Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

21 Juillet
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10124
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 09:28    Sujet du message: 21 Juillet Répondre en citant

Chabert a souhaité bonne fête au Peuple belge, mais sur le fil "Bastille Day". J'ouvre donc un fil spécialement pour le 21 Juillet, anniversaire de la prestation de serment de Léopold 1er, premier roi des Belges, en 1831 (j'ai bon ?).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dimitri Jerzmanowski



Inscrit le: 26 Mai 2014
Messages: 302

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 09:40    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne Fête Nationale à tous les belges du forum et d'ailleurs.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 552
Localisation: France

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 09:50    Sujet du message: Répondre en citant

L'union Fait La Force!

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1680
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 09:51    Sujet du message: Re: 21 Juillet Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Chabert a souhaité bonne fête au Peuple belge, mais sur le fil "Bastille Day". J'ouvre donc un fil spécialement pour le 21 Juillet, anniversaire de la prestation de serment de Léopold 1er, premier roi des Belges, en 1831 (j'ai bon ?).



Oui tu as bon 10/10 en histoire.....belges bien sûr Very Happy Very Happy
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abraham



Inscrit le: 26 Avr 2015
Messages: 527
Localisation: Tel Aviv

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 09:53    Sujet du message: Répondre en citant

Une bonne Fête Nationale à toute la Belgique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Urbain Mukanga



Inscrit le: 06 Jan 2015
Messages: 538
Localisation: Aix-en-Provence

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 10:01    Sujet du message: Répondre en citant

Je souhaite un bon 21-Juillet au peuple belge.
_________________
Legio Patria Nostra-Honneur et Fidélité
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7247

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 10:36    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne fête nationale à tous nos amis belges. Les force publiques la fête d'ailleurs à sa manière, en infligeant une nouvelle raclée aux Japonais.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GAULLISTE 54



Inscrit le: 18 Juin 2013
Messages: 568
Localisation: Nancy

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 10:41    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne fête nationale à nos amis et voisins belges !
_________________
Toute ma vie je me suis fait une certaine idée de la France !
Charles de Gaulle


"Qui s'y frotte, s'y pique !"
Devise des Ducs de Lorraine

"Non inultus premor"-"Nul ne me touche sans impunité"
Devise de la Ville de Nancy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merlock



Inscrit le: 19 Oct 2006
Messages: 1090

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 10:45    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne fête nationale aux Belges!

À ce sujet, je voudrais remercier la FTL qui compte des participants Belges remarquables depuis le début.
Grâce à leur travail sur la partie belge de la FTL, je me suis pris à m'intéresser davantage à cet allié méconnu et souvent méprisé et pourtant capital. Rien que pour ça la FTL en valait le coup!

Alors comme on dit à Marcinelle (ou à Marolles ?) "Vive les Belges et Vive la Belgiske!"
_________________
"Le journalisme moderne... justifie son existence grâce au grand principe darwinien de la survivance du plus vulgaire." (Oscar Wilde).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 414
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 10:52    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne fête à nos amis et voisins frontaliers, qui par ailleurs, ne se situent pas loin de mon coin !! Very Happy
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Andrew



Inscrit le: 06 Juil 2015
Messages: 834
Localisation: Hartford (Connecticut-USA)

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 11:06    Sujet du message: Répondre en citant

Happy Belgian National Day!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10124
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 11:22    Sujet du message: Juillet 1941 en FTL pour les Belges Répondre en citant

De Juin à Novembre 40, nous avons une solide "Histoire belge en FTL".
Will Coyote et Benoit XVII se sont mis à travailler sur la suite.
De Décembre 40 à Juin 41, c'est très avancé, mais Sa Sainteté désire encore faire quelques compléments. Cependant, comme c'est fête aujourd'hui, Elle m'a autorisé à poster Juillet 1941 !



Juillet 1941
15 – L’Union fait la Force
Aux Drapeaux ! (bis)

1er-2 juillet


3 juillet

Renaissance officielle
Ministère belge de la Défense nationale en exil (Londres)
– Le ministre Denis reçoit le général Vinçotte, chef d’état-major général de l’Armée belge en exil, ainsi que les généraux Pire et Keyaerts, récemment évadés de Belgique occupée.
– Bonjour Messieurs. Général Pire, général Keyaerts, je vous félicite pour votre évasion, proclame Denis en leur serrant longuement la main.
– Merci, Monsieur le ministre. Mais sans l’aide des hommes du général Briquet, nous ne serions probablement pas ici, commente Pire, ce sont eux qu’il faut féliciter.
– Nous allons faire connaître à toute l’Armée votre arrivée et le retour de nos drapeaux,
s’enthousiasme Denis. Cela remontera le moral des troupes et fera comprendre aux Allemands que nous n’avons pas baissé les bras. Un jour, bientôt, l’armée belge surgira des boues de l’Yser pour ramener le Roi et la Reine victorieux dans Bruxelles libérée, poursuit Denis, dont l’esprit brouillé distingue de plus en plus mal le présent conflit du précédent. Le général Vinçotte vous a-t-il expliqué vos futures affectations ?
– En partie seulement,
intervient Vinçotte, qui se hâte de reprendre le contrôle de la conversation avant que les absences de Denis fassent complètement dérailler la réunion.
– Donc, général Pire, conformément à l’Arrêté secret du Gouvernement dont vous avez reçu copie avant votre évasion, vous devenez le bras droit du chef d’état-major général. Ce dernier s’occupera de toute la partie administrative, de la gestion courante et de la représentation de l’Armée Belge. Vous commanderez les Forces Belges au Royaume-Uni. Il vous reviendra de les rendre opérationnelles et aptes à reprendre la lutte. A vous d’orienter les réflexions sur le renouveau de l’Armée. Au vu de vos exploits durant la Campagne de Belgique à la tête de la 10e DI, vous êtes tout désigné pour ce poste. Vous représentez également une autorité morale, en raison de l’abnégation exemplaire avec laquelle vous avez continué à assumer votre commandement malgré la perte de votre épouse lors de l’invasion. Les hommes salueront votre fermeté d’âme comme je le fais à présent. Je précise que vous commanderez à la fois nos forces terrestres, l’Aéronautique Militaire et le Corps de Marine. Vous forgerez le glaive de la reconquête du pays.
– A vos ordres, Général.
– Mon cher Jules,
ajoute Vinçotte qui se fait plus familier, je serai là pour vous aider en tant que chef d’état-major, mais sur le terrain, c’est à vous que reviendront les honneurs.
– Je ne cherche pas les honneurs… seulement à ramener chez eux nos hommes victorieux, et sains et saufs.
– Nous le savons,
répond Vinçotte. Quant à vous, général Keyaerts, vous savez déjà que vous allez prendre le commandement de nos troupes en Méditerranée.
– Oui, mais je n’en connais pas les effectifs exacts, Général.
– Actuellement, autour de 45 000 hommes. Ceux qui ne sont pas encore incorporés sont mis à l’œuvre dans des tâches de travaux publics. Les autres sont à l’instruction, à l’entraînement ou déjà opérationnels. Je pense ici aux deux régiments… hem… aux deux escadres qui volent, sous nos couleurs, au sein de l’Armée de l’Air française. Vous serez commandant des Forces Belges en Méditerranée. Vous disposerez d’un état-major à Alger, votre officier de liaison auprès de l’EM français est le général-major Collinet. Vous superviserez l’entraînement, les opérations ainsi que l’organisation de nos Unités sur le modèle des TO français.
– J’en suis honoré.
– Mais une tâche supplémentaire vous incombera par rapport à votre collègue qui reste ici : comme le Gouvernement reste à Londres, vous serez en contact permanent avec l’Ambassadeur extraordinaire Raoul Richard. Avec son aide, vous serez amené à discuter, voire à négocier, avec le ministre français de la Défense, le général De Gaulle.
– J’avais lu ses écrits avant la guerre,
répond Keyaerts.
– Pourquoi souriez-vous donc ? demande Denis, qui semble revenu en 1941.
– C’est un sourire amer, Monsieur le ministre. Il semblerait que les idées de De Gaulle aient été mises en pratique par les Allemands, à nos dépens et aux dépens des Français.
– Je vois ce que vous voulez dire. A nous d’en tirer les leçons pour la reconstitution de nos forces armées. Vous connaissez donc vos missions, Messieurs. Des questions ?
– Deux, dit Keyaerts. Quand dois-je partir ? Et est-ce que la Force Publique du Congo est sous mon commandement ?
– Tant que la Force Publique se trouve en Afrique Centrale ou Orientale, non,
répond Vinçotte. Elle dépend directement du Gouverneur-Général, sous la supervision du Gouvernement. Seules les troupes qui viendraient à se trouver sur le théâtre méditerranéen seraient placées sous ton commandement. Quant à ton départ, il est fixé au 8 juillet.
– Vous serez également chargés tous deux de rendre aux Régiments leurs Drapeaux, indique le ministre. Le 21 Juillet approche, l’occasion est belle.
– Mais…
lance Pire.
– Je sais ce que vous allez dire, normalement c’est le Roi qui remet des Drapeaux. Vous ne ferez que les rendre ! Les Unités n’ont pas été dissoutes, elles ont été… déménagées et elles récupèrent simplement leurs biens.
– Sauf pour un cas,
commente Vinçotte.
– Ah oui, c’est vrai… Le 4e Chasseurs à Cheval.
– Mais… Il me semble qu’il n’avait pas été réactivé,
commente Keyaerts..
– En effet. Mais deux officiers supérieurs évadés de Belgique ont réussi, avec l’aide de la Résistance, à passer en Espagne et à nous rejoindre ici. Ils avaient pris avec eux les drapeaux du 2e Grenadiers et du 4e Chasseurs à Cheval. Ce dernier était caché au sein du Musée de l’Armée et il nous a semblé qu’il serait dommage de ne pas en profiter pour réactiver l’unité. Dans ce cas, vous remettrez donc bien le Drapeau, mais vous pourrez le faire au nom du Roi. Ce dernier étant… n’étant pas libre de ses mouvements, c’est le Gouvernement dans son ensemble qui le représente et qui vous autorisera, exceptionnellement, à remettre un Drapeau à un Régiment.
– Le 4e Chasseurs à Cheval sera réactivé en tant qu’unité de reconnaissance, une mission digne de la cavalerie légère,
conclut Vinçotte.
– Allons, Messieurs, les photographes de presse nous attendent. Il est temps de manifester au monde la renaissance de notre Armée.
Tous quatre passent dans une pièce où se trouvent rassemblés quelques journalistes. Le Ministre prononce un petit discours légèrement décousu – il a sauté un feuillet sans s’en rendre compte – pour présenter les généraux Pire et Keyaerts ainsi que leurs futures fonctions.
– Vous avez, ici devant vous, la preuve vivante que l’Armée belge, contrairement à ce que pensait l’ennemi, n’est pas morte. Et nous en apporterons une nouvelle preuve très bientôt.
Les flashes crépitent. Les photos feront le tour des garnisons belges et remonteront le moral des troupes. Elles trouveront leur chemin, on ne sait comment, jusqu’à Laeken.


4 au 7 juillet


8 juillet

Un FBM en AFN
Alger Maison-Blanche
– Les généraux-major Collinet et Lambert ainsi que l’Ambassadeur Richard attendent l’avion du général Keyaerts, en provenance d’Angleterre.
– C’est l’homme qu’il fallait pour commander nos troupes ici, affirme Collinet. Son attitude à la tête du Corps des Ardennes, puis lors de la Bataille de la Lys a été irréprochable. Nous pouvons lui faire confiance.
– Et c’est un meneur d’hommes,
ajoute Lambert, dont le 7e Ardennais assure le détachement d’honneur.
Un DC-3 de la Sabena, repeint aux couleurs de l’Aéronautique Militaire, se pose, suivi de peu par quatre Curtiss H-81. Keyaerts en descend, accueilli par Raoul Richard et les deux autres généraux.
– Lieutenant-général Keyaerts, je suis Raoul Richard. Avez-vous fait bon voyage ?
– Excellent, monsieur l’Ambassadeur. J’ai été un peu surpris par l’escorte… Pour notre Aéronautique, j’en étais resté aux biplans Fiat. De quel modèle s’agit-il ?
– Des Curtiss Hawk 81, mon général,
répond Collinet.
– Allons, Louis, pas de ça entre nous ! répond en souriant Keyaerts.
– Très bien… Maurice. Tu connais le commandant des Chasseurs Ardennais.
– Lambert… et comment ! Comment va le CRI des Chasseurs ?
– Il n’existe officiellement plus. Maintenant, c’est le 7e Ardennais.
– Très bien, vous m’expliquerez tous ces changements.
– Puis-je t’inviter à passer les troupes en revue ?
– Avec joie… Mais, dites-moi, certains portent le béret à la hure !
– Tout à fait, répond Lambert, ce sont des vétérans de la Campagne de France.
– Eh bien ! Il faudra me raconter cela aussi.

Derrière Keyaerts, le major Baeyens toussote.
– Ah oui, messieurs, voici le major Baeyens, mon ordonnance. C’est lui qui a permis mon évasion, ainsi que celle de Jules Pire.
– Félicitations, major !
commente Lambert.
– Je n’ai fait que mon devoir, mon général.
– Plus que cela,
répond Keyaerts. Mais qu’y a t-il ?
– Pourrais-je avoir de l’aide pour nos… colis ?
– Ah oui. Louis, aurais-tu quatre ou cinq hommes pour aider le major ?
– Bien sûr.
– Ce sont vos bagages qui demandent tant d’hommes ?
interroge Richard.
– Pas tout à fait, Monsieur l’ambassadeur.
Les Drapeaux des Unités cantonnées en AFN ont été soigneusement emballés. Keyaerts révèle à Collinet, Lambert et Richard, sous le sceau du secret, ce que contiennent les colis qui accompagnent le nouveau FBM.
– Incroyable, murmure Lambert. Personne ne savait où ils étaient !
– Si, Auguste Tilkens le savait !
[Le lieutenant-général Auguste Tilkens est chef de la Maison Militaire du Roi.]
– Oh… Ne me dites pas que…
– Non, il n’est au courant de rien, et Sa Majesté non plus, bien sûr.
– Ah, je comprends…

Après avoir passé en revue les Ardennais, Keyaerts est conduit vers ses nouveaux quartiers –ses bureaux et son logement sont situés au même endroit.


9 juillet
L’Armée belges des temps nouveaux
Bureaux du FBM (Alger)
– Pendant toute la matinée, Keyaerts reçoit de Collinet des explications sur l’organisation des Unités stationnées en AFN, ainsi que sur leurs noms et missions.
– Vous avez reconstitué le 2e Carabiniers-Cyclistes en tant qu’unité de reconnaissance, alors qu’ils font partie de l’infanterie ?
– Oui, mais pour la durée de la guerre ils relèveront de la Cavalerie. L’EM Général ne voulait pas accroître le nombre de Régiments de Chasseurs à Cheval.
– Ah… C’est logique. Et pour l’équipement ?
– Pour le moment, en armement léger, nous recevons du matériel neuf. Nous avons aussi reçu de nouveaux camions tous terrains. Par contre, côté véhicules blindés, nous ne sommes pas prioritaires. Nous recevons le matériel dont les Français ne se servent plus. Ce n’est pas grave, car nous ne sommes pas opérationnels : il nous faudra encore une bonne année pour l’être. D’ici le mois de novembre, nous devrions recevoir des semi-chenillés et peu après, les premières livraisons de chars neufs commenceront.
– Et la formation des équipages ?
– Elle est assurée chez les Français, dans leur école près de Constantine.
– Bien, et concernant l’organisation ?
– Elle est copiée sur les TO français. Au début nous étions un peu perdus, mais maintenant c’est plus clair. La 4e DI comprendra trois brigades, plus des troupes divisionnaires. Deux brigades sont déjà en cours d’amalgame, la troisième est en formation, sauf pour les chars.
– Des chars dans une division d’infanterie ?
– Oui, chaque brigade aura un escadron de chars, et au niveau de la division il y aura un groupe d’escadrons, le tout pouvant former un régiment pour disposer d’un poing blindé. Par ailleurs, nous avons constitué une brigade blindée indépendante, qui est en cours d’instruction et d’amalgame.
– Qui la dirige ?
– Le lieutenant-colonel Piron. Il devrait d’ailleurs passer colonel d’ici la fin de l’année.
– Et quels sont les officiers généraux de la 4e DI ?
– Elle est commandée par Jules Bastin. Pour la 1ère Brigade c’est le général-major Gérard, pour la 2e, le général-major Matthieu. Pour la 3e, ce sera le général-major Bellefroid. Ils sont passés généraux suite à leur comportement l’année dernière.
– Fort bien. J’irai en visite la semaine prochaine… Mais on va changer nos habitudes. Dorénavant, mes visites ne seront pas annoncées. Je tiens à voir les hommes dans leurs activités normales. Inspecter des troupes alignées sur la plaine de parade n’a pas de sens et ce n’est pas ça qui nous fera gagner la guerre. Ensuite, le 21 Juillet, je rendrai aux Unités leurs drapeaux. Mais pour le 4e Chasseurs à Cheval, qui n’avait pas été réactivé en 39, ce sera une remise en bonne et due forme.
– Compris. Moi, j’assure la liaison avec les Français, pour les forces terrestres et aériennes.
– J’ai compris que nos collègues aviateurs avaient commencé à prendre leur indépendance.
– Oui, et c’est nécessaire. Les temps ont changé, ils ne doivent plus dépendre de l’Armée. D’ailleurs, tu as pu constater qu’ils ont adopté les uniformes de la Royal Air Force.
– J’ai vu. Merci pour ces informations. Avec ces rapports, j’ai de quoi lire pour la semaine.
– Ah, un autre changement : tu vas recevoir une tenue de campagne identique à celle des troupes.
– Je comprends, il est fini le temps de commander en grande tenue ! Je passerai au magasin d’habillement.



10 et 11 juillet

12 juillet

Aux Morts
Quartier de Whitehall (Londres)
– Suite à une décision du Roi George V en 1934, le week-end précédent le 21 juillet se tient une cérémonie au Cénotaphe de Londres (monument britannique dédié à tous les soldats morts pour la patrie), en mémoire du Roi Albert Ier décédé accidentellement cette année-là. On y commémore les morts belges et britanniques ayant combattu ensemble au cours de la Grande Guerre.
Comme le veut cette tradition, le Premier ministre Pierlot, accompagné des membres du gouvernement belge, arrive au Cénotaphe. Aux quatre coins du monument, un soldat belge est en position, tête baissée et canon de l’arme vers le sol. Le Premier ministre britannique est également présent, car la cérémonie est exceptionnelle : le privilège de défiler en armes dans Londres est exclusivement réservé aux seules troupes de la garnison londonienne, et la Belgique est la seule nation en dehors du Commonwealth qui bénéficie d’une exception à cette règle.
Le lieutenant-général Vinçotte se présente auprès d’Hubert Pierlot : « Monsieur le Premier ministre, les troupes arrivent. »
– Très bien général. Dites-moi, l’an dernier, a-t-il été possible de… déménager nos musiques militaires ?
– Non Monsieur le Premier ministre, la musique est fournie par les Irish Guards.
– Je vois… enfin, j’entends,
sourit Pierlot.
– Quelles sont les Unités qui vont défiler ? interroge Spaak.
– Le 1er Grenadiers, le 1er Guide, un détachement de notre 1er Wing de Chasse et un de la Section Belge de la Royal Navy. Je dois préciser que les deux régiments qui vont défiler ont récupéré ce matin leurs drapeaux des mains du général Pire.
Peu après, alors que Big Ben va sonner 11h00, la musique des Irish Guards se présente, suivie des troupes belges. Ces dernières se mettent en place. Pierlot et Churchill les passent en revue, puis le Premier ministre belge dépose une gerbe de fleurs au pied du monument.
Clairon, Last Post, ordonne le chef de corps du 1er Guide.
La sonnerie “Aux morts” retentit, tandis que les hommes rendent les honneurs.
Ensuite, toujours selon le protocole, le commandant des troupes demande l’autorisation de défiler au Premier britannique. Ce dernier donne son accord et ce sont des soldats très fiers qui défilent, musique et Drapeaux en tête, devant la tribune officielle. Après la cérémonie, Pierlot recevra Churchill à Eaton Square pour une rencontre moins protocolaire.

13 et 14 juillet


15 juillet

Inspection
Quartier Lys (Tunisie)
– Les hommes du I/3 Ch grimpent dans les camions qui les conduisent aux stands de tir. Weber et Balleger discutent en les observant.
– Ces camions sont extraordinaires, ils passent presque partout !
– C’est un gros avantage, et ce sera encore mieux au combat !
– Et l’armement ?
– Nous avons reçus de nouvelles mitrailleuses de .30 et .50. La 3e Compagnie est formée entièrement sur Garand. Les servants des antichars, des mortiers et les personnels d’appui, eux, ont été formés sur la carabine M1.
– Allez, en route, nous devons aussi faire nos tirs à la Thompson, c’est autre chose que mon pistolet d’ordonnance.

Au stand de tir, les compagnies commencent à s’entraîner. A l’écart, les hommes du peloton antichar s’entraînent sur le matériel transmis par des Français, quelques AU AC-47 Mod 41. Sur le Paulette, le Sgt Callens donne ses ordres, puis : « Prêt au tir, mon lieutenant ! »
– Bien Callens ! Vous voyez la tankette italienne à droite ?
– Vu !
– Dès que prêt feu !
– Allez les gus ! On se dépêche, imaginez que c’est un panzer et qu’il nous a reniflés !
– Prêt !
– Feu !

Bang… L’obus passe légèrement à gauche de la cible
– Raté, rechargez !
– Prêt !
– Feu !

Cette fois, l’obus atteint sa cible.
– Bien joué, commente le jeune lieutenant.
– Sauf votre respect, mon lieutenant…
– Oui Callens ?
– Là, nous sommes morts. Un panzer ne nous aurait pas laissé une seconde chance. Alors les gus, on va recommencer nos exercices. Il faut mettre au but dès le premier tir !

Un peu en arrière, Balleger écoute en souriant. Le lieutenant a l’air un peu dépité. Sur les trois autres véhicules aussi, on s’efforce d’être efficaces au premier tir. Les servant sont jeunes, les sous-officiers, vétérans de l’année 40, sont là pour apporter leur expérience.
Balleger est retourné au stand de tir pour s’entraîner à la Thompson quand, en fin de matinée, arrive une grosse voiture noire d’état-major.
– Nous avons une visite de prévue, mon major ?
– Pas que je sache, Bernard. Peut-être le général Bastin.
– Hum… Le connaissant, il serait venu en jeep.

Les portes de la Buick s’ouvrent sur Keyaerts et Baeyens. Weber ne les reconnaît pas tout de suite, mais Balleger était sur la Lys : « Crévindjeu ! C’est le lieutenant-général Keyaerts !"
Balleger s’apprête à faire cesser le tir et à aligner les hommes quand une voix s’élève : « Capitaine ! Laissez vos hommes en place ! » Keyaerts s’avance vers les deux officiers, qui se mettent au garde à vous et saluent.
– Bonjour Messieurs.
– Mes respects mon général ! Major Weber, commandant le 1er Bataillon du 3e Chasseurs à Pied. Voici mon second, le capitaine Balleger.
– Repos Messieurs. Voici mon ordonnance, le major Baeyens. Présentez-moi vos hommes et le matériel. Sur ce point, j’ai besoin d’une petite mise à jour !

Keyaerts est impressionné par la mitrailleuse lourde de .50 et s’étonne de l’attribution d’une Thompson à chaque officier.
– Mon général, l’année dernière, en Bretagne ou en Provence, des officiers de divers grades ont été en première ligne ! Et la Thompson est plus efficace qu’un pistolet d’ordonnance.
– Et en armement lourd ?
– Si vous voulez bien monter dans la Jeep, nous vous conduirons à notre peloton antichar.
– Ah, je ne connaissais pas encore la fameuse Jeep !
– Vous allez voir, mon général, c’est nettement mieux qu’un side-car ! Enfin, pas vraiment plus confortable, mais c’est rapide et ça se glisse partout ou presque !

Arrivé au stand de tir des antichars, Keyaerts s’exclame : « Major, il va falloir nous tenir au courant de toutes, et je dis bien toutes, les évolutions depuis un an. Je m’attendais à voir un canon tracté et je découvre un véhicule spécifique. Major Weber, que pensez-vous de ces engins ? »
– Prometteurs, mais je ne saurais vous en dire plus, nous venons de les recevoir. Ils ne sont pas neufs, ils ont déjà vu le feu avec les Français. Mais pour le moment on fait avec. Voulez-vous une démonstration ?
– Certainement !

Par radio, Weber demande un tir au Paulette. « Et tachez de mettre au but ! » ajoute-t-il.
Sur le Paulette, on s’affaire, pointage, réglage, « Feu ! ». Mouche du premier coup !
– Bon boulot les gars, sourit Callens.
– Vos hommes apprennent vite, commente Keyaerts, c’est très bien.
– Il le faut mon général. Nous devons évoluer, ou nous sommes battus d’avance !
– En effet, Major. Nous l’avons payé très cher l’année dernière.



16 au 18 juillet


19 juillet

Préparatifs
Alger
– Baeyens et l’EM du FBM préparent les cérémonies du 21 Juillet. Le général Keyaerts doit rendre leurs Drapeaux aux 12 et 13 Li, 2 Cy, 2 et 3 Ch à Pied, 2 L et 1 Carabiniers. Pour eux, ce n’est pas une remise officielle, simplement une récupération. Par contre, pour le 4e Chasseurs à Cheval, ce sera une renaissance en bonne et due forme, car il n’avait pas été réactivé à la mobilisation partielle de 39.
– Messieurs, vous préparerez les drapeaux. Nous nous rendons par avion à Sfax demain. Le général Keyaerts doit y rencontrer les généraux Lambert et Bastin avant les festivités.
Keyaerts arrive pour vérifier les derniers préparatifs : « Dites-moi Baeyens, vous étiez dans le coup aussi ? »
– Euh… Quel coup mon général ?
– L’évasion de Libbrecht ! Et par la même occasion celle d’Herbiet !
– Disons que j’étais au courant, mais je n’y suis pour rien ! Vous pourrez en parler au colonel Libbrecht après-demain, mon général, quand vous lui rendrez l’étendard du 2 Ch.
– C’est vrai, j’ai vu qu’on l’avait remis en place comme chef de corps de son régiment.



20 juillet

21 juillet

Aux Drapeaux
Plaine de parade du Quartier Lys (Tunisie)
– Les chefs de corps ont reçu l’ordre de fournir un détachement pour la parade et la venue du lieutenant-général Keyaerts, mais pas seulement pour rendre les honneurs, puisque l’ordre précise : « Fournir une compagnie ainsi qu’une escorte au Drapeau. »
Le colonel Wets, chef de corps du 3e Chasseurs à Pied, est perplexe : « Une escorte au Drapeau ? Je me demande bien pourquoi ! Le Drapeau du 3e Chasseurs est quelque part en Belgique, s’il n’a pas été détruit ! »
– Oui,
répond le major Weber, du I/3Ch, j’ai interrogé quelques anciens qui étaient sur la Lys et aucun ne sait où il se trouve. Tout est prêt pour tantôt ?
– Tout est prêt ; j’ai quand même désigné le capitaine Balleger comme porte-drapeau, cela lui revenait au vu de ses états de service.
– Mais, mon colonel, je vois que des détachements sont aussi demandés aux 12e et 13e de Ligne, au 1er Carabiniers, au 2e Chasseurs, aux 1er et 2e Lanciers, aux 10e, 11e et 20e d’Artillerie, au 1er Chasseurs Ardennais, au 2e Carabiniers-Cyclistes et au 19e d’Artillerie à Cheval, mais le 4e Chasseurs à Cheval devra être au grand complet !
– C’est bizarre, en effet, et le général-major Bastin a l’air au courant de beaucoup de choses, mais il n’a rien dit.
– Ah, il y a du mouvement on dirait…
– Jacques, que les hommes soient en position !
– A vos ordres.

Plusieurs voitures arrivent. L’une porte un fanion orné des trois étoiles de lieutenant-général. Keyaerts en descend et est accueilli par le général Bastin, commandant la future 4e DI.
– Mes respects, mon général.
– Bonjour Jules, comment va ta division ?
– En formation… Nous recevons petit à petit le nouveau matériel, seul l’équipement lourd se fait encore attendre ! Les détachements de notre 1ère Brigade Blindée nous ont rejoints hier, à leur grand étonnement.
– Tu n’as rien dit ?
– Non, comme vous me l’avez demandé.
– Ne t’inquiète pas pour le matériel lourd, je rencontrerai bientôt le général de Gaulle et je pourrai lui en toucher un mot.
– Espérons ! Mon général, voulez-vous passez les troupes en revue ?

Keyaerts passe devant chaque détachement, reconnaissant les diverses Unités à leurs insignes. Que de changements depuis un an… Dans la tenue et le regard de ces hommes, on lit la soif de revanche et la volonté de libérer le pays. Le général rejoint la tribune, d’où les officiels observent l’arrivée de nombreux paquets soigneusement emballés.
– Lanciers, Chasseurs, Lignards, Carabiniers, Cyclistes et Artilleurs, vous êtes réunis en ce 21 Juillet pour célébrer notre fête nationale. Nous commémorons la prestation de serment du Roi Léopold 1er, qui, le 21 Juillet 1831, devint notre premier souverain. Cette année, nous ne célébrons pas cette fête chez nous, parmi les nôtres. Nous ne savons pas rendre non plus les honneurs à notre commandant en chef, qui est prisonnier des Allemands. Mais toutes nos pensées vont vers le Roi et vers nos familles.
Si 1940 fut une année noire pour la Belgique et pour l’Europe, 1941 voit la renaissance de notre Armée. Grâce à un nouveau matériel et à une nouvelle organisation, nous pourrons reprendre pied chez nous et libérer notre beau pays, avec l’aide de nos Alliés.
Aujourd’hui, je ne suis pas venu devant vous les mains vides. Grâce à l’aide de personnes qui sont volontairement restées en Belgique, nous avons récupéré les symboles de vos régiments, au nez et à la barbe de l’Occupant ! Soldats, en ce jour de fête nationale, je vais rendre leurs Drapeaux à vos régiments ! Soyez en fiers ! Ils portent en leurs plis des citations comme “Liège”, “l’Yser”, “Anvers”, “Dixmude”, “Namur” et bientôt ils pourront porter “La Lys”, en attendant d’autres. Qu’ils soient votre symbole de ralliement ! Chefs de corps et porte-étendard… A moi !

Les chefs de corps, surpris et émus, s’avancent et s’alignent devant le lieutenant-général Keyaerts. Derrière lui, Baeyens sort un à un les Drapeaux de leurs housses et les tend au général en annonçant le Régiment.
– 12e de Ligne – Prince Léopold !
– Colonel Rustin, je vous rends votre Drapeau. Re-présentez-le à votre détachement !
– A vos ordres,
répond Rustin. Il confie l’étendard à son officier porte-drapeau, qui passe ensuite devant le détachement du I/3Ch, dont les hommes rendent les honneurs.
– 2e Chasseurs à Cheval !
– Colonel Libbrecht ! Voici votre Etendard. Et bravo pour votre évasion.
– Merci mon général.
– 3e Chasseurs à Pied !
– Colonel Wets, voici votre Drapeau ! Que les jeunes recrues, en le voyant, prennent l’exemple de ceux qui l’ont servi sur la Lys !
– A vos ordres !
Wets tend le Drapeau à Balleger.
Et ainsi de suite, chaque Drapeau rejoint son détachement. Plus d’une larme coule sur les joues des plus endurcis…
– Mon général, chuchote Baeyens, il ne reste que celui du 4e Chasseurs à Cheval.
– Lieutenant-colonel de ligne de Looz, à moi !… Lieutenant-colonel, au nom du Gouvernement exerçant en conseil les pouvoirs de Sa Majesté le Roi, je vous attribue l’Etendard du 4e Régiment de Chasseurs à Cheval. Gardez-le et portez haut et fort ses couleurs ! Faites-le passer devant le Régiment, que tous vos hommes puissent le voir !
– Merci mon général et à vos ordres !

Les drapeaux ayant rejoint leurs détachements respectifs, Bastin s’avance vers Keyaerts : « Mon général, m’autorisez-vous à faire défiler les troupes ? »
– Mais avec joie, mon cher Jules.

Drapeaux en tête, chaque détachement passe devant la tribune, où les photographes de presse prennent de nombreuses photos.
– Général, commente Richard, nous ne sommes peut-être pas sur la Place des Palais, mais je pense que l’on peut dire qu’à partir d’aujourd’hui, l’Armée belge reprend sa place au combat.
– Mais elle ne l’a jamais quittée, Monsieur l’Ambassadeur, grâce à nos aviateurs et à la Force Publique du Congo !



22 au 29 juillet


30 juillet

Aux Drapeaux…
Laeken
– Quand le lieutenant-général Tilkens arrive à son bureau, Rombauts lui annonce, presque au garde-à-vous : « Mon général, il y a du courrier pour vous… et pour Sa Majesté… En provenance de l’étranger ! »
– De l’étranger ? Quel étranger ?
– Voyez vous-même, mon général.

Tilkens ouvre une grande enveloppe. Elle contient des coupures de presse, d’un journal anglais et d’un journal français publié à Alger, ainsi que des photos. Les photos montrent les généraux Pire et Keyaerts remettre leurs Drapeaux à différents chefs de corps. Et d’après le paysage… et la couleur du ciel, Pire est en Angleterre et Maurice en Afrique, pense Tilkens.
– Rombauts ! Qui vous a remis cela ?
– C’était dans ma boîte à lettres, mon général.
– Je vois… Remettez donc ces documents au général Van Overstraeten.

Peu après, Van Overstraeten se rend dans le bureau de Léopold III.
– Bonjour, Général.
– Bonjour, Sire. Il m’est parvenu des documents qui pourraient intéresser Votre Majesté. Des photos, surtout.
– Des photos ? Montrez-les moi.

Le Roi observe les photos une par une, lit attentivement les deux coupures de presse, puis regarde Van Overstraeten bien en face : « Apparemment, nos Drapeaux ne sont plus à l’Abbaye de Saint-André-lez-Bruges… et les généraux Pire et Keyaerts, eux, ne sont plus en Belgique ! »
– En effet, Sire,
répond le général, faussement impassible.
– Seules six personnes étaient au courant de l’endroit où étaient cachés les drapeaux. Deux sont dans ce bureau, deux dans le bureau à côté et les deux dernières sont prisonnières en Allemagne.
– Sire, en ce qui concerne Keyaerts, je n’ai fait que relayer – en mon nom propre – la position de Votre Majesté selon laquelle les officiers de l’armée devaient agir en conscience. Et je me suis permis d’intervenir auprès du colonel Kiewitz pour que son départ éventuel ne porte pas à conséquences fâcheuses pour l’OTAD. Quant aux drapeaux, ma foi, j’ignore bien l’origine de la fuite. Je vous remettrai ma démission tout à l’heure.
– Et je la refuserai, général ! Je pense avoir compris qui a pu communiquer les renseignements concernant les drapeaux. D’aucuns dans ma Maison n’hésitent plus guère à afficher des sentiments ostensiblement pro-Alliés.
– C’est un jeu dangereux, Sire. Il faut les écarter,
s’exclame Van Overstraeten, emporté par sa vieille rivalité avec Tilkens. L’Occupant ne doit rien pouvoir reprocher à Votre Majesté.
– Vous avez raison, général. La presse alliée en parle, la chose filtrera en Belgique d’une façon ou d’une autre et les renseignements allemands sont assurément déjà au courant…
– Sire, permettez-moi d’aborder le sujet avec le colonel Kiewitz. Je mettrai tout cela sur le compte de la Résistance… Enfin, des repris de justice stipendiés par Londres, comme disent les Allemands.

Léopold III se lève et se dirige vers la fenêtre pour observer le parc de Laeken. Les derniers mots de Van Overstraeten, prononcés, bien sûr, avec ironie, le laissent songeur : en se constituant prisonnier, a-t-Il véritablement posé le bon choix ?


31 juillet
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Atatürk



Inscrit le: 08 Aoû 2016
Messages: 265
Localisation: Richmond,Virginia-USA

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 11:49    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne Fête Nationale à la Belgique.

Si les américains se déclarant d'origine belge sont peu nombreux (un peu plus de 360 000 américains car jusque dans les années 1980 le Recensement n'avait pas de nationalité belge dans ses registres et par conséquent les francophones mettaient français et les flamands mettaient néerlandais comme ancêtres),cette communauté a énormément contribué à la construction et à la prospérité de notre pays notamment à travers les œuvres catholiques de charité mais aussi dans le domaine militaire depuis la Révolution Américaine et bien sûr pendant les deux guerres mondiales notamment pour le ravitaillement des populations européennes. La population américaine a d'ailleurs été très pro-belge en 1914-1918 et 1939-1945 comme le montre ce poster de la Première Guerre Mondiale:

_________________
"Paix dans le pays,paix dans le monde"
Mustafa Kemal Atatürk.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 552
Localisation: France

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 12:18    Sujet du message: Répondre en citant

Question peut être bête, mais ça me taraude....
Comment prononce-t'on "Keyaerts"?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 968
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Ven Juil 21, 2017 13:06    Sujet du message: Répondre en citant

Bonne fête nationale à nos voisins et amis du Nord.
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com