Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Corridor humanitaire
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 11:54    Sujet du message: Corridor humanitaire Répondre en citant

OTL, les USA prirent contact par l'intermédiaire d'un pays neutre (la Suède, il me semble) avec l'Allemagne pour essayer de sauver les Juifs d'Europe. Cela échoua parce que les Allemands voulaient les échanger contre des camions et les livrer "nus" (c'est littéralement le terme utilisé par le "diplomate" nazi).

Toutefois, les échanges entre les membres au sujet de l'état de la France divisé entre le sud libéré et les lavalistes au nord, m'a inspiré une idée.

Constatant le fait, les Allemands auraient une idée "humanitaire" (vous verrez plus loin pourquoi je met ça entre guillemets).

Par l'intermédiaire de la Suisse, les Allemands prennent contact avec le gouvernement de de Gaule. " Dans le soucis d'épargner à une population innocente la famine, les affres de la guerre et le bombardement des grandes villes, l'Allemagne propose par considération humanitaire d'évacuer les individus les plus menacés dans les régions actuellement occupés par le gouvernement du général de Gaule"

A cette fin :

1°) La Heer se charge de transporter - par route ou par chemin de fer - les éléments de population concernés jusqu'aux lignes de front des Alliés, à charge pour eux de s'en occuper à partir de là .

2°) Afin de ne pas gêner cette évacuation humanitaire, des cessez-le-feu locaux devront être conclus aux points de passage convenus par les deux partis. De même, les bombardiers alliés devront s'engager à ne pas frapper les routes ou voies de chemin de fer choisies pour ces évacuations pendant la période de cette trêve.

//////////

Décryptage :

En première lecture, il s'agit bien d'une offre humanitaire sauf que... les "populations vulnérables" en question (vieillards, invalides, malades mentaux, enfants etc...) sont inutiles pour l'effort de guerre et surtout ponctionnent des ressources nécessaires; Non seulement, les refiler aux Alliés permet de s'en débarrasser en jouissant en redorant à peu de frai son image... mais en plus ils seront tout aussi inutiles aux Alliés qui auront à les nourrir et à les loger.

Deuxièmement, le passage de convois de camions et de trains remplis de cette population vulnérable permettra aussi de faire passer des camions et des wagons de munitions ou de renforts sans risquer de bombardement.

Troisièmement, ces mêmes convois - au retour- pourront évacuer les blessés allemands ou tout autre chargement destiné à l'arrière.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
delta force



Inscrit le: 07 Juin 2009
Messages: 418
Localisation: france Gironde

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 13:53    Sujet du message: Répondre en citant

OTL si je me souviens bien de mes lectures (Ian KERSHAW) c'est une initiative très personnelle d'Himmler.

En FTL le régime nazi surtout après l'échec de l'attentat de mars, sera - comme OTL- sera en mode résistance à outrance , recourant de plus en plus à la terreur de masse (y compris contre sa propre population "volkicsh"). cela m'étonnerait que le régime se lance dans ce type d'opération , sauf peut être une initiative tardive de certains "satrapes" essayant de donner des gages pour préserver leur situation ; les dits satrapes se faisant désavouer par le Führer .
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 13:59    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas dit que cela allait nécessairement marcher, et j'ai bien commencé en disant qu'une initiative similaire avait échoué, mais cela pourrait faire un coloriage intéressant. La diplomatie entre ennemis est le parent pauvre de la FTL.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9381
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 14:15    Sujet du message: Répondre en citant

Si tu veux te lancer…
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 14:17    Sujet du message: Répondre en citant

Je vais y réfléchir... Il va d'abord falloir que je relise un des livres de ma bibliothèque. Et que je pose plein de questions aux membres de la FTL.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1087
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 14:25    Sujet du message: Répondre en citant

Cher Anaxagore - je nous sens en phase alors je me permet humblement de pousser quelques éléments dans cette réflexion très intéressante :

- les contextes FTL 43 et OTL 45 sont très différents. Les nazis ne savent pas qu'ils ont perdus la guerre, ils seront moins enclins à négocier,
- Ce n'est pas la SS qui gère cet aspect en France, au mieux il viendra de la Heer,
- La République Française n'a aucune raison d'accepter un marchandage de ces propres concitoyens (très) théoriquement protégés par les lois de la guerre. A fortiori pour renforcer un adversaire qui occupe son territoire,
- ils pourraient y avoir des négociations type 'ville ouverte', mais (et voir mes écrits sur Florence), il y a plein de raisons pour que cela foire,
- En comparant avec l'Italie OTL de 43-44, on constate que l'hiver a été dramatique. Les allemands n'ont laissé filer personne, pire ils s'en sont beaucoup servi comme bouclier humain,
- Toutefois, et pour contrebalancer le tableau, la Heer controle t'elle encore vraiment la campagne française ? Cela a-t"il seulement été le cas un jour ?

En ces circonstances, je vois bien des tentatives vaseuses de négociations déstinées à gagner du temps et échouant. Le tout complété d'un exil par le massif central et les Alpes de Haute-Provence. Et même une filière pyrénéenne.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 151

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 16:59    Sujet du message: Répondre en citant

delta force a écrit:
OTL si je me souviens bien de mes lectures (Ian KERSHAW) c'est une initiative très personnelle d'Himmler.

En FTL le régime nazi surtout après l'échec de l'attentat de mars, sera - comme OTL- sera en mode résistance à outrance , recourant de plus en plus à la terreur de masse (y compris contre sa propre population "volkicsh"). cela m'étonnerait que le régime se lance dans ce type d'opération , sauf peut être une initiative tardive de certains "satrapes" essayant de donner des gages pour préserver leur situation ; les dits satrapes se faisant désavouer par le Führer .


Ce sujet est passionnant car digne d'un roman de Le Carré.
Himmler ( comme le dit Delta Force ) essaye de négocier le départ de 1.000.000 de juifs contre la livraison de 10.000 camions par les occidentaux. Ceux-ci doivent bien sur voir l'aspect humanitaire mais aussi considérer le coté militaire :
- l´évacuation d'une telle quantité de personnes nécessiterait une trêve et gênerait les opérations alliés
- un accord avec les nazis pourrait nuire aux relations URSS-occidentaux et il faut à tout prix préserver l'entente entre alliés
- une nouvelle émigration cette fois massive de juifs vers la Palestine pourrait provoquer des troubles avec les nationalistes arabes.
Le doute fut de courte durée et les occidentaux retinrent à Istambul le négociateur envoyé par les nazis qui était si mes souvenirs sont bons un juif hongrois.
Devant ce premier échec Himmler demande non plus des camions mais des matiéres premières et essuie un nouveau refus des occidentaux.
En parallèle les responsables juifs essayent en corrompant les dignitaires nazis de sauver leurs coreligionnaires, au final pour un prix de 1000US$ par tête, un train rempli de 1600 juifs quitta la Hongrie pour la Suisse, ils furent les seuls.

FTL les mêmes règles risquent de s'appliquer, car un corridor humanitaire :
- suppose une suspension des opérations ce qui pourrait nuire à la dynamique alliée de 1944
- représente une charge supplémentaire pour le camp allié et moins de charges pour les allemands.
- pourrait provoquer des risques de dissensions entre alliés, ceux dont les territoires sont occupés ( les français en premier lieu ) seront plus sensibles à ce discours que les anglo-saxons.
Bref, une option difficile à envisager.
_________________
Territoire tribal du nord-est de la péninsule ibérique connu sous le nom de Catalunya.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 718
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Oct 08, 2018 18:25    Sujet du message: Répondre en citant

Il ne faut pas oublier que pour les alliés le meilleur moyen de venir en aide aux populations tombées sous le joug des nazis c'était encore de vaincre l'Allemagne ! Et le plus vite possible.

Donc tout ce qui pourrait gêner ou ralentir les opérations en cours, ou bien donner un sursis ou une aide au Reich ne pourra in fine qu'être écarté.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Sam Oct 13, 2018 14:59    Sujet du message: Répondre en citant

J'aurais besoin du nom d'un diplomate français en poste en Suisse, de préférence à Genève et qui ne soit pas l'Ambassadeur... une personne de rang assez bas.

J'aurais besoin du nom d'un "général" SS d'assez haut rang, mais pas trop non plus. Il faudrait le nom de quelqu'un capable d'actions indépendantes. J'ai bien un candidat, le problème c'est qu'il est sur le font italien, je préférerais quelqu'un qui se trouve en France.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 151

MessagePosté le: Sam Oct 13, 2018 17:26    Sujet du message: Répondre en citant

[quote="Anaxagore"]J'aurais besoin du nom d'un diplomate français en poste en Suisse, de préférence à Genève et qui ne soit pas l'Ambassadeur... une personne de rang assez bas.

J'aurais besoin du nom d'un "général" SS d'assez haut rang, mais pas trop non plus. Il faudrait le nom de quelqu'un capable d'actions indépendantes. J'ai bien un candidat, le problème c'est qu'il est sur le font italien, je préférerais quelqu'un qui se trouve en France.[/

Pour la Suisse, Paul Morand peut être un candidat à partir de 1944.
_________________
Territoire tribal du nord-est de la péninsule ibérique connu sous le nom de Catalunya.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Sam Oct 13, 2018 18:36    Sujet du message: Répondre en citant

On est plutôt, fin 43.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 151

MessagePosté le: Dim Oct 14, 2018 10:16    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
On est plutôt, fin 43.


Alors Pierre Maillard, il est conseiller d'ambassade à Berne de 1942 à 1943.
_________________
Territoire tribal du nord-est de la péninsule ibérique connu sous le nom de Catalunya.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Dim Oct 14, 2018 13:19    Sujet du message: Répondre en citant

2 novembre 1942

L'homme qui venait de traverser la frontière franco-suisse à Annemasse était Français. Pourtant, son voyage avait été un long périple commencé en Tunisie, où se trouvait l'officine du renseignement dont il dépendait, en passant par Lisbonne, Barcelone. Pour ce voyage, il avait bénéficié de son passeport qui le désignait officiellement comme "Adolfo Ramirez, agent d'import export argentin". Rien de tout cela n'était vrai. L'homme parlait couramment l'Espagnol et avait un physique latin. Cependant, jamais il n'avait franchis l'Atlantique. Ses papiers étaient des faux aussi bien faits que les originaux, les spécialistes du renseignement les avaient vieillis, tâchés, agrémentés de tampons divers. D'ailleurs, son portefeuille contenait les photos d'une femme et d'enfants ("Mon épouse Miranda, et mes deux fils Pablo et Felipe") des tickets de cinéma, des billets de vingt, cinquante et cent pesos argentins.
Les services secrets français avaient beaucoup appris depuis le début de la guerre et introduire leurs agents dans divers pays faisait à présent partie d'une routine bien rodée. Ils étaient attentifs aux détails les plus insignifiants. Il ne fallait surtout pas éveiller l'attention d'un douanier au passage de la frontière.
Plutôt que de descendre dans un grand hôtel, Adolfo Ramirez s'installa dans une maison de louage dans la Herrengasse, à Berne. La rue était charmante avec ses arcades et ses pavés, proche de la cathédrale et dans un quartier des plus pittoresques. L'appartement était envahi par la lumière des Alpes et les fenêtres donnaient sur des vignobles. La porte donnant sous le vignoble permettait à des gens de venir discrètement le voir, ce qui convenait parfaitement à son dessein.


17 novembre 1942

La discrétion de Ramirez n'avait duré qu'un temps, sa mission ne l'exigeait pas plus longtemps. Loin de l'image colportée par les romans de quatre sous où les agents sont nécessairement secrets, le renseignement exige parfois la publicité. La mission d'Adolfo Ramirez était de celle qui demande de rencontrer un grand nombre de ces pourvoyeurs de renseignements amateurs ou professionnels, idéalistes ou stipendiés, qui prospèrent dans ces zones grises de la guerre que sont les pays neutres.
Moins de deux semaines après son arrivée, l'agent d'Alger avait rencontré nombre de ceux-ci et recruté des bonnes volontés parmi les Français isolés en suisse. Certains séjournaient dans ce pays pour des raisons médicales, au moment de l'invasion allemande, d'autres avaient fuit faute de pouvoir se joindre au Grand Déménagement. Il y avait aussi des membres du personnel diplomatique, particulièrement les membres de la triste et agonisante Société des Nations.
Pour beaucoup de gens la Société des nations avait cessé d'exister le 1er septembre 1939, ce qui était vrai dans le sens qu'elle avait échoué dans son rôle. Toutefois, elle n'avait pas été dissoute et continuait à siéger... tout simplement parce que de nombreux diplomates s'étaient retrouvés piégés en Suisse. Ils n'avaient toutefois rien à faire. Ils ne recevaient plus d'instructions de leurs gouvernements. Personnes ne se souciaient plus de leurs débats.
Parmi les hommes d'affaires coincés en Helvétie, il y avait un Allemand naturalisé américain qui s'appelait Gero von Schulze Gaevernitz. Depuis plus d'un an, il travaillait avec l' O.S.S. et plus particulièrement Allen Dulles (1) qu'un célèbre journal de Berne avait qualifié de " représentant personnel du président Roosevelt"... un autre agent de renseignement dont la présence sur le sol suisse n'avait rien de discrète, étant même claironnée à grand renfort de publicité.
Le père de Gaevernitz avait été un membre de l'aile gauche de l'ancien Reichtag. Professeur de science politique, il avait même participé à la création de la constitution de la république de Weimar. De ce fait Gaevernitz avait des liens solides avec la résistance antinazie en Allemagne même. Le contact entre Ramirez et Gaevernitz permit aux Français d'atteindre deux précieuses sources de renseignement. La première était Hans Berud Givesius, en contact avec les conspirateurs qui prévoyaient d'assassiner Hitler. Quant au deuxième, le procureur général Wilhem Hoegner, il connaissait des opposants nazis jusque à l'intérieur de Peenemünde, centre de recherche sur les armes secrètes V 1 et V 2.
Tout ce joli monde se croisait sous les sourires amusés des Suisses du "bureau Ha" (2) qui voyaient tout, entendaient tout, surveillaient tout et... laissaient faire. À Berne, la plupart des renseignements "secrets" s'échangeaient lors de dîners mondains. L'atmosphère était à mille lieux des romans d'espionnage qui deviendraient si populaires après guerre.
Si les Suisses surveillaient Allen Dulles et Adolfo Ramirez, les Allemands faisaient de même. Ils croyaient rencontrer discrètement les résistants qui venaient discuter avec eux, ils se trompaient. C'est ainsi Ferrucio "Arturo" Parri (3) le chef du "Comité pour la libération du Nord de l'Italie" avait été capturé à son retour à Milan.


5 décembre 1942, Paris,

Ils surgirent comme la foudre. Des hommes en uniforme noir, casqués, bottés, dirigé par des civils en chapeaux mous et pardessus de cuir. Ils enfoncèrent les portes MP-38 aux poings. "Raus ! Raus ! " (Sortez ! Sortez !). Ils poussèrent les hommes surpris dans leur sommeil, terrifièrent le garde armé d'un pauvre pistolet ruby. Un seul des résistants, qui se trouvait aux toilettes, parvint à sortir par la petite fenêtre au-dessus de la cuvette. Toutefois, alors qu'il rampait pour s'extraire du passage exiguë, ses yeux tombèrent sur une paire de bottes et... en remontant... sur la bouche à feu d'une arme menaçante.
Outre quelques pauvres diables qui allaient être longuement torturés avant de terminer devant un peloton d'exécution, la gestapo mis la main sur une masse de documents. Le nom d'Adolfo Ramirez, ses liens avec Dulles "l'homme du président Roosevelt" furent dûment notés.

11 octobre 1943

De nombreuses personnes venaient voir Adolfo Ramirez. Ils représentaient des nationalités et des professions très diverses. Toutefois, les hommes d'église formaient ce que l'agent de renseignement appelait "la filière ecclésiastique" (4). Lorsque le secrétaire d'un évêque allemand vint à Bernes parler à Ramirez, l'évocation de Dieu fut un des sujets les moins abordés. En fait, ils parlèrent surtout d'un industriel italien très connu, un certain Franco Marinotti. Ce dernier avait tenté une résistance passive lorsque les Allemands avaient occupé les usines de la Snia Viscosa, sa compagnie de rayonne. Mussolini l'avait fait jeter en prison. Toutefois, peu après, des S.S. l'avaient libéré et conduit en Suisse.
D'après la filière ecclésiastique, Marinotti était en fait envoyé par un "haut personnage" nazi négocier avec les gouvernements alliés.
Ramirez fit remonter l'information, ne désirant pas prendre contact avec Marinotti de son propre chef. Le message qu'il finit par recevoir ne provenait pas d'Alger mais de Londres envoyé par les services secrets britanniques. Ceux-ci avaient déjà le personnage à l'œil et avaient appris que c'était Heinrich Himmler qui l'avait libéré. On lui conseillait de ne pas approcher le personnage.
Peu après, la même filière contacta Allen Dulles pour lui "vendre" à son tour Marinotti. Mais l'O.S.S. refusa de mordre à l'hameçon. Grâce aux sources internes des services secrets alliés à l'intérieur des officines nazis, un télégramme destiné à Shellenberg, le chef du contre-espionnage SS (le S.D.) fut intercepté. Il confirmait que les Nazis suivaient les moindres allées et venues de Marinotti. Craignant un piège, les Alliés ne contactèrent pas l'Italien.

13 octobre 1943
Après une difficile mission en France et en Belgique, Gaevernitz signala le comportement étrange du consul allemand à Lugano. Von Neurath (5) était un homme brillant qui semblait étrangement peu à sa place à un poste aussi secondaire. Ce qui avait poussé nombre de représentants des Alliés en Suisse à le considérer comme un membre important des renseignements nazis.

(1) Futur créateur de la C.I.A.
(2) Section du renseignement suisse fondée en 1940 par les commandants Max Waibel et Hans Hausamann, son nom de "Bureau Ha" vient des deux premières lettres d'Hausamann. Son rôle est de surveiller les agents étrangers opérant en Suisse, surtout les Allemands.
(3) Parri survivra à sa détention et sera premier ministre de l'Italie après la guerre.
(4) Le nonce de Berne recevait de nombreux renseignements des religieux se trouvant en Italie du Nord, en particulier le cardinal Idefonso Schuster à Milan, par l'intermédiaire du révérend docteur Don Guiseppe Bicchirai.
(5) Fils de Constantin von Neurath qui fut ministre des affaires étrangères.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.


Dernière édition par Anaxagore le Dim Oct 14, 2018 21:03; édité 4 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6637

MessagePosté le: Dim Oct 14, 2018 13:21    Sujet du message: Répondre en citant

A part Ramirez, tous les personnages sont historiques.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1148
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Dim Oct 14, 2018 14:22    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques coquilles

Citation:
des billets de vingt, cinquante et sans pesos argentins.


Citation:
d'autres avaient fuis faute de pouvoir se joindre au Grand Déménagement,


Citation:
Personnes ne se souciaient plus de leurs débats.


Citation:
Le contact entre Ramirez et Gaevernitz permis aux Français


Citation:
dirigé par des civiles en chapeaux mous et pardessus de cuir.


Citation:
Lorsque le secrétaire d'un évêque allemand vint à Bernes vint parler à Ramirez,
Wink
_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com