Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Crossbow Mars 44

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Nord
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10029
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Avr 25, 2019 16:29    Sujet du message: Crossbow Mars 44 Répondre en citant

Là encore, Crossbow est à associer à King's Eggs.

3 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Pas-de-Calais, Belgique
– Grosse sortie de la 12th AF, pour mettre en forme les nouveaux équipages et escadrilles. Pas moins de 364 Marauder et Havoc s’élancent des terrains anglais pour aller martyriser un peu plus les sites V1 en construction. A Cambridge et à Londres, on sait désormais que les Allemands préparent des structures plus légères, mais il est difficile de les détecter, même avec des indications de la Résistance française. Donc, pour le moment, on continue de s’acharner contre celles qui sont bétonnées, avec les fameux hangars en ski.
Les batteries de flak font aussi l’objet d’attentions particulières : leur nombre et leur activité coûtent beaucoup trop cher en vies et en matériel. Une bonne moitié des P-47 et P-38 emmènent donc bombes ou roquettes afin de faire taire les canons germaniques les plus efficaces : plus un secteur est désigné comme meurtrier, plus il va être visé. L’idée est de démoraliser les servants, mais est-ce bien efficace ?


4 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Sottevast
– Retour des lourds de la 9th AF sur le Cotentin, mais seulement 14 B-17 parviennent à repérer leur objectif noyé par les nuages et à larguer leur cargaison. Ceci suffit toutefois à retarder les travaux du site normand de lancement des V2.
………
Nord, Pas-de-Calais, Somme – Quelques quatre cents B-17 et B-24 s’en prennent aux installations en cours des sites balistiques. Seuls quatre appareils sont perdus, et la pluie de bombes commence sérieusement à peser sur le moral des soldats allemands de garde, qui se demandent bien pourquoi ils risquent quotidiennement leur peau pour des ouvrages de béton… vides.


5 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Mimoyecques
– Marquise reçoit les salutations de 47 Liberator escortés de 50 Thunderbolt du 361st FG – le site a été choisi pour sa proximité avec l’Angleterre, mais il subit le contrecoup de ce proche voisinage… Comme à son habitude, la forteresse encaisse les coups sans broncher, mais là aussi, l’inquiétude commence à se faire sentir chez les travailleurs – non forcés – de Todt et les gardes de la Heer.


6 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Siracourt
– “Seulement” 52 B-17 de la 9th AF viennent bombarder les travaux de la base de lancement de V1. Peu de dégâts, hormis pour les infrastructures externes de l’organisation Todt. Les opérations de construction continuent, effectuées à présent par environ 1 200 ouvriers, pratiquement tous Allemands : civils, bataillons de pionniers de la Luftwaffe, voire même membres de la SS Bau brigade. Ach! Le Führer tient tellement à ces bunkers…


8 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Mimoyecques, Eperlecques
– Près de cinq cents quadrimoteurs de la 9th AF décollent en cette belle journée quasi printanière sur le sud de l’Angleterre. Hélas, les conditions sont beaucoup plus médiocres sur la France, avec une couverture nuageuse de 9/10. Pas de pluie, mais seuls 129 bombardiers parviennent à trouver leur objectif. La majorité attaquent la forteresse de Mimoyecques, plus dégagée. Watten/Eperlecques est également repérée et bombardée, plus un site noball inscrit comme Bois de l’Enfer dans le journal du groupe.
Il est probable que ce nom corresponde plus à l’action de la journée qu’à une indication géographique précise. Le rapport de mission du 1st Lieutenant Bill Cocker (B-17 Kentucky Winner (serial 41-102481), 550th BS, 387th BG) est assez éloquent…
« Nous avions cerclé au-dessus de notre objectif supposé pendant dix bonnes minutes sans voir une seule trouée dans les nuages, quand soudain une opportunité s’est présentée. Mais pas le genre d’éclaircie qui permet de viser correctement, d’autant plus que nous n’étions pas certains d’être au bon endroit. J’ai alors vu le leader en second, Major Mike Strawberry, engager son avion, Sherman’s Gun, en piqué léger dans l’espace laissé par les nuages. Il préférait passer en-dessous de la couche au risque de se faire épingler par la flak plutôt que de rentrer et larguer ses bombes dans la Manche ! O’Flanaggan s’est précipité à sa suite. Bêtement, nous avons fait de même.
Ce fut rapidement l’enfer : nous avions débouché droit sur notre cible, et la flak s’est déchaînée immédiatement ou presque ; ils devaient nous attendre, avec le bruit de nos moulins pendant que nous tournions là-haut. Mike n’a pas eu le temps de larguer ses œufs, mais il a pu nous informer par radio pour que nous puissions les balancer au bon moment. Devant moi, le B-17 Irish Cow Fee de O’Flanaggan s’est pris le mur anti-aérien dans la figure, deux de ses moteurs ont vite commencé à cracher, blanc, puis noir avant qu’ils ne lancent les extincteurs. Il a largué de suite, pour remonter dans la couche nuageuse. Les Huns s’acharnaient dessus, ce qui fait que nous avons eu la veine insolente de passer sans trop morfler, ils étaient trop occupés ! J’ai distinctement vu l’avion de Mike virer serré au loin, il revenait sur la cible, l’idiot. Il avait pourtant salement écopé, lui aussi fumait de deux moteurs, peut-être moins fortement, mais tout de même. »

La suite est racontée par le mitrailleur de queue du Kentucky Winner : « C’est dingue, mais le major a ramené son zinc droit sur l’objectif, après que des parachutes – trois, je pense - se soient déployés. Comme il n’y avait plus personne derrière nous – pas folles, les guêpes – tous les canons de DCA se sont orientés vers lui et ont dressé un vrai mur de feu par devant. On voyait bien qu’il avait dégusté lors de son premier passage, l’avion s’enfonçait visiblement, mais j’apercevais les lueurs des mitrailleuses des deux tourelles avant et du bombardier qui tiraient. L’air de rien, ils ont dû moucher des servants au sol. Mais ça n’a pas été sans frais et j’ai vu exploser la bulle de l’avant. Sûr que le bombardier avait morflé. Mais au lieu de grimper, l’avion a entamé une légère descente. A ce moment, un troisième moteur a commencé à cramer, ça sentait le roussi, si vous voulez mon avis. Le major a continué sa route sans dévier d’un pouce, mais maintenant sa pente de descente s’accentuait. Était-ce exprès ou pas, ça je n’en sais fichtre rien. Toujours est-il qu’il a foncé droit devant sur les bâtiments en béton, notamment la rampe qui lui faisait face. Il s’est vautré dessus, dans une grande explosion. Dame, il n’avait pas largué ses bombes ! C’était pourtant pas son style au major, m’est avis qu’il avait dû être blessé grave au premier passage… L’enfer, je vous dis. »


9 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Siracourt
– Cinquante B-24 Liberator du 445th Bomber Group viennent interrompre les travaux du côté de Saint-Pol-sur-Ternoise. Le futur bunker de Siracourt est à présent entré en phase 4, avec le coulage des murs de béton en forme de talon qui vont supporter la toiture de 5m10 d’épaisseur. Toujours aussi peu confiant dans cette entreprise, le général Heinemann ne peut cependant interrompre le chantier, protégé en haut lieu… mais pas des bombardements.


10 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Wizernes
– Double opération anglo-américaine sur la coupole, entre le matin et l’après-midi. On tente d’améliorer la précision des bombardements par de nouveaux systèmes de marquage, entre fumigènes à long effet et systèmes radio-électriques. Vingt-sept Liberator précédés de cinq pathfinders anglais ouvrent tôt la journée, clôturée par quarante-sept autres B-24 escortés par plus d’une centaine de chasseurs. Ceux-ci éloignent tout avion à croix noire tentant de s’approcher des quadrimoteurs, qui portent de nouveaux récepteurs radio captant l’émission d’un appareil largué d’un éclaireur, qui se balance sous son parachute.
Si le concept est efficace pour obtenir une concentration des bombes larguées à l’aveugle sur la zone de l’émetteur, il faut néanmoins que celui-ci soit au bon endroit… Ce qui ne s’avère pas si facile que ça à obtenir.


15 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Siracourt et Mimoyecques
– Cinquante-huit B-17 de la 1st Air Division de la 9th AF s’en prennent aux deux sites de grande taille du Pas-de-Calais, où la Résistance a signalé une poursuite acharnée des travaux, confirmée par les reconnaissances aériennes. A Marquise, l’organisation Todt se plaint d’une couverture anti-aérienne trop faible, accusant la Luftwaffe de donner la priorité à ses propres chantiers, pourtant sous le commandement d’Heinemann, général de la Heer.
………
Sottevast – Les ouvriers allemands du bunker en préparation voient arriver 33 Liberator peu escortés. Chez Argos, on sait de source sûre que le III/JG 26, basé à Caen, est à nouveau reparti dans le Pas-de-Calais. L’escorte de monomoteurs précède donc les B-24 pour préparer le terrain en lâchant bombes légères et roquettes sur les batteries de flak. Temps clair et peu de vent : le chantier est bien perturbé par de nombreux coups au but.


16 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Sottevast
– Les lourds quadrimoteurs de la veille sont remplacés par leurs petits cousins de la 12th AF, dont la charge de bombes n’est guère moindre ! Précédés là aussi d’une vague de “Diables à queue fourchue” munis de roquettes, comme les surnomment les Allemands, 70 Martin Marauder viennent semer la panique sur les chantiers, où le mécontentement des civils allemands commence à se manifester. Travailler sous la pluie, passe encore, mais pas sous une pluie de bombes !
………
Siracourt – A l’extrémité ou presque de la “ligne de front” des installations de “représailles”, le personnel du chantier du Ternois voit également se dessiner les silhouettes des gros bimoteurs américains venus continuer le travail des Forteresses Volantes. Ici, l’escorte est nombreuse : c’est nécessaire, eu égard au fait que la chasse allemande a été renforcée par l’apport du III/JG 26 venu de Normandie. Bientôt, le ciel est quadrillé de traînées de condensation, parsemé çà et là de fumées noires et de corolles de parachutes. Les Américains paient un lourd tribut, mais Priller voit fondre les effectifs de ses chasseurs comme neige au soleil…


17 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Sottevast
– Nouveau passage de Liberator, en sens inverse des oies et autres migrateurs, perturbés dans leurs périples. Les équipages américains des 92 oiseaux de métal sont bien moins perturbés, grâce à l’absence quasi-totale de chasse allemande dans le secteur. Seuls deux Focke-Wulf 190, restés en révision à Caen, viennent faire une passe peu probante avant de dégager vite fait sous la menace des Mustang des 4th et 355th Fighter Group en apprentissage opérationnel. Les deux chasseurs, criblés de balles, repartiront immédiatement en atelier, leurs pilotes n’en revenant pas de s’en être sortis à si bon compte !
Au sol, les dégâts sont très importants, les visées ayant à nouveau pu être d’une bonne précision. De plus, on relève de nombreux blessés parmi les ouvriers, dont la grogne atteint un degré élevé, ce qui incite les responsables de la Heer à stopper les travaux. Tout comme Couville, le chantier est laissé en l’état, mais fermement surveillé par les Feldgrau.


24 mars
Sur la piste des V
Crossbow
France occupée
– Laissant les chasseurs lourds jouer leur nouveau rôle de bombardier léger pour achever la destruction de la gare d’Amiens, les Marauder et Havoc de la 12th AF reprennent le chemin des sites Noball encore debout. Les réseaux de Résistance français semblent indiquer un certain délaissement de la part des Allemands, mais à Londres, on préfère ne pas s’en laisser conter. Chez Argos, on se demande bien pourquoi les Allemands agissent ainsi, car les renseignements collectés un peu partout ne trahissent pas du tout un abandon des projets V, ce qui signifierait qu’il se trame des modifications importantes dans la façon de lancer les V1 ou V2. Visibles sur les photos de reconnaissance de l’aérodrome de Peenemünde, de nombreux Heinkel 111 semblent indiquer une mise en œuvre différente. Consigne est donc donnée aux opérateurs radar de surveiller leurs écrans. On conseille aussi à la Royal Navy d’organiser une veille radar aérienne en travers de la Baltique, ce qui provoque quelques grimaces chez les marins.
Loin de ces considérations, les équipages des Havoc et Marauder continuent leur matraquage sans sourciller. Leur préoccupation est bien différente : comment échapper à la flak, chaque jour plus nombreuse et plus efficace ?
Le Martin B-26 Marauder X2-B du 596th BS, 397th BG (serial 42-96143), touché à plusieurs reprises, a été vu pour la dernière fois par ses équipiers fumant des deux moteurs. L’avion est évacué par son équipage au-dessus d’Auberville, au sud-est de Dieppe. Tous parviennent à toucher le sol sans dommages. Le copilote (2nd Lieutenant Harry Walter), le bombardier (2nd Lieutenant George Hofmann), le mitrailleur de queue (Staff Sergeant Marion Rose), sont rapidement faits prisonniers. Cela se passe mieux pour le mécanicien, Staff Sergeant Oscar Young, et le radio, Staff Sergeant Harry Hoderliuk, qui parviennent à se cacher chez l’habitant et resteront à l’abri jusqu’à l’arrivée des troupes alliées après le débarquement en Normandie, mais le pilote, 2nd Lieutenant Elmer Freeman, joue de malchance. Lui aussi se cache dans une ferme, mais il préfère essayer de rejoindre au plus vite l’Angleterre en passant par un réseau de Résistance. Las, le réseau Picourt a été infiltré par un traître qui le dénonce à la Gestapo. Arrêté à Paris, Freeman est emprisonné à Fresnes et déporté à Buchenwald, puis emprisonné plus normalement au Stalag Luft III de Sagan. Drôle de parcours pour un “homme libre”…


25 mars
Sur la piste des V
Crossbow
France occupée
– Nouvelles sorties pour les bimoteurs de la 12th AF, qui poursuivent avec méthode et assiduité leur œuvre de destruction des bases de lancement des “armes de représailles”. Ils sont en faible nombre (une cinquantaine), toutefois : les mécaniques ont besoin de soins et les équipages de repos, surtout pour les nerfs.
C’est d’ailleurs lors d’un vol de routine exécuté pour tester la mécanique après de grosses réparations que le Captain Battersby (officier d’opérations) perd le contrôle du Douglas A-20 Havoc serial 43-9223 du 668th BS à 2 km du terrain de Wethersfield. Il entraîne dans la mort son passager, Charles Coleman, plieur de parachute de son état, à qui il offrait le baptême de l’air.
Plus classique (et encore plus meurtrier) : le Douglas A-20 Havoc serial 43-9457 du 643rd BS est touché par la flak au-dessus du site de Bonnières, au sud-ouest de Frévent. Seul le mitrailleur de queue, Staff Sergeant Louis Dickinson, parvient à se parachuter, mais il est fait prisonnier dès son arrivée au sol.


26 mars
Sur la piste des V
Crossbow
France occupée
– Temps toujours clément sur l’Angleterre et le nord de la France. En conséquence, la 12th AF lance un grand nombre de raids sur une multitude d’objectifs variés, incluant bien sûr des sites Noball. Mais la perplexité des membres d’Argos se reflète dans la quantité d’objectifs visés, avec en prime la pression accentuée par les “Œufs du Roi”…
Au retour de mission, le Douglas A-20 Havoc serial 43-9371 du 641st BS, piloté par le 1st Lieutenant John Little, se pose sur le ventre sur un seul moteur. Si l’équipage est sauf, l’avion est irréparable.
………
Mimoyecques – Vingt-cinq Forteresses Volantes B-17 viennent bombarder la forteresse souterraine. Les Américains sont surpris par la présence de renforts de flak, qui se fait sentir : treize bombardiers sont endommagés par les tirs, plus de la moitié de l’effectif. Sans que les résultats au sol soient très nets…


27 mars
Sur la piste des V
Crossbow
France occupée
– Une centaine de bombardiers de la 12th AF sur les deux cents engagés ce jour s’occupent des sites Noball de la Somme. Une flak de plus en plus intense fait des dégâts de plus en plus importants dans les rangs alliés. Même s’ils ne sont pas abattus sur l’objectif, le retour au bercail est parfois difficile. C’est ainsi que le Havoc A-20 Mama Lou (serial 43-10127) du 647th BS, 410th BG, s’écrase à l’atterrissage à Manston. Il est détruit, mais l’équipage est sauf.
La même mésaventure arrive au A-20 serial 43-9672 du 646th BS à Stradishall, mais cette fois le pilote, F/O Elliott Orr, se tue. Il avait d’abord cerclé autour du terrain pour permettre à ses coéquipiers de sauter, mais ayant épuisé le peu de carburant qu’il lui restait, il est arrivé trop court et a décroché en entrée de piste.
………
Siracourt – Les travaux qui progressent toujours sont à nouveau perturbés par l’attaque de 94 B-24 Liberator du 20th Bomber Wing de la 9th AF. Pas découragés, ou peut-être incités par la présence des SS de la Bau Brigade, tous les ouvriers reprennent le collier dès le départ des quadrimoteurs.


28 mars
Sur la piste des V
Crossbow
France occupée
– Sur un total de 450 avions de la 12th AF ayant décollé des bases du sud-est de l’Angleterre, où le beau temps se maintient obstinément, une bonne centaine part s’occuper des rampes de V1 du Nord et du Pas-de-Calais. Mais ces conditions climatiques agréables sont aussi synonymes de bonne visibilité : un plus pour les servants des batteries anti-aériennes et pour les chasseurs de la Luftwaffe, prompts à opérer dès que les avions alliés sortent du champ de la flak. Les pertes sont lourdes, malgré des escortes de plus en plus nombreuses, mais qui sont souvent distraites par l’attaque au sol d’objectifs divers, de la voiture au convoi ferroviaire.
L’attaque des aérodromes de secours de la Luftwaffe fait également partie des objectifs habituels, surtout lorsqu’ils sont proches des bases de lancement de V1. Montdidier-Fignières n’échappe pas à la règle, d’autant plus qu’une escadrille du I/JG 1 y a été signalée. Aujourd’hui, aucun Focke-Wulf n’est visible, mais la flak est présente, elle. Et se signale par son efficacité, abattant directement deux Douglas Havoc.
Sur le premier, serial 43-9216 du 668th BS, seul le pilote, 1st lieutenant Bradford est tué. Les mitrailleurs sont faits prisonniers, le bombardier/navigateur parvient à s’échapper.
Même sort pour le 5H-C serial 43-9211 (donc très proche), du même squadron. Le pilote, 1st Lieutenant Kleopfel, se parachute trop bas et décède de ses blessures. Ses coéquipiers ne peuvent échapper à la capture.


29 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Chipping Ongar
– C’est au décollage pour une mission sur un site Noball de France occupée que le Martin B-26 Marauder Lucky Lady FW-N (serial 41-35062) du 556th BS, 387th BG, perd soudainement la totalité de son circuit électrique. Le pilote, Lieutenant Jerald Fisher, pose aussitôt son avion sur la bande de roulage parallèle, heurte au passage de son saumon d’aile un autre B-26 attendant son tour pour décoller et va finir sa course dans les arbres longeant la bordure de piste. Personne n’est blessé, un miracle ! Mais l’avion n’est plus bon qu’à être cannibalisé…


30 mars
Sur la piste des V
Crossbow
Eperlecques et Siracourt
– Sortie en masse pour la 9th AF qui engage B-17 et B-24 sur les bunkers en travaux, sans pour autant provoquer de gros dégâts. Peu de pertes cependant : la météo a tendance à se dégrader, gênant la flak, dont les servants n’entrevoient les silhouettes des bombardiers que par les trouées dans les nuages. Quant à la Luftwaffe, elle brille par son absence… faute de moyens, tant matériels qu’humains.
………
France occupée – Peu de vols chez la 12th AF : on prépare une grosse sortie le lendemain, dans le cadre de King’s Eggs. Le chef du 669th BS tient néanmoins à emmener ses jeunes recrues pour une mission d’entraînement. Celle-ci s’achève par un accident à l’atterrissage à Little Walden pour le Douglas A-20 serial 43-9368. L’avion est cependant réparable.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2694

MessagePosté le: Jeu Avr 25, 2019 17:14    Sujet du message: Répondre en citant

Puissance aérienne contre flak meurtrière, et la faucheuse qui... fauche au hasard, des deux côtés. Saloperie de guerre...
_________________
"Au fond, comme chef de l'État, deux choses lui avaient manqué : qu'il fût un chef ; qu'il y eût un État" (De Gaulle à propos d'Albert Lebrun, 1944).
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7119

MessagePosté le: Jeu Avr 25, 2019 17:17    Sujet du message: Répondre en citant

16 mars :
Citation:
Précédés là aussi d’une vague de “Diables à queue fourchue” munis de roquettes, comme les surnomment les Allemands


Je trouve la phrase un peu maladroite il faudrait au miniume rajouter une virgule entre" Diables à queue fourche" et "munis de roquettes" pour bien faire comprendre que "surnomment" ne s'applique pas à "roquettes".

17 mars

Citation:
Nouveau passage de Liberator, en sens inverse des oies et autres migrateurs, perturbés dans leurs périples. Les équipages américains des 92 oiseaux de métal sont bien moins perturbés,


répétition
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.


Dernière édition par Anaxagore le Ven Avr 26, 2019 11:38; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 438
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Jeu Avr 25, 2019 17:24    Sujet du message: Répondre en citant

L'usaaf avait aussi des pilotes kamikaze dans ses rangs!
_________________
Ne soyez pas trop sévère avec vos enfants, car c'est un peu de votre faute s'ils son c**

Citation facebook
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hardric62



Inscrit le: 20 Avr 2019
Messages: 45
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Ven Avr 26, 2019 07:33    Sujet du message: Répondre en citant

Ce sujet me rappelle des souvenirs... je suis né à Calais, et une grande partie de ma famille vit encore dans le Nord Pas de Calais, dont a grand-mère à Saint-Omer. J'ai aussi visité la Coupole à Eperlecques il y a quelques années. Je me demande quelle tête cela aurait FTL.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 390
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Ven Avr 26, 2019 09:44    Sujet du message: Répondre en citant

Hardric62 a écrit:
Ce sujet me rappelle des souvenirs... je suis né à Calais, et une grande partie de ma famille vit encore dans le Nord Pas de Calais, dont a grand-mère à Saint-Omer. J'ai aussi visité la Coupole à Eperlecques il y a quelques années. Je me demande quelle tête cela aurait FTL.


Ah on a du habiter pas loin l'un de l'autre... Tu habitais dans quel patelin étant jeune sans indiscrétion?
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
LaMineur



Inscrit le: 12 Oct 2009
Messages: 223

MessagePosté le: Ven Avr 26, 2019 11:05    Sujet du message: Re: Crossbow Mars 44 Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
4 mars
………
Nord, Pas-de-Calais, Somme – Quelques quatre cents B-17 et B-24 s’en prennent aux installations en cours des sites balistiques. Seuls quatre appareils sont perdus, et la pluie de bombes commence sérieusement à peser sur le moral des soldats allemands de garde, qui se demandent bien pourquoi ils risquent quotidiennement leur peau pour des ouvrages de béton… vides.

Quelque, pas quelques.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bob Zoran



Inscrit le: 19 Nov 2017
Messages: 66

MessagePosté le: Ven Avr 26, 2019 12:16    Sujet du message: Répondre en citant

Rien le 31 mars pour finir le mois? Pourtant on a une opération King's effet prévue dans le texte du 30 mars.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10029
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 26, 2019 14:06    Sujet du message: Répondre en citant

@Bob Zoran = décrit dans le texte "King's Eggs" (et biensûr, ce sera en un seul morceau dans nos archives).

LaMineur = oups désolé, distraction de ma part.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hardric62



Inscrit le: 20 Avr 2019
Messages: 45
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Dim Avr 28, 2019 13:55    Sujet du message: Répondre en citant

Paul a écrit:
Hardric62 a écrit:
Ce sujet me rappelle des souvenirs... je suis né à Calais, et une grande partie de ma famille vit encore dans le Nord Pas de Calais, dont a grand-mère à Saint-Omer. J'ai aussi visité la Coupole à Eperlecques il y a quelques années. Je me demande quelle tête cela aurait FTL.


Ah on a du habiter pas loin l'un de l'autre... Tu habitais dans quel patelin étant jeune sans indiscrétion?


On a beaucoup déménagé. Je suis né à Calais, puis on a habité à Lyon, L'Ile de la Réunion, puis le retour en Métropole... Il fut un temps où j'avais davantage pris l'avion dans ma vie que le train.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2694

MessagePosté le: Dim Avr 28, 2019 15:47    Sujet du message: Répondre en citant

Hardric62 a écrit:
Paul a écrit:
Hardric62 a écrit:
Ce sujet me rappelle des souvenirs... je suis né à Calais, et une grande partie de ma famille vit encore dans le Nord Pas de Calais, dont a grand-mère à Saint-Omer. J'ai aussi visité la Coupole à Eperlecques il y a quelques années. Je me demande quelle tête cela aurait FTL.


Ah on a du habiter pas loin l'un de l'autre... Tu habitais dans quel patelin étant jeune sans indiscrétion?


On a beaucoup déménagé. Je suis né à Calais, puis on a habité à Lyon, L'Ile de la Réunion, puis le retour en Métropole... Il fut un temps où j'avais davantage pris l'avion dans ma vie que le train.


Calais > Lyon > La Réunion ... et ben, tu parles d'un choc thermique !

Après avoir été à La Réunion je *plains* désormais les nombreux membres de la famille de mon beau-père exilés en métropole. Le choc thermique inverse est des plus cruel. Même dans le sud de la France, la période octobre - avril est la plus dangereuse. Alors en région parisienne, voire en Belgique... l'horreur quoi.

Non parce que le "froid", "l'hiver" là-bàs corresponds très exactement au... seuil d'alerte canicule en métropole. Mais si, quand les nuits ne redescendent pas en dessous de 22°C pendant plusieurs jour de suite.

Citation:
Le "plan de vigilance orange" correspond au second niveau de mobilisation : il est déclenché si de fortes chaleurs persistent durant au moins trois jours et trois nuits consécutives. Dans ce contexte, le terme de "canicule" est communément utilisé. Les températures de référence varient en fonction de la région : par exemple, il faut au moins 31°C le jour et 21°C la nuit à Paris, 36°C le jour et 21°C la nuit à Toulouse, 34°C le jour et 22°C la nuit à Lyon etc...


21°C la nuit, vous dites canicule ? la bonne blague. Quand il fait ça à La Réunion, ben c'est l'hiver austral. Ils ont froid !
_________________
"Au fond, comme chef de l'État, deux choses lui avaient manqué : qu'il fût un chef ; qu'il y eût un État" (De Gaulle à propos d'Albert Lebrun, 1944).
...
"La Meuse, ça ne m'intéresse pas" Gamelin à Corap, mars 1940.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Nord Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com