Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Intégrale "Diplomatie et Economie" Septembre 1942

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Politique intérieure, Diplomatie, Information
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Mar 20, 2013 20:13    Sujet du message: Intégrale "Diplomatie et Economie" Septembre 1942 Répondre en citant

Septembre 1942
11 – Diplomatie et économie
« Mehico y Francia… »

13 septembre
Vive les Polonais libres
Damas
– Le Centre d’Entraînement de l’Armée Polonaise est officiellement inauguré par les autorités françaises et polonaises. Il accueille les officiers et soldats polonais que l’Union Soviétique a faits prisonniers en 1939 et qu’elle relâche progressivement, bien loin de la Pologne.


23 septembre
« ¡ La mano en la mano ! »
Alger
– Le général P.A. Roberto Fierro Villalobos, commandant en chef de la Force Aérienne mexicaine, vient conférer avec les autorités françaises. Lors de l’entrée en guerre du Mexique, le 22 mars 1942, le souhait des autorités mexicaines était de participer à une expédition destinée à secourir les Philippines. Depuis la chute de cet archipel et en attendant des jours meilleurs, il avait été décidé que les escadrilles mexicaines se limiteraient à des patrouilles ASM le long de la côte de Basse-Californie et dans le Golfe du Mexique. Cependant, les appareils les mieux adaptés à cette mission se sont révélés être les hydravions lourds qu’Américains et Français ont basés dans les Caraïbes et dont les Mexicains ne disposent pas. De plus, la fermeture temporaire du Canal de Panama a réduit le trafic dans le Golfe et le long de la côte ouest du continent nord-américain. Dans ce contexte, et surtout après l’attaque allemande contre l’Union Soviétique, des voix insistantes se sont élevées à Mexico pour que les avions mexicains aillent soutenir les anciens soldats de la République espagnole qui se battent à présent au sein de la Légion Etrangère. Le Mexique est en effet (en dehors de l’URSS) l’un des rares pays qui reconnaissent encore le gouvernement républicain en exil comme le seul gouvernement espagnol légitime.
Le Mexique devant recevoir des Etats-Unis, au titre de la loi Prêt-Bail, un certain nombre de Douglas A-24B (variante basée à terre du SBD Dauntless, baptisée par les Mexicains Bombardero Inclinado Douglas ou BID), le gouvernement du président Manuel Avila Camacho a commencé à négocier avec les autorités françaises la possibilité de déployer certains de ces appareils (l’équivalent d’un groupe) comme une formation d’appui au sol, en soutien direct de l’une des demi-brigades “espagnoles” de la Légion. Villalobos est venu officialiser cette coopération.
Le Président du Conseil Paul Reynaud, qui a passé une partie de sa vie au Mexique, a de très bons rapports avec les officiels mexicains et il est heureux de soutenir leur proposition. De son côté, en tant que ministre de la Guerre, Charles de Gaulle sait que l’impact opérationnel de l’opération sera très limité, mais il estime qu’un accord sur ce point ne peut être qu’un geste politique important et un outil pour renforcer l’influence de la France en Amérique Latine, mise à mal par la défaite de 1940.
A la fin de leur entretien, ce sont trois hommes souriants qui s’avancent vers les photographes (dont plusieurs envoyés spéciaux des journaux mexicains) pour les clichés rituels. Reynaud improvise un petit discours en espagnol sur l’amitié séculaire franco-mexicaine (évitant pudiquement d’évoquer le triste épisode du règne avorté de Maximilien), puis serre la main de Villalobos. De Gaulle, qui ne parle pas espagnol, n’en serre pas moins chaleureusement la main du Mexicain. Alors, avant l’éclair des flashes, il tourne la tête vers les photographes et articule : « Mexico y Francia, ¡ la mano en la mano ! » Inutile de préciser que les huit petits mots du Général feront la une de la presse mexicaine (bien que De Gaulle ait du mal à prononcer le x à l’espagnole…).
Le même jour, le général Villalobos rencontre le général Bouscat, commandant en chef des forces aériennes alliées en Méditerranée. Les deux hommes s’accordent sur le déploiement de 16 à 20 “BID” comme unité d’appui au sol au début du printemps 1943.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mar 21, 2013 08:10    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

un petit commentaire pour correction...

Il n'y a pas (encore) en septembre 1942 de "commandant en chef des forces aériennes alliées en Méditerranée" et Bouscat n'est "que" commandant en chef des forces aériennes alliées en Méditerranée Orientale".

Il me semble plus logique, dans ce contexte, qu'une réunion ayant vocation à préparer l'avenir à moyen terme (1943) se tienne avec le général Houdemon, chef d'état-major général de l'armée de l'Air.

Amitiés,
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mar 21, 2013 17:04    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

autre commentaire... sur les Polonais cette fois.

La mention du 13 septembre n'est pas cohérente avec nos dernières études sur le sujet : voir http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=658&postdays=0&postorder=asc&start=0

Je pense qu'il faut purement supprimer ce paragraphe.

Amitiés,
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mar 21, 2013 17:23    Sujet du message: Répondre en citant

23 juin
France-URSS
Alger
– « Le nouvel Ambassadeur d’Union Soviétique auprès du gouvernement français, M. Alexandre Bogomolov, est arrivé hier à Maison-Blanche, venant de Londres, en compagnie de l’Ambassadeur d’URSS en Grande-Bretagne, M. Ivan Maisky. Après avoir présenté ses lettres de créance au Président de la République, M. Bogomolov a rejoint M. Maisky pour un entretien des plus cordiaux avec M. Paul Reynaud, M. Léon Blum et le général de Gaulle. Selon le communiqué conjoint publié à l’issue de cette rencontre, le gouvernement français a chaleureusement accueilli l’arrivée du nouvel ambassadeur et a confirmé que la France n’épargnerait aucun effort pour soutenir l’effort de guerre du peuple soviétique dans la lutte contre l’ennemi commun. » (L’Echo d’Alger, le lendemain).
Les Français ont en effet promis de tout faire pour assurer l’acheminement des convois Prêt-Bail en Méditerranée et jusqu’en Mer Noire. Mais De Gaulle et Reynaud ont d’emblée soulevé la question des prisonniers polonais en URSS, observant que les termes du discours prononcé par Staline le 20 mai impliquaient que la Pologne faisait partie de l’alliance opposée à l’Axe. « Dans ces conditions, commente Reynaud, il nous paraîtrait normal que les militaires polonais détenus en Union Soviétique depuis 1939 soient libérés dans les plus brefs délais pour pouvoir se joindre aux forces polonaises en exil. »
« Si la Russie n’a pas la volonté ou les moyens d’organiser la nouvelle armée polonaise, ajoute De Gaulle, les officiers et soldats retenus dans des camps de prisonniers, en Ouzbekistan ou ailleurs, peuvent être transférés au Moyen-Orient, où ils seront intégrés dans des unités polonaises au sein des forces françaises. » Et le Général poursuit, de façon encore plus claire : « La France ne saurait engager de forces militaires pour aider l’URSS contre les puissances de l’Axe si, en retour, l’Union Soviétique se refusait à permettre aux peuples prêts à combattre l’ennemi commun de se joindre à notre alliance. »


6 juillet
La longue route des soldats polonais
Téhéran
– Les premiers officiers et soldats polonais relâchés par le gouvernement soviétique de leur camp d’internement en Ouzbekistan arrivent par avion en Iran. Ils sont accueillis chaleureusement par une délégation du gouvernement polonais en exil et des autorités françaises et britanniques.
Le Kremlin a finalement accepté de libérer par cette voie près de 70 000 hommes, retenus comme prisonniers de guerre depuis septembre 1939.




La mention du 13 septembre n'est que la continuation de ces deux précédentes. Dans la discussion spécifique, Fantasque avait bien noté (entre autres) que les besoins en main d'oeuvre de l'URSS ne sont pas tels en FTL que Staline ait besoin de garder les Polonais. Ceux-ci jouent le rôle d'utile monnaie d'échange diplomatique - c'est pourquoi Staline va faire durer le plaisir.

Par ailleurs, la discussion spécifique avait noté l'intérêt de concentrer les Polonais arrivant en territoire mandataire français et non en Palestine !
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mar 21, 2013 17:48    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'avais pas réagi sur les deux points précédents, alors que j'aurais du, désolé...

Le lien que j'ai donné présente la conclusion d'un long débat tenu en 2010, essentiellement entre Fantasque, Loic et moi.

Quand on le lit en détail, on voit que la conclusion proposée n'est pas très éloignée de ce que contient à ce jour la chrono... mais pas aussi vite !

Le processus se terminant par l'arrivée des Polonais au Moyen-Orient (ok pour Damas) est long :
- il faut que le gouvernement français pense (spontanément ou sur pression du gouvernement polonais ?) à faire pression sur le gouvernement soviétique : le traitement de la question des prisonniers polonais ne sera peut-être pas la priorité des priorité au lendemain de Barbarossa...
- il faut que ces pressions soient répétées pour qu'elles soient entendues
- il faut que le gouvernement soviétique étudie ce sujet pour comprendre le risque qu'il prend en laissant partir ces hommes (et femmes et enfants)
- il faut ensuite organiser un minimum ces déplacements qui vont prendre du temps : il faut passer par le Caucase et l'Iran, mobiliser des moyens de transport dans un pays qui mobilise tous ses moyens de transport pour ses armées et sa lutte contre l'envahisseur...
etc...

D'où les délais plus longs que nous avins retenus (début 43 pour l'arrivée des premeirs Polonais au Moyen-orient).

Encore une fois, je ne remets pas en cause le principe mais seulement son rythme...

Amitiés,
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Mar 21, 2013 18:58    Sujet du message: Répondre en citant

D'accord - mais dans ce cas, n'hésite pas à proposer, d'une part quelques compléments de notes Chrono (qui n'ont pas besoin d'être longs), d'autre part une "redatation" et modification des épisodes existants.
Encore que le premier n'a pas de raison d'être "redaté", et que pour les deux autres, ils pourraient être conservés à ces dates... à condition de préciser les "volumes" concernés : très peu d'hommes à chaque fois, parce que les Soviétiques ont autre chose à faire qu'à transférer des Polonais, et parce que Staline se fait un plaisir de faire traîner les choses.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 4260
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Jeu Mar 21, 2013 22:54    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis d'accord avec Laurent sur le rythme et d'ailleurs le gouvernement français va en premier lieu, on l'a vu avec les écrits de Menon, se préoccuper de ses propres évadés d'Allemagne réfugiés et internés en URSS. Les Polonais vont devoir insister et patienter (mais ils ont l'habitude).
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 22, 2013 12:03    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
D'accord - mais dans ce cas, n'hésite pas à proposer, d'une part quelques compléments de notes Chrono (qui n'ont pas besoin d'être longs), d'autre part une "redatation" et modification des épisodes existants.
Encore que le premier n'a pas de raison d'être "redaté", et que pour les deux autres, ils pourraient être conservés à ces dates... à condition de préciser les "volumes" concernés : très peu d'hommes à chaque fois, parce que les Soviétiques ont autre chose à faire qu'à transférer des Polonais, et parce que Staline se fait un plaisir de faire traîner les choses.


Ok, je mets cela sur ma "to do list" mais j'ai quand même beaucoup d'autres choses à faire en priorité (tu sais bien, tous les sujets qui sont beaucoup plus en retard... Wink )
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 22, 2013 12:17    Sujet du message: Répondre en citant

Je te propose ces deux corrections, qui n'excluent évidemment pas l'ajout d'autres notes Chrono entre elles et après elles. Qu'en dis-tu ?

6 juillet
La longue route des soldats polonais
Téhéran
– Les premiers militaires polonais relâchés par le gouvernement soviétique de leur camp d’internement en Ouzbekistan arrivent par avion en Iran. Ils sont accueillis chaleureusement par une délégation du gouvernement polonais en exil et des autorités françaises et britanniques.
Après moult tergiversations, le Kremlin a finalement accepté de libérer par cette voie près de 70 000 hommes, retenus comme prisonniers de guerre depuis septembre 1939. Néanmoins, le premier lot de prisonniers libérés ne se compose que de vingt-cinq hommes, dont trois sous-officiers et aucun officier. Les Soviétiques expliquent qu’ils manquent de moyens de transport – et, étant donné la situation sur le front, les Occidentaux ne peuvent qu’accepter cette excuse.

13 septembre
Vive les Polonais libres
Damas
– Le Centre d’Entraînement de l’Armée Polonaise est officiellement inauguré par les autorités françaises et polonaises. Il doit accueillir les officiers et soldats polonais que l’Union Soviétique a faits prisonniers en 1939 et qu’elle relâche progressivement, bien loin de la Pologne. Seul problème : cette libération ne se fait que par très petits paquets. En deux mois, à peine une centaine de prisonniers ont été récupérés en Iran, à la frontière des zones de contrôle soviétique et britannique. Et parmi eux, toujours pas un seul officier.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ladc51



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1261
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 22, 2013 12:42    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Je te propose ces deux corrections, qui n'excluent évidemment pas l'ajout d'autres notes Chrono entre elles et après elles. Qu'en dis-tu ?


Je suis complètement d'accord avec le contenu de ces deux paragraphes... mais je les retarderais de 2-3 mois (septembre au lieu de juillet pour la première ; décembre au lieu de septembre pour la seconde ?).

Cela permet d'envisager les premières pressions françaises sur le gouvernement soviétique en juillet 42 (en mai on renoue le contact, en juin on se préoccupe des prisonniers français, et ensuite seulement des Polonais)...
_________________
Laurent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
egdltp



Inscrit le: 07 Jan 2011
Messages: 280
Localisation: Cher

MessagePosté le: Ven Mar 22, 2013 12:52    Sujet du message: ET les officiers ? Répondre en citant

Le fait que tous les officers soient "retenus" à Katyn ne risque t il pas finir par poser question ?
Les Allemands sont ils allez assez loin vers l'Est pour découvrir le site ? C'est dans la région de Smolensk, un peu à l'ouest.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 9352
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 22, 2013 13:03    Sujet du message: Répondre en citant

Laurent : Bon, vendu pour 2 mois d'écart (6 juillet/ 13 septembre devient 13 septembre/11 novembre).
Merci d'avoir allongé ta "to do list".

egdltp : nous l'avons déjà envisagé - les Allemands ne restent pas assez longtemps dans le secteur de Katyn pour découvrir le charnier.
Par ailleurs, les Russes finiront par relâcher des officiers (il leur en reste quand même).
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 1558
Localisation: Kuala Lumpur

MessagePosté le: Ven Mar 22, 2013 13:07    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:

Par ailleurs, les Russes finiront par relâcher des officiers (il leur en reste quand même).


En effet, il y a par exemple le cas ahurissant de cet officier supérieur polonais qui était accusé d'espionnage ou de haute trahison, crime qui encourait la peine de mort, et qui de ce fait a été soustrait aux bourreaux de Katyn et a finalement été relâché par les Soviétiques longtemps après.
_________________
"Les grands orateurs qui dominent les assemblées par l'éclat de leur parole sont, en général, les hommes politiques les plus médiocres." Napoléon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Politique intérieure, Diplomatie, Information Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com