Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Pierre Noire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6476

MessagePosté le: Sam Sep 08, 2018 15:16    Sujet du message: La Pierre Noire Répondre en citant

Une suite FTL (quoique on peut la placer en OTL aussi, puisque la situation dans la région est identique..; du moins dans ce que j'en évoque) de la nouvelle de Robert E. Howard " Le monolithe noir".

N'y voyez pas un ajout officiel, juste un petit délire. Les événements se déroulent du 19 au 24 juin 1943

La Pierre Noire


Les Roumains appelaient cette ville Timisoara, simple déformation de son nom allemand Temeswar encore utilisé par la minorité Souabe de la vieille cité. Ses charmes étaient sans pareil dans cette région du monde. Les architectes qui avaient œuvré pour lui donner son apparence actuelle avaient été parmi les meilleurs de l'ancien empire des Habsbourg. Ce qui avait valu à Temesvar le surnom de "Petite Vienne". Appellation depuis tombée en désuétude, supplanté par celle, plus neutre, de " villes des roses" qu'elledevait à sa magnifique roseraie plantée en 1928 et abritant plus d'un millier de variétés de roses.
Vielle, mais aussi moderne. Timisoara fut la première cité d'Europe a avoir été éclairée à l'électricité, et première cité d'Europe à avoir eu un tramway électrique.
Tout cela, les deux jeunes gens qui traversaient la rue le savaient. Toutefois, pour eux, la cité s'appelait Temesvar... son appellation hongroise. En effet, Yudah Morvai et Abram Vadasz étaient des juifs d'origine hongroise. Un peu plus d'une génération plus tôt, leurs parents avaient vécu la Première Guerre mondiale et ses conséquences. Les frontières avaient changé, alors qu'eux même restaient attachés à leur synagogue et à leur vie.
Et puis, Antonescu avait pris le pouvoir. Allié de l'Allemagne nazie, il s'aligna sur son programme antisémite, déportant les Juifs vers la Moldavie dans des "camps de travail" où (d'après la rumeur) on les laissait mourir de faim.
Beaucoup de juifs roumains et soviétiques devaient périr sous les balles et les mauvais traitements des soldats d'Antonescu. Cependant, certains cherchaient à fuir. Pour Yudah et Abram, la Hongrie représentait un espoir. Certes, le royaume du régent Horthy était profondément antisémite, toutefois l'opinion publique avait réprouvé les sanglants pogroms menés par l'armée dans les territoires annexés sur la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie après les arbitrages de Vienne. De plus Yudah et Abram avaient de la famille à Budapest et les Juifs de la capitale - considérés comme intégrés- et bien qu'en butte à des lois qui les privaient de nombreux droits, n'avaient jusque là pas été menacés.... du moins physiquement. Ce qui constituait déjà un net progrès.
Au prix d'énorme difficultés et une angoisse permanente, les deux jeunes hommes étaient arrivés à Timisoara, une ville proche de la frontière hongroise. Ils avaient réussis à parvenir jusqu'ici grâce à des faux papiers fruits du génie de Yudah. Ce dernier était photographe de métier converti, pour des raisons facile à comprendre, dans la falsification de documents officiels. Avec candeur, le physique adolescent du jeune homme s'y prêtait bien, Yudah avait dit à Abram : " Les papiers sont faits par des hommes, donc d'autres hommes peuvent faire aussi bien".
Candide mais terre-à-terre Yudah Morvai avait travaillé d'arrache-pied pour prouver ce qu'il avançait. Imprimant d'abord de simples tickets de rationnement, puis des documents de peu d'importances... avant de créer deux jeux complets de papiers d'identités, des laissez-passer et même des titres d'exemption de mobilisation pour lui et son amis.
Abram Vadasz ne ressemblait en rien à son ami. On dit que les contraire s'attire et le contraste entre les deux juifs, Yudah l'éternel adolescent et Abram maigre et long comme un jour sans pain, chaussant des lunettes rondes cerclées de fer, le prouvaient.
Serrant contre lui une mallette de cuir contenant des livres rares, Abram pressa le pas en direction de la gare. Le bâtiment était bondé, cela facilita d'abord la tâche pour les deux Juifs. Toutefois, même si les policiers et les militaires roumains qui contrôlaient les papiers ne purent s'appesantir sur leur cas, ils ne trouvèrent pas de place de train pour Budapest. Peut-être même que cela valait mieux ainsi, l'encre des tampons sur les faux papiers n'avait pas la même qualité que sur les originaux. Après quelques jours exposé à l'air, il avait étrangement pâli, beaucoup plus que celui utilisé pour les autres inscriptions. Si les gardes à l'entrée de la gare n'avaient pas été épuisés par le va-et-vient de paysans en colère et de femmes tirant derrière elles une marmaille chialeuse, les choses auraient sans doute mal tournée.
Faute d'autres options, Yudah et Abram passèrent une douloureuse journée dans un infâme tortillard qui n'avançait guère plus vite qu'un homme courant, s'arrêtait à chaque gare. Ils descendirent à l'arrêt le plus proche de la frontière hongroise qu'il purent trouver. La région, à l'est d'Arad, creusée par la rivière Mirisul était une collection de reliefs tourmenté qui changeait beaucoup de Timisoara, presque à la hauteur de la mer.
Les trois jours qui suivirent furent infernaux. La frontière au nord, vers les anciens territoires roumains à présent annexés par la Hongrie, n'était plus guère distante, toutefois il fallait se diriger dans un véritable dédale. Ils voyagèrent un bout de chemin dans la carriole d'un paysan, marchèrent, trouvèrent de l'aide pour avancer un peu plus loin.
Quatre jours après leur départ de Timisoara, un vieil agriculteur amical les pris en pitié. Il ignorait sans doute avoir affaire à des juifs - nombres de ses semblables les imaginaient barbus, le visage fourbe si ce n'est avec des cornes ou des pieds fourchus, toutefois il comprit que les jeunes gens fuyaient la Roumanie et chercher à traverser la frontière.
"Par là, si vous suivez ce chemin, vous arriverez à une crête. Il y a un simple poteau qui signale la Hongrie. Je fais paître mes troupeaux dans le coin, il n'y a vraiment aucune chance de se perdre. Les Hongrois ont un poste frontière, mais ils doivent couvrir des kilomètres de frontière. Sauf malchance, vous traverser sans problème. Tout le monde le fait dans la région. Au-delà de la crête redescend vers le village de Stregoicavar"
Stregoicavar, en Hongrois, cela veut dire (à peu près) " Ville des sorciers", un nom sinistre. Toutefois, Yudah et Abram avaient des craintes bien plus pressantes qu'un nom stupide. Comme les deux amis se préparaient, le vieux paysan se gratta la tête.
" Mais si j'étais vous j'attendrais demain".
" Pourquoi ?"
" Vous allez passer à proximité de la Pierre Noire, et si vous partez maintenant, vous arriverez de nuit... et on est le 23 juin".
Yudah et Abram échangèrent un regard d'incompréhension. Ce fut le premier qui parla.
" Je croyais que l'on ne pouvait pas se perdre".
" Non, justement parce que la Pierre Noire fait un bon repère... mais les gens du coins évitent de s'en approcher car elle est maudite... et la nuit de la Saint-Jean... il se passe des choses... enfin, c'est ce que l'on raconte."
Yudah haussa les épaules. Toutefois, Abram fut intrigué.
" C'est quoi cette Pierre Noire ?"
" Un pilier de pierre de cet couleur, très haut. Nos ancêtres ont tenté de la détruire, mais n'ont réussi qu'à égratigner la base. la partie haute est couverte d'une écriture. Je ne crois pas que des historiens s'y soient intéressés. Tout ce que je sais, c'est ce que l'on en raconte, ici. Il y a très longtemps, Stregoicavar était habitée par des païens qui se livraient à des sacrifices humains au pied de cette pierre. Un jour, les gens des vallées en eurent assez, ils montèrent dans les collines et tuèrent les païens. On dit même qu'ils réussirent à tuer le démon qu'ils adoraient... mais que cette chose ne serait pas tout à fait morte et... bref, on dit qu'elle sortirait des enfers la nuit de la Saint-Jean pour danser avec les fantômes des païens.
Yudah haussa une nouvelle fois les épaules, sans cacher son mépris pour cette histoire.
" Juste une superstition."
Le vieil homme parut mal à l'aise et il se récria avec un peu de colère :
" Je comprends que vous ne me croyez pas. Toutefois, un jeune berger de Stregoicavar s'est égaré il y a une trentaine d'années, juste la nuit de la Saint-Jean. Il a été retrouvé le lendemain... fou, complètement fou. Et ça, ce n'est pas une légende. Il est mort maintenant, mais j'ai connu ce garçon, avant et après. Ce qu'il a vu cette nuit là, l'a rendu fou. Je ne sais pas pourquoi vous êtes prêts à tout pour quitter la Roumaine... Cependant, il y a des choses plus dangereuses qu'un fusil en ce monde. "
Le vieux s'éloigna en secouant la tête et en marmonnant des choses incompréhensibles.

Comme l'avait annoncé l'ancêtre, le sentier escaladait les collines en de longs lacets, mais sans embranchement. Il suffisait de le suivre. Après avoir marché toutes la journée, le soir tombait comme ils franchirent la frontière, représentée par un simple poteau de bois avec le nom des deux pays sur des panneaux fléchés.
Au-delà de la crête qui formait la séparation entre la Hongrie et la Roumanie, le sentier redescendait vers un plateau assez étroit, envahis par une forêt dense. C'est dans les derniers rayons de l'astre du jour qu'Abram et Yudah découvrirent un monolithe hexagonal au milieu d'une clairière à leur pied. La fameuse Pierre Noire.
Dans l'obscurité à présent totale - la nuit tombe vite au milieu de ces collines- ils avancèrent en trébuchant au milieu des racines. Oui, le chemin n'était pas difficile à suivre tant que l'on ne s'écartait pas du sentier. Toutefois, ils durent se faire à l'idée que dans la pénombre, ils s'étaient égarés.
Ce fut sans doute à ce moment que l'atmosphère changea dans les sous-bois. Comme dans un de ces cauchemars que nous avons tous fait enfant... Yudah et Abram étaient perdus dans une forêt qui semblait ne pas avoir de fin, tout simplement parce que la lune était invisible derrière d'épais nuage et qu'ils tournaient en rond.
À ce moment, même l'individu le plus rationnel, le plus incrédule se serait rappelé qu'ils se trouvaient à proximité d'un monument maudit, la nuit où il était supposé relâché un démon vomis par les enfers.
Yudah fut le premier à entendre les sarabandes endiablées des tambours, mélopée primitive et extatique qui se répercutaient entre les collines. Lorsqu'Abram s'arrêta pour écouter à son tour, il n'y avait plus de doute possible. Il ne s'agissait pas d'une hallucination auditive, mais d'un fait.
Comme des lumières filtraient à présent parmi les arbres, les deux Juifs s'avancèrent en catimini. Ce n'était plus la peur des garde-frontières qui les tenaillaient; En fait, les deux amis avaient oublié l'Europe en guerre et les menées antisémites des gouvernements pronazis. Une terreur bien plus ancienne s'écoulait lentement en eux. Pourtant, ils voulaient savoir saisis par cet ancien démon de la curiosité qui poussait à voir ce que l'on soupçonnait... à le voir de ces yeux pour savoir. Ils auraient pu faire demi-tour, mais rien n'empêche la mouche de tourner autour de la toile de l'araignée.
Arrivé au dernier cercle d'arbres, ils se figèrent comme leur esprit refusait d'admettre ce qu'ils voyaient.
Bizarrement, ce fut d'abord l'obélisque octogonal en pierre noire qu'ils acceptèrent. Haut, droit, il s'élevait loin au-dessus de la cime des arbres. Une spirale s'élevait vers son faîte, portant des inscriptions comme ils n'en avaient jamais vu. Toutefois, la base avait été martelée effaçant les écris, sans toutefois faire plus qu'endommager la surface trop dure de ce monolithe.
Ensuite, ils acceptèrent la bacchanale qui se déroulait à quelques pas, des hommes et des femmes, nus dansaient quelque péan satanique à la base du monument de pierre. Ils scandaient des chants barbares qui semblaient impossible de faire sortir d'une gorge humaine et levaient les mains vers le ciel appelant, appelant un Nom trop étranger à l'esprit humain pour qu'il puisse être retenu.
Enfin, l'innommable sabbat toucha à son apothéose comme une femme fut traînée dans la clairière. Contrairement à ses tortionnaires, elle criait et implorait en Hongrois. Elle fut jetée à la base de la Pierre Noire.
C'est alors que celui que les sorciers appelaient leur répondit. Il était là en haut de la colonne agrippé par des membres boursouflés à la roche, une masse amorphe, une chose indescriptible. Mais ses yeux... immenses... il s'agissait d'abîmes qui contenaient toutes les dépravations et la perversité d'une créature déjà ancienne comme les ancêtres des hommes encore couverts de fourrure arpentaient les savanes. Une chose venue d'ailleurs, étrangère à ce monde, à ce temps. Même les pires crimes des hommes eussent parut infantile et sans conséquence quant on les comparait au seul éclat sacrilège de ces yeux !
Yudah et Abram s'effondrèrent sur le sol, saisis par une terreur qui leur offrit l'abri miséricordieux de l'inconscience.

Abram s'éveilla alors que le soleil était déjà haut. Il se sentait comme ivre, épuisé, avec le vague souvenir de cauchemars sans fin. La vision de la Pierre Noire manqua de le faire défaillir, alors même que le barrage qui l'empêchait de se souvenir de la chose se brisa. Tremblant, il se pelotonna sur lui-même et resta ainsi plusieurs heures avant de se redresser.
Depuis un moment des rires et des gloussements déments se frayaient difficilement un chemin dans sa propre terreur. Le souvenir d'avoir assisté à cet... horreur avec un compagnon raviva assez Abram pour qu'il se met séant et regarde autour de lui.
Yudah était à quelques pas de là... il se trainait sur les mains et les genoux, arrachant l'herbe du sol. Il bavait, sans le plus petit signe de raison dans ses yeux vides et révulsés....


Écris en trois heures... donc probablement pas sans fautes.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2102
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Sam Sep 08, 2018 15:38    Sujet du message: Re: La Pierre Noire Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Écris en trois heures... donc probablement pas sans fautes.

Mais bien sympathique.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 6476

MessagePosté le: Sam Sep 08, 2018 15:39    Sujet du message: Répondre en citant

Merci.
Tu dormiras bien ce soir ? Laughing
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1053

MessagePosté le: Sam Sep 08, 2018 16:04    Sujet du message: Répondre en citant

Très bien vu le texte et un sujet en or pour jeu de rôle!

Sinon pour bien dormir après ça, rien de tel qu'une séance de warhammer 40k dans la peau d'un space marine Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 873
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Sep 08, 2018 16:40    Sujet du message: Répondre en citant

Un peu de terreur dans un monde de brutes...

Cela me rappelle un fanfic lovecraftien que j'avais commis peu après avoir découvert Call of Cthulhu. L'histoire se passait près de Sibiu vers la fin des années 1920 et mettait en scène un jeune Emil Cioran, témoin d'un phénomène traumatisant qui lui a donné une vision radicalement désespérée de l'existence.
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4180
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Sep 08, 2018 18:08    Sujet du message: Répondre en citant

Iä ! Shub-Niggurath !
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 901
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 10:44    Sujet du message: Répondre en citant

Dans le même style, faites un gros plagiat et intégrez la forteresse noire dans le récit FTL.
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 323
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 10:46    Sujet du message: Répondre en citant

J'attend avec impatience une adaptation sauce FTL de wolfenstein!
_________________
Ne soyez pas trop sévère avec vos enfants, car c'est un peu de votre faute s'ils son c**

Citation facebook
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 10:47    Sujet du message: Répondre en citant

Colonel Gaunt a écrit:
Dans le même style, faites un gros plagiat et intégrez la forteresse noire dans le récit FTL.


Je crois qu'on se contentera des Tortues (note : teaser !).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tyler



Inscrit le: 11 Oct 2008
Messages: 518

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 11:43    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Colonel Gaunt a écrit:
Dans le même style, faites un gros plagiat et intégrez la forteresse noire dans le récit FTL.


Je crois qu'on se contentera des Tortues (note : teaser !).


Very Happy Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 901
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 11:51    Sujet du message: Répondre en citant

Hein quoi des tortues c'est nouveau ça Question
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9183
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 11:56    Sujet du message: Répondre en citant

Colonel Gaunt a écrit:
Hein quoi des tortues c'est nouveau ça Question


Heu, Colonel, je parle de tes Tortues… Cool
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 901
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 13:01    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Colonel Gaunt a écrit:
Hein quoi des tortues c'est nouveau ça Question


Heu, Colonel, je parle de tes Tortues… Cool


Non non. Vraiment je ne vois pas de quoi tu parles Wink
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LaMineur



Inscrit le: 12 Oct 2009
Messages: 195

MessagePosté le: Lun Sep 10, 2018 13:40    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai rien compris, mais j'espère qu'elles ne seront pas ninjas....
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com