Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Intégrale "Politique Intérieure" Novembre 1942

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Politique intérieure, Diplomatie, Information
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Juil 17, 2013 11:43    Sujet du message: Intégrale "Politique Intérieure" Novembre 1942 Répondre en citant

Novembre 1942
3 – La lutte politique
Barbouzes de tout poil

3 novembre
Contre-coup tordu
Alger
– Le mois d’octobre a vu la mort de trois autres parlementaires (Henri Boulay, Amédée Delaunay et Jean Thureau-Dangin), portant à 19 le nombre d’Elus de la République remplacés par des suppléants souvent de rencontre. Alors que la Droite presse la Commission Constitutionnelle Consultative de rendre son rapport, un article publié dans Le Monde va changer la donne.
L’article révèle que Pierre Taittinger, l’une des principales voix de la Droite à l’Assemblée, a rencontré quelques jours plus tôt un dénommé Victor Arrighi. Ancien membre du PC, Arrighi était devenu le délégué du PPF de Doriot en Algérie de 1936 à 1938. Il a certes quitté le PPF, mais il est resté très proche de la “communauté PPF”, toujours assez nombreuse chez les plus riches des colons algériens (les successeurs de ceux qui, en 1898, avaient élu député Edouard Drumont). Fin 1940, une enquête sur lui n’avait rien donné.
Selon l’article du Monde, Arrighi, prétendant pouvoir réunir autour de lui de nombreux électeurs, colons et ex-militants PPF, a depuis quelques mois rencontré à plusieurs reprises Taittinger pour passer un accord avec les conservateurs de l’Assemblée Nationale. Bénéficiant de ces voix (malgré tout hypothétiques), les conservateurs pourraient remporter d’éventuelles élections en Algérie et obtenir une place plus importante au sein du gouvernement et dans les organes décisionnels. Arrighi y gagnerait une réhabilitation pleine et entière après la guerre – mais Le Monde laisse entendre qu’il joue sur deux tableaux et qu’il a encore des liens outre-Méditerranée, avec Doriot, ainsi que de nombreux contacts parmi des officiers proches, avant-guerre, de l’extrême-droite.
La publication de l’article du Monde sera suivie par la défection, à l’Assemblée, de la plupart des soutiens des ultra-conservateurs. Du coup, Taittinger et Becquart seront obligés de se faire nettement plus discrets. Quelques semaines plus tard, la CCC rendra avec l’approbation (presque) générale un avis concluant au maintien du remplacement des élus décédés.
Jouant de la carotte après ce coup de bâton, le gouvernement – après une nouvelle consultation de la CCC – proposera l’organisation d’élections au printemps 1943 dans les territoires français non occupés n’ayant pas de représentants à l’Assemblée, au nom du rassemblement de tout l’Empire pour la cause de la Victoire. Le collège électoral fera une large place aux familles des « Indigènes » ayant soutenu l’effort de guerre. La proposition sera adoptée à une large majorité, d’autant plus que ces nouveaux élus à l’Assemblée ne devant être qu’en nombre limité, leur arrivée modifiera fort peu les équilibres politiques.
Pierre Taittinger ne sera pas réélu lors des élections de 1944, au contraire de Becquart, qui saura se présenter comme un « grand blessé de guerre » – ce qu’il n’était pas véritablement…
Quant à Arrighi, il sera expédié dans le sud de l’Algérie, dans l’une des résidences très surveillées où avaient séjourné les députés communistes fidèles à Moscou. Finalement lavé de tout soupçon d’intelligence avec l’ennemi, il sera libéré à la fin de 1943. Malheureusement pour lui, il ne reverra la Métropole que pour périr assassiné dans des circonstances mal éclaircies quelques mois plus tard, en décembre 1944 – la police classera l’affaire dans la catégorie « crimes crapuleux ». Certains rapprocheront ce meurtre de la tentative d’assassinat de Marcel Cachin en janvier 1943, dans laquelle il semble pourtant qu’Arrighi n’ait pas trempé…
Quelques officiers ayant eu le tort d’être trop proches d’Arrighi seront mutés loin d’Alger avant la fin de 1942 – ainsi du capitaine Jean Bassompierre, ami personnel de Joseph Darnand et ancien militant du PPF et de la Cagoule. Ce chasseur alpin trouvera une mort glorieuse en Indochine en 1944, à la tête d’un commando opérant en territoire tenu par les Japonais.
………
« Le scoop publié par Le Monde avait été en réalité l’un des coups les plus politiques réussis par les services secrets français dans le cadre de l’opération Méduse, grâce à une fuite savamment orchestrée (voir « Atlas médusé – Le contre-espionnage français face aux menées des Collaborateurs en Afrique du Nord », par A. Naxagore, Paris, 1946).
Dans le chaos du Grand Déménagement, de nombreux militaires, fonctionnaires et officiels français proches de la Cagoule, du PPF et autres RNP s’étaient retrouvés, volens nolens, en Afrique du Nord. Dans les derniers mois de 1940, Simon Sabiani, proche de Doriot et grande figure de la vie politique marseillaise – dans la mesure où le Milieu marseillais était un des acteurs de cette vie politique – avait fait passer en AFN quelques-uns de ses hommes de confiance. Son but ? Rallier à la cause du NEF les proches et sympathisants des partis collaborateurs, à des fins de renseignement et de sabotage. Ces hommes et leurs contacts en AFN formaient ce que Sabiani, avec quelque grandiloquence, avait baptisé réseau Atlas.
Bien loin des fantasmes de Doriot, rêvant d’un coup de poignard dans le dos fatal à l’effort de guerre du gouvernement Reynaud, l’action du réseau Atlas eut tout au plus l’effet d’une écharde. La faute au faible nombre de “contacts” que l’on avait pu convaincre de faire partie du réseau (par rapport à ce qu’avait rêvé Doriot), à l’amateurisme de ceux qui avaient accepté de trahir et à un manque de moyens flagrant – mais aussi à l’action des services secrets français.
Le contre-espionnage n’avait cependant découvert l’existence du réseau Atlas qu’au milieu de 1941. Après une longue enquête, une grande partie des membres actifs du réseau furent identifiés. Le commandant Pierre de Froment fut chargé de mener l’opération Méduse (dont la tête, portée par Persée, figea le géant Atlas) afin de démanteler le réseau et, mieux encore, de retourner ses membres.
Après plusieurs mois d’observation, la phase active de Méduse fut déclenchée au début de 1942, dans la plus grande discrétion, afin de ménager le moral de la population et des troupes. De plus, le gouvernement français désirait s’épargner une affaire publique avec pression médiatique et procès, comme, aux Etats-Unis, l’affaire du réseau d’espionnage allemand de Frederick Duquesne, qui avait fait les gros titres de la presse américaine en décembre 1941.
Un certain nombre de membres d’Atlas furent retournés (assez pour pouvoir faire croire à Doriot et à l’Abwehr que le réseau était toujours viable), mais l’on vit aussi une sorte d’épidémie d’accidents de la route ou d’entrainement, et autres rixes finissant mal dans des lupanars… C’est ainsi que Jean Fossati périt dans un accident de voiture en mars 1942.
Albert Beugras faillit être écrasé par un tramway algérois à la suite d’une stupide bousculade au début de mai 1942. Peu après, il fut discrètement arrêté et mis au secret pendant plusieurs jours. « Une offre qu’il ne pouvait pas refuser » d’un consortium des services français et américains fit de lui un agent double (et même triple). Il montra de réelles aptitudes pour ce difficile métier, jusqu’à ce qu’un passant distrait le pousse sur les rails du tramway – on n’échappe pas à son destin – à Marseille cette fois, quelque temps après la libération de la ville. On spécule encore volontiers sur la nationalité du distrait : Allemand ? Américain ? Français – et de quel bord ?
Le retournement du chef d’Atlas en Tunisie, Henri Queyrat, en juillet 1942, fut un coup de maître. En le manipulant au moment de l’opération Torche, le contre-espionnage français réussit à asseoir la crédibilité d’Atlas auprès de l’Abwehr, jetant les bases des futures opérations d’intoxication des services de renseignements allemands.
L’opération Méduse continua toute l’année 1942, dans un souci de recensement de personnalités politiques et officiers susceptibles d’avoir sympathisé avec « l’équipe Laval ». Comme nous l’avons vu, en novembre 1942, elle permit au Monde de faire un joli scoop et ôta fort à propos une épine du pied du gouvernement.
En 1943, intégralement retourné, le réseau Atlas fut l’un des plus utiles rouages de l’opération Fortitude qui, à la mi-1943, fera croire aux services allemands que les Alliés allaient débarquer en Italie du Nord et non en Provence. Contrairement à certaines allégations, il ne joua évidemment aucun rôle dans la rocambolesque et meurtrière opération Marat, quelques mois plus tôt. »
(Alex Tyler, Guerre secrète en Afrique du Nord, in n° spécial de L’Histoire « Le Grand Déménagement », 1990)


7 novembre
Réconciliation communiste
Alger
– C’est avec une certaine discrétion que l’UPF et le PCF célèbrent leur réconciliation. Roger Nicod, député de l’Ain et fondateur de l’Union Populaire Française en 1939 lors de la « période troublée dans l’histoire du Parti » (comme l’appelle l’historiographie communiste officielle), représente l’UPF lors d’une réunion de retrouvailles qui consomme la disparition de la dite UPF. Tous les observateurs un peu avertis ont noté que le 7 novembre est l’anniversaire de la Révolution d’Octobre.


11 novembre
Le PCF relégalisé
Alger
– C’est symboliquement aujourd’hui, jour d’Union Sacrée entre tous, qu’est publiée au Journal Officiel l’annulation de la mise hors la loi du Parti communiste français, décidée par Daladier en 1939. Cette annulation a été validée la veille par l’Assemblée des Elus de la République, sans la moindre vague. En effet, la droite la plus anticommuniste a été à peu près réduite au silence par la révélation le 3 novembre des relation entre plusieurs de ses représentants et Victor Arrighi, représentant (évidemment très officieux) de la “communauté PPF” algérienne.


12 novembre
Tillon en campagne
Alger
– Depuis sa nomination le 9 octobre, tout en prenant les commandes de son ministère, Charles Tillon a commencé à évaluer l’intérêt porté à son projet d’escadrille de chasse féminine par les principales intéressées. L’accueil enthousiaste qu’il a reçu de la part des femmes pilotes l’a convaincu de tenter de le mettre en œuvre.
Cependant, Tillon ne reçoit qu’un soutien timide de ses collègues et se heurte au scepticisme du parlement et à l’hostilité de l’état-major de l’Armée de l’Air. Avec le soutien des gloires féminines de l’aéronautique, il va donc lancer une véritable campagne de presse.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Juil 17, 2013 11:55    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
En 1943, intégralement retourné, le réseau Atlas fut l’un des plus utiles rouages de l’opération Fortitude qui, à la mi-1943, fera croire aux services allemands que les Alliés allaient débarquer en Italie du Nord et non en Provence.


Avec les discussions encore en cours sur Fortitude, je me demande s'il ne faudrait pas être un peu moins précis sur les lieux des débarquements et les cibles de Fortitude... à moins de considérer l'Istrie comme le nord de l'Italie ?
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
folc



Inscrit le: 26 Oct 2006
Messages: 912
Localisation: Rodez

MessagePosté le: Jeu Juil 18, 2013 00:50    Sujet du message: Répondre en citant

ladc51 a écrit:
Avec les discussions encore en cours sur Fortitude, je me demande s'il ne faudrait pas être un peu moins précis sur les lieux des débarquements et les cibles de Fortitude... à moins de considérer l'Istrie comme le nord de l'Italie ?


En 1943 OTL/FTL, l'Istrie est un bout d'Italie (au nord-est plus que plein nord à vrai dire et sous contrôle allemand en FTL) Exclamation
Et aujourd'hui, il y a plein de petits bouts d'Istrie en Italie, notamment en Sardaigne.
_________________
Folc

"Si l'ost savait ce que fait l'ost, l'ost déferait l'ost"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Juil 18, 2013 11:50    Sujet du message: Répondre en citant

folc a écrit:
Et aujourd'hui, il y a plein de petits bouts d'Istrie en Italie, notamment en Sardaigne.



??? Embarassed

Je ne comprends pas...

Peux-tu préciser stp ? quitte à s'instruire une fois de plus grâce à la FTL, autant le faire jusqu'au bout... Wink
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jubilé



Inscrit le: 03 Jan 2013
Messages: 645

MessagePosté le: Jeu Juil 18, 2013 12:07    Sujet du message: Répondre en citant

je suppose que suite à l'annexion yougoslave, de nombreux istriens se sont réfugiés en Italie, notamment en Sardaigne.

Les Italiens n'ont conservé que Trieste, qui forme comme une enclave en istrie ex-yougoslave, aujourd'hui partagée entre Croatie et Slovénie. La découpe des frontières forme comme une tranche napolitaine dans cette région.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Politique intérieure, Diplomatie, Information Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com