre des Affaires étrangères” de Don Juan et ancien leader de la CEDA, est venu saluer celui qu’il considère dorénavant comme le roi d’Espagne. Juan III lui rappelle l’objectif de sa mission diplomatique dans ce qui risque d’être pour lui un territoire hostile.
Alors que l’Allemagne recule sur tous les fronts et que sa défaite semble prochaine, la chute de Franco apparaît inéluctable. Gil-Roblès, en sa qualité d’ancien député, est chargé de présenter aux Cortès le plan élaboré par le futur Juan III. Il s’agit d’une Union Nationale à l’ombre de la Couronne, bien sûr. Ce sera à Gil-Roblès de convaincre les parlementaires qu’il s’agit là de la solution la plus raisonnable pour que l’avenir de l’Espagne soit radieux. Le représentant hors d’Espagne du Prétendant à la Couronne quitte le bureau de ce dernier quelque peu tracassé par l’ampleur de sa tâche, tandis que Don Juan vaque sereinement à ses occupations.
Sereinement, car le comte de Barcelone est persuadé qu’obtenir le ralliement des parlementaires n’est pas la seule carte, loin de là, qu’il a dans sa main. Il y a quelques jours, il s’est vu approché discrètement par Ramon Serrano Suñer, le cuñadissimo (le “beau-frèrissime”… de Franco), rien de moins ! L’ancienne étoile montante du régime franquiste a évoqué avec lui l’éventualité d’un coup d’état phalangiste qui évincerait Franco et porterait Don Juan sur le trône d’Espagne ! Juan III n’en a pas encore parlé à son Conseil, mais il ne peut être que ravi de l’évolution en cours des positions des uns et des autres… Don Juan a quand même une petite pensée pour Gil-Roblès, qui ne sera soutenu que par deux de ses anciens fidèles cedistes et dont la mission s’annonce ardue. Cependant, il devrait être aidé par le travail de sape mené sur place par Prieto depuis des mois, et il est fort possible qu’il obtienne au moins un succès partiel.
« Ce sera difficile pour Gil-Roblès, mais je n’allais quand même pas leur envoyer Latapié ! » s’exclame pour lui-même le comte de Barcelone. La perspective de voir Latapié plaider sa cause devant les Cortès arrache un rictus amusé à Juan III… Il est vrai qu’Eugenio Vegas Latapié, qui fait aujourd’hui office de Premier ministre auprès du Prétendant, avait projeté en juillet 1936 de faire assassiner le président de la République, Azaña, pour venger la mort du député d’extrême droite Calvo Sotelo, puis d’organiser une attaque suicide au gaz moutarde en pleine réunion des Cortès ! Seul le déclenchement du coup d’état du Mouvement National a mis fin à ses sinistres projets…


15 juin 1944
¡ Viva España !
Audace ou inconscience ?
Paris
– Miguel Maura fut un éphémère ministre de la République espagnole au début des années 30. En désaccord avec les articles de la Constitution de 1931 appelant à une séparation de l’Église et de l’État, il est passé à l’opposition. Lors de la victoire du Front Populaire, il a même appelé à une « dictature républicaine » pour lutter contre les troubles civils qui commençaient. Maura peut donc être qualifié de républicain conservateur.
Après avoir refusé la proposition d’Azaña de devenir Premier ministre d’un gouvernement d’union nationale, il a réussi à fuir l’Espagne pour Toulouse dès 1936, aidé par Indalecio Prieto, alors qu’il était recherché par les milices du Frente Popular. Au moment du Sursaut, il a préféré rester en France Occupée, ne voulant pas frayer avec Negrin, qui semblait prendre l’ascendant sur les réfugiés espagnols participant au Grand Déménagement. Par la suite, resté très discret, Maura n’a presque pas été embêté par le NEF et la Gestapo.
Aujourd’hui, profitant de l’euphorie du retour de nombreuses administrations et légations dans la capitale française, Maura a pris contact avec l’ambassadeur franquiste en France, De Foxa. Son intention ? Entamer des négociations pour la constitution d’un gouvernement « de transition » en Espagne, rien de moins ! Or, il ne représente pratiquement que lui. Néanmoins, De Foxa, amusé, transmet l’information à son ministre des Affaires Étrangères, Jordana. Quelle n’est pas sa surprise de se voir répondre de continuer les négociations – sans, bien évidemment, s’engager formellement ! Franco, semble-t-il, désire ne fermer aucune porte…


18 juin 1944
¡ Viva España !
Avertissement sans frais
Londres
– Après de nombreuses tractations entre le camp d’Attlee (rejet de Franco) et celui de Cadogan (maintien du statu quo dans les relations hispano-britanniques), la version définitive de la lettre envoyée à Franco est approuvée par le War Cabinet. Il ne s’agit que d’un avertissement, mais qui doit inciter Franco à s’interroger sur les circonstances qui lui ont permis d’accéder au pouvoir et sur l’attitude « perverse » d’une partie des soutiens de son régime.
La ligne suivie par la diplomatie britannique vis-à-vis de Madrid depuis un an environ (une année ponctuée de victoires militaires) est claire et confirmée : ne pas prendre des positions trop dures, pour ne pas braquer l’opinion espagnole, mais pousser à intervalles réguliers pour permettre le retour de la monarchie ou une évolution du régime franquiste vers une heureuse modération favorisant entièrement les intérêts britanniques. Sir Samuel Hoare, ambassadeur de Sa Majesté auprès de Franco, est chargé de transmettre ce message avant de revenir au Royaume-Uni dans le courant du mois de juillet… pour y être anobli ! Le futur vicomte Templewood ne reviendra pas en Espagne, à présent que Londres est assuré que ce pays restera neutre dans le conflit en cours. La mission du député de la circonscription de Chelsea, vétéran de nombreux gouvernements dans les années 30, peut donc être considérée comme accomplie.
Pour le remplacer, Anthony Eden se laisse le temps de la réflexion. En fonction de la réponse de Franco, il choisira un diplomate plus ou moins arrangeant avec le Caudillo.

(à suivre)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2384
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Nov 10, 2019 20:33    Sujet du message: Répondre en citant

Hé bien, selon le proverbe : moins en ont en a, plus on se le dispute ! Et dire qu'on parle de mes yougoslaves ... Franchement, les républicains espagnols paraissent à peine meilleurs.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Les pays neutres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 39, 40, 41 ... 43, 44, 45  Suivante
Page 40 sur 45

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com