Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Intégrale "Politique" Juin 1942

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Politique intérieure, Diplomatie, Information
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Nov 11, 2012 09:59    Sujet du message: Intégrale "Politique" Juin 1942 Répondre en citant

Juin 1942
3 – La lutte politique
Citoyennes

14 juin
Passage en force
Alger
– Rien n’y a fait. Ni les sollicitations, ni les tractations de dernière minute. Les positions de la commission des lois et du gouvernement sont restées irréconciliables. Mais pour la première fois depuis la Grande Guerre, c’est le gouvernement qui va avoir – pour le moment – le dernier mot. Ce 14 juin, le Journal Officiel publie en effet un décret qui se compose d’un seul et court article :
« Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes. »
Ce décret préalablement soumis au Conseil d’Etat tranche un véritable nœud gordien. Il y a bien eu quelques voix pour crier à l’abus de pouvoir, mais le ministre des Relations avec le Parlement a répondu très calmement en indiquant que la loi avait été respectée et les organes usuels consultés.
La presse dans son ensemble remarquera le lendemain avec ironie qu’il a fallu une guerre, une défaite cataclysmique et un redressement « miraculeux » pour que la question trouve enfin sa conclusion. Et encore : une conclusion provisoire ! Les éditoriaux soulignent en effet que le match engagé entre Paul Reynaud et la frange des élus de la République partisans du statu quo ante bello n’est pas terminé. Si le gouvernement a profité des vacances parlementaires pour publier son décret, celui-ci doit encore être ratifié par un vote à la prochaine session. Et les journaux de donner rendez-vous à leurs lecteurs (et à leurs lectrices !) à la rentrée parlementaire pour la belle : une manche à la commission des Lois, une au gouvernement, les élus de la République jugeront.


21 juin
Une causerie de PMF
Alger
– Le commandant Mendès-France assure ce dimanche soir la “causerie au coin du feu” hebdomadaire de Radio Alger.
Les rapports parvenus de Métropole indiquent que cette émission d’un quart d’heure est l’une des plus écoutées par les Français de France. Le ministre de l’Information, Jean Zay, choisit lui-même les intervenants. Il s’agit, sur le ton de la confidence, d’expliquer à ceux qui souffrent sous la botte de l’Occupant et des félons le pourquoi et le comment de la guerre. Et de répéter inlassablement le même message : « Nous ne vous abandonnerons jamais. »
On y a entendu le Président de la République Albert Lebrun et André Gide, le général de Gaulle et l’adjudant Ahmed Ben Bella [Ce soldat “indigène d’Algérie” vient de recevoir des mains du président de la République lui-même la Médaille Militaire pour sa belle conduite au feu en Grèce.], Léon Jouhaux et Jean-Pierre Aumont, Hansi et Max-Pol Fouchet, René Leduc et Louis Marin, le lieutenant de vaisseau Bertrand de Saussine et Mgr Tisserant.
– Mes chers amis, commence Pierre Mendès-France, ce n’est pas à vous que je souhaite m’adresser ce soir. Du moins pas à vous d’abord. Non, voyez-vous, je veux parler pour ma femme et mes deux fils qui survivent parmi vous, cachés par des amis sûrs.
Comme tant de Français d’aujourd’hui, et pour tellement de raisons, ma famille est contrainte à la clandestinité, aux faux papiers. Mon épouse ne peut plus porter plus mon nom. Ses enfants, elle les fait passer pour ses neveux. Vous savez tous… vous avez tous éprouvé, au plus profond de votre chair, parfois… de quoi sont capables la Gestapo de l’ennemi et les polices… que dis-je : les milices et les gangs… du soi-disant gouvernement de fantoches et de traîtres au service des Nazis. S’ils découvraient que cette femme, que ces deux petits garçons sont bel et bien ma femme, mes deux petits garçons, quels dangers les miens ne courraient-ils pas ! Quelle mort, après quels ignobles traitements, les attendrait !
En mission, à bord de l’un de nos bombardiers, j’ai souvent éprouvé la peur, comme tous les combattants. Je redoutais, bien sûr, la DCA et les chasseurs frappés de croix noires. Mais rien ne peut dire l’épouvante qui me prend lorsque je pense à ceux qui me sont chers. Cet effroi-là, je vous l’avoue, résiste à tous les courages.
Et cependant, je sais que vous êtes des milliers, des dizaines, des centaines de milliers, à partager les mêmes risques, à endurer les mêmes souffrances que ceux que j’aime et qu’il me tarde de revoir. Le Boche et ses valets n’entrent pas dans les détails. À leurs yeux, chaque Français, chaque vrai Français, peut devenir un adversaire à torturer d’abord, à abattre ensuite.
C’est pour vous, vrais Français, comme pour eux, que j’ai combattu. Et c’est pour eux, comme pour vous, que nos soldats, nos marins, nos aviateurs, se battent tous les jours, sur les théâtres géants de ce conflit mondial. C’est dans l’ombre, pour vous, comme pour eux, que des hommes et des femmes d’une audace insensée… car ils sont fort déraisonnables, n’est-ce pas, nous prétendront les tièdes et les donneurs de leçons… c’est pour vous comme pour eux que des hommes et des femmes participent à la lutte secrète. C’est pour eux, comme pour vous, que des gens simples, qui se croyaient peureux, hébergent, dissimulent, nourrissent, guident les persécutés, les évadés, les traqués, les aviateurs perdus. C’est pour eux, comme pour vous, que des policiers patriotes, obéissant au gouvernement de la République, désobéissent à leur hiérarchie illégale et perdent des mandats d’amener, que des fonctionnaires falsifient les documents officiels, que des cheminots transportent dans le tender de leur locomotive des passagers en fuite, que des postiers égarent le courrier envoyé par les marionnettes dont Hitler tire les ficelles… »

Pierre Mendès-France poursuit durant une dizaine de minutes, puis en arrive à sa conclusion : « Je vous dis ce soir : ne désespérez pas. D’immenses armées se sont levées, se lèvent, pour venir vous libérer. Des usines de nos alliés sortent tous les jours des matériels en masse qui équipent leurs troupes fraîches et rééquipent nos forces un moment défaites, mais qu’anime à nouveau l’esprit de la Victoire. De leurs chantiers navals appareillent toutes les semaines de nouveaux navires, des bâtiments neufs qui viennent se joindre à notre flotte éprouvée mais invaincue. De leurs ateliers décollent chaque jour des dizaines, des centaines d’avions modernes dont beaucoup viennent prendre, dans nos escadrilles, la relève des anciens appareils. Leurs convois sillonnent les mers avec les nôtres au mépris des sous-marins. La Libération est en marche.
Permettez-moi de vous dire à tous : au revoir et à bientôt.
Et permettez-moi aussi d’ajouter, pour ma femme et mes enfants : dormez bien, ce soir, je vous embrasse. »



24 juin
PMF aux Finances
Alger
– Partout en Afrique du Nord comme dans tout le monde libre, les téléscripteurs de l’Agence Havas Libre se mettent à sonner. On se précipite pour suivre les caractères qui s’impriment sur un rythme d’une lenteur à désespérer – 50 bauds dans le meilleur des cas.
« Bulletin Mendès-France
Alger, 23 juin 1942 (AHL). M. Pierre Mendès-France a été nommé ministre des Finances et de l’Économie, indique un communiqué de la Présidence du Conseil. Son prédécesseur, M. Vincent Auriol, a été nommé ministre d’Etat, ministre de la Justice, en remplacement de M. Albert Sérol, démissionnaire (mais dont des sources bien informées affirment qu’il sera bientôt appelé à de hautes fonctions administratives). frm (AHL) »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pcfd



Inscrit le: 18 Juil 2012
Messages: 138
Localisation: castres

MessagePosté le: Dim Nov 25, 2012 23:57    Sujet du message: Répondre en citant

il y a bien longtemps que l'on n'a pas de nouvelles de Laval et du NEF , leurs (més)aventures me manquent
_________________
Respectez toutes les religions au combat; ne prenez aucun risque quant à votre destination si vous êtes tué.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10128
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Nov 26, 2012 00:16    Sujet du message: Répondre en citant

pcfd a écrit:
il y a bien longtemps que l'on n'a pas de nouvelles de Laval et du NEF , leurs (més)aventures me manquent


Les prochaines "Intégrales" ne vont pas les oublier.
Mais je ne voudrais pas faire trop de pêle-mêle entre 42 et 43.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Politique intérieure, Diplomatie, Information Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com