Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Février 1944 - Les Belges en Grande-Bretagne
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Les Belges
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 10:59    Sujet du message: Février 1944 - Les Belges en Grande-Bretagne Répondre en citant

Par Wil Coyote, relu par Sa Sainteté.

7 février 1944
Corps d’Armée Benelux
Otterburn (Ecosse)
– Le lieutenant-général Victor Van Daele observe le ciel gris, froid et peu engageant de ce mois de février. Mais ce n’est pas ce qui va arrêter le programme d’entraînement de son Corps d’Armée Benelux, ainsi baptisé car il comprend, outre une large majorité de troupes belges, la brigade néerlandaise Prinses Irene du colonel de Ruyter Van Steveninck (en fait un gros bataillon) et le 1er Bataillon d’Artillerie luxembourgeois, intégré à la Brigade d’Artillerie de Corps d’Armée. Baissant les yeux, Van Daele regarde les bâtiments où il a installé son PC… Que de changements depuis sa prise de commandement de la 7e DI dans des conditions dramatiques, en juin 1940. Suivie de l’évacuation vers l’Angleterre, qui s’est achevée par le sauvetage, à Lorient, des restes du détachement Lorent qui s’était si bien battu à Redon. Il se voit encore, cette nuit-là, sur le pont du Prince Philippe, faire les cent pas en attendant ses hommes !
Aujourd’hui, il commande trois divisions d’infanterie et une division blindée, plus des troupes annexes, le tout très correctement équipé. Bien que Jean-Baptiste Piron marque de façon bien visible son mécontentement quant au manque de puissance du canon de ses chars…
– Mon général !
– Oui !
– Les généraux Piron, Jans, Bruyère et Van Loock vous attendent au PC !
– Mon CEM est revenu ?
– Oui mon général, le général Daufresne de la Chevalerie a fini de vérifier l’installation de l’artillerie et du ravitaillement.
– J’arrive.

Au PC, Van Daele est accueilli par ses divisionnaires et son CEM.
– Bonjour Messieurs. J’espère que le trajet depuis vos cantonnements s’est bien déroulé. Comme vous pouvez le constater, c’est un exercice de grand style que nous organisons. Il permettra aux unités d’affiner leur cohésion et d’apprendre à travailler à l’échelon Corps d’Armée. Tous nos appuis sont là et la semaine prochaine, nous aurons la participation de quatre avions du…
– 348e Squadron,
complète son CEM.
– Oui. Grâce à ces avions, nous pourrons améliorer l’entraînement de nos contrôleurs aériens avancés. Ensuite, comme vous avez pu les apercevoir en arrivant, notre artillerie lourde est également présente. Il s’agit de tubes de 5.5 et 7.2 pouces. Pour eux, ce sera leur premier entraînement à grand échelle. Nous pourrons ainsi qualifier les derniers OA de la 3e DI. Avez-vous des observations concernant les trois prochaines semaines ?
– Mon général,
commence Piron.
– Oui, Jean-Baptiste.
– Je pense que les superviseurs britanniques vous adresseront quelques remarques concernant l’utilisation des chars de la 1ère DB.
– Pourquoi donc ?
interroge Jans.
– Parce que je compte les utiliser comme je l’ai fait en Sicile et en Italie, et comme Rodolphe De Troyer continue à le faire en France. Mais ce n’est pas tout à fait ainsi que les manuels britanniques prévoient leur usage !
– Ma foi,
répond Van Daele, le but est de battre les Allemands, non de respecter les manuels de nos hôtes. Vu votre expérience en la matière, je ne vois pas pourquoi nous ne n’adapterions pas les manuels en question aux réalités du terrain. D’ailleurs, à ce propos, je vous invite à lire très attentivement dans les plus brefs délais les rapports en provenance de France. La Tancrémont et les Ardennais ont eu très chaud dernièrement, et leurs remarques sont très instructives.
– Mon général,
intervient Edmond Van Loock, de la 3e DI.
– Je t’en prie, Edmond.
– Ma Division est la dernière constituée, et de plus, elle intègre la… hmm… brigade hollandaise. Je souhaiterais disposer de quelques jours supplémentaires pour compléter son entraînement et améliorer sa cohésion.
– Eh bien, cette première semaine est surtout un camp de tir aux armes lourdes : chars, antichars, artillerie. Donc ton infanterie pourra faire des exercices divisionnaires de son côté pendant ce temps.
– Merci.
– A propos de chars, Jean-Baptiste, tu ne goûtes pas trop les tiens, si j’ai bien compris ?
– Hum… Pour être franc, je les échangerais bien contre des SAV-43… Mais je comprends les raisons logistiques qui m’en empêchent, donc je dois m’adapter. Nous avons reçu des Firefly, et ceux-là ont du punch, mais nous n’en avons pas beaucoup. Les Cromwell doivent être très bons en reconnaissance du fait de leur vitesse, mais face à un Léopard ou à un Panther, ils ne feront pas le poids. Quant aux Churchill, ils sont solides, mais pourquoi diable les Anglais ne leur ont-ils pas donné un meilleur canon ?
– Tu dresses un tableau bien noir,
commente le CEM…
– Je parle d’expérience ! Ce problème de matériel souligne l’importance de la tactique. En surprenant l’ennemi, nous pourrons tirer notre plan.
– Nous te faisons confiance pour cela. D’autre remarques ?
– Oui, si vous le permettez,
dit Jans, de la 1ère DI. Plusieurs sous-officiers des antichars du 3e Chasseurs se plaignent d’être revenus à un canon tracté. Le canon lui-même n’est pas mal, mais sur le théâtre méditerranéen, ils avaient des half-tracks équipés d’un canon.
– Nous devrions recevoir de nouveaux véhicules antichars, des Achilles.
– C’est que… les Anglais les ont donnés à leur artillerie,
indique Jans.
– C’est possible, rétorque Van Daele, mais une fois qu’ils seront chez nous, nous pourrons en faire ce que nous voudrons ! L’infanterie a besoin d’antichars mobiles et efficaces ! Les Achilles seront donc affectés à nos unités d’infanterie.
Cette décision prise, Van Daele marque une brève pause, puis reprend : « Messieurs, nous allons vous fournir les fréquences radio, les points de ravitaillement et le planning des exercices. L’apothéose sera pour la dernière semaine, avec un exercice de grande ampleur et une évaluation par les Britanniques. Demain, j’assisterai au tir de la BACA et j’observerai l’action des OA de la 3e DI. J’irai voir chaque unité en exercice et je viendrai, en tant qu’observateur, dans vos PC. J’ai appris cela des généraux Pire et Keyaerts… Vous ferez comme si je n’étais pas là, je veux vous voir gérer vos divisions ! Pour tout le monde, tenue de campagne, nous ne sommes plus en 40 ! Les inspections avec vérification du cirage des chaussures, ce sera pour quand tout ce brol sera fini ! »


9 février
Corps d’Armée Benelux
Position de batterie du 3e d’Artillerie d’Armée, Otterburn
– Le major Henrotte a reçu l’autorisation de tir des autorités du camp. Ses hommes vont pouvoir s’en donner à cœur joie.
– Capitaine Baltus, signalez aux batteries que nous pouvons tirer.
– A vos ordres ! Les observateurs du 3e Grenadiers et du 28e Li n’attendaient que ça !

Le major sort du PC de tir et regarde les membres de la 1ère Batterie suer sang et eau en manipulant les obus de 183 mm, pesant chacun près de 91 kg. Les munitionnaires préparent les charges et vissent les fusées sur les obus. Un peu plus loin, les tracteurs Pioneer sont camouflés sous les couverts. Les Matador, eux, font la navette entre le dépôt et la position de tir. Les radios commencent à cracher des coordonnées…
– Pièce 4, préparez-vous pour un tir de réglage !
– Pièce 4 prête !

Suit une litanie de chiffres, puis…
– Pièce réglée !
– Attention… 3-2-1-feu !

Dix kilomètres plus loin, les OA du 3e Grenadier entendent l’obus passer au-dessus d’eux puis observent l’explosion.
– Verdomme ! Tu as vu ça !
– Oui, ils sont trop courts de 100 mètres.
– Je parlais de l’explosion, manneke !
– J’ai vu, mais ce n’est pas bon quand même, j’envoie les corrections !
– Rabat-joie…
– Non, juste efficace,
sourit l’observateur, je tiens à ce que ça tombe sur les Moffen et pas sur les copains !
Après quelques corrections :
– A toutes les pièces, tir d’efficacité, un coup sur trois fusant ! 3-2-1-feu !
Et durant quinze minutes, la 1ère Batterie fait pleuvoir un déluge de feu sur le stand de tir.
Henrotte écoute les résultats à la radio et remarque que l’entrainement porte ses fruits quand deux jeeps arrivent à son PC. C’est Van Daele, qui viens se rendre compte de visu du résultat des tirs.
– Mes respects, mon général, commence Henrotte, surpris.
– Repos, major. Continuez ! Que pensez-vous de vos obusiers ?
– Mon général, cela nous change du 75 GP que nous avions au 34e d’Artillerie, en 40.
– Je n’en doute pas,
répond le général en souriant.
– Ensuite, le fait que les OA sont fournis par les unités nous rend nettement plus réactifs.
– C’est le but, major ! Nous avons payé assez cher nos erreurs en 40. Bien, continuez ainsi, vous faite du bon travail.
– Merci mon général.

Toute la semaine, les unités d’artillerie du CA Benelux poursuivront leur entraînement. La majorité des observateurs avancés vont recevoir sans problème leurs qualifications.


13 février
Corps d’Armée Benelux
Otterburn
– Au sein du 1er Régiment des Guides, le major de Borchgrave d’Altena continue de pousser ses hommes.
– Lorsque vous serez face aux Boches, ce sera eux ou vous ! Ne l’oubliez pas. Nos collègues du 2e Lancier, en Provence, en savent quelque chose.
– Leurs rapports sont très précis, mais ils parlent d’un char… monstrueux !
– Oui, le char Tigre. Celui-là ne pourra être traité que par nos Firefly ! Donc, quoi qu’il arrive, prudence et surtout ne sous-estimez jamais les Boches. Dans quelques jours, nous aurons l’occasion d’assister à une démonstration d’appui par l’aviation. Continuez à vous entraîner. Souvenez-vous : rapidité et précision !



14 février
Appui au sol
Acklington, base de la RAF
– Un Dragon Rapide en provenance de Manston atterrit, suivi par cinq Typhoon du 348(B) Sqn. Le major Lamarche, accompagné des lieutenants Wilmet, Engelen, Brahy et Bladt, sont venus participer aux exercices du CA Benelux.
– Déjà que l’hiver dans le sud de l’Angleterre n’est pas triste, voilà qu’on nous envoie dans le nord, commente Engelen dès qu’ils sont installés.
– Allons, “Smoke”,
répond Lamarche, c’est presque une semaine de repos. Nous sommes là pour donner un coup de main à nos gars au sol. La plupart d’entre eux n’ont pas encore vu le feu et les anciens de 40 ont toujours une assez mauvaise image de nous autres, aviateurs.
– Et c’est à nous de les faire changer d’opinion… A vos ordres, major !
– Et puis, ils doivent aussi entraîner leurs FAC,
complète Wilmet.
– J’ai appris qu’une Brigade néerlandaise était intégrée à notre 3e DI, dit Brahy.
– Amaï… avec eux, on ne va rien comprendre, ironise Bladt. Leur accent est à couper au couteau !
– Bah, à la radio tout se fait en anglais, ça devrait passer,
conclut Brahy.
– Bon, ce soir, Wil et moi avons rendez-vous au PC du Corps d’Armée pour leur donner des explications sur nos capacités. Wil, soigne ta tenue, on va chez des terriens !
………
Otterburn – Le soir, les deux aviateurs arrivent au PC du Corps d’Armée. Ils y sont reçus par l’officier de liaison de l’Aéronautique Militaire (qui n’est pas encore devenue officiellement la Force Aérienne belge).
– Vous aurez droit à tout le gratin du CA. Même le général Van Daele sera là !
– Eh bien !
commente Lamarche. Enfin, on fera avec.
– Le général Piron sera là aussi, mais lui, il est déjà convaincu de votre apport. Il a souvent fait appel à la 53e Escadre en Sicile et en Italie, et il en a été très satisfait.

Peu après, Lamarche, avec Wilmet un peu en retrait, prend la parole devant une assistance attentive.
– Mon général, Messieurs, lors de futures opérations, c’est le 2e Wing Belge et surtout ses 347e et 348e Squadrons qui assureront l’appuis à votre Corps d’Armée. Le 11e Groupe nous l’a confirmé.
– Et vous vous occupez aussi d’éloigner la Luftwaffe ?
interroge Van Loocke.
– Ça, c’est surtout le travail de notre 1er Wing, qui est entièrement équipé de Spitfire. Nous, notre spécialité est l’appui tactique.
– Comme les Stukas en 40, donc,
commente Wilmet.
– Et à l’époque, vous n’étiez pas souvent là… On aimerait éviter de revivre ça, complète Bruyère.
– Nos liaisons fonctionnent nettement mieux qu’à l’époque, remarque Van Daele. Et il me semble que les Allemands n’auront plus la supériorité au-dessus de nous.
– En effet, mon général,
confirme Lamarche. La maîtrise du ciel a changé, nous le constatons tous les jours en opération. Et pour vous aider, cette fois, nous n’avons plus des biplans mais d’excellents avions. Nos Typhoon sont équipés de quatre canons de 20 mm et ils peuvent emporter 450 kg de bombes.
– Mais déjà, en 40, au-dessus de Chartres, vous vous êtes bien débrouillés avec des CR.42, n’est-ce pas ?
remarque Piron, qui a vu les états de service du commandant du 348e.
– Euh, oui, répond Lamarche, surpris, mais j’ai eu beaucoup de chance ce jour-là ! Et je ne tiens plus à devoir uniquement compter sur la chance, mon général.
– Vous avez raison, major. J’ai beaucoup apprécié l’appui des P-39 en Sicile. Ils ont plus d’une fois permis de sortir la Tancrémont d’un mauvais pas. Ils ont su nous renseigner et nous dégager le passage quand on les appelait.
– Nous serons là nous aussi, mon général. Et si ce n’est pas nous, ce sera un squadron anglais ou américain.
– Quelles sont vos recommandations les plus importantes, major ?
demande Van Daele.
– Tout d’abord, lorsque vos unités feront appel à un appui aérien, vos FAC devront être précis. Nous volons à plus de 500 km/h, nous n’avons que quelques secondes pour voir la cible. Cela peut faire la différence entre une intervention efficace et… une erreur catastrophique.
– Nous ferons passer cela à nos Unités. Autre chose ?
– Toujours pour les mêmes raisons, les troupes au sol doivent signaler leurs positions au moyen de fumigènes rouges chaque fois que c’est possible quand elles demandent un appui.
– Je vais prévoir une note là-dessus, c’est primordial,
commente Daufresne de la Chevalerie.
– Et… hésite Wilmet.
– Allez-y, lieutenant.
– Eh bien, vous avez reçu les rapports en provenance des troupes en Italie ou en France. Donc, mon général, vous avez dû lire que nos alliés américains font volontiers passer la puissance avant la précision. Il faut le savoir et agir en conséquence.
– Je vois…
– Mon général,
reprend Lamarche, dans votre Corps d’Armée, je crois qu’il y a une brigade néerlandaise.
– Oui, intégrée à la 3e DI, pourquoi ?
– Nous n’avons jamais travaillé avec eux. Il faudrait tester leurs guidages.
– Edmond, demain après-midi, les premiers tests de la 3e DI seront pour eux.
– Je note, mon général.



15 février
Corps d’Armée Benelux
Champ de tir d’Otterburn
– Sur une hauteur dominant le champ de tir, Van Daele observe les carcasses de chars Matilda Mk I et Vickers Medium qui servent de cible. A côté de lui se trouve un Dodge Radio branché sur les fréquences des FAC. L’officier de liaison de l’aéronautique s’approche : « On va commencer, mon général ! »
En effet, la radio commence à cracher des informations. En l’air, Engelen et Bladt écoutent les directives du FAC.
– Ici Smoke, on va sortir le grand jeu. Tu me couvres pendant que je straffe.
– Reçu.

Au sol, le FAC guide les Typhoon. Pour lui c’est une première, il est nerveux et le pilote s’en rend compte : « Keep calm » dit Engelen.
– Roger !
Van Daele ne loupe rien de l’échange, il entend soudain le bruit des moteurs Napier. Il voit l’un des avions piquer, faire un premier passage, virer et de nouveau plonger à ras du sol en tirant de ses quatre Hispano.
– Diablement efficace, commente le général. Mais ils volent toujours aussi bas ?
– Euh, en fait, le 348e s’en est fait une spécialité, surtout depuis que celui qui a le record… n’est plus de ce monde. Lui, il descendait plus bas que le clocher d’une église.
– Il faut oser ! Mais l’objectif est atteint il me semble, les carcasses fument bien !



28 février
Corps d’Armée Benelux
Champ de tir d’Otterburn
– Toute la semaine, les Belges ont déchaîné l’enfer dans les landes du Northumberland. Sherman, Cromwell, obusiers s’en sont donné à cœur joie en déjouant les pièges tendus par les officiers britanniques. Non sans mal : ainsi, les hommes du 3e d’Artillerie d’Armée ont dû changer quatre fois de position les batteries de leurs obusiers de 7.2 pouces. De quoi donner envie aux servants d’être dans les chars !
Van Daele a visité plusieurs états-majors de brigade et de division, chaque fois en observant et en prenant des notes, mais sans jamais intervenir. Il est fier de ses hommes, ils semblent vraiment prêts. A présent, il reçoit les membres de l’équipe d’inspection en compagnie de son CEM.
– Well sir, votre Corps est prêt, mais…
– Mais…
– La façon dont le général Piron utilise ses chars est déroutante !
– Ah… Mais est-elle efficace ?
– Il faut reconnaître que oui, Sir. Il a déjoué presque tous nos pièges.
– Alors l’objectif est atteint,
commente Daufresne.
– En fait, complète Van Daele, le général Piron applique à sa 1ère DB les enseignements qu’il a tiré des combats de Sicile et d’Italie. Et il lit les rapports en provenance de nos troupes dans le sud de la France.
– That’s fine, then… Good luck, Sir !
– Merci Messieurs.

Les inspecteurs partis, Van Daele se tourne vers son CEM : « Raoul, prépare une note pour l’EM en signalant que nous sommes prêts ! Et que le 1er CA attend son déploiement avec impatience. »
– A vos ordres !

Enfin, cela va être notre tour, songe Van Daele. Quatre ans d’attente…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2121
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 11:35    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Vu votre expérience en la matière, je ne vois pas pourquoi nous ne n’adapterions pas les manuels en question aux réalités du terrain.

_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Etienne



Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1147
Localisation: Faches Thumesnil (59)

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 11:27    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
C’est Van Daele, qui vient se rendre compte de visu du résultat des tirs.
….

Nous avons payé assez cher nos erreurs en 40. Bien, continuez ainsi, vous faites du bon travail.

_________________
Dieu est une femme. La preuve : On dit toujours qu’il vaut mieux voir le Bon Dieu que ses seins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Bob Zoran



Inscrit le: 19 Nov 2017
Messages: 42

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 11:54    Sujet du message: Re: Février 1944 - Les Belges en Grande-Bretagne Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Par Wil Coyote, relu par Sa Sainteté.

7 février 1944
Corps d’Armée Benelux
Otterburn (Ecosse)

– Ma foi,[/i] répond Van Daele, [i]le but est de battre les Allemands, non de respecter les manuels de nos hôtes. Vu votre expérience en la matière, je ne vois pas pourquoi nous ne n’adapterions pas les manuels en question aux réalités du terrain.


Belgiscisme ou faute de frappe?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 715
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 12:29    Sujet du message: Répondre en citant

Une petite question technique pour nos contributeurs belges : quels sont les prénoms des généraux Jans et Bruyère ?
Juste pour mettre à jour l'orbat Overlord.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1547
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 14:25    Sujet du message: Répondre en citant

Malheureusement, les archives étant les archives je n'ai que leurs noms.
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 937
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 17:57    Sujet du message: Répondre en citant

Ce corps d'armée Benelux, cela représente combien en terme d'effectif ?

Et une dernière question de paresseux (enfin si vous pouvez me répondre), FTL la Belgique arrive a aligner grosso-modo combien d'hommes, toutes armes confondues ?
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 18:21    Sujet du message: Re: Février 1944 - Les Belges en Grande-Bretagne Répondre en citant

Bob Zoran a écrit:

Belgiscisme ou faute de frappe?


Faute de frappe déjà signalée par Imberator ! (merci !).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bob Zoran



Inscrit le: 19 Nov 2017
Messages: 42

MessagePosté le: Mar Sep 11, 2018 23:19    Sujet du message: Répondre en citant

Mince ! Je n'avais pas vu avec tous les messages en hiéroglyphes de ces derniers jours!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1547
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 08:06    Sujet du message: Répondre en citant

Colonel Gaunt a écrit:
Ce corps d'armée Benelux, cela représente combien en terme d'effectif ?

Et une dernière question de paresseux (enfin si vous pouvez me répondre), FTL la Belgique arrive a aligner grosso-modo combien d'hommes, toutes armes confondues ?


Historiquement, et d'après le livre du Colonel Jamart, 225000 hommes ont été évacués en France en mai-juin 40.

D'après mes calculs, pour les effectifs déployés, j'arrive à un total de +- 125000 hommes dans les Unités (Terrestre et Aerienne).
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 937
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 11:36    Sujet du message: Répondre en citant

Merci
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
delta force



Inscrit le: 07 Juin 2009
Messages: 416
Localisation: france Gironde

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 17:00    Sujet du message: Répondre en citant

d'après la chrono officielle septembre 1940 FTL chapitre les belges : le 23 septembre lors du conseil des ministres l’État Major indique au gouvernement que 165 000 soldats et recrues ont été évacuées en AFN et Angleterre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2121
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 17:32    Sujet du message: Répondre en citant

delta force a écrit:
d'après la chrono officielle septembre 1940 FTL chapitre les belges : le 23 septembre lors du conseil des ministres l’État Major indique au gouvernement que 165 000 soldats et recrues ont été évacuées en AFN et Angleterre.

Avec l'attrition et sans doute des arrivées nouvelles négligeables on doit toujours être début 44 dans les 125 000. Non ?

Ce qui serait cohérent. Le tout essentiellement réparti en deux corps : 1 en GB et l'autre dans le midi de la France, j'imagine.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
delta force



Inscrit le: 07 Juin 2009
Messages: 416
Localisation: france Gironde

MessagePosté le: Mer Sep 12, 2018 17:58    Sujet du message: Répondre en citant

les forces belges (hors force publique) n'ont commencé à être engagées en "grand" au sol qu'à partir de 1942 ((Torche invasion de la Sicile) et uniquement les forces en méditerranée....donc attrition "limitée" si l'on peut dire .
cependant avec une base démographique très limitée (par la force de choses) et la pénurie de spécialistes, le plan initial de 1940 pour l'armée de terre (3 Di + 1 DB en GB, 2 DI 1 BB 2 régiments de chasseurs ardennais en AFN) a du être revu à la baisse ; en méditerranée au final en septembre 1943 seule une DI (la 4eme) une BB et les 2 régiments de chasseurs ardennais sont activés, une BACA est en formation (selon ma lecture en creux du topic belges en méditerranée 1944) , la 5eme DI doit être une structure administrative plus centrée sur la formation à ce que j'ai compris.

A noter que sur certains services - au combien indispensables : génie (sauf sans doute le génie d'assaut) train, ateliers de réparations, services de santé- l'armée belges doit probablement compter/dépendre de ses alliés.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1547
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Jeu Sep 13, 2018 08:10    Sujet du message: Répondre en citant

ajouter également un Bataillon para et un bataillon de commando.
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Les Belges Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com