Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

front d'Ukraine du Sud et de la mer Noire
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Jeu Nov 24, 2016 17:27    Sujet du message: Répondre en citant

Capu Rossu a écrit:
Bonjour,

Dans vos planning de récupération de matériels français (de tous types), n’oubliez pas que les Allemands n'ont pu mettre la main que sur le matériel capturé et non saboté lors de la première phase de la campagne de France : percée de Sedan à la Mer du Nord, bataille de la Somme et batailles de Normandie et de Bretagne.
Pour la seconde phase, repli des forces françaises vers le Bordelais et la Méditerranée, tout ce qui n'a pas pu être évacué a été systématiquement saboté et généralement bien saboté.
Donc, pour la campagne de Russie, la Wermarcht n'aura pas à sa disposition un gros réservoir où puiser.
@+
Alain


En fait, les Roumains ont des 75mm français (je les avais oublié, mais Frégaton me l'a rappelé) donc pour le gros truc qui fait boum en antichar ils n'ont pas besoin d'aller voir ailleurs. Le 75 m 1897 français est licencié en Roumanie. Et les Roumains doivent quand même être capable de produire des canons de ce type... qui datent du XIXème siècles.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1314

MessagePosté le: Jeu Nov 24, 2016 18:59    Sujet du message: Répondre en citant

Pour donner au 75 m 1897 une meilleur capacité anti char, il suffit de produire un obus à charge creuse du genre de ceux du PAK 97/38 qui n'est somme toute que le 75 français.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 4818

MessagePosté le: Jeu Nov 24, 2016 19:09    Sujet du message: Répondre en citant

Le 75 de 1897, une arme antichar... alors que les chars n'existaient même pas en 1897, et à peine 20 ans après... Les hasards et ironies de l'histoire quand même...
_________________
« Je ne crois pas que les Allemands aient jamais l’idée d’attaquer dans la région de Sedan. » Huntziger, 7/05/1940.

"Weygand c'est un mur, Gamelin un édredon" (Daladier) (- et Louis Bouveron est un CON, ça rime)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 615
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu Nov 24, 2016 19:14    Sujet du message: Répondre en citant

Finen a écrit:
Pour donner au 75 m 1897 une meilleur capacité anti char, il suffit de produire un obus à charge creuse du genre de ceux du PAK 97/38 qui n'est somme toute que le 75 français.


Bonsoir,
Les effets des charges creuses sont très atténués par le tir à partir de canons rayés.
La force centrifuge générée par l'effet gyroscope entraînant une vitesse de rotation axiale de plusieurs milliers de tours à la minute qui disperse l'énergie explosive.
_________________
Cinq fruits et légumes par jour, ils me font marrer! Moi, à la troisième pastèque, je cale..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merlock



Inscrit le: 19 Oct 2006
Messages: 1360

MessagePosté le: Jeu Nov 24, 2016 19:37    Sujet du message: Répondre en citant

Archibald a écrit:
Le 75 de 1897, une arme antichar... alors que les chars n'existaient même pas en 1897, et à peine 20 ans après... Les hasards et ironies de l'histoire quand même...


Il me semble qu'il a existé pour la marine un obus de 75mm perforant, en acier, destiné à percer les coques des navires net qui pourrait avoir un effet antichar des plus intéressant... je crois même que cet obus est antérieur à l'apparition des premiers chars...

Dronne a écrit:
Bonsoir,
Les effets des charges creuses sont très atténués par le tir à partir de canons rayés.
La force centrifuge générée par l'effet gyroscope entraînant une vitesse de rotation axiale de plusieurs milliers de tours à la minute qui disperse l'énergie explosive.


Exact, d'où l'obus "G" du char AMX-30 (canon de 105mm rayé) dont la charge creuse "flottait" dans l'obus grâce à un dispositif de roulements à billes... complexe, coûteux, mais efficace...
_________________
"Le journalisme moderne... justifie son existence grâce au grand principe darwinien de la survivance du plus vulgaire." (Oscar Wilde).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Jeu Nov 24, 2016 22:57    Sujet du message: Répondre en citant

Archibald a écrit:
Le 75 de 1897, une arme antichar... alors que les chars n'existaient même pas en 1897, et à peine 20 ans après... Les hasards et ironies de l'histoire quand même...


En fait, le 75 a été doté d'un obus "antichar" bien avant le char... il s'agissait d'un projectile destiné à tirer sur les navires de guerre qui se risqueraient à portée.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3588
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Nov 25, 2016 07:59    Sujet du message: Répondre en citant

compte tenu de ce que je sais sur les roulements à bille, il me semble qu'un obus type G serait techniquement inaccessible pendant la WWII
si ça se trouve, vu l'aspect récent de la charge creuse, on est peut etre meme encore en train d'étudier ces histoires de comportement et de chercher une solution. la guerre faisant que l'on se contente peut etre d'un gadget bricolé ou simplement d'une consigne quant une utilisation des obus avec ce type de matos
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Sam Nov 26, 2016 18:52    Sujet du message: Répondre en citant

La modernisation des blindés roumains au cours de la seconde guerre mondiale, première partie.


Automitrailleuses, tankettes et chenillettes

Le R1

Fabriqué avant guerre sous le nom d'AH-IV-R par le constructeur Tchécoslovaque ČKD, le R-1 remplaça les divers automitrailleuses et chenillettes jusque là en usage. Construit en tôle boulonné avec une épaisseur de blindage de 6 à 12 mm, il ne s'agissait en rien d'un engin formidable. Quand à son armement, il se limitait à une mitrailleuse ZB vz.30 en caisse et à une mitrailleuse ZB vz.35 en tourelle.
La Roumanie avait acheté 36 de ces tankettes en 1936. Intégrées aux régiments de cavaleries, les R-1 étaient chargées d'accompagner les cavaliers et leur assurer une couverture de feu.
Cependant, le modèle ne convenait pas complètement aux Roumains qui demandèrent plusieurs modifications. Au cours des manœuvres d'octobre 1937, la tankette impressionna favorablement les militaires roumains.
Dès l'année suivante, l'industriel et ingénieur Nicaolae Malaxa acheta une licence pour produire le R-1. Toutefois, un seul prototype fut effectivement fabriqué du fait d'une dispute ayant éclaté entre Malaxa et ČKD. Le premier reprochant la lenteur du transfert de technologie, le second n'appréciant guère les retards de paiement de l'industriel.
En 1941, Adolf Hitler informa le maréchal Antonescu de son projet d'envahir l'URSS. Le conducator roumain commença alors à préparer son pays à cet inévitable conflit. L'un des principaux problèmes de l'armée roumaine était le manque de blindé moderne, en particulier d'éléments légers chargés d'accompagner l'infanterie et la cavalerie.
Les ingénieurs roumains produisirent bien un prototype d'automitrailleuse de fabrication locale, l'AB md.1941. Toutefois, le projet fut abandonné du fait de la complexité mécanique de l'engin au vu de capacités industrielles du pays.
Au sein de l'Europe en guerre, Antonescu ne pouvait que se tourner vers Hitler pour s'approvisionner en armes. Et vu que ČKD était passé sous le contrôle de l'armée allemande, le führer germanique accepta de relancer une production - limitée- des pièces détachées de l'AH-IV-R par le constructeur tchèque.
Les industries roumaines produisirent localement le R-1 de 1941 à 1942, à raison de 5 par mois, pour un total de 65 châssis (1).

Les chars :

Le R2

Après avoir acheté la tankette R-1, le gouvernement roumain se tourna naturellement vers la Tchécoslovaquie pour se procurer un char léger. Le Lt Vz-35, adopté ultérieurement par l'armée allemande sous le nom de Pz.Kpfw.35(t), fut sans doute l'un des meilleurs chars léger du début de la guerre. Tout à la fois d'une construction performante, facile à réparer et à entretenir, il bénéficiait d'innovations technologiques intéressantes telle sa transmission assistée par un dispositif à air comprimé (2).
Le Lt Vz-35 disposait comme armement principal d'un canon KPÚV vz.34 de 37,2mm - ou KwK 34(t) pour la Wehrmacht- et d'une mitrailleuse VZ-37 comme armement secondaire. Avec son blindage fait de plaques rivetées atteignant 12 à 15 mm, le blindé n'avait donc rien d'un titan.
Cent vingt-six de ces chars furent achetés par la Roumanie et utilisés sous le nom de Škoda R-2. Jusqu'en 1941, ils constituèrent le fer de lance de l'arme blindée du maréchal Antonescu. Cependant, dès le début l'opération Barbarossa, les R-2 se révélèrent nettement sous-blindés et sous-armés pour affronter T-34 et KV-1.
Le maréchal Antonescu demanda à ses ingénieurs de modifier les chars existants pour augmenter leur utilité. La question fut en fait renvoyée au constructeur, vu que Škoda était passé sous le contrôle de l'Allemagne nazie depuis l'annexion de la Tchéquie.
En fait, un projet de ce genre dormait dans les cartons de Škoda depuis 1938. À cette époque, la Pologne avait montré de l'intérêt pour le char Lt Vz-35. Toutefois, les Polonais souhaitaient que l'engin soit doté d'un canon de 47 mm et d'un blindage plus épais. Au final, le Vz-35 polonais ne vit jamais le jour, les accords de Munich étant passés par là.
À partir de ces plans, de tourelles prélevées sur des T-26 irréparables, et de canons PaK 38(t) de 47 mm fut produit un nombre inconnu de R2/47 (guère plus d'une dizaine). Ces engins sont facilement reconnaissables à leurs tourelles soviétiques et à leurs blindages renforcés par des jupes extérieures. Le modèle ne connut guère de succès. Même armé d'un canon de 47 mm, un R-2 ne pouvait lutter contre un T-34.

Des Panzers sous les couleurs roumaines :

En 1941, les panzers 38(t) furent retirés de l'ordre de bataille de la Panzewaffe, à l'exception de quelques modèles transformés en chasseurs de char ou transporteur de munitions.
Certains d'entre eux furent achetés par la Roumanie qui les utilisa au sein du 2ème régiment de char, en remplacement des R-2.
De même, l'armée allemande céda quelques Pz-II qui furent adoptés par la cavalerie royale.
Mais surtout, les Roumains reçurent des Pz-IV D et E qui formèrent l'ossature des divisions blindées roumaines à l'époque de l'opération Barbarossa.

Les chasseurs de chars roumains :

Le terme "Choc du T-34" définit très bien le résultat des premières rencontres entre les chars de l'Axe et leurs contreparties soviétiques. La supériorité du T-34, la puissance de leur blindage et de leurs canons fut une très mauvaise surprise pour les Allemands. Ce fut encore plus vrai pour les Roumains.
Toutefois, les ingénieurs de l'Axe trouvèrent une solution qui pour n'être qu'un pis-aller se révéla cependant efficace : modifier des chars existants pour monter en casemate fixe de puissants canons antichars. On appelait ces engins des chasseurs de char.

TACAM T-50

Le premier chasseur de char roumain fut le TACAM T-50 ou Tun AntiCar pe Afet Mobil T-50 (canon antichar sur affût mobile T-50).
On doit la création de ce chasseur de char, à une équipe Germano-roumaine, dont les membres allemands avaient travaillé sur la création du Marder II.
Toutefois, le TACAM T-50 était un bricolage réalisé en un temps record. Un mois seulement s'écoula entre le premier dessin du projet, et le test du prototype. Il faut dire, qu'il n'y avait pas là une construction d'un engin nouveau. Seulement, la modification d'un châssis existant pour accueillir une pièce antichar de 76,2 mm (3).
Allemands et Roumains avaient capturés un certain nombre de chars T-50 soviétiques. La tourelle fut ôtée et remplacée par une plateforme ouverte et fixe qui accueillait un canon soviétique F-22, modifié au standard antichar 7,62 cm Fk-36 (r). Même les plaques de blindages entourant la pièce d'artillerie provenaient de chars BT-7M détruits.
En tout, 34 T-50 furent transformés en TACAM T-50, répartis en deux groupements mobiles antichars (61 ème et 62 ème Compagnie TACAM). Bien que relevant organiquement de la 1ère division blindée, ils étaient en fait envoyés là où on avait besoin d'eux.
De manière étonnante, le TACAM T-50 se révéla un des meilleurs chasseurs de char de la seconde guerre mondiale. Les Roumains s'en servirent efficacement jusqu'au renversement d'Antonescu et leur changement de camp. Les exemplaires qui survécurent furent ensuite repris par l'Armée Rouge qui en fit très bon usage.

TACAM R-1

Un petit nombre de châssis de R-1 de construction locale furent destinés dès l'origine à servir de chasseur de chars. Mais même en adoptant une plateforme découverte dotée d'un bouclier à trois face au lieu d'une casemate, le R-1 était beaucoup trop petit pour accueillir un antichar de gros calibre. La pièce retenue fut donc le canon soviétique M-37 de 45mm saisis en grande quantité sur le champ de bataille... mais déjà obsolète.
Faute de mieux, quelques TACAM R-1 furent déployés dans des régiments de cavalerie qui échangèrent une tanquette R-1 sur quatre contre un TACAM R-1. S'ils se révélèrent totalement inutiles en tant que chasseurs de chars, ils détruisaient facilement les automitrailleuses BA-10 qui accompagnaient la cavalerie soviétique.
Leur production, commencée au début 43, fut rapidement abandonnée avec la disparition progressive des vieux chars soviétiques (T-26 et BT-7M) et leur remplacement par des T-50 et des T-34 presque invulnérables pour des canons de 45 mm.


TACAM R-2

Après la transformation des derniers T-50 capturés en TACAM T-50, les Roumains se retrouvèrent face à un épineux problème. Ils n'avaient plus de châssis ni de canons soviétiques pour créer de nouveaux chasseurs de char
Le remplacement de chars R-2 par des Pz-II et des Pz-38(t) faisait que ce châssis était disponible. Certains d'entre eux avaient déjà été transformés en R-2/47. Les derniers tanks en réserve servirent comme châssis pour le nouvel engin TACAM.
Face au manque de canons soviétiques, les Roumains se tournèrent vers les pièces d'artilleries qu'ils avaient déjà en stock. Leur choix s'arrêta sur le canon français de 75mm modèle 1897. Bien que de conception ancienne, il avait démontré de notables qualités antichar. De plus, Nicolae Malaxa avait acheté la licence pour le produire localement. Également à cours de pièces capables de percer la cuirasse d'un T-34, les Allemands avaient modifiés certains tubes capturés au cours de la campagne de France pour en faire un antichar décent sous le nom de PaK 97/38. Cette modification consistait essentiellement à l'adjonction d'un puissant frein de bouche pour absorber le recul du tube et à l'utilisation de munitions HEAT dont la force de pénétration n'était pas dépendante de la vélocité initiale.
Les premiers modèles furent fabriqués à partir de janvier 1943.
Le résultat différait beaucoup du chasseur de char sur châssis T-50, vu que le TACAM R-2 utilisait une casemate fixe au lieu d'une plateforme ouverte entourée d'un bouclier.
La mauvaise qualité des optiques roumains du TACAM R-2 faisait que le canon ne pouvait être utilisé au-delà de 1 500 m. Ce qui n'était pas vraiment un défaut vu que le PaK 97/38 ne pouvait percer le blindage d'un T-34 au delà de 500 mètres. Plus délicat était le pointage de la pièce. Celle-ci nécessitait que le chasseur de char tourne sur lui-même pour se positionner face au char ennemi.
Avec sa haute silhouette et son canon imposant, le TACAM R-2 ne faisait pas non plus figure de champion de la discrétion.
Regroupés au sein de la 63ème compagnie Tacam, les 18 TACAM R-2 combattirent avec quelques succès contre les T-34 mais se révélèrent complètement impuissants face aux chars soviétiques de la série IS. Au moment du changement de camp de la Roumanie seul six de ces chasseurs de char étaient encore en service.


(1) Y compris les TACAM R-1 avec un canon antichar de 45mm.
(2) Cette dernière se révéla problématique sur le front de l'Est, puisque les R-2 refusèrent parfois de démarrer par des températures négatives.
(3) Généralement un F-22, mais la dotation des TACAM T-50 n'était pas homogène.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 14:40    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime bien les Roumains... ils ont du pétrole ET des idées Very Happy
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 16:39    Sujet du message: Répondre en citant

La modernisation des blindés roumains au cours de la seconde guerre mondiale, deuxième partie.


Automitrailleuses, tankettes et chenillettes

Autoblinda AB41
Après le changement de camp de l'Italie, quelques 200 autoblindées Fiat AB41 furent saisis par la Wehrmacht. Certaines furent réutilisées par des unités allemandes en Italie, d'autres se retrouvèrent sur le Front de l'Est. Les Allemands appréciaient beaucoup l'AB41, rapide et maniable, qui pouvait même être transformée en draisine ferroviaire ! Pour sa taille, l'engin était bien armée avec un canon Breda de 20 mm, une mitrailleuse Breda de 8 mm en coaxiale, et une deuxième mitrailleuse Breda de 8 mm à l'arrière... Certains exemplaires furent équipés en supplément d'une mitrailleuse AA sur le toit.
Un certain nombre d'Autoblinda AB41 furent cédées à la Hongrie. Des photos et quelques documents mentionnent également des AB41 sous couleur roumaines, mais sans que l'on sache vraiment de quelle manière elles arrivèrent aux mains des Roumains, ni même combien en possédaient-ils.

Tanks

Des panzers sous couleur roumaines
En mai 1943, le nouveau char moyen de la Panzerwaffe est le Panther. Le châssis éprouvé du PZ-III sert encore pour des obusiers automoteurs et des chasseurs de char, mais les panzers de ce type ont été retirés des Panzer-Divisions. L'Allemagne cède une partie des rescapés à ses alliés, et c'est ainsi que ces chars remplacent progressivement les derniers R-2 dans l'armée roumaine.
En octobre 1943, à mesure que les chars Tigre remplacent les PZ-IV, ces derniers sont cédés aux Roumains. Des StuG-III sont également remis à Antonescu, ce seront les dernières fournitures allemandes avant le changement de camp de la Roumanie.

Chasseurs de char

TACAM R-2 B
Le TACAM R-2 a déjà été présenté dans la première partie de ce document. Le TACAM R-2 B est une variante conçue pour affronter les chars soviétiques de la série IS. Il ne diffère de son prédécesseur immédiat que par le canon Reşiţa 75 mm qui est intégré à sa casemate. Ce canon antichar roumain apparait début 1944 et ne sera construit qu'à quelques centaines d'exemplaires. Il combine certaines des meilleures caractéristiques des canons antichars ZiS-3 soviétique et Pak-40 allemand avec celles du canon de campagne Schneider-Putitov modèle 1902/36. Le Reşiţa 75 est capable de traverser 100 millimètres de blindage incliné à 30° à une distance de 500 mètres. Malheureusement ces caractéristiques exceptionnelles ont été obtenues au prix d'une très courte durée de vie du tube, seulement 500 coups. Aucun exemplaire de l'obu tiré par le Reşiţa n'a été conservé. Toutefois, on estime généralement qu'il s'agit d'une copie de celui utilisé par le Pak 40.
Le TACAM R-2 B venait juste d'entrer en service au moment du changement de camp de la Roumanie. Ils connurent le baptême du feu en affrontant les chars Hongrois et Allemands au côté de l'Armée Rouge qu'ils auraient du combattre.

Vanatore de care (VDC) R-35
Le Chasseur de Char R-35 est un tank français R-35 modifié par l'atelier Leonida, remplaçant la tourelle d'origine (et son canon d'origine 37 mm L/21 SA 18 ) par une tourelle de char soviétique (T-26 ou de BT-7) accueillant un canon antichar. Ce dernier étant, selon les disponibilités un canon soviétique de 45 mm, soit un canon français Schneider de 47 mm.
On peut comparer ce design avec le 3,7 cm PaK(t) auf Panzerkampfwagen 35R(f) ohne Turm convertis par Alkett. Mais si les deux chasseurs de char issus du tank d'infanterie R-35 français souffrent d'un moteur trop peu puissant, l'engin roumain s'en sort nettement mieux grâce a une tourelle plus petite.
Ces modifications ont lieu courant 43 et concernent la totalité des chars R-35 (75 blindés) en service dans l'armée roumaine. Les VDC R-35 servirent comme engin d'accompagnement de l'infanterie.

Mareşal
Le chasseur de char Mareşal ne fut construit qu'à trois prototypes. Toutefois, il s'agit du dernier effort des Roumains pour construire canon antichar autopropulsé au cours de la deuxième guerre mondiale, et à bien des égards il s'agit de leur tentative la plus ambitieuse.
Courant 1943, alors que la situation militaire devient catastrophique, les ingénieurs roumains se servent une nouvelle fois du châssis du char soviétique T-50 pour développer un chasseur de char. Ils délaborent deux projets, l'un se servant de leur canon Reşiţa (deux exemplaires), l'autre utilisant un obusier soviétique M1910/30 de 122mm (un exemplaire).
Le Mareşal 122mm inspira le Jagdpanzer 38 Hetze

D'autres prototypes utilisant des châssis divers (dont le tank T-38 ) furent utilisés, mais aucun ne fut fabriqué en aussi grand nombre.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 5669
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 19:02    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:

Autoblinda AB41
Après le changement de camp de l'Italie, quelques 200 autoblindées Fiat AB41 furent saisis par la Wehrmacht.

Si on se réfère à Wikipedia (anglais) :
Citation:
After the Armistice the Germans confiscated some 57 AB 41s and also built 120 more.[1] The German designation was Panzerspähwagen AB41 201(i).

Dans la version française :
Citation:
Les 200 véhicules capturés par les Allemands fin 1943 furent rebaptisés "Panzerspähwagen AB41 201(i)". Après l'armistice quelques-uns seront encore produits pour le compte des Allemands (20 à 120 selon les sources). Plus tard, l'Allemagne en cédera 110 à l'armée croate.

Donc déjà une contradiction.
Mais en FTL, avec un armistice avancé de 9 mois, il est peu probablement que les Allemands en saisissent autant, même s'ils peuvent en produire un peu plus. Notons quand même qu'aucun exemplaire n'ira en Afrique du Nord.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 803
Localisation: Sur un piton

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 19:24    Sujet du message: Répondre en citant

Dans Chars et véhicules blindés de Robert Jackson, paru en 2008, le chiffre de cinquante-sept exemplaires saisis par la Wehrmacht apparaît également. On indique aussi trois cents exemplaires en service dans l'armée italienne fin septembre 1942 en Afrique du Nord, Grèce et Yougoslavie, certains utilisés dans la célèbre version anti-partisan sur voie ferrée.

Le volume 3 de l'Encyclopédie des Armes Atlas donne le chiffre de 298 exemplaires en service en septembre 1942, plus les véhicules de la police coloniale (nombre non précisé). Mais il ne donne aucune indication sur le devenir des AB-41 italiennes après la capitulation italienne.
_________________
- "I'm sorry. You're a hero... and you have to leave." (Fallout)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 19:32    Sujet du message: Répondre en citant

N'oublions pas que les commandes d'Autoblinda AB41 ont pâtis de sa concurrence avec la camionnette armée AS42, produite pour le front d'Afrique du Nord et qui - en FTL- ne sera pas produite.
Sinon, la présence de l'AB41 dans l'armée Roumaine est bien mentionnée OTL, mais leur origine et leur nombre ne sont pas mentionnés.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ciders



Inscrit le: 16 Sep 2016
Messages: 803
Localisation: Sur un piton

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 19:45    Sujet du message: Répondre en citant

Est-ce que les Italiens seront en mesure FTL de produire des versions dérivées de l'AB41 ? Je pense notamment à l'AB43 à canon de 47 mm ou à une version à caisse découverte utilisée comme véhicule de commandement et poste d'observation pour l'artillerie. Tanks-Encyclopedia mentionne justement les AB43 et indique que cent-vingt d'entre elles auraient peut-être été produites après l'armistice italien au profit des Allemands, en plus de douze unités produites avant.

Si tu as des liens ou des sources pour les AB41 roumaines, je suis preneur. Pour l'instant, je n'ai rien trouvé de concluant à l'exception d'une mention sur Axis.org qui parle de huit automitrailleuses AB41 livrées après l'armistice, peut-être à la compagnie de reconnaissance de la 1ère division blindée roumaine.
_________________
- "I'm sorry. You're a hero... and you have to leave." (Fallout)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7593

MessagePosté le: Sam Déc 03, 2016 19:55    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai juste trouvé une mention dans la liste complète du matériel utilisé par les Roumains... c'est assez fiable, mais le problème est qu'ils ne détaillent pas le nombre ou l'utilisation...
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com