Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Blindés Franco-Américains de 43-44

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Préparer l'avenir
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 11:50    Sujet du message: Blindés Franco-Américains de 43-44 Répondre en citant

Cette annexe est due au travail du Poireau, complété et enrichi d'échanges nourris avec deux ou trois Grands Anciens (oui, encore).
M'est avis qu'il vous intéressera au moins autant que celui sur les Panzers !


Les principaux blindés français (et franco-américains) en 1943-1944

Extraits de l’ouvrage de Maurice Héninger « L’épreuve du feu – L’évolution des outils militaires durant la Deuxième Guerre Mondiale » (Plon Ed., Paris, 1985, rééd. 1995), avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Les nouveaux blindés français de 1943 (hors chars moyens)
A partir de la fin de 1942 entrent en service dans l’armée française toute une nouvelle génération de blindés qui vont progressivement équiper ses unités au premier semestre 1943 et pourront être déployés lors de l’opération Dragon.

Le char léger M7-F
Surnommé Mouflon (dans la lignée des Bélier et Taureau) chez les Français, il entre en production dès le mois de septembre 1942. Sous le nom de Chaffee, il est également adopté par l’US Army comme son nouveau char léger standard, en remplacement des M3/M5 Stuart. Ce char est répandu partout : dans les unités de cavalerie (autonomes et divisionnaires) pour la découverte et la reconnaissance, mais aussi dans les DI, standards et de montagne, et dans les unités de la Légion Étrangère. Toutes les unités françaises participant à Dragon en sont équipées. Compte tenu de la priorité accordée à Dragon, les unités en Grèce et en Italie seront les dernières servies.

Le chasseur de char M10
L’armée française en a reçu un petit nombre de ces chasseurs de chars à tourelle découverte en 1943. Au moment de Dragon, ils forment un tiers de la dotation des deux RCC (soit chacun14 engins, réarmés juste avant Dragon avec le canon de 75 mm à haute vélocité SA-42).

Le chasseur de char léger M11
Ces engins remplacent à partir d’octobre 1942 les canons de 47 et de 57 autopropulsés déployés dans les DB, les BMLE et les GRCA. D’abord armés d’un 6-pdr (57 mm), ils commencent à être réarmés avec des canons de 75 mm SA-41 (version embarquée du TAZ-39) en juin 1943, mais ce processus ne sera achevé qu’en fin d’année. Les DI n’en sont normalement pas dotées (selon le TOE 42), mais un certain nombre d’exemplaires ont pu “s’égarer” de ce côté.

Le chasseur de char SAV-AU-42
Entré en production en décembre 42, c’est le chasseur de char standard de l’armée française, élaboré sur un châssis de SAV-42 Bélier et armé du canon SA-42. Il faut noter qu’au début de 1943, 120 SAV-AU-41 ont été réarmés avec ce canon ; le SAV-AU-41/75 était en pratique équivalent au SAV-AU-42.
La fabrication à Savannah du SAV-AU-42 se poursuivra même après l’arrêt de celle du SAV-42 en avril 1943. En septembre, une version armée avec un canon de 90 mm américain, le SAV-AU-42/90, commencera à être produite.
Au moment de Dragon, l’intégralité de l’armée française est équipée de ce type de chasseurs de char en casemate.
Cependant, pour standardiser et rationaliser la production, la fabrication du SAV-AU-42 est interrompue en décembre 1943. Pour assurer son remplacement, un certain nombre de SAV-42 libérés par la mise en service du SAV-43 seront convertis dans les arsenaux d’AFN en SAV-AU-42/90 avec des pièces importées des Etats-Unis. Deux cents engins environ seront ainsi convertis. Cependant, ce chiffre étant insuffisant, il faudra recourir aux chasseurs de char américains à tourelle découverte M10B (à canon SA-42) et M36 (à canon de 90 mm).

Le TAZ-39 automoteur
Le canon de 75 mm TAZ-39 s’est généralisé dans les unités françaises, où il fait office à la fois de canon de campagne et de pièce antichar (en remplacement des 47 mm et 57 mm). Un certain nombre d’exemplaires sont montés sur châssis de half-track M2/M3 pour leur donner plus de mobilité.


Le SAV-43/44, nouveau char moyen de l’Armée française
Le SAV-43/44 Taureau n’est autre qu’une variante du M4 Sherman, ou plutôt une famille de variantes.
Sa production commence en mai 1943 à Savannah. Les premiers Taureau, SAV-43/0 ou “Taureau-0”, sont des M4A3 standards, ou M4A3(75), un peu francisés (instrumentation en mesures métriques, inscriptions en français…). Les 72 exemplaires produits en mai sont donc équipés du canon court M3 de 75 mm. Ce premier lot permet avant tout la conversion de la ligne de production au nouvel engin et la formation des ouvriers et techniciens.
A partir du mois de juin est lancée la fabrication du SAV-43/1 ou Taureau I, armé du canon long SA-41 de 75 mm. L’utilisation de ce dérivé du TAZ-39 comme canon de blindé remonte à 1942 avec son installation sur les SAV-AU-41, eux aussi produits à Savannah. L’installation du SA-41 sur les SAV-43 à construire à Savannah a été prévue dès l’origine (les insuffisances du canon M3 comme arme antichar ont été notées de longue date). Le SA-41 sera standardisé sur les M4 de l’US Army peu de temps après (voir ci-après le débat interne à l’US Army).
………
La nécessité d’augmenter la capacité antichar du Sherman/Taureau se fait néanmoins sentir assez tôt. Elle est confirmée par les résultats des combats de la campagne d’Italie entre les M4 et les Panzer V Leopard et par les renseignements transmis par les Soviétiques, concernant notamment le char lourd Panzer VI Tiger. Les débuts de la campagne de Provence ne font qu’accélérer le mouvement. C’est dans cette optique qu’est mis au point le SAV-44 ou Taureau II, doté du canon SA-42. Ce canon, dérivé du CA-40S AA, est utilisé comme canon de blindé depuis son installation, fin 1942, sur les SAV-AU-42. Il sera également installé sur certains des M4 de l’US Army (voir ci-après).
La production du Taureau II débute en novembre 1943 à Savannah. Compte tenu de l’importance des modifications à apporter à la tourelle du Sherman pour y loger le nouveau canon, la montée en production est progressive et le SAV-43 continue d’être fabriqué parallèlement au SAV-44 jusqu’à fin mars 1944.
Les SAV-44 seront au début “saupoudrés” dans les unités blindées avec un char par peloton, puis deux… SAV-43 et 44 étant mécaniquement identiques en dehors de la tourelle et les canons SA-41 et 42 tirant les mêmes munitions, cela ne posera pas de problème de maintenance ni de logistique.


L’évolution du char M4 de l’US Army sous l’influence française
Devant les innovations françaises, l’armement du char M4 fait l’objet de débats vigoureux au sein de l’US Army. En effet, selon la doctrine américaine, les chars moyens sont avant tout consacrés au soutien de l’infanterie : ils doivent être relativement compacts et disposer de bonnes capacités en tout-terrain pour accompagner les fantassins, et ils doivent être armés de pièces de calibre relativement élevé mais à faible vélocité pour la suppression des points de résistance adverses. Ils ne sont pas destinés à la destruction des chars ennemis, mission qui incombe aux tank-destroyers, regroupés en unités constituées. C’est selon ce cahier des charges qu’ont été conçus les chars moyens M3 (Grant/Lee) et M4 (Sherman).
L’expérience des combats de 1940-1941 a conduit les Français à tirer la conclusion inverse : la meilleure arme antichar, c’est le char lui-même, qui doit opérer en unités homogènes. Quant aux éventuels chasseurs de char, ce sont des armes d’appui qui doivent constituer la défense antichar des autres unités.
Si les contacts entre militaires français et américains sont étroits et les échanges intenses, ils ne conduisent cependant pas immédiatement à une réévaluation de la doctrine officielle US. Les officiers américains transférés en AFN avec leurs unités (les trois premières Armored Divisions US), s’entraînant régulièrement avec les forces françaises et dont certains ont été engagés en Grèce, sont plus sensibles au point de vue français, mais ils n’en sont pas moins tenus par la doctrine officielle de l’Armée et leurs unités ont été formatées en fonction de celle-ci.
Le char M4, armé du canon court de 75 mm M3, est donc produit en très grande série dès le second semestre de l’année 1942.
Les premières confrontations de l’US Army avec les panzers ne sont guère engageantes : la 1st Armored, engagée en Italie, subit à plusieurs reprises de très lourdes pertes. Le problème devient politique avec la mission sur place des sénateurs Truman et Cabot-Lodge. De hauts gradés (dont les commandants de la 1st AD et du IIe CA) sont démis et l’US Army est bien forcée d’admettre que sa doctrine n’a pas résisté à la confrontation avec l’ennemi et qu’elle est inadaptée.
Le pragmatisme des militaires américains reprend alors le dessus : à Savannah, les Français s’apprêtent à lancer la production de leur version du M4 réarmée avec le SA-41, décision est prise au printemps 1943 d’en faire autant avec les matériels de l’US Army. Ce d’autant plus que, dérivé d’un canon de campagne, le SA-41 a l’avantage d’être tout aussi efficace en antichar qu’en soutien à l’infanterie. Il est donc susceptible de concilier les différentes doctrines. Ce sera le M4A3(75-LB) (pour Long Barrel).
La conversion des lignes de production est ordonnée, mais ne peut être que progressive. Ce n’est qu’à l’automne 1943 que tous les M4 sortiront des chaines avec le canon SA-41.
A l’automne 1943, justement, vient le retour d’expérience des combats de Provence avec les premières confrontations contre les Tiger. Il faut encore renforcer la puissance de feu du M4 avec le canon SA-42 – l’expérimentation a déjà été conduite par les Français. L’utilisation du canon M1 de 76 mm, un moment envisagée, est abandonnée : pas supérieur en antichar et moins performant contre l’infanterie, le M1 a aussi l’inconvénient de tirer des munitions d’un calibre différent, alors que le SA-42 utilise des 75 mm standards, ce qui simplifie la logistique et l’approvisionnement.
Mais monter le SA-42 réclame des modifications substantielles de la tourelle et pour éviter la désorganisation de la production, seule une partie des chaînes (dont l’usine de Savannah) sont converties pour produire cette version. En 1944, deux versions du M4A seront produites en parallèle : celle à canon SA-41, M4Ax(75-LB) et celle à canon SA-42, M4Ax(75-LB2).


La production du SAV-43/44 à Savannah
La tendance à la standardisation (et à la massification) de la production industrielle américaine s’accroît en 1943 et connaît son apogée en 1944. La fabrication des matériels hors standards US (comme le SAV-42 et ses dérivés) s’interrompt progressivement. L’expérience française a cependant influencé lesdits standards, modifiant l’évolution de certains matériels (réarmement du M4 avec le SA-41, ou du M10 avec le SA-42) ou favorisant la production de matériels qui seraient sans elle restés à l’état de prototypes (comme le M7 ou le M11).
En échange en quelque sorte, l’usine de Savannah, dont les avoirs français ont été repris par le gouvernement US au début de 1943, profite des dispositifs et de l’expérience de production de masse des Américains. De ce fait, sa production s’accroît considérablement, y compris pour les modèles destinés à l’Armée française.
De mars 1942 à avril 1943, la production du SAV-42 atteint 1 785 exemplaires en tout, ce qui représente une moyenne de 120 à 130 engins par mois (ce chiffre a atteint 140 durant les derniers mois).
En mai 1943, seuls 72 SAV-43 sont fabriqués, car il s’agit d’un début et il faut convertir au nouvel engin la ligne de production. Cette conversion est rapide : à la différence du Bélier, le SAV-43 Taureau est un engin standardisé par l’industrie américaine et produit en masse depuis plusieurs mois. La disponibilité des pièces permet donc une montée en cadence très rapide de la production. Le canon SA-41 est lui aussi un matériel standardisé, déjà monté sur des blindés, et également produit en masse – de même que l’armée française, l’US Army a adopté le TAZ-39 comme canon antichar standard et comme pièce de campagne. C’est pourquoi, dès juillet 1943, la production du SAV-43 à Savannah atteint 150 exemplaires mensuels.
En plus des 72 SAV-43/0 Taureau (à canon M3) produits en mai 1943, environ 100 SAV-43/1 Taureau I (à canon SA-41) sont donc produits en juin et environ 150 chaque mois à partir de juillet.
En novembre commence la production du SAV-44 Taureau II à canon SA-42. Les modifications à apporter au char pour y loger le nouveau canon étant substantielles, la montée en cadence de la production est progressive et les SAV-43 et 44 sont produits en parallèle pendant plusieurs mois : en novembre 1943, le SAV-44 représente seulement environ un sixième de la production (~25 exemplaires) ; environ un tiers (~50) en décembre 1943 ; la moitié (~75) en janvier 1944 ; les deux tiers (~100) en février 1944 ; les cinq sixièmes (~125) en mars 1944 et la totalité (~150) à partir d’avril 1944.
Au total, entre mai 1943 et la capitulation allemande, environ 2 600 chars moyens produits à Savannah ont été livrés à la France, dont à peu près 1 150 SAV-43 et 1 450 SAV-44.


Le rééquipement des unités blindées françaises en SAV-43
Le rythme de ce rééquipement est soumis à des délais incompressibles : celui du transport du matériel depuis les Etats-Unis (un mois environ entre la sortie d’usine et l’arrivée en unité) et celui de la prise en main et de la formation des équipages en unités (deux à trois semaines).
– La première unité convertie sera, en juillet 1943, la 4e BMLE. Celle-ci percevra 45 chars du premier lot de production (SAV-43 à canons M3 fabriqués en mai). Le reliquat de ce premier lot, une vingtaine d’engins, sera dans un premier temps destiné à familiariser les futurs équipages avec leur nouvelle monture sous forme de présentations ou de “stages de découverte” tournants.
– Ce sera ensuite le tour de la 1ère DB, convertie en août avec 180 chars (tout le lot de production de juin et la première moitié de celui de juillet).
– Les deux régiments de chasseurs de char (2e et 6e RCA), dont chacun dispose de 6 chars moyens en plus de ses 28 SAV-AU-42 et de ses 14 M10, recevront eux aussi des SAV-43 avant Dragon.
………
Ces unités seront les seules dotées du nouveau char au moment de Dragon, les autres utilisant encore le SAV-42 Bélier (char cependant encore très correct à ce stade de la guerre, avec son canon de 57 mm très efficace en antichar).
………
– La 5e DB, gardée en réserve, sera convertie en octobre-novembre 1943. Elle sera totalement rééquipée lorsqu’elle relaiera la 3e DB.
– La 3e DB sera convertie après avoir été retirée du front pour repos (la première brigade en décembre 1943, la seconde en janvier 1944).
– Au premier trimestre 1944 seront converties la Brigade Blindée belge Tancrémont puis la 6e BMLE.
– Enfin, la 2e DB, en Angleterre, abandonnera ses SAV-42 en avril 1944 (ce sera la seule unité presque intégralement équipée de SAV-44 d'emblée, sans passer par le stade SAV-43).
………
Les SAV-42 retirés de ces unités seront versés dans les DI, cédés à la 2e Armée française dans les Balkans (3e BMLE, unités polonaises et yougoslaves) ou convertis en SAV-AU-42/90 et autres engins d’appui ou de soutien.


Les unités blindées françaises après Dragon
D’un point de vue qualitatif, les unités blindés françaises engagées dans Dragon représentent ce que les Alliés peuvent aligner de mieux en Méditerranée. Bien équipées, elles bénéficient aussi d’une expérience et d’un savoir-faire sensiblement supérieurs à leurs consœurs américaines.
Néanmoins, si elles sont à plein effectif au 6 septembre, cela ne durera pas. En effet, la principale limite de l’armée française pendant la plus grande partie de la guerre est la faiblesse de son réservoir humain. Faiblesse qui est encore plus sensible pour les effectifs de spécialistes (dont les tankistes). Presque tous ceux qui peuvent être formés l’ont déjà été, et il va donc devenir de plus en difficile de remplacer les pertes.
Même si l’expérience, la doctrine et le rapport de forces éviteront aux unités blindées françaises de subir une catastrophe même lors de la contre-offensive allemande (bataille de la poche de Valence), leur attrition sera inévitable, compte tenu de la vigueur de la défense allemande.
Cette usure ne se fera pas sentir immédiatement, car dans les mois qui suivront Dragon, les formations blindées fonctionneront en alternance, avec des unités de première vague (1ère DB, 3e DB, 4e BMLE, 2e DB-US) qui seront relayées par des unités de seconde vague (5e DB, Brigade Tancrémont, 1ère et 3e DB-US). Mais à partir du début de 1944, l’arme blindée française commencera à souffrir d’un réel problème d’effectifs (sauf bien sûr à la 2e DB, pas encore engagée). Bien sûr, de nouveaux tankistes auront commencé à être recrutés dans les territoires métropolitains libérés, mais les former prendra du temps et ils ne seront pas immédiatement disponibles.
En toute logique, l’état-major cherchera à conserver à ses DB le maximum de punch possible pour les opérations décisives du printemps et de l’été 1944. La seule décision possible sera de verser progressivement les personnels des bataillons autonomes de chars moyens des DI dans les DB, jusqu’à la disparation de ces bataillons (1). Les nouvelles DI formées à la Libération seront dès l’origine dépourvues de ces bataillons autonomes. Les DI conserveront uniquement les compagnies de chars légers et de chasseurs de char intégrées aux brigades d’infanterie.


Note
1- De même ont été dissous les fameux 64e et 66e BCC (Bataillons de Chars de Combat), qui s’étaient couvert de gloire après le Sursaut, dans les conditions d’urgence de l’été 1940 à l’été 1942 et sur des théâtres d’opérations limités. Il avait été envisagé de les regrouper en un 502e RCC (Régiment de Chars de Combat), mais un tel régiment n’avait plus de sens en 1943, à côté de DB modernes et opérationnelles. Une unité blindée de ce type, faiblement interarmes (avec peu d’infanterie et d’artillerie d’accompagnement), était d’ailleurs en contradiction avec la nouvelle doctrine française et tous les enseignements du terrain depuis 1940. Les personnels des deux BCC ont donc été reversés aux DB et le 502e RCC n’aura qu’une existence administrative fictive, dans le cadre de Fortitude.


Dernière édition par Casus Frankie le Ven Avr 29, 2016 13:19; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1681
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 12:41    Sujet du message: Répondre en citant

Très bon, mais il me semble que la Tancrémont recevrait des SAV43 en juillet 43 (en échange de la mise à disposition de la 4e DI en Italie)
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 12:53    Sujet du message: Répondre en citant

Etant donné la rareté des SAV-43 au début, il n'est pas envisageable d'en attribuer à des unités non (encore) engagées dans Dragon.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

Wil the Coyote a écrit:
Très bon, mais il me semble que la Tancrémont recevrait des SAV43 en juillet 43 (en échange de la mise à disposition de la 4e DI en Italie)


Ça a peut être été envisagé a un moment mais c'est malheureusement matériellement impossible.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10135
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 13:12    Sujet du message: Répondre en citant

Une partie du texte de mars doit être retouchée, en mars on n'a pas encore pu faire de démonstration du Taureau aux Belges et pour le rééquipement, je rappelle qu'au moment de Dragon, seule la 1ère DB (ou à peu près) a reçu des "vrais" SAV-43. J'ai souligné les changements.


– C’est parfait, mon général. Mais, si je puis me permettre, j’ai entendu parler du nouveau char qui sera construit par l’usine de Savannah, le Taureau, je crois… Ne pensez-vous pas qu’il serait souhaitable que la Tancrémont, qui va opérer au côté de vos forces, dispose en temps opportun du même matériel ?
– C’est on ne peut plus raisonnable, répond Paul-Boncour. Je pense qu’avec un contrat de type Prêt-Bail, comme les Américains nous ont appris à en faire, cela ne posera pas de difficulté. La Tancrémont sera inscrite sur le même tableau de rééquipement que nos unités blindées. Tant qu’à faire, d’ailleurs, puisque c’est le général Clarke qui est demandeur et que l’usine de Savannah appartient aujourd’hui au gouvernement américain, je pense que Washington se fera un plaisir de prendre en charge les frais de son rééquipement…
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 968
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 15:25    Sujet du message: Répondre en citant

C'est pas bien de faire des avances comme cela Messieurs.
Après on reste sur notre faim. Qu'est-ce qui s'est passé d'aussi important lors de la bataille de Valence ? Dites-nous, dites-nous s'il-vous-plait.
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dado



Inscrit le: 12 Nov 2013
Messages: 1006
Localisation: Lille

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 19:49    Sujet du message: Répondre en citant

Effectivement, on a l'impression que ça s'organise pour les grandes lignes de la bataille de Provence Very Happy


Et sinon, si j'ai bien compris, en OTL, les américains avaient bien fini par comprendre que leur principal char moyen, le M4, était un peu léger, notamment en terme d'armement contre les chars lourds allemands, mais la puissance de feu n'a pas pu être améliorée rapidement, alors qu'ici en FTL, parce que les français ont développé (ou plutôt ont fait développer par l'usine américaine de Savannah, financée par des capitaux français) un char proche des modèles américains (le SAV 41/42 etc et ses variantes) qui finit même par être une simple "variante" mieux armée du M4 dans ses dernières versions (à partir du SAV 43, par commodité avec l'industrie américaine ce qui permet d'augmenter la production), les américains peuvent remédier plus vite à ce problème de puissance de feu en s'inspirant des modèles français (qui, après tout, sont à ce stade des modèles américains transformés selon leur convenance)?

Autre question: de la même manière que, si les unités blindées belges en Afrique sont au format français avec du matériel "français" (donc avec des SAV 41/42 etc et leurs variantes), mais les unités belges au Royaume-Uni sont au format britannique (donc avec des chars britanniques), y aura-t-il des unités blindées françaises équipées de matériel britannique? La 2ème DB aura-t-elle des chars britanniques par exemple lors d'Overlord (si c'est bien comme ça que doit s'appeler le débarquement en Normandie)?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3300
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 20:13    Sujet du message: Répondre en citant

non, elle sera sur des Sherman prepositionnés comme otl, ceci pour une raison simple : tous ces pilotes et spécialistes formés sur Sherman ne vont pas devoir recommencer à se former sur un nouveau matos, avec de nouvelles normes, de nouvelles procedures etc etc
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 20:25    Sujet du message: Répondre en citant

SAV-41, SAV-42 et SAV-43/44 sont trois chars différents et pas des évolutions de la même machine.
Le SAV-41 est un dérivé du Somua S35, modifié et fabriqué avec des pièces américaines.
Le SAV-42 est un char cruiser "Ram" canadien (dont le châssis dérive néanmoins du M3 Grant).
Les SAV-43/44 sont eux bien des variantes du M4 Sherman.

Par contre sur l'évolution américaine c'est globalement juste.
OTL les Sherman 76 n'apparaissent en nombre qu' à la mi-44, alors que FTL les besoins français ont permis de développer précocement une solution tout prête que les américains (qui ne sont pas idiots et ont l'esprit pratique) peuvent reprendre immédiatement telle quelle.

La 2e DB utilisera le même matériel que les autres DB françaises et non de l'équipement britannique. Les belges ont été rééquipés par les britanniques (et sans doute largement avec du matériel US du prêt-bail) et sont intégrés à la British Army, ce qui n'est pas le cas de la 2e DB.
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 416
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 20:29    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne m'y connais pas trop en matière de blindés, mais quid des Anglais? Auront-ils autant recours à l'industrie américaine (moins que la France, j'en doute)? Si leur industrie est plus développée qu'OTL, leurs chars seraient-ils aussi différents FTL?
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
le poireau



Inscrit le: 15 Déc 2015
Messages: 820
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 20:32    Sujet du message: Répondre en citant

Paul a écrit:
Je ne m'y connais pas trop en matière de blindés, mais quid des Anglais? Auront-ils autant recours à l'industrie américaine (moins que la France, j'en doute)? Si leur industrie est plus développée qu'OTL, leurs chars seraient-ils aussi différents FTL?


Les Anglais disposeront du même matériel domestique qu'OTL, à quelques différences marginales près.
Ils auront aussi largement recours à l'aide américaine (dans des proportions sans doute assez proches d'OTL).
Leur industrie ne sera pas significativement plus développée, mais souffrira de moins de pénuries (guerre sous-marine allemande moins effective) et connaîtra moins d'effets de désorganisation (pas de "panique" liée à la menace d'un débarquement allemand et à la bataille d'Angleterre).
_________________
“Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit : à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit” (Napoléon)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dado



Inscrit le: 12 Nov 2013
Messages: 1006
Localisation: Lille

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2016 21:25    Sujet du message: Répondre en citant

le poireau a écrit:
SAV-41, SAV-42 et SAV-43/44 sont trois chars différents et pas des évolutions de la même machine.
Le SAV-41 est un dérivé du Somua S35, modifié et fabriqué avec des pièces américaines.
Le SAV-42 est un char cruiser "Ram" canadien (dont le châssis dérive néanmoins du M3 Grant).
Les SAV-43/44 sont eux bien des variantes du M4 Sherman.


Ok merci je comprends mieux.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1943 - Préparer l'avenir Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com