Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mars 44 - Balkans et Hongrie
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 24, 25, 26 ... 29, 30, 31  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2066
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Mer Sep 11, 2019 21:07    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai bien la 51th ... Mais qui a des canadiens pour mettre ce monsieur ?


_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1162

MessagePosté le: Mer Sep 11, 2019 23:05    Sujet du message: Répondre en citant

Tu peut aussi intégrer un bourguignon grognon, descendant du sieur de Chambure:

https://unodieuxconnard.com/2019/09/11/boeuf-et-bourguignon/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 578

MessagePosté le: Mer Sep 11, 2019 23:35    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:

Et vu qu'au 23 mars, personne ne m'a posé la question, cette chanson est la traduction arrangée d'une chanson irlandaise bien connue dans un milieu, et dont le titre évocateur est 'The Best is yet to come'. Le meilleur reste à venir donc - ambiance !!! Very Happy Very Happy

https://www.youtube.com/watch?v=6miaTf1gF4g


L'un des meilleurs morceaux qui soient dans ce fameux milieu. Voire le meilleur Embarassed Razz
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10137
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 08:38    Sujet du message: Répondre en citant

27 mars
La campagne des Balkans
Salve d’éclairs
Balkans
– Une fois n’est pas coutume, il fait beau en Yougoslavie (mais pas dans les pays voisins). Tedder peut donc enfin consacrer ses avions à la préparation de l’offensive de printemps – et même faire davantage.
Ainsi, selon le plan dressé de longue date dans les bureaux d’Athènes, les Beaumont des 235th et 237th Wings vont ravager la gare de Banja Luka, très éloignée du centre de la ville – heureusement pour la forte communauté serbe, déjà martyrisée lors de l’invasion de 1941 puis de l’annexion oustachie . Couverts par la Bohême-Moravie (qui ne signalera aucun engagement), les bimoteurs laissent derrière eux une gare ravagée par des incendies et des monceaux de rails tordus – ils ne le savent pas encore, mais ils vont ainsi faciliter, sans le vouloir, le soulèvement de l’AVNOJ dans la région.
Par contre, les A-20G de la 19e EB Gascogne sont bien conscients d’aider les Partisans. Ils passent encore la journée à ravager les colonnes oustachies et – c’est nouveau – les convois de la Prinz-Eugen rencontrés en chemin sur les routes de Bosnie. Les Faucheurs sont renforcés « à titre exceptionnel » par un groupe de B-25 de la 23e EB Bretagne, qui ont décollé de Corse sur ordre direct du président du Conseil. Alors que son ministre Blum est toujours à la manœuvre pour tenter de sortir par le haut de la crise yougoslave, le Général tient à démontrer qu’il soutient toutes les forces combattantes des Balkans, sans exception – même s’il se méfie à titre personnel de cet aventurier devenu maréchal, qui paraît tout de même peu digne de confiance.
Croates et SS souffrent donc sous le ciel bleu de Bosnie, sans que la ZNDH ou la Luftwaffe daignent intervenir – au grand dam des Spitfire du 239th Wing. Les soldats de l’Axe feront remonter des rapports amers (mais sans conséquence immédiate) sur l’absence de soutien de la part de leurs aviateurs. Rompus à la lutte anti-partisans ou à la chasse aux orthodoxes, ces soldats découvrent ainsi la joie de combattre contre des adversaires largement à leur taille – une joie que la Heer connaît déjà bien (quoiqu’elle ne souffre guère, aujourd’hui, des coups de l’aviation alliée). De leurs collines, les partisans de l’AVNOJ ont eux aussi – et avec une jubilation non dissimulée – l’occasion d’observer les ravages infligés par l’aviation allié. La Flak ayant abattu deux des A-20, les équipages français, qui ont pu se parachuter, sont récupérés et fêtés dans une ambiance plus que cordiale, voire carrément fraternelle.
Informé de ces événements, le maréchal Tito constate une fois encore que son plan semble marcher : les Alliés occidentaux le suivent dans son offensive, même s’ils ne le disent pas ouvertement ! Et au soir, comme pour lui donner raison, le Sqn 34 (South African) procède à une opération massive de parachutage d’armes légères dans la région de Priboj, en territoire totalement contrôlé par l’AVNOJ. Les partisans communistes semblent bien en passe de triompher définitivement en Bosnie orientale.
………
Zagreb, vers 23h00 – Dans la nuit noire, alors que le général Kren, commandant en chef de l’aviation oustachie, cherche le moyen de répondre aux reproches de l’Armée sans trop mettre en danger ses aviateurs et son matériel, les Wellington des Sqn 104 et 202 passent au-dessus de la capitale croate pour frapper une fois encore la gare et les voies ferrées alentours, qui étaient pourtant déjà dans un triste état. En effet, ces cibles ont déjà été largement traitées, notamment lors du raid du 22 février précédent, et guère réparées depuis !
Mais c’est sans importance : l’état-major allié a bien décelé la vulnérabilité des unités oustachies sur le front. Il souhaite encourager les désertions ou redditions qui font déjà la réputation de l’armée du NDH à Athènes, tout en continuant à fragiliser l’Etat de Pavelic.
Le chef de la Zrakoplovstvo Nezavisne Države Hrvatske observe avec fatalisme de sa fenêtre la dévastation causée par les Britanniques, tout comme l’absence de véritable riposte de la part de ses hommes – les Croates n’ont pas de chasse de nuit et leur DCA est à peu près inefficace à l’altitude où volent les Wellington. Il sait déjà qu’il va passer une très mauvaise matinée, demain…

Runes contre Pentagramme
Bosnie et Serbie (zone alliée)
– Les forces grecques adoptent encore aujourd’hui une posture strictement défensive dans les vallées sous leur contrôle, dans l’attente des renforts en provenance du Kosovo et des instructions transmises par Athènes.
………
Nord du Monténégro – Ragaillardis par les frappes menées sur les arrières de l’Axe par l’aviation alliée, le 1er Corps “prolétarien” et le 3e Corps “bosniaque” repartent à l’assaut des positions des Oustachis. Toute la journée, les forces de Kosta Nađ se confrontent à la 1ère Division de Montagne croate, sur la route de Vrulja. Pendant ce temps, les “prolétariens” de Koča Popović entreprennent de déborder petit à petit leur adversaire par Mijakovići, à l’ouest, s’estimant (avec raison) largement assurés de leurs arrières.
Au soir, le général Matija Čanić appelle à l’aide le reste du 1er Corps croate, qui ne peut toutefois pas abandonner les gorges de Potkrš sauf à risquer une percée catastrophique des Grecs vers Berane. Faute de mieux, on dépêche la 2e DI Vrbaska du colonel Mirko Greguric, fatiguée mais qui saura bien combler les vides. Ici aussi, on aurait bien besoin des SS !
………
Au nord de Nikšić (Monténégro) – Désormais rassurés par l’arrivée prochaine de la Handschar, et constatant le manque d’allant des Partisans qui leur font face, les légionnaires de la 373. ID avancent en force vers Šipačno, contre l’avis du général Johann Mickl, qui préconisait d’attendre des renforts.
La Division du Tigre entreprend donc de gravir la route menant au plateau de Jasenovo Polje – mais elle est attendue et désagréablement surprise par la résistance, tenace et organisée, que lui oppose le 2e Corps “de choc”. Toute la journée se passe en combats retardateurs et bombardements d’artillerie, les Croates gaspillant leurs munitions sur des positions que Peko Dapcevic fait abandonner sitôt menacées.
Il parait vite évident qu’on n’arrivera à rien de la sorte – même Ivo Herenčić doit convenir, soumis qu’il est à la double pression de Mickl et de son subordonné Nikolaus Boicetta. Les légionnaires n’insistent donc pas – demain, ils repartiront avec prudence et (peut-être) un appui aérien.
………
Kolašin (Monténégro) – Rien de nouveau dans le territoire ravagé par le régiment Sandjak, hormis le fait que des envoyés de l’AVNOJ sont reçus en toute discrétion par Krsto Popović, dont les forces “Vertes” semblent marquer le pas …
………
Banja Luka (Bosnie) – Le 5e Corps “bosniaque” sort à son tour des bois et profite du chaos généré par le bombardement allié pour s’emparer de la ville au pas de course. Les quelques militaires en faction dans la ville sont promptement dispersés ou massacrés, et le drapeau à six épis a tôt fait de flotter sur les plus hauts bâtiments.
Le commandant Slavko Rodić commande à peu d’effectifs. Mais il bénéficie d’un matériel appréciable selon les standards de son armée : une batterie de canons de montagne, un peloton antichar et des pionniers. En accord avec son commissaire Velimir Stojnic, il décide de tenir « le plus longtemps possible, et peut-être définitivement » ce nœud de communication vital de l’ouest de la Bosnie et positionne donc sa 17e Division (Gligorije Mandić) en défense au nord de Glamočani – l’axe de contre-attaque le plus probable depuis le nord et Gradiška. La 11e Division (Josip Majar Sosa) doit de son côté s’avancer le plus possible vers l’ouest et Prijedor pour fermer cette voie d’accès aux Oustachis. Enfin, la 10e Division (Milorad Mijatovic), la plus faible de ses unités – 1 000 hommes seulement – doit tenir les gorges qui commandent les accès sud de Banja Luka. Le moment venu, si l’on y est obligé, tout le monde pourra filer vers l’est, Kotor Varoš et Sarajevo. Une éventualité qui semble encore lointaine – pour le moment, Stojnic et ses hommes ne perdent pas de temps pour entreprendre de recruter en ville le maximum de volontaires parmi une population désespérée, mais avide de vengeance.
………
Sud de la Bosnie – En route vers Sarajevo, le 13. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Tomašević et les Semovente du 105. SS-StuG Abt se rapprochent dangereusement de Foča. D’autant plus qu’à leur tête, le SS-Obersturmbannführer Heinrich Petersen a sagement choisi de privilégier la route de cette ville à celle des monts de Kalinovik, plus courte mais plus propice aux embuscades.
Foča n’est guère défendue que par des unités de couverture. L’AVNOJ n’insiste pas et évacue prudemment, en compagnie de tous ceux assez malins pour l’accompagner. En effet, il paraît bien évident que la pauvre cité ne bénéficie que d’un répit, le temps que le 14. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Skanderbeg atteigne la capitale bosniaque et que son chef, le SS-Standartenführer August Schmidhuber, puisse juger de la situation sur place – au soir, c’est chose faite.
………
Mostar (Bosnie) – Le 8e Corps “dalmate” de Vicko Krstulović s’attaque aux garnisons entourant la grande ville d’Herzégovine, dévalant les plateaux rocheux depuis Nevesinje et Ribari pour s’emparer de Jablanica, Potoci et Blagaj. Mostar elle-même échappe toutefois aux Partisans… et pour cause, la Handschar, qui vient d’arriver de Split à Metković, a marché au son du canon et débouche où on ne l’attendait pas !
La 19e Division “de Dalmatie du Nord”, qui devait encercler la ville depuis le sud, est très durement accrochée à Hodbina et perd presque 750 hommes en moins d’une demi-journée. Son chef, Milan Sakic Micun, n’insiste pas et remonte au pas de course vers le nord, poursuivi par les hommes de l’Ordre Noir. Son arrivée n’est pas annoncée non plus, faute de moyens de communication – sans le savoir, la 19e Division conduit donc l’adversaire en plein cœur de l’action, vers un dispositif nullement préparé à l’accueillir !
Au soir, les SS tiennent donc fermement Mostar et affrontent avec succès la 9e Division “Dalmate” à Blagaj, pour la possession de la route menant aux plateaux. Seule la crainte de l’aviation alliée paraît avoir ralenti un temps les soldats en noir…
En fin d’après-midi, Vicko Krstulović fait le point. Il parait illusoire de se saisir de Mostar par surprise à présent. Et la route de Potoci (au nord) n’est menacée par personne. Il choisit donc de laisser une seule division (la 20e, de Velimir Knežević) garder ce secteur, pour concentrer ses trois autres formations (9e, 19e et 26e Divisions) sur le front de Blagaj, en espérant un appui pour demain. Sinon… il faudra reculer. Une fois ces décisions prises, il court voir son commissaire Ivan Kukoč, qui aurait une nouvelle extraordinaire à lui annoncer.

Mauvaise pioche
Jablanica (Bosnie)
– Ce matin, le SS-Obergruppenführer Artur Phleps était en route pour Sarajevo, afin de rejoindre le 14. SS-Freiwilligen Gebirgsjäger Rgt Skanderbeg dans la capitale bosniaque, où il souhaite installer son PC. Le général y sera mieux qu’à Mostar, d’autant plus que la Heer y a autrefois déployé au bénéfice du XV. GAK de Lüters des installations qui ne demandent qu’à resservir. Phleps a privilégié pour ce trajet assez court (80 kilomètres) un convoi léger mais rapide. Mieux vaut ne pas traîner dans les montagnes, roulons plutôt à fond de vallée ! Il n’avait pas prévu l’offensive du 8e Corps “dalmate”…
A peine entré dans le village de Jablanica, le véhicule de tête est pris à partie – une embuscade ! Pourtant la Prinz-Eugen était là il y a peu ! Confusion, tirs… les voitures se heurtent, les chauffeurs tentent de faire demi-tour dans la panique et les fantassins qui descendent des véhicules sont impitoyablement mitraillés et abattus. Finalement, une bombe artisanale fait verser la Kübelwagen du général, qui perd connaissance.
Il est réveillé par la pointe d’un fusil… seul l’ordre impératif d’un officier politique de l’AVNOJ lui évite un sort fatal et vraisemblablement mérité. Les Partisans viennent bel et bien de faire prisonnier un général SS !

Nouvelles migrations contraintes
Ljubovija (Serbie)
– La pauvre 164. ID arrive dans cette insignifiante bourgade endormie au bord de la Drina, aux confins de la Serbie. L’unité de Lungerhausen, qui ne représente plus qu’une grosse brigade, ne peut rien faire d’autre que tenir le flanc de la 20. Armee face au risque d’infiltration ennemie. Et pourtant – mais les Landsers l’ignorent – ils ne sont qu’à 50 kilomètres à vol d’oiseau du QG de l’AVNOJ !

Inflexibilité britannique
Palais Blanc, Belgrade, et QG du 18e GAA, Athènes
– Poursuivant sa lutte d’influence stérile avec le haut commandement du 18e GAA, mais s’inquiétant aussi un peu de l’évolution du dispositif de l’Axe en Voïvodine, le lieutenant-colonel Miodrag Lozić, de l’état-major de l’Armée Royale Yougoslave, fait remettre aux services du général Montgomery une note sollicitant des renforts pour l’exécution de Grenade.
Selon l’officier yougoslave, qui représente ici le cabinet militaire du roi, « il paraît illusoire d’espérer une véritable percée vers le nord en direction de Zrenjanin, alors que notre corps d’armée fait désormais face à une armée hongroise entière, renforcée semble-t-il d’au moins un corps d’armée allemand. » Belgrade demande en conséquence que l’ANZAC (actuellement près de Surčin) soit redirigé vers Pančevo, ou du moins que son objectif final soit Novi Sad, ce qui permettrait de menacer d’encerclement tout le dispositif ennemi courant le long de la Tamiš.
C’est peu dire qu’à Athènes, on est contrarié par cette requête, qui n’est que l’énième avatar d’une longue suite de désaccords ayant trait (sans être exhaustif), à l’attitude à adopter face à l’AVNOJ, au destin des prisonniers oustachis (que Belgrade souhaiterait rallier ou juger), et plus généralement à la stratégie globale alliée dans les Balkans. L’opération Grenade, qui reste une diversion – même si les Yougoslaves l’ignorent, ne peut bénéficier du soutien de tout le corps d’armée australo-néozélandais. Du reste, comment prévoir quelque chose de sérieux avec ces fichus Serbes, qui n’obéissent déjà pas aux ordres qu’on leur donne ?
Les Britanniques opposent donc une fin de non-recevoir catégorique à la demande de Lozić, en précisant toutefois (sans mentir !) que des plans de soutien au 1er CA yougoslave impliquant les Australiens sont à l’étude. Bien sûr, les intéressés en tireront les conclusions qui s’imposent, aggravant encore un peu plus les dissensions entre alliés dans la région.

Proposition serbe
Belgrade
– Pendant que l’état-major yougoslave se chamaille avec Montgomery, le ministre des Affaires étrangères Milan Grol reçoit l’ambassadeur de France Roger Maugras pour une audience privée qu’il espère constructive. En effet, le gouvernement royal yougoslave a bien pris note de l’attitude relativement amicale de la République à son égard, alors même que les pressions britanniques s’accroissent. Elle semble pleine de promesses, surtout face aux défis que doit relever Belgrade.
La capitale, ainsi que toutes les régions libérées, reste encombrée par les réfugiés et les ruines du conflit passé, sans préjuger d’une éventuelle guerre civile à venir. Bien sûr, on pourrait espérer attendre que la situation soit stabilisée pour commencer à reconstruire le Royaume, mais la Yougoslavie est un pays ravagé et ruiné, qui a terriblement et urgemment besoin d’aide et d’argent pour espérer gagner la paix après avoir (un jour) gagné la guerre. La crédibilité de son gouvernement en dépend, au moins autant que de l’issue du procès en légitimité que lui fait l’AVNOJ de Tito.
La République française est l’ami de toujours du Royaume – Léon Blum l’a dit récemment (mais à un autre interlocuteur). Elle comprendra d’autant mieux l’effort titanesque que la Yougoslavie doit s’imposer qu’elle se trouve dans le même cas. On espère donc, à Belgrade, trouver une oreille attentive à Marseille et développer un partenariat solide, voire égalitaire, pour l’avenir. Certes, Grol sait que les précédents efforts sur ce sujet – menés par le roi en personne – n’ont pas vraiment été couronnés de succès. Mais depuis janvier, la situation en France comme en Yougoslavie a bien évolué.
Le ministre annonce donc très vite son souhait d’une prompte réouverture de l’usine Breguet à Kraljevo, tout comme l’achat de nouvelles fournitures industrielles à Marseille – « A égalité avec nos partenaires américains, évidemment ! Vous comprendrez sans peine, Votre Excellence, que nous ne pouvons pas vexer le président Roosevelt, qui nous apporte depuis peu un généreux soutien complémentaire du vôtre. »
Son Excellence, tout diplomate qu’elle est, se gardera bien d’émettre une opinion tranchée sur la question – et encore moins de faire remarquer que si Belgrade sollicite Washington et Marseille, c’est peut-être aussi pour compenser ses relations quasi-polaires avec Londres. En effet, contrairement à son voisin grec, la Yougoslavie ne bénéficie pas de la générosité (intéressée mais réelle) de l’Empire britannique. Les représentants de la Banque Nationale Yougoslave semblent presque ostracisés à la City, les acheteurs yougoslaves sont tenus à l’écart des marchés britanniques ou liés… Bref, la Yougoslavie est sous “embargo financier”. Le terme est encore peu connu, mais il existe toutefois.
L’ambassadeur Maugras remercie donc chaleureusement son hôte pour la proposition et promett d’organiser sous peu une réunion de travail entre les services de Monsieur Chichery et ceux de Monsieur Furlan pour discuter de tout cela. Il n’est pas vraiment optimiste, mais on ne perd jamais rien à discuter, n’est-ce pas ?
Enfin, en le raccompagnant, Grol lui glisse : « Sa Majesté souhaite par ailleurs féliciter chaleureusement le président De Gaulle pour l’action de ses forces armées, superbement réorganisées et qui ont su même faire corps avec les héros des FST, révoltés contre l’Occupant et désormais ralliés à votre cause. Elle est admirative de sa capacité, en tant que soldat, à réaliser l’union pour le bien commun et aimerait avoir l’occasion d’échanger avec lui à ce sujet, pour faire aussi bien le moment venu. »
Ça, par contre, c’est étonnant… En pensant flatter son visiteur par un maladroit comparatif entre Tchetniks et FST, Grol vient de lui révéler sans le vouloir que l’Armée Royale est peut-être plus désunie qu’on ne pense, notamment en ce qui concerne l’attitude à adopter vis-à-vis des Tchetniks. Même s’il ne laisse bien sûr rien paraitre, cette information figurera en bonne place dans le rapport envoyée par Maugras aux services du Quai de la Joliette…

Réclamations partisanes
Athènes
– Sitôt leur avion posé, Kardelj et Henniker – l’envoyé de Tito et son chaperon – sont conduits en urgence au quartier général de la place Syntagma, à la demande expresse du Slovène, pour discuter de l’offensive des Partisans.
Bien que reçu avec diplomatie par Antoine Béthouart (Spiliotopoulos n’apprécie guère les communistes et Montgomery, déjà échaudé par ses entretiens avec les Soviétiques, estime que ce n’est pas de son rang…), le premier vice-président du NKOJ n’est à l’évidence pas venu pour faire assaut d’amabilités. Il attaque d’emblée en réclamant que les armées alliées soutiennent les actions en cours de l’AVNOJ, déplorant la pusillanimité des « camarades grecs » et regrettant le manque d’ampleur des parachutages, mais louant néanmoins l’action de l’Armée de l’Air.
De celle-ci seulement par contre – l’action de la Royal Air Force, au contraire, est vivement critiquée, puisque c’est elle qui est responsable des bombardements de nombreuses villes de Yougoslavie, qui causent de nombreux morts parmi les civils et réduisent, selon Kardelj et donc Tito, le soutien que les Partisans peuvent espérer de la population. En conséquence, le Slovène demande carrément au général français un droit de regard de l’état-major titiste sur les frappes stratégiques à venir.
Bien sûr, Kardelj n’est pas sans arguments – et en fin politique, il sait jouer l’air qu’il convient à qui veut l’entendre. Le bombardement récent de Ljubljana, sa ville natale, est ainsi longuement évoqué : « Nous ne comprenons pas ce qui vous pousse à exécuter de pareilles actions, ni quels bénéfices vous espérez en tirer. Il n’y a aucun doute que ces frappes ont déjà causé, et causeront encore à l’avenir, des milliers de morts civils sans que l’ennemi perde un seul homme. Le réseau ferroviaire en territoire occupé est déjà hors service, le réseau routier est à peine en meilleur état. Je vous demande donc de bien vouloir interrompre ces bombardements, qui ne font que causer des morts inutiles. Et nous en avons déjà bien assez en Yougoslavie. »
L’argument peut s’entendre – un Français peut même l’écouter attentivement. Mais la manière autoritaire dont il est énoncé laisse fort à désirer. Béthouart soupire, et ne peut s’empêcher de penser en son for intérieur : « Parfait, en plus des royalistes, nous voici avec un autre enquiquineur sur les bras ! » Le tout sous le regard navré d’Henniker, qui sait déjà qu’il va devoir passer son temps à arrondir les angles.

Manœuvres croates et réalisme britannique
10 Downing Street, Londres
– Dans la tiédeur enfumée de son bureau, Winston Churchill considère une fois encore les irritantes informations en provenance de Yougoslavie. Elles semblent s’améliorer, c’est vrai – encore trop peu pour le satisfaire, mais assez pour espérer désormais contraindre le gouvernement de Belgrade à s’aligner sur le champion soutenu par Londres… le gouvernement collectiviste !
Cette stratégie est désormais bien définie, parfaitement claire – le Bouledogue ne reviendra pas dessus. Mais alors, que fait-on des très vagues négociations en cours avec les Croates ? Ces imbéciles continuent de penser que l’armée britannique (et ses divers alliés) vont venir les sauver de leurs propres errements.
La Yougoslavie est un drame à trois personnages. Churchill pense s’appuyer sur le premier (Tito) pour maîtriser le second (Pierre II). Mais il n’a que deux mains… et sans états d’âme, il décide de sacrifier le troisième personnage et de rompre les négociations. Sans le savoir, il laisse ainsi les Américains totalement libres d’agir comme ils l’entendent avec Zagreb, avec l’appui de qui bon leur semble.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2066
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 09:51    Sujet du message: Répondre en citant

Je crois qu'il manque une note ! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Et tenez - très intéressant mais pas la peine d'ouvrir un nouveau sujet pour ca :

https://www.youtube.com/watch?v=dffPcxBUwds
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1681
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai l'impression que tout se passe trop bien pour Tito...ou alors la suite me contrediras….

Sinon superbe boulot dans ce…..ce capharnaüm que sont les Balkans.
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7262

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 11:55    Sujet du message: Répondre en citant

Il n'y a qu'une seule chose dont aucun, strictement aucun, camp de cette guerre absurde ne manque... des emm*rdes.
avec une double dose pour la population civile innocente, quelques soit l'uniforme des soudards qui débarquent chez eux... ça va saigner... et quelques soit la cocarde de l'aviation qui va survoler leur ville, les bombes feront des victimes... Crying or Very sad
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 12:51    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
J'ai bien la 51th ... Mais qui a des canadiens pour mettre ce monsieur ?



Les canadiens ?
Y sont en Italie (1re DI et 1re BB) et bientôt en Normandie...

Mais il y a aussi les commandos de la 1re SSF qu'on a vu à l'oeuvre pendant Dragon et après.

On trouvera bien une place pour le griffu !
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 2066
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

"""historiquement""" Logan est dans les commandos du Désert avant de rejoindre l'infanterie de ligne suite à un très mauvais comportement impliquant notamment de l'insubordination et des exécutions de prisonniers. Son officier passera tout 44 à essayer de s'en débarrasser en l'envoyant au casse-pipe, sans réussir ... forcément !
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 470
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 13:50    Sujet du message: Répondre en citant

Et pas de base secrete d'HYDRA en Yougoslavie, je suis déçu!
_________________
Ne soyez pas trop sévère avec vos enfants, car c'est un peu de votre faute s'ils son c**

Citation facebook
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10137
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 14:06    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Je crois qu'il manque une note ! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing


Oui, désolé, toujours ce rogntudju de logiciel qui ne prend pas les notes.
Donc, au début du 27 :


Ainsi, selon le plan dressé de longue date dans les bureaux d’Athènes, les Beaumont des 235th et 237th Wings vont ravager la gare de Banja Luka, très éloignée du centre de la ville – heureusement pour la forte communauté serbe, déjà martyrisée lors de l’invasion de 1941 puis de l’annexion oustachie (1).


(1) Le 7 février 1942, après avoir procédé à la déportation de la communauté séfarade de la cité au camp de Jansenovac, la garde personnelle de Pavelic, renforcée d’éléments du 8e Bataillon de la Garde nationale croate, perpétra dans cette ville, sous le commandement de “Frère Satan” (Tomislav Filipović), un épouvantable massacre, qui coûta la vie à deux mille cinq cents Serbes des deux sexes et de tous âges. Les biens des victimes, tout comme ceux de l’église orthodoxe de la ville, furent bien sûr immédiatement saisis, pour un montant approchant 40 millions de dinars. Les jours suivants, pas moins de 70 000 Serbes se convertirent à la religion catholique pour éviter d’être assassinés à leur tour… Cet abominable forfait, qui fut parmi les premiers d’une triste et très longue série de “nettoyages ethniques”, marqua tellement les esprits que le gouvernement du Maréchal Tito s’attachera longtemps à en minimiser l’ampleur, pour ménager la réconciliation nationale. Il faudra donc attendre 1960 pour qu’un hommage soit enfin rendu aux victimes, et que Banja Luka soit officiellement considérée comme une “Ville martyre de la Yougoslavie”.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3578
Localisation: Tours

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 14:36    Sujet du message: Répondre en citant

Wardog1 a écrit:
Et pas de base secrete d'HYDRA en Yougoslavie, je suis déçu!


Alors on ne verra pas les magnifiques installations de la frontière Syldavo-bordurienne?
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
DMZ



Inscrit le: 03 Nov 2015
Messages: 856
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 14:38    Sujet du message: Répondre en citant

L’ambassadeur Maugras remercie donc chaleureusement son hôte pour la proposition et promett d’organiser
_________________
"Vi offro fame, sete, marce forzate, battaglia e morte." "Je vous offre la faim, la soif, la marche forcée, la bataille et la mort." Giuseppe Garibaldi
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2931

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

Capitaine caverne a écrit:
Wardog1 a écrit:
Et pas de base secrete d'HYDRA en Yougoslavie, je suis déçu!


Alors on ne verra pas les magnifiques installations de la frontière Syldavo-bordurienne?


ni la base spatiale souterraine de ce bon Tryphon Tournesol ?

Amaïh Pleksy-Gladz ! (qu'est ce que j'ai pu rigoler avec cette connerie... émail plexiglas... et aussi, par les moustaches de Pleksy-Gladz ... c'est tellement con quand on fait un peu attention... en fait dans le dessin animé au bout moment on entend plus que "par les moustaches de plexiglas !" Laughing Laughing Laughing)

je me rapelles une fois avec ma soeur plus agée on s'était fait un délire sur Vol 714 pour Sydney, quand Carreidas et Rastapopoulos font une compétition pour savoir qui est le VRAI génie du mal...

"Je suis le génie du mal !"
"non c'est moi !"
Et alors si en plus on ajoute Tournesol avec le Zouave en stéréo...

et l'autre barjo dans les cigares du pharaon...

https://www.youtube.com/watch?v=Nb9fXtaFzvs
_________________
"Au fond, comme chef de l'État, deux choses lui avaient manqué : qu'il fût un chef ; qu'il y eût un État" (De Gaulle à propos d'Albert Lebrun, 1944).
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Jeu Sep 12, 2019 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
J'ai bien la 51th ... Mais qui a des canadiens pour mettre ce monsieur ?



ben, oui, c'est moi qui ai les canadiens, pour des coloriages, il faudra attendre, j'ai ramené des trucs intéressants du canada, encore faut il les intégrer à la rédaction…
à défaut le moment venu, par rapport à un fait opérationnel ou une anecdote, j'ai jamais interdit à personne de venir colorier, confère ce qui s'est mis en place avec houps ou avec nos amis belges
pendant que j'y suis, houps, je t'ai envoyé ce qu'il se passe avec la 3e DIM sur juin juillet?
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Méditerranée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 24, 25, 26 ... 29, 30, 31  Suivante
Page 25 sur 31

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com