Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Deux ajouts historico-cinématographiques à 1940

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 23, 2008 14:05    Sujet du message: Deux ajouts historico-cinématographiques à 1940 Répondre en citant

Premier ajout, dû à Fantasque

14 août 1940


Bataille de France
Le dernier membre du gouvernement français à partir pour l’Afrique du Nord n’est pas le Général de Gaulle, comme beaucoup l’ont affirmé. De Gaulle quitte Perpignan par avion dans la nuit, aux premières heures du 14, mais le jeune Jules Moch (ministre du Travail depuis le 13 juin), part de Collioure en hydravion dans la nuit du 14 au 15, alors que Perpignan est tombée depuis la fin de la journée, après avoir organisé les toutes dernières évacuations. Moch emmène avec lui, in extremis, le fameux économiste socialiste allemand, Rudolf Hilferding, exilé en France depuis 1934.
« Hilferding, qui représentait l’autorité morale d’un SPD en exil lui-même très divisé, devait exercer une importante influence sur Moch et ses positions violemment anti-communiste d’après-guerre. En effet, depuis plusieurs années, Hilferding avait progressivement développé une « théorie économique des Etats totalitaires », parmi lesquels il rangeait l’Allemagne nazie comme l’Union Soviétique. Le débat sur la différence ou l’identité des deux systèmes devait prendre un véritable caractère international à partir de 1946, avec des articles contradictoires venant de l’Anglais Maurice Dobb, du Polonais Michal Kalecki (qui devait rentrer en Pologne à partir de 1947) et d’un jeune économiste français qui avait rédigé sa thèse en 1939 sur l’économie soviétique, Charles Bettelheim.
Hilferding travailla jusqu’au début de 1941 avec les planificateurs français à Alger, avant de prendre la tête du Comité Anti-Nazi Allemand, qui se constitua à Alger durant l’été 1941. Ce comité, largement soutenu par la SFIO contre l’indifférence de Reynaud et l’hostilité de Mandel, eut lui-même une existence agitée. L’opposition personnelle de Hilferding à l’entrée des communistes en son sein à partir de fin mai 1942 provoqua une crise qui le conduisit à se retirer de la présidence du Comité à la fin de l’année.
Hilferding quitta Alger début 1943 pour rejoindre New York à l’invitation d’Erich-Maria Remarque. Aux Etats-Unis, il retrouva Wassily Leontieff et Michal Kalecki, qui constituaient ce qui devint après-guerre la Commission Économique des Nations-Unies. Hilferding, qui avait alors abandonné le marxisme et répudié une partie de son œuvre, se retrouva très isolé au sein des économistes travaillant à la future Organisation des Nations Unies.
Il revint à Alger début 1944, à la demande de Jules Moch et de Léon Blum, pour constituer avec ces derniers le Comité pour l’Amitié Franco-Allemande, dont le rôle après-guerre devait être décisif pour la mise en place des institutions européennes. Ce comité s’installa à Marseille en mars 1944 ; Hilferding eut alors l’occasion de rencontrer le général de Gaulle. Diminué par des problèmes de santé et sans doute par ce que ses amis décrivirent comme une dépression chronique, Hilferding abandonna pratiquement toute activité politique à partir de début 1945, sauf pour écrire son Manifeste pour une Allemagne Libre (Paris, Les Iles d’Or, août 1945), où il appelle les socialistes allemands à s'unir avec les libéraux et les chrétiens-démocrates pour forger la future Allemagne.
Rudolf Hilferding mourut à Paris des suites d’un infarctus en juillet 1945, dans l’appartement des bords de Seine de Léon Blum, sans avoir revu l’Allemagne.
Un personnage visiblement inspiré par Hilferding, incarnant le destin des Autrichiens et Allemands anti-nazis ballotés puis dispersés aux quatre vents lors de la Campagne de France apparaît dans le remarquable film du réalisateur autrichien Alex Corti, Dieu Croit-Il Encore en Nous ? (premier épisode d’une trilogie inspirée de l’œuvre de G.S. Stroller), qui obtint le pris spécial du Jury à Cannes en 1986. L’hydravion de Jules Moch y est remplacé par un bateau de pêche qui quitte le port de Collioure alors qu’arrivent les premiers chars allemands. » (Extrait du Grand Larousse de la Seconde Guerre Mondiale – Edition 2000, Paris, 2001)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mai 23, 2008 14:08    Sujet du message: Répondre en citant

Deuxième ajout, écrit par moi-même, sur une idée de Fantasque ("Les Milles ! On a oublié les Milles !")

24 juin 1940
Toulouse (Hôtel de France)
Le secrétaire rentre la tête dans les épaules. La lettre embrouillée que le ministre de la Guerre vient de trouver dans le dossier des instances va sûrement lui valoir un savon. Il se hâte de répondre avant même que le Général ne formule sa question : « Je suis désolé, Monsieur le Ministre, mais l'état-major nous a transmis cette lettre, car ils estiment que cela réclame une décision politique. Le commandant Perrochon dirige le camp des Milles, près d'Aix-en Provence. Il dit qu'il y a là 3 500 civils internés comme sujets ennemis, mais qu'il s'agit en fait de réfugiés politiques antinazis ou de Juifs allemands, et que deux mille d'entre eux environ sont en âge de porter les armes. Il a entendu parler de la décision concernant les Républicains espagnols et il paraît que ses, heu, pensionnaires seraient enchantés de bénéficier d'une mesure semblable : les hommes s'engagent dans la Légion Etrangère et les femmes et enfants sont évacués. Ils ne demandent pas la naturalisation immédiate. »
Le Général pousse un soupir. Il faut vraiment qu'il s'occupe de tout !
- Deux mille hommes très certainement motivés, ce n'est pas négligeable. D'accord sur le principe. Mais dites à ce... Perrichon...
- Perrochon, commandant Charles Perrochon, Monsieur le Ministre.
- Oui, dites-lui qu'il doit s'occuper lui-même des formalités d'engagement des hommes avec les bureaux de la Légion, à Marseille, et de l'évacuation des non-combattants.



10 août 1940
Ports du Languedoc
Au cours des ultimes opérations d'évacuation, le patrouilleur A.6 du Corps de Marine saute sur une mine magnétique au large de Collioure et sombre avec presque tout son équipage. Pourtant, malgré les mines allemandes et les sous-marins italiens, dans le chaos dantesque des derniers jours de la campagne de France, la marine belge réussit encore à évacuer entre le 8 et le 15 août près de 4 000 recrues belges, dont un certain nombre de celles qui ne s'étaient pas présentées aux centres de recrutement, ainsi que 2 000 militaires des services de soutien encore présents en France. Au cours de ces mêmes amères dernières journées, les navires belges permettent à une douzaine de milliers d'hommes et de femmes, réfugiés et militaires de diverses nationalités, de rejoindre l'Afrique du Nord.
Tous ces transferts ne se font pas sans pertes. Bien souvent, de petits bateaux débordant de malheureux, incapables de s'éloigner suffisamment des côtes avant le jour, sont mitraillés sans pitié par des avions allemands ou italiens. C'est ainsi que le petit bateau de pêche Saint-Bernardin est coulé, avec à son bord vingt et un Juifs allemands, tous des femmes et des enfants, qui venaient du fameux camp d'internement des Milles. Les hommes engagés dans la Légion, le commandant Perrochon était responsable de l'évacuation des 1 500 femmes, enfants et vieillards. Les uns après les autres, il les avait embarqués vers l'Afrique. Les 21 passagers du Saint-Bernardin étaient les derniersŠ Il y a cinq survivants. Charles Perrochon, qui accompagnait ses ultimes protégés, n'est pas du nombre.
On sait que sa mémoire sera doublement célébrée. En 1995, le film Les Milles, de Sébastien Grall, vaudra à Jean-Pierre Marielle le César du meilleur acteur. L'année suivante, le titre de Juste sera décerné par l'état d'Israël au commandant Perrochon...
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)


Dernière édition par Casus Frankie le Ven Mai 23, 2008 18:11; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4668
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Mai 23, 2008 18:06    Sujet du message: Répondre en citant

Superbe et très émouvant le sort des réfugiés des Milles ! Applause
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3299
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Mai 23, 2008 19:22    Sujet du message: Répondre en citant

juste une remarque : le developpement du 14/8 ne meriterait il pas d'etre coupé en deux? la chrono + une note ou l'integration à une annexe
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Mai 24, 2008 00:35    Sujet du message: Répondre en citant

patzekiller a écrit:
juste une remarque : le developpement du 14/8 ne meriterait il pas d'etre coupé en deux? la chrono + une note ou l'integration à une annexe

Bonne remarque - en word (et un jour sur le papier), la 2e partie est/sera en italique et peut-être dans une couleur différente, ou en encadré. Elle est trop courte pour donner lieu à une annexe et un peu longue pour une note de bas de page.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2918

MessagePosté le: Jeu Juil 10, 2008 08:31    Sujet du message: Répondre en citant

Je me lance... il y avait hier le téléfilm "trois jour en juin" adapté du roman de Fajardie "un pont sur la loire".

Impossible de ne pas penser a la FTL, l'action (16-19 juin) se déroulant a peu près au moment de notre POD.

Je me demande si on ne pourrait pas tenter un coloriage la dessus...
En gros grace au sursaut que nous avons ici, la fin du roman (et de son adaptation) serait différente.

C'est une vielle idée qui me trotte depuis un moment. autant que je me souvienne dans la chrono vers juillet, il y a une mention breve d'habitants d'un village faisant le coup de feu au fusil de chasse au coté des soldats. Je crois que c'est quand les allemands atteignent la vallée du Rhone...

Qu'en pensez vous ?

EDIT

C'est retrouvé. Pont Saint esprit, 9 juillet .

Citation:
Pont-Saint-Esprit

Dans la nuit, des habitants du hameau de Saint-Georges arrivent essoufflés au QG de Lambert. Ils se sont rendu compte que les Allemands profitent d’un îlot au milieu de la rivière là où elle rejoint le Rhône pour établir un pont. Une compagnie commandée par le capitaine-commandant Massotte est rapidement dépêchée sur place, et découvre que les Allemands sont ralentis par un groupe de villageois qui fait le coup de feu avec des fusils de chasse. Un homme d’une cinquantaine d’années s’adresse à Massotte : « Que voulez-vous, on n’allait quand même pas laisser des Belges défendre tout seuls l’Ardèche ; sauf votre respect, c’est chez nous ! Alors on a pris nos fusils, et on leur a tiré dessus ! Moi, j’ai fait Ypres, c’est pas ces rigolos qui vont me faire peur ! » La compagnie se dispose en défense, surprenant l’ennemi, qui doit interrompre sa traversée, le pont improvisé étant trop exposé. Il y a cependant maintenant plus de 200 Allemands sur la rive droite, et il faudra une sérieuse contre-attaque pour les déloger.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Juil 10, 2008 08:45    Sujet du message: Répondre en citant

Archibald a écrit:
Je me lance... il y avait hier le téléfilm "trois jour en juin" adapté du roman de Fajardie "un pont sur la loire".
Je me demande si on ne pourrait pas tenter un coloriage la dessus...
En gros grace au sursaut que nous avons ici, la fin du roman (et de son adaptation) serait différente.
Qu'en pensez vous ?


Que du bien... Smile Mais après le défilé aérien de 41 ! Rolling Eyes

- Pour le 14 juillet 39, il y avait sûrement un défilé aérien, mais avec quels avions, je ne peux qu'imaginer ! Si quelqu'un a des sources...
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2918

MessagePosté le: Sam Juil 12, 2008 09:42    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Archibald a écrit:
Je me lance... il y avait hier le téléfilm "trois jour en juin" adapté du roman de Fajardie "un pont sur la loire".
Je me demande si on ne pourrait pas tenter un coloriage la dessus...
En gros grace au sursaut que nous avons ici, la fin du roman (et de son adaptation) serait différente.
Qu'en pensez vous ?


Que du bien... Smile Mais après le défilé aérien de 41 ! Rolling Eyes

- Pour le 14 juillet 39, il y avait sûrement un défilé aérien, mais avec quels avions, je ne peux qu'imaginer ! Si quelqu'un a des sources...


Je cours trop de lièvre a la fois Wink
Néanmoins je note dans le sujet sur juin 1940

Citation:

Nous arrivons au bout et nous publierons d'ici quelques jours dans ce forum deux textes : l'un, essentiellement de Pontus, sur la retraite du GA 3 entre Seine et Loire... l'autre, essentiellement de ma man, sur la bataille de la Loire. En espérant que ces textes vous plairont, et provoqueront des commentaires qui les enrichiront !


Je crois qu'on tient le contexte pour ce coloriage. Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com