Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

camps de concentration et déportation

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Chasseur Corse



Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 514
Localisation: Résidence "Pierre Bogonano

MessagePosté le: Sam Aoû 11, 2018 21:21    Sujet du message: camps de concentration et déportation Répondre en citant

ces camp construit par les allemands qui était placée sous la juridiction des SS commandée par Himmler était principalement destinée a la liquidation de la race juive comme le proclamée Hitler.
les déportés de ces camps arrivaient aprés un voyage en chemin de fer entassée dans de pire condition(en france les wagons avait le marquage suivant "40 hommes, 8 cheveaux en long) généralemennt il était tous surchargée, et cela provoquaient des bagarres et de nombreux mort car il n'y avait aucune possibilité de ravitaillement et d'évasion.

Arrivée au camp.

les déportés était regroupés en colonnes par nationalité, ou les médecins SS choisisait leur sujet d'experience de la manière suivante a l'aide d'une bagette, il dirigeait les déports de tous sexe soit vers leur gauche(suget experimental) ou vers leur droite(désitination la chambre a gaz) les autres déportés premait une douche puis il était razée totalement de la
totalité de leur poil, puis il était tatouée par un numéros, aprés cela il était répartis dans divers baraquement ou kommando corespondant a leur métier civil(Médecin, Electricien, Pompier, Horloger, Cuisinier). a un déporté qui demandait a un SS quand il allait sortir celui-ci lui répondit "Tu rentre par la porte et tu sort par la cheminée"

solidarité déportés
elle était multiforme(Soins médicaux, aide au malade, messe clandestine, distribution de nourriture)

évasion
elle seront trés rare le seul camp ou plusieurs s'évadernt fuit celui de Sobibor, car il s'était organisés avec l'aide de prisonnier russe de confession juive qui était militaire.

Liberation

du fait de l'avance des troupes russe les camps situés en pologne et a l'est son évacués vers l'allemagne les prisonniers subiront d'important trajet pédeste dans des conditions infernale qui auront pour nom "Marche de la Mort" car les prisonniers était tué si il ne pouvait plus se déplacer.
mais dans les camps souvent liberée soit par l'armée russe ou l'armée américaine ou anglaise se sera la consternation(on dit que le général Patton rendit son déjeuner et que Ike faillit sévanouir devant un four crématoire)
quel est l'avis des membres, se sujet a été ouvert l'accord du président


amitié

Chasseur corse















il y avait un Kommando spécial qui était totalement isolée des autres, se Kommando se nommait "Sonder Kommando il avait pour fonction soit le remplissage des chambres a gaz ou le vidage aprés un gazage, il avait fonction d'incinerer les corps(20.000 mort en 24 h) etre affectés a ce Kommando signifiaient la mort, car les SS a intervales réguliers les assaciner pour ne pas laisser de témoin.

solidarité déportés
elle était multiforme(soins médicaux, aide malade, messe clandestines)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
ChtiJef



Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 240
Localisation: Du côté de Clochemerle

MessagePosté le: Lun Oct 01, 2018 14:58    Sujet du message: Répondre en citant

Un peu de confusion, je le crains, entre les camps de concentration proprement dits (Konzentrationslager, abrégé en KL ou parfois KZ) et camps d'extermination (Vernichtungslager), spécialement construits pour l'anéantissement des Juifs.

Une confusion d'autant plus compréhensible que le plus tristement célèbre d'entre eux, Auschwitz, cumulait les 2 fonctions et que de plus, même le Stammlager était appelé camp d'extermination par les SS et leurs sbires ! [en effet, il était destiné à la liquidation des élites polonaises]

La description de "l'arrivée au camp" correspond aux célèbres Shocked scènes de la "rampe" d'Auschwitz où Mengele et ses collègues "médecins" décidaient d'un doigt de la mort immédiate ou différée des Juifs débarquant de leurs convois.

Les KL, le "modèle" étant Dachau, dont le nombre à la fin de la guerre dépassait le millier, entre Stammlager ("camp souche") et satellites et autres succursales (1) (métastases, devrait-on plutôt dire), étaient à leur création destinés à, disons, la "mise à l'écart" des éléments politiquement hostiles, principalement les "Rouges" ou "marxistes" (communistes en priorité), puis, après que la SS ait remplacé la SA dans la surveillance, à la "rééducation", des éléments rétifs à se sentir membres de la Volksgemeinschaft, cette mythique communauté du Peuple tant vanté par le régime. D'où l'omniprésence, voulue par Himmler lui-même, des devises et sentences moralisatrices : Arbeit macht frei (Dachau, exporté à Auschwitz), Jedem das seine (A chacun son dû, Buchenwald), "Il n'est qu'un chemin vers la Liberté. Ses bornes miliaires sont…" (Sachsenhausen), etc. Mais aussi la mise à disposition des prisonniers de salles de lecture où l'on trouvait livres et revues débarrassés des fatras juifs et marxistes.

Ce souci de rééducation faisait aussi que les prisonniers étaient classés par catégories aisément repérables : un triangle de couleur différente selon le motif d'internement, cousu bien visible sur la veste réglementaire juste au-dessus du numéro matricule (le tatouage de celui-ci est une exclusivité d'Auschwitz).

Ces couleurs étaient principalement :
- rouge : prisonnier politique
- jaune : Juif
- vert : criminel de droit commun. Assassins condamnés à mort pour la plupart, à qui les SS faisaient la grâce d'un sursis en échange d'une délégation de maintien de l'ordre et de surveillance des travaux (missions bien au-dessus de la dignité des représentants les plus éminents de la Race des Seigneurs) (2)
- violet : Bibelsforscher, "Etudiants de la Bible", appelés aujourd'hui Témoins de Jéhovah
- noir : "asocial"
- marron : Tsigane
- rose : § 175 StGB. Détenus pour cause de relations sexuelles (avérées ou non) avec des personnes de même sexe, réprimées par cet article. (3)
A noter que ces différents triangles pouvaient se superposer, ce qui donnait lieu, sur certains, à un véritable kaléidoscope…

Jusqu'à la guerre, même si les mauvais traitements, tortures et autres châtiments étaient le lot quotidien, on pouvait survivre au camp et même … en sortir ! Mais il est vrai qu'à la question habituelle de la Gestapo qui ne lâchait pas ses ouailles si facilement, "le prisonnier s'est-il amendé", le KZ répondait invariablement, ou presque, par la négative. Par ailleurs, le détenu libéré devait signer un engagement de taire ce qu'il avait vu ou subi pendant sa détention sous peine de retour immédiat et l'on devine le sort qui attendait les bavards. Quant aux évasions, on a trouvé une méthode pour dissuader de s'y livrer : outre que chaque évadé retrouvé était pendu si encore vivant - mais dans quel état ! - ou son cadavre exposé bien en vue s'il était mort, le SS pratiquait la décimation : 10 détenus du bloc de l'évadé étaient mis à mort en représailles.

Et de fait, en dehors de quelques personnalités tels le Chancelier Schuschnigg, le pasteur Niemöller et quelques autres, des détenus "ordinaires" ont survécu jusqu'à la chute du Reich (4), même si les plus anciens numéros devaient, à cette date, compter au moins 3 zéros.

On notera également que la mort violente d'un détenu, sauf le cas d'exécution pour violation du règlement intérieur, entraînait automatiquement l'ouverture d'une enquête par la SS. Aucun SS ne fut, il va de soi, poursuivi pour violences. (5)

Avec la guerre, les conquêtes et le développement des mouvements de Résistance nationale, les camps furent envahis de foules étrangères. Pour faciliter l'identification, le triangle - rouge, jaune pour les Juifs internés en tant que tels - de ces nouveaux portait un code de nationalité (P pour Polonais, F pour Français, R pour "Russe", etc.)

La guerre, à partir du moment où il devint évident qu'elle allait durer, entraîna, sous l'impulsion d'Oswald Pohl, le chef de l'office économique SS, une autre modification importante : la location (50 Pfennig par jour, "nourriture" comprise) des détenus aux entreprises. Une exploitation dont on sait les ravages qu'elle fit dans les rangs de prisonniers...


Les nazis étant des fanatiques de l'hygiène (au point que les "médecins" SS mettaient très rarement les pieds au Revier, l'infirmerie, par peur de la contagion), les douches (avec désinfectant en plus) étaient obligatoires à l'arrivée, puis régulières chaque semaine. Les détenus étaient aussi entièrement et régulièrement rasés. Mais, malgré leurs efforts (!!!), les SS ne purent empêcher les épidémies. Dans ces cas, on utilisait des méthodes pour le moins radicales : l'élimination des prisonniers suspects de maladie. Mais on sera surpris d'apprendre que les toilettes étaient à l'anglaise, ce qui était alors encore un luxe dans le monde "civil.

Pour ce qui est de la nourriture, elle était "suffisante", les approvisionnements se faisant en fonction de l'effectif. Ce n'était quand même pas la faute de la direction si 1) un travailleur d'un Kommando de terrassement touchait une ration identique à celle de celui affecté à un bureau 2) l'effectif réel, surtout vers la fin, ne correspondait au théorique 3) il y avait un rationnement de plus en plus sévère dans le Reich (et que tous ces gens-là n'étaient pas dignes de manger la même part, en calories, qu'un Allemand libre) 4) la cuisine prélevait sa part avant distribution 5) les Prominente chargés de la distribution de la soupe avaient leurs chouchous et leurs têtes à claque 6) autres raisons.

Il y a encore beaucoup à dire, notamment le fait que, du fait de l'interdiction des expériences sur les animaux (une initiative de Göring), Himmler mit les prisonniers à disposition en remplacement.

(1) Un prisonnier a déclaré que ce qui faisait la différence entre KZ et satellite était la présence d'un crématoire…
(2) A l'exception de Buchenwald, où les triangles rouges occupaient tous les postes de responsabilité.
(3) Sont donc seulement concernés les Allemands. Les termes de "persécution (sous-entendue européenne) homosexuelle ou même de génocide utilisés par des activistes de la cause gay sont à tout le moins exagérés. Les très rares Français qui furent concernés étaient des Alsaciens-Mosellans.
(4) Georg Elser, l'homme qui, à un quart d'heure près, faillit tuer Hitler avec sa bombe le 8 novembre 1939, ne put connaître la Libération. Sur ordre direct de Berlin, il "succomba à un bombardement allié" à Dachau.
(5) En 1933, des SA furent condamnés à de la prison pour avoir battu à mort des détenus d'un camp dont ils avaient la responsabilité. Très embarrassé par cette affaire, Hitler s'empressa de leur accorder sa grâce.
_________________
Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que prendre son slip pour une tasse à café (P. Dac)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1163
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Oct 01, 2018 15:58    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
on pouvait survivre au camp et même … en sortir !


Je crois devoir signaler ici que feu-mon grand-père est sorti d’Auschwitz après un an de détention suite à ... certaines bêtises commises en camp de prisonniers. A l'arrivée, il avait la dysenterie - il n'a compris que bien plus tard l'air hésitant du médecin SS qui faisait le tri. Finalement, il est sorti du camp pour rejoindre une usine - on avait besoin de main d'oeuvre. Bref ... vous le croiserez certainement dans mes textes quand on sera vers avril 44 en Autriche ou Tchécoslovaquie.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 951
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Lun Oct 01, 2018 19:08    Sujet du message: Répondre en citant

Un livre que j'ai lu dans mon adolescence.

https://www.babelio.com/livres/Lacaze-Le-tunnel/12373
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ChtiJef



Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 240
Localisation: Du côté de Clochemerle

MessagePosté le: Lun Oct 01, 2018 19:29    Sujet du message: Répondre en citant

Au Colonel : Lu des témoignages de Français au sujet de ce tunnel du col de Loibl, à la frontière austro-slovène.

Ce tunnel est toujours en service.

Mais ça m'étonnerait qu'il y ait la moindre plaque rappelant comment et à quel prix cet ouvrage a été réalisé.
Grrrr Grrrr Grrrr
_________________
Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que prendre son slip pour une tasse à café (P. Dac)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ChtiJef



Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 240
Localisation: Du côté de Clochemerle

MessagePosté le: Mar Oct 02, 2018 12:13    Sujet du message: Répondre en citant

Si l'arrivée au camp se fait bien par nationalité, c'est que les trains sont directs et ne prennent pas de passagers en route !

Mais dès leur immatriculation, les prisonniers sont soigneusement éparpillés : pas question de pouvoir se soutenir mutuellement ! (1)

Pour la répartition en Arbeitskommandos, la compétence professionnelle est le cadet des soucis, sauf postes très partiuliers hautement techniques et seulement quand la demande en est faite. Sinon, c'est le tout-venant et l'instituteur se retrouve terrassier, le cuisinier fait tourner la bétonneuse et le charpentier épluche les légumes.... De manière générale, et en conformité avec la pensée nazie, tout ce qui pense est profondément méprisable... Gare aux porteurs de lunettes !

Au Revier, les garçons-bouchers (c'était avant leur condamnation à mort pour assassinat) s'instituent chirurgiens (ils doivent penser que c'est le même boulot) et s'en donnent à cœur-joie sur les malheureux hospitalisés.

Si un vrai service de soins, avec de vrais professionnels, a pu s'organiser, c'est en cachette et grâce à des trésors d'imagination de la résistance clandestine du camp.

Le Revier est d'autant plus important dans les camps qu'il offre, notamment par le bloc des convalescents, l'opportunité d'abriter des détenus considérés comme importants se trouvant en danger de mort imminente, soit du fait de la maladie, de l'épuisement ou de blessures, soit du fait de "l'intérêt" que leur porte le Bureau Politique c'est-à-dire la Gestapo. Dans ces dernier cas, une méthode a fait ses preuves : la subsitution d'indentité. Le BP veut convoquer 42466 ? Manque de chance, Charles Couturier, admis à l'infirmerie, vient de succomber à la dysenterie. Quelques jours plus tard, il ressort rétabli. Mais il est maintenant le matricule 48227, lequel répond sur les registres du camp au nom de Pierre Vandeputte et qui lui vient bel et bien de décéder.

Pour la résistance clandestine, le contrôle du Revier et du bureau de répartition des détenus entre Kommandos est un enjeu majeur et fait l'objet d'une guerre sourde entre mouvements, grosso modo communistes d'un côté, tous les autres de l'autre. (2) Et chacun cherche à protéger les siens. Toutefois, il peut arriver que les intérêts convergent à propos de tel ou tel. Ainsi, comme on le sait, Marcel Bloch fut protégé par le PC.

On a pu polémiquer sur la tendance lourde des communistes à protéger les siens (et apparentés) au détriment de prisonniers tout aussi dignes d'intérêt. Mais, outre que les non communistes agissaient généralement de même (priorité aux miens), on devra prendre en compte le fait que les places protégées ne couraient pas les rues.

Si le Revier est souvent plein et semble donc offrir plus de possibilité d'abris , en fait, les SS ne songent, eux, qu'à le vider, souvent de la façon la plus expéditive : soit on peut travailler, et on sort sur le champ, soit on peut pas, et alors, on sort par la cheminée… Les déportés-médecins doivent jongler avec cette constante, et parlementer avec leur "confrère" à double rune de victoire pour arracher un sursis pour chacun de leur protégés.

Ces conditions ont fait que souvent, des choix déchirants ont dû être opérés et certains malheureusement sacrifiés aux priorités fixées. Ne jetons donc pas la pierre à ceux qui durent, la mort dans l'âme, faire un choix.

J'espère que l'ensemble de ces précisions auront été utiles pour donner une image réaliste de ce que furent les KL : un peu plus complexe et pétrie de contradictions.


(1) Le regroupement des détenus par nationalité a été l'une des toutes premières mesures prises à la Libération des camps
(2) Encore une fois, sauf à Buchenwald, où les communistes ont pris le contrôle souterrain du camp.
_________________
Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que prendre son slip pour une tasse à café (P. Dac)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
requesens



Inscrit le: 11 Sep 2018
Messages: 202

MessagePosté le: Mar Oct 02, 2018 13:05    Sujet du message: Répondre en citant

ChtiJef a écrit:



Le Revier est d'autant plus important dans les camps qu'il offre, notamment par le bloc des convalescents, l'opportunité d'abriter des détenus considérés comme importants se trouvant en danger de mort imminente, soit du fait de la maladie, de l'épuisement ou de blessures, soit du fait de "l'intérêt" que leur porte le Bureau Politique c'est-à-dire la Gestapo. Dans ces dernier cas, une méthode a fait ses preuves : la subsitution d'indentité. Le BP veut convoquer 42466 ? Manque de chance, Charles Couturier, admis à l'infirmerie, vient de succomber à la dysenterie. Quelques jours plus tard, il ressort rétabli. Mais il est maintenant le matricule 48227, lequel répond sur les registres du camp au nom de Pierre Vandeputte et qui lui vient bel et bien de décéder.



Jorge Semprun, déporté lui-même à Buchenwald évoque le vivant qui bénéficie de l'ídentité d'un mort dans un de ses romans ( la mort qu'il faut ), je crois me souvenir que l'épisode est autobiographique.
Plus terrible, il y a l'histoire qui fit scandale en Allemagne il y a quelques années de ce garçon juif polonais interné à Buchenwald mais désigné pour Auschwitz et qui fut remplacé grâce à l'appui de l'organisation communiste du camp par un adolescent gitan qui ne revint jamais.
_________________
Territoire tribal du nord-est de la péninsule ibérique connu sous le nom de Catalunya.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ChtiJef



Inscrit le: 04 Mai 2014
Messages: 240
Localisation: Du côté de Clochemerle

MessagePosté le: Mar Oct 02, 2018 13:36    Sujet du message: Répondre en citant

requesens a écrit:
Plus terrible, il y a l'histoire qui fit scandale en Allemagne il y a quelques années de ce garçon juif polonais interné à Buchenwald mais désigné pour Auschwitz et qui fut remplacé grâce à l'appui de l'organisation communiste du camp par un adolescent gitan qui ne revint jamais.


Le drame de devoir choisir, de sacrifier une vie estimable pour en sauver une autre … Shocked Shocked Shocked

Qu'aurions-nous fait à leur place ?
_________________
Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que prendre son slip pour une tasse à café (P. Dac)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6677

MessagePosté le: Mar Oct 02, 2018 18:24    Sujet du message: Répondre en citant

Pour remarque, je suis gnostique et les gnostiques étaient jeté dans les camps de concentration. Par contre, je ne sais pas à quel titre. probablement parce que nous sommes des "étudiants de la Bible" nous aussi.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com